Utiliser Edugéo en CM1

5 personnes conseillent ce contenu

Dans le cadre du GREID 1er degré de l’Académie de Créteil, des scenarii pédagogiques ont été créés.
Le but est d’avoir un outil lisible prêt à l’emploi pour les enseignants désirant travailler avec les ressources proposées par le portail Eduthèque.
Le but est d’accompagner le développement du numérique en géographie en lien avec les programmes de cycle 3.

Ce scenario s’appuie sur le thème 1 du programme de CM1 : "découvrir le lieu où j’habite".

Présentation du scénario :

Résumé 
Par ces activités, les élèves redécouvrent le quartier de leur école en construisant des repères géographiques. Ils utilisent des outils numériques, essentiellement la tablette. Ils apprennent à utiliser un outil de cartographie en ligne Edugéo, disponible sur le portail Eduthèque pour être plus efficaces (cf modèle SAMR : la technologie informatique permet de nouvelles tâches qui étaient impossibles auparavant).
Ce scénario conduira les élèves à situer le quartier dans des territoires plus vastes, telle que la ville à l’issue de cette séquence, ou la région et le pays, à l’issue de l’année.

Types d’activités :
Recherche, appropriation, catégorisation, entraînement : sortie sur le terrain et repérage des lieux rencontrés, construction de savoirs savants, usage d’outils numériques et de services en ligne.

Domaines d’enseignement et composantes
Géographie :
- Thème 1 : découvrir les lieux où j’habite ;

  • Identifier les caractéristiques de mes lieux de vie ;
  • Localiser mes lieux de vies et les situer à différentes échelles.
    Français :
  • Produire des écrits variés en s’appropriant les différentes dimensions de l’activité d’écriture.

Domaines du socle : 1, 2, 5

  • Se repérer dans l’espace : construire des repères géographiques ;
  • Pratiquer différents langages en géographie ;
  • Raisonner, justifier une démarche et les choix effectués ;
  • Comprendre un document ;
  • S’informer dans le monde numérique ;
  • Coopérer et mutualiser.

Délimiter mon lieu de vie :

Activité 1 : je me représente mon lieu de vie

  • Mise en route : consensus
    Le groupe classe s’est mis d’accord sur les différents trajets qu’empruntent les élèves pour se rendre de leur domicile à l’école mais aussi de façon plus générale, dans leur quotidien. Ce concensus délimitera une première représentation du quartier.
  • Recherche : visite du quartier
    La classe effectue la visite du quartier telle qu’elle a été définie. Ils prennent des photos des lieux significatifs : commerces, places, parcs, jardins, monuments, bâtiments, etc. Ils peuvent enregistrer les ambiances sonores représentatives du quartiers qui permettent de se localiser.
  • Il est important de partir des réalités concrètes des élèves en s’appuyant sur le vécu collectif. Cette activité introductive permet de faire la transition avec ce qui a été vu au cycle 2.
  • Ne pas hésiter à effectuer des arrêts, afin de laisser le temps aux élèves de repérer certains éléments : reliefs, agencement des rues les unes par rapport aux autres, etc. Le rôle de l’enseignant est d’orienter le regard en questionnant les élèves : espaces, mobilier urbains, éléments naturels, population, etc.

Activité 2 : je définis mon lieu de vie

  •  Mise en commun : catégorisation
    Consigne : Nous avons parcouru notre quartier. Comment définiriez-vous ce qu’est un quartier ?

On s’appuie sur les images et les sons pris durant la visite. Les élèves identifient, décrivent et situent les lieux qu’ils pratiquent au quotidien. Les mots émergents sont inscrits au tableau : magasins, maisons, immeubles, collège, parc, bois, etc. Une première définition du quartier est arrêtée.

  • On amènera les élèves à réfléchir sur des éléments repères (rues, arrêts de bus, commerces) afin d’affiner la définition du quartier par l’observation.
  • Structuration : émergence de savoirs savants
    Consigne : Nous venons de définir notre quartier au travers de nos parcours du quotidien. Mais le quartier est un espace géographique, c’est à dire que les géographes le définissent pour mieux comprendre l’espace. Quelle en est donc sa définition savante ? Vous disposez de vos manuels et d’internet (Qwant).

