Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 331 fois

 

Individualiser les parcours pour construire l'autonomie des élèves dès la maternelle

(expérimentation art.34)
 

Ecole primaire Jacques Prévert

38 rue GEORGE SAND , 77340 PONTAULT COMBAULT
Site : http://cardie.ac-creteil.fr/
Auteur : Mme BOUBA Cécile
Mél : Ce.077275e@ac-creteil.fr
  Notre projet repose sur le respect du rythme d'apprentissage de chaque élève et la construction progressive de son autonomie. L’enseignant s’efforce de développer une posture bienveillante envers chacun. L’enfant peut alors s’épanouir librement et avec confiance au sein de la classe, affirmer sa personnalité et développer ainsi l’envie d’apprendre. le rythme personnel de l’enfant est respecté car ce sont des activités au plus près de sa zone proximale de développement qui lui sont proposées et l'élève est acteur de ses apprentissages

  Plus-value de l'action
  Cette façon de travailler est totalement nouvelle pour nous car elle nous a conduit à dépasser nos représentations sur notre métier d’enseignant en nous appuyant sur des travaux de recherches. Nous sommes passés d’une organisation traditionnelle avec atelier autonome, semi-dirigé et dirigé à une véritable individualisation du parcours de l’enfant, avec une progression des activités selon une programmation rigoureuse du cycle et non pas en nous limitant au niveau de classe uniquement.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  Deux classes de petite section/moyenne section.
  A l'origine
  A la lecture des nouveaux programmes, nous avons constaté que la manipulation et le jeu devaient être favorisés et que l’école se devait d’être bienveillante. Selon les programmes : « l’école maternelle est une école bienveillante (…) Sa mission principale est de donner envie aux enfants d’aller à l’école pour apprendre, affirmer et épanouir leur personnalité. » Mais qu’est-ce que la bienveillance? Comment doit-elle se mettre en œuvre dans notre pratique professionnelle ? Avec l’apparition du Carnet de suivi des apprentissages, il nous a semblé nécessaire d'apporter un soin particulier à l’observation des élèves afin de rendre compte de leurs progrès et de leur démarche. Cependant l’organisation traditionnelle de la classe rendait difficile cette observation. Nous nous sommes questionnées sur les formes habituelles de travail proposées à nos élèves et à l’environnement de la classe : travail par groupe, nature des regroupements, travail sur fiche et coins jeux. De plus d’après Christophe Joigneaux, « L’organisation « traditionnelle » en regroupement puis en travail sur fiche en atelier induit la nécessité d’une grande réflexivité de la part de l’élève mais rend l’observation de leur démarche plus difficile. » Afin de nous permettre d’observer plus finement les démarches de nos élèves, nous réfléchissons à une nouvelle organisation aussi bien de nos progressions, qu’au niveau du travail de nos élèves, de leur évaluation, mais aussi par un nouvel aménagement de la classe.
  Objectifs poursuivis
  • Améliorer l’aisance et la qualité du langage oral des élèves en les invitant à reformuler leur propos et en leur apportant le vocabulaire spécifique manquant. • Aider les élèves à exprimer et à gérer leurs émotions • Favoriser l’autonomie des élèves en : - respectant le rythme d’apprentissage naturel de l’enfant ; - rendant explicite les apprentissages en signifiant à l’enfant ce qu’il va apprendre ; - revoyant les modalités d’évaluation : l’auto-évaluation privilégiée pour accompagner l’élève vers une posture réflexive par rapport à ses apprentissages ; - utilisant du matériel en exemplaire unique afin d’éviter la comparaison entre pair et développer l’estime de soi.
  Description
  Pédagogie basée sur la construction progressive de l’autonomie de l’élève. L’enseignant s’efforce de développer une posture bienveillante envers chacun afin que l’enfant puisse s’épanouir librement et avec confiance au sein de la classe, affirmer sa personnalité, ce qui développe l’envie d’apprendre. Pour cela, nous respectons le rythme personnel de l’enfant est respecté en lui proposant des activités au plus près de sa zone proximale de développement. Les travaux de Maria Montessori nous ont montré l'importance d'avoir un matériel spécifique qui offre d'avantage de clarté cognitive dans la mesure où il est progressif et ne traite que d’une compétence à la fois. Une partie du matériel est également auto-correctif : l’élève peut lui-même percevoir son erreur. Ce matériel favorise l’autonomie de l’enfant, ce qui lui permet de développer sa confiance en lui, car à cet âge il a envie de faire tout seul. Nous sommes amenées à interroger le matériel existant dans l’école est interrogé afin d'être adapté à nos nouvelles pratiques de classe. Le travail en autonomie de nos élèves permet de libérer du temps pour mener de véritables séances de langage dans des conditions optimales afin de permettre le développement de la langue orale et la verbalisation (Album écho, Oralbum, poster avec figurines magnétiques, etc.) Ce nouveau dispositif passe par : • Une dédramatisation de l’erreur grâce à du matériel utilisé qui permet à l’enfant de remédier seul à sa difficulté. Il devient donc acteur de sa propre remédiation. Ses erreurs ne sont plus perçues comme une faute mais comme faisant partie du processus d’apprentissage. • L’évaluation se fait au fil de l’eau c’est-à-dire en situation usuelle de classe. La compétence n’est plus validée par une fiche de travail réalisée seul par l’enfant sans que l’enseignant puisse connaître la démarche. Nous organisons une observation fine et répétée (cf. programmes) selon des observables. • Une réorganisation de l'espace classe qui rompt avec l’aménagement traditionnel. • Un emploi du temps étudié afin de permettre aux élèves de se mettre au travail de manière échelonnée dès l’accueil sans passer par un regroupement. Les regroupements ne sont plus pensés comme le préalable au travail mais comme des temps d’échange sur ce qui a été vu, ressenti, expérimenté. Ces temps sont un moment d’échanges entre pairs. Ces classes multi-niveaux sont l'occasion de développer la collaboration, le tutorat et l’entraide spontanés entre les enfants. Les plus grands peuvent ainsi consolider leurs connaissances en expliquant aux plus jeunes qui eux bénéficient de cet apport.
  Modalité de mise en oeuvre
  Rendre l’élève autonome : Pour présenter une nouvelle activité, l’enseignant s’assure que l’enfant est disponible et volontaire. Ils vont tous deux chercher l’activité à son lieu de rangement et s’installent à une table ou sur un tapis individuel. L’enseignant demande d’abord à l’élève de l’observer réaliser l’activité. Quand cette présentation est terminée, alors l’enfant peut réaliser l’activité. Que celle-ci soit réussie ou non, l’enseignant invite l’enfant à ranger l’activité à l’endroit prévu et lui explique ensuite qu’il peut désormais s’entraîner autant de fois qu’il le souhaite. Nous inscrivons sur notre grille de suivi la date de présentation de l’activité et nous inscrirons à nouveau la date de l’acquisition de cette compétence. Une fois la compétence validée, nous pourrons lui présenter l’activité qui correspond à la compétence suivante à acquérir. Les compétences ne sont en effet pas présentées de manière aléatoire mais sont réparties selon la programmation en référence aux programmes nationaux. Parallèlement, de nouvelles présentations auront lieu dans d’autres domaines d’apprentissage. Repenser la préparation de classe Les progressions ne sont plus envisagées en fonction de la répartition par âge mais par compétence ce qui permet une véritable mise en œuvre du cycle. L'enseignant organise le parcours de chaque élève en fonction de ses progrès, de ses besoins, de ses centres d'intérêt. Pour cela il utilise des grilles d'observation qui vont l’aider à déterminer si l’activité est à réexpliquer ou si une nouvelle activité peut être présentée. Modifier l'évaluation Afin de s’attacher aux procédures employées par les élèves, l’évaluation artificielle formalisée par les fiches en autonomie est abandonnée. L’évaluation se passe en situation usuelle et n'a pas lieu au même moment pour chaque enfant ni dans le même domaine ce qui permet à l’élève de considérer ses erreurs non plus comme une faute mais comme faisant partie du processus d’apprentissage. L’enseignant se dégage du temps pour observer ses élèves selon des grilles d’observables. Les progrès sont consignés sous différentes formes (photos, étiquettes...) dans le Classeur de progrès et de suivi des apprentissages que l'enfant peut consulter et commenter. Réorganiser l’espace classe L'aménagement de la classe est pensé en fonction des domaines d'apprentissage définis par les programmes et par niveau de difficulté: • Aire : Construire les premiers outils pour structurer sa pensée • Aire : mobiliser le langage dans toutes ses dimensions • Aire Explorer le monde : les activités sensorielles • Aire Explorer le monde : les activités pratiques • Aire des activités artistiques Ce travail d’appropriation de l’espace et de rangement constitue une part importante du travail de l’enseignant dès le début d'année qui sera consolidé par l’ATSEM mais aussi par les élèves plus âgés. Les élèves ont à leur disposition des tapis individuels afin de pouvoir s'installer au sol s’ils le souhaitent. Le coin regroupement est situé au centre de la classe, en ellipse, et les enfants sont assis au sol. Ce dispositif permet de libérer de l’espace, de faciliter la circulation dans la classe et de favoriser les interactions entre pairs lors des regroupements. Tous les enfants se voient. Les tables sont individuelles ou par groupe de deux. Cette installation permet non seulement d’offrir une grande diversité d’activités mais également d’encourager les échanges duels entre pairs. En effet, nous avons remarqué que certains élèves aiment travailler ensemble. Réorganiser l’emploi du temps et l'accueil des élèves L’emploi du temps est étudié afin de permettre aux élèves de se mettre au travail de manière échelonnée dès l’accueil. A son arrivée, l'enfant est accueilli par l'enseignant qui prend le temps de l’écouter ou de l’observer. Si l’enfant semble submergé par des émotions fortes qu'il ne comprend pas, l’enseignant discute avec lui afin de l’aider à mettre des mots sur son ressenti. Les temps d'activités doivent être suffisamment longs afin que les apprentissages se réalisent. Des plages horaires sont aménagées pour travailler en petits groupes afin de favoriser les interactions et la socialisation. Durant ce temps, nous travaillons le langage oral à travers les œuvres d’art, la littérature, la dictée à l’adulte, les activités scientifiques, les jeux de société, les oralbums .... Les temps de regroupements permettent d’oraliser et de mettre en commun quelques activités selon les découvertes et les besoins de chacun. Durant ce temps de parole, nous sommes vigilantes à la qualité du vocabulaire utilisé, à la précision du verbe par rapport à l’action. C’est un temps pour réfléchir ensemble : aller plus loin, enrichir les pratiques de chacun. La répartition des élèves en classe multi-niveaux est privilégiée dans la mesure du possible en fonction des effectifs afin de permettre aux plus grands de partager leurs expériences avec les plus jeunes. Cette organisation développe ainsi la coopération et l’empathie. Il est souhaitable que l’enseignant puisse garder ses élèves d’une année sur l’autre.
  Trois ressources ou points d'appui
  • Une entrée simultanée dans le dispositif des deux enseignantes, ce qui a favorisé les temps de concertation et les échanges de pratiques; • harmonisation des progressions • Des temps de réflexion sur les Intelligences multiples avec Madame Garas
  Difficultés rencontrées
  • Le coût du matériel et du mobilier ; • L’ATSEM à temps partiel dans la classe des petits/moyens ; • L’accès à une offre de formation en rapport avec le projet.
  Moyens mobilisés
  • Une ATSEM dans chacune des deux classes. • Les employés du service technique pour l'aménagement des classes. • Demande d'une aide financière auprès de la municipalité pour l'acquisition de matériel spécifique et de prêt de matériel auprès d’une association loi 1901.
  Partenariat et contenu du partenariat
  Prise de contact avec une architecte pour repenser l’architecture de la classe en fonction des apprentissages de l’enfant.
  Liens éventuels avec la Recherche
  MONTESSORI Maria. L'enfant. Desclée de Brouwer, 2016. ALVAREZ Céline. Les lois naturelles de l'enfant. Les arènes, 2016. TOINET Vanessa, DORANCE Sylvia, Pédagogie Montessori Pas à Pas, 3-6 ans. Ecole vivante, 2012. GUEGUEN Catherine. Pour une enfance heureuse. Repenser l’éducation à la lumière des dernières découvertes sur le cerveau. Robert Laffont, 2014 TOSCANI Pascale. Les neurosciences au cœur de la classe. Chronique sociale, 2013. GARDNER Howard. Les intelligences multiples. Retz, 2004. GARAS Véronique. Guide pour enseigner autrement selon la théorie des intelligences multiples. Retz, 2016. JOIGNEAU Christophe. La construction de l'inégalité scolaire dès l'école maternelle. Revue française de pédagogie, n°169. 2009.
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  • Séparation avec la famille mieux vécue : moins de pleurs. • Nombre de conflits en classe en baisse. • Niveau sonore moins important • Réduction des écarts langagiers entre élèves • Travail en autonomie • Développement des compétences d'entraide des élèves • meilleur niveau de maîtrise des compétences travaillées • Acquisition d’un vocabulaire riche et précis pour s’exprimer de manière plus explicite
  Documents
  Aucun
  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Accompagnement par la CARDIE de Créteil, avec plusieurs temps de formation et d'analyse de pratique. Evaluation de l'action menée avec l'aide de la directrice de l'école ainsi que la CARDIE en comparant notamment les compétences acquises par les élèves et leur degré d'autonomie aux acquisitions d'enfants du même âge dans d'autres classes de l'école.
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : • Les élèves sont capables d'évaluer leurs réussites et de les communiquer à l'enseignante. • Acquisition d'un vocabulaire plus riche et plus précis. • échanges entre pairs constructifs. • Les élèves sont capables de mettre des mots sur leurs émotions.
  Sur les pratiques des enseignants : • Meilleure connaissance des élèves. • Mise en oeuvre plus facile d'une logique de cycle. • Plus de disponibilité et d'écoute pour les enfants. • évolution des pratiques notamment par de l'auto-formation, une réflexion sur les gestes professionnels, des temps d'analyse réflexive.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : • Accroissement des échanges et du travail en équipe.
  Sur l'école / l'établissement : • Questionnement permanent et envie de faire évoluer ce projet et de le partager. • Diffusion de ces pratiques auprès des enseignantes de l'élémentaire du groupe scolaire.
  Plus généralement, sur l'environnement • Climat de classe plus serein, développement de l'entraide et de l'empathie.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte