• Le réflexe myotatique par CANOPE

    Le réflexe myotatique

    Nos muscles sont en permanence soumis à des influx nerveux coordonnés mais involontaires qui gouvernent la position de notre corps dans l’espace, y compris au repos. C’est ce que l’on appelle le réflexe myotatique. Il est produit par une circulation incessante de messages de nature électrique dans les fibres nerveuses. Revue de détail de ce mécanisme complexe, sans lequel nous ne tiendrions même pas debout…

     

  • Principe de l'IRM

    L'IRM permet d'obtenir des images numériques en trois dimensions du cortex, de la substance blanche, du liquide céphalo-rachidien et des noyaux gris centraux, avec une précision inférieure au millimètre.

    Ce type d'acquisition permet d'effectuer une analyse neuroanatomique individuelle de très haute précision.

    Le sigle IRM regroupe en fait un ensemble de techniques d'imagerie. Outre des images anatomiques etfonctionnelles, l'IRM permet d'obtenir des images de l'organisation spatiale des vaisseaux cérébraux:angiographie IRM, de l'orientation des principaux faisceaux de fibres blanches: IRM de diffusion, de la distribution de sang: IRM de perfusion, ainsi que de la concentration locale de certains métabolites énergétiques et peut-être, bientôt, de certains neurotransmetteurs: spectroscopie IRM.

     

  • Une mise en évidence de la plasticité du cortex moteur

    Démarche pédagogique explorant une famille d'indices (comparaison des cartes motrices de plusieurs individus, modification de la carte motrice d'un individu au cours de l'apprentissage, réorganisation cérébrale à la suite d'une perte de fonction motrice) plaidant en faveur de la plasticité du cortex moteur.

  • Des aires motrices spécialisées à l'origine des mouvements volontaires avec EduAnatomist

    Une enquête soutenue par des images d'IRM anatomique et fonctionnelle, ayant pour point de départ l'exploitation de cas cliniques de perte partielle de motricité consécutive à un AVC, suivie de l'identification des aires corticales mobilisées lors de tâches motrices.

  • Les structures intervenant dans le réflexe

  • Réflexe de flexion

    •  
      • de pincer la patte de la grenouille (décérébrée) pour provoquer la flexion
      • de sectionner les racines ventrales, dorsales, ou le nerf sciatique
      • de stimuler électriquement les bouts centraux et périphériques
    • L'objectif de cette simulation est de déterminer le trajet précis du message nerveux lors d'un comportement réflexe de flexion. 
      L'élève a la possibilité :

     

  • Enregistrer le réflexe myotatique

    La contraction d'un muscle est la conséquence de courants très faibles qui se propagent à sa surface et qui sont déclenchés par l'arrivée de potentiels d'action nerveux. Ces courants peuvent être enregistrés à travers la peau à l'aide d'électrodes placées sur les muscles concernés.
    Les muscles de la jambe se prêtent bien à cette observation.

  • Images en relation avec les neurosciences SERIMEDIS