Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 492 fois
 

E-LAB 2015

(Expérimentation terminée)
 

Lycée professionnel François Camel - Lycée des métiers restauration et services à la personne

RUE JULES FERRY , 09201 ST GIRONS CEDEX
Site : http://francois-camel.entmip.fr/
Auteur : Emmanuel DUBUS
Mél : emmanuel.dubus@ac-toulouse.fr
  L’e-lab est à la fois un espace et une palette d’instruments pour pratiquer une pédagogie collaborative, solidaire et créative dans un environnement numérique. L’objectif est de faire des élèves des chercheurs au sein d’une équipe, des « constructeurs de savoirs » pour reprendre l’expression de François Taddéi, et de médiateurs didactiques. Ils expérimentent, découvrent et nous font découvrir des connaissances, à travers le prisme de leur sensibilité. L’e-lab, c’est une salle de classe (e-lab1) avec des PC, des Mac, des iPods, des caméras, deux grands écrans, un vidéoprojecteur numérique ainsi qu’un studio d’enregistrement (e-lab2) en construction.

  Plus-value de l'action
  à voir dans quelques mois
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  1 classe de 16 élèves, 1 classe de 32 élèves (parfois scindée en deux), 1 classe de 24 élèves en seconde baccalauréat professionnel
  A l'origine
  Dire qu’un fossé culturel se creuse entre les enseignants et leurs élèves ne suffit pas, il faut tenter de jeter des passerelles entre eux. Les élèves nous le demandent régulièrement. C’est aux enseignants de le faire, des enseignants qui, pour la plupart encore, sont nés avant la révolution numérique, des enseignants qui travaillent avec le numérique alors que leurs élèves sont nés dans celui-ci. Si, comme le souligne régulièrement André Tricot, les élèves ne sont pas des digital natives, ils ont inventé des formes d’écriture, des pratiques culturelles nées de relations sociales numériques intenses.
  Objectifs poursuivis
  L’e-lab a été conçu pour utiliser ces compétences au mieux dans le cadre scolaire. Il a été également conçu pour imaginer des pratiques pédagogiques dynamiques dans lesquelles les élèves sont responsabilisés dans leur rôle d’acteur, des pratiques pédagogiques au demeurant exportables, c’est-à-dire aisément utilisables par les collègues intéressés.
  Description
  Dans le cadre du programme d’histoire-géographie (et de français) de seconde baccalauréat professionnel, trois classes travaillent parallèlement. Une première séquence a d'abord permis de définir les méthodes de recherche scientifiques autour de quelques axes forts : les sources, les médias, la production d’informations et d’hypothèses. Ce travail interdisciplinaire a permis de poser les jalons du travail de recherche à venir.
  Modalité de mise en oeuvre
  Dans un second temps, les enseignants ont présenté le thème annuel ainsi que les quatre sujets d’étude d’histoire du programme avec, au cœur de chacune de ces présentations, le souci de mettre en place une problématique scientifique ou non, adaptée aux élèves. Par exemple, pour introduire Voyages et découvertes (XVIe – XVIIIe siècle), Karine Della Bianca a pris comme point d’entrée la découverte controversée de la Santa Maria. Les 4 sujets d’étude présentés, chaque classe s'est positionnée sur l’un de ces sujets avec pour mission de proposer une ou des hypothèses de réponse à la problématique présentée en début d'année. Dans la classe, l’enseignant répartit le travail de recherche entre les élèves selon des modalités qui lui sont propres. Ainsi, Emmanuel Dubus a d'abord fait construire une leçon aux élèves de manière collaborative sur "Humanisme et Renaissance" à l'aide d'Etherpad et de Padlet, deux applications qu'il a intégrées dans l'ENT du lycée. Cette leçon construite, les élèves, par groupes de 2 ou 3, ont ensuite produit des documents multimédias sous forme de sketches audios qu'ils ont publiés sur la page Dailymotion du lycée. Ces sketches permettent de balayer le sujet d'étude sous un autre angle que celui de la leçon pure. Par exemple, les élèves ont mis en scène un micro-trottoir sur Léonard de Vinci. Ces sketches, ainsi que la leçon sont ensuite partagés avec les deux autres classes qui se l'approprient. À la charge de l'enseignant de construire sa séquence autour de ces médiateurs didactiques. Karine Della Bianca, quant à elle, a traité le sujet d’étude Voyages et découvertes avec le souci de raccrocher le thème à l’actualité, prenant pour exemple la récente découverte de la Santa Maria et les recherches en cours pour percer le mystère La Pérouse. Les élèves ont été placés dans une démarche d’investigation. Des pistes de recherches ont été définies par le groupe classe et ont permis d’élaborer une carte mentale indiquant différents champs de connaissances à défricher. Cette approche a permis une mise en perspective historique, le questionnement sur l’actualité du sujet ayant engendré des interrogations sur le contexte historique dans lequel se sont déroulés les faits étudiés. Par petits groupes de deux, les élèves ont choisi une piste de recherche et ont utilisé les ressources disponibles sur internet en adoptant la démarche la plus scientifique possible, mettant en questionnement le choix des sources et la qualité des documents choisis. Le travail effectué par chaque groupe a permis de réaliser un document numérique de synthèse destinée à la classe mais aussi aux autres classes de seconde par la publication sur le site ENT. Ici, l’utilisation de l’application Prezi s’est avéré pertinente car elle a permis de mettre en commun le résultat des recherches en reprenant la forme de la carte heuristique élaborée au préalable par les élèves. Les élèves de la classe de Salem Tlemsani ont consacré leur temps au chapitre portant sur le premier empire colonial français. L’enseignant a commencé par annoncer l’objectif final de la séquence : produire une vidéo à destination des autres classes (diaporama converti en vidéo, accompagné d’une voix off). Dans un premier temps, le cours rédigé par le professeur a été lu collectivement. Les élèves et l’enseignant ont pris soin de commenter son contenu. À chaque fois que cela a été nécessaire, un document médiateur fut vidéoprojeté pour faciliter la compréhension (carte, document d'archives…). Dans un deuxième temps, un storyboard du diaporama a été construit collectivement. Des binômes d’élèves ont été constitués. Chacun a eu à sa charge le montage d'une diapositive (sélection du document iconographique, du texte à intégrer dans la diapositive, écriture du texte pour la voix off sur Etherpad). Chaque binôme a exposé ses choix à la classe. Les propositions de chacun ont fait l’objet d’un débat. Un élève s'est porté volontaire pour prêter sa voix à l'enregistrement de la voix off. L’utilisation du numérique a donc facilité la démarche collaborative impliquant la participation de tous les élèves dans la construction du savoir et a également amené les élèves à s’inscrire dans une démarche de partage de ce savoir.
  Trois ressources ou points d'appui
  twitter (collaboration entre enseignants avec partage et mutualisation de ressources), le Café pédagogique, une chaîne Dailymotion.
  Difficultés rencontrées
  L’un des écueils que nous n’avions pas envisagé est justement la rapidité avec laquelle les élèves travaillent. Il s’est agi pour nous de « freiner » les élèves tant ils ne réfléchissaient pas à leurs propres démarches de travail, conditionnés qu’ils sont par leurs pratiques numériques personnelles. Si nous n’avons rien cédé à l’idée générale du projet, nous avons également réajusté nos ambitions et nos modalités de mise en œuvre pour nous adapter aux classes que nous avons découvertes cette année.
  Moyens mobilisés
  (voir descriptif)
  Partenariat et contenu du partenariat
  voir "Liens éventuels avec la Recherche"
  Liens éventuels avec la Recherche
  Le point de départ a été un échange électronique fructueux avec François Taddéi dont nous avons lu les travaux sur l’éducation. Antoine Prost, Claude Lelièvre, André Tricot, Bruno Devauchelle et Philippe Meirieu, pour ne citer que les plus éminents, sont des auteurs que nous avons lus et dont nous avons essayé de nous inspirer pour bâtir notre expérimentation.
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
 
  Documents
  Aucun
  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  L’évaluation des méthodes pédagogiques employées fait appel au formulaire de l’ENT qui donne la possibilité de rendre anonyme toute enquête et permet ainsi aux élèves de s’exprimer librement. Les premiers éléments relevés montrent que les élèves sont très majoritairement motivés par ces pratiques d’enseignement et qu’ils se sentent en sécurité dans cette façon de travailler. Les élèves insistent également sur le fait que cet environnement leur est familier et, au demeurant, la prise en main des outils est quasiment instantanée. Nous nous situons donc dans l’auto-évaluation avec la mise en place d’indicateurs et dans l’évaluation interne.
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : non évaluable pour l’instant. Cependant, nous pensons qu’en terme de qualité d’acquisition de connaissances et de compétences, cette méthode est nettement supérieure. En revanche, il ne semble pas qu’il y ait encore de plus-value sur le volume de ces connaissances et compétences.
  Sur les pratiques des enseignants : Ces pratiques pédagogiques donnent aux activités de l'élève une place centrale. La place de l'enseignant n'en est donc pas radicalement bouleversée, cependant, le temps passé face au groupe classe en est très nettement réduit. L’enseignant présente les sujets, évalue en qualité d’expert les démarches et les connaissances acquises, aide à l’organisation du travail, échange avec les élèves sur les processus de construction de savoirs et planifie les conditions du travail en autonomie des élèves. Il donne l’impulsion et s’adapte au rythme des élèves en réduisant ou en accroissant le niveau d’exigence demandé à chacun de ceux-ci. Il peut, lorsqu’il sent que cela est nécessaire, faire une pause, reprendre la main, faire une mise au point et rappeler voire reformuler les objectifs. Il est clair, pour conclure, que nous ne reviendrons pas en arrière tant nous sentons que les élèves adhèrent à ces méthodes de travail.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : non évaluable pour l’instant.
  Sur l'école / l'établissement : non évaluable pour l’instant.
  Plus généralement, sur l'environnement non évaluable pour l’instant.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte