Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 1014 fois

 

Les Explorhéteurs : quand la littérature rencontre les sciences

(Expérimentation terminée)
 

Collège Lucie Aubrac

RUE CLOVIS-HUGUES , 63063 CLERMONT FERRAND CEDEX 1
Site : http://les-explorheteurs.nexgate.ch/
Auteur : MEMDOUH Sourour
Mél : sourour.memdouh@ac-clermont.fr
  Le projet consiste à réaliser un travail, en co-animation, qui mobilise des compétences développées en français et en sciences. Il se construit sur des approches variées et des démarches de créativité. Il s’agit de faire écrire des nouvelles fantastiques s'appuyant sur l’apprentissage de notions scientifiques. La trame narrative se développe toujours à partir d’une « science de référence », faisant vivre la culture scientifique et technologique. Les textes se nourrissent de problématiques et notions précises abordées en cours de SVT, de sciences-physiques, de mathématiques et de technologie. Les productions écrites des élèves auront essentiellement pour cadre l’Auvergne, région riche de merveilles naturelles et patrimoniales. Le projet aura pour objectif de faire découvrir aux élèves la richesse du patrimoine local, dans une perspective interdisciplinaire : l’Auvergne, au croisement des Lettres et des Sciences. Notre action permettra de faire re-découvrir le plaisir d’écrire, de développer des « compétences identifiables sur le plan notionnel, en sciences, et sur le plan de la maîtrise du récit en français, en particulier au niveau de la compétence descriptive ». Le projet aboutira à la création d’un recueil numérique de nouvelles fantastiques, intégrant textes, photos, son et vidéo (animations scientifiques ; diverses expériences des élèves…). L’usage du numérique permettra de développer l’autonomie et favorisera le travail en groupe. Il sera également une source de motivation pour l’élève.

  Plus-value de l'action
  Le projet est encore récent. Il a débuté en septembre 2017. Cependant, nous pouvons d’ores et déjà remarquer que ce travail, mené en équipe interdisciplinaire, a eu un accueil et un écho très positifs auprès des parents, des élèves, des membres de l’équipe pédagogique et des partenaires extérieurs. Dès le commencement de cette action, les élèves ont manifesté leur enthousiasme, leur motivation, et leur implication dans le projet. Ils montrent une parfaite adaptation à cette nouvelle organisation et un réel engagement individuel et collectif dans une action où ils deviennent acteurs de leurs apprentissages.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  Une classe de 26 élèves de 4ème, tous concernés par le projet.
  A l'origine
  Le Collège Lucie Aubrac, situé au cœur de la ville de Clermont-Ferrand, dans le Puy-de-Dôme accueille actuellement 450 élèves (répartis en 19 classes de la 6ème à la 3ème), provenant majoritairement de catégories socioprofessionnelles défavorisées à hauteur de 53%. Le pourcentage d'élèves ayant un an de retard est de 34% (15,2% pour l'académie de Clermont-Ferrand). Le collège est désormais situé dans un quartier prioritaire depuis le 01/09/2014. Il bénéficie de structures spécialisées comme la Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté (SEGPA), l'Unité Locale d'Inclusion Scolaire (ULIS) et l'Unité Pédagogique pour Elèves Allophones Arrivants (UPE2A). De plus, le collège Lucie Aubrac est un collège soutenu, dans le sens où il est soutenu par le Rectorat de Clermont-Ferrand. La première conséquence est que les effectifs par classe ne peuvent excéder 27 élèves. À cela, il faut ajouter que l'action du projet de mixité développé par le collège permet le maintien des moyens (nombre d'heures attribuées au chef d'établissement). Pour finir, ce projet s'insère dans le contexte « Ville apprenante » dont Clermont-Ferrand a reçu le label. Pour ce qui est de la genèse de ce projet, nous sommes partis de constat fait sur le niveau 4ème : les élèves rencontrent des difficultés dans l’apprentissage des sciences : entrer dans le langage scientifique, problèmes de mémorisation et de compréhension, de reformulation des leçons... Les lacunes concernent également la maîtrise de la langue française et les productions d’écrits. Nous avons constaté des moments de découragement face aux difficultés, et un sentiment de démotivation des élèves en situation d’échec. Certains se trouvent en risque réel de décrochage. Face à ce constat, les enseignants de sciences et de lettres décident d’un projet interdisciplinaire en co-animation. Il a pour finalités de valoriser les élèves en difficulté, et de redonner un sens à l’acte d’apprendre afin d’offrir à chaque élève les possibilités de sa réussite et de son épanouissement.
  Objectifs poursuivis
  L'objectif général du projet est de donner le goût du savoir, de faire naître le désir d’apprendre afin d'éviter le décrochage des élèves et remédier aux difficultés d’apprentissage en sciences et en français. Ainsi, l'acte d'apprendre retrouvera du sens et favorisera l’épanouissement scolaire pour offrir à chaque élève les possibilités de sa réussite. Il s'agit de faire du collège un espace d’ouverture à des partenaires extérieurs.
  Description
  Le projet « Explorhéteurs » permet de décloisonner les savoirs, de faire évoluer nos pratiques pédagogiques, au service de la réussite et le bien-être de tous les élèves. Notre démarche affiche une réelle volonté de travailler autrement, en équipe, afin de répondre de manière plus efficace et plus adaptée aux besoins et aux difficultés des apprenants. Le croisement entre les disciplines, autour du thème « Littérature et Sciences », permet de faire éclore des espaces nouveaux de recherche et de création, et faire émerger des connaissances nouvelles. L’élève, placé au cœur des apprentissages, acquiert de nouvelles compétences qui modifient sa façon de penser, d’agir, et de percevoir le monde dans sa complexité. Il devient un sujet actif et un acteur social. Toutes les actions menées permettent de : Faciliter la projection positive des élèves dans la poursuite d'études et l'exploration, la découverte des sciences. Faire du collège un espace d’ouverture et de réussite : diversifier les partenariats pour faciliter la projection positive vers les sciences (visite de sites de recherches scientifiques, échanges avec des chercheurs..). Faciliter la transversalité dans les apprentissages (la littérature peut raconter la science ; la langue est une dimension essentielle de l'activité scientifique ; la réflexion ne peut intervenir sans la langue ; donner de l'humanité à la science ...). « Faire du désir avec du savoir et du savoir avec du désir : rendre possible une recherche active d'une connaissance », par le plaisir que pourra ressentir l'élève. Apprendre autrement en s’appuyant sur les outils numériques. Motiver les élèves grâce à la réalisation d’une création individuelle et collective : un outil de prévention du décrochage scolaire. Pratiquer la co-animation pour favoriser la mutualisation des compétences. Élaborer des outils guidant le travail des élèves : un carnet de bord, par exemple. Porter un nouveau regard sur les erreurs et la mise en œuvre de dispositifs adaptés : « L’erreur peut être féconde à condition de la reconnaître, d’en élucider l’origine et la cause afin d’en éliminer le retour. » (E. Morin, « Enseigner à vivre »). Réfléchir sur l’évaluation afin qu’elle soit motivante et qu’elle permette aux élèves de se réinvestir dans un parcours d’apprentissages. Engager une réflexion sur l’articulation entre les notes et l’évaluation par compétences dans un projet interdisciplinaire.
  Modalité de mise en oeuvre
  L'enseignement du français se nourrit de tous les types de textes, (littéraires, scientifiques, …) : il « joue au cycle 4, comme dans les cycles précédents, un rôle décisif dans la réussite scolaire, tant pour le perfectionnement des compétences de lecture et d'expression utilisées dans tous les champs de la connaissance et de la vie sociale que pour l'acquisition d'une culture littéraire et artistique. (…) Le travail en français, dans les différents cadres possibles (cours de français, accompagnement personnalisé, enseignements pratiques interdisciplinaires…), permet de nombreux et féconds croisements entre les disciplines. » (B.O., 26/11/2015). Pour une mise en œuvre réussie de ce croisement, il sera nécessaire de s’interroger sur les éléments qui fondent les raisonnements et les organisations de chaque discipline (spécificité disciplinaire). Ce travail permettra de faire émerger des modèles de références et des éléments qui charpentent les savoirs littéraires et scientifiques. Il s’agira ensuite de mettre en place des outils communs : ex. la connaissance des genres et types de textes ainsi que leurs spécificités ; la cohésion textuelle ; la hiérarchisation et l’articulation de l’information, le repérage des informations ; le lexique et la formation des mots ; les recherches bibliographiques ; la compréhension d’une consigne ; la construction d’un raisonnement… I/ Croisement des contenus : Français : Thématique (cycle 4) : « Regarder le monde, inventer des mondes ». Questionnement : « La fiction pour interroger le réel » : L’objectif principal de la séquence est de découvrir les caractéristiques de la nouvelle fantastique. La littérature s’inspire des expériences et théories scientifiques pour ancrer la fiction dans le réel. La littérature fantastique accorde une place de choix aux éléments constitutifs de la pensée de l’époque. Les découvertes scientifiques qui fleurissent au XIXème siècle « lèvent le voile sur ce qui demeure inexpliqué, tracent aussi de nouvelles perspectives qui ouvrent sur l’inconnu » ; Support : un recueil de nouvelles fantastiques (G. de Maupassant, E. Poe ; Th. Gautier) : Découvrir les principales caractéristiques du récit fantastique au XIXème siècle. Textes explicatifs /descriptifs. Support : un livret proposé aux élèves, Les volcans « ces titans armés de catapultes ». Ce document regroupe des textes littéraires et scientifiques autour du volcanisme. Les annexes portent sur le lexique des volcans et des activités portant sur la formation et la polysémie des mots. Thèmes abordés dans les nouvelles fantastiques : la peur, la folie, les hallucinations, la mort, la métamorphose, les rencontres étranges, les animaux fantastiques, les lieux et les phénomènes étranges les volcans… Le cadre des trames narratives est ancré dans notre région, l’Auvergne. Pour cela, un document, sous forme de livret, a été communiqué aux élèves : des récits et témoignages des grands écrivains du XIXème siècle qui ont découvert les richesses de cette région (G. de Maupassant, G. Sand, François-René de Chateaubriand…). Etapes d’écriture d’une nouvelle fantastique (un document support contenant : étapes de la rédaction, schéma narratif de la nouvelle, groupement de textes, attendus de chaque activité d’écriture, compétences évaluées, grille d’évaluation et auto-évaluation). Dossier : « Littérature et Sciences : un dialogue possible ») : groupement de textes littéraires qui traitent de sujets scientifiques ; travail d’analyse autour de la langue scientifique et de la langue littéraire ; usage des métaphores ; poéticité de l’écriture… Les activités proposées permettront aux élèves de découvrir les croisements possibles entre disciplines à l’apparence éloignées, dans un travail interdisciplinaire entre littérature et sciences. Dossier : « Sciences et Antiquité » : héritage de la Grèce antique dans la construction de la science. L’Antiquité et sa place au cœur du fantastique (créatures fantastiques, l’éruption du Vésuve décrite par Pline le Jeune dans deux Lettres à son ami Tacite... Physique-chimie / SVT : Organisation et transformation de la matière. Des signaux pour observer et communiquer. La planète Terre, l’environnement et l’action humaine (séisme, éruptions volcaniques…). Le vivant et son évolution. Le corps humain et la santé. Etude de textes de Jean-Etienne Guettard, géologue, minéralogiste et naturaliste français qui a déterminé la nature volcanique de la Chaîne des Puys en 1751. Étude d'un texte historique de la description d'une observation ou d'une expérience sur les thèmes suivants : air (Antoine Laurent de Lavoisier), pression (Grande Expérience de l’équilibre des liqueurs projetée par Blaise Pascal), électricité (Loi d'Ohm), pile électrique (Alessandro Volta), description du système solaire (constellations, année lumière), lumière (décomposition de la lumière blanche par Isaac Newton, disque de Newton,...). Faire remarquer la richesse du vocabulaire. Ensuite, sur un thème donné, l'élève fera la description d'une observation ou d'une expérience en écrivant une nouvelle. Il fera attention à la richesse du vocabulaire utilisé et en faisant attention à la rigueur des mots utilisés en français. Mathématiques : Associer des objets à des ordres de grandeur (Vitesse du son, de la lumière ; Distances de la Terre à la Lune, de la Terre au Soleil, du Soleil à l’étoile la plus proche …). Comprendre la notion de divisibilité (étudier des problèmes de conjonction de phénomènes périodiques – éclipses, alignement de planètes, passage de comètes…). Thalès et Pythagore : Étudier comment les notions de géométrie plane ont permis de déterminer des distances astronomiques (estimation du rayon de la Terre par Eratosthène, distance de la Terre à la Lune …). Algorithmique et programmation : Jeux dans un labyrinthe, initiation au chiffrement (Morse, code ASCII…). Identifier des grandeurs composées rencontrées en mathématiques ou dans d’autres disciplines (par exemple aire, volume, vitesse, allure, débit, masse volumique, concentration, quantité d’information, densité de population, rendement d’un terrain). (Se) repérer et (se) déplacer dans l’espace en utilisant ou en élaborant des représentations. Recherches de clés de chiffrement de codes (et déchiffrement), résolution d’énigmes et/ou « cartes au trésor » (basées sur des constructions géométriques et calculs associés). Productions d’élève : Ecrire une nouvelle (quête/enquête) contenant des énigmes mathématiques… Technologie : Design, innovation et créativité. Les objets techniques, les services et les changements induits dans la société (environnement numérique de travail). Sur Libre Office Draw (dessin), les élèves réalisent une frise chronologique en format A3 sur les principales innovations et inventions de la révolution industrielle (du 17ème siècle au 19ème siècle) : transports, énergies, matériaux, communication, confort et domotique, autres inventions… Réalisation par les élèves de pages Web, cartes heuristiques avec les liens des pages… Structure du site Web et enregistrement des données du projet sur le serveur du collège. Définition des tâches et rôles de chaque groupe d’élèves et de chaque élève dans le groupe. Planning des tâches. Utilisation de logiciels de présentation (PréAO). Organiser, structurer et stocker des ressources numériques. Présenter à l’oral et à l’aide de supports numériques multimédia des solutions techniques au moment des revues de projet. Création de QR-Code contenant des hyperliens vers les réalisations des élèves (textes/vidéos). Ils sont édités et collés dans différents endroits du collège (notamment le CDI). Les QR-Code sont décodables par des smartphones, des tablettes, des ordinateurs … Education musicale : Ecouter et décrire ses impressions par des mots (Aspect musical uniquement sans images) à partir de quelques exemples : Relever des procédés musicaux communs en les décrivant et les classer en fonction des impressions. Relation entre images et sons. Analyse des procédés : chromatisme, ostinato rythmique et / ou mélodique, trémolos, hauteur, aspect statique, descendant, ascendant de la ligne mélodique, structure rythmique de la phrase, contretemps, suspension, côté lancinant, dissonances, cluster, glissandi, résonances, nuances, instruments, bruitages, chœurs, travail du son et de la voix (déformation, amplification, réverbération, échos), chuchotis, consonnes voisées, cris, syllabes, onomatopées…)... Travail sur partition pour matérialiser les procédés musicaux utilisés pour créer le fantastique, l'angoisse, la peur, l'attente… Productions attendues : Création d'une bande-son pour accompagner les créations littéraires des élèves en utilisant des instruments de musique de la classe, des enregistrements, des sons synthétiques, le traitement vocal. Utilisation du matériel : enregistrements, logiciel pour les déformations et mixages...montage ... II/ Types d’activités : diverses et variées, orales et écrites, disciplinaires et interdisciplinaires, liées à (aux) : La lecture d’énoncés : reformuler un énoncé ; réduire un énoncé en supprimant les informations inutiles ; rendre un énoncé plus clair en produisant des informations supplémentaires… Un travail sur un texte : inventer la suite d’un texte ; résumer un texte / un document ; expliquer et argumenter pour faire comprendre un phénomène ; reformuler un contenu scientifique dans un texte littéraire en employant un lexique adapté ou un schéma… L’écriture de la nouvelle fantastique : thème choisi, scénario, structure narrative, motifs scientifiques… L’acquisition du lexique : mise en place d’activités spécifiques sur la formation des mots propres à chaque discipline (étymologie ; polysémie, synonymie…). Sorties pédagogiques et rencontres de partenaires extérieurs : interviews, comptes rendus d’une expérience ou d’une sortie, recherches documentaires… Outils numériques : activités réalisées en salle informatique (plusieurs séances en co-animation), en présence des professeurs participant au projet : saisie et mise en forme des productions écrites (achevées et corrigées en cours de français) ; enregistrement des lectures des textes produits ; montages vidéos ; animations interactives pour apprendre les sciences (cf. eduMedia, banques de ressources interactives et innovantes pour l’apprentissage des sciences)… Des cours interdisciplinaires sont inscrits à l'emploi du temps hebdomadaire des élèves. Les enseignants ont construit des séances interdisciplinaires visant le développement de compétences transversales ou la mobilisation interdisciplinaire de ressources d'une discipline à l'autre (par exemple réactiver ses connaissances mathématiques pour enrichir une production écrite ou résoudre une énigme en français). Une plage horaire, dévolue au projet, est consacrée à la mutualisation des démarches d’apprentissages des élèves, à l’analyse des erreurs, à l’amélioration des productions et à une réflexion sur des dispositifs de remédiation.
  Trois ressources ou points d'appui
  Matériels : Etablissement : paiement de quelques heures pour les réunions du groupe de travail. Prise en charge des frais (sorties, intervenants…). CARDIE : prise en charge partielle. ENT : espace de communication, collaboration, et de stockage de documents et de ressources (dossier créé : « Explorhéteurs »). Humains : La direction. Intervenants extérieurs. Accompagnement et suivi du projet par l’équipe CARDIE. L’énergie consacrée par toute l’équipe pour la conception et la réalisation de l’action (concertation, planification, documentation, prises de contact, réorganisation des cours…).
  Difficultés rencontrées
  Le manque de temps commun de concertation et de mise en œuvre.
  Moyens mobilisés
  Une heure d’accompagnement personnalisé, en co-intervention, est inscrite dans l’emploi du temps des élèves. Une heure par semaine, pendant le cours de français, consacrée au projet.
  Partenariat et contenu du partenariat
  Laboratoire Magmas et Volcans – Clermont-Ferrand (LMV). INRA. Maison des Sciences de l'Homme -Clermont-Ferrand : Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS)
  Liens éventuels avec la Recherche
  Contacts : intervenants extérieurs (conférences / sorties) : M. Pierre Boivin : Géologue-volcanologue spécialiste en magmatologie et pétrologie expérimentale (LMV). Participation à des instances scientifiques : membre expert de commissions régionales (CRPG, CSRPN, …), Conseil scientifique du Parc Régional Naturel des Volcans d’Auvergne (PNRVA), Conseil scientifique du GeoPark des Monts d’Ardèche, Conseil scientifique de Vulcania. Sorties : 3 et 5 octobre 2017 : « Voulez-vous voir des volcans ? Choisissez Clermont de préférence au Vésuve et à L’Etna ! » (Quelle belle citation du géologue allemand Léopolod von Bluch !!) Titre : « Sur les pas de Jean-Etienne Guettard ». Intervenant : M. Pierre Boivin : il nous a fait découvrir un patrimoine naturel d’exception, « formidable encyclopédie du volcanisme ». Il nous a également fait partager son expérience d’homme de terrain. Accompagnateurs : professeurs : physique-chimie, SVT, français, documentaliste. Parcours : Première sortie : découverte des roches de construction utilisées dans Clermont-Ferrand, déplacement à pieds en direction de Notre-Dame-du-Port. Le circuit permet la découverte de Notre-Dame-du-Port, la fontaine d'Amboise place de la Poterne puis la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption place de la Victoire. Deuxième sortie : Volvic / Puy-de-Dôme : déplacement en car en direction de la Maison de la Pierre à Volvic ; visite de la Maison de la Pierre ; départ pour le Puy-de-Dôme (train Panoramique des Dômes) ; découverte de la chaîne des Puys, du Temple de Mercure et expérience de Blaise Pascal. Travail en amont (séances en co-animation) : recherches documentaires (les différentes étapes du parcours : la chaîne des Puys, le Temple de Mercure…) ; travail sur Jean-Etienne Guettard (biographie/extraits de textes), premier géologue qui a déterminé la nature volcanique de la chaîne des Puys ; la grande expérience de l’équilibre des liqueurs de Blaise Pascal ; extraits de la Lettre de M. Périer à M. Pascal le jeune, débat philosophique à partir d’un texte extrait des Pensées de Blaise Pascal : arrêt sur la citation : « L’homme n’est qu’un roseau, le plus faible de la nature ; mais c’est un roseau pensant » ; étude d’un extrait du texte de Pline l’Ancien sur « La Statue de Mercure des Arvernes »… Livret d’activités pendant les sorties : Interview de M. Pierre Boivin ; les roches utilisées pour la construction de Notre-Dame-du-Port, la fontaine d'Amboise, et la cathédrale Notre-Dame de l’Assomption ; « la grande expérience de l’équilibre des liqueurs » projetée par B. Pascal ; questionnaire de la visite du Musée de la Pierre ; le Temple de Mercure ; le volcanisme de la chaîne des Puy. Evaluation (en cours) : travail collectif : livret complété par les élèves synthétisant toutes les étapes des sorties : textes, photos, transcription de l’interview, brève production écrite (impressions/ressentis des élèves). Compétences évaluées : disciplinaires / interdisciplinaire. Evaluation des sorties par les élèves : points positifs/négatifs/à améliorer/autres propositions pour les prochaines étapes du projet. Mme Sylvie Vauclair : Astrophysicienne à l'Institut de Recherches en Astrophysique et Planétologie, Professeur Emérite à l'Université Paul Sabatier de Toulouse, membre Honoraire de l'Institut universitaire de France, membre de l'Académie de l’Air et de l’Espace et de l'Academia Europaea. Elle est Chevalier de la Légion d’Honneur, Officier dans l'Ordre National du Mérite et Officier des Palmes Académiques. Conférence prévue au mois de janvier 2018 : « La musique des étoiles » ; débat autour de son nouveau livre (2017) co-écrit avec Jean-Pierre Alaux, Le soleil ne se cachera pas pour mourir. M. Jean-Pierre Luminet : directeur de recherches au CNRS, astrophysicien à l’observatoire de Marseille et à l’observatoire de Paris-Meudon, spécialiste de réputation mondiale pour ses travaux sur la cosmologie et la gravitation relativiste. Conférence prévue sur SKYPE le 5 mars 2018 : elle portera sur sa série historico-romanesque Les bâtisseurs du ciel. M. Eric Lysoe : Professeur de littérature comparée à l’Université Blaise Pascal (Clermont-Ferrand II), où il dirige l’École doctorale « Lettres, sciences humaines et sociales ». Auteur de fictions et spécialiste du fantastique. Conférence prévue au mois de décembre 2017 : présentation de ses œuvres fantastiques ; la genèse d’une écriture fantastique… Mme Sourour Memdouh : Docteur de l’Université Blaise Pascal, membre du Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique (CELIS), et Professeur de Lettres modernes au Collège Lucie Aubrac (Clermont-Ferrand). Ses travaux portent sur la littérature du XXème siècle, et plus précisément sur les Ecritures poétiques. Elle s’intéresse à la littérature fantastique, a organisé des colloques et a participé à des séminaires et colloques. Elle est l’auteur d’articles sur la littérature et la peinture ; la littérature et les sciences ; l’imaginaire minéral. Elle a dirigé un numéro de la revue internationale Esprit créateur : Écritures des pierres / Pierres écrites : territoires de l’imaginaire minéral dans la littérature française du XXème siècle. Elle a également assuré l’édition et l’introduction de manuscrits inédits de Franz Hellens, « éminent représentant des lettres françaises de Belgique ». Table ronde autour de diverses thématiques : ouverture sur l’univers de la Recherche ; découvrir la littérature fantastique ; le travail de l’écriture : comment devenir un sujet écrivant, un artisan qui cisèle ses phrases et revêt son expression de la « silice de la syntaxe » (R. Caillois) jusqu’à obtenir éclat et transparence formels.
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  L’évaluation, positive et motivante, se fait en référence au programme d’enseignement des disciplines concernées et portera également sur les composantes du socle commun. Elle allie notes et validation de compétences du socle. Notre démarche insistera sur le chemin parcouru par les élèves tout au long du projet : nous évaluerons le processus autant que la réalisation finale du projet. L’évaluation aura pour finalité non seulement la validation des savoirs, mais aussi et surtout la vérification de leur maîtrise, c’est-à-dire, la capacité de l’élève à les réinvestir dans un cadre différent de celui des apprentissages (des contextes variés, vie quotidienne, environnement…). Les modalités d’évaluation sont variées : - Auto-évaluation / évaluation diagnostique/formative/sommative. - Evaluations intermédiaires au cours de la réalisation du projet. - Evaluations disciplinaires / interdisciplinaires. Les indicateurs retenus pour évaluer cette action sont les suivants : - Investissement des élèves dans les activités proposées. - Motivation des élèves. - Construction des apprentissages visés et acquisition des compétences visées. - Amélioration des résultats. - Utilisation plus responsable des outils numériques. - Meilleure estime de soi. - Progrès en autonomie et méthodologie de travail. - Questionnements et améliorations des pratiques d’enseignement et d’évaluation dans un projet interdisciplinaire.
  Documents
  Aucun
  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  L’évaluation, positive et motivante, se fait en référence au programme d’enseignement des disciplines concernées et portera également sur les composantes du socle commun. Elle allie notes et validation de compétences du socle. Notre démarche insistera sur le chemin parcouru par les élèves tout au long du projet : nous évaluerons le processus autant que la réalisation finale du projet. L’évaluation aura pour finalité non seulement la validation des savoirs, mais aussi et surtout la vérification de leur maîtrise, c’est-à-dire, la capacité de l’élève à les réinvestir dans un cadre différent de celui des apprentissages (des contextes variés, vie quotidienne, environnement…). Les modalités d’évaluation sont variées : Auto-évaluation / évaluation diagnostique/formative/sommative. Evaluations intermédiaires au cours de la réalisation du projet. Evaluations disciplinaires / interdisciplinaires. Evaluation du projet et ses étapes par les élèves. Les indicateurs retenus pour évaluer cette action sont les suivants : Investissement des élèves dans les activités proposées. Motivation des élèves. Construction des apprentissages visés et acquisition des compétences travaillées. Amélioration des résultats. Utilisation plus responsable des outils numériques. Meilleure estime de soi. Progrès en autonomie et méthodologie de travail. Questionnements et améliorations des pratiques d’enseignement et d’évaluation dans un projet interdisciplinaire.
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : La mise en œuvre de ce projet permet une meilleure perception du sens des apprentissages et des savoirs. Elle favorise l’acquisition de connaissances et de compétences liées aux différentes disciplines, mais également de compétences transversales en lien avec les domaines du socle commun. La réalisation du projet présente une expérience constructive et enrichissante qui fait prendre conscience aux élèves des liens et des ponts entre les disciplines et dépasser le cloisonnement des enseignements. Les élèves se rendent compte du plaisir qu’ont les enseignants à travailler ensemble, ce qui crée une ambiance positive et dynamique dans la classe. Les élèves gagnent en autonomie, prennent des responsabilités et s’impliquent dans les apprentissages. Ils gagnent en confiance en soi, osent s’engager, s’impliquer dans les activités proposées par l’équipe. Leur motivation rayonne progressivement et surprend agréablement toute l’équipe. Ils montrent leur plaisir à accomplir toutes les tâches demandées. Les élèves, dans la peau d’explorateurs et de rhéteurs en herbe, observent, s’interrogent, réalisent des défis, et deviennent habiles dans l’art de parler (cf. Quintilien) et l’art d’écrire. Que du plaisir !
  Sur les pratiques des enseignants : Travail en interdisciplinarité, qui a permis une meilleure connaissance des programmes des autres matières et une réflexion commune sur les compétences travaillées : Rien ne nous contraint plus à morceler le réel en compartiments étanches ou en étages simplement superposés correspondant aux frontières apparentes de nos disciplines scientifiques et tout nous oblige au contraire à nous engager dans la recherche des interactions et des mécanismes communs.(Jean Piaget, « L’épistémologie des relations interdisciplinaires », Bulletin Uni-information, numéro 31, Genève, 1973, p. 5). Modification des pratiques pédagogiques (travail en équipe sur des documents communs ; réflexion collective sur des sujets pédagogiques et des thématiques inscrites au programme de cycle 4). Un avancement plus rapide des séquences réalisées en classe pour respecter les délais que les professeurs s'imposent. L’utilisation des nouvelles technologies et la mise en place de ressources numériques au cœur des apprentissages. Le climat stimulant, « la flamme d’équipe », la cohésion et le plaisir dans le groupe sont indéniablement la clé de réussite de ce projet interdisciplinaire.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : Effets très positifs à tous points de vue. Développement et dynamisation du travail d’équipe.
  Sur l'école / l'établissement : Evolution des pratiques d’enseignement Etablissement innovateur. Une image dynamique et positive du collège.
  Plus généralement, sur l'environnement Valorisation de l’ensemble de l’équipe, regard positif des parents et des partenaires extérieurs. Développement de nouveaux partenariats (laboratoires de recherches ; musées, écrivains et scientifiques, le Conseil départemental du Puy-de-Dôme…). Les élèves expriment un réel sentiment d’appartenance à ce projet. Les sorties ont constitué des temps privilégiés pour les relations entre élèves et entre élèves et enseignants.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte