L'égalité des filles et des garçons

Table ronde « Genre et Parcours scolaire des filles et des garçons »

par Jean-Louis Lacombe,
délégué général de la fondation d'entreprise EADS, fondateur de "C.Génial" (fondation pour la promotion de la culture scientifique et technique).

Etablissements scolaires et entreprises appartiennent à des mondes profondément différents

  • Organisation de la direction et de l'administration
    • Centralisée et uniformisée (malgré la déconcentration), structures fortement hiérarchiques de direction et d'administration pour l'Éducation nationale.
    • Très forte diversité des organisations des entreprises selon la taille (PME, Groupes, ...), les secteurs d'activités (Industrie, BTP, Banques, Services et commerce) et le type (secteur privé, secteur public).
  • Organisation du travail
    • Importance du travail individuel pour les enseignants.
    • Importance du travail en équipe dans les entreprises
    • Evaluation des performance et gestion des carrières très différentes
  • Forte disparité des conditions sociales et des valeurs dominantes (Sécurité de l'emploi, service public, efficacité sociale-versus compétition interindividuelle, recherche de l'efficacité économique, ...)

Le monde de l'enseignement et celui de l'entreprise se connaissent mal

  • Manque d'échange et de dialogue
    • Peu de rencontres, de stages de formation, ...
    • Responsabilité partagée
  • Les occasions de connaissance indirecte ont des effets plutôt négatifs (exemple : connaître le monde de l'enseignement au travers du rôle de parents d'élève, connaître l'entreprise à travers la recherche de stage en entreprise ou pour la recherche d'emploi pour un enfant)
  • Les comparaisons des deux systèmes, dans un pays excessivement influencé par des corporatismes de toutes natures, génère souvent frustration et jalousie.
  • Ce qui devrait rapprocher enseignement et entreprise qui touche à la complémentarité de leur rôle (création des richesses par mise en oeuvre des connaissances, acquisition et enseignement des connaissances) n'est pas mis en lumière.

En matière de parité le monde de l'entreprise est engagé dans une mutation importante

  • La mentalité des dirigeants d'entreprise évolue fortement, la loi renforce cette évolution :
    • Les écarts de salaires entre hommes et femmes sont d'au moins 15% à ce jour (à qualification et responsabilité comparables), la disparition de cet écart devrait se faire durant les dix à quinze prochaines années.
    • Les différences qui rendent le déroulement de carrière plus lent pour les femmes (maternité, implication dans les taches domestiques, ...) sont les plus difficiles à combattre.
  • L'évolution de la démographie française et la baisse d'intérêt des garçons pour la science et la technologie ouvre une fenêtre d'opportunité exceptionnellement favorable aux filles dans les entreprises :
    • Les métiers scientifiques et techniques attirent moins les garçons, pour des raisons diverses (peur de la difficulté, attractivité médiocre des salaires, prestige moindre que finance ou commerce)
    • Les besoins des entreprises sont croissants (avec des postes de qualifications toujours croissantes)
    • L'opportunité offerte aux filles ne sera exploité que si le monde enseignant s'investit dans cet enjeu.
    • L'intérêt des filles pour les métiers bénéficiant d'une image de forte utilité sociale (santé, éducation, services sociaux, ...) peut contribuer à un conservatisme qui leur est globalement défavorable. Ce qui ne sera pas résolu par une meilleure utilisation du talent des filles et des garçons sera compensé par le recours à l'immigration et aux délocalisations.

Axes de progrès

  • Combattre la défiance entre enseignement et entreprises par des échanges permettant de comprendre et de connaître l'autre, le but étant de s'engager dans des actions conjointes,
  • Montrer que enseignement et entreprises partagent l'ambition de donner à chacun et à chacune les meilleures perspectives de développement et de mode de vie,
  • Conforter la parité comme un des acquis majeurs du développement humain,
  • Accorder toute l'importance qu'elles méritent aux sciences et aux technologies qui sont la clé des métiers du futurs.
Mis à jour le 02 septembre 2009
Partager cet article
fermer suivant précédent