Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 873 fois

 

SEMAINE DE L'ACCOMPAGNEMENT

(Expérimentation terminée)
 

Collège G. Desdevises du Dezert

19 rue DES TANGUIERS , 50430 LESSAY
Site : http://www.lessay.fr/college-lessay.htm
Auteur : PESNEL Vincent
Mél : vpesnel@ac-caen.fr
  Comment dépasser la simple évaluation des connaissances et des compétences des élèves? Une réponse possible: la Semaine de l’accompagnement. Il s'agit de prendre du temps pour apporter une réponse adaptée à chaque élève au vu des éléments repérés dans son livret de compétences. Au travers d’emplois du temps individualisés, des modules disciplinaires ou transversaux répondent aux besoins de chacun en termes de remédiation, d’approfondissement et de découverte.

  Plus-value de l'action
  Ce serait d’avoir réussi, collectivement, à surmonter les obstacles pour aboutir à un projet portant les valeurs de l’établissement (réussite de tous les élèves, bien-être de chacun au collège, développement de l’autonomie et ouverture culturelle et intellectuelle). Valeurs qui s’en trouvent renforcées et qui trouvent ici un moyen d’expression et un vecteur de solutions nouvelles, stimulantes et fédératrices. L’accueil de cette semaine par les élèves et l’attente qu’elle génère désormais par le plus grand nombre est révélateur du degré d’atteinte de ces objectifs.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  Tous les élèves de tous les niveaux (270 élèves)
  A l'origine
  Le collège accueille bon nombre d’élèves en difficulté et /ou montrant peu d’appétence pour l’Ecole. Une part d’entre eux peut même être qualifiée de décrocheurs passifs. Il est donc nécessaire de leur apporter une aide particulière susceptible de déjouer leurs stratégies de contournement et de les faire travailler « sans en avoir l’air ». Parallèlement, il convient également de prendre en compte les élèves aux acquis solides. A ce titre, le Socle est un outil efficace pour repérer les capacités et les difficultés de chacun. Cependant, il ne se suffit pas à lui-même. Il ne peut être porteur de sens que si sa mise en place est accompagnée d’un travail réel de remédiation avec nos élèves afin que le maximum d’entre eux arrive, en fin de 3ème, à maîtriser les compétences voulues. Etant entendu que le redoublement ne constitue que rarement une solution intéressante, ce travail de remédiation peut nécessiter des temps spécifiques et des modalités de travail adaptées (pédagogie différenciée, pédagogie de projet). D’autre part, tous les élèves n’ont pas besoin de remédiation, et les autres élèves peuvent donc bénéficier d’approfondissement au-delà de ce qui se fait déjà en classe pour leur permettre d’exploiter au maximum leurs capacités. Enfin, c’est aussi l’occasion de proposer aux élèves des séquences différentes des séquences habituelles tout en étant en adéquation avec le socle et les missions de l’école.
  Objectifs poursuivis
  La semaine de l’accompagnement constitue un temps fort permettant d’instaurer une stratégie d’équipe pour répondre au mieux aux besoins des élèves. Les objectifs poursuivis sont de plusieurs ordres : - Par rapport au fonctionnement pédagogique et éducatif : • décloisonner et monter des projets transdisciplinaires, • monter des projets culturels et sportifs, • organiser la préparation au brevet et à l’oral d’histoire des arts, • organiser des actions sur la prévention des risques et sur le respect d’autrui. - Par rapport aux élèves : • permettre aux élèves les plus fragiles d’acquérir ou de renforcer leurs bases afin de maîtriser au minimum le socle commun à la fin de leur collège et leur redonner confiance en eux, • permettre aux élèves qui possèdent déjà des acquis solides d’approfondir leurs connaissances et leurs savoir-faire, • donner plus de sens aux apprentissages et donner le goût de l’école aux élèves, • permettre aux élèves de 4ème et de 3ème de travailler leur orientation, • permettre aux élèves de mieux se connaître afin de pouvoir reconnaitre et trouver eux-mêmes leurs points d’appui et leurs points faibles. • Travail sur l’estime de soi - Par rapport aux éléments du projet d’établissement et du contrat d’objectifs : Pour les élèves en difficulté • Acquisition du socle commun par le plus grand nombre d’élèves (et si possible par tous) dès la fin de la 3ème. • Lutte contre le décrochage scolaire grâce à des ateliers permettant à ces élèves de se remotiver et de retrouver confiance en eux. • Valorisation de leurs acquis pour accéder à une orientation positive. • Obtention du brevet par le plus grand nombre. Pour les élèves aux acquis plus solides • Approfondissement des connaissances et des savoir-faire afin de ne pas se contenter des bases du Socle. • Préparer en amont l’entrée au lycée • Obtention de mentions au brevet par le plus grand nombre Pour tous les élèves • Mise en confiance et en situation de réussite afin que chacun vive au mieux son collège.
  Description
  La Semaine de l’accompagnement est une semaine particulière. Les cours sont remplacés par des modules, les classes sont remplacées par des groupes de besoins, les niveaux (6ème, 5ème, 4ème et 3ème) sont décloisonnés et les horaires sont également modifiés. Les modules sont pris en charge par les enseignants, mais aussi par les autres catégories de personnels (CPE, AE, assistante sociale, COP, infirmière, principal). Chaque élève se voit proposer un emploi du temps individualisé adapté à ses difficultés ou capacités. Il y a donc autant d’emplois du temps que d’élèves et les enseignants n’ont pas leur emploi du temps habituel au cours de cette semaine. Née en 2011-2012, cette expérience a connu une première édition réussie mais compliquée : dans un premier temps, des réunions du conseil pédagogique ont permis de définir les modalités d’organisation et de fonctionnement. La première étape a consisté à définir les modules que l’équipe souhaitait mettre en place pour répondre aux besoins des élèves. Afin de concerner toutes les catégories d’élèves, ces modules devaient être orientés autour de trois axes : approfondissement, remédiation et découverte. Des fiches de module précisaient les objectifs visés, le nombre et le type d’élèves concernés, ainsi que le nombre de créneaux horaires nécessaires. Une fois établie la liste des modules, des tableaux de positionnement des élèves ont permis aux enseignants d’indiquer les modules les plus adaptés à chaque élève. Une synthèse de ces positionnements a ensuite permis de repérer les modules complémentaires (qui ne sont pas effectués par les mêmes personnes et qui ne s’adressent pas globalement aux mêmes élèves) pour composer des barrettes de modules par créneaux horaires. A partir de là, les emplois du temps ont été réalisés avec le logiciel habituel d’emploi du temps (EDT) en utilisant néanmoins des fonctionnalités détournées de leurs destinations premières. Des modules complémentaires ont été imaginés après la première version viable d’emploi du temps pour faire face aux besoins de prise en charge non couverts. A l’issue de la semaine, des questionnaires ont été distribués à tous les élèves pour connaitre leur avis et une réunion du conseil pédagogique a permis d’établir un premier bilan. Outre les retours très positifs des élèves et les effets constatés (voir cette rubrique), il a été dégagé un certain nombre de points à améliorer : - La conception des emplois du temps, particulièrement lourde, complexe et même incertaine, en particulier pour les élèves qui n’ont pas été repérés en priorité dans les diagnostics de remédiation ou d’approfondissement. Cette étape s’est révélée particulièrement stressante et rendait à elle seule très peu probable la transférabilité de l’expérience. - Quelques modules étaient susceptibles de concentrer les élèves « difficiles » - Certains élèves pouvaient avoir une partie trop importante de leur emploi du temps sur un même champ disciplinaire ou un même champ de compétence alors même que d’autres n’y figuraient absolument pas. - Les emplois du temps des élèves laissaient apparaitre en moyenne 3 ou 4 heures de permanence (6 maxi), « prix à payer » de l’individualisation des emplois du temps. A partir de ce constat, il a été imaginé une méthodologie radicalement différente pour la 2ème année de fonctionnement. Pour l’avenir, il est prévu de faire 2 Semaines de l’accompagnement et d’utiliser davantage les évaluations par compétence dans les diagnostics et la conception des modules.
  Modalité de mise en oeuvre
  En 2012-2013, les trois temps que sont la conception des modules, le diagnostic des élèves et la fabrication des emplois du temps, ne se sont plus faits successivement mais simultanément. L’idée était de simplifier l’élaboration des emplois du temps en concevant dès le départ des blocs de modules compatibles. Ainsi, la structure horaire de chaque journée a été modifiée et découpée en 1 créneau d’1 h (la 1ère heure du matin) et 4 créneaux d’1h20 (1 créneau d’1 h et 2 créneaux d’1h20 le mercredi matin). La semaine se trouve ainsi découpée en 9 demi-journées de 2 créneaux d’1h20 chacune, la 1ère heure du matin étant utilisée en particulier pour aborder des questions méthodologiques. Ensuite, en partant des quatre niveaux, quatre pôles ont été conçus : un pôle « lettres-histoire-géo », un pôle « maths-sciences », un pôle « langues vivantes-arts » et un pôle «EPS-transversal (compétences 6 et 7 du socle commun)». D’un volume horaire à peu près identique, ces pôles permettent surtout de regrouper les personnels concernés plus que les disciplines. Chaque niveau suit les modules d’un même pôle sur une demi-journée et voit chaque pôle 2 ou 3 fois dans la semaine selon un planning établi. Les modules sont alors imaginés par les équipes des divers pôles en pensant dès cet instant à leur complémentarité de manière à concerner l’ensemble des élèves du niveau. Ainsi, le planning des pôles ayant été fait, la conception des modules, le positionnement des élèves et les emplois du temps individuels se montent en parallèle par les équipes. Il ne reste ensuite qu’à effectuer un travail de saisie dans EDT pour disposer ensuite de toutes les éditions utiles. Les effets de cette nouvelle méthodologie se sont révélés très positifs par rapport à la première édition : - La conception des emplois du temps s’en trouve grandement facilitée. Si cette étape requiert toujours une certaine quantité de travail, elle s’effectue néanmoins sans stress et avec la certitude de les réussir. - La répartition des élèves « difficiles » est prévue en équipe. - Le fonctionnement par pôle, avec 2 ou 3 demi-journées prévues par niveau, assure de facto un certain équilibre dans le poids de chaque champ disciplinaire ou de compétences dans les emplois du temps individualisés. - Il n’y a plus aucun trou dans les emplois du temps des élèves. - Les modules étant pensés en équipes, la concertation n’en est que plus grande et cela facilite l’émergence des projets transdisciplinaires au cours de cette semaine et même au-delà.
  Trois ressources ou points d'appui
  - La bonne volonté et l'implication de tous, enseignants et non enseignants, même si certains pouvaient être a priori moins convaincus que d’autres. - Une habitude ancrée des équipes de travailler ensemble (Roll, IDD, projets pluridisciplinaires...) - Soutien de l'IA à travers la banalisation d’une journée, ce qui a permis de travailler sur la mise en place du socle commun au collège et de faire émerger l’idée de ce dispositif.
  Difficultés rencontrées
  - Le fait de travailler différemment peut laisser aux élèves les plus « scolaires » l’impression qu’en fait ils ne travaillent pas. Une explicitation des compétences visées par chaque module devrait permettre de remédier à cette perception. - Une conception de module qui ne penserait pas suffisamment les compétences visées (que ce soit en approfondissement, en remédiation ou en découverte) peut donner une impression d’utilité relative. - Le fonctionnement de ce dispositif – et donc sa réussite – repose par essence sur le fait de travailler différemment. Cela nécessite cependant du recul et une vision globale de la progression pédagogique annuelle pour articuler cette semaine avec le reste de l’année.
  Moyens mobilisés
  Mobilisation de l’ensemble des enseignants du collège, ainsi que des personnels de vie scolaire, sociaux, de santé, d’orientation et de direction. Une trentaine d’HSE est nécessaire pour couvrir les besoins horaires. Les heures CARDIE ont été utilisées pour la mise en place des modules, les temps de concertation des équipes et la formalisation du dispositif.
  Partenariat et contenu du partenariat
  -
  Liens éventuels avec la Recherche
  -
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
 
  Documents
 
Titre Un lien vers l espace collaboratif du CARDIE_CAEN
Condensé Un espace mis à la disposition des établissements par le CARDIE_CAEN pour y déposer des documents complémentaires à la fiche de synthèse et pour constituer une mémoire des actions innovantes ou expérimentales
URL http://qr8.orion.education.fr/LotusQuickr/caendvip/PageLibraryC12575670029E70C.nsf/h_814E9EF9123DEE73C12577B50045913E/B9ACB4B15BA56F34C1257B740030AE7A/?OpenDocument
Type document

  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  - Questionnaire d’évaluation en fin de semaine à destination des élèves. - Evolution des résultats des élèves. - Réalisation d’un bilan après la mise en œuvre de chaque Semaine de l’accompagnement.
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : - Prise de conscience de leurs difficultés par certains élèves. - Remotivation des élèves en difficulté, reprise de confiance par rapport à l’écrit. - Sentiment de reconnaissance de leurs difficultés ou de leurs facilités par les élèves. - Travail en profondeur sur des problématiques transversales (prise de parole en public, graphie…). - Implication plus aisée des élèves dans des modules pour lesquels ils n’ont pas de représentation négative sur leurs capacités à y réussir. Des élèves en difficulté dans certains domaines abordent ainsi plus facilement le travail dans les modules, alors même qu’ils mettent en jeu des compétences qu’ils ne se croient pas capables de mobiliser dans des cours « traditionnels ». - Plaisir retrouvé par certains élèves de venir au collège. La rupture avec le rythme traditionnel permet aussi de redonner un second souffle à certains élèves, voire à certaines familles pour lesquelles cette semaine permet d’aborder autrement la question de l’école avec leur enfant.
  Sur les pratiques des enseignants : - Dynamique de travail d’équipe autour du dispositif. - La rupture avec le fonctionnement habituel peut être de nature à stimuler ou remotiver des enseignants qui auraient envie de changement. - Echanges et mutualisation des pratiques.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : - Dispositif fédérateur pour l’ensemble des équipes ainsi amenées à travailler toutes ensembles. La conception des modules implique du dialogue et permet de faire émerger des partenariats inédits. La Semaine de l’accompagnement s’effectue dans un climat particulier, tant pour les élèves que pour les personnels, révélateur de cette dynamique d’établissement. - La dimension globale du dispositif place d’emblée le chef d’établissement au cœur du pilotage pédagogique : il explicite les objectifs visés et les moyens à mettre en œuvre pour les atteindre ; il veille à la cohérence des modules mis en place au sein des différents pôles ; il permet à chacun de mener les projets envisagés. De même, sa participation à la prise en charge des élèves contribue à lui donner la place qui doit être la sienne dans la pédagogie. Enfin, la mise en place d’un tel projet, suite à une idée émise par l’équipe pédagogique, permet d’envoyer un signal fort quant à la possibilité de sortir des cadres habituels pour innover, expérimenter, en dépit de ce que l’on se présente trop souvent comme des freins à l’action (emplois du temps, organisation de la semaine, programmes disciplinaires…). La Semaine de l’accompagnement, pari a priori un peu fou au départ, a fait la preuve que la concertation, la volonté et l’esprit d’équipe permettaient de s’affranchir de bien des contraintes et de lever bien des obstacles. Aujourd’hui, le champ des réponses possibles aux questions qui se posent chaque jour dans un établissement scolaire s’en trouve élargi. De plus, les équipes manifestent une satisfaction et un plaisir réels – voire une fierté - à travailler ainsi en collaboration et dans une ambiance intellectuellement et pédagogiquement stimulante.
  Sur l'école / l'établissement : Le souci des équipes d’œuvrer pour la meilleure réussite possible de tous les élèves est ici mis en acte concrètement. Au-delà du discours, cette valeur commune portée par l’établissement s’en trouve ainsi confortée aux yeux du public, renforçant par là même la crédibilité de ce discours et le dialogue avec les familles.
  Plus généralement, sur l'environnement -




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte