Mémoire et histoire

Concours national de la Résistance et de la Déportation

Vecteur essentiel de transmission de la mémoire, le Concours national de la Résistance et de la Déportations offre aux élèves l'opportunité d'approfondir leurs connaissances sur certains aspects fondamentaux de l'histoire de la Seconde Guerre Mondiale, ainsi que l'occasion de réfléchir à la dimension civique de ces événements.

Objectif du Concours national de la Résistance et de la Déportation

Institué en 1961 par Lucien Paye, ministre de l'éducation nationale, à la suite d'initiatives d'associations d'anciens résistants et déportés, le Concours national de la Résistance et de la Déportation (CNRD) est un concours scolaire qui s'appuie sur l'enseignement de l'histoire, de l'histoire des mémoires, de la Résistance et de la Déportation.

Chaque année, un thème est défini, pouvant faire l'objet d'un véritable travail interdisciplinaire.

Ce concours a pour objectif de perpétuer chez les jeunes générations la mémoire de la Résistance et de la Déportation afin de leur permettre de s'en inspirer en se fondant sur les leçons historiques et civiques que leur apporte l'École.

Il s'inscrit ainsi dans une démarche d'éducation à la citoyenneté et est une composante essentielle du parcours citoyen de l'élève.

A l'occasion du cinquantième anniversaire du CNRD, en 2011, la Fondation de la Résistance a consacré un numéro spécial de sa revue à l'histoire du concours.

Rénovation du concours

Suite au souhait du Président de la République, le 27 janvier 2015, une mission d'expertise sur le fonctionnement du concours a été confiée, par la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche et le secrétaire d'Etat aux anciens combattants à  Jean-Yves Daniel, (doyen de l'inspection générale de l'éducation nationale), Helène Waysbord-Loing (inspectrice générale honoraire de l'éducation nationale et présidente de la Maison d'Izieu - mémorial des enfants juifs exterminés) ainsi qu' à Anne Anglès (professeur d'histoire-géographie).

Leur rapport a été remis aux deux ministres le 10 novembre 2015. L'évolution du concours a été officialisée par la publication d'un nouvel arrêté ministériel au Journal officiel de la République française, en juin 2016.

Les principales évolutions du Concours national de la Résistance et de la Déportation :

  • Le nombre d'établissements, dont les élèves souhaitent participer au concours, a été sensiblement augmenté, afin de permettre à tous les jeunes de s'y engager.
  • Le nombre de catégories de participations a été réduit (de 6 à 4).
  • L'organisation territoriale du concours est désormais confiée au recteur d'académie qui peut l'adapter en fonction des spécificités et des contraintes locales ; il peut notamment déléguer certaines missions aux IA-DASEN.
  • Les travaux des élèves sont d'abord évalués par un jury académique, qui peut être organisé, par le recteur, en collèges départementaux.
  • La composition du jury académique est ouverte à de nouveaux partenaires.
  • Le jury national est désormais divisé en deux instances : d'une part le comité stratégique (ouvert à de nombreux partenaires) et d'autre part le collège de correcteurs, où les représentants des équipes éducatives sont en nombre conséquent.
  • Une meilleure valorisation de la participation des élèves doit être assurée.

Les instructions annuelles de la Direction générale de l'enseignement scolaire (DGESCO) depuis 2016 sont venues compléter ces dispositions en précisant les éléments suivants :

  • Chaque académie doit sélectionner, à l'intention du jury national, un certain nombre de travaux ; pour 2017-2018, ce nombre est défini en fonction du nombre de départements et du nombre d'élèves scolarisés.
  • Le calendrier annuel du concours est adapté à la spécificité de certains territoires ultramarins.
  • Afin de permettre une meilleure évaluation par les jurys, la durée maximale des documents audiovisuels présents dans les travaux a été réduite (consulter attentivement le règlement annuel).
  • Afin de permettre un transport et un stockage des productions des élèves garantissant leur intégrité, les dimensions maximales et le poids maximum de ces travaux ont été réduites (consulter attentivement le règlement annuel).
  • Des prix spéciaux et des mentions spéciales pourront être décernés au niveau national.

Texte de Tristan Lecoq, inspecteur général et président du collège de correcteurs du concours, présentant les principaux objectifs de la réforme du CNRD.

Organisation

  • L'organisation générale du concours est désormais fixée par l'arrêté du 23 juin 2016 publié au JORF du 28 juin 2016.
  • Le concours est organisé à deux échelons : les meilleurs travaux sont sélectionnés et récompensés au niveau territorial, puis national.
  • Le recteur, responsable du concours au sein de son académie, détermine l'organisation qu'il juge être la plus efficace pour son bon déroulement. Dans ce cadre, il peut déléguer tout ou partie des phases du concours aux directeurs académiques des services de l'éducation nationale (DASEN).
  • Leréférents académiques "mémoire et citoyenneté" sont chargés du suivi de cette opération en lien avec la DGESCO.

Concours 2017-2018

Thème du concours 2017-2018

Pour l'année scolaire 2017-2018, le thème retenu, annoncé par la ministre chargée de l'éducation nationale le 29 mars 2017 à l'occasion de la cérémonie nationale de remise des prix du concours à la Sorbonne est :

"S'engager pour libérer la France". 


Illustration ci-contre : affiche de propagande de la France libre (Musée de l'ordre de la Libération, Paris)


Un éclairage du thème annuel, sur des questions historiques et méthodologiques, est proposé aux élèves et à leurs enseignants, sur le portail officiel du CNRD.

Règlement officiel du concours

Voir la Note de service n° 2017-149 du 27 septembre 2017 (BO n°32 du 28-9-2017)

Public concerné

Le concours est ouvert aux élèves des collèges, des lycées d'enseignement général et technologique, des lycées professionnels et des lycées polyvalents, publics et privés sous contrat d'association avec l'État.

Sont concernés :

  • au collège, les élèves des classes de troisième uniquement, incluant les sections d'enseignement général et professionnel adapté (Segpa) ;
  • au lycée, les élèves de toutes les classes, à l'exception des formations post-baccalauréat ;
  • dans les établissements régionaux d'enseignement adapté (Erea), les élèves à partir de la classe de troisième.

Le concours est également ouvert aux élèves, d'un niveau scolaire équivalent à celui des élèves évoqués précédemment, scolarisés au sein des établissements suivants :

  • les maisons d'éducation de la Légion d'honneur ;
  • les lycées de la défense ;
  • les lycées professionnels maritimes et aquacoles ;
  • les établissements d'enseignement secondaire technique relevant du ministère chargé de l'agriculture : établissements publics locaux d'enseignement et de formation professionnelle agricole (EPLEFPA) et établissements d'enseignement et de formation professionnelle agricole privés sous contrat d'association avec l'État (lycées, CFA, maisons familiales et rurales...) ;
  • les établissements scolaires d'enseignement français à l'étranger homologués par le ministère chargé de l'éducation nationale ;
  • les centres de formation des apprentis (CFA) ;
  • les écoles de la deuxième chance ;
  • les instituts médico-éducatifs (IME) ;
  • les institutions pour jeunes aveugles et les institutions pour jeunes sourds ;
  • l'Établissement pour l'insertion dans l'emploi (Epide).

Peuvent également participer au concours, à condition de justifier d'un niveau scolaire équivalent à celui des élèves évoqués précédemment, les personnes qui, en raison de la nécessité d'une prise en charge sanitaire, éducative ou judiciaire, sont temporairement empêchées de fréquenter un établissement scolaire.

Il s'agit :

  • des jeunes scolarisés au sein des services éducatifs des hôpitaux ;
  • des jeunes placés dans les centres éducatifs fermés ;
  • des mineurs et jeunes majeurs scolarisés dans les établissements pénitentiaires.

Cette disposition s'applique également aux élèves scolarisés auprès du Centre national d'enseignement à distance (CNED).

Catégories de participation

Les élèves peuvent :

  • soit se présenter individuellement et rédiger un devoir en classe ;
  • soit réaliser un travail en groupe dont la forme est libre et variée (mémoire écrit ou imprimé, présentation numérique interactive, film, document sonore, exposition, jeux de société, diaporama, oeuvre artistique, etc.).

Le concours comporte quatre catégories de participation :

  • catégorie 1 -  lycée : rédaction d'un devoir individuel en classe, portant sur un sujet académique défini dans le cadre du thème annuel (3 h)
  • catégorie 2 - lycée : réalisation d'un travail collectif, par exemple un mémoire associé ou non à d'autres supports, sur le thème annuel
  • catégorie 3 - collège : rédaction d'un devoir individuel en classe, portant sur un sujet académique défini dans le cadre du thème annuel (2 h)
  • catégorie 4 - collège: réalisation d'un travail collectif, par exemple un mémoire associé ou non à d'autres supports, sur le thème annuel

Calendrier 

Année scolaire précédant celle du concours
  • Avril-mai : annonce du thème de la prochaine session du concours et mise en ligne du règlement sur éduscol
Année scolaire du concours
  • Septembre-octobre : consignes complémentaires données par les services académiques (recensement des candidatures)
  • Janvier-février : les commissions académiques déterminent les sujets (conformes au thème annuel) des épreuves individuelles
  • Fin du mois de mars : épreuves individuelles sur table et remise des travaux collectifs auprès des services de l'éducation nationale (pour les modalités exactes, se référer aux instructions données par le recteur de l'académie)
  • Avril : réunions des jurys académiques, correction des travaux et établissement des palmarès locaux
  • Mai : remises des prix locaux et transmission des meilleurs travaux au ministère
  • Juin : réunion du Collège de correcteurs, préparation des corrections des travaux transmis par les jurys académiques
  • Juillet-août : travaux de correction par les membres du Collège de correcteurs
Année scolaire suivant celle du concours
  • Fin septembre : réunion du Collège de correcteurs et établissement du palmarès national
  • Début octobre : Publication du palmarès national sur éduscol
  • Octobre : Réunion du Comité stratégique (bilan de la session écoulée, choix du thème de la session suivante ...)
  • Décembre-janvier (généralement) : Cérémonie nationale de remise des prix à Paris 

NB : Ces informations sont données à titre indicatif. Pour plus de précision, consulter le règlement annuel du concours.

Il est rappelé que l'organisation du concours en Nouvelle-Calédonie et à Wallis-et-Futuna suit un calendrier particulier.

Inscriptions

Situation des candidats Procédure Coordonnées
Elève(s) d'un établissement situé sur le territoire métropolitain) Se référer aux instructions données par le recteur de l'académie. Les régions académiques, académies et services départementaux de l'Éducation nationale
Elève(s) d'un établissement situé sur le territoire français des Outre-Mer Se référer aux instructions données par le recteur ou le vice-recteur. Les régions académiques, académies et services départementaux de l'Éducation nationale
Elève(s) d'un collège ou d'un lycée français situé à l'étranger Contacter le ministère (direction générale de l'enseignement scolaire) cnrd.dgesco[at]education.gouv.fr

IMPORTANT : Le ministère inscrit uniquement les élèves scolarisés dans le réseau des établissements français à l'étranger.

Droit à l'image

Formulaire de captation à faire remplir par les personnes concernées et à joindre au travail des élèves lors de son envoi à la direction des services départementaux de l'éducation nationale puis au ministère.

Sessions précédentes du concours

Les informations relatives aux sessions précédentes du concours (thèmes, palmarès, cérémonies, etc.) sont consultables en ligne.

Ressources
  • Le portail officiel du concours, réalisé par Canopé à la demande du ministère chargé de l'éducation nationale, a été mis en ligne le 27 mai 2013, à l'occasion du 70ème anniversaire de la création du Conseil national de la Résistance.

L'ouverture de ce site institutionnel, qui met gratuitement à la disposition de la communauté éducative des ressources pour pallier la disparition progressive des témoins directs marque une nouvelle impulsion dans l'accompagnement des dizaines de milliers d'élèves de collège et de lycée participant chaque année au Concours national de la Résistance et de la Déportation.
Les conseils méthodologiques proposés par ce site s'appuient sur les dispositifs pédagogiques actuels. Ils prennent en considération la diversité des établissements et des partenaires susceptibles de s'engager dans la préparation au concours.
Le portail est accessible ici.

  • La brochure pédagogique annuelle réalisée par la fondation chargée de l'organisation du concours avec la DGESCO et la DMPA.

Chaque année, au début du mois d'octobre, une brochure pédagogique est publiée sur le thème du concours. Elle est diffusée notamment sur les sites suivants :

Pour la session 2017-2018, la Fondation de la France libre a été chargée de l'élaboration de cette brochure pédagogique. Ce document sera très prochainement disponible en téléchargement sur cette page.

  • D'autres outils d'accompagnements autour du thème du concours sont produits chaque année dans les académies.

Ainsi, un bulletin pédagogique annuel est édité par le Musée de la Résistance nationale et le CRDP de l'académie de Créteil dans le cadre de la préparation du Concours national de la Résistance et de la Déportation.

De même de nombreux musées ou services des archives accompagnent les enseignants et les élèves dans la préparation du concours. Les établissements peuvent se renseigner auprès des délégués académiques à l'éducation artistique et à l'action culturelle (DAAC) de leur académie.

Partenaires

Le concours, piloté par la direction générale de l'enseignement scolaire en lien étroit avec l'inspection générale de l'éducation nationale, est mis en œuvre avec la participation :

Mis à jour le 29 septembre 2017
Partager cet article
fermer suivant précédent