Les Journées de l'innovation

La Journée de l'innovation 2016

Le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a organisé la sixième édition de la Journée de l'innovation, le mercredi 30 mars 2016. Cette Journée a pour objectif de valoriser la capacité de recherche et d'innovation du système éducatif.

L'appel à projet national "Journée de l'innovation"

Lors de la journée nationale de l'innovation sont remis les "Prix de l'innovation" attribués aux initiatives éducatives et pédagogiques innovantes mises en oeuvre dans les écoles et les établissements scolaires.

En 2016, 430 équipes éducatives et pédagogiques ont candidaté à l'appel à projet national lancé en octobre 2015 sur les six domaines de l'innovation retenus cette année.

Thèmes de l'appel à projet 2016

  • Les évolutions de l'école primaire

La Refondation de l'Ecole a largement communiqué sur la priorité reconnue au premier degré. Par l'implantation du dispositif « plus de maîtres que de classes » dans des centaines d'écoles, par la généralisation de la semaine de cinq jours, en prenant appui sur de nouveaux programmes, l'école primaire connaît des évolutions profondes et parfois encore invisibles ; les pratiques changent, les équipes explorent dès la maternelle de nouvelles manières de soutenir les apprentissages de tous les élèves.

  • Vers le nouveau collège 2016

Les cadres institutionnels évoluent : nouvelle organisation, introduction des enseignements pratiques interdisciplinaires, nouveau socle commun, nouveaux programmes et nouveau DNB en 2016. Le collège s'inscrit dans une évolution importante de la scolarité obligatoire et de la réussite pour tous. De nouvelles organisations généralisent ce que des équipes ont d'ores et déjà expérimenté.

  • La réussite scolaire en éducation prioritaire

Avec les REP+, l'éducation prioritaire se dote de moyens importants en termes  de concertation pour les équipes et d'accompagnement des collèges ; les enseignants expérimentent pratiques et dispositifs pédagogiques propres à soutenir les apprentissages de tous, dans les milieux populaires.

  • Pour une prévention du décrochage scolaire

En s'appuyant sur le plan national de lutte contre le décrochage scolaire, les écoles et établissements secondaires s'organisent pour repérer plus efficacement les difficultés prédictives de décrochage. Les équipes trouvent de nouvelles manières de prendre en charge certains de leurs élèves et se lancent dans des parcours très individualisés pour eux.

  • Les écoles et établissements innovants

A la lumière de plusieurs années de suivi de milliers d'équipes engagées dans le changement, il apparaît que l'innovation est d'autant plus efficace qu'elle s'inscrit dans une action systémique portée au niveau de l'ensemble de l'établissement. De la même manière, le changement est d'autant plus durable qu'il s'inscrit dans le pilotage au niveau d'un réseau ou d'un territoire. L'innovation est devenue une stratégie politique d'évolution des pratiques.

  • Innovation, développement professionnel et recherche

Quand une pratique devient partagée, communiquée, analysée par un collectif, à l'échelle d'une école ou d'un établissement, quand elle est mutualisée et co-observée dans un réseau, quand elle est étayée et mieux accompagnée, alors, elle est participe du développement professionnel de ses acteurs, pour ses acteurs.  L'innovation s'inscrit explicitement dans de nouvelles manières d'apprendre et se former, au bénéfice des élèves.

Les prix de l'innovation 2016

Huit prix de l'innovation ont été remis à l'occasion de cette journée de l'innovation 2016.

Sept prix sont decernés par le "Grand Jury".

Composition du Grand Jury

Le prix du public, quant à lui, est attribué à l'action qui recueille le plus grand nombre de suffrages par les internautes à partir d'un module de vote en ligne.

Les équipes lauréates sont choisies parmi les 30 candidats finalistes pré-sélectionnés par les "Comités de lecture" spécialisés dans chaque thématique.

Prix de l'école primaire

"A chacun son rythme !", Ecole primaire Jules Verne, Chavagnes-en-Paillers (85). Académie de NANTES  

Notre action porte sur le respect du bien-être (physique et psychologique), de la maturité et des rythmes de l'enfant : rythmes chrono-biologique, de travail, d'apprentissages.Nous souhaitons que chaque enfant s'épanouisse afin d'entrer dans les apprentissages de manière optimale, lorsqu'il y est prêt.Pour cela, nous nous sommes intéressées à la « pédagogie Freinet », et aux travaux de Maria Montessori. Leurs principes d'enseignement (en accord avec les nôtres) sontrespectueux de l'enfant en tant que personne, apprenant et citoyen. Cela nous a amenées à repenser notre manière d'enseigner et à rédiger un projet d'école soucieux de l'équilibrede l'enfant. En effet, un enfant qui ne va pas bien, qui ne se sent pas écouté et comprisdans sa globalité, ne peut pas apprendre.

Vidéo de présentation de l'action : L'accueil des enfants à l'école

Vidéo de présentation de l'action : Apprendre en jouant à l'école

Prix du collège

"Bambuck, un collège précurseur ?", Collège Edmond Bambuck, Le Gosier (97). Académie de GUADELOUPE  

Au sein d'un établissement réputé difficile, une équipe d'encadrement et d'enseignants se donne les moyens d'assurer la réussite éducative pour  chacun, de développer les ambitions et d'accéder aux excellences. Elle cherche pour se faire à inscrire l'établissement dans son territoire et à améliorer le vivre et le travailler ensemble.Pour y parvenir, les membres de l'équipe s'adonnent à une pédagogie différenciée appuyée sur des projets transversaux qui permettent la valorisation et l'épanouissement de tous les élèves mais aussi développent le sentiment d'appartenir à une communauté.

Prix de la prévention du décrochage scolaire

"Apprendre à conter pour retrouver le plaisir de lire et d'écrire", Collège Paul Langevin, Saint-Junien (87). Académie de LIMOGES  

C'est l'histoire d'une équipe d'enseignants engagés dans la réussite de ses élèves et de collégiens de sixième confrontés à de grandes difficultés de lecture. C'est l'histoire d'un collège rural et de professeurs, fermement décidés à combattre les inégalités et à prévenir l'illettrisme.  De ces envies croisées naît le projet Lire-Ecrire, envisagé pour les élèves les plus en difficultés. Au fil des semaines, certains s'initient à des activités pédagogiques innovantes de création littéraire et artistique tandis que d'autres se voient accompagnés dans leur lecture par des bénévoles sensibilisés. Le plaisir de lire et d'écrire se déploiera lors d'un « Tour de France » des salons de littérature jeunesse: Montreuil, Brive, Limoges et Angoulême deviennent les salons de lecture de ces élèves, hier encore en mal de lire.  Face à ce déferlement d'énergie, des partenaires rejoignent le projet et l'heure de lecture hebdomadaire se métamorphose, au fil des rencontres, en semaine littéraire puis en salon de littérature jeunesse, une première Faites des livres où les élèves se redécouvriront en lecteurs et auteurs, par la signature d'un livre collectif, La Fabrique, où les mots réapprivoisés seront les premières traces de leur réussite.

Prix de la réussite scolaire en Education prioritaire

"Initiation à la pensée philosophique", Collège Vercors, Grenoble. Académie de GRENOBLE  

Par une mise en pratique du questionnement donner du sens aux apprentissages, le goût d'apprendre, ordonner sa pensée et développer une argumentation. Les Discussions à Visée Philosophique ont pour ambition d'élever les enfants, de raviver leur intérêt pour le questionnement, de leur donner des outils pour développer leur propre pensée à travers la discussion et l'échange avec l'autre - tout en s'appuyant sur des exigences fortes: problématiser, conceptualiser, argumenter.

