Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 959 fois

 

Racinéphiles

(Expérimentation terminée)
 

Collège Jean Racine

75 place DU CHAMP DU ROI , 61000 ALENCON
Site : http://racine.etab.ac-caen.fr/
Auteur : NASSCHAERT Y. VAN de WALLE A.
Mél : yannick.nasschaert@ac-caen.fr ; annick.van-de-walle@ac-caen.fr
  Faire des élèves des « consom'acteurs » de l'image.

  Plus-value de l'action
  Malgré le temps considérable et l'énergie conséquente à déployer pour créer et encadrer cet atelier, le "retour sur investissement" est plutôt enrichissant, pour les élèves, pour nous, créant des liens plus forts entre les élèves, réunis autour de projets communs. De même, beaucoup transfèrent les savoir-faire acquis à des fins personnelles (films personnels, concours, …) Dans le cadre des nouveaux programmes, notre action -que nous souhaitons vivement reconduire- pourrait pleinement s'intégrer aux EPI (culture et création artistiques).
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  Une vingtaine d’élèves de 3ème
  A l'origine
  - L’existence d’un club cinéma depuis quelques années au collège(qui connaît un réel succès) - L’existence d’une option cinéma au lycée - L’engouement /l’intérêt manifesté par les élèves pour les pratiques pédagogiques mobilisant le vecteur vidéo - Des pratiques vidéo déjà présentes chez quelques-uns (site et blog personnel, etc.) - Le faible coût du matériel aujourd’hui - Deux enseignants –français et arts plastiques- qui avaient déjà "co-pratiqué" dans le cadre des I.D.D. autour de la Bande-Dessinée - Une première année « riche », pour les élèves, en apprentissages, en expériences, en vécus communs - Du matériel à disposition
  Objectifs poursuivis
  Dire que  "l’image sous toutes ses formes est très présente dans nos sociétés" n’est rien dire, ou si peu. Amener, par des pratiques diverses, les élèves à devenir plus que des consommateurs, des "consom’acteurs" de l’image mobile, c’est-à-dire, à la fois en capacité d’avoir un regard critique sur les productions audiovisuelles (ce qui suppose vocabulaire, connaissances, maîtrises pratiques, …), mais aussi capables, à leur hauteur, de produire des contenus vidéo-diffusables nous paraissaient plus ambitieux et intéressant. En projet pour l'an prochain : Le concours "Raconte ta ville" avec CANOPE, Sortie scolaire à Angers (à nouveau) à l'occasion du Festival des premiers plans d'Angers.
  Description
  « Racinéphiles », l'objectif de départ était double : - à la fois acquérir quelques- petites- connaissances, références cinématographiques - et développer des capacités de création et de fabrication vidéo.
  Modalité de mise en oeuvre
  Aussi, à raison de 2 heures consécutives hebdomadaires, et en co-intervention, avons-nous essayé de créer les situations favorables à l'acquisition des apprentissages souhaités. A l'écoute des élèves volontaires (il s'agit d'une option facultative!), nous nous sommes aussi beaucoup appuyés sur l' "actualité" du collège et sur leur désirs, envies. "Racinéphiles" est presque devenue "la boîte de productions audiovisuelles interne" au grand plaisir des élèves d'ailleurs.
  Trois ressources ou points d'appui
  -L’appétence des élèves pour la fabrication des films, des vidéos -La capacité d’adaptation, d’innovation, de recherches de nos élèves - Les synergies et l’émulation générés par les projets (par exemple un clip relatant les meilleurs moment du Théâtre forum, création d'un court-métrage adapté du roman graphique "Le muret", ...)
  Difficultés rencontrées
  - Les deux heures hebdomadaires passent vite (trop vite !), d’ailleurs le travail (montage, filmage, recherches) est souvent poursuivi en dehors du temps de classe,… -L’engouement des élèves demande beaucoup de disponibilité (la salle d’arts plastiques qui accueille la classe cinéma est prise d’assaut sur tous les temps de midi, ou d'autres cours, par des élèves de la classe cinéma, mais aussi par d’autres élèves qui se joignent aux projets engagés). - Les demandes/commandes (collègues, établissement) qui croissent plus que de raison (clips, reportages, …) mais dont les demandeurs n’imaginent pas la somme de travail, d’énergie, d’organisation à déployer. - Une idée intéressante, que nous essayons de faire émerger dans les pratiques des collègues : c’est dans les cours eux-mêmes que devraient se fabriquer ces supports vidéo (qui sont "commandés" à la classe "Racinéphiles"-), c'est cette fabrication qui devient le support/vecteur des apprentissages mais cette proposition rencontre, avouons-le, peu d'écho (...)
  Moyens mobilisés
  - La salle d'arts plastiques (équipée informatiquement de 5 postes), - 2 heures hebdomadaires en co-intervention (professeur de français et professeur d'arts plastiques) - Matériellement : 2 camescopes HD, un logiciel gratuit (Windows movie maker) des emprunts matériels à l'éducation musicale : enregistreur son de qualité (mp3) - 5 tablettes A ce titre, nous manquent : - un portable, un kit d'éclairage, 2 caméscopes du même type, un disque dur externe... - Beaucoup, beaucoup de temps de préparation (nous construisons les bases de connaissances et les outils), et de temps passé en dehors de la classe en suivis individualisés (sur le temps du midi notamment) pour finaliser les projets
  Partenariat et contenu du partenariat
  -
  Liens éventuels avec la Recherche
  édagogie du projet l'auto-évaluation "Didactique des arts plastiques", Bernard-André GAILLOT 
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
 
  Documents
 
Titre La fiche CARDIEmédia sur le site du CARDIE
Condensé
URL https://www.ac-caen.fr/cardie/?fiche=57
Type non précisé

  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Les évaluations prennent/ont pris différentes formes : - Elles ont été sommatives (par exemple : connaître, reconnaître, nommer des cadrages, des mouvements) - Formatives, dans cette pédagogie par objectifs (ex "Racine TV", vous êtes en charge de réaliser un reportage filmé (2-3mn) sur la venue des artistes à la galerie Racine Léo BARON et Françoise PACE. - Le travail de groupe (quasi systématique), mais aussi la présentation à la classe, au collège, aura favorisé des processus d'auto-évaluation : c'est le support de travail lui-même (vidéo, clip, reportage, …) qui ne peut être que réussi pour être regardable, diffusable, et sur lequel on peut intervenir autant que souhaité pour y apporter des corrections, des modifications.
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : - Plus d'autonomie, certainement pour beaucoup des élèves. Des acquis, compétences (savoirs, des savoirs-faire, des savoir-être) qui auront été développées pendant le travail de groupe sur les projets. De même, la confiance en soi semble plus présente chez certains, ce qui peut s'expliquer par la reconnaissance par les pairs, les enseignants, la direction, les parents (projection aux parents lors de la fête du collège, mise en ligne des productions (liens dailymotion), du travail fait, par l'accompagnement individualisé que nous essayons de mettre en place - Chez d'autres, ce sont des identités (filmiques ou autres) qui se sont affirmées, des orientations qui se sont dessinées... - Outre les productions audiovisuelles de chacun des groupes, les évaluations "diagnostic" que nous avons mises en place attestent pour la plupart et d'une vraie connaissance du vocabulaire, d'une capacité à repérer, analyser et formuler un avis étayé. - Le groupe que nous avions cette année était plutôt hétérogène (avec un bon "noyau" d'élèves en réussite moyenne). On a le sentiment que cette classe-cinéma a plutôt "tiré" l'ensemble vers le haut.
  Sur les pratiques des enseignants : Hormis des « oh, c'est bien ! », des « bah, dis donc, ça doit vous en prendre du temps », « oh, j'aimerais bien faire des trucs comme ça ! », il ne se passe pas grand chose de neuf … - Pour nous, ces pratiques d'autonomie, de travail de groupe, d'auto-évaluation sont déjà intégrées à nos pratiques de classe. Elles requièrent le fait d'accepter que l'enseignant n'est pas le seul détenteur du savoir, qu'il ne maîtrise pas tout … Mais se doit de programmer un cap, d'accompagner, d'étayer, d'épauler, d'évaluer, de remédier tout au long du parcours, bref de créer des scénarios didactiques, d'adapter, des conditions d'apprentissage.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : -
  Sur l'école / l'établissement : L'objectif de départ qui visait plus à l'acquisition d'une culture cinématographique (histoire, genres, réalisateurs, …) a progressivement basculé vers l'apprentissage de ce que le vecteur vidéo permet à savoir des reportages, des clips,... Autant de vecteurs, par et avec lesquels, la communication élève/élève, élève/école, école/famille se fait. La classe "Racinéphiles", comme "boîte de comm'" interne, s'inscrit donc pleinement dans la volonté/nécessité de rayonnement, et du collège, et des disciplines, et des actions menées au sein de l'établissement.
  Plus généralement, sur l'environnement Déjà dit plus haut. La classe "Racinéphiles" participe pleinement du rayonnement du collège à l'extérieur de l'établissement (certains clips sont souvent les traces "matérielles" d'actions dans l'établissement, ou en dehors de l'établissement) donnant une image plutôt positive de celui-ci, des élèves, valorisant leur travail. Les parents sont plutôt "friands" de ces diffusions... l'administration tout autant ... http://racine.etab.ac-caen.fr/spip.php?article788




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte