CR réunion nationale des interlocuteurs académiques 2008

 Quelques éléments de la réunion tenue à Strasbourg  les 10-11 décembre 2007

Lycée Marc Bloch
 

1- Le site IGN Edugeo.fr (www.edugeo.fr)

Il s’agit de la variante éducative de géoportail. Les professeurs pourront y accéder par abonnement. L’ergonomie actuelle du site correspond à l’ancien géoportail mais cela devrait changer sous peu. 11 thématiques en relation avec les programmes ont  été retenues. Pour ces dernières on a à disposition toutes les donnée de géoportail. Mais sont incluses de plus des données photographiques mosaïquées et orthorectifiées et des cartes topographiques  jusqu’à 30 ans sont mis à disposition afin d’analyser  l’évolution du territoire sur cette période. L’exemple de Roissy a été présenté.

Pour la mi janvier 2008, Edugéo sera doté d’un logiciel simple de croquis, et de l’affichage 3D.  Enfin dans la dernière phase des fonctions simples de SIG seront disponibles.

Enfin les abonnés disposeront sur le site des fiches dictatisées sur les 11 zones (à terme toutes académies), un espace de mutualisation et un wiki.

Le site sera   gratuit les trois premiers mois de son lancement..La présentation détaillée du produit final  aura lieu   FIG 2008.

 

Les exemples pédagogiques qui ont pris du retard dans l’attente de livraison des données par l’IGN d’EDU’bases.

2 - « Comment développer les usages des TiC auprès des professeurs d'Histoire-Géographie et les EDU’bases ? »

 

a) L'IGEN  demande de réfléchir à des séquences TICE très simples pour permettre aux collègues hésitants de se lancer. L'objet débats a été le suivant :

Doit-on suivre une logique de facilitation pour les enseignants réticents,  en proposant des fiches simples, voire simplistes, ou comme certains l’ont souligné  doit-on considérer qu’il y a un effort minimum à faire de la part de l’enseignant qui doit être au niveau C2i ? Ne pas utiliser les TICE n'est pas un stigmate infamant... mais n'y a-t-il pas une carence professionnelle dans le fait d'ignorer les évolutions TICE de nos 2 disciplines ?

Qu'est-ce qu'une « utilisation des TIC » ? Aller sur Internet est-ce une activité TICE ? En rebondissant sur le constat des IA-IPR, peut-on considérer que le simple fait d’aller faire consulter Internet à des élèves ou pour illustrer un cours est  une réelle activité TICE ? On retrouve alors le défi proposé par l’IGEN sur l’analyse critique et les dérives qui apparaissent. 

Que veut dire « très simple » ? Le « one click » par exemple ? Utiliser les TICE suppose un bagage technique minimal que le professeur se doit d'acquérir s'il veut utiliser les TICE ... comment l’acquérir : quelle formation/auto-formation/co-formation ?

b) L'outil Édu'Base

Constat : devant la charge de travail en académie,  et localement le manque de moyens, un certain nombre d’académies ne remplissent plus les fiches EDU’bases. De fait le débat s’est alors focalisé sur ce qui peut ou doit être demandé à un enseignant.
 
 
Faut-il se retreindre à des fiches uniquement exposant une réelle activité  TICE  ou doit-on conserver la totalité de ce qui est validé au niveau académique comme étant la richesse de la production mutualisée ?

 

A la fin de cette réflexion qui doit se poursuivre avec le réseau des interlocuteurs, trois demandes sont adressées :

- continuer à remplir les Édu'Bases. Il est nécessaire de continuer à alimenter la base mais comment ce site doit il évoluer ? Il faudra que les académies se mettent d’accord sur une liste de vocabulaire par discipline pour l’indexation. Le problème de la double indexation sur le site académique et Edubase est posé.

- réactualisation des liens

- Mise en place d’un fil RSS des Édu'Bases  en page d'accueil de chaque site académique disciplinaire

 

3) Conférence de B.Allenbach (Service Régional de Traitement d’Images de Télédétection ; http://sertit.u-strasbg.fr/) :  gestion des risques avec des données satellitaires évènementielles

 

sertit.jpg

Le SERTIT produit  des cartes rapides sur commande lors de catastrophes naturelles ou industrielles. Pour produire ces cartes il  utilise les images satellitaires qui sont à sa disposition.

Depuis 2000, sur initiative de l'Agence Spatiale Européenne, une charte internationale appelée « Espace et catastrophes majeures » (http://www.disasterscharter.org/charter_f.html) permet d'obtenir une cartographie rapide de situations de crise. Cette charte, signée entre différentes puissances spatiales,  met à disposition, de manière gratuite en cas de crise, toutes les images pris par différents satellites. Les Nations Unies peuvent déclencher une demande. La charte est de plus en plus reconnue et donc utilisée, environ 3 fois par mois, surtout pour les inondations, les séismes et les incendies. Depuis 2001 plus de 160 cas ont donné lieu à un déclenchement de charte dont 35% sur des inondations et 19% sur les séismes. Ces cas sont en progression constante et ils concernent majoritairement l'Europe.

En pratique, lors d'une catastrophe majeure : un organisme national (habilité à intervenir sur la zone de la catastrophe comme par exemple la « sécurité civile » en France) contacte un guichet unique (à l'échelle mondiale) qui, si il juge l'appel valable enclenche la procédure ;  les agences spatiales ayant signé la charte (la plupart des agences mondiales) fournissent de l'imagerie sur la zone. Cette imagerie est réceptionnée et envoyée vers un organisme de traitement cartographique rapide (comme le Sertit) qui produit de la donnée cartographique et l'adresse aux organismes qui interviennent sur la zone.

La carte obtenue, produit final d’un traitement d’image intégré dans un SIG, est une carte de l’évènement qui peut servir :

-         pour guider les secours lors de la phase de crise,

-         pour des études d’évaluation des dégâts par comparaison cartographique avant et après la catastrophe,

-         enfin pour planifier des aménagements pour éviter la répétition des mêmes conséquences (sens d’évacuation des eaux et  structures bloquantes dans les cas des inondations par exemple). Apparition de la notion de « mémoire de crise » pour gérer celles à venir. 

inondations-arles.jpg
Exemple de transfert pédagogique des inondations d’Arles (Décembre 2003) sous SIG et classification TITUS2,  réalisé avec le SERTIT,  pour les formations du CNES pour les enseignants (Copy CNES, Rencontres 2006).

Dans les teintes de bleu et vert, le fleuve et les différents états des sols inondés ;  en rouge les lignes d’écoulement vers le sud de la nappe d’inondation, en jaune les directions de ressuyage des zones inondées.

Les cartes obtenues sont consultables sur le site du SERTIT. Sous certaines conditions (financières et de propriété intellectuelle)  il pourra être  envisageable d’obtenir certaines données à titre d’exemple pour être intégrées dans un SIG telle que ci-dessus.

Voir aussi la fiche pédagogique établie par l’Agence spatiale Européenne (ESA) : http://esamultimedia.esa.int/docs/edu/SpaceAndMajorDisasters_FR.pdf

 

4 - Présentations pédagogiques

  • Présentation par A.Lamotte (académie de Créteil)  du SIG de l’IAURIF, Institut d’aménagement urbain de la Région Ile de France, (http://sigr.iaurif.org.).

Dans le cadre de l’accord de l’académie avec l’IAURIF des  activités pédagogiques ont été développées :  http://ww3.ac-creteil.fr/hgc/spip/Mutations-urbaines-et-analyses

Idées de travail retenues par l’interlocuteur académique de Grenoble : on peut créer le film de la transformation d'un territoire

 --> sur le SIG  de l'IAURIF il faut afficher les cartes aux dates différentes et, pour chacune d'elle, la récupérer par <impecran> et la coller dans une diapositive ppt. Ensuite on affiche successivement les diapos et on obtient le film... Voir : http://ww3.ac-creteil.fr/hgc/spip/IMG/ppt/film_croissance_urb_bussy.ppt

On peut réaliser un croquis avec Powerpoint : afficher la photo aérienne, délimiter et identifier les différents espaces (les légender) enfin on retire la photo et on obtient le croquis. Voir : http://ww3.ac-creteil.fr/hgc/spip/IMG/ppt/croquis.ppt

  • Présentations par D. Mallaisy (académie de Reims) :  la plate-forme Pléi@d  développée par l’académie de Reims et le CNAM pour la formation à distance :  http://ne.pleiad.net. On peut tester cette plate forme avec les login et mot de passe suivant : login et pswd : fstagiaire1 ; démonstration d’un applet qui permet en quelques clics de faire un hyper-paysage. L’applet est téléchargeable à l’adresse suivante : http://dominique.mallaisy.free.fr/hyperpaysages/  
  • Présentation par JM Bonnefoy (académie de Dijon) : les dernières évolutions du logiciel WINGIS,  SIG éducatif permettant l’affichage de couches d’informations sous différents formats et des requêtes logiques et spatiales. Le logiciel et son tutoriel sont téléchargeables à l’adresse suivante : http://www.drivehq.com/file/df.aspx/publish/bonnefoy/Telechargement/Install_WinGIS.zip
  • Présentation par F. David (académie d’Orléans Tours) de fiches intégrant des archives locales numérisées. Dans l’académie d’Orléans Tours, chaque département doit fournir au minimum une fiche intégrant un document d’archive locale et une exploitation TICE de ce document pour le lycée et pour le collège. Le thème doit se caler sur le thème des rendez vous de l’histoire. Référence : www.ac-orleans-tours.fr/rdv-histoire/2007/departements.htm

 

  5 - Un ENT , Quels contenus? Quels usages? (Michel Sauvade Académie de Clermont-Ferrand)

ent-auvergne.png

http://www3.ac-clermont.fr/ENTAuvergne/index.html 

L’ENT Auvergne  est paramétrable par chaque établissement utilisateur et chaque enseignant peut moduler sa page d’accueil.

Il est ainsi possible ou non d’accéder à certaines informations  par les élèves et les parents concernant la scolarité tel que  absences, notes, cahier de texte de la classe.  Le lien ci après  donne  le tableau des possibilités :

(http://www3.ac-clermont.fr/ENTAuvergne/documents/droits/tableau_droits.xls )

Le professeur  peut par les fonctions «  back-office »  gérer les travaux et devoirs des élèves et travailler en décalé.

 Il peut aussi accéder directement à certaines ressources numériques ( site TV Jalons …) télécharger un logiciel   et le mettre à disposition des élèves. Il est possible de déposer un document ou un  un lien internet dans l’espace commun  à destination des  élèves si cela est nécessaire.

L’ENT choisi par les collectivités locales de l’académie de Strasbourg fonctionne sur le même principe.

Conclusions : Nous remercions tous les interlocuteurs présents pour leurs contributions très actives aux échanges qui se sont faits durant les deux journées.

PS :  

Ce compte rendu a été rédigé à partir des notes prises par P.Buysse et M. Vauzelle,  et  des interlocuteurs  académiques JP.Meyniac (Grenoble), C.Poinsignon (Strasbourg) et P.Sallet (Besançon), F.David ( Orléans-Tours) que nous remercions.

 
Date de publication : 06/06/2008 16:28