Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 881 fois

 

Organisation Pédagogique et Educative du Temps Scolaire : intensifier le rôle et la place des parents, développer le tutorat entre pairs

(Expérimentation terminée)
 

Ecole élémentaire Liandon

RUE DU MARCHE AU BLE , 03300 CUSSET
Site : http://formation.ac-clermont.fr/pasi/
Auteur : BARDET Isabelle
Mél : 0030611Y@ac-clermont.fr
  Pour lutter contre l'échec scolaire, éviter le désintérêt et la motivation ainsi que mener une prévention efficace contre la violence, proposer d'autres façons d'apprendre. Différents temps de la vie à l'école de l'enfant (période, semaine, journée). Transdisciplinarité au service de la langue. Co-enseignement. Tutorat par les pairs. La composition des groupes, ouverts à toutes les classes d'âge ainsi qu'aux élèves à besoin particulier fait expérimenter une coopération nécessaire. La coéducation permet d'intensifier l'implication des parents.

  Plus-value de l'action
  Les parents adhèrent aux actions, ils sont de plus en plus nombreux à participer aux différentes actions. Par exemple, 25 parents présents lors de la première semaine banalisée, de cette deuxième année de fonctionnement. Concernant les ateliers parents, deux parents en septembre, dont un parent d’élève en grande difficulté ont eu une fréquentation régulière, Cet atelier est, en outre proposé quasi-systématiquement aux parents d’élèves qui apparaissent en difficulté quant au suivi du travail scolaire à la maison. Les élèves apprécient le travail en tutorat, ils effectuent les tâches proposées en pratiquant de véritables échanges, ils en parlent aux élèves des autres classes. Les enseignants s’impliquent de plus en plus, l’adhésion des parents et des élèves à ce projet les encourage et les amène à imaginer des modalités d’action au plus près des besoins des élèves et de leur famille.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  Classe de CP, 24 élèves Classe de CE1, 26 élèves Classe de CE1, 26 élèves Classe de CM2, 23élèves Classe Ulis école, 10 élèves
  A l'origine
  L’école Liandon en éducation prioritaire accueille une population scolairement hétérogène et ayant pour spécificité une grande mixité sociale. Elle comporte 12classes dont une ULIS école. Les élèves de la classe ULIS école sont le plus possible inclus dans le niveau de leur âge. Depuis cette année, l'école travaille sur le rythme des 4 jours. Les journées sont longues pour les élèves : 6 heures de classes 4 jours par semaines. Le périscolaire amplifie le temps de présence de l’enfant dans l’école (garderie du matin, pause méridienne avec temps d’animation et de restauration et aide au travail personnel en fin d’après-midi). Géographiquement en centre-ville, l’école Liandon est constituée de deux bâtiments indépendants et de trois cours de récréation. De ce fait les élèves de CP/CE1 et de CE/CM1/CM2 ne se côtoient pas au quotidien et les enseignants des différents cycles ne se voient que rarement, principalement lors des conseils de maîtres et conseils d’école. Cela induit un fonctionnement ressemblant plus à deux établissements. Des enseignants s’impliquent fortement pour que le projet d’école élaboré à partir des programmes 2015 et du projet de réseau soit efficace et bienveillant en proposant une scolarité plus active et démocratique. Sont tout particulièrement ciblés les axes 1-2-3-4 du projet de réseau: Réduire les écarts de réussite scolaire par la maîtrise de la langue française, Lutter contre le décrochage scolaire, Favoriser la communication entre les membres de l’équipe éducative de l’école et du réseau, Permettre aux parents une véritable implication dans le parcours scolaire de leur enfant.
  Objectifs poursuivis
  Améliorer les résultats et le climat scolaire (dans une école d’éducation prioritaire) en organisant, en équipe pédagogique, différemment les temps d’apprentissages de l’enfant et en développant la coéducation.
  Description
  Des enseignants travaillent ensemble à l'élaboration des séances pour les semaines banalisées Ils imaginent et mettent en place, en concertation après observations mais aussi en réponse à la demande de parents démunis, des parcours particuliers pour des élèves en difficulté.
  Modalité de mise en oeuvre
  L’accompagnement éducatif : les groupes sont constitués en structure verticale du CP au CM. Les élèves en difficulté rejoignent l’accompagnement éducatif (conduit par un enseignant) les autres le CLAS (conduit par un animateur). Chaque groupe d’élève a un enseignant ou animateur référent. Une évaluation trimestrielle permet de remanier les groupes selon les besoins de chaque élève. Les ateliers parents : C’est la possibilité pour des parents en difficulté face à l’aide au travail personnel, de travailler avec leur enfant en collaboration avec un enseignant. L’observation de classe : elle se déroule début octobre au CP, après la possibilité offerte aux parents par petits groupes d’observer un moment de classe (apprentissage de la lecture), elle comporte un moment d’échanges qui regroupe parents, enseignantes, directeur. Les semaines banalisées : L’avant-dernière semaine de chaque période est associée à un thème particulier, (les émotions, les insectes, la nuit, jeux de mots jeux de langue…) faisant intervenir les cinq domaines d’enseignement au service des langages pour penser et communiquer. Les élèves sont répartis en trois groupes. Chaque groupe est constitué de CP, CE, CM et ULIS. Lundi mardi et jeudi après-midi les élèves participent à des groupes de travail et effectuent des productions. Le vendredi après-midi, les travaux sont exposés et les élèves les présentent aux parents. La médiation par les pairs La première semaine banalisée est l’occasion de mettre en place « les messages clairs » qui permettent aux élèves de régler seuls des conflits mineurs. La coéducation : Les parents participent à l’observation de l’apprentissage de la lecture au CP, à la présentation des productions élaborées lors des semaines banalisées ainsi qu’à des ateliers qui se déroulent aux horaires de l’accompagnement éducatif.
  Trois ressources ou points d'appui
  L’engagement des enseignants s’inscrivant dans le dispositif, leur volonté d’innover en mettant en place des organisations différentes selon les temps de l’enfant. Le comportement des élèves dans les actions en tutorat (attention et concentration de tous jusqu’au bout de la tâche). La réponse positive de beaucoup de parents à la proposition d’observation ou de participation aux diverses actions
  Difficultés rencontrées
  Une préparation matérielle exigeante pour les semaines banalisées. La diffusion de cette expérience dans le second degré dans le cadre du Réseau de l’Education Prioritaire La mise en place d’un partenariat avec la recherche a été demandée mais n’est pas mise en place cette année.
  Moyens mobilisés
  Une équipe de 5 enseignants de cycles différents qui ont choisi de travailler ensemble Une enseignante FLE, Mme Anne- Laure Furé sera présente en compagnie des élèves allophones qu’elle suit à l’école lors d’un après-midi de la semaine. Le directeur Les AESH
  Partenariat et contenu du partenariat
  L’APEESC (Association de parents d’élèves) La municipalité de Cusset
  Liens éventuels avec la Recherche
  Le projet s’appuie en les adaptant à une école élémentaire sur l’organisation des temps scolaires mis en œuvre par le collège Clisthène.
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  Les élèves : Amélioration des compétences en maitrise de la langue. - Une évaluation diagnostique dans la première quinzaine de l’année (exemple OURA pour les élèves de niveau CP) Amélioration de l’attention - Co-intervention pour observer les élèves Diminution des comportements violents. Amélioration de la bienveillance de tous envers les enfants en situation de handicap. Les enseignants : Un travail en équipe multi niveaux régulier. Les parents : Augmentation du nombre de parents participants aux activités proposées.
  Documents
  Aucun
  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Dernière semaine de chaque période, réunion de l’équipe pédagogique pour analyser la semaine banalisée, améliorer la mise en œuvre et adapter l’organisation au thème de la semaine banalisée suivante ; Fin de trimestre pour évaluer l’aide au travail personnel en lien avec la responsable du CLAS pour l’accompagnement éducatif et modifier les groupes d’élèves selon leurs besoins.
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : Une amélioration de l’attention Une amélioration des compétences en maîtrise de la langue. Amélioration de la capacité à travailler ensemble, cours préparatoire, cours élémentaire, CM2 et ULIS.
  Sur les pratiques des enseignants : Un travail en équipe multi niveaux régulier. La mise en œuvre de diverses modalités de co-enseignement
  Sur le leadership et les relations professionnelles : Des échanges plus fréquents permettent la mise en œuvre de véritables parcours très adaptés à des difficultés particulières.
  Sur l'école / l'établissement : Une diminution des comportements violents. Une connaissance mutuelle des enfants de cycle 2 et cycle 3 Une amélioration de la bienveillance de tous envers les enfants en situation de handicap
  Plus généralement, sur l'environnement Une augmentation du nombre de parents participants aux activités proposées. Des échanges confiants dans une perspective éducative.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte