Université de printemps d'histoire des arts

Université de printemps d'histoire des arts

7 et 8 juin 2019

Retour sur l'édition 2019 de l'Université de printemps d'histoire des arts, « Arts populaires », qui s'est tenue au château de Fontainebleau, les 7 et 8 juin 2019, en association avec le Festival de l'histoire de l'art, avec pour invité d'honneur l'artiste plasticien, Hervé Di Rosa.

L'Université de printemps et le Festival 2019

Pour la neuvième année consécutive, le ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse s'est associé au Festival de l'histoire de l'art pour accueillir l'Université de printemps d'histoire des arts. L'organisation de l'Université de printemps à l'occasion du Festival a bénéficié du soutien de la Fondation Culture et Diversité.

Cette manifestation, construite et mise en œuvre en partenariat avec l'Institut national d'histoire de l'art, le Château de Fontainebleau et l'École du Louvre, est l'un des grands rendez-vous culturels et scientifiques du plan national de formation du ministère de l'Éducation nationale et de la Jeunesse à destination des enseignants et des formateurs.

« Arts populaires » : thème de l'Université de printemps

Invité d'honneur : Hervé Di Rosa

L'Université de printemps a décliné le thème du Festival, Le Peuple, en se penchant sur les arts populaires et en interrogeant le concept « Arts populaires » : il a interrogé le concept d'art populaire dans le cadre de l'enseignement de l'histoire des arts en compagnie de son invité d'honneur, l'artiste plasticien Hervé Di Rosa.

Qu'est-ce qu'un art populaire ? La réponse ne va pas de soi. La notion apparaît au XVIIIe siècle comme un art des paysans, puis les sociologues la définissent dans les années 1930 en opposition à la culture des élites, avant que le XXe siècle finissant l'associe aux pratiques commerciales et à « l'art du quotidien ».

L'ethnologue Jean Cuisenier a mieux que personne débrouillé la polysémie du terme :
« Par art populaire, faut-il [....] entendre l'art du peuple, par opposition au non-peuple, aux élites cultivées, aux classes sociales dirigeantes, aux savants ou aux lettrés ? Est-ce l'art d'un peuple, par opposition aux peuples qui l'entourent, l'art caractéristique d'une ethnie ou d'une civilisation ? L'art populaire est-il l'art des non-artistes, l'art de ceux pour qui la création artistique n'est ni une activité spécialisée, ni une occupation socialement reconnue ? Est-ce l'art popularisé, l'art diffusé par les moyens de communication modernes, un art communiqué aux grandes masses, conçu pour répondre à leurs goûts et uniformiser leurs attentes ? » (Encyclopædia Universalis, 1968).

Interroger le populaire dans l'art, c'est donc interroger la place du peuple comme sujet, objet, destinataire de l'expérience esthétique : un peuple défini politiquement (comme acteur de l'Histoire), socialement (comme population) ou encore dans ses savoirs et savoir-faire, en considérant les continuités et ruptures qui peuvent exister entre art et artisanat, arts and crafts.

Où en sommes-nous de cette histoire ? Dans une démocratie où le peuple est par définition souverain, la question n'est-elle pas essentielle dans la formation du futur citoyen ? On a tenté d'y répondre :

  • en étudiant les répercussions de ces questions dans diverses expressions artistiques, populaires ou savantes, à différentes époques, de la gravure au cinéma, de la chaumière à la discothèque ;
  • en examinant le rôle du musée dans la construction du concept et son élargissement, quitte à dépasser la partition entre le savant et le populaire ;
  • en l'expérimentant à travers la ville et le château de Fontainebleau ;
  • par le dialogue entre scientifiques, conservateurs, étudiants, artistes et pédagogues.

Objectifs de formation

Proposer des objets d'étude abordables de manière pluridisciplinaire dans le cadre des programmes d'histoire des arts (cycles 3 et 4, lycée), à travers un thème transversal décliné en problématiques et supports variés.

Apporter à l'enseignant des méthodes d'approche de l'œuvre d'art diversifiées, rigoureuses et scientifiquement fondées, par l'intervention conjointe de scientifiques, d'artistes et de pédagogues, pour contribuer à une épistémologie de cet enseignement qui concourt aux objectifs de compétences définis par les programmes et évalués dans le cadre des épreuves d'histoire des arts du brevet et du baccalauréat.

Traiter et débattre de questions pédagogiques touchant à la rencontre avec l'œuvre d'art et au travail en partenariat avec les structures artistiques, culturelles et patrimoniales, à partir d'expériences et de travaux de recherche, pour ancrer l'histoire des arts au cœur du parcours d'éducation artistique et culturelle de l'élève.

Synthèse des ateliers et conférences

Un compte rendu de plusieurs ateliers et conférences, enrichi d'un dossier exhaustif sur « La popularisation de l'œuvre d'art : diffusion et vulgarisation », est proposé sur l'espace pédagogique Histoire des arts de l'académie de Poitiers.

Synthèse des ateliers et conférences de l'UPHDA

Auteures : Anne Amsallem, Alayne Gisbert-Mora, Christiane Ménier, professeures au lycée Marguerite de Valois d'Angoulême.

Hervé Di Rosa « Arts populaires, arts vernaculaires, arts modestes »

Henri de Rohan s'entretient avec l'artiste Hervé Di Rosa

Comme artiste, comme quêteur inlassable de formes et de techniques artistiques de par le monde, comme collectionneur, comme inventeur des arts modestes et fondateur du Musée International des Arts Modestes (MIAM) à Sète, nul mieux qu'Hervé Di Rosa ne peut initier une réflexion sur l'art populaire.

Hervé Di Rosa et les Arts Modestes

« L'Art Modeste n'est ni un concept ni un mouvement. C'est un regard ; il montre ce qu'on ne regarde pas. Il a des frontières mouvantes » Hervé Di Rosa

Présentation des ateliers pédagogiques

Atelier 1 - Le multiple et l'iconique

Comment et dans quelles circonstances une œuvre d'art est-elle représentée, répliquée, retransmise, au point d'atteindre un statut d'icône dont le modèle original est parfois bien loin ? Des premières estampes et illustrations de bréviaires jusqu'à l'ère d'Instagram, le multiple comme médiateur et vulgarisateur.

  • Ségolène Le Men, professeure émérite d'histoire de l'art contemporain, université de Paris Nanterre
  • Anne Amsallem, professeure de philosophie et d'histoire des arts, académie de Poitiers

Atelier 2 - L'artiste, maestro des métissages : éloge de la rencontre, partage du geste

À partir d'un dialogue avec l'artiste ont été évoquées matières, techniques, formes et conditions d'émergence du geste artistique/artisan : les « lieux » investis par Hervé Di Rosa, le passionnant MIAM, et tous les espaces induits par les échanges, les métissages, les coopérations... jusqu'aux objets qui en surgissent.

  • Hervé Di Rosa, artiste plasticien
  • Catherine Collomb, professeure de philosophie à l'École nationale supérieure des arts appliqués et des métiers d'art

Diaporama de Catherine Collomb / Œuvres et photographies reproduites avec l'aimable autorisation de l'artiste Hervé Di Rosa, dans le cadre de l'Université de printemps d'histoire des arts 2019

Atelier 3 - La mécanique des tubes

De la ritournelle ou refrain que l'on fredonne aux stéréotypes et clichés musicaux, comment les tubes sont-ils fabriqués et diffusés ? Un succès populaire est-il nécessairement synonyme de simplicité, voire de médiocrité musicale ? Et que penser de la Pop, objet de consommation ancrée dans la phonographie ?

  • Philippe Gonin, maître de conférences en musicologie à l'université de Bourgogne
  • Nadège Budzinski, formatrice en histoire des arts, académie de Créteil

Atelier 4 - Le Peuple et/ou le populaire au musée : présences et oublis entre savoirs, idéologies et nostalgies

1846 : Michelet publie Le Peuple ; 1848 : le suffrage universel est instauré. Héros littéraire, sujet historique, le peuple est objet de sciences qui l'installent au musée. Du musée de folklore aux « musées de société », comment cette présence révèle-t-elle un état du politique, de la société et des savoirs ?

  • Chantal Georgel, conservatrice générale du patrimoine
  • Alain Brunn, inspecteur général de l'éducation nationale, groupe lettres

Atelier 5 - Premier degré : éduquer au patrimoine de proximité

Comment apprendre aux jeunes élèves à lever les yeux, à admirer et à comprendre le patrimoine qui les entoure ? La publication d'un vade-mecum à cet effet a été l'occasion de poser la question de cet apprentissage du patrimoine par la pratique, quel que soit l'environnement de l'école.

  • Stéphanie Sarmiento-Cabana, inspectrice de l'éducation nationale, académie de Versailles
  • Vincent Baby, chargé de mission à l'INHA

Atelier 6 - Collège : dessine-moi une épreuve !

Qu'est devenue l'épreuve orale d'histoire des arts au brevet ? Née en 2010, disparue des textes, réhabilitée en 2017, elle est aujourd'hui confrontée à de nouveaux programmes et de nouvelles pratiques de l'examen. Quelle épreuve proposer aujourd'hui aux équipes de direction, aux professeurs et aux élèves ?

  • Nelly Vigne, inspectrice d'académie - inspectrice pédagogique régionale en éducation musicale et histoire des arts, académie de Toulouse
  • Défendin Détard, professeur d'histoire et histoire des arts, académie de Créteil, expert national à la Direction du numérique pour l'éducation

Atelier 7 - Lycée : de nouveaux programmes, un nouveau baccalauréat

La réforme du lycée amène un remaniement des programmes pour les spécialités et options histoire des arts, ainsi que des épreuves du baccalauréat. Cet atelier a été l'occasion d'un échange avec leurs rédacteurs : inspecteurs, professeurs des universités, de lycée et de classes préparatoires.

  • Éric de Chassey, professeur des universités, directeur général de l'INHA
  • Henri de Rohan-Csermak, inspecteur général de l'éducation nationale chargé de l'histoire des arts
  • et le groupe d'experts pour l'écriture des programmes : Alain Baridon, Nadège Budzinski, Sandra Goldstein, Sophie Guillin, Claire Lingenheim, Luciana Mocciola

Sélection de ressources & dossiers pédagogiques

Thématique « Art & culture populaires »

Dossiers pédagogiques musées

Hervé Di Rosa : peintures, peinture (1978-2018), musée du Touquet, octobre 2018-mai 2019, dossier pédagogique

Les Trésors de l'Art Modeste, la petite épicerie du musée international des Arts Modestes (MIAM), décembre 2012, dossier pédagogique

Le pop art, Centre G. Pompidou, dossier pédagogique

Paris-Londres, 1962-1989. Music Migrations, musée de l'histoire de l'immigration, mars 2019-janvier 2020, dossier pédagogique

FANCLUB, la petite épicerie du MIAM, octobre 2013-mars 2014, dossier pédagogique

Thématique générale « Le peuple »

Images du peuple │À propos de : Georges Didi-Huberman, Peuples exposés, peuples figurants, Minuit ; et Jacques Rancière, Figures de l'histoire, PUF. Déborah Cohen, la vie des idées, collège de France, février 2013

De l'art populaire à l'émancipation politique │À propos de : Jacques Rancière, Aisthesis.Scènes du régime esthétique de l'art, Galilée. Aliocha Wald Lasowski, la vie des idées, collège de France, février 2013

Populaire, peuple, public. « Georges Rivière, voir c'est comprendre », Mucem, novembre 2018-mars 2019, dossier pédagogique

Rouge. Art et utopie au pays des Soviets, Grand Palais, mars-juillet 2019, dossier pédagogique

La représentation du peuple sur les scènes du Théâtre populaire, colloque 2009, université de Rennes 2, revue en ligne www.fabula.org/

Représentation du travail dans l'art contemporain : de l'exaltation à l'invisibilité. Pierre Maréchal, article paru dans la revue METIS, août 2016, en ligne sur le site arts visuels en région centre (https://aaar.fr/)

Autour du film La petite vendeuse de soleil (1998) de Djibril Diop Mambety :

Ressources d'accompagnement Éduscol

Lien de la thématique de l'UPHDA avec les programmes d'histoire des arts :

Cycle 4 : Périodisation : 4. État, société et modes de vie (XIIIe-XVIIIe s.) │6. De la Belle Époque aux  « années folles » : l'ère des avant gardes (1870-1930)│ 8. Les arts à l'ère de la consommation de masse (de 1945 à nos jours)

Enseignement de spécialité, série L : Thème : arts, ville, politique et société : les années cinquante

Option facultative, toutes séries : Thèmes : le patrimoine, des sept merveilles du monde à la liste du patrimoine mondial : patrimoines, représentations et mémoire du travail │création artistique et pratiques culturelles dans le monde, de 1939 à nos jours : arts et émancipation

Texte de référence : Programme limitatif terminale du lycée (BOEN n° 10 du 8 mars 2018)

Mis à jour le 15 octobre 2019
Partager cet article
fermer suivant précédent