Suivez-nous
L'égalité des filles et des garçons

Les enjeux de l'égalité filles-garçons

L'égalité des filles et des garçons est la première dimension de l'égalité des chances que l'École doit garantir aux élèves : il s'agit d'une obligation légale et d'une mission fondamentale.

Une obligation légale

L'École compte parmi ses missions fondamentales celle de garantir l'égalité des chances des filles et des garçons. C'est le sens des articles L. 121-1 et L. 312-17-1 du code de l'éducation qui disposent que l'École contribue, à tous les niveaux, à favoriser la mixité et l'égalité entre les femmes et les hommes, notamment en matière d'orientation, ainsi qu'à la prévention des préjugés sexistes et des violences faites aux femmes.

La loi du 8 juillet 2013 est venue rappeler que la transmission du respect de l'égalité entre les femmes et les hommes se fait dès la formation dans les écoles élémentaires. Elle a en outre introduit un nouvel enseignement moral et civique, qui « fait acquérir aux élèves le respect de la personne, de ses origines et de ses différences, de l'égalité entre les femmes et les hommes, ainsi que de la laïcité » (article L. 311-4 du code de l'éducation). Elle a enfin inscrit dans les missions des écoles supérieures du professorat et de l'éducation celle de « sensibiliser l'ensemble des personnels enseignants et d'éducation à l'égalité entre les femmes et les hommes et à la lutte contre les discriminations » (article L. 721-2 du code de l'éducation)

Concrètement, l'action du ministère en matière d'égalité s'inscrit dans le cadre de la convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif, 2013-2018. Au sein de la DGESCO, une mission « prévention des discriminations et égalité filles-garçons » est chargée du suivi de la mise en œuvre de cette convention, des relations interministérielles et interinstitutionnelles, des relations avec les associations ainsi que de l'animation d'un réseau national de chargé-e-s de mission académiques.

La convention interministérielle pour l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes dans le système éducatif

Elle a été signée en 2013, pour une durée de cinq ans, par les ministères : de l'éducation nationale ; des droits des femmes ; du travail, de l'emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social ; de l'enseignement supérieur et de la recherche ; de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt ; de la réussite éducative.

Les objectifs

La présente convention désigne comme objectif prioritaire une approche globale de l'éducation à l'égalité des sexes et est porteuse d'une vision partagée : la réussite de tous et toutes, élèves, apprentis ou étudiants, qui est au cœur de la mission du service public, suppose de créer les conditions pour que l'École porte à tous niveaux le message de l'égalité entre les filles et les garçons et participe à modifier la division sexuée des rôles dans la société.

La convention interministérielle dégage trois 3 chantiers prioritaires :

Acquérir et transmettre une culture de l'égalité entre les sexes
Renforcer l'éducation au respect mutuel et à l'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes
S'engager pour une plus grande mixité des filières de formation et à tous les niveaux d'étude.

Les organismes partenaires

Les associations "Femmes et mathématiques", "Femmes et sciences", "Femmes ingénieurs" interviennent en milieu scolaire dans l'objectif d'encourager, chez les jeunes filles, les vocations pour les carrières scientifiques et technologiques, en améliorant notamment la connaissance des filières et des métiers. Elles proposent des rencontres avec des femmes engagées dans les carrières scientifiques.

Site de l'association "Femmes et mathématiques"

Site de l'association "Femmes et sciences"

Site de l'association "Femmes ingénieurs"

 L'association "Elles bougent" fait découvrir, par un dispositif de marrainage, les métiers d'ingénieures et techniciennes de l'automobile, de l'aéronautique, du spatial, du transport ferroviaire, du maritime et de l'énergie.

Site de l'association "Elles bougent"

 L'association française des femmes diplômées des universités (AFFDU) organise chaque année un concours au sein des écoles et des établissments scolaires dénommé "Les Olympes de la parole".

Site de l'AFFDU

L'association Réussir l'Égalité Femmes-Hommes (REFH) œuvre d'une part, à alerter et agir - femmes et hommes ensemble - contre toute forme de discrimination et de violence en fonction du sexe, d'autre part à faire reconnaître et promouvoir les compétences des femme,s afin d'accroître leur rôle et leur pouvoir de décision dans la vie professionnelle, sociale et publique. Le champ d'action principal, mais non exclusif, est l'éducation, de la maternelle à l'enseignement supérieur et à la recherche, à tous les niveaux : local, national et international.

Site de REFH

Le Centre National d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CNIDFF), association créée en 1972, assure la direction, la coordination et la représentation nationale de l'activité d'un réseau de 112 Centres d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles (CIDFF) implantés sur l'ensemble du territoire. Ces CIDFF exercent une mission générale d'information auprès d'un public composé prioritairement des femmes et des familles, dans les domaines de l'accès aux droits, de la lutte contre les violences sexistes, du soutien à la parentalité, de l'emploi, de la formation professionnelle, de la création d'entreprise, de la sexualité et de la santé. En complément des actions d'information individuelle, les CIDFF conduisent également des actions d'information collective auprès des élèves et des équipes éducatives dans les établissements scolaires. Ces actions ont notamment pour objectif de favoriser le respect et l'égalité entre filles et garçons, de favoriser la diversification des choix d'orientation et de lutter contre les discriminations sexistes, notamment en promouvant l'histoire des femmes.

Site du CNIDFF

Le Centre Hubertine Auclert, regroupement d'associations, de collectivités locales et de syndicats, a pour principaux objectifs la sensibilisation de différents publics à la nécessité de lutter contre les inégalités et les discriminations fondées sur le sexe et le genre, la promotion de l'égalité entre les femmes et les hommes et la production d'expertise dans ce domaine. Il intègre en son sein l'Observatoire régional des violences faites aux femmes. Ses activités consistent principalement à : conseiller et accompagner tout porteur ou porteuse de projet en faveur de l'égalité femmes-hommes ; favoriser les interventions sur l'égalité femmes-hommes et la lutte contre les discriminations sexistes en milieu scolaire ; proposer, via son site internet, une plate-forme d'orientation vers les informations, les bases de données et les ressources dans le domaine de l'égalité femmes-hommes, notamment « l'égalithèque » ; être à l'initiative d'évènements destinés à sensibiliser le grand public et mettre en valeur les acteurs et actrices de l'égalité ; accompagner ses membres dans le montage de leurs projets et mutualiser les compétences.

Le Centre Hubertine Auclert pilote notamment l'opération "Stop cybersexisme", opération de sensibilisation au cybersexisme, qui s'est déclinée en campagne d'affichage dans le métro francilien, en actions d'accompagnement de collèges et lycées, avec interventions en milieu scolaire, en diffusion par voie postale et numérique de flyers pédagogiques à destination des jeunes et des adultes. "Stop cybersexisme" a été primée 3ème lauréate du prix "Prévention Délinquance 2015" qu'organisent le Comité interministériel de prévention de la délinquance (CIPD) et le Forum français pour la sécurité urbaine (FFSU). Un kit ressources est disponible en téléchargement.

Site du CHA

Site Stop cybersexisme

Télécharger le kit ressources

Mis à jour le 27 novembre 2015
Partager cet article
fermer suivant précédent