Contrôle en cours de formation

Les situations d'évaluation

Les épreuves et unités évaluées par contrôle en cours de formation sont organisées en une ou plusieurs situations d'évaluation définies par le réglement d'examen de chaque spécialité de diplôme.

Les situations d'évaluation sont organisées par l'établissement de formation (Lycée, GRETA, CFA) et sont complétées, pour certains diplômes, par l'évaluation des acquis en entreprise.

En règle générale, les compétences sont évaluées sur le lieu de leur acquisition et de ce fait varient selon le statut du candidat. Néanmoins, le réglement d'examen spécifie éventuellement les compétences devant faire l'objet d'une évaluation en établissement de formation et celles devant faire l'objet d'une évaluation en entreprise ou en milieu professionnel.

Cette page, qui s'adresse principalement aux enseignants, aborde d'un point de vue méthodologique les situations d'évaluation en établissement de formation et en entreprise. Comment construire une situation d'évaluation ? Comment mesurer les performances ? Comment évaluer les acquis en entreprise ?

Construire une situation d'évaluation d'une unité du domaine professionnel

Le règlement particulier de l'examen spécifie les situations d'évaluation en établissement de chaque épreuve.

a) Les données du contexte

Une situation d'évaluation par CCF est définie à partir des éléments suivants :
- les compétences à évaluer,
- les conditions de l'évaluation,
- la définition de l'activité à réaliser,
- les conditions de réalisation de l'activité,
- la performance attendue pour les critères de l'évaluation (indicateurs d'évaluation).

Les conditions de réalisation de l'activité comportent des éléments relatifs au contexte technique (moyens, équipements, modes d'organisation du travail…), aux consignes, aux caractéristiques de temps et de lieu, à la situation de communication, aux relations fonctionnelles, aux outils et documents fournis, à l'étendue de responsabilité et au degré d'autonomie.

Lorsque la liaison entre activités, tâches professionnelles et unités constitutives du diplôme sont bien articulées, l'activité à réaliser, les conditions de réalisation, la performance attendue et les indicateurs d'évaluation sont directement extraits du "référentiel des activités professionnelles" et du "référentiel de certification ". Il revient au formateur de choisir le contexte technique, les outils et les documents, d'adapter les consignes et de traduire les indicateurs d'évaluation dans le contexte de l'évaluation.

Si cette liaison n'apparaît pas clairement dans l'écriture du référentiel, il faut alors repérer, pour les compétences concernées par l'épreuve, les activités et tâches professionnelles qui les mobilisent.

b) La méthode

La méthode de construction d'une situation est donc la suivante :
- repérer les activités et tâches professionnelles du "référentiel des activités professionnelles" correspondant à l'unité à évaluer ;
- choisir des activités et tâches caractéristiques pouvant être organisées dans le processus de formation et dans le temps imparti par le règlement d'examen ;
- identifier les compétences associées et celles qui sont à évaluer (cf. définition de l'épreuve dans le règlement de l'examen) ;
- contextualiser les données et les indicateurs de performance à partir du référentiel de certification (colonnes " on donne " et " indicateurs de performance ") ;
- rédiger le travail demandé et mettre en place les moyens matériels.

Cette démarche peut amener à créer des situations d'évaluation différentes des situations de travail réel. Ne serait-ce que parce que les situations de travail réel sont complexes et ne séparent pas les unes des autres les compétences mobilisées. C'est l'essentiel des différences qui existent entre une situation de travail réel et une situation de travail simulé. La situation de travail simulée ne doit pas dénaturer ou modifier anormalement le contexte d'une situation de travail réelle. Dans tous les cas on cherchera en priorité à se placer dans des situations de travail réel.

c) La mesure de la performance des candidats

L'évaluation, pour être objective, prend appui sur une analyse des performances du candidat. En ce qui concerne les épreuves du domaine professionnel, le référentiel de certification précise, pour chaque compétence visée, les indicateurs d'évaluation (ou critères d'évaluation). Ces indicateurs portent, simultanément ou non, sur le résultat obtenu, sur le processus ou la démarche utilisée, voire sur des aptitudes du candidat ou sur le temps imparti. Il importe d'identifier ces prescriptions pour définir le contrat d'évaluation.

C'est la concision des critères d'évaluation qui permet de valider finement le degré de maîtrise d'une compétence. Les critères énoncés dans les référentiels sont rédigés quelquefois en des termes très généraux. Dans ces cas, et en fonction du contexte et du travail demandé, les évaluateurs les traduiront en des indicateurs de performance mesurable.

Les compétences peuvent avoir des poids différents et donc être affectées de coefficients différents ou de valeurs différentes. Le poids attribué à une compétence est fonction des exigences de la qualification visée, de la complexité et de la nature des activités à effectuer, de son importance dans la qualification et non du moment ou elle est évaluée. Cette règle s'applique également aux situations d'évaluation.

La pondération des compétences au sein d'une épreuve ou d'une unité fait l'objet d'une réflexion collective, menée sous l'autorité des corps d'inspection, dans le cadre de travaux d'harmonisation ou de conception d'outils ou grilles d'évaluation. Cette pondération doit préserver la souplesse du CCF en respectant d'une part le principe du sondage portant sur un ensemble pertinent de compétences caractéristiques du domaine considéré et d'autre part le principe d'initiative des équipes pédagogiques qui sélectionnent les compétences parmi celles prévues par l'épreuve.

Construire une situation d'évaluation d'une unité du domaine général

Le règlement particulier de l'examen spécifie, pour chaque épreuve, les situations d'évaluation en établissement.
Les principes de construction des situations d'évaluation sont de même nature que dans le cas du domaine professionnel, mais appuyés sur les objectifs, sur les compétences, sur le contexte et les critères d'évaluation de la discipline concernée.

L'évaluation en entreprise (ou milieu professionnel)

Ce chapitre concerne les diplômes ou les spécialités de diplômes pour lesquels la réglementation prévoit une évaluation certificative de la période de formation en entreprise (ou milieu professionnel).

Les principes de l'évaluation en entreprise

La construction d'une situation d'évaluation en entreprise doit prendre en compte deux facteurs :

- le partage de la responsabilité de l'évaluation entre professeurs et tuteurs,
- la situation de travail réel qui est souvent globale et complexe.

En entreprise, il n'est pas nécessaire, sauf exception prévue par le règlement d'examen, de construire des situations d'évaluation. L'évaluation des compétences liées à une unité de certification s'effectue par l'observation du comportement du candidat à son poste de travail, dans des phases d'activité prescrites favorables.

Toute la difficulté réside dans la compréhension que le tuteur et l'équipe pédagogique ont de la situation de travail et des compétences qui y sont mobilisées. Une analyse des situations de travail offertes au stagiaire qui permet d'identifier les compétences mobilisées est donc indispensable à deux titres :

- pour choisir les activités à lui confier,
- pour procéder à leur évaluation.

Les deux modalités principales d'évaluation en entreprise

Les dispositions relatives à l'évaluation des périodes de formation en entreprise sont définies par le règlement d'examen de chaque spécialité de diplôme. Selon le niveau de formation et selon les spécialités de diplôme, on distingue deux modalités principales d'évaluation :

a) Une évaluation basée sur l'observation

Elle concerne principalement les diplômes de niveau V et quelques spécialités de baccalauréat professionnel. L'évaluation de l'épreuve prenant en compte la formation en milieu professionnel s'effectue par observation, réalisée par le tuteur, du candidat à son poste de travail, dans des phases d'activité prescrites favorables. Elle porte sur les compétences mises en œuvre lors de la réalisation d'activités découlant de la contractualisation entre l'établissement de formation et l'entreprise.

L'évaluation s'effectue au cours ou à l'issue des périodes en entreprise et porte sur les situations de travail réalisées par le candidat. Le(s) formateur(s) concerné(s) et le tuteur de l'entreprise (ou maître d'apprentissage pour les CFA habilités) déterminent conjointement l'appréciation et la proposition de note.

b) Une évaluation basée sur l'observation et sur un dossier de synthèse

Elle concerne principalement les diplômes de niveau IV. Lorsque l'évaluation en entreprise prévoit l'élaboration d'un dossier de synthèse, l'évaluation des compétences, prévue par l'épreuve prenant en compte la formation en milieu professionnel, s'effectue généralement en trois phases. Ces trois phases visent l'évaluation de compétences prévues par le référentiel de certification du domaine professionnel :

- une observation par le tuteur, du candidat à son poste de travail, dans des phases d'activité prescrites favorables (idem paragraphe "a" précédent). Le(s) formateur(s) concerné(s) et le tuteur de l'entreprise déterminent conjointement l'appréciation et la note pour cette partie ;

- un dossier de synthèse élaboré par le candidat et visé par le tuteur de l'entreprise ou le maître d'apprentissage. Ce visa atteste que les activités développées dans le dossier correspondent à celles confiées à l'élève au cours de sa formation en entreprise. Les parties constitutives de ce dossier visent à éclairer les évaluateurs sur la maîtrise des compétences acquises en entreprise et sur sa connaissance du milieu professionnel. Cette évaluation s'intéresse à d'autres compétences professionnelles que celles évaluées par l'observation ;

- un oral de présentation des travaux réalisés en entreprise prenant également appui sur le dossier de synthèse. La présentation orale est effectuée devant une commission d'évaluation composée des professeurs concernés et d'un professionnel. L'absence de ce dernier ne peut en aucun cas invalider le déroulement de cette situation d'évaluation.

Le moment choisi pour l'évaluation peut être différent pour chacun des candidats. Son choix relève de la responsabilité des formateurs. La période d'évaluation est définie par le règlement d'examen.

La note finale proposée conjointement au jury résulte de la moyenne obtenue aux trois phases, affectée éventuellement d'un coefficient.
Les propositions de note présentées au jury sont argumentées, notamment au moyen des documents ayant servi à élaborer le contrat d'évaluation passé entre l'établissement et l'entreprise (ex. : grille d'évaluation). Les notes définitives sont arrêtées par le jury qui aura communication des documents précités.


Mis à jour le 19 juillet 2007
Partager cet article
fermer suivant précédent