Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 618 fois

 

Une tablette numérique : la boîte à outils pour des EFIV plus impliqués

(Expérimentation terminée)
 

Ecole élémentaire Jean Moulin

195 RUE DE LA PRADELLE , 63100 CLERMONT FERRAND
Site : http://www.ac-clermont.fr/action-educative/besoins-educatifs-particuliers/enfants-nouvellement-arrives-allophones-itinerants-et-du-voyage/
Auteur : BERNAD Marie-Pierre
Mél : ce.casnav@ac-clermont.fr
  Les Enfants issus de Familles Itinérantes et de voyageurs (EFIV) du groupe scolaire Jean Moulin à Clermont-Ferrand, ont été dotés, pour cette expérimentation, d’une tablette tactile. Celle-ci, telle une « boîte à outils », équipée d’applications et de supports choisis en fonction des besoins de chacun a permis à chaque élève de disposer en permanence de ressources pédagogiques adaptées à son niveau scolaire. Véritable lien entre les prises en charge dans un dispositif pédagogique spécifique de soutien de ces élèves à besoins éducatifs particuliers et la classe ordinaire, l’usage de cet « outil itinérant » a permis d’améliorer la prise en compte de leurs difficultés spécifiques et de mettre en valeur leur potentialités : un grand pas vers une meilleure inclusion.

  Plus-value de l'action
  Ce projet visant à explorer l’usage d’un outil numérique mobile qui tend à se développer dans la société et dans le monde scolaire a permis d’apporter des réponses adaptées aux besoins éducatifs particuliers des élèves issus de familles itinérantes et de voyageurs. Source de motivation pour l’élève et aide pour une meilleure approche des différences et de l’hétérogénéité pour l’enseignant, ce vecteur de communication innovant a contribué à une véritable coopération entre tous les acteurs (enseignant du dispositif d’aide et enseignants de la classe ordinaire, élèves, famille). Sans nul doute, cette expérimentation qui a conduit les élèves à exploiter l’immédiateté de l’accès à l’information stockée, l’accessibilité facilitée de l’écriture sur tablettes et la manipulation des objets dans les situations d’apprentissage scolaire a contribué d’une part à l’évolution des pratiques pédagogiques des enseignants et d’autre part à l’inclusion des élèves en leur permettant de progresser dans une véritable démarche cohérente d’apprentissage. Un tel projet s’inscrit dans les orientations de la loi de refondation qui font appel à la richesse ergonomique, cognitive et culturelle du numérique et la prise en charge des besoins éducatifs particuliers des élèves sans discrimination.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  8 élèves répartis en deux groupes : - Groupe1 : 2 CP et 1 CE1 - Groupe2 : 3 CM1 et 2 CM2
  A l'origine
  L’école élémentaire Jean Moulin compte environ 30% d’EFIV. La difficulté majeure pour les enseignants est d’assurer un enseignement adapté pour des élèves scolarisés dans une classe en fonction de leur âge et non de leurs capacités. Ces élèves pour lesquels le travail scolaire autonome est très difficile, voire impossible sont de manière significative en situation de difficulté scolaire. Les modalités de prise en charge de ces élèves font apparaître la nécessité de renforcer la cohérence des interventions : la liaison entre les prises en charge en dispositif spécifique et l’inclusion en classe ordinaire n’est pas toujours aisée compte-tenu des contraintes de chaque acteur. Elle doit être améliorée en vue d’une meilleure cohérence des actions de chacun pour une meilleure prise en charge pédagogiques de ces élèves à besoins éducatifs particuliers au plus près de leurs besoins. Il est par ailleurs constaté que, bien que les EFIV soient effectivement en classe ordinaire, reste posée l’optimisation et la mise à profit du temps scolaire. Hypothèse de départ : L’outil numérique pourrait permettre la personnalisation du travail de ces élèves en fonction des besoins de chacun pour, d’une part, une plus grande efficacité des enseignants et d’autre part une meilleure lisibilité des progrès par l’élève lui-même et par-là même une plus grande implication dans les tâches scolaires.
  Objectifs poursuivis
  Ce dispositif de suivi innovant a pour objectifs principaux : - de respecter le rythme d’apprentissage de chaque élève, - d’acquérir une autonomie dans l'apprentissage, - de mettre ou remettre en confiance l’élève et par conséquent de le valoriser. Il vise également à permettre à l’élève en grande difficulté scolaire de donner du sens à l’apprentissage et à prendre du plaisir à apprendre à travers l’utilisation « d’un outil d’aujourd’hui ». Du côté des enseignants, il a pour objectif de faciliter la planification du travail des intervenants entre les temps d’inclusion en classe ordinaire et le dispositif de soutien afin d’améliorer la cohérence des différentes interventions.
  Description
  L’expérimentation s’est déroulée sur six semaines, de début février à fin avril 2016, à raison de 4 heures d’enseignement hebdomadaire sur dispositif (2 fois 1 heure pour chaque élève) et le reste du temps en classe ordinaire. Dans le cadre du dispositif de soutien, les élèves apprennent à se servir de l’outil numérique, découvrent les applications et identifient le travail à réaliser ensuite en autonomie en classe ordinaire. En classe ordinaire les élèves utilisent les tablettes en autonomie conformément au plan de travail défini avec eux.
  Modalité de mise en oeuvre
  Phase 1 : Recueil des besoins des élèves (fin janvier-début février 2016) 1- Concertation de l’équipe enseignante pour l’élaboration des groupes de besoins et le repérage des difficultés spécifiques Recherche et choix d’applications et outils pédagogiques à installer sur les tablettes en fonction des besoins de chaque élève et mise en forme des documents de suivi de l’expérimentation (tableau de bord enseignant, référentiel de compétences élève). Formation professionnelle de 6 heures pour la prise en main des tablettes numériques dans le cadre de la formation continue et également à CANOPE en dehors du temps de service. Réunion de travail avec le pôle ressources numériques. 2- Réalisation d’une progression personnalisée pour chaque EFIV, durant la période du projet (6 semaines) Elaboration d’un planning individuel des compétences à acquérir à court terme en identifiant clairement le champ disciplinaire (représentation visuelle et simple). Phase 2 : Mise en œuvre de l’expérimentation avec les élèves (du 29 février au 8 avril 2016) 1- Apprentissage/utilisation de la tablette numérique avec l’élève, sur le dispositif de soutien, avec l’enseignant intervenant. 2- Travail sur applications en classe ordinaire/Contractualisation avec l’élève qui sait dans sa classe, agir en autonomie pendant certaines activités pour lesquelles ses connaissances ne lui permettent pas de participer. 3- Réalisation d’une production numérique de type « book » : carnet de voyage grâce à l’utilisation de différentes ressources (photos, web, texte,…).
  Trois ressources ou points d'appui
  - Les élèves eux-mêmes qui se sont totalement investis dans le projet, très motivés et assidus dans l’ensemble des tâches proposées, - Le bon choix d’applications adaptées au niveau et besoins des élèves avec des consignes lisibles même pour de faibles lecteurs, - L’accompagnement par des enseignants spécialisés (enseignante École itinérante, animateurs de l’École du numérique, formatrice du CASNAV).
  Difficultés rencontrées
  - Du côté du matériel : le manque de fiabilité de l’outil et des dysfonctionnements récurrents (blocages nécessitant des redémarrages, difficultés de mise en route de certaines applications, problèmes de connexion à internet pour certaines tablettes, impossibilité de programmer le travail hebdomadaire sur les tablettes) ont perturbé et ralenti certains jours le travail des élèves. La communication de ces constats, à la demande du fournisseur, devrait permettre des améliorations futures. - Sur le plan pédagogique : le manque de traces des travaux des élèves (temps de connexion, réussite effective des exercices réalisés) n’a pas permis une évaluation fine des acquisitions lors des phases de travail en autonomie. - Du côté des enseignants : la formation « de base » proposée n’a pas permis une utilisation optimale de l’ensemble des possibilités offertes par l’outil d’autant plus que le volet « cloud/manager » n’était pas parfaitement opérationnel au niveau des concepteurs.
  Moyens mobilisés
  2 enseignantes professeures des écoles de l’école Jean Moulin – Clermont-Ferrand 1 enseignante professeure des écoles de l’école itinérante du Puy-de-Dôme 1 enseignante-formateur du CASNAV-Rectorat académie de Clermont-Ferrand
  Partenariat et contenu du partenariat
  Au niveau des aspects matériels du projet : - Direction Académique pour le Numérique Éducatif : mise à disposition d’une valise de tablettes « Sqool » et formation à l’utilisation des outils (tablettes, mallette connexion,…). - Service École du numérique de la Mairie de Clermont-Ferrand : paramétrage, sécurisation et attribution individuelle des tablettes pour chaque élève. Au niveau des aspects pédagogiques : - CANOPE AUVERGNE : formation des enseignants engagés dans l’expérimentation. - Animateurs pédagogiques École du numérique du Puy-de-Dôme : accompagnement dans le choix des applications qui ont été téléchargées.
  Liens éventuels avec la Recherche
  Aucun contact ni de travaux engagés avec la recherche mais des sources utilisées : - KARSENTI, T. et FIEVEZ, A. (2013) L’Ipad à l’école : usages, avantages et défis. - OCDE PISA (2012) Connectés pour apprendre? Les élèves et les nouvelles technologies. repéré à www.oecd.org/pisa
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  Evaluation des progrès des élèves Pour chaque élève, seront observées et si possible mesurées les évolutions : En termes de comportement : son envie d’apprendre, sa motivation à travailler avec cet outil, son appétence à entrer dans l’action grâce à l’attractivité du support, son désir de communiquer ses difficultés et ses réussites, sa capacité à exprimer ses besoins et le degré d’autonomie développé dans son travail en classe ordinaire voire l’impact du projet sur l’absentéisme scolaire décrit plus haut. En termes de compétences et de connaissances : sa faculté à catégoriser les savoirs/champ disciplinaire, ses progrès dans les apprentissages spécifiques qui lui seront individuellement proposés. Evaluation de l’action des enseignants Appréhender l’impact du projet sur le travail de coopération des enseignants, la communication dans l’équipe pédagogique, la cohérence des interventions et par conséquent l’efficacité des prises en charge. Evaluation du côté de l’école Mesurer l’efficacité d’une prise en charge massive de la difficulté, sur un temps défini, grâce à l’outil numérique. Analyser l’évolution du regard porté par l’équipe sur la différenciation pédagogique et la gestion de l’hétérogénéité à l’aide de nouvelles pratiques et outils innovants. Observer l’évolution de la « place des EFIV » dans l’école, de l’image qu’ils ont d’eux-mêmes et de celle des autres élèves à leur égard.
  Documents
  Aucun
  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  L’évaluation est conduite à différents niveaux : - Observation de l’élève dans la classe ordinaire par l’enseignante, - Travail de suivi des tâches (réalisations et réussites des élèves) par l’enseignant du dispositif, - Mesure de l’impact sur le présentiel : relevé des présences sur la période et comparaison avec les périodes précédentes, - Observation de l’impact sur les pratiques enseignantes : analyse réflexive de leurs propres fonctionnements par les enseignants et de l’évolution de leur pratique par le formateur CASNAV.
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : Les acquis scolaires ne sont pas au même niveau en fonction des groupes. Dans les deux cas, il n’est toutefois pas aisé de les mesurer. Les performances des élèves ont pu être évaluées essentiellement par l’observation des enseignants car peu de traces des réussites ont pu être recueillies dans les applications hormis des copies d’écran. Les élèves ont néanmoins amélioré et renforcé : - leur compréhension et l’usage de l’outil informatique et ont pu développer un lexique technique lié à cette activité. Les élèves maîtrisent à l’issue de l’expérimentation les savoirs de base dans l’utilisation de l’outil ; ils sont désormais autonomes pour mettre en route les tablettes, pour naviguer dans l’interface et sont capables d’utiliser internet, - les prérequis du cycle 1 retravaillés sur un support correspondant à leur maturité au regard de leurs besoins. C’est en revanche en termes de comportement et de compétences transversales que l’analyse des résultats de l’expérimentation a pu mettre en évidence d’importants progrès des élèves sur notamment : - leur capacité de concentration, les élèves pouvant consacrer un temps et une attention soutenue sur de longues séances, - leur volonté d’implication dans les tâches scolaires, - leur autonomie principalement en classe ordinaire grâce au plan de travail individualisé permettant le lien entre les apprentissages sur le dispositif et les activités de réinvestissement en classe ordinaire, - leur responsabilisation aussi bien vis-à-vis du contrat de travail établi avec eux que vis-à-vis du respect du matériel confié (consignes de connexion, de transport, de manipulation), - leur envie d’apprendre, leur motivation à travailler avec cet outil, leur appétence à entrer dans différentes actions (stratégie, raisonnement, logique, mémorisation) grâce à l’attractivité du support, - leur capacité à prendre la parole et à verbaliser leurs besoins et leurs réussites, reflet d’une restauration de l’estime de soi.
  Sur les pratiques des enseignants : Les enseignants engagés dans ce projet ont pu dans un premier temps: - améliorer leurs connaissances sur les usages et l’utilisation de l’outil, - concevoir un plan de travail personnalisé pour leurs élèves et programmer des activités sur un outil adaptable au fil du temps et donc percevoir les bénéfices d’un support souple et modifiable (gain de temps en termes de préparation). Les enseignants en classe ordinaire ont mis en place, tout au long du projet une coopération effective entre eux et avec l’enseignante du dispositif de soutien permettant ainsi une réflexion approfondie sur chaque cas d’élève pris en charge. Ils ont pu prendre en compte différemment la difficulté scolaire, accorder une nouvelle place à leurs élèves à besoins éducatifs particuliers pour, dans l’avenir, progresser vers une meilleure inclusion.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : Au sein de l’équipe éducative, le projet porté dans un premier temps par la directrice de l’école, a très rapidement permis un fort investissement de l’ensemble des enseignants engagés.
  Sur l'école / l'établissement : L’expérimentation a touché uniquement deux classes sur les cinq que compte l’école. Aujourd’hui apparaît au sein de l’équipe la volonté de s’appuyer sur cette riche expérience pour impulser l’usage des tablettes dès la prochaine rentrée scolaire dans toutes les classes, pour tous les élèves, avec l’implication d’un maximum d’enseignants.
  Plus généralement, sur l'environnement D’une part, des effets sont perçus, du côté des parents d’EFIV. Un impact est à noter sur la question récurrente de l’absentéisme scolaire et également sur la fréquentation scolaire le mercredi matin. Durant le projet, très peu d’absences ont été relevées et sur le second point, des familles ont changé leurs habitudes. L’utilisation des tablettes a par ailleurs été ressentie comme un signe de prise en compte importante de leurs enfants à l’école et la confiance accordée à ces derniers (utilisation de matériel onéreux et technologique) perçue comme une restauration d’un statut moins stigmatisé, moins stéréotypé. L’expérimentation a également permis une valorisation du temps scolaire auprès des habitants du terrain et à conduit à une discussion intergénérationnelle positive à l’égard de l’activité scolaire et des apprentissages. D’autre part, cette expérimentation a intéressé les différents partenaires au projet, Direction Académique au Numérique Éducatif, CANOPE, Mairie de Clermont-Ferrand, lesquels seront informés des résultats des travaux et de leur diffusion.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte