Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 890 fois

 

DUMONT EN TRANSITION

 

Lycée général et technologique Dumont D'Urville

212 avenue AMIRAL JAUJARD , 83056 TOULON CEDEX
Site : http://eole.lyc-dumont-d-urville.ac-nice.fr/dumont/etab/
Auteur : Vieusses Thierry
Mél : ce. 0830053G@ac-nice.fr
  « Dumont en transition » est un projet visant à fédérer les initiatives en faveur d’un lycée plus solidaire et plus durable. Le but est d’impliquer les élèves et les adultes dans une démarche citoyenne et éco-citoyenne.

  Plus-value de l'action
  cette expérience crée du LIEN et du SENS. Elle donne de l’épaisseur à la notion de « communauté éducative » en liant les individus de toutes catégories autour d’un projet qui engage clairement l’avenir. Elle inscrit le lycée dans un mouvement d’initiatives locales, qui émergent partout dans le monde.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  Nombre d’élèves et niveau(x) concernés Tous les élèves, de la seconde aux classes préparatoires sont concernés. A la fois sur la base du volontariat et de façon parfois plus directive en inscrivant des classes sur des initiatives, non sans les avoir consultées. La très grande majorité des enseignants concernés s’occupent d’élèves du secondaire. Quatre enseignants de CPGE ont participé, de près ou de loin. Les élèves des classes préparatoires ont été sensibles aux projets portant sur promotion de la lecture et ont proposé de nombreuses idées. Ils ont été sensibles également, sous l’impulsion d’une enseignante, à la nécessité de la solidarité. Qu’il s’agisse du ramassage de produits de première nécessité pour un voyage en Grèce ou de la possibilité de fournir des cours gratuits de soutien à des élèves du secondaire. Cette dernière initiative, spontanée, a été limitée mais prometteuse. La filière technologique s’est également engagée, des 1ères et T STMG jusqu’aux BTS assistant de gestion. Le réseau interpersonnel des enseignants a joué un rôle déclencheur. Cela offre à ces élèves une perspective de valorisation et de meilleure intégration dans l’établissement. Bref, du lien et du sens. Les élections des éco-délégués, dans lesquelles Dumont en transition s’est grandement investi, ont d’ailleurs également atteint ces sections, traditionnellement en retrait, qui ont fourni des éco-délégués.
  A l'origine
  Au départ, il y a, comme dans tant d’autres établissements, l’idée d’un potager partagé, pour créer du lien entre adultes, entre élèves et adultes, tout en sensibilisant aux problématiques de l’alimentation durable. L’expérience des « incroyables comestibles », en Angleterre et dans le monde, nous a profondément inspiré. Puis nous avons élargi notre projet au concept de « transition ». Il y a des lycées en transition (lycée Beck à Guebwiller), mais aussi des villes ou des régions « en transition ». L’exemple d’Ungersheim, ville en transition, décrit par Marie-Monique Robin dans le film (projeté aux élèves en 2016) « Qu’est-ce qu’on attend ? », nous a également inspiré. Il s’agissait donc d’impliquer les élèves dans des modifications possibles et réalisables du fonctionnement du lycée.
  Objectifs poursuivis
  La CHARTE de la TRANSITION du 2 juin 2017 a été rédigée par les élèves Elle a été lue en classe et distribuée à la rentrée 2017-2018 avec le carnet de correspondance Elle est utilisée dans la formation des éco-délégués, pilotée par « Dumont en transition » CHARTE de la TRANSITION du 2 juin 2017 : La Transition : la Charte de l’Environnement est inscrite dans la Constitution Française depuis 2004. La Transition recherche un renouveau de notre lycée, dans ses relations à l’environnement et dans les relations entre les personnes. Chaque personne ayant un talent propre, la Transition vise à rendre les élèves et l'ensemble des personnels acteurs et responsables afin de travailler au bien-être de tous dans un esprit altruiste, solidaire et de partage. La prise de conscience des conséquences de nos actes dans la vie quotidienne amène des valeurs communes, dans un esprit de liberté, de convivialité d'échange et de partage : - Respect de l’environnement, propreté du lycée. - Sensibilisation à une économie « durable » et à l’auto-limitation - Lutte contre le gaspillage notamment du papier. - Créativité, inventivité et innovation pour éveiller aux enjeux écologiques. - Appel à l’art pour embellir notre lieu de travail et diffuser nos valeurs. Créer du lien entre les personnes donnera envie de travailler ensemble afin d'entreprendre des actions communes : - Trier et recycler les déchets alimentaires, papiers et autres. - Economiser l’eau et les énergies. - Réfléchir et agir pour nouer des liens entre le lycée et la mer avec en arrière-plan les enjeux du changement climatique. - Diversifier et améliorer l’alimentation, dans un esprit d’équilibre. - Elargir les façons d’apprendre notamment entre pairs. - Œuvrer à faire transiter les savoirs et connaissances vers un esprit curieux, critique et de plus en plus ouvert sur les modes de vie et les enjeux du monde contemporain. - Sensibiliser et développer les liens avec les commerces du quartier et les associations investies dans l’écologie et le développement durable pour en faire nos partenaires. - Faire du lycée un endroit accueillant et impliquer notamment ceux qui y vivent, les élèves internes, pour participer à la transition. - Permettre plus encore que le lycée, d'un espace pédagogique, devienne un lieu d'échange ouvert aux multiples formes de créativité culturelle. - Proposer et encourager des modes de transport durable pour tous les usagers du lycée notamment par le co-voiturage. - Favoriser la participation et la parité dans les instances élues du lycée. - Elire des Eco-délégués pour faciliter la réalisation de ces actions. Ces engagements s'inscrivent dans une démarche pérenne et progressive. L'adhésion de tous à cette charte est essentielle car la sensibilisation des lycéens aux enjeux du développement durable est primordiale dans la mesure où ce sont ces jeunes citoyens en devenir qui vont bâtir et penser le monde futur.
  Description
  Lors des ateliers de 2017, 10 thématiques ont été proposées aux élèves : 1. POTAGER, VERGER 2. CANTINE, ALIMENTATION 3. RÉDUCTION DES DECHETS 4. ÉDUCATION, ÉDUCATION ALTERNATIVE, RÉSEAU ECO-ECOLES 5. BIODIVERSITÉ 6. TRANSPORTS 7. COMMUNICATION 8. SOLIDARITÉ 9. ÉNERGIES 10. DÉMOCRATIE AU LYCÉE 1. POTAGER, VERGER Le potager a été créé de toute pièces (de récup) par les élèves et les adultes et a produit courgettes, tomates, fraises, et salades. Un système d’irrigation a été mis en place, avec l’aide d’élèves de Terminale pour la conception et l’exécution. Un citronnier a été planté par les élèves. Les élèves ont aussi fabriqué du mobilier de jardin (à base de palettes de récup) qui est fréquenté. Le potager devrait être agrandi et d’autres arbres fruitiers plantés. Une grainothèque devrait être organisée. Et surtout, un composteur devrait être construit. Un membre de l’équipe a évoqué un projet de serre en bouteilles plastiques recyclées 2. CANTINE, ALIMENTATION Des discussions avec l’intendante et les personnels de la restauration scolaire ont eu lieu à propos d’une alimentation bio à la cantine. Elles réunissaient l’intendante, le proviseur, le chef cuistot, un représentant d’Agribio Var, d’Ecosciences et « Dumont en transition ». La question épineuse des appels d’offre, dans le cadre du Code des Marchés Publics a été au centre des débats. Les réunions ont débouché sur l’élaboration de 5 repas bio dans l’année. Le potager devrait fournir les herbes aromatiques. Un résultat en dessous de nos espérances, mais qui devrait permettre à l’intendante de prendre ses marques pour un élargissement futur. Ces 5 journées seront le théâtre d’animations autour du bio à la cantine (sensibilisation des élèves, invitation de producteurs). Nous avons le contact avec le réalisateur d’un film sur ce thème (« Zéro phyto, 100 % bio ») et nous souhaitons le diffuser à l’ensemble des acteurs concernés (collectivités territoriales, élèves, parents, CA, personnels de la cuisine) pour encourager le mouvement. Les parents d’élèves ont été sollicités pour manifester leur désir d’une alimentation plus saine pour leurs enfants, à travers une « interpellation en ligne » des responsables de l’établissement (campagne nationale de l’association « Agir pour l’environnement ») Le bio à la cantine aura comme préalable (ne serait-ce que financier) une réduction du gaspillage alimentaire. Une classe de 1ère travaille sur ce thème, avec un groupe de collègues. L’association « Biosphère » contactée l’an dernier, nous accompagne dans ce projet. Les premières pesées, effectuées par les élèves, ont eu lieu. Toujours en direction de la cantine, deux projets importants mobiliseront des classes, avec l’isolation phonique (on mange mieux avec moins de bruit) et des éléments de décoration (on mange mieux aussi) 3. RÉDUCTION DES DECHETS Le nettoyage des pelouses par les élèves a été un acte fort et symbolique (plus de 60 kgs de déchets recyclés). Le lycée est engagé depuis longtemps dans une démarche de recyclage et de tri sélectif. Cette année, « Dumont en transition » met en place un système simple de récupération du papier dans chaque salle et à la salle de photocopies. Testé dans quelques classes, il devient un réflexe chez les élèves. Le papier récupéré sert à fabriquer des « blocs », utilisables comme cahiers ou brouillons. Toujours dans une optique de réduction des déchets, l’association zéro déchet Toulon est d’accord pour apprendre aux élèves à fabriquer leurs propres produits de ménages et de toilette. Un projet de recyclage des vêtements devrait être proposé aux élèves (soit un lien avec les associations qui assurent la collecte, soit la création d’une « boutique »). Enfin, l’exemple de certains lycées (Pégomas, Grenoble) montre que l’installation d’un poulailler, pour recycler les déchets organiques de la cantine, est parfaitement envisageable. Le projet est en cours. Une collaboration avec les « Repair cafés » proches (qui pourrait concerner les lycées professionnels) est à l’étude pour lutter contre l’obsolescence programmée. Une autre aussi avec un « fab lab » tout proche (qui a mis en place une « boite à dons »). Des actions sur d’autres déchets, comme les fournitures scolaires, (récupération et/ou bourse d’échange en fin d’année) sont également prévues. 4. ÉDUCATION, ÉDUCATION ALTERNATIVE, RÉSEAU ECO-ECOLES Des « rendez-vous lecture » ont été organisés sur les pelouses. Les élèves viennent lire et échanger sur leurs lectures. Des boites à livres ont été installées à la vie scolaire et à proximité du CDI. L’exemple du collège de Banon (06), qui consacre 20 mn par jour à la lecture pour tous les élèves et adultes, a fortement impressionné élèves et adultes, si l’on en croit les réactions sur la page facebook. Des enseignants de français, HG et maths ont commencé à y travailler. Des élèves ont organisé, en autonomie, des séances de discussion en anglais, qui ont bien fonctionné. Des cours de soutien (gratuits) ont été proposés par des élèves de prépa aux élèves du secondaire. Un ciné-club a été mis en place en fin d’année (en collaboration avec la maison des lycéens). La section arts plastiques a grandement contribué à l’expérience « Dumont en transition », par la création d’œuvres éphémères et la décoration du local de la transition. Sans oublier le montage d’un clip, qui a déclenché plus de 4000 vues sur le page facebook De nombreux enseignants intègrent la problématique de la transition dans leur enseignement (SVT, MATHS, MPS, H-G, SES, GESTION, PHILO, FRANÇAIS, LANGUES, CDI, ARTS PLASTIQUES …). D’autres pourraient le faire cette année, les classes de BTS notamment sont intéressées OU les profs de langues, lors des voyages linguistiques (une proposition précise par une enseignante d’espagnol). En enseignement d’exploration en seconde (sciences économiques et sociales), un module entier est consacré à la transition, sans aucun polycop. Les élèves sont invités à concevoir des affiches pour les salles de classe, qui sensibiliseront les générations présentes et futures. Ils adhèrent sans effort. Du sens. Nous comptons systématiser les échanges avec les autres établissements scolaires (y compris les facs). Nous avons un lien avec le responsable du potager à l’université de Toulon et un correspondant à la fac de Nanterre, qui est engagée dans un projet comparable Des contacts ont été pris avec un éco-lycée de Turin. Cela devrait déboucher cette année sur un échange d’éco-délégués (avec le concours d’une enseignante d’italien). Nous avons été sollicités pour un projet Erasmus +, reliant les lycées en transition en Europe sur le thème de l’éco-habitat. Une des fondatrices du groupe portait l’idée d’une structure pour les élèves en difficulté, comme le « lycée des possibles » à Bonaparte, mais, renseignements pris, ce genre de structure ne peut se faire que dans un seul établissement dans le bassin. Néanmoins l’idée pourrait être « recyclée » sous une autre forme. 5. BIODIVERSITÉ Un gros projet MPS (« Méthodes et pratiques scientifiques ») sur la biodiversité démarre cette année. Il concerne la biodiversité en ville. Il comprend l’installation de ruches connectées, qui doivent être livrées sous peu. Les profs de SVT ont déjà œuvré l’an dernier en installant, à proximité du potager, un hôtel à insectes et un nichoir à oiseau, avec des panneaux explicatifs. N.B. Pour toutes ces raisons (SVT, animations, local, potager, verger, mobilier), les pelouses du lycée, deviennent un endroit fréquenté, vivant, visible de l’intérieur comme de l’extérieur. On les a montrées aux parents lors des journées portes ouvertes (en direction des collèges) et elles sont incluses dans la visite du lycée par les secondes en début d’année (ainsi que les points de collecte des déchets : bennes, récupérateurs de piles) 6. TRANSPORTS Nous sommes en lien avec les associations « Pharmacycles » (atelier associatif de réparation de vélos) et « la masse critique » (qui milite pour le développement des pistes cyclables). Leur invitation est prévue, lors des temps forts de « Dumont en transition », en attendant des projets communs. L’an dernier, un atelier mobile d’auto-réparation avait été mis en place à deux reprises. Un enseignant étudie en ce moment la faisabilité d’un tableau numérique, qui recenserait les trajets et places disponibles chaque jour, pour favoriser le co-voiturage. 7. COMMUNICATION L’actualité de « Dumont en transition » est retracée au travers d’une page facebook « Dumont en transition ». https://www.facebook.com/Dumont-en-transition-353549578328272/ Cette page essaie aussi de se faire l’écho d’initiatives comparables menées dans les autres établissements. Elle publie également l’actualité associative locale en rapport avec la transition, ainsi que des informations plus générales sur le même thème. Elle a pour ambition d’être source de liens, d’inspirations et de projets D’autres espaces de communication sont ouverts : une radio locale nous propose un créneau horaire pour que les élèves viennent parler de ce qui se passe à Dumont. Le CDI met à la disposition de « Dumont en transition » un espace mural (avec récup papier et piles) où l’on peut afficher. Et l’initiative du CDI de lancer un club médias pourrait concerner Dumont en transition. 8. SOLIDARITÉ Au lycée a été organisé par la vie scolaire un match de foot migrants/lycéens. « Dumont en transition » a contribué à ce que des associations d’alphabétisation ou d’aide aux migrants soient invitées à la journée de l’engagement. Mais les actions tournées vers la solidarité restent limitées pour le moment, si on met à part l’initiative de la récolte de produits de première nécessité pour la Grèce. 9. ÉNERGIES Des profs de sciences (SVT/physique) lancent deux classes de seconde sur des expérimentations interdisciplinaires, en lien avec les énergies renouvelables. A terme, des modèles réduits d’énergie alternative (éolienne, solaire, biomasse …) pourraient être construits. Des contacts avancés ont été établis avec une entreprise locale productrice d’énergie verte, pour mettre en place un projet, comparable à celui de l’Ecole des Mines à Paris. L’ensoleillement de la ville et la taille du campus du lycée sont des ressources à valoriser. 10. DÉMOCRATIE AU LYCÉE L’atelier de réflexion « démocratie au lycée » proposés aux élèves à l’issue des projections de film en début d’année, a accueilli de nombreux volontaires. Ils réclamaient plus d’information de visibilité. « Dumont en transition » s’est engagé cette année, pour favoriser les élections d’élèves au CVL en organisant le passage des candidats dans les classes. Le nombre de votants a clairement augmenté. « Dumont en transition » a intégralement organisé l’élection des éco-délégués (avec un relatif succès : 45 élus). L’an prochain, cette élection des éco-délégués devrait être couplée à celle des délégués de classe. L’an dernier, les premiers élèves éco-délégués sont allés témoigner de l’expérience Dumont en transition à la foire bio de La Farlède puis sur le carré du port, à l’occasion de la semaine européenne du développement durable, avec le concours de l’association « Colibris »
  Modalité de mise en oeuvre
  Le fonctionnement de « Dumont en transition » est rythmé par des « évènements », qui sont autant de rassemblements d’élèves et d’adultes et donnent l’impulsion au reste des projets. En 2016, à la suite de la projection (fondatrice) du film « Demain », nous avons sollicité les élèves pour réfléchir sur les cinq thématiques du film (alimentation, énergie, recyclage, démocratie, économie). Les élèves se sont vraiment emparés des sujets, ont discuté de manière responsable et fourni des listes de propositions précises. Il fallait voir l’effervescence des ateliers ! Il se passait quelque chose. C’est là qu’ont émergé des propositions qu’on tient à mener à terme comme le bio à la cantine ou la création d’un verger (où les élèves « puissent se servir »). Par la suite, les réunions ont été les temps forts du projet : diffusion du film « Qu’est-ce qu’on attend ? », pique-nique citoyen, animations et stands lors de la journée de l’engagement citoyen, animations et stands lors de semaine du développement durable. Le parti pris de ne pas figer le projet dans des structures trop rigides et contraignantes comporte, dans le cas présent, plus d’avantages que d’inconvénients. Il s’agit surtout d’entretenir une dynamique (de projets). Adeptes de la permaculture, les enseignants de « Dumont en transition » font aussi de la permaculture de projets, les uns se développant avec les autres.
  Trois ressources ou points d'appui
  l'engagement des initiateurs de l'action l'adhésion des élèves et étudiants le soutien de la direction
  Difficultés rencontrées
  Communication Mais les élèves ont vite pointé, lors des réunions, les difficultés d’une communication rapide. Malgré les efforts dans ce domaine, beaucoup d’élèves ne sont pas au courant des activités de « Dumont en transition ». Cette année, les efforts vont donc porter sur la signalétique (ambition lycée zéro déchet, nom des arbres, signalétique du tri, panneaux d’infos DET, …). D’autre part, nous essayons de constituer et d’encadrer une équipe d’élèves, qui utiliseraient des moyens de communication plus récents (instagram, twitter, …) et pourraient renouveler la page facebook. En ce qui concerne, la communication externe, si un article a été publié récemment sur Var-Matin, nous n’avons pas encore la visibilité nécessaire, ne serait-ce qu’au niveau local Financements : la rémunération des intervenants extérieurs, qu’il s’agisse du réalisateur du film « Nouveau Monde », invité lors de la projection, ou d’associations partenaires sur un projet donne lieu à d’âpres négociations. Ainsi que tout achat de matériel. Cela pousse l’équipe « Dumont en transition » au recours au système D, pour le moment. Ce qui rejoint, certes, les valeurs du projet, mais constitue néanmoins un frein à l’action.
  Moyens mobilisés
  En écho au projet défendu, les enseignants cultivent leurs réseaux et font appel à des solidarités de proximité. Les moyens financiers étant très limités, les outils ont souvent été fournis par les adultes, le matériel (terre, engrais) transporté avec le concours d’agents volontaires. Les palettes, les cagettes pour la décoration du local ou la boite à livre ont été récupérées par l’équipe, avec ses propres moyens. Le temps consacré dépasse très largement les HSE demandées cette année.
  Partenariat et contenu du partenariat
  « Dumont en transition » a très vite cultivé le partenariat avec les associations engagées dans la transition. L’association « Colibris » était présente lors des projections et des premiers ateliers. Elle était présente lors des différentes animations, tenant un stand au lycée lors de la journée de l’engagement (avril 2017). Elle a offert une place sur son stand aux éco-délégués de « Dumont en transition » lors de la semaine du développement durable (mai 2017). Sur le carré du port, ils ont pu prendre des contacts avec d’autres associations et informer les visiteurs des actions menée au lycée. L’association « La Vallée du Gapeau en transition » a aussi des représentants lors de nos animations. Ils sont en train de mettre sur pied un supermarché coopératif (sur le modèle de Food Coop à New York) et une monnaie locale, initiatives dont nous faisons l’écho, notamment en sciences économiques et sociales. Cette association nous a offert une tribune lors de la foire bio de La Farlède. Une éco-déléguée a présenté le projet à une assemblée de personnes très intéressées par ces changements dans l’éducation nationale. Outre les associations Biosphère, Agribio83, Ecoscience ou Zéro déchet Toulon, déjà citées, « Dumont en transition » travaille avec l’Eco-ferme de La Barre (une sortie d’élèves est prévue en novembre), avec des pépiniéristes et un agriculteur bio, qui lui fournissent souvent gratuitement des ressources, et même une « start up », connue au national et à l’international, MiniGreen Power, qui produit de l’énergie à partir de déchets végétaux et avec qui une collaboration est envisagée.
  Liens éventuels avec la Recherche
  /
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  Indicateurs de réussite Mesurer une dynamique, une ENVIE n’est pas chose facile. Si des indicateurs précis ne sont pas encore utilisés, il existe néanmoins des indices de réussite. Le nombre d’enseignants qui s’impliquent augmente et donc le nombre de projets. Le nombre de personnes qui vont ramasser des légumes spontanément aussi ! Cette année, 4 classes sont officiellement impliqués, dont un projet « INES », financé par la Région. Le nombre d’éco-délégués est passé de 7 à 45, le nombre d’abonnés à la page facebook de 200 à 400 environ, le nombre d’associations qui souhaitent travailler avec « Dumont en transition » augmente lui aussi. De tout petits indices aussi : le nombre d’élèves qui nous demandent quand est-ce qu’on reprend les activités, ou encore le déplacement des livres dans les boites à livres. Ou encore des collègues qui nous signalent des idées pour « Dumont en transition », jusqu’à ce collègue de MPSII, qui nous propose spontanément de construire avec ses élèves, des automates, en rapport avec le projet.
  Documents
  Aucun
  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Auto-évaluation, évaluation interne, externe ? Les enseignants « fondateurs » se connaissent depuis longtemps, se voient et échangent quasi-quotidiennement au lycée, sur les projets, leurs modalités de mise en œuvre, les réussites mais aussi les échecs. D’une manière générale, le lycée, malgré sa taille, est un lieu où l’on se rencontre et où l’on discute facilement (enseignants, direction, vie scolaire, agents, secrétariat …). L’évaluation de l’action se fait donc au travers de réunions formelles mais surtout informelles. Les comptes-rendus par mails sont fréquents auprès de l’équipe mais aussi d’une liste « élargie » de personnels sympathisants, qui comporte plus de 70 personnes (Agents, enseignants, personnel éducatif et administratif). Evaluation interne par l'équipe de direction
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : Dans une époque marquée par l’individualisme, « Dumont en transition » promeut les valeurs des biens communs et de l’altruisme. Il fournit un cadre propice aux élèves, qui peuvent y exprimer ces valeurs qu’ils partagent. La récupération du papier ou le nettoyage des pelouses, au-delà des quantités concernées, sensibilisent et installent des réflexes durables, on l’espère du moins, qui seront pérennisés année après année. En tout cas, ils sont ainsi légitimés par la collectivité. Les élèves qui ont nettoyé les pelouses ou ceux qui portent les papiers au container, sont des porte-parole « naturels » du projet. Nous informons au mieux les élèves sur les prolongements de ces initiatives, après le bac. Par exemple, nous les avons informés des évènements liés à la semaine du développement durable dans les universités. Ou encore de la constitution d’un potager de 3000 m2 à l’Université de Toulon. Le responsable de cette initiative a été invité, lors de la projection du film, il a présenté ce projet aux élèves et nous nous sommes engagés à développer notre collaboration. Cette année de nombreux élèves bacheliers sont restés abonnés à la page facebook et communiquent encore avec « Dumont en Transition ».
  Sur les pratiques des enseignants : A travers la confrontation avec les élèves dans ce type de collaboration, les enseignants ne peuvent que porter un autre regard sur les élèves. Tels les enseignants, qui ont assisté aux ateliers de propositions et ont été étonnés de l’implication des élèves. Autre exemple, les enseignants de « Dumont en transition » ont des échanges plus directs avec les éco-délégués, qui voient leur statut valorisé. « Dumont en transition » joue à plein son rôle de pépinière d’idées. Par exemple, des publications sur la page facebook à propos de pratiques éducatives différentes, relatant des expériences dans d’autres établissements ont d’abord suscité des discussions informelles. Puis la constitution d’un groupe consacré au développement de l’empathie et de la bienveillance dans les pratiques éducatives. Groupe, qui est devenu autonome et a monté des projets sur deux classes, cette année.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : La direction, et en premier lieu le proviseur, soutient le projet et joue un rôle de facilitateur, par exemple en banalisant les heures lors des « évènements » organisés par « Dumont en transition ». Ils sont présents lors des évènements organisés et n’hésitent pas à défendre le projet. L’intendante, malgré ses contraintes budgétaires, essaie de répondre à nos demandes, en réaffirmant son soutien. Le projet rencontre néanmoins des difficultés de financement (voir § « difficultés rencontrées »)
  Sur l'école / l'établissement : « Dumont en transition » ne fait pas encore l’unanimité, ni chez les enseignants, ni chez les agents. Certains pensent qu’on s’écarte des missions traditionnelles de l’école. Nous pensons au contraire que nous jouons à plein notre rôle éducatif, en phase avec les réalités qui nous entourent. Mieux, « Dumont en transition » commence à donner une tonalité, une couleur à tout le lycée Des exemples anecdotiques mais significatifs : les meubles de jardin construits par élèves, à partir de palettes récupérées, connaissent une fréquentation croissante. Lors des ateliers, les élèves ont demandé un atelier « menuiserie » pour en construire d’autres. L’infirmière a amené une élève anxieuse sur le mobilier autour du potager, pour lui offrir un peu de calme. Il y a même des fraises qui ont poussé au secrétariat, sur une palette végétale et verticale, construite par des BTS.
  Plus généralement, sur l'environnement Le lycée, installé aux abords du centre-ville, peut jouer un rôle de vitrine et impulser des effets d’entrainement, auprès des établissements environnants (écoles, collèges, lycées). L’autre grand lycée du centre-ville, le lycée Bonaparte vient de se déclarer (06/10/17) « en transition ». « Dumont en transition » peut aussi donner des idées au reste de la ville. Est-ce un hasard ? 2 boites à livre sont apparues dans deux centre commerciaux, aux abords immédiats du lycée. « Dumont en transition » a relaté dans sa page facebook une pétition d’habitants du centre pur obtenir des espaces de jeu pour les enfants et des jardins partagés pour les adultes. « Dumont en transition » a noué un contact avec un jardin partagé installé au pied d’un immeuble proche. Il est question qu’ils utilisent le compost de Dumont. Encore du lien. Nous avons également noué des contacts avec le CIO ou la FOL, qui relaient nos initiatives Nous espérons aussi que des élèves, qui ont partagé des expériences au sein de « Dumont en transition », puissent être un jour les initiateurs de projets sur leur lieu de vie. Enfin la Mairie, qui a entendu parler de notre projet, nous propose désormais une aide logistique




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte