Éducation à la sexualité

Les enjeux de l'éducation à la sexualité

L'éducation à la sexualité contribue à la construction de la personne et à l'éducation du citoyen. À l'école, au collège et au lycée, elle vise à permettre aux élèves d'adopter des attitudes de responsabilité individuelle et sociale.

Qu'est ce que l'éducation à la sexualité ?

L' École a, dans le cadre de sa mission éducative, une responsabilité propre vis à vis de la santé des élèves et de la préparation à leur future vie d'adulte. Son action est complémentaire du rôle premier joué par les familles dans la construction individuelle et sociale des enfants et des adolescents, dans l'apprentissage du "vivre ensemble".

L'éducation à la sexualité, composante du parcours éducatif de santé et de l'éducation du citoyen, y contribue de manière spécifique, en lien avec les enseignements. Elle est une démarche éducative qui concerne à la fois :

  • des questions de santé publique : grossesses précoces non désirées, infections sexuellement transmissibles, dont le VIH /sida ;
  • la construction des relations entre les filles et les garçons et la promotion d'une culture de l'égalité ;
  • des problématiques relatives aux violences sexuelles, à la pornographie ou encore à la lutte contre les préjugés sexistes ou homophobes.

L'éducation à la sexualité à l'École favorise un apprentissage de l'altérité, des règles sociales, des lois et des valeurs communes.

Télécharger ici l'infographie

Objectifs

L'estime de soi, le respect de l'autre, l'acceptation des différences, la compréhension et le respect de la loi, la responsabilité individuelle et collective, constituent des objectifs essentiels de cette démarche éducative. Les intervenants sont attentifs à poser les limites nécessaires entre l'espace public et l'espace privé afin que le respect des consciences, du droit à l'intimité et de la vie privée de chacun soit garanti. 

Elle vise à :

  • apporter aux élèves des informations objectives et des connaissances scientifiques ;
  • permettre une meilleure perception des risques - grossesses précoces, infections sexuellement transmissibles, sida - et favoriser des comportements de prévention ;
  •  informer sur les ressources d'information, d'aide et de soutien dans et à l'extérieur de l'établissement.

mais aussi à :

  • faire connaître aux élèves les dimensions relationnelle, juridique, sociale et éthique de la sexualité ;
  • accompagner leur réflexion sur le respect mutuel, le rapport à l'autre, l'égalité filles-garçons, les règles de vie en commun, le sens et le respect de la loi ;
  • développer l'exercice de l'esprit critique, notamment par l'analyse des modèles et des rôles sociaux véhiculés par les médias.

L'éducation à la sexualité, au travers de la multiplicité des dimensions qu'elle prend en compte, participe au développement des compétences psychosociales définies par l'organisation mondiale de la santé (OMS) en 1993. Cette notion recouvre la capacité d'une personne à répondre avec efficacité aux exigences et aux épreuves de la vie quotidienne, à maintenir un état de bien-être mental, en adaptant un comportement approprié et positif, notamment dans les relations avec les autres.

Mise en œuvre

L'éducation à la sexualité, inscrite dans le nouveau socle commun de connaissances, de compétences et de culture, doit trouver sa place à l'École dans un projet éducatif global. L'éducation à la sexualité est l'affaire de tous. Elle ne doit pas se limiter au champ scientifique ou citoyen et peut être abordé à l'occasion de tous les enseignements.

Elle se développe notamment, mais pas exclusivement, dans le domaine 3 (la formation de la personne et du citoyen) et le domaine 4 (les systèmes naturels et les systèmes techniques). Les trois autres domaines peuvent aussi être mobilisés.

À l'école, au collège comme au lycée, elle se construit aussi bien à travers :

  • les objectifs et contenus des enseignements et, pour le second degré, l'organisation de séances spécifiques ;  
  • la vie quotidienne des établissements : tout adulte de la communauté éducative contribue à réguler les relations entre les jeunes et à développer chez les élèves le respect de soi et de l'autre.

Principes éthiques

Les intervenants seront attentifs aux principes éthiques suivants :

  • Promouvoir l'égalité ;
  • Respecter les principes de laïcité et de neutralité ;
  • Se référer aux lois en vigueur et aux valeurs humanistes ;
  • S'inscrire dans la sphère publique, permettre aux élèves de poser les limites entre leur intimité, qui relève de l'espace privé et ce qui peut être dit, vu, entendu et exercé de la sexualité dans l'espace public. Il ne s'agit pas, pour les jeunes comme pour les adultes, de parler de leur intimité, ni d'être dans la transparence ;
  • Partir des préoccupations et des interrogations des jeunes et favoriser les échanges entre eux.

Les interventions s'inscrivent dans le projet d'établissement, dans le cadre du comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté et dans une démarche partenariale associant l'équipe éducative, les parents, les élèves et les intervenants extérieurs. Au collège et au lycée, les conseils de vie collégienne et les conseils des délégués à la vie lycéenne sont partie prenante.
Elles prennent en compte les besoins identifiés dans l'établissement ou son environnement et les ressources disponibles. Les établissements pourront solliciter l'appui des équipes ressources académiques ou départementales, et des formateurs académiques en éducation à la sexualité.
Les séances sont programmées par l'établissement. Leur préparation peut nécessiter une ou plusieurs réunions entre les intervenants et les responsables du projet dans l'établissement afin d'en déterminer les modalités (contenu pédagogique, public concerné, taille des groupes, lieux, durée, techniques de l'intervention ...).

A la suite des interventions, un bilan est réalisé :

  • sur les aspects quantitatifs et qualitatifs ;
  • sur les processus de mise en œuvre.

Une sensibilisation des parents peut être organisée en lien avec les représentants des parents d'élèves ou dans le cadre des Espaces parents.

Déroulement des séances

Il s'agit de travailler avec les élèves dans une démarche fondée sur la confiance dans leurs capacités, visant à développer l'estime de soi et l'aptitude à faire des choix personnels. L'éducation à la sexualité doit prendre la forme d'une invitation au dialogue et non d'un discours sur la sexualité.

Les intervenants veilleront à :

  • intervenir en binôme comprenant un membre de l'équipe éducative et un intervenant extérieur ou deux membres de l'équipe éducative, tous formés à cet effet ;
  • organiser des groupes à effectif réduit.

Ils seront également attentifs à :

  • poser et respecter les règles de fonctionnement du groupe ;
  • instaurer et assurer dans les groupes un climat de confiance ;
  • respecter la parole ou le silence de chacun ;
  • prendre de la distance par rapport à leurs expériences et leurs représentations ;
  • amener le groupe à élaborer ses propres réponses ;
  • apporter des informations précises avec un vocabulaire adéquat et répondre de façon adaptée au niveau de maturité des élèves.

À consulter



Mis à jour le 31 mars 2017
Partager cet article
fermer suivant précédent