Éduscol
Accueil    Actualités  

Actualités

Se passer des modèles animaux en toxicologie

De nouvelles méthodes permettent de prédire la toxicité de certains médicaments sans tests sur les animaux.

Pour mettre sur le marché un nouveau médicament ou un nouvel intrant chimique pour l’agriculture par exemple, il faut auparavant tester leur toxicité. Les modèles animaux sont utilisés dans ce but depuis plus de cinquante ans, mais leurs coûts en temps et en argent les rendent obsolètes, à l’heure où de nouvelles technologies ont émergé.

Thomas Hartung, l’auteur de cet article, y référence celles qu’il utilise en combinaison aujourd’hui dans son laboratoire :

  • analyse exhaustive de la littérature déjà publiée ;
  • constitution d’organoïdes modèles : à partir de cellules pluripotententes induites, des mini-organes (mini-cerveau, mini-foie...) sont créés in vitro, au plus proche des conditions physiologiques ;
  • toxicologie computationnelle : analyses de toxicologie à partir de modèles prédictifs informatiques ;
  • big data et apprentissage automatique : d’immenses bases de données scientifiques sont constituées et l’intelligence artificielle peut apprendre à les utiliser pour fournir des résultats fiables.


Cette nouvelle approche en toxicologie n’en est qu’à ses débuts, qui, s’ils sont prometteurs, doivent être manipulés avec précaution en attendant une validation définitive et une diffusion de ces nouvelles méthodes d’analyse.


Scénarios pédagogiques traitant les thèmes de programmes :


Autres actualités en lien :

Publié le 03.09.2018

Retour aux articles