Un jour

Auteur : GLEITZMAN Morris

Éditeur : Les Grandes Personnes

Niveau de classe : 3e

Genre : récit

Niveau de lecture :

Enjeu littéraire : Agir dans la cité : individu et pouvoir. S'interroger sur les notions d'engagement et de résistance, et sur le rapport à l'histoire qui caractérise les œuvres et textes étudiés

Mots-clés : génocide, nazisme, prise de conscience

Présentation : Félix, le narrateur, est un enfant polonais. En 1942, il s'enfuit d'un orphelinat où il était caché. Il veut retrouver ses parents qui sont libraires et les prévenir que les nazis brûlent les livres. Il emporte avec lui un cahier jaune où il écrit des histoires. En route, il prend sous son aile une fillette de six ans, Zelda, dont les parents ont été tués. Il découvre que les nazis ne détestent pas seulement les livres juifs mais les juifs eux-mêmes et se retrouve confronté à la barbarie. Petit à petit, Félix perd sa naïveté mais il continue à se battre, à espérer et à se servir de son imagination et des histoires qu'il invente comme rempart à la folie ambiante.

 

Pertinence et intérêt de la lecture : Si le thème est souvent traité en littérature de jeunesse, l'originalité du roman tient au décalage entre ce qu'on sait de la réalité historique et la façon dont l'enfant la perçoit et recourt au pouvoir de la fiction pour affronter l'innommable. À la fois réaliste et imaginatif, ce récit qui nous fait passer du rire aux larmes est surtout terriblement poignant sans jamais verser dans le pathos. On n'oublie pas de sitôt ses deux jeunes héros. Autant qu'un récit sur l'Holocauste, ce roman est un récit sur la perte de l'innocence. C'est aussi une mise en avant du courage, de la solidarité et du pouvoir salvateur de l'imagination face à une réalité insoutenable.

 

Point particulier : Lecture à ne pas réserver exclusivement aux élèves : ce livre a aussi sa place dans une bibliothèque adulte. Rapprochements possibles avec le film « La vie est belle ».