Coopération franco-écossaise

Les accords franco-écossais

La France et l'Écosse partagent une longue histoire de coopération. La lettre d'intention en matière d'éducation signée le 3 octobre 2013 s'inscrit dans cette logique.

La coopération France-Ecosse en matière d'éducation

La déclaration d'intention signée entre la France et l'Écosse le 3 octobre 2013  vient renforcer la coopération  en matière d'éducation.

Déclaration d'intention fans le domaine de la coopération éducative et de la formation, Edimbourg, 3 octobre 2013

La déclaration d'intention fait suite à la déclaration signée en 2004,
Déclaration d'intention dans le domaine de la coopération éducative et de la formation, Paris, 30 novembre 2004

Elle s'inscrit dans le cadre de la convention culturelle de 1948 entre le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et la France.
Convention culturelle entre la République française et le Royaume-Uni de Grande Bretagne et d'Irlande du Nord, Paris, 2 mars 1948

Elle est une étape de plus dans l'histoire des deux pays, le premier traité de coopération ayant été signé dès 1295 : la Vieille Alliance.

La Vieille Alliance (Auld Alliance)

La Vieille Alliance (Auld Alliance) est un traité signé à Paris le 23 octobre 1295 entre le roi de France Philippe le Bel et le roi d'Écosse Jean de Baliol. Il lie la France, l'Écosse - et la Norvège - contre l'Angleterre.

Avant tout militaire et défensive, la Vieille Alliance a eu des effets culturels qui ont perduré à travers les siècles, notamment la possibilité d'une double citoyenneté française et écossaise. Cette disposition du traité est restée en vigueur jusqu'au début du XXème siècle, la double nationalité étant accordée sur simple demande jusqu'en 1903.

Le traité a affecté par ailleurs la vie des Écossais dans différents domaines : l'architecture, la loi, la langue.

Mis à jour le 07 avril 2017
Partager cet article
fermer suivant précédent