Prévention des conduites addictives

La prévention des conduites addictives en milieu scolaire

La prévention des conduites addictives en milieu scolaire s'inscrit dans une démarche globale d'éducation à la santé à l'école. Cette prévention est intégrée dans les programmes dès l'école primaire et tout au long du cursus scolaire.

Contexte

  • L'article L312-18 du code de l'éducation dispose qu'une "information soit délivrée sur les conséquences de la consommation de drogues sur la santé, notamment concernant les effets neuropsychiques et comportementaux du cannabis, dans les collèges et les lycées, à raison d'au moins une séance annuelle, par groupes d'âge homogène".

  • Le nouveau plan gouvernemental de mobilisation contre les conduites addictives coordonné par la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et les conduites addictives(MILDECA), place l'Ecole comme un acteur de premier plan dans la politique de prévention des conduites addictives.

Pour la première fois en 2018, l'enquête HBSC (Health Behaviour in School-aged Children) et l'enquête ESPAD (European School survey Project on Alcohol and other Drugs) ont été réunies au sein de l'Enquête nationale en Collège et Lycée chez les Adolescents sur la Santé et les Substances (EnCLASS). Les premiers résultats de l'enquête, publiés par l'observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT), portent sur les usages d'alcool, de tabac et de cannabis au collège et au lycée.

Les résultats témoignent d'un repli global des usages entre 2014 et 2018 pour le tabac et le cannabis.

Néanmoins, l'expérimentation de tabac quintuple entre le niveau 6e et le niveau 3e passant de 7,6 % à 37,5 %. Au lycée la diffusion du tabagisme s'accélère : un élève de terminale sur cinq fume quotidiennement du tabac.

En outre, plus de 4 collégiens sur 10 ont déjà bu de l'alcool lors de l'entrée en 6e et ils sont plus des trois quarts en classe de 3e. Au lycée, la consommation d'alcool se généralise et touche près de 9 élèves sur 10 en classe de terminale.

Objectifs

La prévention des conduites addictives vise à développer chez l'élève des compétences psychosociales lui permettant de faire des choix éclairés et responsables, pour lui-même comme vis-à-vis d'autrui et de l'environnement. Elle permet de le préparer à exercer sa citoyenneté avec responsabilité. 

Elle vise à apporter aux élèves :

  • des connaissances relatives à leur santé et leur bien-être, notamment dans le domaine des addictions ;
  • des informations sur les produits (tabac, alcool, drogues illicites), leurs effets et sur la législation en vigueur ;
  • une mise à distance critique des stéréotypes et des pressions sociales poussant à la consommation ;
  • une information sur les ressources d'aide et de soutien dans et à l'extérieur de l'établissement.

Mise en oeuvre

 La prévention des conduites addictives s'appuie sur :

  • les objectifs et les contenus des enseignements : par le socle commun des connaissances et des compétences de la loi d'orientation et de programme pour l'avenir de l'Ecole ;
  • des séances d'information et de prévention, à raison d'au moins une séance annuelle, planifiées dans l'emploi du temps des élèves. Ces séances abordent en priorité la prévention des produits les plus fréquemment consommés selon les niveaux de classe ;
  • la vie quotidienne des établissements, par l'attention que chaque membre de l'équipe éducative porte aux élèves, et en particulier à ceux présentant des signes d'alerte.

Règlementation des produits psychoactifs

  • Tabac : il est interdit de fumer dans les lieux publics et notamment dans ceux qui accueillent des mineurs (centres sportifs ou culturels) et dans l'enceinte des établissements scolaires, y compris les cours de récréation. L'interdiction de fumer est totale en tout lieu d'un établissement scolaire, qu'il soit fermé et couvert ou non et s'applique aux personnels comme aux élèves ;
  • Alcool : la vente de boissons alcooliques comme l'offre gratuite d'alcool est interdite à tous les mineurs dans les débits de boissons et tous commerces ou lieux publics. Aucune boisson alcoolique ne peut être servie dans un établissement solaire ;
  • Drogues illicites : l'usage (consommer) et le trafic de stupéfiants (cannabis, cocaïne, heroïne, ecstasy...) constituent un délit. L'usager encourt une peine d'emprisonnement allant de 1 à 5 ans et/ou une amende allant de 3750 à 75 000 euros.    

Partenariat avec la Consultation Jeunes Consommateurs (CJC)

Il est important de promouvoir les comportements favorables à la santé en développant la prévention et la promotion de la santé dans les établissements scolaires.

Le dispositif de consultation jeunes consommateurs  (CJC) créé en 2005 s'insère dans une politique d'accompagnement et d'encadrement des pratiques addictives. Lieux d'écoute, d'information et de soutien, les CJC sont un espace de rencontre entre professionnels des addictions et de l'adolescence.

Dans le cadre du projet d'établissement, en lien avec le Comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC), les établissements scolaires peuvent signer une convention de partenariat avec la Consultation Jeunes Consommateurs référente située à proximité afin de systématiser les échanges et les liens entre l'équipe de la consultation jeunes consommateurs et la communauté éducative

  • Modèle de convention de partenariat entre une CJC référente de proximité et un établissement scolaire

Guide de prévention du dopage et des conduites dopantes

Les élèves, de plus en plus jeunes, peuvent être tentés, dans le cadre de leur vie personnelle ou scolaire, de recourir à des produits pour améliorer leurs performances intellectuelles, notamment dans la perspective d'examens, ou pour modifier leur apparence physique (perte de poids ou augmentation de la masse musculaire).

Les ministères en charge de l'éducation nationale, de la jeunesse, de l'enseignement supérieur, ont décidé d'engager, en 2017, une action de sensibilisation pour lutter contre les conduites dopantes et le dopage auprès des collégiens et lycéens.

Un guide de prévention à destination des enseignants ayant pour objectif de les aider à réaliser une action de sensibilisation sur ces thématiques auprès de leurs élèves a ainsi été élaboré.

Guide Repères "Conduites addictives"

Produit par l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA), ce guide fait la synthèse des repères et outils pour prévenir, repérer et accompagner, entre autres, les adolescents face aux comportements à risque en matière d'addiction.

Guide pratique du Maire face aux conduites addictives

Ce guide a vocation à accompagner les maires au quotidien et explicite leurs missions quant à la mise en oeuvre de projets de prévention auprès des enfants et adolescents en milieu scolaire en lien avec les partenaires.

Dispositifs expérimentaux : des programmes de prévention des conduites addictives

L'acquisition par les élèves, dès leur plus jeune âge, de savoirs et de compétences psychosociales qui les protègent contre les conduites addictives, avec ou sans produit, peut s'appuyer sur le déploiement de dispositifs expérimentaux mis en place dans le cadre de partenariat. Ces actions sont mises en oeuvre à partir de programmes validés scientifiquement, réalisés par une communauté enseignante et de santé formée à la prévention du développement des compétences psychosociales, et comprenant des ressources pédagogiques qui permettent leurs mises en place. Ces programmes s'appuient sur le diagnostic de territoire, s'adaptent au besoin du public cible et sont mis en place par la communauté éducative dans le cadre du comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté (CESC).

Le programme MAAD (Mécanisme des addictions à l'alcool et aux drogues) et MAAD Digital

Ce programme est porté par l'association "l'Arbre de la connaissance" et l'Inserm, propose à des binômes de collégiens et de lycéens de travailler auprès de chercheurs de laboratoires de recherche partenaires sur des sujets relatifs aux addictions. Les apprentis chercheurs se font par la suite les relais de la prévention face aux risques que représentent les conduites addictives, permettant ainsi d'accroître leur niveau de connaissances et de relayer les actions de prévention portées dans les établissements scolaires participant au dispositif.

Pour plus d'informations concernant ce dispositif, consulter la page éduscol consacrée au dispositif MAAD.

La plateforme "MAAD Digital"
Partant du constat que l'information scientifique sur les addictions n'est pas toujours vérifiée et qu'elle peut être entourée de nombreux mythes, l'institut national de santé et de recherche médicale (INSERM), soutenue par la MILDECA et l'association de chercheurs l'Arbre de connaissances, a décidé de piloter un dispositif digital et interactif adapté aux usages et langages des 13-25 ans. Depuis 2016, la plateforme MAAD Digital permet aux participants d'aborder la question des addictions sous l'angle de la recherche scientifique, en neurosciences en particulier.
Film de présentation Maad Digital

Le programme "Jouer à débattre sur les addictions" (JADA)

Porté par l'association de chercheurs L'Arbre des Connaissances, ce support pédagogique sur la thématique des conduites addictives est développé dans le cadre d'un partenariat avec la Dgesco et la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca). 

Suivant une méthodologie de co-construction avec des chercheurs, des enseignants et des élèves, deux établissements ont été associés à la conception du jeu en 2018 - 2019 : le collège Auguste Janvier à Amiens et le Lycée Pauline Roland, à Chevilly Larue. L'automne 2019 est l'occasion de tester le jeu auprès de différents publics jeunes (collèges et lycées) dans une dizaine d'établissements.

Ce support qui s'appuiera notamment sur les contenus du média MAAD Digital permettra, à travers un jeu de rôle, d'intéresser les élèves de la 3e à la Terminale à des informations scientifiques relatives aux causes et  mécanismes des addictions.

Sur une séance de 1 à 2h, les enseignants s'aident du guide proposé pour animer le jeu. Les élèves rentrent dans une fiction et dans un rôle, développent des arguments individuellement et par équipe en s'appuyant sur des informations scientifiques. Une fois la séquence de jeu terminé, on revient sur l'expérience et on approfondit certains points grâce aux ressources fournies. 

Ce programme est une déclinaison du dispositif "Jouer à débattre" (JAD) expérimenté sur les thèmes de l'humain augmenté, la biologie de synthèse et l'intelligence artificielle, qui a montré sa pertinence pour ce qui est du renforcement des connaissances scientifiques et des compétences psychosociales des jeunes.

Les élèves de troisième du collège Auguste Janvier d'Amiens (académie d'Amiens) ont participé à la co-construction de "Jouer à débattre sur les addictions" avec leurs enseignants et les chercheurs de l'association L'Arbre des Connaissances.

Crédit photo : L'Arbre des Connaissances

Le programme Unplugged

Un partenariat avec la Fédération Addictions et l'Institut national du cancer (INCa) est engagé pour développer le programme Unplugged, dans un premier temps à titre expérimental.

Unplugged est un programme de prévention des conduites addictives en milieu scolaire, destiné aux adolescents de 12 à 14 ans, qui met particulièrement l'accent sur l'alcool, le tabac, le cannabis et les écrans. Ce programme favorise les aptitudes intra-personnelles des collégiens (confiance en soi, expression de soi, respect des autres). Il invite également à décrypter les attitudes positives et négatives à l'égard des produits, les influences et attentes du groupe, les croyances sur les produits et leurs effets. Il encourage enfin le développement des habiletés interpersonnelles de communication, d'affirmation et de conciliation.

Le programme comprend 12 séances interactives d'une heure, ainsi que deux séances avec parents, menées par des enseignants formés (en lien avec un professionnel de la prévention).

L'impact du programme a notamment été évalué sur le site d'Orléans par Santé Publique France dans le cadre de la Commission interministérielle de prévention des conduites addictives (CIPCA) et les résultats ont pu faire émerger :

  • des effets bénéfiques sur différents médiateurs ciblés : croyances normatives, attitudes positives vis-à-vis des drogues, résistance à la pression des pairs, le développement des compétences psychosociales ;
  • des effets sur les expérimentations de tabac, cannabis et les épisodes d'ivresse ;
  • un effet plus important sur les élèves issus des établissements ayant un taux de réussite plus faible au brevet.

Pour se procurer les outils pédagogiques réédités en 2019 (livret intervenant, livret élève), contacter la Fédération Addiction :
Marine Spaak - m.spaak@federationaddiction.fr           
Thomas Cordon - t.cordon@federationaddiction.fr      

Deux régions ont été retenues pour lancer le projet expérimental, l'Ile-de-France et la Bourgogne-Franche-Comté. La Nouvelle-Aquitaine, l'Occitanie et la Martinique le mettront en place à partir de la rentrée 2019.

Une évaluation positive du programme Unplugged dans le Loiret

Unplugged a été retenu par la Commission interministérielle de prévention des conduites addictives (Cipca) pour procéder à une évaluation de l'efficacité du programme de prévention des conduites addictives. L'évaluation a été menée par Santé Publique France en partenariat avec la Mildeca durant l'année scolaire 2016-2017.

Unplugged est mis en oeuvre depuis 2013 dans le Loiret par l'Association pour l'écoute en addictologie et toxicomanies (Apleat).

Les résultats montrent que le programme est bénéfique sur chacun des indicateurs de consommation récente. Le fait de participer au programme Unplugged diminue significativement la probabilité d'avoir consommé une cigarette, d'avoir été ivre ou d'avoir consommé du cannabis dans les 30 derniers jours.

De même, la participation des élèves au programme se répercute positivement sur la probabilité d'avoir expérimenté chacun des comportements de consommation.

En outre, les effets positifs du programme semblent plus importants pour les collégiens sur lesquels pèsent certains facteurs de risque (faible niveau scolaire rapporté, environnement socioéconomique défavorisé).

Au total, l'évaluation montre l'efficacité à court terme de l'adaptation du programme Unplugged dans le Loiret sur les consommations récentes et initiatives de consommation.

Pour en savoir plus :

  • Synthèse de l'évaluation d'Unplugged dans le Loiret
  • Rapport de l'évaluation du programme Unplugged dans le Loiret

Le programme Good Behaviour Game (GBG)

Good Behaviour Game ou "le jeu des bons comportements" consiste en une stratégie du comportement en classe. Il s'appuie sur des diagnostics locaux et a déjà fait ses preuves aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas et en Belgique. C'est un dispositif de prévention des comportements à risques chez les élèves scolarisés en primaire et au collège. Il a pour objectif de prévenir les usages nocifs de produits psychoactifs chez les jeunes, d'éviter ou de retarder les expérimentations et d'améliorer le repérage pour une prise en charge précoce des élèves.

Il est expérimenté depuis quatre ans dans l'académie de Nice. L'objectif de ce programme est d'aider les enfants à mieux assumer leur rôle d'élèves, mais aussi à développer leurs compétences psychosociales, dans le but de favoriser leur bien-être et leur insertion sociale dans leur vie future d'adultes. Les bénéfices attendus au long terme sont la réduction des inégalités sociales de santé, et particulièrement la prévention des conduites addictives (diminution des risques liés à l'abus d'alcool ou à la dépendance de 35%), la prévention du suicide (diminution de 47% des risques de suicide à l'âge adulte) et des troubles de la personnalité, ainsi que la prévention de la délinquance.

Actuellement, 19 établissements expérimentent ce programme dans les académies de Nice, Orléans-Tours et Reims.

Le programme ASSIST

Dans le cadre d'un partenariat avec Santé Publique France, l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines représentée par le professeur Loïc Josseran, le programme anglais ASSIST est développé depuis la rentrée scolaire 2016-2017.

Le programme est désormais déployé dans 7 académies (Versailles, Reims, Caen, Rouen, Nancy-Metz, Dijon, Strasbourg) et s'appuie sur un dispositif de prévention par les pairs. Des élèves volontaires de 5ème sont choisis par leurs pairs en tant que "leaders d'opinion", à hauteur de 19,6% des effectifs de chaque groupe classe). La prévention par les pairs est une méthodologie reconnue comme efficace par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans la lutte contre les comportements addictogènes et ayant fait ses preuves au Royaume-Uni. ASSIST est un programme développé depuis plus de 20 ans par l'université de Bristol et a déjà concerné plus de 100 000 jeunes dans 650 collèges dans le monde.

Primavera

Primavera est un programme de prévention des conduites à risques et addictives par l'approche expérientielle. Ce programme s'adresse aux élèves du CM1 à la 5ème.

Le programme Primavera a pour objectif de développer et valoriser les compétences psychosociales chez les plus jeunes (gestion des émotions, prise de conscience de leurs qualités et limites, communication avec les autres, résister à la pression du groupe), de prévenir les conduites à risques et éviter le passage à l'acte à l'adolescence (violences, harcèlement, addictions, tensions de genre, risques pour la santé), d'améliorer le climat de classe (relations au sein du groupe, gestion des conflits, participation et concentration des élèves en classe), enfin, d'aider les équipes éducatives et les acteurs locaux à s'emparer de la question des compétences psychosociales et de promotion de la santé de manière générale.

Ce dispositif a été expérimenté dans l'académie d'Amiens et est déployé progressivement dans d'autres académies (Paris depuis 2015). 

Ressources complémentaires

Le numéro 135 de la revue Tendances publiée par l'observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) s'intéresse à "L'exposition au marketing en faveur de l'alcool chez les jeunes, à 17 ans". L'étude montre une corrélation entre l'exposition des adolescents à la publicité pour des boissons alcoolisées et leurs niveaux et pratiques de consommation. Elle confirme notamment l'importance d'une éducation aux médias (EMI) et à l'information articulée à la promotion de la santé en milieu scolaire.

La consommation de substances psychoactives (SPA) a des effets particulièrement néfastes chez les adolescents et jeunes adultes. Celle-ci demeure importante importante en France même si une tendance à la baisse comment a être observée. Ce rapport, élaboré par Santé publique France et l'Observation français des drogues et des toxicomanies à partir d'éléments de la littérature et de données d'enquêtes récentes, dresse un panorama, non exhaustif, des évolutions et des usages de consommation des SPA chez les jeunes en France et à l'étranger. Il présente également des pistes explicatives des tendances observées.

Dossier 4 pages "L'essentiel sur...Jeunes et cannabis : informer sur les risques, protéger les plus jeunes" publié par la Mildeca. Ce document présente des données synthétiques sur les niveaux de consommation de cannabis chez les jeunes : l'âge moyen de l'expérimentation du cannabis est de 15 ans ; 25 % des usagers de 17 ans présentent un risque élevé d'usage problématique ou de dépendance. Il explicite les raisons pour lesquelles l'adolescent est particulièrement vulnérable face à cette substance et présente les actions gouvernementales mises en oeuvre. Enfin, il permet de déconstruire certaines idées reçues.

L'ouvrage "Jeunes et addictions"
Publié en décembre 2016 par l'observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) retrace les évolutions dans les pratiques des 11-25 ans par rapport aux substances licites et illicites, mais aussi aux addictions sans produits (jeux vidéo, jeux d'argent et de hasard).
Quels produits psychoactifs les jeunes Français consomment-ils ? Comment leurs usages évoluent-ils? Filles et garçons sont-ils également concernés? Qui sont les jeunes les plus fragiles?
Cet ouvrage ambitionne de mieux comprendre les pratiques des jeunes tout en évoquant leurs conséquences.
Télécharger le document.

  • Vidéo du Dr Bruno FALISSARD sur les compétences psychosociales et la prévention des conduites addictives et à risques
  • Drogues info-service
Mis à jour le 06 décembre 2019
Partager cet article
fermer suivant précédent