Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 807 fois

 

Une approche innovante des Travaux personnels encadrés (TPE) en Première, par la cartographie des controverses scientifiques et techniques. 2018 E

(expérimentation art.34)
(Expérimentation terminée)
 

Lycée Germaine Tillion

48 BIS RUE ANIZAN CAVILLON , 93350 LE BOURGET
Site : www.germainetillionlycee.fr
Auteur : Amghar Aïcha
Mél : ce.0932577w@ac-creteil.fr
  L’organisation scolaire, dans ses enseignements comme dans ses filières, sépare trop souvent les sciences dites « dures » ou expérimentales, des sciences dites « humaines » ou sociales. Or, dans la plupart des grands enjeux scientifiques et technologiques contemporains, ces différents champs disciplinaires sont totalement intriqués. Ainsi l’actualité est-elle nourrie de controverses souvent vives, qui animent les « réseaux sociaux », ces supports numériques mondialisés que les élèves – comme les professeurs - utilisent sans cesse. Dans ces débats très complexes, la recherche scientifique la plus rigoureuse croise des acteurs de la société civile dont les engagements partisans doivent être décryptés. Les scientifiques eux-mêmes ne sont pas souvent d’accord ; des arguments économiques, éthiques, politiques, voire religieux, entrant en ligne de compte dans leurs argumentaires. Quelques exemples suffisent à attester de cet entremêlement : Peut-on lutter contre le réchauffement climatique tout en conservant une économie capitaliste ? Doit-on développer l’utilisation des robots dans les interventions chirurgicales ? Doit-on censurer la téléréalité ? Faut-il légaliser la gestation pour autrui en France ? etc. Ces controverses, qu’il faut au préalable distinguer de simples polémiques ou autres effets de manche médiatiques, sont très présentes dans notre société de l’information et de la communication. Elles sont un sujet d’étude complexe, mais passionnant, qui offre toute la richesse d’un savoir en construction, sans cesse renouvelé, re-débattu. Les incertitudes, quand elles sont ainsi explorées, ne sont pas au service d’un relativisme cynique, encore moins d’un complotisme dangereux, mais bien de la construction d’un esprit critique lucide et citoyen. Ce sont ces controverses scientifiques et techniques que tous les élèves du Lycée Germaine Tillion et du Microlycée 93 sont invités à cartographier, dans le cadre de leur première épreuve au baccalauréat général : les Travaux personnels encadrés (TPE).

  Plus-value de l'action
  La préparation des TPE par la cartographie des controverses a fait l’objet d’un intérêt, et d’une véritable reconnaissance de la part de l’Inspection générale, dans des disciplines aussi complémentaires que les SVT, la Physique-chimie, et l’EMC. Cette reconnaissance est particulièrement importante pour l’équipe IDIS du Lycée Germaine Tillion, car elle porte sur le caractère « citoyen » de ce dispositif : en effet, l’Enseignement moral et civique, qui n’est pas une « discipline » dans l’établissement, est assuré par l’ensemble des professeurs ; et notamment, en classe de Première, par ceux qui s’inscrivent dans la préparation des TPE. Ainsi la volonté de l’équipe de faire vivre une culture scientifique interdisciplinaire, ouverte sur les grands enjeux contemporains, par une approche « responsable », a-t-elle été légitimée par notre institution de tutelle. Cette reconnaissance a déjà abouti à plusieurs sollicitations en matière de formation, au niveau académique ou national : - organisation et animation de la formation proposée au P.A.F de Créteil les 13-14 décembre 2016 et 12 janvier 2017 : "Explorer les controverses dans le cadre du programme Forccast" - en janvier 2017 : animation d'un atelier de 45 mn dans le cadre du Plan National de formation - ENS Lyon et IFE ; - en avril 2017 : salon Ecritech'8 - Académie Aix-Marseille ; - mai 2017 : animation de deux tables rondes dans le cadre du Plan académique de formation de l'académie de Créteil On retiendra, en particulier, la présentation à l’ESEN de l’enseignement des TPE par la cartographie des controverses, le 18 mai 2017, par les collègues coordonnateurs du dispositif, Timothée Deniset et Manon Baudouin : "Les SVT dans le nouveau collège" dans le cadre du séminaire national des IA-IPR de SVT
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  Depuis l’ouverture du lycée, tous les élèves de l’établissement qui passent un TPE préparent cette épreuve anticipée sous la forme d’une cartographie de controverse : l’intégralité des élèves des Premières générales du Lycée Innovant Germaine Tillion (180 élèves) et du Microlycée 93 (24 élèves).
  A l'origine
  Les Travaux personnels encadrés sont une épreuve du baccalauréat général particulièrement originale, et intéressante pour les élèves. Or, elle n’est pas toujours investie à sa juste valeur. Rappelons quelques constats, qui furent à l’origine du dispositif de la Cartographie des controverses : - L’épreuve des TPE est anticipée, en classe de Première : elle est la toute première épreuve du baccalauréat pour les élèves. Elle a donc une valeur symbolique, et initiatique. - Elle se compose d’une partie évaluée en contrôle continu et d’un contrôle final. Elle implique à la fois une certaine autonomie et régularité des élèves, et un suivi étroit par l’équipe enseignante. - Les élèves la préparent, et la présentent en groupes, ce qui engage les compétences particulières d’un travail en équipe. - La note se compose de deux parties écrites (production, fiche de synthèse) et d’une présentation orale. L’épreuve travaille donc des compétences tout à fait transversales. - Elle est interdisciplinaire, puisque les thématiques proposées pour donner un cadre préparatoire à l’épreuve impliquent toujours, au minimum, deux disciplines. En outre, il existe toujours des thématiques communes aux trois filières générales, favorisant les passerelles. Exemples de thèmes pour la session 2018 : Agir pour son avenir / L'aléatoire, l'insolite, le prévisible / Individuel et collectif, auxquels s’ajoutent les thématiques pour chaque filière. - Elle offre une certaine part de liberté aux élèves, dans le choix du sujet, dans le choix du type de production, comme dans la forme de la présentation orale. Elle fait donc sa place à la singularité des candidats, et à l’expérimentation. Cette épreuve tout à fait originale n’est cependant pas toujours pleinement investie par les élèves, peut-être parce qu’elle leur laisse une autonomie dont ils peinent à se saisir. Souvent, la thématique qu’ils choisissent est assez convenue, et leur production se résume à un copier-coller de documents trouvés sur internet, ou de parties du programme des disciplines impliquées dans le TPE. Parfois, la répartition du travail au sein du groupe est tout à fait inégale, et les productions, écrites comme orales, restent des plus classiques. Or, cette épreuve est une occasion, rare au moment du cycle terminal, de faire travailler les élèves sur des sujets contemporains dépassant le respect d’un programme scolaire pré-établi, de favoriser les usages du numérique en classe, dans le cadre de l’EMI (l’éducation aux médias et à l’information) ; et de les impliquer pleinement dans une réflexion sur leur « parcours citoyen », selon les objectifs de l’EMC (l’enseignement moral et civique). C’est pour toutes ces raisons que l’équipe du Microlycée 93 (alors installé à la Courneuve) a décidé, en 2012, de proposer une modalité d’organisation des TPE innovante. Comme cette équipe est à l’origine du projet d’établissement du Lycée innovant Germaine Tillion, les mêmes constats ont abouti aux mêmes modalités d’organisation pour les TPE au sein de tout l’établissement du Bourget depuis l'année 2015-2016.
  Objectifs poursuivis
  Les objectifs de l’organisation des TPE par l’exploration des controverses scientifiques et techniques sont multiples, et particulièrement riches sur les plans pédagogique et éducatif. (Voir modalités de mise en œuvre)
  Description
  Au Lycée Germaine Tillion, dans les six classes de Premières générales, les élèves suivent un enseignement interdisciplinaire (IDIS) de 2,5 heures hebdomadaires, le mardi en fin de matinée. Cet enseignement est aligné pour toutes les classes, ce qui permet un travail d’équipe entre les enseignants, et une certaine souplesse dans l’organisation des groupes d’élèves, qui ne recouvrent pas nécessairement les groupes – classes, ni les filières. Au Microlycée, un même créneau intitulé « Prépa-bac » concerne les Premières ES et L de l’établissement. Dans toutes ces classes, c’est un binôme de professeurs qui assure le suivi, en co-animation, et non en alternance. L’enseignement interdisciplinaire (IDIS ou Prépa-bac) recoupe plusieurs contenus : - Une partie de l’accompagnement personnalisé de Première, nécessaire à la préparation des épreuves anticipées (Exemple de séances : Faire une fiche de synthèse d’un cours, acquérir les compétences d’un bon orateur, réviser pour un bac blanc, mener des recherches documentaires, etc.), - Une partie du programme de l’Enseignement moral et civique (EMC) qui n’est pas une matière figurant dans les emplois du temps des élèves au Lycée Germaine Tillion, car il est assumé par l’intégralité des collègues, - La préparation des TPE, qui n’est pas « fléchée » en tant que telle dans les emplois du temps, mais assurée dans le cadre de cet IDIS Première. Un planning commun à toutes les classes est préparé en équipe (14 enseignants en tout), des contenus de séances mutualisés. L’ensemble est animé par deux coordonnateurs « IDIS Première », pour une meilleure harmonisation.
  Modalité de mise en oeuvre
  - Le premier objectif est tout à fait quantifiable : un plein investissement des élèves dans leurs TPE, pour l’obtention de bons, voire d’excellents résultats à cette épreuve inaugurale du Baccalauréat général. Il s’agit en effet de gagner des « points d’avance » pour l’année de Terminale. L’organisation des TPE sous forme de cartographie de controverses, si elle impose de fortes contraintes aux groupes d’élèves, leur permet en effet de s’impliquer de manière intense dans un travail collaboratif, et original. Le résultat n’en est que meilleur. Dans le déroulement de l’année, de nombreux objectifs tous aussi importants sont visés : - Première étape du travail : le choix de la controverse scientifique et technique. Les élèves ont pour obligation de sélectionner un sujet qui soit un véritable différend, engageant de nombreux acteurs de la société, des savoirs spécialisés, des champs scientifiques. Ce moment d’exploration des sujets sur lesquels le savoir n’est pas encore « stabilisé » incite les élèves à s’intéresser aux enjeux du monde contemporain. Il s’agit bien d’un temps d’éducation aux médias et à l’information (EMI). Cette étape cruciale leur donne une vision dynamique, et transdisciplinaire de la science. Les élèves dépassent ainsi la vision cloisonnée des filières, qui distingue de manière caricaturale les « littéraires » des « scientifiques ». Ainsi, des élèves de filières en apparence éloignées peuvent travailler sur un même sujet. Dans le cadre du cycle terminal, et dans la perspective de leur orientation post-bac, cela leur offre une ouverture culturelle évidente. Il faut noter que certains sujets sont écartés parce qu’ils sont cantonnés à une querelle d’experts ultra-spécialisés, d’autres parce qu’ils ne sont qu’une polémique d’ordre moral ou politique sans appui scientifique. - Seconde étape du travail : l’identification des acteurs de la controverse. Les élèves sont alors confrontés à des enjeux variés, inextricablement enchevêtrés, qui engagent des sciences, des techniques et des groupes sociaux. Les acteurs qui s’impliquent dans la controverse peuvent avancer des arguments économiques, financiers, politiques, juridiques, sociaux, philosophiques, écologiques, médicaux, etc. Il s’agit de tenter de démêler les nœuds de ce débat complexe. Les élèves doivent en effet identifier les motivations des acteurs, leur champ disciplinaire, et leurs intérêts lorsqu’ils prennent part au débat. Les élèves s’interrogent donc sur la validité, et la pertinence de chaque source. En cela, ils développent « leur argumentation et leur esprit critique », et s’initient aux « enjeux moraux et civiques et la société de l’information », deux axes du programme de Première de l’enseignement moral et civique (EMC). Les élèves doivent obligatoirement rencontrer, et interviewer, des acteurs de la controverse ; ce qui implique qu’ils prennent contact, se déplacent, et enregistrent les échanges. Cela les incite à développer leur autonomie, et bien sûr, à s’habituer à des démarches vers des professionnels qu’ils ne connaissent pas. Dans la logique du bac – 3 / bac + 3, ils acquièrent aussi des compétences en matière d’orientation, de recherche d’informations. - Troisième étape du travail : la cartographie de la controverse sous une forme numérique. Les élèves doivent ensuite matérialiser l’écheveau des acteurs de la controverse, en choisissant une forme numérique adaptée. Les productions des élèves sont ainsi présentées sous une forme dynamique : Site internet, blog, Prezi, carte mentale, padlet, etc. Dans un souci d’éducation aux usages du numérique, ils doivent trouver la manière la plus claire, pédagogique, de présenter leurs recherches. On peut se référer ici à quelques exemples de productions d’élèves durant l’année 2016-2017 : http://tpe-crispr-cas- 9.site123.me https://accueildesmigrantsenfra nce.jimdo.com/ https://parlerananda.wixsite.co m/euthanasie-awcw https://ikmamkadara.wixsite.co m/monsite - Quatrième étape : la présentation orale sous la forme de saynètes, de « jeux de rôles ». Trop souvent, les présentations orales des TPE se résument à un exposé classique, qui paraphrase la production des élèves. Au Lycée Germaine Tillion, les élèves préparent, pour leur oral, une forme théâtralisée de la controverse. En effet, lors de leur préparation, ils sont initiés à l’art oratoire. Les compétences d’un bon orateur leur sont présentées, et ils s’entraînent grâce à des séances encadrées par des comédiens professionnels, qui viennent, notamment, accompagner les élèves les plus impressionnés par la prise de parole en public. Les compétences de l’oral sont alors développées. Les élèves mettent en scène les arguments principaux de leur controverse, en jouant le rôle d’un acteur de celle-ci. Ils doivent alors comprendre le raisonnement de chaque intervenant, et se glisser dans son argumentaire. L’oral de l’épreuve prend une forme dynamique, impliquant une grande préparation pour que les élèves se détachent de leurs notes. Les compétences transversales en matière de maîtrise de la langue orale, de travail en équipe, sont ici sollicitées. On voit à quel point ce déroulé est exigeant pour les élèves, et constitue une véritable propédeutique aux autres épreuves du baccalauréat : formés à la complexité des sujets, à la recherche et l’analyse des sources, habitués au travail en groupe, contraints d’être plus autonomes dans leur organisation, entraînés à la prise de parole en public, les élèves sont mieux préparés à affronter l’examen, mais aussi le post-bac. Voir la vidéo mise en ligne par la CARDIE de l’Académie de Créteil : https://www.youtube.com/watch?v=N_P8KaVpOSE&t=85s
  Trois ressources ou points d'appui
  Première ressource : l’organisation collective cohérente au sein de l’établissement. En effet, le fait que l’équipe de direction ait permis un alignement des enseignements IDIS dans les emplois du temps, qu’elle ait soutenu l’organisation des TPE par la cartographie des controverses, rejoint la volonté collective de l’équipe enseignante de travailler de cette manière. Le travail en équipe, au sens large, institué depuis sa création au Lycée Germaine Tillion comme au Microlycée est le premier « levier » d’une telle expérimentation. De la concertation à l’usage de l’Espace Numérique de Travail, tout est propice à une mise en œuvre cohérente pour les collègues, comme pour les élèves. Deuxième ressource : le soutien de l’Inspection pédagogique régionale et de l’Inspection générale. L’organisation des TPE par la cartographie des controverses a fait l’objet, depuis deux ans, d’un repérage, et d’un soutien, de la part de l’institution scolaire, à l’échelle académique comme à l’échelle nationale. En effet, l’équipe enseignante a été à plusieurs reprises sollicitée pour présenter le dispositif, et participer à des actions de formation au niveau académique, comme au niveau national. Ce soutien actif a permis à l’équipe de mieux formaliser ce dispositif, dans une perspective de diffusion. Ce travail de formalisation et d’essaimage correspond pleinement au projet d’établissement du Lycée Germaine Tillion, qui souhaite être un lieu de co-formation et de recherche-action. Troisième ressource : Le logiciel Hyphe, en cours de développement, créé par le Médialab de Sciences Po, représente une plus-value effective, pour les élèves comme pour les collègues qui les encadrent, dans la recherche, puis dans la cartographie, des questions abordées dans les TPE. L’installation prochaine de ce logiciel libre sur le serveur du Lycée Germaine Tillion ne pourra que renforcer la pertinence des travaux des élèves, notamment dans l’analyse des sources numériques que le logiciel permet d’optimiser.
  Difficultés rencontrées
  Première difficulté : Trouver une cohérence dans les usages numériques au sein de l’établissement. Les élèves doivent tous réaliser un TPE sous une forme numérique. Cela implique un mise à disposition intense des salles informatiques, et autres équipements numériques de l’établissement. Cela est une contrainte forte. En outre, le changement récent de l’ENT oblige à une acculturation collective pour un usage efficace de la part des élèves, et des collègues dans leur encadrement. Deuxième difficulté : Organiser des groupes de travail qui ne correspondent pas forcément aux groupes classes. Tous les élèves de Première ont leur cours d’IDIS à la même heure chaque semaine. Cela entraîne la première difficulté pour les mises à disposition des moyens informatiques. Cela permet cependant aux professeurs d’harmoniser leur progression, et de croiser les groupes d’élèves. Ainsi, chaque binôme de professeurs peut-il suivre des sujets de TPE « voisins », qui regroupent des élèves de ES, L ou S. Cela implique une souplesse dans l’organisation, chez les professeurs, mais aussi une disponibilité des salles du lycée…
  Moyens mobilisés
  Les dispositifs interdisciplinaires sont une priorité du projet d’établissement du Lycée Germaine Tillion. Les moyens mobilisés pour l’IDIS en Première, sont donc de 2,5 heures hebdomadaires, pour un binôme de professeurs, soit 5 heures / professeurs par semaine par classe. Au Microlycée, le taux horaire est un peu moindre, soit 3 heures / professeurs par semaine. Dans les deux cas, le dispositif est organisé sur moyens propres, sans aucun apport d’heures supplémentaires. Seuls les coordonnateurs du dispositif « IDIS Première » perçoivent une IMP (Indemnité de Mission particulière) pour l’organisation et l’harmonisation des séances. La professeure documentaliste, ainsi que les ressources du CDI (site du CDI, Europresse) sont sollicités de manière toute particulière pour les TPE.
  Partenariat et contenu du partenariat
  - Le Médialab de Sciences Po Paris : Le Lycée Germaine Tillion et le Microlycée 93 sont membres du consortium à l’origine du programme FORCCAST (voir rubrique « Recherche »). Dans ce cadre, l’établissement bénéficie d’un partenariat avec le Médialab. Le Médialab est un laboratoire de moyens numériques, un centre de ressources et de compétences ainsi qu'un lieu d'expérimentation à Sciences Po. Ses enseignants font régulièrement des interventions au sein du Lycée Germaine Tillion et du Microlycée, pour présenter le cours de cartographie des controverses. Ce laboratoire a conçu le logiciel Hyphe, logiciel libre en cours de développement, qui a pu être expérimenté par les élèves du Lycée Germaine Tillion. Ce logiciel permet, de manière très efficace, de cartographier le réseau des acteurs d’une controverses, et fonctionne comme un moteur de recherche. Cf. http://lab.medialab.sciences-po.fr/#hyphe - Les médiathèques du territoire : Le Lycée Germaine Tillion s’inscrit dans un territoire qui permet aux élèves de bénéficier d’un réseau de médiathèques, au Bourget comme à Drancy et Dugny. Ce réseau est à disposition des élèves. Certaines séances d’IDIS Première ont d’ailleurs pu être organisées au sein des médiathèques de ce réseau. Cf. le site www.mediatheques.drancydugnylebourget.fr
  Liens éventuels avec la Recherche
  L’approche par la Cartographie des controverses s’inspire des travaux du Sociologue des sciences, Bruno Latour, qui souligne à quel point les enseignements « figent » souvent le savoir scientifique dans des connaissances, voire des certitudes immuables. Or, dit le chercheur, le travail expérimental des laboratoires scientifiques repose au contraire sur le doute, les hypothèses, les erreurs, un savoir en devenir et en construction (Cf les ouvrages : La vie de laboratoire, ou La science en action.). De ce constat d’une différence majeure entre la science enseignée et la science pratiquée, est né un cours de « cartographie des controverses » à l’Ecole des Mines, il y a une quinzaine d’années. Bruno Latour souhaitait en effet diffuser, auprès de futurs ingénieurs, l’idée que la science n’est pas isolée au sein d’une société, et que de très nombreux champs disciplinaires entrent dans la construction d’un savoir, lui-même toujours instable. Bruno Latour, ensuite enseignant à Sciences Po, a contribué au lancement d’un programme de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche, FORCCAST : Formation par la cartographie des controverses à l’analyse des sciences et techniques. Ce projet pédagogique, réunissant 14 établissements partenaires dont 4 universités internationales et 3 lycées, a été sélectionné par un jury international dans le cadre de l’appel à projet Initiatives d’excellence en formations innovantes (IDEFI). Le Microlycée 93, alors situé à la Courneuve, est l’un des trois lycées pilotes de ce programme, qui a modélisé l’idée de décliner cette formation dans le secondaire, à travers les TPE. Depuis sa création, nous faisons donc partie intégrante de ce programme de recherche. Tout naturellement, ce partenariat s’est poursuivi au Lycée Germaine Tillion, qui en a généralisé la pratique, dans le cadre du dispositif « IDIS Première » en 2015. Voir le site de FORCCAST : http://controverses.org/ Deux pages consacrées au lycée : http://controverses.org/fr/news/les-controverses-en-sc-ne-au-lyc-e/ http://controverses.org/fr/studies/ Bruno Latour a d’ailleurs été accueilli pour une conférence à destination des élèves de Première, Le 2 février 2016. Une vidéo reprend l’esprit des TPE au Lycée Germaine Tillion, à l’occasion de cette visite : https://www.youtube.com/watch?v=rkhrbsGkb6U
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  - Résultats à l’épreuve du Baccalauréat des TPE, à comparer avec les résultats du bassin, du département et de l’académie. - Acquisition de compétences transversales évaluables en Terminale, par les professeurs : capacité à travailler en groupe, habitude d’une recherche documentaire éclairée et critique, usage des nouvelles technologies à des visées didactiques, ouverture culturelle et interdisciplinaire, notamment dans le cadre de l’orientation post-bac. - Questionnaire « climat scolaire » rempli par les élèves, questions relatives aux TPE, et plus largement au dispositif IDIS Première.
  Documents
 
Titre Production d'élève
Condensé
URL https://parlerananda.wixsite.co m/euthanasie-awcw
Type non précisé

Titre production d'élève
Condensé
URL https://ikmamkadara.wixsite.co m/monsite
Type diaporama

Titre Production d'élèe
Condensé
URL http://tpe-crispr-cas- 9.site123.me
Type non précisé

Titre Production d'élève
Condensé
URL https://accueildesmigrantsenfra nce.jimdo.com/
Type non précisé

Titre présentation des Travaux personnels encadrés (TPE) par la cartographie des controverses
Condensé
URL https://www.youtube.com/watch?v=N_P8KaVpOSE&t=85s
Type diaporama

  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Comme les TPE sont une épreuve du baccalauréat, une grande partie de leur évaluation se fait par les résultats à l’examen. Or, les élèves du Lycée Germaine Tillion obtiennent 14,75/20 de moyenne à leur épreuve, depuis trois ans, toutes filières confondues, moyenne supérieure à celle du bassin, et du département, alors même que les exigences fixées par le dispositif sont supérieures à celles énoncées par les instructions officielles. Les élèves ont ainsi la possibilité d'engranger des « points d’avance » pour leur année de Terminale. A cette évaluation chiffrée, s’ajoute celle, moins quantifiable, des compétences transversales acquises par les élèves au cours de leur année de Première : capacité à travailler en groupe, habitude d’une recherche documentaire éclairée et critique, usage des nouvelles technologies à des visées didactiques, ouverture culturelle et interdisciplinaire, notamment dans le cadre de l’orientation post-bac. Enfin, chaque année, la totalité des élèves de Première sont soumis à un questionnaire d’évaluation de leur scolarité au Lycée Germaine Tillion. Ce questionnaire rempli par les élèves permet à l’équipe pédagogique de l’établissement de faire évoluer l’organisation des enseignements. Il concerne notamment les dispositifs innovants, dont l’IDIS Première. En juin 2017, la majorité des élèves de 1ère répondent qu'ils ont apprécié cette modalité de préparation des TPE et l'apprentissage de l'autonomie.
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : La préparation des TPE par la cartographie de controverses s’inscrit dans un dispositif plus large, l’IDIS Première, dont les effets sur les élèves sont les suivants (effets que les élèves eux-mêmes constatent dans le questionnaire mentionné plus haut). En voici une liste non exhaustive : - Une meilleure méthode de recherche documentaire, une analyse critique des sources, - Une approche plus complexe de la science et du monde contemporain, qui dépasse les filières ou autres positions partisanes simplistes, - Une maîtrise accentuée des outils numériques dans une perspective pédagogique, - Une plus grande autonomie dans le travail et les démarches personnelles : organisation des recherches, prise de contact avec des professionnels, transcription d’interviews, réalisation de bibliographies, etc. Ces compétences sont notamment centrales dans la perspective du post-bac. - Une habitude du travail en groupe, déjà développée en cours au Lycée Germaine Tillion, renforcée par la préparation des TPE. - Une prise de conscience des compétences nécessaires à la prise de parole en public, un travail sur l’art oratoire, - Un sentiment de fierté et de plaisir chez les élèves devant le travail accompli, grâce à la part de liberté offerte par le dispositif, et par les résultats obtenus.
  Sur les pratiques des enseignants : Ce dispositif de l’IDIS Première a de nombreux effets sur les pratiques enseignantes. - La posture adoptée lors du suivi des élèves est davantage celle d’un accompagnement éclairé qu’un enseignement « descendant ». Cela permet un autre rapport entre les élèves et leurs enseignants et une plus grande interaction. - La co-animation permet le croisement des regards. Il faut noter que la constitution des binômes d’enseignants est pensée de manière à ce qu’un professeur débutant puisse être associé à un professeur plus aguerri. En outre, les matières associées traduisent la volonté d’encourager l’interdisciplinarité, et ne correspondent pas aux filières des élèves (exemple, en Première S, un binôme Histoire-géographie / Physique-chimie est possible). Enfin, certains professeurs d’IDIS Première ne sont pas professeurs de la classe dont ils encadrent les TPE ; ce qui permet de connaître autrement les élèves, et de varier les attitudes pédagogiques. - La variété des sujets de controverses, et leur complexité, amène l’enseignant à être lui-même dans une posture apprenante. Le troisième axe du projet pédagogique du Lycée, « Construire une professionnalité plurielle », prend alors tout son sens. - L’équipe des professeurs d’IDIS Première (14 enseignants) communique lors de concertations, de mails, mais aussi grâce au partage des contenus qui sont co-construits par les collègues, dans un esprit de décloisonnement des matières et d’ouverture culturelle stimulante.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : L’organisation en équipe de la préparation des TPE permet d’en faire un temps fort de l’établissement. Les deux coordonnateurs du dispositif IDIS doivent s’assurer que le suivi, l’organisation logistique, mais aussi le respect de l’esprit de la cartographie des controverses soient bien assurés. Les binômes de professeurs qui mêlent des disciplines parfois très « éloignées », des anciennetés très variées et des démarches pédagogiques multiples, assure une circulation des expériences, des cultures professionnelles, très profitable. L’IDIS Première est ainsi un des « cœurs » de l’innovation au Lycée Germaine Tillion comme au Microlycée.
  Sur l'école / l'établissement : L’organisation des TPE sous cette forme facilite le dialogue entre les élèves, les professeurs. Elle est un élément de lutte contre la hiérarchie entre les filières. Elle permet de valoriser le travail des élèves, qui peuvent construire un projet original, mis en ligne, consultable par les familles. Cela accentue le sentiment d’appartenance au lycée, ainsi que son rayonnement de l’établissement au sein du territoire. En effet, le dispositif permet aux élèves (et aux professeurs) de faire des rencontres avec des acteurs extérieurs, de tous horizons. On notera deux événements marquants contribuant de manière plus spectaculaire à ce rayonnement : - La conférence de Bruno Latour au lycée le 2 février 2016. https://www.youtube.com/watch?v=rkhrbsGkb6U - La publication de l’essai Bonnes nouvelles de l’école, écrit par le journaliste Emmanuel Vaillant (J-C Lattès, 23 août 2017). Dans cet essai, l’un des tous premiers chapitres est consacré au Lycée Germaine Tillion, et fait la part belle au dispositif IDIS Première, que l’auteur, après de nombreuses journées passées dans l’établissement, a souhaité mettre en lumière.
  Plus généralement, sur l'environnement (Voir rubriques ci-dessus)




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte