L'autel de la paix : l'Ara Pacis

La situation de l'Ara Pacis dans la ville

L'Ara Pacis est construit sur le Champ de Mars, c'est-à-dire sur une zone longtemps utilisée, à l'époque républicaine, pour l'entraînement des soldats (Campus Martius : "champ du dieu Mars", dieu de la guerre). Dès la fin du IIe siècle avant J.-C., des généraux vont faire construire, dans un secteur du Champ de Mars plus proche du centre de la ville, des monuments en l'honneur de leurs victoires.
C'est donc dans un lieu encore peu construit, mais traditionnellement lié à la guerre que va être bâti l'Ara Pacis, monument dédié à la paix.

Cet endroit est situé en dehors de Rome proprement dite, en dehors de la limite religieuse, de la ligne qui définit l'espace sacré de la ville : le pomeriumLe choix de l'endroit exact a une fonction symbolique : cet autel se trouve à une distance d'un mille (1 472 m) du pomerium, c'est-à-dire à l'endroit où le consul de retour d'expédition militaire perd ses fonctions militaires (imperium militiae) pour retrouver ses pouvoirs civils (imperium domi).

A l'heure actuelle, l'Ara Pacis ne se trouve plus à l'endroit où il avait été édifié. Mussolini l'a fait déplacer et l'a fait reconstruire plus près du Tibre, à proximité du Mausolée, en changeant son orientation.

L'aménagement de la zone de l'Ara Pacis

Quatre monuments vont être édifiés par Auguste sur la même zone. Le mausolée d'Auguste est le premier construit, à partir de 28 avant J.-C.; à proximité se trouve l'ustrinum. L'obélisque de l' horologium est dressé en 10 avant J.-C. Enfin l'Ara Pacis est achevé en 9 avant J.-C.

Ces monuments ont tous pour fonction d'établir le pouvoir d'Auguste et de contribuer à mettre en place la dynastie qu'il veut fonder :

  • le mausolée est un tombeau monumental destiné aux membres de la famille d'Auguste.
  • l'Ara Pacis, qui est un sanctuaire, sacralise le pouvoir d'Auguste et l'inscrit dans l'histoire de Rome, grâce aux bas-reliefs sculptés sur les parois. Il est aussi un monument à la pax Augusta, la paix établie par Auguste.
  • l'horologiumcadran solaire monumental, lie Auguste au soleil et donne à son pouvoir une dimension cosmique, plus large que son étendue terrestre. Auguste a trouvé les modèles de ce type de construction en Orient, dans le monde hellénistique.
bigot2.jpg
Carte : d'après un plan de P. Bigot

 

L'horologium

L'obélisque, rapporté d'Egypte, servait d'aiguille (de gnomon) pour marquer l'heure sur le cadran de l'Horologium. Il a été dressé en 10 avant J.-C. Il indiquait aussi les jours de l'année et les signes du zodiaque par un système complexe de lignes au sol. Le jour de l'anniversaire d'Auguste, le 23 septembre, l'ombre de cet obélisque pointait vers l'Ara Pacis.

Cet obélisque se trouve aujourd'hui Piazza Montecitorio, à Rome, non loin de l'endroit où il était situé dans l'Antiquité .

Horologium d'Auguste

 

Le mausolée et l'ustrinum

Le mausolée est conçu, du vivant de l'empereur, pour servir de sépulture à la famille d'Auguste. De fait, les cendres de nombreux membres de la dynastie Julio-Claudienne y seront déposées. Les défunts ont été auparavant incinérés sur l'ustrinum, plate forme de maçonnerie destinée à soutenir le bûcher funéraire et située à proximité du mausolée.

mausol1.jpg

Les Romains connaissent bien les tumulus qu'ont construits les Étrusques pour abriter leurs morts. Mais ils ne sont pas habitués à un monument aussi gigantesque : 87 mètres de diamètre, et sans doute près de 40 mètres de haut (un immeuble de 10 étages...). Au dessus de la chambre funéraire, au sommet du cône de terre qui surmontait l'édifice, se trouvait une statue monumentale d'Auguste. Celle-ci prenait pour modèle les représentations du roi Alexandre le Grand, dont Auguste avait vu à Alexandrie le tombeau monumental.

