Rendez-vous des Lettres

9ème Rendez-vous des lettres : L'histoire littéraire aujourd'hui, l'histoire littéraire autrement

4 et 5 février 2019

Programme et ressources préparatoires du 9e Rendez-vous des Lettres, sur le thème : « L'histoire littéraire aujourd'hui, l'histoire littéraire autrement », BnF, les 4 et 5 février 2019. Les inscriptions en ligne sont ouvertes sur éduscol pour les auditeurs libres, hors délégations académiques.

RVL2019 : Les inscriptions libres sont ouvertes

S'inscrire en ligne (hors délégations académiques)

Programme du Rendez-vous des Lettres à la BnF

« L'histoire littéraire aujourd'hui, l'histoire littéraire autrement »

La richesse de notre discipline a pour corollaire une complexe conciliation de ses objectifs d'enseignement. Discipline de culture, mais aussi d'expression et d'interprétation, le français a ainsi hésité à la fois sur la priorité de ses fins propres et sur la nature des savoirs les plus nécessaires : ceux d'ordre historique, qui permettent de proposer une vue diachronique de la littérature et de contextualiser l'étude des œuvres et des textes en les replaçant dans leur temps ; ceux qui, relevant de la poétique et de la stylistique, en éclairent l'écriture et sont nécessaires à l'explication de leur structure, de leur cohérence et de la raison de leurs effets.

Sans doute une lecture pertinente des œuvres et des textes est-elle aussi une lecture informée. Mais, dans la classe, quels arbitrages faire ? Quelle place donner aux repères (diachroniques, culturels, esthétiques) ? Quelle part accorder à la construction de connaissances sans doute indispensables ? Quelle part à d'essentielles expériences de lecture, et à la parole de l'élève ?

Quelles sont par ailleurs les limites d'une histoire littéraire dont auraient besoin les élèves du XXIème siècle : nationales, européennes, mondiales ? Comment mettre en œuvre les choix effectués, par quelles pratiques dans les classes ?

L'actuelle reconfiguration des programmes de lycée, dans la perspective de leur progressivité au regard de l'enseignement supérieur, offre à notre discipline la possibilité de repenser à neuf cette question.

Pour préparer les conférences plénières

Bibliographie sélective

Pour tous, quelques indications bibliographiques permettront, sans prétendre à nulle exhaustivité, de partager certaines préoccupations autour de quelques-uns des travaux essentiels sur l'histoire littéraire.

Bibliographie sélective (pdf) par Olivier Barbarant, inspecteur général de l'éducation nationale, doyen du groupe lettres

  • Alain Vaillant, L'Histoire littéraire (Armand Colin, collection « U », 2016)
  • William Marx, L'Adieu à la littérature. Histoire d'une dévalorisation (éditions de Minuit, 2005) ; La Haine de la Littérature (éditions de Minuit, 2005) ; Un gai savoir (éditions de Minuit, 2018).
  • Gilles Philippe, La langue littéraire - Une histoire de la prose en France de Gustave Flaubert à Claude Simon (Fayard, 2009)
  • Gisèle Sapiro, L'espace intellectuel en Europe : de la formation des Etats-Nations à la mondialisation (éditions La Découverte, collection « Recherches », 2009) ; La Guerre des écrivains 1940-1953 (Fayard, 1999).
  • Florence Naugrette, Le Théâtre romantique. Histoire, écriture, mise en scène (Seuil, collection « Points essais », réédition 2012).
  • Michel Murat, Le Romanesque des lettres (José Corti, 2018), L'Histoire littéraire des écrivains (dirigé avec J.-L. Jeannelle, M. Macé, et V. Debaene, PUPS, 2013).
  • Mona Ozouf, Les Aveux du roman - Le XIXème siècle entre Ancien Régime et Révolution (Fayard, 2001) ; L'École en France : essai sur la Révolution, l'utopie et l'enseignement (Gallimard, 1984) ; La Cause des livres (Gallimard, 2011) ; L'autre George - à la rencontre de George Eliot (Gallimard, 2018).

Les conférences plénières répartiront la réflexion en quatre champs thématiques complémentaires, développés ci-après.

1 - L'Histoire littéraire aujourd'hui : approches renouvelées

Présentation : L'Histoire littéraire aujourd'hui : approches renouvelées

« L'histoire littéraire n'est pas un objet consensuel, non plus qu'un tout harmonieux : en témoigne toute son histoire. Car il y a une histoire de l'histoire littéraire (et même plusieurs histoires de l'histoire littéraire), histoire marquée de conflits et de déplacements, de redéfinitions des corpus et de bouleversement des hiérarchies. Elle a ainsi été régulièrement traversée par des débats épistémologiques et idéologiques, dès le XIXème siècle, et peut-être même avant (n'est-ce pas déjà l'un des enjeux de la querelle des Anciens et des Modernes, lorsque Perrault prétend valoriser la littérature du siècle de Louis XIV contre l'antique ?).

À travers des disciplines et des questions nouvelles s'éclaire autrement la fabrique de l'histoire littéraire. En considérant l'évolution des rapports entre littérature et société, en repensant l'histoire des formes et de leur évolution à partir de questions linguistiques ou stylistiques, en prenant toute la mesure des apports nouveaux de sciences humaines elles-mêmes renouvelées (histoire des techniques éditoriales, histoire des mentalités, sociologie...) la représentation de l'histoire littéraire pourrait s'émanciper de la seule dialectique entre conservation et innovation dans laquelle elle a presque toujours été saisie. »

2 - Quelles mises en œuvre de l'histoire littéraire ?

Présentation : Quelles mises en œuvre de l'histoire littéraire ?

« Où en sont aujourd'hui les catégories qui structuraient traditionnellement l'histoire littéraire, les mouvements, ce qui organisait la périodisation de l'histoire littéraire et donnait forme à sa chronologie ? Auxquelles d'entre elles peut-on recourir devant les élèves, comment les construire et à quelle fin ? Force est de constater un certain manque d'évidence de ces entrées : soumises à des démarches critiques de la part de l'histoire littéraire elle-même (qui rend ces catégories problématiques - cf. le cas du « baroque », voire du « classicisme », et même du « romantisme »), concurrencées par une approche poétique (voir le débat - souvent caricaturé - de Barthes et Picard) qui à bien des égards s'est imposée dans les classes, elles semblent vouées à une forme de discrédit. Pour autant il est difficile de s'en passer, et sans doute périlleux d'y renoncer : sinon comment construire un cadre culturel qui permette aux élèves de s'emparer de textes porteurs de leur pleine singularité ?

C'est sur la construction de ce cadre que portera alors la réflexion collective, à travers les expériences de formation et l'apport des pratiques. En effet, il importe de considérer ces enjeux de formation, liés aux nouveaux programmes des lycées, en pensant aux dispositifs pédagogiques et à leur mise en œuvre, et en n'occultant pas la tension entre la lecture autonome et les cadres de référence, entre les œuvres et leurs contextes. »

3 - L'histoire littéraire : quel périmètre ?

Présentation : L'histoire littéraire : quel périmètre ?

« Quelle culture transmettre aux lycéens du XXIème siècle ? L'alliance séculaire de la littérature et des arts, loin aujourd'hui de se dénouer, se trouve désormais prise dans des renouvellements esthétiques comme dans la révolution numérique, qui touche aussi aux modes de communication, de création et de diffusion des œuvres.

À société nouvelle et ouverte, histoire littéraire nouvelle et ouverte : l'ancienne production scolaire d'une histoire nationale cède sans doute la place à une culture d'aujourd'hui, que chacun s'accorde à revendiquer francophone, européenne, voire mondiale. Mais où arrêter alors l'ouverture, s'il le fallait ?

Comment envisager la transmission d'un trésor culturel qui devrait faire toute leur place à l'interdisciplinarité, aux échanges linguistiques et intellectuels, comme à une histoire des arts elle-même multiple ? Quelles ambitions dessiner, et quelles pratiques pédagogiques ? Que ces questions puissent être une chance, la considération des langues et cultures de l'Antiquité et de leur travail d'articulation des connaissances linguistiques et de l'approche anthropologique de la discipline en convainc : leur expérience aidera sans nul doute à alimenter la réflexion. »

4 - Raconter l'histoire littéraire ?

Présentation : Raconter l'histoire littéraire ?

« S'il ne s'agit pas de faire revenir une chronologie littéraire mécanique, mais bien d'avoir à l'esprit la construction par les élèves de vraies compétences de lecture, quelle histoire littéraire enseigner - et peut-être raconter - aux élèves ? Comment mettre en place un va-et-vient entre contextualisation et actualisation, qui rende possible de nouvelles formes de savoir pour le XXIème siècle ?

S'il s'agit bien pour les professeurs d'assumer un discours de savoir susceptible de guider les élèves vers une appropriation plus riche des textes, la forme à donner à ce discours ne va pas de soi : il s'agira alors de réfléchir sur les dispositifs pédagogiques les plus pertinents aujourd'hui pour permettre une saisie, par les élèves, de la profondeur historique avec laquelle les œuvres littéraires prennent toute leur dimension. »

Éléments de bibliographie  « La mise en récit de l'histoire littéraire » par Michel Murat, professeur de littérature française, université Paris-Sorbonne

  • Bruno Curatolo, éd., Les Écrivains auteurs de l'histoire littéraire, Besançon, P. U. de Franche-Comté, 2007.
  • Vincent Debaene et al., éd., L'Histoire littéraire des écrivains, Paris, PUPS, 2013.
  • Björn-Olav Dozo et al., éd., Imaginaires de la vie littéraire, Rennes, P.U. Rennes, 2012.
  • Anthony Glinoer et Vincent Laisney, L'Âge des cénacles, Paris, Fayard, 2013.
  • Jean-Marie Goulemot et Daniel Oster, Gens de lettres, écrivains et bohèmes : l'imaginaire littéraire 1630-1900, Paris, Minerve, 1992.
  • Michel Murat, Le Romanesque des lettres, Paris, José Corti, 2018.

Pour préparer les ateliers pour les formateurs

Atelier 1 - Résistances du texte : quelle histoire littéraire au service de la compréhension et de l'interprétation ?

Présentation de l'atelier 1 - L'atelier propose, à travers une séance de lecture, d'interroger la place et la nature des éléments d'histoire littéraire nécessaires à la compréhension d'un texte par les élèves.

C'est à une expérience du détour que les participants sont conviés : adopter la posture de lecteurs non experts face à un texte issu d'un univers éloigné de leurs références culturelles. Devant une page traduite de littérature chinoise, jusqu'où peuvent aller la compréhension et l'interprétation d'un lecteur occidental compétent ?

Entre la réception intime du texte par le sujet lecteur que l'enseignant cherche à promouvoir et la part d'universalité du texte littéraire qui tend à faire de l'auteur, quelle que soit son époque, un frère en humanité, voire un contemporain, quelle part donner à l'histoire littéraire ? Jusqu'où peut aller une lecture « candide », actualisante, sans trahir le texte ? Entre transparence supposée et opacité réelle du texte, quels éléments culturels et quelles connaissances de l'histoire littéraire nationale se révèlent utiles ou indispensables pour accéder à un sens plus éclairé et à une compréhension plus nuancée ?

Préparation de l'atelier 1 - Les textes seront découverts lors de l'atelier.

Atelier 2 - Tirer le(s) fil(s) : de l'œuvre au texte, de l'œuvre à son passé (lycée)

Présentation de l'atelier 2 - L'atelier interrogera la spécificité du travail qu'exige le nouveau programme. Il s'appliquera à construire un cours à partir d'un programme possible : les Lettres de Madame de Sévigné (1671) ; puis à en dégager les déplacements didactiques : Quel statut pour la séquence ? Quels liens entre les séquences et l'objet d'étude ? Quelles modalités de travail pour quelle séquence ?

  • Temps 1 : À la recherche de fils permettant de tisser une lecture de l'œuvre intégrale. Dessiner de façon concrète un espace pédagogique où l'on « creuse » tout en dessinant un chemin, un itinéraire, une histoire littéraire qui n'exclue ni les pas de côté, ni les passerelles, les raccourcis, ou les détours. L'idée même du réseau implique que la totalité de l'environnement du critique comme du lecteur ordinaire est constituée de possibles et que cet espace peut être parcouru en tous sens, qu'on lise quelques lignes d'un texte ou qu'on travaille à construire de vastes bibliothèques savantes. C'est, notons-le au passage, outre son extension, un trait essentiel qui distingue notre réseau du traditionnel « tissu » du texte : Le parcours, le trajet, la dynamique in Composition, Michel Charles, Seuil, 2018.
  • Temps 2 : À partir de 3 de ces fils, on dessine 3 séquences dans leurs grandes lignes.
  • Temps 3 : Synthèse sur les déplacements didactiques : Le travail collectif sur l'œuvre et ses réseaux permet de dégager un vade-mecum des déplacements didactiques (statut de la séquence, construction de réseaux et de corpus, accompagnement au travail personnel de l'élève - carnet de lecture et de formation culturelle -) pour construire les séquences (œuvre au programme, parcours associé et prolongements).
  • Il s'agit d'identifier des pistes de travail pour l'accompagnement en formation initiale et continuée.

Préparation de l'atelier 2 - Sans viser l'exhaustivité, il s'agit d'apporter des éléments favorisant un travail rapide autour des Lettres de 1671. Il peut s'agir de la lecture de l'œuvre en réfléchissant à différents fils possibles ; d'éclairages sur le parcours : du Salon de la marquise de Rambouillet à celui de Ninon de Lenclos ; d'un document iconographique associé,des textes en échos ; etc.

Atelier 3 - Tirer le(s) fil(s) : de l'œuvre au texte, de l'œuvre à son passé (collège, lycée professionnel)

Présentation de l'atelier 3 - À partir de la lecture de Cris de Gaudé, les élèves vont découvrir la « filiation » littéraire qui va de l'Odyssée à Gaudé, traversant les formes topiques (continuité et singularité / permanence et écarts) qui structurent le genre des « récits de guerre ».

  • Questions : Comment l'art littéraire se nourrit de la référence : identification d'une inscription du texte dans une histoire littéraire ;  En quoi le texte de Gaudé est-il « redevable » à une histoire littéraire mais aussi à son propre contexte de création ?
  • Temps 1 : Réflexions des participants à l'atelier sur l'étude de l'œuvre en rapport à l'enseignement de l'histoire littéraire : comment « tirer les fils » en collège ; en lycée professionnel.
  • Temps 2 : Proposition didactique de la collègue expérimentatrice de cette approche active (par « ateliers ») d'enseignement de l'histoire littéraire : identifier l'inscription d'un texte dans une histoire littéraire : interroger l'univers fictionnel (plus ou moins ancré dans une réalité historique) comme vision de l'histoire.

Préparation de l'atelier 3 - Les participants sont invités à réactualiser leur lecture de l'œuvre de Gaudé pour favoriser les échanges.

Quelques jours avant l'atelier, ils pourront faire part à l'animateur de : leurs remarques ou propositions pour une approche de cette œuvre dans le cadre de l'enseignement de l'histoire littéraire, notamment en classe Terminale de LP ou 3ème au collège, dans le cadre des objets d'étude ou entrées des programmes respectifs de ces classes ; leurs retours d'expériences de cette étude en classe ou lors d'inspection ; leurs questionnements sur la réception de l'œuvre par les élèves et leur représentation du travail historique du romancier (histoire littéraire « en train de se faire ») ; etc.

Atelier 4 - L'étude des textes antiques : pour une démarche (résolument) anthropologique

Présentation de l'atelier 4 - L'étude des liens entre l'Antiquité et le monde moderne, entre les oeuvres anciennes et les créations contemporaines est une démarche habituelle dans les classes de LCA. Jusqu'où cependant les rapprochements peuvent-ils se faire assimilation ? Il il importe de ne pas s'égarer trop vite dans des filiations incongrues ou hasardeuses pouvant aller jusqu'à la dissipation du texte originel lui-même mais de lire et de comprendre les textes latins et grecs en les situant dans des cadres intellectuels, des modes de pensée et des formes d'actions ou de sensibilité propres à l'Antiquité, partant d'en saisir leur singularité, voire leur étrangeté.

Préparation de l'atelier 4 - Réflexions générales générales sur les LCA :

Pour une approche de la réflexion anthopologique des mondes antiques :

  • Florence Dupont, L'Antiquité, territoire des écarts
  • Maurizio Bettini, A che servono i Greci e i Romani (si possible), ou du même auteur : Contre les racines

Pour une réflexion sur les rapports entre mondes antiques et mondes modernes (facultatif) :

  • L'Avenir des anciens de Pierre Judet de la Combe
  • Nous sommes tous gréco-latins de Theororopoulos ou Noi e Antichi de Luciano Canfora
  • Véronique Gély, « Les Anciens et nous : la littérature contemporaine et la matière antique », Bulletin de l'Association Guillaume Budé, 2009

Atelier 5 - Histoire littéraire, histoire des arts : construire des corpus au lycée général et technologique

Présentation de l'atelier 5 - La manipulation de corpus mixtes (extraits littéraires, musicaux, reproductions d'œuvres d'art) permettra aux participants de poser concrètement les questions de la construction de l'histoire littéraire en lien avec l'histoire des arts.

Au-delà d'une constitution de corpus par rapprochements thématiques ou contextuels, on essaiera de faire jouer aussi les ruptures, les dissonances, les effets de montage, afin d'élaborer des corpus problématisés.

En exploitant des exemples choisis, on se posera les questions suivantes : « Qu'est-ce qu'on rapproche pour les élèves, et pourquoi ? A-t-on coutume de prendre appui sur des œuvres musicales, ou le dialogue interdisciplinaire se limite-t-il à une confrontation de textes et d'images, et dans ce cas de quels textes et de quelles images, et pour en tirer quel bénéfice dans l'objectif d'un travail en histoire de la littérature et des arts ? » On interrogera aussi les enjeux de terminologie, de genres et de registres, de mouvements.

Préparation de l'atelier 5 - Nouveaux programmes ; manuels utilisés en classe, précédemment ; éventuellement, des corpus de travail déjà testés avec des élèves.

Atelier 6 - Littérature et histoire des arts : construire des corpus au collège et au lycée professionnel

Présentation de l'atelier 6 -  Cet atelier a pour objectif d'amorcer une réflexion favorisant l'élaboration d'un enseignement d'histoire des arts articulé à celui de lettres, au cycle 4. Cet enseignement inter et pluri-disciplinaire se doit d'être ancré dans les programmes organisés autour de huit thématiques couvrant huit périodes différentes et questionnant des objets d'études variés.

Afin d'engager une recherche de questionnement à traiter dans le cadre d'un enseignement de collège, favorisant la consolidation des compétences visées par les programmes d'histoire des arts et de lettres, il est recommandé de mettre en dialogue des œuvres de domaines artistiques variés.

Lors de cet atelier, des portfolios d'œuvres visuelles et des corpus de textes sont proposés aux participants pour suggérer des mises en dialogue possible. Ils sont constitués d'extraits de romans, de poèmes, etc. Ils sont accompagnés de reproductions d'œuvres de natures et de supports variés : œuvres graphiques, picturales, sculpturales, photographiques, cinématographiques,  scénographiques (décors de théâtre et d'opéras), pièces de mobilier et design (incluant les arts appliqués), et architecturales. Les bornes historiques du programme d'histoire des arts suggèrent que le cours de français intègre dans la mesure du possible des notions d'histoire littéraire, sous-jacentes aux entrées du programme de français du cycle 4.

Préparation de l'atelier 6 - Avoir connaissance des huit thématiques et de l'ensemble des objets d'études proposés dans le programme d'histoire des arts du cycle 4 ; à consulter sur le site éduscol :

Ateliers pour les inspecteurs : IA-IPR et IEN

Ateliers 7, 8 & 9 - Quelles conclusions pour les formations en académie ?

À l'issue des deux journées de formation et parallèlement aux conférences plénières, les inspecteurs du premier et du second degré pourront réfléchir ensemble à la manière de déployer la formation en académie. Les ateliers seront animés par des inspecteurs d'académie - inspecteurs pédagogiques régionaux et des inspecteurs de l'éducation nationale (académies de Versailles, Amiens, Poitiers et Toulouse), et d'un conseiller Livre-lectures-écritures-archives (délégation académique à l'action artistique et culturelle, académie de Versailles).

Ressources et usages numériques lettres

La lecture littéraire sur le site lettres éduscol

Les essentiels de la littérature de la BnF

Essentiels de la littérature sur Gallica (bibliothèque numérique de la BnF)






Mis à jour le 14 janvier 2019
Partager cet article
fermer suivant précédent