Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 771 fois
 

« mars 2013 » Concours de BDs au cycle 3 : « SXM’Bulles »

(Expérimentation terminée)
 

Circonscription Ien Iles du Nord

0 RUE FELIX FROSTON MARIGOT RUE FELIX FROSTON, 97150 ST MARTIN
Site : Site académique
Auteur : Céline Renger
Mél : crenger@ac-guadeloupe.fr
  Réaliser des BDs (de l’élaboration de la trame narrative à la colorisation et la mise en page) en faisant référence à un lieu ou site historique Saint-Martinois. Pour cette année, le genre choisi est la science-fiction.

  Plus-value de l'action
  La mutualisation de cette action permet d'apporter un exemple de projet pluridisciplinaire, dans lequel l'élève est acteur et qui permet d'impulser une liaison école/collège/lycée.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  Effectif total : 500 élèves de cycle 3 répartis sur 20 classes (4 CE2,6 CM1 et 10 CM2).
  A l'origine
  - Les résultats aux évaluations CM2 (2011/2012) français démontrent la nécessité de mettre en place des actions favorisant l’acquisition de compétences. - La mise en œuvre des programmes en histoire des arts n’est pas intégrée dans les pratiques pédagogiques au même titre que les autres disciplines dites fondamentales. - Les activités plastiques sont trop souvent décrochées, mises en œuvre sans sens, sans projet. Problématique de départ : Comment développer l’acquisition des compétences en français et en culture humaniste en réalisant une BD ?
  Objectifs poursuivis
  - Augmenter de 3 points le taux de réussite des élèves dans le champ « écrire » et par conséquent diminuer le pourcentage d’élèves ≤ 33% de réussite. - Développer le nombre de projets interdisciplinaires en alliant l’enseignement de l’histoire des arts, de la MLF et de la PAHA à travers le concours de BDs. (5 écoles participantes et 8 classes pour le concours en 2010/2011 ; 7 écoles et 9 classes pour l’année scolaire 2011/2012). - Développer la liaison inter-cycle (CM2/6ème). - Impulser la liaison triangulaire : école/collège/lycée.
  Description
  Il s’agit de réaliser des BDs, c'est-à-dire s’imprégner d’un univers, réaliser un scénario et dessiner collectivement une BD. Contrairement aux différentes actions existantes (BDZles, Caribulles) les élèves sont acteurs et réalisateurs. Ce projet s’articule autour d’un projet interdisciplinaire. L'action s'inscrit dans une liaison triangulaire : école/collège/lycée.
  Modalité de mise en oeuvre
  Projet impulsé en septembre 2011 et reconduit cette année sous la forme suivante : Un suivi collectif : une rencontre mensuelle hors temps scolaire avec les participants dans le but de motiver, verbaliser et mutualiser les pratiques. Lors de ces rencontres les enseignants s’approprieront les notions, techniques et connaissances nécessaires quant à la mise en œuvre et la réalisation d’un projet BD (atelier dessin de personnage, apprentissage de logiciels, ateliers colorisation…) Un accompagnement individuel par participant : intervention dans les écoles et classes par l’animateur arts visuels et la CPC Octobre 2012 : campagne du projet et inscriptions De novembre 2012 à mai 2013: réalisation dans les écoles Novembre/décembre : phase d’imprégnation et critère de la BD Janvier à mars : réalisation du scénario Avril à mai : dessin 22 mai 2013: dépôt des réalisations à l’Inspection 28 mai 2013: réunion du jury Début juin 2013: impression de la compilation des lauréats Courant juin 2013: remise des prix lors de la semaine des arts.
  Trois ressources ou points d'appui
  Mutualisation des pratiques. Formation personnelle. Travail d’équipe.
  Difficultés rencontrées
  Difficultés financières (achats de matériel divers : crayons aquarellables, encres etc.). Impression des BDs lauréates au format BD.
  Moyens mobilisés
  Humains : -l’équipe de circonscription -la documentaliste du lycée -les professeurs d’arts appliqués du lycée -la documentaliste du collège de Mont des Accords -Les professeurs de français des collèges
  Partenariat et contenu du partenariat
  Intervention d’un artiste local : partie dessin (caricatures, trombines…) Les 3 collèges de St Martin (élèves de 6ème comme membres du jury) Le lycée de St Martin : Les BTS et Bac pro pour l’organisation de la remise des prix Les élèves des sections techniques pour la création des affiches du projet
  Liens éventuels avec la Recherche
  Néant
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  -Quantitatifs : Nombre de réalisations Résultats aux évaluations (français) -Qualitatifs : Qualité des Bds réalisées Implication/motivation des élèves dans le projet.
  Documents
  Aucun
  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Evaluation intermédiaire (quantitative) en français : évaluation de classe. Evaluation finale (quantitative) en français : évaluation de classe + évaluation du projet (grille à définir).
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : Estime de soi, acquisition de compétences en français et en PAHA.
  Sur les pratiques des enseignants : Motivation, travail d’équipe,diversification des pratiques.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : Attendus : travail collaboratif autour d'un projet commun.
  Sur l'école / l'établissement : Valorisation.
  Plus généralement, sur l'environnement Attendus : connaissance de l'action.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte