Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 1451 fois

 

L'IMAGE DE LA FEMME AU TRAVERS DE LA BANDE DESSINEE

(Expérimentation terminée)
 

Collège Charles Lemaitre

Rue DE LA FAUCTERIE , 14260 AUNAY SUR ODON
Site : pas de site
Auteur : Blandine Leflamand
Mél : blandine.leflamand@ac-caen.fr
  A travers l'étude de différentes bandes dessinées (variété des supports, tant par le graphisme et le style, que par la visée des auteurs), amener les élèves à décrire les héroïnes rencontrées et à formuler des constats sur l'évolution de la représentation et de la place des femmes dans la société en général (au sens large, c'est à dire selon les civilisations et les époques) Analyser et décrire le contenu d'une bande dessinée sous forme de diaporama.. Étudier et analyser les différentes étapes de la création d'une bande dessinée en relation avec la rencontre d'intervenants extérieurs. Imaginer et créer une héroïne (sous forme littéraire, dans un premier temps, et la faire vivre sous forme iconographique en réalisant une planche de bande dessinée.

  Plus-value de l'action
  Le plaisir partagé des élèves et des enseignantes.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  Une heure semaine pour 34 élèves, encadrés par deux enseignants ( 2 heures enseignants hebdomadaires). Ils sont répartis en deux groupes à raison d’une heure par semaine soit 26 séances sur l’année, comprenant également une sortie pédagogique au festival de Bande dessinée de Darnétal « Normandiebulle »ainsi que des rencontres avec des professionnels de la bande dessinée : trois séances avec un scénariste et 4 séances avec deux dessinateurs, nombre de séances confortable qui permet de finaliser le projet. Le groupe concerné est constitué de trente-quatre élèves issus des classes de Cinquième n'ayant pas choisi d’option (non latinistes ).Ce groupe est divisé en deux soit 22 élèves par groupe.
  A l'origine
  - Manque d’appétence pour la lecture : Bon nombre d’élèves ne savent pas lire de BD et, pour beaucoup, lire une bande dessinée n'est « pas lire ». Lors du travail de lecture dans le cadre du ROLL en classe de 6ème, il avait été proposé un extrait de bande dessinée (extrait d’Axtérix) : il s’était avéré que les professeurs avaient distingué deux groupes, l’un ne prenant connaissance de l’intrigue qu’à travers l’image qui leur permettait de comprendre l’essentiel, l’autre groupe s’attachant plus au texte (narratif et bulles) et négligeant ainsi les informations. contenues dans les dessins. Au final, seuls les très bons lecteurs (fomant un troisième groupe), avaient mis à profit le texte et les dessins. - Difficultés de rédaction : Les élèves fomulent souvent aisément à l’oral ce qu’ils ont compris d’un texte. Là encore, cela s’est vérifié lors des séances de ROLL où les élèves étaient répartis en petits groupes de 8 à 12 élèves selon leur difficultés de lecture.Il a été remarqué tant dans le cadre des cours de français qu’en histoire, lors du passage à l’écrit (répondre à des questions de compréhension, rédiger un court texte résumant une intrigue ou un document y compris iconographique , rédiger un portrait des personnages, etc…) certains élèves sont rapidement en difficulté et non pas par incompréhension du texte mais soit par peur de se tromper soit par manque de maîtrise de la langue (manque de vocabulaire, difficulté à maîtriser la structure syntaxique des phrases, manque de connecteurs logiques ou temporels). Ces difficultés se retrouvent dans le cadre des cours de français, les élèves rencontrant des difficultés lors de de l’élaboration de récits (peu de descriptions, difficultés à mettre en place les différentes étapes). - Les attitudes ou paroles discriminatoires :En parallèle à ces problématiques de lecture, nous avons repéré, notamment dans le cadre des cours d’éducation civique, des difficultés à appréhender l'évolution de la place de la femme dans la société (selon les civilisations et les époques). - Les attitudes ou paroles discriminatoires :En parallèle à ces problématiques de lecture, nous avons repéré, notamment dans le cadre des cours d’éducation civique, des difficultés à appréhender l'évolution de la place de la femme dans la société (selon les civilisations et les époques).
  Objectifs poursuivis
  Réconcilier les élèves avec la lecture par le biais de la bande dessinée Rédiger : description des différentes héroïnes rencontrées(en complétant un carnet de bord puis en présentant ensuite sous forme de diaporama) formulation de constats sur l’évolution de la place de la femme dans les sociétés et civilisations rédiger un récit puis l’adapter en storyboard Décrypter les règles et les codes de la BD : Histoire des Arts Réaliser une planche de BD: élaborer un court récit, imaginer l’héroïne et les autres personnages, puis finaliser sous forme de planche de BD format A3 Etudier l’éducation civique et l’histoire autrement en liaison avec l’histoire des Arts (nouvelles formes d’expression) Rompre avec les stéréotypes et les à-priori (notamment concernant l’émancipation des femmes, en relation avec les souhaits d’orientation formulés en fin de troisième) Améliorer la maîtrise des TICE : formaliser leurs acquis sous forme d’un document multimédia ( diaporama réalisé à partir d’Open Office, présentant une bande dessinée, son auteur, l’héroïne, les particularités graphiques). Valider certaines compétences du socle commun
  Description
  A travers l'étude de différentes bandes dessinées (variété des supports, tant par le graphisme que par la visée des auteurs) amener les élèves à décrire les héroïnes rencontrées et à formuler des constats sur l'évolution de la représentation et de la place des femmes dans la société en général (au sens large, c'est à dire selon les civilisations et les époques). Analyser et décrire le contenu d'une bande dessinée. La liste des BD choisies à l’origine a été légèrement modifiée : certaines BD se sont avérées trop complexes pour des élèves de 5ème , ainsi une élève avait commencé à lire Persépolis et elle ne la comprenait pas (trop de références historiques, sociétales), elle a donc été retirée tout en restant à disposition des élèves désireux de la consulter. De même Sorcières : Hypathie (tome 2) a posé les mêmes problèmes dus notamment à la structure narrative complexe et aux références philosophiques. Ces BD ont parfois été consultées notamment en raison de leurs qualités graphiques spécifiques.
  Modalité de mise en oeuvre
  Étudier et analyser les différentes étapes de la création d'une bande dessinée en relation avec la rencontre d'intervenants extérieurs (scénariste et dessinateurs). Imaginer et créer une héroïne (sous forme littéraire, dans un premier temps. Et la faire vivre sous forme iconographique en réalisant une planche de bande dessinée)
  Trois ressources ou points d'appui
  - Conseils de la part du CARDIE - Action et implication des intervenants - Un emploi du temps adapté : Les 34 élèves ont été divisés en deux groupes, chaque groupe ayant une heure par semaine. L’organisation par semaine s’est révelée un véritable atout (l’année précédente nous avions fonctionné avec une heure quinzaine pour chaque groupe ce qui avait posé souci. En effet, le temps écoulé entre chaque séance avait ralenti les élèves dans leur lecture notamment, certains reprenant en amont leur lecture, de même lors de l’élaboration de leur bande dessinée, un temps était nécessaire pour retrouver le fil de leur travail). Les intervenants ont été gênés par le format court d’une heure mais les élèves se sont bien adaptés et étaient opérationnels très vite (ils sont habitués à cette méthode de travail). - Une sortie pédagogique en lien avec le projet : dans le cadre de l’ouverture culturelle, après avoir eu une réponse positive, nous avons effectué une sortie pédagogique à un festival BD en début d’année (fin septembre 2012) afin d’immerger les élèves dans le monde de la BD à travers des ateliers et des rencontres avec un scénariste, des expositions (ce projet n’avait pu aboutir l’année précédente en raison du calendrier scolaire lié à l’établissement).
  Difficultés rencontrées
  - Les 34 élèves ont été divisés en deux groupes, chaque groupe ayant une heure par quinzaine. L’organisation par quinzaine pour chaque groupe a posé souci puisque le projet prévoyait deux heures hebdomadaires par groupe qui se sont réduites en une heure quinzaine par élève. A cela se sont ajoutées six heures par groupe (deux fois deux heures) devant les intervenants. Ainsi le temps écoulé entre chaque séance a ralenti les élèves dans leur lecture notamment, certains reprenant en amont leur lecture. L’impossibilité de proposer deux heures hebdomadaires, voire une heure a été due à l’absence de moyens, le collège n’étant pas en mesure d’octroyer des heures. - Dans le cadre de l’ouverture culturelle, après avoir eu une réponse positive, nous avions prévu une sortie pédagogique à un festival BD notamment celui de Saint-Malo dès le début d’année (octobre 2010) afin d’immerger les élèves dans le monde de la BD à travers des ateliers et des rencontres avec des scénaristes, dessinateurs, coloristes autour des stands. Cette sortie n’ a pu être effectuée car le festival se déroulait pendant les vacances scolaires. De plus, étant coûteuse, il aurait sans doute été difficile de l’effectuer. Une autre sortie a donc été pévue (comme l’année précédente) au festival BD d’Hérouville Saint Clair, « Des Planches et des vaches », très pertinente, mais plus tardive dans le calendrier scolaire (avril 2011). Elle n’a malheureusement pas pu être effectuée pour des raisons liées au calendrier de l’établissement (les deux enseignantes participaient à un voyage pédagogique en Angleterre avec ces mêmes élèves de cinquième et ce voyage a été décalé, ce qui a annulé la sortie au festival BD) - Certains aspects du projet n’ont pu être menés à terme en raison de la diminution des heures d’enseignement devant les élèves, notamment la comparaison des BD avec leur adaptation cinématographique initialement prévue.
  Moyens mobilisés
  - Deux heures enseignants (HSE) par semaine du 20 septembre au 20 juin ; - 22 heures d’interventions extérieures ( soit 3 heures par groupe d’un scénariste, et 4 heures par groupe de deux dessinateurs) financées par le conseil général du Calvados dans le cadre des activités artistiques et culturelles
  Partenariat et contenu du partenariat
  Artefact Prod. , 35 rue Eugénie, 14000 Caen : mise en relation avec les scénaristes et dessinateurs, élaboration du contrat, mise en place du planning…
  Liens éventuels avec la Recherche
  pas de lien
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  - des travaux sans notes chiffrées - l'intérêt et l'implication croissants des élèves restent les critères les plus probants.
  Documents
 
Titre Un lien vers l espace collaboratif du CARDIE_CAEN
Condensé Un espace mis à la disposition des établissements par le CARDIE_CAEN pour y déposer des documents
URL http://qr8.orion.education.fr/LotusQuickr/caendvip/PageLibraryC1257568004E7DB7.nsf/h_49B06EB04E0377DEC1257992002EF52E/56EC2EA310D3F5B7C1257992002F5E13/?OpenDocument
Type non précisé

Titre Un lien vers la fiche CARDIEmédia
Condensé
URL http://www.ac-caen.fr/environnement-educatif_442_fiches-cardiemedia.html?fiche=2
Type document

  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Le choix a été fait de ne pas évaluer les élèves sous forme de notes afin de ne pas ajouter une dévalorisation à des élèves qui pour certains sont considérés en difficulté de façon récurrente. Ensuite il nous a semblé plus judicieux de juger de l’impact de cette action sans la contrainte d’une évaluation souvent appréhendée comme une sanction, l’objectif étant que les élèves deviennent acteurs volontaires du projet et non acteurs contraints. De plus, le nouvel outil d’évaluation qu’est le socle commun nous semblait l’outil le mieux adapté au travail effectué et nous permet ainsi d’évaluer d’une manière valorisante le travail des élèves. Il importe d’indiquer que l’intérêt et l’implication croissants des élèves restent les critères les plus probants et nous rappellent ,si besoin en était,que les notes ne sont pas les moteurs principaux de la réussite. Ainsi, on peut repérer les modalités suivantes : - évaluation diagnostique lors de la première séance : repérer les capacités de lecture et d’écriture des élèves à partir de trois extraits de bandes dessinées - appréciation sur le bulletin (sans note chiffrée) - validation d’items du livret de compétences - présentation orale des élèves (diaporamas)
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : - Le passage par l’outil informatique (par le biais de la création d’un diaporama) a permis aux élèves d’occulter le caractère fastidieux de la description et de la rédaction, tel qu’ils le ressentent ordinairement, et de donner à cette « tâche » un aspect ludique qu’ils ne lui connaissaient pas. - Le fait d’imaginer leur propre histoire, leur héroïne, le contexte les a également rassurés sur leurs capacités (nombre d’entre eux ont une vision très négative de leurs productions en général). - Nous avons constaté un réel plaisir de lire, et les séances de lecture étaient des moments de calme et de concentration (la salle de classe est meublée de deux petits canapés dans lesquels les élèves pouvaient s’installer) - Les élèves ont fait preuve, outre le plaisir, d’une volonté de mettre en forme, de présenter un travail soigné, attractif et sans faute sous forme de diaporama (souvent sous forme papier, ils négligent le soin, l’essentiel étant que le professeur puisse le lire). Ils réclament d’être corrigés et acceptent de trouver leurs fautes. Exemple : lors des séances de relecture de leur travail en salle informatique, le professeur fait retrouver le sujet à l’élève afin que celui-ci accorde le verbe, ou encore en relisant à voix haute, l’élève remarque l’absence de verbe. Le fait de pouvoir se corriger sans modifier l’ensemble de leur travail incite les élèves à s’interroger sur leurs erreurs et à solliciter le professeur afin qu’il les aide. - Nous pouvons remarquer que les élèves ont pris en compte le graphisme, les couleurs, l’atmosphère de la BD dans le diaporama en respectant la même palette de couleur quecelle utilisée dans la bande dessinée - Cette action a permis une valorisation des savoirs-faire des élèves : dessin, création, imagination, sens artistique (diaporama + bande dessinée), en lien avec la compétence 5 du socle commun, mais aussi bien évidemment la compétence 1 liée à la maîtrise de la langue, ainsi que la compétence 4 liée à la maîtrise de l’outil informatique. Le travail s’organisant à un rythme adapté, il permet de mettre en place une pédagogie différenciée et de ce fait recouvre également les compétences 6 et 7. - diminution des stéréotypes discriminatoires : image de la femme valorisée, acceptation de la différence (origine, homosexualité, âge,…). On peut d’ailleurs noter un nombre croissant de groupes mixtes lors de l’élaboration de la bande dessinée. En conclusion, cette action, qui recouvre des compétences diverses, a permis à chaque élève d’apprécier ce projet grâce à la diversité des activités. L’organisation en petit groupe encadré par deux professeurs permet la mise en place d’une aide personnalisée.
  Sur les pratiques des enseignants : La mise en place par petit groupe (18 à 20 élèves) pour 2 enseignantes a permis la mise en œuvre d’une aide personnalisée (aide à la lecture, à la compréhension, à la rédaction) et également de scinder le groupe en deux : l’un en classe en phase lecture/dossier et l’autre en salle informatique(élaboration du diaporama) la capacité de mise en retrait lors des ’interventions où les enseignantes proposent leur aide mais ne sont pas les piliers de la transmission du savoir et des compétences (position d’ « apprenantes »)
  Sur le leadership et les relations professionnelles : Le projet innovation « L’Image de la femme à travers la bande dessinée » est intégré au sein du volet « ouverture culturelle » du projet de notre établissement
  Sur l'école / l'établissement : Cette action permet aux élèves ne bénéficiant d’aucune option (et pour certains éprouvant des difficultés scolaires) de bénéficier d’un enseignement leur permettant d’améliorer leurs capacités de lecture et d’écriture dans un encadrement ludique leur permettant d’oublier les contraintes liés à la maîtrise de la langue, même s’il s’avère qu’ils les respectent aussi dans ce cadre.
  Plus généralement, sur l'environnement Cette action permet de valoriser les élèves et leur permet, ainsi qu’à leurs parents (qui découvrent leurs travaux notamment lors de la porte-ouverte ) de porter un regard nouveau et mélioratif sur leurs capacités.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte