S Y S T E M E S - E M B A R Q U E S

Architecture des satellites / Principes physiques des capteurs / De A à Z / Sites spécialisés /

sommaire du site

Galileo

Présentation :

Le système de radiolocalisation Galileo est développé par l'Europe pour offrir, à partir de 2010, aux utilisateurs  la possibilité de déterminer de façon précise leurs coordonnées en tout point de la surface de la Terre. Ce système sera compatible avec le système américain GPS et le système russe Glonass.
Il devrait offrir ainsi aux utilisateurs une fiabilité et une précision accrues (1 m), tout en assurant à l'Europe son indépendance dans un domaine stratégique.
GIOVE-A, premier satellite démonstrateur destiné à tester les technologies mises en oeuvre pour Galileo a été
mis sur orbite  le 28 décembre 2005. Il fonctionne parfaitement et a commencé à emettre des signaux Galileo  dès le 12 janvier 2006.
 
Le principe général  de Galileo repose sur des
concepts similaires à ceux du système GPS. Pour qu'un utilisateur muni d'un récepteur Galileo puisse se localiser avec une précision métrique, il faut qu'il soit vu simultanément par au moins 4 satellites et que l'horloge de son récepteur ainsi que celles des satellites soient synchronisées avec une extrême précision.

Le système Galileo comprendra  :

  • Un secteur "spatial", constitué d'une constellation de satellites
  • Un secteur "commande et contrôle"
  • Un secteur "utilisateur"

Le secteur "spatial" :

galileo1.jpg (31265 octets)

Ci-dessus
: constellation Galileo (
Copyright ESA)

La constellation Galileo sera   constituée de 30 satellites (dont 3 en réserve) répartis sur 3 plans orbitaux inclinés de 56° par rapport au plan équatorial.
Les orbites décrites à l'altitude de 24000 km sont circulaires et la période de révolution est égale à 11 h 58 min.

Cette configuration permet, avec 27 satellites opérationnels, de recevoir simultanément en tout lieu de la surface terrestre et à tout instant,  les signaux émis par un minimum de 4 satellites. 

galileo2.jpg (31248 octets)

Ci-dessus : Vue d'artiste d'un satellite Galileo (Copyright ESA).

Le secteur "commande et contrôle"

Ce secteur sera assuré par le dispositif EGNOS (European Geostationary Overlay Service), dont la station maîtresse est située à Toulouse.

Le secteur utilisateur :

Un récepteur Galileo permettra
-  d'acquérir les signaux émis par les satellites Galileo et GPS
- d'identifier les satellites en vue
- de décoder et d'exploiter les données reçues
- de calculer la position de l'antenne de réception en coordonnées géographiques dans le système géodésique WGS 84  (Worls Geodesic System).
 

Pour en savoir plus sur le programme Galileo :