Travaux académiques mutualisés (TraAM) 2011-2012 : "Travailler un même thème de programme avec le numérique au collège, au lycée et au lycée professionnel"

Compte-rendu des Travaux académiques mutualisés (TraAM) pour l'année 2011-2012

Le thème retenu cette année en Histoire Géographie était : « Travailler un même thème de programme avec le numérique au collège, au lycée et au lycée professionnel : quelles utilisations des ressources et des outils numériques, quelles démarches pédagogiques pour l’enseignement d’un même thème sur des niveaux et pour des publics différents ? »

Il s’agissait ainsi de proposer des démarches pédagogiques et évaluations portant sur les éléments communs et les différences, le transfert possible des propositions (objectifs, situations de classe, pertinence des démarches, apprentissages…). Chaque académie retenue se devait d’associer collège et/ou lycée d’une part avec lycée professionnel d’autre part de manière à constituer des groupes de travail qui pouvaient conduire en commun ou en parallèle l’action, mais qui devaient confronter leurs résultats puis  échanger avec les groupes d’autres académies.
Les niveaux et thèmes envisagés étaient les suivants :
-        4ème, 3e, 1ère, 1ère et Terminale Bac Pro
-        En géographie : France, Union Européenne, mondialisation
-        En histoire : République(s), colonisation et décolonisation

 

Objectifs et organisation des TraAM 2011-2012

 

  • Huit académies ont été sélectionnées cette année pour produire des scenarii pédagogiques dans le cadre des TraAM : Amiens (référent Arnaud DETOT), Clermont (référent Nadine BOUETTE), Grenoble (référent Alexandre BOUINEAU), Lille (référent Sébastien LAMBERT), Nancy (référent Eric FONTE), Nantes (référent Vincent FOLLIOT), Toulouse (référent Vincent DOUMERC). L’académie de Reims n’a pas pu aller au bout de l’expérimentation.
  • Les académies ont constitué des binômes afin de tester les productions des académies partenaires ou d’apporter un regard croisé sur les productions. Une première réunion de cadrage et de présentation des projets a eu lieu à Paris le 22 septembre 2011 au ministère de l'Éducation nationale. La plupart des participants ont pu ensuite assister à la réunion nationale des interlocuteurs TICE académiques à Dijon les 26 et 27 janvier 2012. Enfin, trois réunions à distance ont permis de faire le point sur l'avancement des projets et leur mise en œuvre, et d'élaborer des pistes de réflexion (janvier, mars et mai). Les référents et le coordonnateur national disposaient par ailleurs d’une plate forme d’échange collaborative (outil Pléiade) permettant l’échange de messages et le partage de documents (fiches d’activités, compte rendu, scenarii pédagogiques…). Tous les projets sont publiés sur les sites disciplinaires des 7 académies et référencés dans les ÉDU'bases Histoire-Géographie.
  • Afin de cadrer le champ des possibles, les axes de travail suivants avaient été définis (1ère réunion plénière) :
  • -          Mise en place d’actions différenciées permettant, pour un même élément de programme, de mener une action différenciée auprès des élèves en fonction de leur différence de niveau supposée ou constatée. Utilisation d’outils permettant une individualisation du suivi de l’élève : ENT, plate-forme d’échanges (classe/hors classe).
     
    -          Utilisation d’outils numériques permettant un travail des élèves dans un souci de progressivité des compétences notamment autour de :
    ·         La capacité « écrire » : utilisation de logiciels et outils en ligne liés à la rédaction, la structuration du propos, l’argumentation, la narration
    ·         La capacité de lecture et d’utilisation du langage de l’image
    ·         Les capacités relatives à la maitrise de la schématisation et du langage cartographique : représenter, cartographier…à partir des outils de géographie par le numérique.
     
    -          production de scenarii permettant d’entrer dans les chapitres par des cas concrets (« étude de cas », « entrée », « situation »…) recourant à une utilisation de ressources numériques (ressources en ligne, bases de données, logiciels, documents multimédia éventuellement crée par le professeur…)
     

    Lire les comptes-rendu sur les sites académiques

     

     
     
     
     
    Nancy
     
     
     

    Réalisations et descriptions des séquences pédagogiques produites

     

    Académie

    Travail (et lien)

    Contenu

    Amiens

    Cartographier l’itinéraire d’un migrant avec l’aide de Google Earth

    Classe de 4ème. Partir d’un cas concret de migration (itinéraire individuel d’un immigré clandestin camerounais qui a voyagé en direction de la France pendant environ 6 mois en passant par le Maroc et les Canaries) puis le mettre en perspective (travail sur les flux migratoires et leurs raisons (réalisation d’un schéma)). Sélection d’informations dans un texte afin de remplir un schéma résumant les effets des migrations dans les pays de départ et d’arrivée.

    S’inscrit dans une réflexion de progression autour de l’usage de Google Earth

    Outils TICE utilisés : TNI, Google Earth, Histoire-Immigration.fr, ressources d’information en ligne (Le Monde, Envoyé Spécial, extraits video Daily Motion…)

    Cartographier le circuit mondial d’un produit à partir de Google en lien avec des vidéos

    1ère BAC PRO.

    En quoi le conteneur est-il le symbole de la mondialisation ?

    Les élèves travaillent à partir de vidéos afin de compléter un schéma heuristique qui leur permettra de rédiger une synthèse répondant à la problématique.

    Ils doivent ensuite cartographier le trajet du porte conteneur dans Google Earth.

    Outils TICE utilisés : Freemind, Google Earth, Gimp

    Savoir effectuer une recherche sur Internet

    Classe de 4° (La mondialisation et la diversité culturelle)

    Comment effectuer une recherche en ligne efficace et de façon autonome en classe de 4ème ? Cette séance de méthodologie constitue le préambule d’un chapitre au cours duquel les élèves auront à utiliser l’outil internet. Ce travail est proposé en amont d’une étude de cas effectuée grâce à un site en ligne sur la diversité culturelle dans le monde.

    Outils TICE utilisés : moteur de recherche (Google)

    Découvrir la mondialisation culturelle au travers d’un site internet

    Classe de 4° (La mondialisation et la diversité culturelle)

    La mondialisation entraîne-t-elle l’effacement de la diversité linguistique ?

    Cette séance constitue la deuxième étape dans la découverte de l’outil internet. C’est une étude de cas qui permet de découvrir la préservation des diversités culturelles dans le monde face à une dynamique d’uniformisation croissante.

    Outils TICE utilisés : Google, site internet : www.asterix.com

    Réaliser un croquis de synthèse sur l’Union européenne en utilisant un support informatique

    Classes de 1ère (L, ES, S)

    Comprendre l’originalité du territoire de l’Union européenne dans sa construction (territoire à géométrie variable) et sa diversité (inégalités socio-spatiales).

    L’objectif de cette séquence est de travailler la méthodologie du croquis de synthèse en vue de l’épreuve du baccalauréat.

    1ère séance : en salle informatique les élèves travaillent en binôme sur un ordinateur pour réaliser leur croquis sur un fond de carte vectoriel.

    2ème séance : en classe, les binômes présentent leur production ainsi que leur démarche au reste du groupe, à l’aide du vidéoprojecteur.

    Outils TICE utilisés : Open Office Writer ou Word

    Clermont

    Shanghaï, un port mondial

    en classe de 4e et 1ere STI

    Repérage et sélection d’information grâce à Google Earth afin de construire un schéma dans une autre séquence ou un texte argumenté

    Travail en autonomie (salle informatique ou CDI)   

    Outils TICE utilisés : Google Earth, ENT (Dokeos)

    Grenoble

    Comment la laïcité est-elle devenue une des principales valeurs de la République ?

    Classe de 4ème et classe de 1ère professionnelle (ELEEC ; électrotechnique)

    Description et analyse d’une lithographie à partir du site « l’Histoire par l’Image » (dans le cadre de l’Histoires des arts) : la même activité a été proposée aux deux classes avec deux fiches de niveau (pédagogie différenciée).

    Cette activité est avant tout liée au souci d’une construction intellectuelle de la part des élèves eux-mêmes. L’objectif n’est donc pas ici de vouloir montrer une correction « modèle » mais une démarche, un travail évolutif à l’aide d’une interface (type ENT) lors de la séance de reprise pour aboutir à une correction commune via une discussion critique des élèves. De plus, elle permet de réfléchir sur la place des images et leur analyse.

    L'importance du nucléaire en Rhône-Alpes à partir du site « Lumières sur Rhône-Alpes »

    Classe de Première ES et de CAP.

    Mise en relation les élèves avec des ressources numériques afin de faire produire des travaux de synthèse aux élèves.

    La ressource numérique utilisée est le site « Lumières sur Rhône-Alpes » (base de données de videos d’informations régionales conçu et développé par l’INA sur le modèle des « Jalons pour l’Histoire du Temps Présent » pour la Région Rhône-Alpes). La video est intégrée au sein d’un corpus de type « étude de cas » en Première ou dossier CCF en CAP. Elle débouche sur l’élaboration d’une synthèse argumentée (de type « analyse de documents » du bac) avec l’aide d’un traitement de texte ou d’une présentation à l’oral de type CCF

    Le croquis de la région Rhône-Alpes

    Réalisation de croquis à l'aide de Microsoft Word 2007 en classe de Première générale et Terminale bac pro. Travail sur la méthodologie du croquis. Acquisition de connaissances. Mise en œuvre de compétence (cf trier, synthétiser, transposer, hiérarchiser, organiser, localiser…)

    Volonté d’utiliser un outil simple de cartographie offrant une plus value 

    Réflexion sur les indicateurs de réussite et leur différenciation

    L'indépendance de l'Inde

    Classe de Troisième et une classe de Terminale professionnelle.

    Analyse d’une Une du Time (dans le cadre de l’Histoires des arts) : la même activité a été proposée aux deux classes avec deux fiches de niveau (pédagogie différenciée). Cette activité est avant tout liée au souci d’une construction intellectuelle de la part des élèves eux-mêmes. Travail évolutif à l’aide d’une interface (type ENT) lors de la séance de reprise pour aboutir à une correction commune via une discussion critique des élèves.

    Le travail proposé met en avant la problématique suivante : « Comment se déroule le processus de décolonisation de l’Inde ? ».

    L’image est déstructurée (par captures d’images réalisée informatiquement (logiciel Paint)) en fonction des thématiques que les élèves ont du identifier grâce à un dossier documentaire constitué de ressources en lignes

    La mise en place de la Vème République

    Travail mené en classe de Première ES et de CAP. Activité qui a pour but de mettre en relation les élèves avec des ressources numériques afin de faire produire des travaux de synthèse aux élèves. Une ressource numérique est utilisée par les deux niveaux : video extraite du site «Jalons pour l’Histoire du Temps Présent».

    En 1ère ES, les questionnements possibles autour de cet extrait video ont donné lieu à une activité d’écriture collaborative grâce à une plate forme d’écriture collaborative simplifiée (fonctionnalité « google documents »)

    Le conflit d'acteurs dans l'aménagement du territoire

    Travail avec une classe de 1ère S et une classe de Terminale Bac pro.

    1- Maîtrise des compétences liées à l’exploitation d’un environnement de travail numérique (forum de discussion, blogs)

    2- Acquisition de connaissances sur l’aménagement du territoire et notamment sur le jeu d’acteurs et les éventuels conflits qui en découlent. Pour ce faire mise en place d’un jeu de rôle avec incarnation d’acteurs de l’aménagement du territoire par des groupes d’élèves. L’argumentaire des acteurs se construit à partir de ressources en ligne : articles de presse, sites institutionnels, sites d’acteurs…

    Le travail permet l’analyse, avec les élèves,  des nouveaux outils de communication et d’information que sont les plate formes de discussion

    Travailler également sur la modération, la teneur des propos, la question de l’identité et des droits de la personne (utilisation d’un ENT dans les apprentissages)

    Lille

    Les transformations des espaces productifs et décisionnels : Étudier, avec les TICE, l'exemple d'une reconversion industrielle dans la métropole lilloise : la Plaine image.

     

    Terminale Bac Pro – adapté pour la 3ème et la 3ème DP6

    Expliquer les mécanismes et montrer les acteurs du difficile processus de reconversion industrielle dans les régions touchées par la crise des secteurs traditionnels par l’étude d’un cas concret (entreprise ANKAMA, société de création de jeux vidéos sur internet installée sur un ancien site textile à Tourcoing)

    L’activité TICE se base sur la visite de sites institutionnels (sites d'entreprises, associations de professionnels, promotions des pôles d'activités, …) accompagnée d'un questionnaire-guide de l'élève. Elle se conclut par un schéma, construit par les élèves à l’aide du numérique, pour établir les synergies inhérentes à la création de cet espace productif « innovant ».

    Outils TICE : utilisation des « portails » d’acteurs (site de l'entreprise, site du Pôle image Nord-Pas-de-Calais, vidéo de promotion en ligne du cluster de la Plaine image, interview du directeur de la Plaine image sur la chaîne locale Grand Lille TV), classe pupitre, TNI

    Réflexion sur l’adaptation des activités en fonction des niveaux.

    Réalisation de d'une carte de synthèse sur les mutations des espaces productifs français

    Prolongement de l’activité précédente : conclusion de la séquence sur les transformations des espaces productifs

    et décisionnels français en terminale Bac Pro.

    Synthèse da cartes affichées et annotées au TNI (cf site de l’INSEE)

    La région : étudier, avec les TICE, les dynamiques et les transformations d’un territoire de proximité : l’exemple du Louvre-Lens.

     

    Testé en 3ème et 1ère.

    A travers l’étude du projet « Louvre-Lens », grâce à la manipulation par les élèves de SIG et de ressources internet, les activités TICE, inscrites dans ce thème, proposent de montrer l’importance de la reconversion, des aménagements et de la modernisation de la zone urbaine de Lens, mais aussi, par une mise en perspective assez aisée, de la région Nord Pas-de-Calais dans son ensemble. Ces travaux nécessitent l’usage de plusieurs échelles dont l’échelle diachronique, essentielle à la compréhension des choix actuels des différents acteurs de l’aménagement des territoires.

    Deux professeurs ont, chacun de leur côté, développer un scénario, mobilisant les TICE, pour leur niveau d’enseignement respectif. Si les travaux se rejoignent sur un certain nombre d’outils (Géoportail, Edugéo et Google Earth), les démarches et les mises en œuvre s’avèrent bien différentes. La place laissée à l’autonomie des élèves est aussi envisagée à des fins différentes…

    Le TNI, en collège, a servi notamment à « séquencer » le chapitre par la constitution progressive d’une carte d’organisation régionale (mise en perspective scalaire). En lycée, l’activité est conçue comme un jeu de rôles par la production d’une « présentation » par les élèves (affiches).

    Du « rural à l’urbain » : Étudier, avec les TICE les effets à grande échelle de la métropolisation du territoire français : habiter Pontcarré, petite ville de Seine-et-Marne.

     

    Niveaux : 3ème / 3ème DP6 / Accompagnement personnalisé.

    Vivre « virtuellement » la journée d’un « banlieusard » et comprendre les raisons des phénomènes d’étalement urbain et de périurbanisation qui participent à la métropolisation du territoire

    Activité TICE, basée sur des manipulations en autonomie, se propose de tenter de mettre à la portée des élèves de collège, les dynamiques à l’œuvre dans les aires urbaines des grandes villes, de concrétiser les mobilités afférentes.

    Utilisation large de Google Earth comme outil de simulation de trajet, visualisateur d’orthophotographies et support documentaire, mais aussi de site de cartographie statistique (à l’instar de Géoclip ou IAURIF…). Pour le transfert vers un autre niveau de classe, d’autres ressources sont mobilisées, à l’initiative du professeur testeur (Google Maps, modules de requêtes « commerciales » etc…).

    Nancy

    Le rayonnement de Paris

    Approche du rayonnement de la métropole parisienne à 2 niveaux grâce à l’utilisation de deux ressources numériques en ligne :

    La beauté de la ville avec http://www.paris-26-gigapixels.com/index-fr.html

    Le poids international avec « elysee.fr »

    L’exposition de Vincennes de 1931 : un parcours pédagogique pour mieux connaître la colonisation

    En 1ère, diaporama permettant, par l’agrégation de documents de différentes natures et d’hyperliens, la constitution d’un dossier documentaire agrémenté de questions afin de cerner le regard porté sur la colonisation par les Français en 1931.

    Travail en autonomie.

    Etudier les aménagements et les activités du port de Rotterdam

    Utilisation de Google Earth afin de pour compléter un fichier déposé sur une zone d’échange commune (de type ENT) avec texte et photos. Constitution d’un diaporama des aménagements permettant l’élaboration d’un schéma de la zone portuaire.

    Nantes

    Travailler le récit en Histoire : la Toussaint 1954

    Entrée dans la guerre d'Algérie par l'événement de la Toussaint 1954. Mise en convergence d’un thème qui se retrouve au collège (3ème), au lycée général (1ère S) et en lycée professionnel (Terminale bac pro).

    La démarche part des attendus (connaissances et capacités) propres à chaque niveau et cible ici la compétence "écrire". Pour cela, l'utilisation du numérique, par des outils simples (traitement de texte) ou plus avancés (création d'un schéma heuristique) permet une réelle plus-value pédagogique mais également d'en mesurer les limites (voir le bilan de l'activité). La généralisation de l'ENT e-lyco dans l'académie aura également été exploitée.

    Paris une métropole mondiale

    Mise en parallèle puis en convergence des programmes de 3ème, 1ère ES/L et Terminale Bac Pro.

    Entrée par l'item "Lire et pratiquer différents langages" de la compétence 5 du livret personnel de compétences L'utilisation du numérique, segmentée en plusieurs exercices bien distincts afin de favoriser leur réappropriation, fait appel à divers degrés de compétences et leur mise en place demande des préalables. A prolonger par une réflexion sur une progression des apprentissages TICE, au moins sur l'année.

    Outils TICE utilisés : création d’hyperliens, Google Earth, schéma par Power Point, Inkscape

    Toulouse

    Le tramway toulousain, un aménagement urbain soumis au débat

    Classe de 3ème

    Travaux de groupes en autonomie en salle informatique. Identification des acteurs intervenant dans un tel aménagement : motivations, discours, actions.

    Compléter un schéma synthétique permettant de présenter les conséquences de l’aménagement

    Logiciel de préAO de type powerpoint ou Impress, sites d’acteurs en ligne (mairie, usagers, syndicat de transports, association de riverains…)

    Société et développement durable. Les sociétés face aux risques. Situation sur la Réunion

    2nde bac pro et en 2nde Cap

    -              Lire une image satellite.

    -              Trouver des informations sur un site internet (ONF, Géoportail)

    -              Réalisation d’un croquis sur le Risque à la Réunion.

    -              Ecriture sur le risque à la Réunion : localisation, risques et aménagements

     

    Le risque requin à la Réunion

    Activités différenciées en groupes.

    Rédiger des paragraphes courts, un croquis et un organigramme sur un thème précis à l'aide de documents de nature différente.

    Organiser les productions de chacun afin de construire un poster scientifique simplifié sur le risque requin.

     

    Outils TICE : Images satellite SPOT du CNES, Image Flickr d'un panneau d'avertissement, cartes, extraits vidéos (You Tube), articles presse et dossier audio

    Sites personnels. Logiciel Multispec pour la visualisation d'images satellite

    Module Cartooo d'Open office (libre et gratuit) pour la construction du croquis.

    Logiciel de PAO Scribus (libre et gratuit) pour la mise en page

    Valoriser et ménager les milieux : la baie d’Arcachon

    1ère (ES, L, S) et Terminale Bac pro

    Confrontation d’une image satellite et d’une carte. Identifier les éléments présents sur l’image satellite et la carte IGN. Puis pour chacun des éléments, proposer un figuré et une couleur afin de l’intégrer dans un croquis de synthèse. A partir de là, compléter un fond de carte grâce à un logiciel de dessin (Paint ou Photofiltre)

    Echange des documents via l’ENT


     

    Quels bilans?

     

    Productions

     

    Les productions sont au nombre de 35 pour 7 académies impliquées. Elles ont eu recours à des ressources numériques variées :

    - ressources en ligne : sites partenaires du monde éducatif (Histoire par l’Image, Histoire-Immigration, Jalons pour l’Histoire du Temps Présent, Lumières en Rhône Alpes, Géoportail…), bases de données (INSEE, Géoclip…), sites associatifs et privés (Wikipédia…), sites institutionnels (IAURIF, elysée.fr…), sites d’acteurs (entreprises : Ankama, La Redoute… ; associations ; collectivités locales ; syndicats de transport…)

    - données numérisées (images satellites SPOT)

    - logiciels et applications : Google Earth, outils de traitement texte, de PAO, de capture et de retouche d’image, d’annotations de pages web, de cartographie ; création d’hyperliens

    outils et plateforme d’échanges collaboratifs : ENT (dokeos, e-lyco…), interface de gestion (Harp), outil d’écriture collaborative (Google documents)

    - supports d’activité : ordinateurs individuels mobilisés en salles informatiques, ordinateurs personnels lors de phases d’activités amont ou aval au temps de classe, intégration du TNI pour des activités frontales éventuellement interactives.

     

    Associer collège-lycée et lycée professionnel

    L’association entre enseignants de collège ou lycée d’une part et enseignants de lycées professionnels d’autre part s’est effectuée et a été ressentie de façon différente selon les académies. Ce type d’échanges est encore beaucoup trop rare. Il ne va pas encore de soi et mérite d’être développé.

    Chaque académie était libre de décider des modalités de la mise en place des moments de concertation et de travail entre ses enseignants. Certains binômes se sont constitués du fait de connaissances antérieures ou du fait d'une adresse administrative commune. D’autres ont été la conséquence d’une association entre des producteurs-testeurs qui ne se connaissaient pas et sont vus imposé le scenario déjà produit par le collègue dans son niveau d’enseignement sans qu’il y ait eu de réflexion commune préalable. C’est dans ce cas de figure que les binômes ont été les moins efficaces : l’"'appropriation" par un collègue d’une activité produite par un autre se fait très difficilement. Dans d’autres cas de figure, enfin, les référents ont pu s'appuyer sur l'énergie ou l'appui bienveillant d'IPR ou IEN qui ont donné les moyens de réunions entre les producteurs et ont mis en place de vraies échéances de production. Dans ces cas-là le référent a vu sa légitimité renforcée et a pu avoir un vrai rôle de coordination. Il est important ici de souligner que le thème de travail de cette année a grandement sollicité les référents qui ont dû mobiliser plus que d’habitude des collègues aux origines et aux pratiques différentes. Que les référents soient remerciés pour ce rôle de coordination qu’ils ont mené avec sérieux.

    Du fait de l’organisation des équipes productives, associant donc enseignant de collège ou lycée d’une part et enseignant de lycée professionnel d’autre part, il a été difficile de respecter l’objectif de « test » par une académie partenaire : un travail qui avait nécessité en amont la constitution d'un premier binôme aurait dû, dans sa phase aval, être approprié par un second binôme quasi similaire dans une académie partenaire. Ceci a pu être possible. Mais le plus souvent, le test (ou le regard croisé) n’a donc pu être mené par que par un enseignant, ce qui a toutefois permis la mutualisation des points de vue.

     

    Plus-values et limites de l'usage du numérique

     

    Les travaux les plus nombreux sont ceux qui mettent en relation les élèves avec un ensemble documentaire composé de ressources numériques variées (voir 5a) et de différentes natures ou de dossiers constitués par les professeurs afin d'arriver à une forme de synthèse. Il va sans dire que la première plus-value liée aux TICE est à chercher du côté de la mise en relation des élèves avec des ressources nombreuses et de qualité permettent différents niveaux d’analyse de discours d’acteur et de prélèvement d’information.

    La production de synthèse qui suit le plus souvent cette mise en relation a bien souvent été réalisée sous forme cartographique (des travaux intéressants à ce niveau soulignent que l’utilisation des fonctions de dessin des logiciels de traitement de texte les plus usuellement utilisés par les élèves est bien souvent suffisante afin de solliciter de manière pertinente les capacités relative à la structuration de la légende, à la hiérarchisation des données, à la construction graphique contrastée tout en fournissant un degré de localisation très appréciable). Elle a pu également être produite sous forme de schéma (éventuellement heuristique), de texte (productions courtes, productions longues sous forme d’écriture collaborative), d'itinéraire géographique produit avec Google Earth, de PAO (type Power Point) associant éventuellement des hyperliens… Ainsi, l’utilisation des TICE peut aider au passage d’un langage à un autre : la forme de la synthèse importe moins que les capacités qui ont été mises en œuvre en amont afin de l’alimenter et la construire

    Certains scenarii ont mené à des productions retouchables et évolutives. Après une première phase de création réalisée par les élèves, des travaux ont ainsi été ensuite vidéo projetés en classe afin de permettre une construction commune du cours. Celle-ci a pour but de valoriser les travaux des élèves. Mais surtout elles partent d’une perception de la construction du savoir qui n’est pas uniquement verticale (dans un sens allant du professeur aux élèves) mais qui intègre une part collaborative. L’ENT peut être alors mobilisé comme un outil privilégié pour permettre d’effectuer des recherches en amont par les élèves en stockant des commentaires. Il peut aussi être le lieu des échanges et de débats (« tchat ») réels ou liés à une démarche de jeu de rôle. Les supports médias et les ressources en ligne peuvent être mobilisées non seulement comme support aux questionnements mais aussi comme aide pour des recherches autonomes d’informations voire de vocabulaire (toujours guidé ou supervisé par le professeur). La videoprojection des travaux d’élèves peut être est le temps de la comparaison des productions, de la discussion critique et, éventuellement, de la production finale, facilitée par des jeux de copier-coller, glisser déposer ou par les fonctions graphiques des TNI…

    La réflexion sur la transposition d’un même thème d’enseignement auprès de publics différents pouvaient être menées de deux façons différentes : pratiquer le même enseignement afin de mesurer les différences de réalisation en fonction des niveaux ou adapter la séquence d’enseignement en fonction du différentiel de niveau (supposé ou réel)

    Certains travaux sont partis du premier postulat. Ils ont pu déboucher sur le constat de différentiels de maitrise des capacités (en fonction d’items et indicateurs qu’il s’est agi de définir au préalable ; ce qui ne pouvait être le cas qu’avec un binôme de professeurs ayant clairement identifié au préalable les capacités croisées possibles) qui peuvent d’ailleurs s’avérer surprenant. Ainsi, une équipe (Grenoble) a mis en évidence le fait que, dans le cadre d’une synthèse cartographique les élèves de bac pro fournissent des cartes à la nomenclature et à la construction en figurés beaucoup plus riches quantitativement. Le différentiel avec les élèves de 1ère S testés en parallèle ne se fait pas sur la quantité d’informations réinvesties mais sur la moindre importance accordée au choix et à la hiérarchisation…

    Un constat est partagé par beaucoup : au-delà du différentiel en niveau d’équipement, qui transcende la différence collège-lycée/lycée professionnel mais qui semble plus être liée à des contrastes géographiques, les nouveaux outils et les ressources en ligne sont dorénavant d’un usage banalisé pour a plupart de nos élèves : utilisation d’ordinateurs et d’appareils nomades, appartenance à des réseaux sociaux, pratique des plateformes d’échange… Cependant bien souvent ces ressources ne sont pas utilisées dans une optique pédagogique par les élèves (cf CR Lille). Tout se passe comme si les réseaux sociaux, qui permettent d’établir du lien, de relier les affinités et de poursuivre, virtuellement, les échanges de cour de récréation, étaient absents de la pratique didactique. Or, il est central de donner du sens à ces usages (y compris en utilisant de façon pédagogique des sites non prévus à cet effet et donc en questionnant des sites d’acteurs à plusieurs niveaux : cf Toulouse, cf Lille). Faire prendre conscience de la spécificité du langage lié à ces nouveaux médias devient de plus en plus indispensable (cf CR Grenoble). Cela contribue à renforcer la dimension citoyenne enseignée dans chacune de nos disciplines.

    Mais de plus nombreux travaux encore se sont inscrits dans un autre postulat. Ils ont eu pour but de tester l’adaptabilité des exigences du professeur en fonction du niveau des élèves. Certaines équipes ont ainsi réfléchi à des procédures différenciation des attentes selon les niveaux. Par exemple, un schéma heuristique préconstruit était à compléter pour des élèves d’un certain niveau, à hiérarchiser et à être mis en relation pour un autre niveau, à construire entièrement pour un troisième. De même, des travaux de lecture et de déstructuration d’image ont pu être accompagnés de captures d’images et de rédaction afin de légitimer les choix ou simplement d’une idée forte. Dans un autre cas, des degrés d’exigence différents ont été formulés quant à la rédaction de synthèse rédigée : texte argumentatif avec parties/sous parties/arguments et exemples pour un niveau ; production d’un seul paragraphe de synthèse pour un autre. Pour tous ces travaux de synthèse, les TICE permettent de mesurer une progression dans la maitrise des capacités puisqu’elles gardent la trace des productions.

    La différenciation pédagogique peut également passer par des fichiers différents mis à disposition des élèves. Pour un même thème étudié, les élèves sont alors mis en relation avec des dossiers documentaires plus ou moins denses ou des ressources numériques plus ou moins complexe en fonction de leur niveau de connaissance, de savoir-faire ou de maitrise de l’outil informatique. La gestion de l’hétérogénéité est ainsi prise en compte par le professeur qui a su préparer ses ressources en fonction des besoins estimés des élèves. Il peut, au cours de la phase de travail en autonomie, passer davantage de temps avec les élèves dont les savoir-faire ne sont pas encore acquis.

    Cependant, pour que l'expérience s'avère concluante, il faut que les équipes identifient des capacités communes. Or, si, du fait de la mise en place de l’école du socle, les collègues de collège commencent à mobiliser de plus en plus leurs réflexions en terme de capacités ; si les collègues du LP depuis plus longtemps encore tendance à réfléchir en termes de savoir-faire ; si le lycée, bien que non encore doté d’outils comparable aux « livrets de compétence », s’ouvre de plus en plus aux démarches et capacités (voir les nouveaux programmes)… forces est toutefois de constater que les grilles de référence et terminologies relatives aux capacités ne sont pas les mêmes au sein ces trois niveaux. Il reste donc à enclencher une importante réflexion  sur les passerelles entre ces trois niveaux. Bien souvent les élèves sont mobilisés sur des capacités identiques quelle que soit leur niveau d’enseignement. Ils ont alors d’autant moins l’impression de progresser que les capacités qu’on leur fait travailler ne sont pas toujours identifiées par les enseignants. Au sein de l’expérience TRAAM de cette année, les équipes qui ont réussi à valoriser l'utilisation des ressources numériques sont celles qui ont su créer un langage commun ou des items d'évaluation communs et les présenter comme tels aux élèves. Partant du constat d’une absence de progression entre les grands niveaux d’enseignement, certaines équipes ont même proposé autour de capacités ciblées (recherche sur internet, utilisation de Google Earth, réalisation du croquis) une réflexion sur la manière dont on peut réactiver et consolider les acquis d’un cycle à l’autre avec proposition d’une progression des apprentissages (Amiens).

    Cette démarche, qui nous semble aller de soi, gagnerait à être généralisée. Au-delà, c’est toute la question de la transmission des savoirs et savoir-faire entre niveaux (école-collège ; collège-lycée ; collège-lycée professionnel…) qui se trouve à nouveau posée ici. Pour l’essentiel, elle reste à construire.

     

     

     

     

    Nicolas ROCHER

    (à partir des travaux des équipes académiques)

    Coordinateur national des TraAM en Histoire Géographie