Éducation aux médias et à l'information

TraAM EMI 2015-2016, synthèse et analyse

Deuxième édition 2015-2016 des travaux académiques mutualisés (TraAM) en Education aux Médias et à l'Information (EMI) : bilan et synthèse.

Thématiques

Cette deuxième édition 2015-2016 du TraAM EMI a regroupé 6 académies ayant travaillé en équipes pluridisciplinaires dans la mise en place de projets médias en réseau autour de deux axes thématiques, à savoir la liaison école-collège (cycle 3) et l'infopollution, plus précisément hoax, rumeurs et désinformation.

Les académies impliquées

Suite à l'appel à projets, 6 académies ont été retenues :

  • Besançon - Marion Bazeaud (Professeur documentaliste)
  • Clermont-Ferrand - Nicole Pavoni (Professeur de lettres modernes)
  • Dijon - Johann Jambu (Professeur documentaliste)
  • Nantes - Isabelle Le Seven (Professeur documentaliste)
  • Nice - Roxane Obadia (Professeur documentaliste)
  • Orléans-Tours - Vincent Patigniez (Professeur documentaliste) et Karen Prévost-Sorbe (Professeur Histoire Géographie)

Comme l'an dernier, on remarque une forte représentation des enseignants documentalistes chez les référents et au sein des équipes. Deux académies (Dijon et Nantes) sont de nouveau impliquées dans cette 2ème édition du TraAM EMI.
L'académie de Besançon occupe une place particulière dans ce dispositif car ses travaux ont été menés dans le cadre du MOOC médiaS (suite du MOOC DocTICE), parcours de formation et de collaboration entre enseignants, les objectifs affichés des concepteurs et des tuteurs du MOOC médiaS étant de proposer un dispositif de formation autour de l'EMI pour "collaborer entre pairs dans une démarche active de co-formation, de co-construction des compétences", "diversifier ses pratiques pédagogiques en entrant dans la collaboration interdisciplinaire et inter-cycles" et "formaliser des scenarii pédagogiques innovants autour de l'Education aux Médias et à l'Information".

Scénarios pédagogiques

De nombreux scénarios pédagogiques ont été produits dans le cadre du TraAM EMI. L'ensemble des séances et séquences sont référencées dans l'ÉDU'base Documentation et sont accessibles dans leur intégralité sur les différentes plateformes académiques de publication en ligne.

Deux types de scénarii sont proposés dans le cadre du dispositif : des projets inter-académiques (ayant donc bénéficié d'une réelle concertation) et des expérimentations intra-académiques (non mutualisées).

Au plan purement quantitatif, le bilan témoigne d'une nette progression du nombre de productions par rapport à l'année précédente mais le groupe était toutefois plus restreint l'an passé. Il convient de préciser également que d'autres scénarii ont été produits en dehors du TraAM EMI proprement dit, dans le cadre du MOOC médiaS, en lien avec la principale thématique, par exemple le scénario de Bordeaux intitulé Comprendre la rumeur (mécanismes, pouvoir et nuisance).

Analyse des productions

Force est de constater que la thématique de l'infopollution a donné lieu à beaucoup d'échanges et de réflexions dans un contexte global difficile et dramatiquement propice.

Majoritairement, les scénarii gravitent autour du traitement de l'information et de ses manifestations "infopolluantes" (hoax, rumeur, désinformation...) à l'exception notable du concept d'infobésité qui semble avoir été peu traité (une séance proposée néanmoins par Besançon à ce sujet au sein de la séquence Quels moyens pour s'informer sans être désinformé ?) alors qu'elle est cœur de bien des préoccupations numériques au quotidien.

L'une des principales difficultés dans l'appréhension du thème de l'infopollution se situe au niveau de la définition des notions que ce concept englobe : il est essentiel de proposer une étape définitoire au sein des séquences pour faire ressortir notamment les différences et les points communs entre les termes comme l'illustrent les séquences de Besançon (Face à l'info... je décrypte ! ; Hoax, rumeur et désinformation ; Quels moyens pour s'informer sans être désinformé ?), Clermont-Ferrand (Rumeur et désinformation dans les médias), Nantes (Tout n'est pas vrai sur Internet), Nice (Le circuit de l'information) et Orléans-Tours (Face à la désinformation, créer une infographie de prévention). À noter en particulier la très intéressante exploitation d'un fait divers local dans l'académie de Dijon (Rumeur : un python à Saint-Florentin).

Ces travaux donnent une excellente base de départ pour toute (ré)exploitation pédagogique du concept d'infopollution et de ses différentes formes.

La première thématique axée sur la liaison école/collège a également fait l'objet d'un certain nombre de séquences menées par exemple par l'académie de Clermont-Ferrand (projet n°1 : Le collège c'est quoi pour moi ?) ou Dijon (prix littéraire, Éthique du journalisme) en lien pour cette dernière avec l'académie de Nantes dont les trois projets s'inscrivent dans la continuité pédagogique au sein du cycle 3, notamment CM2/6ème (Publier et échanger sur un ENT autour d'un projet de lecture CM2/6ème ; Lire, dire, comprendre et produire de l'information ; Tout n'est pas vrai sur Internet).

Plusieurs scénarii au final s'écartent toutefois des thématiques proposées initialement pour aborder d'autres problématiques proprement info-documentaires (document de collecte, identité numérique) et/ou médiatiques (interview journalistique, réalisation de Unes...). En outre, on constate que le descriptif de certains scenarii manque parfois de précision en termes d'objectifs, d'identification des compétences travaillées et d'évaluation. On pourra, entre autres, s'appuyer à ce niveau sur la trame très complète proposée par l'académie de Besançon dans le cadre du MOOC.

Mutualisations : freins et leviers

La mutualisation, quoiqu'effective entre toutes les académies sous différentes modalités (échanges réflexifs, partage de ressources, propositions de pistes pédagogiques, veille collaborative), s'opère néanmoins difficilement en raison de contraintes matérielles et calendaires. La mutualisation intra-académique, notamment la liaison école-collège, s'est aussi avérée compliquée à mettre en œuvre sur le terrain. L'impact positif du MOOC médiaS a été manifeste dans ce cadre global car il a permis de favoriser la construction de séquences (Nice) et le partage de ressources (Orléans-Tours, Clermont-Ferrand) via la communauté G+ dédiée au MOOC en particulier. Pour les raisons évoquées ci-dessus, la principale difficulté liée au dispositif TraAM réside dans la mise en place de séquences réellement co-construites entre les académies. La complexité de la 2ème thématique proposée aurait en outre nécessité davantage de temps de préparation comme l'ont souligné plusieurs enseignants référents. Plusieurs pistes peuvent être envisagées à ce niveau comme la possibilité de mener un TraAM sur 2 ans, option inscrite dans le cahier des charges 2016-2017.

Conclusion

L'Education aux Médias et à l'Information est intrinsèquement transversale et irrigue naturellement toutes les disciplines scolaires même si, à la lumière des travaux menés cette année encore, un point d'ancrage fort existe en Documentation en lien avec les Sciences de l'Information et de la Communication (SIC). Cela dit, une notion comme l'infopollution, analysée dans la première lettre Édu_Num thématique (mars 2016) souligne la manière dont un même concept peut être exploité différemment dans bon nombre de situations pédagogiques, en Arts plastiques, Documentation, Histoire géographie, ou encore en Sciences, pour ne citer que ces quelques exemples. Dans cette perspective, les scénarios produits dans le cadre des TraAM sous l'angle de l'EMI pourront intégrer la discipline la plus appropriée au contexte d'expérimentation du projet réalisé. La fusion de l'ensemble des ÉDU'bases existantes en une seule générique facilitera en outre à terme la recherche au sein de ce réservoir de références de pratiques pédagogiques innovantes.

Mis à jour le 16 décembre 2016
Partager cet article
fermer suivant précédent