Marguerite Yourcenar, Mémoires d’Hadrien et la spécialité LLCA au lycée

édition utilisée :

Marguerite Yourcenar, Mémoires d’Hadrien suivi de Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien, Folio.

Table

  • Animula vagula blandula p. 9
  • Varius multiplex multiformis P. 31
  • Tellus stabilita p. 107
  • Saeculum aureum p. 167
  • Disciplina augusta p. 231
  • Patientia p. 293
  • Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien  p. 319
  • Note de l’auteur p. 349-364
Hadrien

 

N. B. : dans sa Note, M. Yourcenar distingue les faits et personnages historiques des faits et personnages inventés ; on y trouve également une liste des sources littéraires, scientifiques, iconographiques et épigraphiques utilisées.

- Pour l’ensemble du roman, voir p. 352-353 de cette Note : « Les deux sources principales pour l’étude de la vie et du personnage d’Hadrien sont l’historien grec Dion Cassius, qui écrivit les pages de son Histoire Romaine consacrées à l’empereur environ quarante ans après la mort de celui-ci, et le chroniqueur Spartien, un des rédacteurs de l’Histoire Auguste, qui composa un peu plus d’un siècle plus tard sa Vita Hadriani, l’un des meilleurs textes de cette collection […]. Ces deux auteurs s’appuyaient sur des documents désormais perdus, entre autres des Mémoires, publiés par Hadrien sous le nom de son affranchi Phlégon, et un recueil de lettres de l’empereur rassemblées par ce dernier. […] Il reste d’Hadrien lui-même un certain nombre d’œuvres authentiques dont on s’est servi : correspondance administrative, fragments de discours ou de rapports officiels, comme la célèbre Adresse de Lambèse, conservés le plus souvent par des inscriptions ; poèmes mentionnés par les auteurs du temps, comme l’illustre Animula vagula blandula, ou retrouvés sur les monuments où ils figuraient à titre d’inscriptions votives […]. »

- Pour certains détails de l’œuvre, voir les notes insérées dans les tableaux ci-dessous

 

Classe de première 

 

Objet d'étude : « La cité entre réalités et utopies »

 

« Varius multiplex multiformis »

(p. 39-106)

- Réflexion sur Rome et sur le pouvoir (p. 47-49) : « Faut-il l’avouer… m’occuper de politique » ; - - Réflexion sur le pouvoir impérial, le gouvernement des hommes (p. 50-52) : « On m’aimait peu… lorsqu’ils meurent ».

« Tellus stabilita »

(p. 109-165)

- Réflexion sur la paix et sur la violence dans l’exercice du pouvoir (p. 111-116) : « La paix… victimes humaines ».

- Réflexion sur le pouvoir impérial (p. 117-118) : « Attianus… Hadrien ».

- Réflexion sur la loi (p. 127-128 : « Il faut l’avouer… l’humanité ».

- Réflexion sur la richesse et la pauvreté, sur le commerce (p. 131-133) : « Une partie de nos maux… utilement prince ».

- Réflexion sur les armées (p. 133-135) : « Trop souvent… l’humanité du siècle ».

- Réflexion sur le pouvoir impérial (p. 135-136) : « Nous sommes… dans la mort ».

- L’idéal impérial d’Hadrien7 (p. 148-149) : « Trahit sua quemque voluptas… harmonie des sphères ».

Saeculum aureum

(p. 169-230)

- Réflexion sur le pouvoir ; comparaison avec Alcibiade (p. 180-181) : « C’est quelque temps plus tard… un payement ».

Patientia

(p. 295-316)

- Exemples de la multitude de tâches que réclame la gestion d’un empire (p. 304-305) : « Tout reste à faire… jusqu’au bout ».

 

Objet d'étude : « Amour, Amours »

 

« Anima vagula blandula »

(p. 9-35)

- Réflexion sur l’amour (p. 21-25) : « Et j’avoue… trop sue par cœur ».

 Varius multiplex multiformis »

(p. 39-106)

- Réflexion sur l’amour ; influence des poètes élégiaques (p. 73-76) : « On m’a reproché… monde des femmes ».

Saeculum aureum

(p. 169-230)

- Rencontre d’Hadrien et d’Antinoüs (p. 169-170) : « On lut ce soir-là… commencèrent ».

- Relation entre Hadrien et Antinoüs, couple historique célèbre (p. 170-174) : « Antinoüs était grec… le plus sage de tous ».

- Réflexion sur le temple de Vénus et de Rome et sur Roma et son palindrome Amor (p. 183) : « On mettait la dernière main… conseillère divine ».

- Relation entre Hadrien et Antinoüs (suite) (p. 188-191) : « Peu à peu… en regardant la mer ».

- Relation entre Hadrien et Antinoüs (suite) ; réflexion sur la conception de l’amour chez les Romains et chez les Grecs (p. 193-194) : « Je n’aimais pas moins… et les sacrifices expiatoires commençaient ».

- Réflexion sur l’amour et sur la mort, à l’occasion du suicide d’Antinoüs (p. 219-221) : « La remontée du fleuve… pas fini de marcher »

Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien

(p. 321-347)

- Influence de l’histoire et de la légende grecques dans le « cycle d’Antinoüs » chez Hadrien (p. 335) : « On ne se livrera jamais assez… à Patrocle ».

 

Objet d'étude : « Méditerranée : conflits, influences et échanges »

 

« Varius multiplex multiformis »

(p. 39-106)

- Influence de la Grèce sur Rome (voyage d’étude en Grèce d’Hadrien1) (p. 46-47) : « J’avais seize ans… enseigné la méthode ».

- La Grèce et Rome : conquête de la Grèce, mais hellénisation de la société romaine (p. 87-88) : « Durant ces quelques années… dieu désarmé ».

- Exemple de relations conflictuelles entre Rome et ses provinces ou ses alliés (p. 98-99) : « Soudain, l’incendie… avant de mourir ».

« Tellus stabilita »

(p. 109-165)

- Gestion de l’empire romain (alliances, conflits, commerce, etc.) (p. 109-110) : « Ma vie… à battre ».

- L’Égypte sous l’Empire (p. 110-111) : « La fièvre… côte à côte ».

- Rome, ville cosmopolite (p. 118-119) : « On m’accuse… l’Oriental épais ».

- Rome, ville cosmopolite et éternelle (p. 124-125) : « Rome… cité des hommes ».

- Hadrien rencontre un gymnosophiste indien2 (p. 157-159) : « Un soir… Jupiter ».

Saeculum aureum

(p. 169-230)

- Réflexion sur les rapports entre Rome et la Grèce, à l’occasion de la dédicace de l’Olympéion d’Athènes (p. 192-193) : « à Athènes… au Temps dévorateur ».

Disciplina augusta

(p. 233-291)

- Conflits avec les Juifs à Jérusalem, révolte de Bar Kochba5 (p. 252-260) : « Les affaires juives… de nous dire non ».

- Répression de la révolte juive, transformation de la Judée en Palestine, diaspora juive (p. 267-269) : « Le soir… il faut toujours recommencer ».

 

Classe de terminale 

 

Objet d'étude : « L’homme, le monde, le destin »

 

« Varius multiplex multiformis »

(p. 39-106)

- Hadrien et son recours aux oracles et à la magie pour connaître l’avenir (p. 99-101) : « J’allais avoir… signes de l’avenir ».

Saeculum aureum

(p. 169-230)

- Entrevue d’Hadrien avec une magicienne à Alexandrie, scène de magie3 (p. 210-213) : « Les distractions… chez la magicienne ».

- Réflexion sur l’histoire et le temps à l’occasion d’une excursion au pied du colosse de Memnon, à Thèbes6 (p. 221-223) : « On s’efforçait… vingt ans ».

Disciplina augusta

(p. 233-291)

- Réflexion sur l’immortalité que confère la littérature (p. 235-236) : « Je lus beaucoup… en l’immortalité ».

Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien

(p. 321-347)

- P. 322 : « Prendre une vie connue, achevée, fixée (autant qu’elles peuvent jamais l’être) par l’Histoire, de façon à embrasser d’un seul coup la courbe tout entière ; bien plus, choisir le moment où l’homme qui vécut cette existence la soupèse, l’examine, soit pour un instant capable de la juger. Faire en sorte qu’il se trouve devant sa propre vie dans la même position que nous ».

 

Objet d'étude : « Croire, savoir, douter »

 

« Varius multiplex multiformis »

(p. 39-106)

- La formation d’Hadrien, son rapport au savoir et à l’éducation antiques (p. 43-47) : « La fiction officielle… la méthode ».

Saeculum aureum

(p. 169-230)

- Expérience des pratiques magiques par Hadrien, en Asie Mineure (p. 197-198) : « Mes fréquents séjours… savait son métier ».

- Expérience de communication avec les défunts ; allusion à une histoire de revenant, La Fiancée de Corinthe (p. 199 et Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien, p. 339) : « Vers la même époque… s’étaient ouvertes ».

- Entrevue d’Hadrien avec une magicienne à Alexandrie, scène de magie3 (p. 210-213) : « Les distractions… chez la magicienne ».

Disciplina augusta

(p. 233-291)

- Réflexion sur le christianisme, comparaison avec certaines religions païennes (p. 238-240) : « Ce fut vers cette époque… qui ne s’aime pas particulièrement soi-même ».

Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien

(p. 321-347)

- Curiosité de Phlégon, secrétaire d’Hadrien, pour les histoires de revenants, les monstres de la nature (p. 339) : « Il faut s’enfoncer… à la table impériale ».

 

Objet d'étude : « Méditerranée : présence des mondes antiques »

 

« Tellus stabilita »

(p. 109-165)

- Les grandes villes antiques de la Méditerranée et leurs transformations ; le destin de Rome, son influence sur les villes futures (p. 125) : « Mais toute création… cité des hommes ».

- Réflexion sur l’œuvre de construction romaine en Méditerranée et réflexion sur l’art gréco-romain (p. 140-146) : « Construire… au ciel ».

- Comparaison entre l’art grec et l’art romain ; réflexion sur l’art du portrait (p. 146-148) : « L’art du portrait… et des fleurs ».

Saeculum aureum

(p. 169-230)

- Vie culturelle à Nicomédie (p. 169-170) : « L’été qui suivit… cette famille pauvre ».

- Séjour à Athènes (évolution de la ville ; pratique des arts, rencontres avec des rhéteurs, écrivains, philosophes, artistes grecs) (p.  174-178) : « La barque… qu’à ma mort ».

- Architecture du Panthéon8 (p. 184-185) : « Le même jour… où nous mettons les dieux ».

- Transformations successives de Rome (p. 186-187) : « Rome : le creuset… brièveté de la vie ».

- Transformation de Jérusalem (p. 202-203) : « Nous fîmes halte… de la haine ».

- Vie culturelle à Alexandrie (musique) (p. 205-206) : « Nous rentrâmes… la nuit tomba ».

- Séjour d’Hadrien à Alexandrie (monuments, religions) (p. 208-210) : « Nous visitâmes… à ses propres dieux ».

Disciplina augusta

(p. 233-291)

- La nouvelle bibliothèque d’Athènes (p. 234-235) : « Leur maison était située… à l’égard du genre humain ».

- Rome et Athènes : influences réciproques (p. 241-242) : « Oui, Athènes restait belle… pour tout contenir ».

- Transformations d’Athènes sous Hadrien (p. 242-244) : « Je terminai… pas retourné depuis ».

- Transformations de Rome sous Hadrien, sous l’influence de la Grèce et de l’Égypte (p. 246) : « à Rome… Hôpital de l’Âme ».

Patientia

(p. 295-316)

- Réflexion sur la naissance et la chute des civilisations, sur la postérité de Rome (p. 313-314) : « L’avenir du monde… de Rome éternelle ».

Carnets de notes de Mémoires d’Hadrien

(p. 321-347)

- Allusion à une toile de Canaletto représentant le Panthéon (p. 325) : « Aux pires heures… et réchauffée ».

- Allusion à une gravure du Piranèse représentant une vue de la Villa d’Hadrien, et aux représentations d’Antinoüs du Vatican (p. 325) : « Vers 1941… l’oubli ».

- Projet d’écriture des Mémoires d’Hadrien (p. 327) : « Refaire du dedans ce que les archéologues du XIXe siècle ont fait du dehors ».

- Projet d’écriture des Mémoires d’Hadrien (suite) (p. 328) : « Cette nuit-là… l’importance du Prince ».

- Allusion à Hécube dans Hamlet (p. 333) : « Qu’est Hécube… de le venger ».

- Antinoüs dans l’art et la littérature postérieurs à l’antiquité (p. 336-338) : « Tout ce qu’on peut dire… les mains d’Hadrien ».

- Influence de la lettre d’Arrien au sujet du périple de la Mer Noire pour le portrait d’Hadrien4 (p. 339-340) : « Dans l’absence… dans la neige du marbre ».

- Projet d’écriture des Mémoires d’Hadrien (suite) (p. 340-343) : « Note de 1949… n’a plus qu’à mourir ».

 

Notes 

 

1. « Une inscription nous apprend que le sophiste Isée fut l’un des maîtres d’Hadrien ; mais il n’est pas sûr que l’étudiant ait fait, comme on le dit ici, le voyage d’Athènes. » (Note, p. 349)

2. « La rencontre avec le Gymnosophiste n’est pas, en ce qui concerne Hadrien, donnée par l’histoire ; on s’est servi de textes du Ier et du IIe siècle qui décrivent des épisodes du même genre. » (Note, p. 350)

3. « L’histoire du sacrifice d’Antinoüs est traditionnelle (Dion, LXIX, 11 ; Spartien, XIV, 7) ; le détail des opérations de sorcellerie est inspiré des recettes des papyrus magiques de l’Égypte, mais les incidents de la soirée à Canope sont inventés. » (Note, p. 350) ; « Les deux sorcières, celle de l’île de Bretagne et celle de Canope, personnages fictifs, résument le monde de diseurs de bonne aventure et de praticiens en sciences occultes dont s’entoura volontiers Hadrien. » (Note, p. 351)

4. « Des portions de la Lettre d’Arrien à l’empereur Hadrien à l’occasion du Périple de la Mer Noire […] ont été incorporées au présent ouvrage, l’auteur se rangeant à l’avis des érudits qui croient, dans son ensemble, ce texte authentique. » (Note, p. 354)

5. « Quelques détails historiques mêlés dans le Talmud à un immense matériel légendaire viennent s’ajouter pour la guerre de Palestine au récit de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe. » (Note, p. 354)

6. « Les poèmes de Julia Balbilla gravés sur la jambe du Colosse de Memnon servent de point de départ au récit de la visite à Thèbes (R. Cagnat, Inscrip. Gr. ad res romanas pertinentes, 1186-7). » (Note, p. 355)

7. « Le Panégyrique de Rome, du sophiste Ælius Aristide, œuvre de type nettement hadrianique, a fourni quelques lignes à l’esquisse de l’État idéal tracée ici par l’empereur. » (Note, p. 354)

8. […] Rappelons que c’est à une date relativement très récente, et grâce aux marques de fabrique des briques qui ont servi à l’édifier, que l’honneur de la construction ou de la reconstruction totale du Panthéon a été rendu à Hadrien, qu’on avait cru longtemps n’en avoir été que le restaurateur. » (Note, p. 362)

Besoin d'aide ?
sur