Exemples pour le 2nd degré

Aléas, risques et développement durable

En savoir plus sur les risques

La littérature concernant les risques est très abondante et on la consultera avec profit. Parmi les supports facilement et rapidement accessibles :

  • Le site du ministère de l'écologie et du développement durable : pour des définitions, des exemples précis, des liens ;
  • Publications CNDP -Textes et documents pour la classe (TDC) : pour des exemples précis, des concepts, des idées de situations pédagogiques à exploiter ;
    • aléas et enjeux -numéros spéciaux de TDC (textes et documents pour la classe) - 10 numéros spéciaux, traités soit par territoire (montagne, ville, littoral, espace rural, DOM-TOM) soit par aléa (glissements de terrain, séismes et volcans) ;
    • le numéro TDC 849 Suppl. (01 / 02 / 2003), Les inondations.
  • Sous la direction d'Yvette VEYRET, Risques naturels et aménagement en Europe, Armand Colin, 2004, pour avoir une approche plus scientifique et générale, très plurielle et internationale, des risques et de leur prise en compte.
  • Yvette VEYRET, Géographie des risques naturels en France, de l'aléa à la gestion, coll Initial, Hatier, 2004
  • Andrée DAGORNE et René DARS, Les risques naturels, coll Que Sais-je, PUF, 2ed, 2001

Risques et développement durable

Sans reprendre dans le détail les problématiques liées au risques, il faut savoir que le risque est au croisement entre :
- un aléa, c'est à dire un danger relié soit à un phénomène naturel, soit à un phénomène d'origine humaine (risques technologiques en particulier) : lorsque l'aléa survient, il met en danger l'Homme en agissant sur sa santé et ses fonctions, ou bien en mettant « mécaniquement » sa vie en danger directement ou indirectement (inondation, séismes et écroulement des constructions etc...).
- des enjeux correspondant aux dommages encourus à la fois par les personnes, les biens, et d'une façon plus générale les activités humaines (impact économique et social).

Les caractéristiques dépendent de l'aléa (intensité, fréquence, mode d'action) ; les enjeux dépendent du lieu où il survient, selon que la présence et l'activité humaine y sont plus ou moins importantes. Le résultat dépend aussi de la vulnérabilité, c'est à dire, pour un même aléa et une présence humaine comparable, de la sensibilité de l'Homme et de ses intérêts à l'aléa. Cette vulnérabilité peut être diminuée par l'adoption de mesures préventives, portant sur les artefacts (constructions, aménagement du territoire ou par exemple des cours d'eau) ou sur l'information et la formation des personnes afin d'améliorer la qualité de leurs réactions ou de leurs actions face à l'aléa.

Qui envisagerait l'aménagement d'un territoire dans une perspective de développement durable, c'est à dire sur le long terme, sans la prise en compte des risques inhérents à ce territoire ? De même peut-il y avoir une vraie politique durable de santé sans réflexion sur les risques individuels et collectifs ?

L'étude des risques satisfait aux différents critères proposés de repérage d'un regard EEDD :
- prise en compte de différentes échelles d'espace : de la zone sismique par exemple, au territoire, au local le plus précis (du bassin versant à la zone inondable) ;
- prise en compte des différentes échelles de temps et en particulier du temps long : fréquence des évènements et prévision ;
- prise en compte de la complexité et des piliers du développement durable à propos des enjeux environnementaux, économiques et sociaux ;
- responsabilité : aux risques sont associés à la fois des certitudes (notion de zone à risque : zone inondable, zone sismique, couloir d'avalanche) et des incertitudes (fréquence...et probabilité), menant à effectuer de façon responsable des choix menant soit à des mesures de prévention, soit à des mesures de précaution ;
- Solidarité et citoyenneté, dans la prise en compte du risque et l'éducation à la réaction individuelle lors de la survenue d'un aléa.

Risques et EEDD en sciences de la vie et de la Terre

Les SVT peuvent essentiellement contribuer à « l'éducation aux risques » en prenant en charge deux aspects qui relèvent des compétences spécifiques de la discipline :

  • la connaissance scientifique des aléas correspondant aux risques naturels (STU)
  • la connaissance scientifiques des enjeux sur les systèmes vivants, en particulier sur l'Homme et sa santé (SV)

1- la connaissance des aléas correspondant aux risques naturels
L'étude des aléas naturels constitue une contribution essentielle des sciences de la vie et de la Terre à l'étude du risque. On y comprendra les caractéristiques fondamentales qui peuvent être décrites à partir de cinq questions :
- Quelle est la cause du phénomène ? (contexte géodynamique externe ou interne)
- Quelles sont ses conséquences ? (par quels « mécanismes » agit-il ? )
- Quand se réalise-t-il ? (fréquence, caractère rythmique ou aléatoire, lien avec la prévision)
- Où se réalise-t-il ? (notion de zone à risque)
- Avec quelle intensité ? (quelle énergie mise en jeu, donnée indispensable pour relier l'ensemble aux conséquences sur les enjeux).

Dans le cadre des sciences de la Terre, ces aléas peuvent être reliés :
- à la géodynamique externe : éboulement et écroulement, événements liés à l'eau sous toutes ses formes (inondations, tsunamis etc...), à l'air (tornades, ouragans)
- à la géodynamique interne avec essentiellement les risques sismiques et volcaniques.

En fonction des causes, on pourra clairement montrer les limites des prévisions et des prédictions : par exemple, pour les systèmes mettant en jeu l'atmosphère (cyclones, tornades), on peut prévoir à quelques jours d'échéance les évènements et les lieux avec une certaine incertitude ; de même pour les éruptions volcaniques. Pour les séismes par contre, les incertitudes sont plus grandes et mènent à des prédictions.

Les connaissances scientifiques acquises dans ce cadre constituent des éléments majeurs dont la prise en compte mène à la définition des mesures de prévention ou de précaution...mais elles en suffisent pas. La prise en compte des enjeux et des conséquences du risque devenu catastrophe passe nécessairement par un croisement avec les apports d'autres disciplines (géographie -économie etc...).

En fonction de la localisation de l'établissement, ce travail sur les risques trouvera une application naturelle dans l'intégration de l'éducation aux mesures pratiques prises dans le cadre des PPMS (plan particulier de mise en sécurité).

Pour contribuer à l'EEDD, on insistera donc en SVT sur :
- la mise en place scientifiquement rigoureuse des caractéristiques de ces aléas ;
- la mise en perspective de ces apports en montrant en quoi il conditionne les choix d'aménagements ou les décisions adoptées dans la prise en compte des risques.

2- la connaissance des enjeux sur les systèmes biologiques, en particulier sur la santé humaine
C'est le cas par exemple en collège lorsqu'il s'agit de relier pollution et risque respiratoire.
En quoi le goudron inhalé en fumant représente-t-il un danger ? Avec un certain degré de certitude en ce qui concerne les effets « mécaniques » liés aux dépots dans les voies respiratoire, et une approche plus statistique lorsqu'il s'agit d'envisager l'augmentation du risque de cancer.
L'interférence entre les risques peut aussi être abordé en particulier à propos des maladies cardio-vasculaires.
Ainsi envisagé à l'échelle individuelle, on s'inscrit dans une démarche de « prise en compte de risques » qui ne relève pas d'une perspective de développement durable.
Ce n'est qu'en passant qu'à l'échelle collective qu'on introduit cette dimension ; ainsi une « campagne » dans un domaine de la santé (réduction du tabagisme, réduction de la consommation de produits riches en sucres rapides comme sodas ou sucreries) constitue un geste de développement durable.

RISQUES NATURELS

Échelles d'espace : Local - Global

  • zone à risque global et risque local
  • lien avec la tectonique des plaques, zone innondable...
  • aménagement du territoire

Temps & temps long

  • fréquence du risque et probabilité...
  • crue saisonnière ou centenaire
  • risque volcanique, sismique...
  • changement climatique
  • prise en compte à long terme du risque

Approche systémique

  • enjeux environnementaux, économiques, sociaux...
  • modulation par le contexte culturel
  • formation/information
  • culture du risque

Citoyenneté - Responsabilité - Respect - Solidarité

  • relation entre incertitude, probabilité, prévision, prédiction
  • prise en compte du risque dans l'aménagement ou les choix politiques
  • responsabilité pour demain
  • solidarité face aux catastrophes
  • comportement solidaire dans les situations de crise
  • respect des consignes face au risque

Inspection générale de l'Éducation nationale

Mis à jour le 04 octobre 2009
Partager cet article
fermer suivant précédent