Médée, Sénèque, v. 705-739 - Traduction juxtalinéaire

Postquam evocavit
Après qu’elle eut évoqué


omne serpentum genus,
toute la race des serpents,


congerit in unum
elle rassemble en un seul (tas)


frugis infaustae mala :
les mauvais (éléments) de sa récolte funeste :


quaecumque generat
tous ceux que génère


invius saxis Eryx,
l’Éryx inaccessible en ses rochers,


quae fert
ce que porte


opertis hieme perpetua jugis
sur ses crêtes couvertes d’un hiver perpétuel


sparsus cruore Caucasus Promethei,
le Caucase arrosé du sang de Prométhée,


et quis1 sagittas divites Arabes linunt
et ce par quoi les riches Arabes enduisent leurs flèches,


pharetraque pugnax Medus
ainsi que le Mède ardent à lutter avec son carquois


aut Parthi leves,
ou les Parthes armés à la légère,


aut quos sub axe frigido sucos legunt
ou les sucs que, sous un ciel glacé, recueillent


lucis Suebae nobiles Hyrcaniis,
dans les bois hercyniens les nobles Suèves,


quodcumque tellus vere nidifico creat
tout ce que la terre, au printemps où l’on fait des nids, crée


aut rigida cum jam bruma discussit
ou lorsque le rigoureux solstice d’hiver a déjà brisé


decus nemorum
la parure des forêts


et nivali cuncta constrinxit gelu,
et d’un gel neigeux a tout resserré,


quodcumque gramen flore mortifero viret,
toute plante à la fleur mortifère qui s’épanouit


dirusve tortis sucus in radicibus
ou (toute plante dont) le suc malfaisant (contenu) dans des racines tortueuses

causas nocendi gignit,
engendre des possibilités de nuire,


attrectat manu.
elle (les) tâte de sa main pour s’(en) saisir.

Haemonius illas contulit pestes Athos,
L’hémonien Athos a produit ces (plantes porteuses de)


pestes que voilà, has Pindus ingens,
celles que voici, c’est le Pinde immense,


illa Pangaei jugis
celle-là sur les cimes du Pangée


teneram cruenta falce deposuit comam ;
a déposé sa tendre chevelure sous la faucille sanglante ;


has aluit altum gurgitem Tigris premens,
celles que voici, c’est le Tigre qui les a nourries en propulsant le tourbillon (de ses eaux) profond(es),


Danuvius illas,
celles que voilà, c’est le Danube,


has per arentes plagas
et celles-ci encore à travers les étendues arides,


tepidis Hydaspes gemmifer currens aquis,
c’est l’Hydaspe porteur de gemmes (qui les a nourries), s’écoulant en tièdes ondes,


nomenque terris qui dedit Baetis suis
ou le Bétis qui a donné son nom aux terres qui sont siennes,


Hesperia pulsans maria languenti vado.
frappant les flots hespériens de son cours languissant.


Haec passa ferrum est,
Celle que voici a subi le fer,


dum parat Phoebus diem,
à l’heure où Phébus prépare le jour,


illius alta nocte succisus frutex,
le fruit de celle que voilà a été coupé au plus profond de la nuit,


at hujus ungue secta cantato seges.
mais la pousse de celle que voici a été sectionnée par un ongle incantatoire2.


Mortifera carpit gramina
Elle déchiquette les herbes mortifères


ac serpentium saniem exprimit
et exprime le venin des serpents


miscetque et obscenas aves
et mélange aussi (des parties) d’oiseaux de mauvais augure,


maestique cor bubonis
le cœur d’un lugubre hibou


et raucae strigis exsecta vivae viscera.
et les entrailles arrachées à une effraie au cri rauque encore vivante.


Haec
Ces éléments,


scelerum artifex
la maîtresse en l’art du crime


discreta ponit ;
les dispose en les différenciant ;


his rapax vis ignium,
aux uns appartient3 la force dévastatrice des flammes,


his gelida pigri frigoris glacies inest.
aux autres le gel glacé du froid pétrifiant.


Addit venenis verba
Elle ajoute aux poisons des paroles


non illis minus metuenda.
qui ne sont pas moins à craindre que ceux-là.


Sonuit ecce vaesano gradu
Voici qu’elle fit résonner son pas de folie


canitque.
et qu’elle entonne ses incantations.


Mundus vocibus primis tremit.
L’univers à ces sons primitifs/dès les premiers sons tremble.

 

    Sommaire du dossier

    Sénèque, Médée et les philtres magiques (vers 705-739)

    logo

    Dossier élaboré par

    Cécile Daude

    Paulette Garret

    Sylvie Pédroaréna

    Brigitte Planty

    Gilles Roussel

    Sous la direction de Sylvie David

    Notes 

    1. Quis est une forme archaïque pour quibus.
    2. Cela signifie que la magicienne a prononcé des incantations tout en faisant un geste précis pour couper la plante.
    3. Prendre le verbe inest à la fin du vers suivant.
    Besoin d'aide ?
    sur