Prix des écoles et des établissements innovants

"ECLA, la création d'un espace d'innovation pédagogique à l'ère du numérique", Collège Jean-Philippe Rameau, Champagne-au-Mont-d'Or (69). Académie de LYON  

Ce projet concerne  la création et l'expérimentation d'un espace de pédagogie innovant : ECLA (ECole pour L'Avenir), un nouvel « espace-temps scolaire à l'ère du numérique », premier Learning Lab dans l'enseignement secondaire en France.Nous avons imaginé des espaces de travail où l'environnement est repensé pour rompre radicalement  avec le schéma traditionnel d'une salle de classe classique et permettre ainsi davantage d'ouvertures pédagogiques. Dans cette réflexion, nous avons également imaginé, pour les enseignants, de rompre avec le schéma classique des salles de réunions qui ne favorisent pas leur posture active en réunions de travail institutionnelles. Pour cela nous avons créé des espaces de travail collaboratif, lieux de rencontres et d'échanges de pratiques originaux,  pour optimiser le travail et le bien-être de nos élèves.  Nous avons fait des plans de salles, créé du mobilier et utilisé des matériels atypiques en milieu scolaire (cloisons phoniques, murs à écriture Velleda, sièges de réunion mobiles et pivotants, poufs déformables). Nous y avons bien entendu  intégré l'utilisation de matériel numérique : grand TBI, tablettes et boitiers d'évaluation. Les objectifs et les finalités sont multiples mais la visée est unique : améliorer la performance de  nos contenus pédagogiques et développer les compétences de chacun dans l'Ecole du XXIème siècle.

Prix de l'innovation, du développement professionnel et de la recherche

"Elles l'ont fait, en REP +", Ecole maternelle Diderot et école maternelle Daniel Fousson, Clermont-Ferrand. Académie de CLERMONT-FERRAND  

Les compétences langagières donnent lieu à de fortes inégalités qui font encore obstacle à la réussite scolaire des élèves de milieux populaires. C'est pour pallier ce constat récurrent que deux écoles maternelles de REP + de Clermont-Ferrand ont sollicité le laboratoire ACTé pour infléchir leurs pratiques en les basant sur les résultats de la recherche. Les enseignantes se sont engagées dans un projet de formation centré sur le développement des compétences narratives. Après deux ans, elles peuvent témoigner des changements radicaux qu'elles ont opérés dans leurs pratiques et des progrès spectaculaires des tout jeunes enfants qui rendent fiers leurs parents.

Prix spécial de l'innovation

"La twictée, dispositif collaboratif d'enseignement et d'apprentissage de l'orthographe", Ecole élémentaire La Chapelle, Freyming-Merlebach (57). Académie de NANCY-METZ 

Concrètement les twictées reposent sur des phases de travail bien connues par les enseignants pratiquant les dictées négociées : les élèves font des propositions d'écriture (individuellement, en groupe) qu'ils soumettent à d'autres classes participant au challenge orthographique que représente la séquence twictée. Les propositions donnent lieu à une analyse et le cas échéant, à des corrections qui prennent la forme de petites justifications écrites : les twoutils. Ces arguments orthographiques en 140 caractères sont au cœur du dispositif.  Les twoutils se caractérisent par un format contraignant et une syntaxe canonique qui doit faire apparaître le mot corrigé ainsi que la justification orthographique. Les notions (nature des mots, phénomène orthographique) apparaissent sous la forme de mots-balise partagés par l'ensemble des classes et renvoyant aux connaissances du programme.   L'organisation conduit chaque élève à produire et à être destinataire de twoutils dans une même dictée partagée avec des élèves venus des quatre coins de la francophonie.

Vidéo de présentation de la twictée

Prix du public

"Joie de vivre au lycée : le dire, l'écrire et le partager", Lycée professionnel Ile de Flandre, Armentières (59). Académie de LILLE

Ce projet « la joie de vivre »  est le second volet d'un projet interdisciplinaire élaboré sur un cycle de trois ans du BAC PRO. Il a pour objectifs assumés : - une amélioration des résultats scolaires- des pratiques pédagogiques évolutives- un climat propice aux apprentissages au sein de l'établissement.- Comprendre l'enjeu de ce qui s'apprend et des activités : donner davantage de sens aux enseignements généraux (littéraires et artistiques) par la pratique de la pédagogie de projet en s'appuyant sur les compétences professionnelles acquises et en cours d'acquisition. Amener à prendre conscience de la cohérence des programmes

Vidéo de présentation de l'action

Téléchargez le programme de la Journée de l'innovation : Programme 2016

Téléchargez le livret du participant : Livret du participant

La Journée de l'innovation : une journée de formation

La Journée de l'innovation propose aux participants des modules de formation professionnelle ainsi que des conférences mobilisant chercheurs, professionnels de l'éducation et partenaires de l'Ecole.

Conférences

  •  Les films d'animation à l'école maternelle

Jean-Pierre Agati, directeur de l'école maternelle du lycée français Louis Pasteur de Bogota (Colombie).

Jean-Pierre Agati, le directeur de l'école maternelle, présentera en visio-conférence le projet de film d'animation réalisé par les élèves. Réécrivant et adaptant le texte de Jean de la Fontaine, l'enseignante de maternelle a permis à ses élèves de comprendre et d'apprécier la fable. S'appuyant sur leur travail initial basé sur les formes géométriques, les élèves ont choisi d'utiliser ces formes pour représenter les personnages. Chaque élève a alors construit une partie du décor ou d'un personnage à partir de photos des différents animaux. Les élèves ont ensuite animé un des personnages et/ou pris des photos. Les textes ont ensuite été dits par les élèves et enregistrés pour le film. Tous les enfants de la classe ont ainsi pu comprendre et participer aux différentes étapes du film.

Retrouvez la vidéo de la conférence : "Les films d'animation à l'école maternelle"

  • La formation à la prévention du décrochage

Claude Bisson-Vaivre est Inspecteur général de l'éducation nationale et médiateur de l'éducation nationale et de l'enseignement supérieur depuis juillet 2015. Il est co-coordinateur (avec Anne Armand, IGEN) du rapport « Agir contre le décrochage scolaire : alliance éducative et approche pédagogique repensée », juin 2013.

C'est d'abord dans la classe que se joue la prévention du décrochage scolaire. La relation qui relie l'élève et son professeur doit être imprégnée de ce principe ; elle doit donner du sens aux apprentissages parfois incompris. C'est la raison pour laquelle la formation des enseignants prend une place centrale dans le plan de lutte contre le décrochage annoncé en novembre 2014. L'évolution des pratiques pédagogiques est en effet un puissant levier pour favoriser « l'accrochage » des élèves comme l'ont montré les travaux conduits dans le cadre de l'évaluation de la Modernisation de l'action publique.

  • La dimension affective de la relation enseignant-élève

Maël VIRAT, chercheur en psychologie pour l'Ecole Nationale de Protection judiciaire de la jeunesse et associé au laboratoire Psitec (Université Lille 3). 

Depuis plusieurs siècles, il existe une tradition de pédagogues que Houssaye (1996) nomme les pédagogues « du coeur ». Ces pédagogues ont vanté les mérites de la relation affective entre éducateurs et adolescents, en particulier avec les adolescents difficiles. Récemment, en psychologie de l'éducation, les effets de la relation enseignant-élève ont été beaucoup étudiés. Les études quantitatives indiquent que la proximité affective enseignant-élève favorise a de très nombreux effets bénéfiques, même si on l'évalue des années plus tard. En revanche, les déterminants de la relation enseignant-élève ont été beaucoup moins étudiés. Comment les enseignants peuvent contribuer à établir des relations de nature à favoriser la réussite scolaire et l'adaptation psychosociale des élèves ? Les résultats que j'aimerais présenter montrent que  l'engagement affectif des enseignants, opérationnalisé avec le concept d'amour compassionnel, est un déterminant de la qualité de la relation enseignant-élève. Ils étayent donc l'hypothèse des pédagogues  « du coeur » : aimer les élèves favorise leur réussite et leur développement, ce qui peut s'interpréter à l'aide de la notion de sécurité affective proposée par la théorie de l'attachement.

  • Les classes inversées, un phénomène précurseur pour l'innovation dans « l'école » de demain.

Marcel Lebrun, docteur en Sciences, professeur en technologies de l'éducation et conseiller pédagogique à l'Institut de Pédagogie universitaire et des Multimédias (IPM) de l'UCL (Université catholique de Louvain à Louvain-la-Neuve, Belgique).

Les questions relatives aux impacts du numérique dans l'éducation et la formation font couler beaucoup d'encre, en particulier en ce qui concerne « l'école de demain ». Il ne s'agit pas d'ajouter une couche technologique aux habitudes de transmission des savoirs prises à l'époque où le livre était rare comme le montre pourtant le tsunami actuel des MOOCs. Mais comment expliquer, dans toute cette effervescence, que ces initiatives de pionniers restent confinées dans des enclaves au lieu de percoler dans l'ensemble des structures comme il est attendu d'une véritable innovation ? Pourquoi parfois des résultats autant mitigés quant à l'impact des technologies sur l'apprentissage ? Les relations entre les savoirs, les humains et les outils sont complexes et systémiques. Si les technologies peuvent être considérées comme une réponse aux besoins d'évolution de l'école en tant que lieu d'écolage pour la société, il nous faut nous interroger sur les questions auxquelles les outils prétendent répondre. C'est à examiner ces questions, à la fois promesses et nécessités, à la fois leviers et enjeux, que nous consacrerons notre conférence en utilisant le concept des « classes inversées » comme fil conducteur. Nous verrons aussi comment ce concept interroge le statut des savoirs à l'heure de leur externalisation et les rôles tenus par les partenaires de la relation didactique à l'heure de la connectivisation.

Retrouvez la vidéo de la conférence : "Les classes inversées, un phénomène précurseur pour l'innovation"

  • L'altruisme et la fraternité par la coopération entre élèves

Sylvain Connac, enseignant-chercheur en  Sciences de l'Education et maître de conférences à l'Université Paul  Valéry de Montpellier.

Les évolutions de nos sociétés contemporaines poussent tous les éducateurs à s'engager  contre l'individualisme et le repli sur soi. Plusieurs textes  officiels (code de l'éducation, socle commun, ...) demandent aux enseignants d'organiser la coopération au sein de leurs classes. En  même temps, autoriser les élèves à coopérer ne s'improvise pas et ne  peut laisser place à du désordre et une altération du rapport au  savoir. Nous étudierons les principales déclinaisons de la coopération  entre élèves, les précautions nécessaires pour en faire des pratiques  pédagogiques ainsi que les valeurs fondamentales que les enseignants développent auprès de leurs élèves.

  • La résidence d'artiste en établissement scolaire

Céline Choquet, professeur des écoles, ingénieure d'études, enseignante en Sciences de l'éducation et doctorante à l'Université Lumière Lyon 2.

L'éducation artistique est de plus en plus reconnue dans les écoles d'aujourd'hui au niveau international. Plusieurs recherches ont déjà recensé les effets de l'art, mais il n'existe encore aucun modèle capable d'expliquer les conditions d'efficience de ces ateliers. Nous présenterons donc ici un modèle explicatif de l'éducation par l'art. Ce modèle est centré sur l'observation de la relation entre l'artiste et l'enfant, s'adressant à un sujet à part entière, visant à développer sa singularité et son autonomie au sein du collectif, grâce à la création partagée. Nous développerons l'hypothèse d'une "zone proximale de développement spécifique" (Alain Kerlan, 2008), générée par le travail artistique et l'expérience esthétique, dans une co-construction favorisant des processus de subjectivation des différents acteurs. Ceci laissant à penser que la mise en place de résidences d'artistes sur la durée, à l'image de l'expérimentation de quatre ans que nous allons vous présenter, permette notamment de définir comme conséquences de ce modèle, une efficace prévention du décrochage scolaire pour les jeunes.

  • Le rôle des langues dans le préélémentaire.

Francis Goullier, Inspecteur général de l'éducation nationale, expert auprès du conseil de l'Europe.

L'attention se focalise actuellement au niveau européen sur le développement langagier des enfants en préélémentaire, que ce soit en encourageant la maîtrise de la langue de scolarisation, en prenant en compte la situation d'enfants ayant d'autres langues premières ou en initiant les enfants à une langue étrangère dès le plus jeune âge.

L'approche proposée par le Centre européen pour les langues vivantes du Conseil de l'Europe (Graz) pour faire face à cet enjeu consiste à identifier des compétences attendues des enseignants qui soient communes à ces différentes situations. L'acquisition de ces compétences doit leur permettre d'adopter des démarches prenant appui sur des acquis de la réflexion pédagogique et qui soient en accord avec des valeurs promues par le Conseil de l'Europe, telles que l'éducation au respect de la diversité et la recherche de la qualité en éducation par la prise en compte à la fois des besoins des enfants et des ressources linguistiques dont ils disposent. Ces compétences communes sont conçues comme la capacité individuelle à mobiliser des connaissances, attitudes et savoir-faire de façon adaptée à la situation particulière et aux objectifs spécifiques poursuivis.

Ceci a donné lieu à un nouvel outil mis à la disposition des établissements de formation, un portfolio européen pour la formation des éducateurs en préélémentaire. Il invite les éducateurs et enseignants à une démarche réflexive sur ces différentes compétences, déclinées en descripteurs.

Retrouvez la vidéo de la conférence : "Le rôle des langues dans le préélémentaire"

  • La collaboration entre la recherche en neurosciences et la recherche en éducation pour l'accompagnement des établissements scolaires.

Pascale TOSCANI, maitre de conférences en psychologie cognitive à la faculté d'Education de l'Université UCO d'Angers et directrice du  GRENE, Groupe de REcherche en Neurosciences Educative.

Depuis ces cinq dernières années, l'univers des neurosciences est entré dans le monde de l'éducation. Les enseignants réalisent que le transfert des contenus neuroscientifiques dans le champ de l'éducation nécessite une formation solide, notamment en neurobiologie et en psychologie cognitive et que son implication dans la pratique professionnelle ne s'improvise pas. Pourtant, comme le soutenait le projet cerveau de l'OCDE, pouvons-nous concevoir aujourd'hui l'avenir de l'école du 21ème siècle sans la contribution des neurosciences ? Aujourd'hui, partout dans le monde, des travaux de recherches collaboratives s'engagent entre de la recherche en neurosciences et l'école. La France doit elle aussi engager des recherches-actions dans une collaboration égalitaire entre neuroscientifiques et enseignants pour cette école du futur qui ne peut plus penser la pédagogie et la didactique en ignorant la connaissances des processus neuronaux liés à l'apprentissage. De belles pistes sont déjà explorées.

  • Enseigner la compréhension en lecture dès l'école maternelle : des paroles aux actes

Sylvie Cèbe, maître de conférences à l'ESPE Clermont-Auvergne et membre du laboratoire ACTÉ

« Garantir aux élèves l'acquisition du "lire, écrire, parler" et enseigner plus explicitement les compétences que l'école requiert pour assurer la maîtrise du socle commun » constituent l'une des six priorités du référentiel de l'Éducation prioritaire (2014). Ce dernier précise qu'il importe de travailler particulièrement les connaissances et compétences qui donnent lieu à de fortes inégalités. Celles qui sous-tendent la compréhension en lecture représentent donc un enjeu central pour notre système éducatif puisque, toutes les évaluations en attestent, elles donnent lieu à de fortes différences entre élèves de milieux sociaux contrastés. C'est de ce constat que nous sommes partie pour proposer aux enseignantes de deux écoles maternelles classées en REP un projet de formation original qui repose sur la conception d'outils pédagogiques innovants et leur mise en œuvre dans les classes. Après avoir décrit les caractéristiques particulières de l'enseignement dispensé, nous présenterons les résultats de cette expérience dont les résultats sont éloquents sur le versant de l'évolution des pratiques enseignantes et de la qualité des apprentissages des élèves de petite, moyenne et grande sections.

  • Innover dans l'école par le design

Clémence Mergy, designer et professeur agrégée en arts appliqués, école Duperré, Paris

Caroline D'Auria-Goux, designer, chargée de recherche à la Cité du Design de Saint-Etienne

Le pôle recherche de la Cité du design développe depuis sept ans des projets d'expérimentation et d'innovation en design, tout un champ de ces recherches est consacré à l'éducation. La question de l'innovation à l'école sera portée dans cette présentation par deux designers, l'une intégrée au pôle recherche depuis le début et l'autre designer free-lance et enseignante en design à l'école Duperré à Paris. À partir de l'expérimentation Innover dans l'école par le design développée dans un collège et des écoles de la Loire, elles vous donneront un aperçu des approches, de la méthodologie mise en place et d'un extrait de l'état de l'art Innover dans les formes scolaires par les disciplines créatives, réalisé dans le cadre du projet.

Retrouvez la vidéo de la conférence : "Innover dans l'école par le design"

  • Professeurs et chercheurs : des Lessons Studies à l'ingénierie coopérative. 

Gérard Sensevy, enseignant-chercheur à l'université de Bretagne occidentale (Centre de recherches sur l'éducation, les apprentissages, et la didactique).

Dans cette intervention, je présenterai tout d'abord les dispositifs de Lesson studies (étude de leçons) tels qu'ils sont actuellement pratiqués dans divers pays du monde. Je montrerai quels peuvent être les forces et les limites de ces dispositifs, qui rassemblent professeurs et chercheurs dans la construction et la mise en œuvre réitérée de séquences d'enseignement.

Puis je m'attacherai à décrire un dispositif dérivé de celui des Lessons studies, l'ingénierie coopérative.  Après avoir explicité la structure générale et les principes sur lesquels reposent une ingénierie coopérative, j'en donnerai rapidement deux exemples : l'un au premier degré, au sein du Lieu d'Éducation Associé à l'IFÉ (LÉA) « Réseau École Bretagne » ; l'autre au second degré, au sein d'un collectif travaillant au collège de Montfort-sur-Meu (Ille-et-Vilaine).

Je conclurai en dégageant quelques perspectives pour la recherche en éducation et quant à ce qu'elle peut impliquer d'évolution pour le travail des chercheurs, des professeurs, et des personnels d'encadrement.

Retrouvez la vidéo de la conférence : "Professeurs et chercheurs : des Lessons Studies à l'ingénérie coopérative"

Modules de formation

Trente modules de formation professionnelle sont proposés aux participants lors de cette journée. Ces modules, organisés sur les six thèmes de l'innovation retenus cette année, expérimentent différents formats permettant l'individualisation des parcours de formation.

  • Laboratoires d'analyse : renforcer l'expertise des personnels, par exemple : laboratoire d'analyse croisée de deux actions sélectionnées entre regards des praticiens experts et experts de la recherche ;
  • Groupes de développement professionnel : initier une enquête sur les pratiques autour d'une problématique donnée  et explorer la variété des solutions possibles relatives à une problématique professionnelle ;
  • Ateliers de créativité : développer les capacités d'innovation des acteurs, par exemple : Atelier « Dix améliorations possibles et réalistes » pour votre action ; groupe d'amélioration de la pratique ; Atelier « Dessinez votre action » : comment traduire des actions innovantes en carte heuristique dessinée ; Atelier « Soyez visionnaire » : imaginez l'école de demain ; groupe de prospective ;
  • « Fab-Lab' » : ateliers de pratiques, où les participants peuvent manipuler, expérimenter, tester de nouvelles manières de faire, de créer, de fabriquer ; le numérique sera naturellement présent ;
  • Ateliers de consultation avec des élèves impliqués dans la réflexion sur les changements de l'école ; les techniques et modalités de travail permettront de produire témoignages et travaux pour le grand groupe ;
Mis à jour le 23 septembre 2016
Partager cet article
fermer suivant précédent