L A N C E U R S

Propulsion par réaction / Architecture d'un lanceur Chimie de la propulsion / Moteurs / Lancement / Bases de lancement  / Sécurité et environnement / Historique

sommaire du site

Architecture des lanceurs Ariane 1 à 3 (suite)

Les lanceurs Ariane 1 à 3, opérationnels de 1981 à 1989, ont permis de mettre sur orbite géostationnaire des satellites de masses comprises au maximum entre   1,75 t et 2,6 t.
28 vols de ces lanceurs d'une hauteur de l'ordre de 50 m et d'une masse au décollage supérieure à 200 t ont eu lieu, avec un taux de réussite de 86 %.

Les lanceurs Ariane 2 et 3  :

ariane2.jpg (18527 octets)

ariane3.jpg (21140 octets)

Ci-dessus :  Lanceurs Ariane 2 (à gauche) et Ariane 3 (à droite) sur le pas de tir (Copyright ESA).


Par rapport à Ariane 1, les lanceurs Ariane 2 et 3 comportaient les améliorations suivantes :

- Pour les deux premiers étages, l’UDMH a été remplacé par l’UH25 (75 % d’ UDMH + 25 % d’hydrate d’hydrazine), ceci se traduisant par un accroissement de la poussée des moteurs Viking. Le 3 ème étage, augmenté de 1,3 m, contenait 10,7 t d’ergols liquéfiés ; il était propulsé par un nouveau moteur HM7B avec un divergent plus long.

- Par rapport au lanceur Ariane 2, Ariane 3 possédait deux propulseurs d’appoint à poudre (PAP) de 8 m de haut pour 1,1 m de diamètre et contenant 7,3 t de propergol solide. Les PAP servaient à augmenter la poussée au moment du décollage.

Pour en savoir plus sur les lanceurs Ariane 1 à 3