Achille ὁ Ἀχιλλεύϛ

Achille et Memnon. Vase à figures noires. Attique. 530-520 av. J.-C. © The Metropolitan Museum of Art

αὐτὰρ ὃ μήνιε νηυσὶ παρήμενος ὠκυπόροισιν
διογενὴς Πηλῆος υἱός, πόδας ὠκὺς Ἀχιλλεύς·
οὔτέ ποτ’ εἰς ἀγορὴν πωλέσκετο κυδιάνειραν
οὔτέ ποτ’ ἐς πόλεμον, ἀλλὰ φθινύθεσκε φίλον κῆρ
αὖθι μένων· ποθέεσκε δ’ ἀϋτήν τε πτόλεμόν τε.

Mais assis près des bateaux rapides passeurs, il était en colère,

le fils de Pélée né de Zeus, Achille rapide à la course.

Jamais il ne fréquentait l'assemblée qui donne gloire aux hommes,

jamais le combat ; il se consumait le cœur,

immobile, alors qu'il désirait la clameur des batailles.

Iliade, chant I, v. 488-492. Trad. Pierre Judet de la Combe, Tout Homère, Albin-Michel-Les Belles Lettres, 2019.

Héros grec légendaire, Achille est le personnage principal de l’Iliade, l’épopée homérique qui conte la campagne contre Ilion (Troie), conduite par les Achéens.  « La colère d’Achille », à l’origine de la mort de nombreux héros grecs catalyse à elle seule tous les éléments du mythe.

Achille est en effet le premier des héros achéens, réunissant en lui, beauté, haute naissance, formation exceptionnelle et caractère fougueux. Fils de la néréide Thétis et du roi des Myrmidons Pélée, il fut éduqué par le centaure Chiron à la chasse, mais aussi à la musique, à la médecine et à la morale. Il est élevé avec son cousin et ami Patrocle. Sachant par un oracle que son fils devait mourir devant Troie, Thétis l'envoie à la cour du roi Lycomède, où il vit déguisé en femme, sous le nom de Pyrrha, auprès des filles du roi. Il a un fils de l'une d'entre elles, Déidamie,  qui sera nommé  d'abord  Néoptolème, puis, plus tard, Pyrrhus. L'oracle ayant cependant précisé que Troie ne pourrait être prise sans Achille, les Grecs parviennent grâce à Ulysse à le retrouver.  

C’est devant Troie, à côté de son ami Patrocle, qu’il déploie tout son courage et  sa virtuosité guerrière, devenant l’appui principal des forces achéennes durant les neuf premières années de la guerre de Troie.

Mais lorsque Agamemnon, le roi des Achéens, s’empare par force de sa captive Briséis, accomplissant là un acte d'hubris, il se sent insulté, et dépossédé de celle qui lui appartenait et qui lui était chère. Achille refuse alors de prendre les armes et se retire dans sa tente. Les supplications de ses amis, les morts innombrables, rien ne fait fléchir sa volonté.

Seule la mort de son ami Patrocle le ramène au combat. Fou de douleur à l'annonce de la fin cruelle de son ami, il veillera une nuit entière devant l'ombre de Patrocle qui lui parle longuement (Iliade, chant XXIII, v.103-107). Pour venger Patrocle, il entend lui offrir la mort de son  meurtrier, Hector, qu'il va poursuivre farouchement et dont il traînera cruellement le corps autour des remparts troyens. Mais ensuite, accessible à la pitié, il finit par restituer le corps d'Hector à son père, le roi Priam.
 

Achille meurt peu de temps après Hector d'une flèche de Pâris, guidée par Apollon, qui perce son talon droit, seule partie vulnérable de son corps. Thétis emporte alors son fils dans l'Ile des Bienheureux.

La tradition veut que ses cendres se trouvent à Sigée sur l'Hellespont ; il était honoré aussi à Sparte.   

 

 

  • La colère d'Achille  bouleverse  tous les codes existants, ceux des dieux et ceux des hommes. Des milliers d'Achéens tombent sur le champ de bataille et restent sans sépulture, tandis que, en proie à sa colère, Achille demeure retiré dans sa tente. Cette fameuse colère est le ressort essentiel du mythe.
  • La réalisation de son bouclier par Héphaïstos a donné lieu à l’une des plus fameuses descriptions de l’Iliade (XVIII, 478-608). La description nous donne à voir dans le bouclier le monde comme un microcosme. Et Homère place aux limites du cercle, voire de l'image sphérique que constitue le bouclier, "la force puissante d'Océan".  

 

  • La relation entre Achille et Patrocle est de même nature  que celle qui existera plus tard entre Alexandre le Grand et Héphaestion, à la fois amitié et amour.

​​​​​​​

  • Achille a donné naissance à l’expression « talon d’Achille » qui désigne le point faible d’une personne. Sa mère plongea en effet son corps dans le Styx, le fleuve des Enfers, pour le rendre invulnérable. Mais elle le tenait par le talon, partie du corps qui restera vulnérable et causera sa mort lorsque Pâris l’atteindra d’une flèche.
Besoin d'aide ?
sur