Accueil Consultation d'une fiche
fiche consultée 501 fois
 

CLASSE A ENSEIGNEMENT PAR PROJETS ET PAR COMPETENCES 2014

(Expérimentation terminée)
 

Collège Saint Simon

5 PLACE DE LA CIMBALLE , 78760 JOUARS PONTCHARTRAIN
Site : http://www.chemin-de-faire.org
Auteur : HECQUET Emilie
Mél : svthecquet@free.fr
  Afin de faciliter la transition entre l’école élémentaire et le collège, des professeurs expérimentent depuis 3 ans, dans deux classes de 6e le travail par compétences et l’évaluation de celles-ci, en s’appuyant sur quatre capacités transversales – communiquer, coopérer, s’informer, raisonner – systématiquement prises en compte au sein des différentes disciplines. Ici pas de notes chiffrées, mais des grilles individuelles de compétences par matières, pour suivre les acquisitions de chaque élève. La prise en compte de ce que l’élève sait faire plutôt que ce qu’il ne sait pas faire constitue le point fort de cette expérimentation. Les projets interdisciplinaires, sont l’occasion de proposer des tâches complexes aux élèves tout en instaurant un dialogue entre les disciplines.

  Plus-value de l'action
  Un travail interdisciplinaire qui vise à valider les compétences transversales (s'informer, raisonner, communiquer, coopérer) - Une démarche de projets associant tous les professeurs d'une classe. Les thèmes choisis pour 2013-2014 est "la ville en 2050" et un projet autour du séjour d’une semaine en Bretagne.
  Nombre d'élèves et niveau(x) concernés
  En 2011 et 2012 : deux classes de 6e de 26 élèves. En 2013 : deux classes de 6e de 25 élèves et deux classes de 5e de 29 élèves (les classes de 6e de l’année précédente)
  A l'origine
  Durant l’année 2010-2011 un groupe d’une dizaine d'enseignants se porte volontaire pour réfléchir à la mise en place du socle commun de connaissances et de compétences au sein du collège. Notre concertation permet alors de prendre connaissance des différents textes officiels, de nous familiariser avec sa terminologie (« paliers, items, connaissances, attitudes, capacités, compétences… ») et d’élaborer un document interne pour ventiler, par discipline et par pôles, les différents items du Livret Personnel de Compétences à destination de l’ensemble des collègues. A l’issue de cette même année (mai 2011), ce groupe de pilotage – élargi à d’autres collègues intéressés – participe alors à un stage d’établissement sur « le travail et l’évaluation par compétences ». Pour la plupart, nous y découvrons les notions de « tâche complexe », « situation problème » ou « échelle descriptive ». En juin 2011, deux enseignants du groupe (SVT et français), évaluant déjà leurs élèves par objectifs et compétences - mais "dans leur coin" - proposent à leurs collègues impliqués de tenter collectivement l’expérience du travail et de l’évaluation par compétences. Au total, la douzaine d’enseignants intéressés décide de l’expérimenter sur deux classes. Le niveau 6ème, par sa proximité avec le 1er degré et sa pédagogie par objectifs, nous paraît d’emblée évident. En février 2013, après presque deux années d'expérimentation, nous sommes nombreux à vouloir rééquilibrer le dispositif vers l'enseignement (et pas seulement l'évaluation) par compétences. Cela impliquant une mise en place plus fréquente des projets interdisciplinaires, nous décidons de modifier la signification des trois initiales : les classes E.P.C. signifient désormais "Enseignement par Projets et par Compétences".
  Objectifs poursuivis
  • Rendre l’élève acteur de ses apprentissages, l’impliquer davantage dans son travail (notion d’objectifs, de buts à atteindre connus à l’avance) et dans son autoévaluation (forces et faiblesses) ; lutter contre la démotivation et la passivité • Rendre l’évaluation positive, donner à l’erreur un statut d’information et faire de la réussite le moteur de la motivation • Privilégier les démarches de projets transdisciplinaires qui sont des transferts dynamiques des apprentissages et des moments forts de cohésion pour le groupe (élèves/enseignants) • Comprendre et tenir compte du fonctionnement de chaque élève, faire valoir les savoir-être et les enseignements non disciplinaires autant que les connaissances disciplinaires Approcher autrement les savoirs enseignés et porter un autre regard sur l'élève.
  Description
  1) rendre l’élève acteur de ses apprentissages : Tenir compte des acquis initiaux des élèves, de leurs rythmes d’apprentissage et de leurs cheminements. - associer l’élève à son parcours : en amont, lui indiquer le sommet, les chemins qui y mènent et les outils nécessaires pour y parvenir - considérer les savoirs comme des ressources et non comme des finalités - indiquer à l'élève ce qu’il sait déjà faire autant que ce qu'il ne sait pas encore faire : 12/20 à un contrôle de lecture n’indique pas à l’élève comment il doit agir pour progresser : problème de compréhension du texte, de formulation des réponses, d’absence de justification… ? - mettre l’élève dans une dynamique de progrès : obligation pour lui de s’approprier le résultat, de comprendre ses réussites et ses échecs ; obligation de consolider ce qu’il n’est pas pensable d’ignorer - faire entendre à l’élève quels leviers il doit actionner pour progresser : conseils ciblés, entretiens, fiches personnalisées 2) rendre l’évaluation positive : - supprimer la moyenne chiffrée n'est pas une fin en soi mais un prétexte pour changer "d'air et de regard" - pour lutter contre "la constante macabre", il est nécessaire d'atténuer la subjectivité de l'évaluateur en étant rigoureux sur ce qu’on attend des élèves : les critères de réussite sont clairement définis et annoncés - l’évaluation doit d’abord avoir un rôle formatif et l’erreur un rôle de tâtonnement - l'évaluation doit être utile : on n’évalue pas tous azimuts : on vérifie que ce qu'on juge indispensable pour pouvoir construire dessus est bien acquis 3) privilégier les démarches de projets : - l’évaluation traditionnelle reste très centrée sur des tâches simples de restitution, cloisonnées, alors que le travail par compétences (a fortiori par projets) contextualise les savoirs et mobilise davantage les acteurs - les projets pluridisciplinaires créent une émulation favorisant l’acquisition des apprentissages : ceux-ci deviennent aux yeux des élèves des outils nécessaires à la réussite de l’objectif poursuivi, ce qui favorise leur adhésion - être compétent ne consiste pas simplement à reproduire mécaniquement un geste, une formule, une leçon mais à combiner des connaissances (savoirs), des capacités (savoir-faire) et des attitudes (savoir-être) pour faire face à des situations plus difficiles, plus insolites, plus proche d'une réalité extra-scolaire - par nature, la démarche de projet décloisonne les enseignements, crée des passerelles, croise les disciplines : elle « pousse » les murs de la classe et donne un sens aux apprentissages ; le travail de concertation qu’elle induit crée une dynamique d’équipe où chacun se sent concerné et responsable - le travail de groupe, l’esprit de coopération et d’entraide, le partage des tâches, l’expression orale, la conduite d’un exposé, la recherche d’informations, les enseignements non disciplinaires sont largement mis en avant - la maîtrise de la langue n’est pas le simple apanage du professeur de français ; il s’agit bien en premier de savoir communiquer à l’écrit et à l’oral, une compétence qui se construit dans toutes les disciplines. De même, « savoir répondre clairement et précisément à une question » devient une compétence portée par toutes les disciplines - la démarche de projets induit nécessairement une ouverture sur l’extérieur (arts et patrimoine, rencontres et échanges, séjour pédagogique, environnement…) 4) mieux prendre en compte la spécificité des élèves : - l’enseignement traditionnel met essentiellement en avant la maîtrise des connaissances alors que les leviers de progrès (ou de blocage) se situent aussi au niveau des attitudes et des capacités transversales : savoir s’informer, raisonner, communiquer, coopérer constituent des clefs essentielles de la réussite ; pour chaque élève, il s’agit d’indiquer lequel (ou lesquels) de ces aspects il doit consolider et comment il doit s’y prendre - l’enseignant quitte sa posture magistrale plus souvent pour se mettre au service de chacun : régulièrement, des groupes de besoins différenciés sont définis, des exercices ciblés sont donnés, des rôles sont répartis au sein du groupe classe - les qualités humaines et relationnelles deviennent des objectifs à part entière ; la vie en collectivité prend un sens plus fort et intègre la dimension « vie scolaire » - les séances de remédiation instaurent le principe du « droit à l’erreur » ; elles offrent la possibilité à l'élève de se rattraper sur un objectif non atteint. L’effectif réduit permet à l’enseignant de mieux cerner le fonctionnement de chaque élève
  Modalité de mise en oeuvre
  Cette année, un créneau de 2 heures le mardi midi est aménagé sur les emplois du temps des enseignants et des élèves, pour permettre, en alternance : - la tenue d’une concertation entre les enseignants projet (5 séances d’1h30 dans l’année) - l’organisation de 17 séances de remédiation (aide personnalisée en Français, Maths, Histoire et Anglais de 45 minutes chacune) - l’organisation des projets pluridisciplinaires de 1h30 (par petits groupes)
  Trois ressources ou points d'appui
  - Concertation entre collègues et travail interdisciplinaire - Rencontres régulières avec d’autres équipes engagées dans une réflexion similaire - Transfert de nos pratiques pédagogiques sur d'autres classes
  Difficultés rencontrées
  - L’absence d’outils de suivi des acquis/des progrès des élèves - La somme de travail pour préparer les cours, surtout la première année - Difficulté pour certaines disciplines et enseignants à entrer dans la démarche de projets
  Moyens mobilisés
  Le projet EPC a obtenu du chef d'établissement et du Conseil d'administration 1h/quinzaine de concertation pour chacune des 9 disciplines de 6ème (soit 4,5 heures DGH). Mais, souhaitant que les quatorze enseignants intervenant en 6ème puissent bénéficier de la concertation et d'une rémunération, nous effectuons une mutualisation des heures : 0,5 H pour les professeurs principaux et 0,25 H pour tous les autres professeurs de 6ème. Pas de moyen particulier pour les classes de 5e.
  Partenariat et contenu du partenariat
  Le projet fait l’objet d’un accompagnement par la MAE de l’Académie de Versailles depuis sa création. Une demande de partenariat avec l’IFE et la création d’un LEA pour la rentrée 2015 est en cours d’élaboration.
  Liens éventuels avec la Recherche
  En cours d’élaboration
 
Evaluation
  Evaluation / indicateurs
  Afin d’évaluer « l’impact »de l’expérimentation sur le ressenti des élèves, un sondage a été réalisé en mai 2012 auprès des 7 classes de 6ème (159 réponses). Ce sondage n’a été donné qu’aux classes de 6e EPC en 2013. Sondage des élèves de 5e (ex-EPC). La communication du projet auprès des parents des deux classes nous a paru importante très tôt. C’est pourquoi nous les avons sollicités à différents moments de l’année et selon différentes modalités: - réunion mi-septembre avec un diaporama explicatif - accueil individualisé lors de la remise du premier bulletin en décembre - sondage/enquête à leur attention à propos du projet réalisé en janvier 2012 - échange bilan en juin 2012 (une quinzaine de parents volontaires) autour de l’expérimentation mené - demandes croissantes d’inscription d’élèves à l’entrée de 6e pour intégrer une classe EPC - sondages effectués en cours d’année auprès des collègues
  Documents
  Aucun
  Modalités du suivi et de l'évaluation de l'action
  Afin d’évaluer « l’impact »de l’expérimentation sur le ressenti des élèves, un sondage a été réalisé en mai 2012 auprès des 7 classes de 6ème (159 réponses). Ce sondage n’a été donné qu’aux classes de 6e EPC en 2013. Sondage des élèves de 5e (ex-EPC). La communication du projet auprès des parents des deux classes nous a paru importante très tôt. C’est pourquoi nous les avons sollicités à différents moments de l’année et selon différentes modalités: - réunion mi-septembre avec un diaporama explicatif - accueil individualisé lors de la remise du premier bulletin en décembre - sondage/enquête à leur attention à propos du projet réalisé en janvier 2012 - échange bilan en juin 2012 (une quinzaine de parents volontaires) autour de l’expérimentation mené - demandes croissantes d’inscription d’élèves à l’entrée de 6e pour intégrer une classe EPC - sondages effectués en cours d’année auprès des collègues
  Effets constatés
  Sur les acquis des élèves : Prise de confiance en soi Climat de classe jugé propice aux apprentissages par les élèves et les professeurs
  Sur les pratiques des enseignants : Développement du travail et de l'évaluation par compétences. Les enseignants privilégient et s'appuient d'abord sur ce que l'élève sait faire plutôt que sur ce qu'il ne sait pas faire
  Sur le leadership et les relations professionnelles : Développement du travail en équipe et de la nécessité d'avoir au sein de chaque équipe un pilote pour fédérer et faciliter les transferts d'une discipline à l'autre.
  Sur l'école / l'établissement : Diffusion des pratiques au fur et à mesure que l'équipe s'étoffe.
  Plus généralement, sur l'environnement Dans les écoles primaires, demande des parents pour que leur enfant intègre l’une de ces deux classes.




Recherche multicritères
Recherche plein texte

Les expérimentations d'une académie
Les 5 dernières fiches
PARIS
CLG Couperin - Les classes chantantes : faire réussir les élèves grâce à un projet de création artistique
BESANCON
La LV2 Arabe au service des allophones et réciproquement
ORLEANS-TOURS
MACHine à INVenter l'Absurde
ORLEANS-TOURS
Création d’un film d’animation
ORLEANS-TOURS
45-attention et concentration
Les fiches les plus consultées
BORDEAUX
Travaux en sciences assistés par des tablettes numériques 2012
ORLEANS-TOURS
2016B - 37 - Ecole de Druye - Azay Augmenté : pour une visite enrichie du château d’Azay-le-Rideau
NICE
#2018AC-Learn-O : La première tablette tactile géante, kinesthésique, collaborative et sociale.
LILLE
# 2018 C - F - Badges Numériques de Compétences et auto-évaluation par formulaire en ligne
NANCY-METZ
Une démarche innovante « L’école des savoirs essentiels »
Contexte