Education à l'alimentation

L'importance d'une éducation à l'alimentation précoce et durable

Le code de l'éducation prévoit qu'une information et une éducation à l'alimentation soient dispensées dans les écoles. L'école est en effet un lieu privilégié pour permettre aux élèves d'acquérir les habitudes alimentaires adaptées.

Pourquoi un espace de ressources consacré à l'éducation à l'alimentation ?

La loi d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt du 13 octobre 2014 inscrit l'éducation à l'alimentation de la jeunesse comme un axe prioritaire de la politique publique de l'alimentation.  La LAAF a également modifié le code de l'éducation pour qu'une information et une éducation à l'alimentation soient dispensées dans les écoles, dans le cadre des enseignements ou du projet éducatif territorial.

Pourquoi une éducation à l'alimentation à l'école ?

L'école est un lieu privilégié pour permettre aux élèves d'acquérir les habitudes alimentaires adaptées. De plus, l'alimentation joue un rôle socialisant déterminant.

Tous les élèves, de la maternelle au lycée, sont concernés.

Si un certain nombre de ressources éducatives visent le niveau primaire - car c'est un âge où ce type d'actions a le plus d'impact en matière d'évolution des habitudes alimentaires -, l'éducation à l'alimentation dans les écoles, collèges et lycées peut être appréhendée par un ensemble d'acteurs dans ses différentes dimensions :

  • nutritionnelle ;
  • culturelle et patrimoniale : les élèves peuvent découvrir, à travers l'étude de la gastronomie, un art de vivre, la découverte de pratiques culinaires différentes d'un pays à l'autre, la reconnaissance d'un patrimoine culturel immatériel par l'UNESCO, etc.
  • géopolitique : enjeu mondial avec 6 milliards d'êtres humains sur Terre actuellement et 9 milliards prévus en 2050, l'accès à une alimentation de qualité et en quantité suffisante interroge les pratiques agricoles, les nouvelles techniques de production, les échanges entre pays, etc. 
  • environnementale : la gestion du gaspillage et des pertes alimentaires, les modes de production agricoles, la performance économique et environnementale, pour ne citer que ses aspects, constituent également un enjeu d'avenir dans le cadre d'une responsabilité collective.

On le voit, professeurs d'économie, de géographie, SVT (sciences et vie de la terre), PSE (prévention santé environnement), langues vivantes, EPS (éducation physique et sportive), etc., peuvent conduire un ensemble de projets d'éducation à l'alimentation en lien avec les programmes d'enseignement et les autres acteurs intervenant au sein de l'établissement scolaire (adjoint économique ou gestionnaire, chef de cuisine, conseiller principal d'éducation, assistant d'éducation, producteur local, diététicien, association, etc.).

De nombreux projets peuvent également impliquer directement ou indirectement les familles des élèves.

A l'échelle de l'établissement, l'éducation à l'alimentation trouvera sa place dans la programmation d‘actions du comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), et dans un axe du projet d‘école ou d‘établissement.

La politique éducative de santé

Trois principes essentiels

Les orientations de la politique éducative de santé définies par la circulaire n° 2011-216 du 2-12-2011 relative (BOEN n° 46 du 15 décembre 2011), s'appuient sur trois principes essentiels

  1. la mise en œuvre systématique de la démarche de projet adaptée aux réalités et aux besoins spécifiques de chaque école ou établissement, soit :
  • tout au long de l'année scolaire, au sein des projets d'établissement ou de classe (en combinant différents types d'actions par exemple ou en choisissant une action dont la mise en œuvre s'étale en plusieurs séances)
  • sur un trimestre ou une partie de l'année ;
  • plus ponctuellement.

2. la responsabilisation de l'ensemble des acteurs du système éducatif (personnels d'inspection, de direction, d'enseignement, d'éducation, d'orientation, personnels administratifs, techniciens, ouvriers, de service et de santé (ATOSS) ;

3. l'ouverture à de nouveaux partenaires.

Quatre axes principaux

  1. Une politique éducative sociale et de santé intégrée au projet académique et aux projets d'école et d'établissement via le comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC) ;
  2. Une politique éducative de santé en cohérence avec la politique publique de santé par une approche globale portant sur l'ensemble des déterminants de santé comme sur les principaux besoins des élèves ;
  3. Un pilotage, un accompagnement et un partenariat renforcés aux différents échelons ;
  4. Un programme d'actions construit autour des besoins identifiés dans le cadre de la démarche de projet et dans le but de :
  •  faire acquérir aux élèves des bonnes habitudes d'hygiène de vie et de lutter contre la néophobie alimentaire ;
  • généraliser la mise en œuvre de l'éducation à l'alimentation en promouvant les activités physiques pour une prévention du surpoids et de l'obésité ;
  • redonner du sens à l'alimentation et recréer le lien entre production et consommation, au travers de différentes thématiques : production, saisonnalité, territoires, patrimoine, cultures alimentaires, goût et spécificités des produits, métiers, etc ;
  •  lutter contre le gaspillage alimentaire.

Programme national pour l'alimentation (PNA) et programme national nutrition santé (PNNS)

Les PNA et PNNS sont en cohérence et en complémentarité.

Le code rural et de la pêche maritime précise que « Le programme national pour l'alimentation détermine les objectifs de la politique de l'alimentation mentionnée au 1° du I du présent article, en prenant en compte notamment la justice sociale, l'éducation alimentaire de la jeunesse et la lutte contre le gaspillage alimentaire. Pour assurer l'ancrage territorial de cette politique, il précise les modalités permettant d'associer les collectivités territoriales à la réalisation de ces objectifs. Il propose des catégories d'actions dans les domaines de l'éducation et de l'information pour promouvoir l'équilibre et la diversité alimentaires, les produits locaux et de saison ainsi que la qualité nutritionnelle et organoleptique de l'offre alimentaire, dans le respect des orientations du programme national relatif à la nutrition et à la santé défini à l'article L. 3231-1 du code de la santé publique. »

Programme national de l'alimentation (PNA)

L'objectif majeur du PNA est de « faciliter l'accès des plus jeunes à une bonne alimentation fondée sur le goût, l'équilibre entre les aliments et les rythmes des prises alimentaires, la convivialité dès l'école primaire, donner à chacun les moyens de connaître, accéder et apprécier la richesse de l'alimentation en France.

 

Code de l'éducation, article L. 312-17-3, introduit par la loi n° 2014-1170 du 13 octobre 2014 d'avenir pour l'agriculture, l'alimentation et la forêt (LAAF)

« Une information et une éducation à l'alimentation, cohérentes avec les orientations du programme national relatif à la nutrition et à la santé mentionné à l'article L. 3231-1 du code de la santé publique et du programme national pour l'alimentation mentionné à l'article L. 1 du code rural et de la pêche maritime, sont dispensées dans les écoles, dans le cadre des enseignements ou du projet éducatif territorial mentionné à l'article L. 551-1 du présent code. » ».

 ???  Présentation de la procédure de labellisation PNA et notamment de son attribution à des outils pédagogiques, gage de validation des outils, supports, méthodologies par les ministères concernés (en charge de l'éducation nationale, la santé, l'agriculture, l'environnement, la culture).

Programme national nutrition santé (PNNS)

L'objectif majeur du PNNS 2011-2015 est d'« améliorer de l'état de santé de l'ensemble de la population en agissant sur la nutrition. Le PNNS 2011-2015 prolonge, précise et renforce les axes des précédents PNNS ». Il intègre désormais le Plan obésité orienté vers les dispositifs extérieurs de prise en charge.

La politique nutritionnelle à l'école participe de la réussite scolaire et éducative en agissant sur des leviers de réduction des inégalités, notamment par l'offre alimentaire en milieu scolaire, l'éducation nutritionnelle et la lutte contre l'obésité. Elle est incluse dans la politique de promotion de la santé mise en œuvre dans les écoles et les établissements, dans le cadre de la mission d'éducation à la citoyenneté de l'école.

Les conséquences sur la santé tant des conditions de vie que des habitudes de vie sont d'autant plus marquées que les personnes sont dans des conditions socioéconomiques plus défavorables. Ainsi, le développement de la promotion de la santé en milieu scolaire constitue l'un des meilleurs leviers pour améliorer la santé et réduire les inégalités.

Mis à jour le 11 septembre 2015
Partager cet article
fermer suivant précédent