 

Les circonstances de la construction de l'Ara Pacis

En 13 avant J.-C., le 4 Juillet, le Sénat décide la construction d'un autel dédié à la Pax Augusta, en l'honneur du retour d'Auguste. Ce dernier revient d'Espagne et de Gaule après trois ans d'absence. Pendant ces trois ans, il a mené des opérations de pacification, et a organisé les provinces du sud de la France actuelle. 

proces1.jpg

La dédicace, c'est-à-dire la cérémonie de consécration solennelle aux dieux qui marque de début du fonctionnement de l'édifice, n'aura lieu que plus tard, en 9 avant J.-C., le 30 Janvier. La date a son importance : c'est le jour de l'anniversaire de l'épouse d'Auguste, Livie ; l'aspect dynastique s'en trouve nettement souligné.

 

Les Res gestae

En latin, les mots de Res Gestae désignent les actions accomplies ; ils sont l'équivalent de "Hauts faits", ou d' "Histoire". Entre 11 et 13 après J.-C., Auguste rédige lui même, pour ses successeurs, un récit de sa vie (sa geste) qui devra leur servir de modèle : ce testament politique est gravé sur des plaques de bronze qui seront placées de part et d'autre de la porte de son mausolée.

Dès l'antiquité, cette inscription a été recopiée et largement diffusée. Les plaques de bronze ont disparu, mais on a retrouvé des fragments de copies gravées sur la pierre. Dans les provinces, ces copies étaient affichées dans les temples dédiés à Rome et à Auguste divinisé. La plus complète de ces copies, bilingue (latin et grec, langue courante en Méditerrannée orientale) a été retrouvée en Turquie, à Ankara.

Voici le paragraphe (il y en a en tout trente cinq) qui raconte les circonstances de la construction de l'Ara Pacis.

Cum ex Hispania Galliaque, rebus in iis provincis prospere gestis, Romam redi Ti. Nerone P. Quintilio consulibus, aram Pacis Augustae senatus pro reditu meo consecrandam censuit ad campum Martium, in qua magistratus et sacerdotes et virgines Vestales anniversarium sacrificium facere jussit.

Lorsque je suis revenu d’Espagne et de Gaule après avoir heureusement réglé les affaires dans ces provinces, sous le consulat de Ti. Nero et de P. Quintilius, le sénat décida en l’honneur de mon retour de consacrer un autel à la Paix Auguste près du Champ de Mars, autel sur lequel il décréta que les magistrats, les prêtres et les Vierges vestales procéderaient à un sacrifice anniversaire. II, 12, Traduction Alain Canu.

 

Ara Pacis : un autel

L'autel - ara - est dans le cas qui nous occupe une sorte de petit temple à ciel ouvert, enclos de murs, fermé par une porte. C'est un espace consacré, comme les autres temples, à une divinité. Cette divinité peut être une idée abstraite, une vertu que l'on veut mettre en valeur en la personnifiant : la Paix (Ara Pacis), la Piété (Ara Pietatis), la Providence (Ara Providentiae).

Il contient en son centre un autel - c'est-à-dire cette fois une construction de maçonnerie qui sert aux sacrifices (pour les autres temples, les sacrifices ont lieu à l'extérieur, sur un autel qui est aussi nommé ara). Ce lieu n'est pas un lieu destiné à des dévotions privées, il est destiné à des cérémonies publiques, dans un état où vie politique et vie religieuse sont intimement liées.

monnaie7.jpg
L'image représente le revers d'un as, frappé sous Tibère. Y figure un autel, accompagné de deux légendes : [p]rovident[ia] commémore la création d'un autel dédié à la Providence.

musagora

Sommaire du dossier

Auguste et l' Ara Pacis

Besoin d'aide ?
sur