Formation des formateurs

Certificat d'aptitude aux fonctions de formateur

La mise en place de la réforme de la formation aux métiers du professorat et de l'éducation, ajustée aux enjeux de la professionnalisation et de l'accompagnement, s'appuie sur la constitution d'un réseau national de formateurs de formateurs. La création d'une certification concourt à la reconnaissance de la spécificité des missions des formateurs dans le premier et le second degrés.

Former les formateurs, les actions nationales du PNF

S'agissant des actions de formation de formateurs développées à l'échelon national, elles constituent l'un des trois volets essentiels du plan national de formation (PNF) axé sur la professionnalisation des formateurs, qui assure la liaison formation initiale-formation continue.

CAFFA, CAFIPEMF : une nouvelle certification pour les formateurs

La création d'un certificat d'aptitude aux fonctions de formateur académique (CAFFA) dans le second degré et la rénovation du certificat d'aptitude aux fonctions d'instituteur ou de professeur des écoles maître formateur (CAFIPEMF) dans le premier degré ont pour objectif de développer les compétences des formateurs en académie, tout en contribuant au rapprochement des cultures professionnelles des formateurs des deux degrés.

Les conditions d'inscription au certificat d'aptitude : premier degré

Dans le premier degré, les condtions d'inscription au certificat d'aptitude sont fixées par ledécret n° 85-88  du 22 janvier 1985 modifié par le décret n° 2015-885 du 20 juillet 2015 précité, relatif aux conditions de nomination aux fonctions d'instituteur ou de professeur des écoles maître formateur.

Les conditions d'inscription au certificat d'aptitude : second degré

Dans le second degré, les conditions d'inscription au certificat d'aptitude sont fixées par le décret du 20 juillet 2015, relatif aux conditions de nomination des personnels enseignants du second degré et des conseillers principaux d'éducation aux fonctions de formateur académique.

Une formation professionnelle identique dans les premier et second degrés

Les deux certificats, CAFIPEMF et nouveau CAFFA, sont organisés de la même façon, sur deux années, et s'appuient sur des compétences professionnelles avérées.

Ils se composent d'une épreuve d'admissibilité, qui comprend un entretien avec un jury s'appuyant sur un dossier et les rapports d'inspection et d'évaluation du candidat. Après l'admissibilité, les candidats suivent un cursus accompagné. L'admission comporte une épreuve de pratique et la soutenance d'un mémoire professionnel.

Le jury du premier degré comprend un inspecteur de l'éducation nationale, un conseiller pédagogique, un maitre formateur et un inspecteur pédagogique régional.

Celui du second degré comprend, un inspecteur pédagogique régional, un chef d'établissement, un formateur académique et un inspecteur de l'éducation nationale.

Les textes de la certification au BO n° 30 du 23 juillet 2015

CAFFA : organisation du certificat d'aptitude aux fonctions de formateur académique

CAFIPEMF : organisation du certificat aux fonctions d'instituteur ou de professeur des écoles maître formateur

RÉFÉRENTIEL de compétences professionnelles - Synthèse des compétences du candidat (CAFFA - CAFIPEMF)

Cf. annexes 1et 2 des circulaires du 21 juillet 2015 :

L'élaboration du Référentiel de compétences du formateur

Pour accompagner les personnels souhaitant accéder aux fonctions de formateur, un Référentiel de compétences du formateur a été élaboré et publié au BO du 23.7.2016 (en annexe des circulaires précisant l'organisation de l'examen et la nature des épreuves de la certification).

Ce travail s'est appuyé sur :

  • les travaux menés entre 2013 et 2014 dans le cadre de l'Université d'été "Former les formateurs" pilotée par la direction générale de l'enseignement scolaire, en collaboration avec la Chaire Unesco-formation et l'Institut français de l'éducation ;
  • les productions partagées d'ateliers et de sessions à distance qui ont réuni des enseignants formateurs, des inspecteurs des premier et second degrés, des responsables académiques de la formation ainsi que des formateurs et des enseignants-chercheurs intervenant en ESPE ;
  • des modalités d'élaboration qui ont favorisé le croisement de regards et le dialogue entre des praticiens et des ingénieurs de la formation.
Mis à jour le 19 mai 2017
Partager cet article
fermer suivant précédent