Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 1463 fois

 

Un projet pour une inclusion collective.

(Expérimentation terminée)
 

A COMPLETER

196 RUE SAINT PIERRE ET MIQUELO , 50400 GRANVILLE
Site : -
Auteur : FERRY Muriel
Mél : Muriel.Ferry@ac.caen.fr
  Concevoir une exposition accessible à tous et motivante pour le jeune public de 7 à 17 ans sur le thème de la guerre de course à Granville. L'exposition s'inspirera largement de celle consacrée à « l’Aimable Grenot » (bateau corsaire granvillais) présentée par le musée du Vieux Granville. Cette exposition sera le fruit d’un travail de collaboration entre des élèves de collège et des élèves d’IME.

  Plus-value de l'action
  - Le développement de la co-intervention dans le cadre de la pédagogie de projet. - La prise en compte au maximum des difficultés (qu'elles soient intellectuelles ou physiques) dans la réalisation d'une exposition.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  - 13 élèves de l’IME Henri Wallon de Granville - 26 élèves de la classe de 5ème du collège Malraux
  A l'origine
  Les élèves de l’IME (12-15ans) partagent très peu de temps avec leurs pairs du même âge. Le même constat est fait du côté des collégiens qui ont très peu de contacts avec des élèves en situation de handicap. Les scolarités de chacun de ces publics se construisent séparément. Il nous semble qu'une école et une société inclusive doivent permettre, d’une part, aux jeunes en situation de handicap de vivre avec leurs pairs, et d’autre part, aux jeunes non handicapés d'apprendre à vivre avec la différence. De même, les cours d'éducation civique au collège ne permettent pas souvent d'appliquer les principes qui les constituent comme l'égalité des chances, le respect de la différence, l'ouverture à l'autre (voir le thème du programme « Différents mais égaux, égalité de droit et discriminations"
  Objectifs poursuivis
  - Faire vivre les classes de l’unité d’enseignement de l’IME au sein des établissements scolaires de la ville de Granville dans le cadre d’une société inclusive - Changer le regard sur les différences au sein de l’école pour comprendre que l’école n’est pas exclusive dans les publics qu’elle se doit d’accueillir mais qu’aujourd’hui, elle doit être inclusive pour remplir sa mission - Soutenir et inciter l’ensemble de la communauté éducative des établissements scolaires à changer leurs pratiques pédagogiques pour qu’elles deviennent inclusives. - Il s'agit d'intégrer dans une pédagogie de projet une action solidaire comme nous l'invite à le faire le programme de cinquième : « L’objectif est d’initier les élèves à la prise de responsabilité dans un groupe, pratiquer l’échange d’idées et leur mise en application concrète par des démarches adéquates autour de thèmes adaptés à l’environnement des élèves ».
  Description
  La visite de l’exposition sur l’Aimable Grenot à Granville a été le point de départ de ce projet. Il a été constaté que cette exposition était difficile d’accès, que ce soit physiquement (pour un public en fauteuil ou de petite taille, beaucoup d’objets étaient placés dans des vitrines trop hautes) ou que ce soit intellectuellement (il y avait beaucoup d’écrits). L’idée est venue de réaliser une exposition accessible et plus ludique pour un public plus jeune ou en situation de handicap.
  Modalité de mise en oeuvre
  C’est un travail de co-intervention entre le professeur d’histoire géographie du collège et l’enseignante de l’IME. Les classes de ces deux enseignants travaillent ensemble certains mercredi matin de 9h à 10H au collège pour élaborer cette exposition. Il s’agit donc d’une inclusion collective d’un groupe d’IME au sein d’une classe de 5ème et d’une collaboration entre deux enseignants et une éducatrice.
  Trois ressources ou points d'appui
  - Les enseignants d’EPS du collège travaillent avec nos élèves à l’UNSS depuis trois années et ne les voient plus comme handicapés mais tout simplement comme élèves. - L’enseignant d’histoire géographie s’est lancé dans ce projet pour faire vivre une rencontre entre ses élèves, ceux de l’IME et leur enseignante, à travers une ambition commune : adapter une exposition culturelle du musée de la Halle au Blé. - Les élèves du collège pour lesquels le handicap correspond à une identité car depuis tout petit, ils vivent aux côtés de personnes en situation de handicap : de la crèche jusqu’au CM2. A partir du collège, les rencontres vont se raréfier, l’école française participant à séparer les personnes et les mondes.
  Difficultés rencontrées
  - Un climat de confiance difficile à construire avec le collège et un emploi du temps non conçu pour la pédagogie de projet - La gestion du temps par rapport aux programmes des collèges - La différenciation et l'individualisation des activités proposées aux élèves qui doivent davantage tenir compte des difficultés de chacun
  Moyens mobilisés
  Par le collège : - Une salle au sein du collège durant la matinée du mercredi matin (salle 109) mais le travail sur l’exposition se fait dans la salle du professeur d’histoire géographie. - Un ordinateur dans la salle 109 et la salle informatique du collège. Par l’IME : - Une éducatrice pour soutenir les enseignants dans la prise en charge des élèves.
  Partenariat et contenu du partenariat
  L’équipe enseignante : --José BOUSSIN : professeur d’histoire géographie au collège Malraux (Granville) - -Muriel FERRY : enseignante spécialisée à l’IME Henri Wallon (Granville) Une éducatrice : - -Sylvie CHEROTSKY : éducatrice spécialisée de l’IME, elle fait partie intégrante du projet. Les partenaires : . Sanson JORIS : guide au Musée du Vieux-Granville. Il a été le guide au niveau de l’exposition, il a aussi fait une intervention pour expliquer « qu’est-ce une exposition ? L’envers d’une exposition ». . Le musée du vieux Granville qui nous prêtera des objets et fera imprimer de grandes bâches pour l’exposition. . Les élèves de 4ème qui travaillent aussi sur l’exposition. . Le collège Malraux . L’IME de Granville . Delphine HIRSCHAUER (coordinatrice pédagogique à l’IME Henri Wallon (Granville) . D’autres élèves de l’IME seront sollicités pour construire un bac pour l’exposition, un groupe de l’IMpro viendra nous aider à nettoyer la salle dans le cadre de leur atelier « entretien des locaux ».
  Liens éventuels avec la Recherche
  Références bibliographiques : - « l’Aimable Grenot, un corsaire granvillais sous Louis XV » édité par le musée du Vieux Granville. - « Les corsaires de Granville, une culture du risque maritime (1688-1815) de Michel AUMONT. L’auteur a écrit ce livre à l’issue d’une thèse de doctorat en histoire. Il interviendra devant les élèves pour leur présenter ses connaissances sur les corsaires granvillais.
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  -
  Documents
 
Titre Une exposition réalisée ensemble par des élèves d'un IME et d'un collège
Condensé
URL https://www.youtube.com/watch?v=vbl8JWCPSNo&feature=youtu.be
Type diaporama

  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Résultats attendus : - Travailler ensemble pour concevoir une exposition - Investissement des élèves et observation d’échanges entre les collégiens et les élèves d’IME - Changement du regard vis-à-vis des élèves de l’IME pour qu’ils soient reconnus compétents et se sentent compétents Existence d’une procédure d’évaluation : - L’ouverture de l’exposition en juin. - Des indicateurs de suivi des échanges vont être mis au point sur l'année
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : - les élèves de l’IME vivent la journée du mercredi au collège comme un moment important de la semaine. Pour l’instant ils ont acquis des connaissances sur les corsaires. Les relations entre eux et les collégiens, même s'ils progressent, restent encore difficiles, les élèves de l’IME ne prenant pas beaucoup la parole dans les grands groupes. Le manque de travail et d'investissement de cette classe dans les autres disciplines ne se fait étonnamment pas ou peu sentir dans les cours d'histoire. L'implication des élèves dans le projet semble grande : certains proposent d'eux-mêmes la conception d'objets et se voient en dehors de l'Ecole pour les réaliser...
  Sur les pratiques des enseignants : - La co-intervention est enrichissante, chacun apportant ses compétences. - Le groupe de 33 élèves (26 + 7) est parfois divisé pour réaliser du travail de groupe. Lorsqu’ils sont tous ensemble, cette classe de 33 élèves est davantage ressentie comme étant très calme et attentive avec 3 encadrants adultes : ce mode d'encadrement explique aussi l'ambiance de travail qui demeure positive malgré le nombre d'élèves présents. - La collaboration entre les enseignants permet une répartition du travail, chacun prend le relais en fonction de ses compétences et de ses disponibilités. La mise en oeuvre de ce travail en collaboration reste souple : les réunions sont fixées selon les besoins du projet. - La co-intervention permet d’avoir un regard extérieur sur l'élaboration de son cours et permet de dépasser le simple stade de l’introspection pour améliorer la qualité de son enseignement, ce qui s'avère plus riche et stimulant. - L'inclusion d’élèves en situation d’handicape offre à l'enseignant du collège l’occasion de découvrir les élèves d'un IME avec leurs difficultés mais aussi leurs capacités, ce qui l'invite à améliorer la différenciation et l'individualisation de sa pratique vis-à-vis des collégiens. - L’inclusion collective au sein d’une classe de collégiens permet à l’enseignante de l’IME de garder un regard sur les capacités des jeunes de cet âge et donc de continuer à « tirer vers le haut » les élèves de l’IME. Elle découvre ses élèves dans un milieu « ordinaire » et donc des capacités et des compétences différentes ne pouvant pas toujours être observées sein de l’IME qui est un milieu plutôt protégé.
  Sur le leadership et les relations professionnelles : Mener un projet de cette ampleur permet de prendre confiance en soi, ce qui à son tour autorise un plus grand recul critique sur ses cours et développe l'envie d'innover, d'expérimenter de nouvelles façons d’enseigner.
  Sur l'école / l'établissement : - Au sein de l’IME, l’éducatrice vit concrètement une inclusion collective au collège et réalise la place qu’elle peut prendre au sein de ce type de projet mêlant différents partenaires. - La communication autour du projet permet de diffuser la pédagogie de projet et le goût de l'innovation au sein des équipes enseignantes. Elle invite les collègues à s'interroger sur leurs pratiques et leur ouverture.
  Plus généralement, sur l'environnement Le partenariat permet de tisser des liens très prometteurs entre les établissements scolaires et les différents acteurs culturels locaux : musée, médiathèque, écrivains, etc.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte