Exemples pour le 2nd degré

La Martinique

Aménagement durable, risques volcanique et sismique

L'étude des risques naturels en Martinique, en lien avec le développement durable, implique la mise en relation de deux approches :

  • Une approche géographique à l'échelle locale et nationale, définissant les spécificités de cet espace insulaire.
  • Une approche plus spécifique au développement durable, afin d'intégrer les trois volets : économie, société et culture et environnement.

1. À l'échelle locale, celle de l'île

Exemple de schéma de la Martinique, un espace insulaire face aux risques :

Schéma de la Martinique

Légende :

Un espace insulaire ultrapériphérique spécifique...

Légende représentant la MartiniqueLa Martinique

Légende représentant la capitale régionaleLa capitale régionale

... qui s'intègre dans un espace national, européen et caribéen...

Légende représentant les relations avec la métropole
Une solidarité nationale et européenne

Légende représentant les relations avec les CaraïbesLes relations avec l'espace caraïbe

... à développer et à ménager en tenant compte des risques.

Légende représentant le risque sismique
Le risque sismique

Légende représentant le risque volcaniqueLe volcan, espace à risques mais touristique

Légende représentant le parc régional de la Martinique Parc régional de Martinique

On peut établir sept constats liés aux risques sismique (arc des Antilles) et volcanique (montagne Pelée) :

  • Au niveau économique
    • La Martinique connaît une forte pression immobilière sur le littoral avec une augmentation de la population de 6% durant les années 1990 et la multiplication des logements individuels. En croisant les zones protégées et soumises à un risque, les espaces disponibles à la construction sont faibles.
    • Le volcan de la Montagne Pelée est un espace touristique exploité qui constitue un atout. La Martinique accueille plus de 600 000 touristes par an (d'après le Comité Martiniquais du Tourisme). Le sud de l'île est davantage tourné vers un tourisme balnéaire tandis que le nord s'appuie sur le tourisme vert avec notamment l'atout de la montagne Pelée.
    • L'économie locale est dépendante de l'extérieur, notamment de la métropole. Les activités économiques essentielles sont liées au tourisme, à la production agricole et à la pêche.
  • Au niveau environnemental
    • Les constructions sans permis de construire restent nombreuses d'où des risques de construction sans les normes antisismiques. Le parc immobilier hérité est lui-même souvent non conforme aux normes actuelles (qui datent de 1992) d'où un risque de destruction catastrophique en cas de séisme majeur,
    • Le milieu naturel martiniquais est riche en biodiversité notamment au nord de l'île mais, fragile.
  • Au niveau de la société et de la culture
    • Le risque affecte un territoire ultra périphérique distant de près de 7 000 km de la métropole. L'insularité et l'éloignement rendent la Martinique très dépendante des liaisons maritimes et aériennes.
    • L'éruption de la Montagne Pelée (au moins 28 000 victimes) date de 1902. En dépit d'une conscience partagée des risques encourus, il convient de poursuivre une politique d'information et de prévention des risques majeurs, à travers une éducation aux comportements à adopter en situation de crise, fondement d'une véritable culture du risque.

2. À l'échelle nationale

La gestion des risques sismique et volcanique dans les DOM dans le cadre d'une politique d'aménagement durable implique de poursuivre un certain nombre d'objectifs :

  • Au niveau économique
    • mieux gérer l'urbanisation, par une politique réglementaire adaptée ;
    • prendre en compte les fortes contraintes environnementales liées aux risques naturels dans les politiques d'aménagement ;
    • promouvoir un développement économique plus diversifié.
  • Au niveau environnemental
    • veiller à l'application des normes de construction antisismique ;
    • protéger un milieu naturel menacé par les pollutions ou par des risques.
  • Au niveau de la société et de la culture
    • assurer une solidarité territoriale et intergénérationnelle. Les Forces Armée des Antilles (forces dites de souveraineté représentant un effectif de 4 200 hommes) participent à des opérations liées à la Défense civile (aide fournies aux Saintes, département de la Guadeloupe, à la suite du tremblement de terre du 21 novembre 2004) ;
    • informer, éduquer les populations aux risques naturels.

Inspection générale de l'Éducation nationale

Mis à jour le 04 octobre 2009
Partager cet article
fermer suivant précédent