Installation d’un vocabulaire spécifique à la géographie :
Le quartier : “En France, un quartier est une division administrative d’une ville et une échelle d’appropriation d’une partie de la ville par ses habitants. C’est donc une partie d’une ville ayant certaines caractéristiques ou une certaine unité”.
Le bâti : maisons, immeubles, bâtiments administratifs, commerces, espaces de loisirs, etc.
Le non bâti : espaces verts, naturels ou non.

Identifier les caractéristiques de mon lieu de vie :

Activité 3 : de la vue aérienne oblique au croquis

  • Mise en route : se représenter
    En vidéo projection, l’enseignant se positionne via Google Earth sur l’école vue de face (Street-View) et bascule vers la vue aérienne oblique, puis la vue aérienne pour accompagner la compréhension des élèves.
    >> Google Earth permet le passage de la vue aérienne oblique à la vue aérienne de dessus. Cette fonctionnalité n’est pas disponible sur tablette. Le collectif est donc ici incontournable.
  • Recherche (par groupe)
    Consigne : Vous avez donc sur votre tablette une vue aérienne de votre quartier. Repérer les lieux et espaces connus. Vous pouvez vous aider des photos que vous avez prises durant la sortie. Dans un second temps, et à l’aide de l’outil polygone sur Édugéo (dans « Je dessine »→« Polygone ») , comment classer et légender les différents espaces que vous identifiez ? 
    Via Édugéo, l’enseignant a préparé sur l’ordinateur « manager » (Sqool) ou « configurator » (Apple) la vue aérienne de l’école et pousse les fichiers sur les tablettes. Les élèves disposent ainsi d’un cadre délimité de l’école et des alentours proches. Il s’agit, pour les élèves, de se référer à la réalité de leur visite (mémoire des événements, photographies) et de catégoriser les différents espaces du quartier ou de la ville.
  • L’enseignant aura sélectionné dans « J’affiche »→« Ajouter des données »→ « photographies aériennes » et « cartes IGN » pour permettre la catégorisation des élèves. Le dosage des pourcentages est, en soi, une compétence méthodologique.
  • Le parti pris des concepteurs de ce scénario pédagogique est de ne pas nier la réalité de la prise en main de l’outil polygone en particulier, et d’Édugéo en général. Pour autant, la réalité est bien celle-ci : modifier ses pratiques par l’usage du numérique. L’enseignant pourra donc présenter le principe général de polygone en collectif. Le tâtonnement des élèves fera partie intégrante de l’activité proposée. Le soutien d’un conseiller pédagogique en co-intervention est à anticiper.
  • Mise en commun : émergence de savoirs savants
    Chaque production est poussée sur le tableau interactif et un rapporteur commente les choix de catégorisation de son groupe. Les différents résultats font l’objet d’une confrontation. L’enseignant synthétise sur le TNI les choix opérés. Le but est d’aboutir à la réalisation d’un croquis expert à partir de la catégorisation des différents espaces.

    Installation d’un vocabulaire spécifique à la géographie :
  • Dans son quartier, on observe différents zones et espaces :
  • zones d’habitat (du bâti : immeubles, tours, pavillons individuels, lotissements)
  • zones d’activités (du bâti : usines, commerces)
  • espaces de loisirs (du bâti : installations sportives, cinémas, salles de spectacles, etc.)
  • espaces verts (du non bâti : espaces naturels ou non)
    Le croquis alors réalisé se substitue à la vue aérienne. Il servira de référence et sera comparé à d’autres quartiers (dans le cadre d’un échange inter école, par exemple via un ENT).

Identifier le cadre général dans lequel s’inscrit mon lieu de vie :

Activité 4 : du quartier à des espaces plus vastes

  • Recherche (par groupe)
    Consigne : Quels repères vous semblent les plus pertinents pour situer le quartier de l’école dans un espace géographique plus vaste ?

Plusieurs choix peuvent être opérés par les élèves : suivre les axes routiers visibles à cette échelle, les voies ferrées, les rivières, les fleuves.

  • Pour cela, il faut afficher la couche « dénominations géographiques » qui rend lisible le nom des communes et des quartiers (« J’affiche »→« Ajouter des données »→”Réseaux, bâtiments et données administratives→”dénominations géographiques”)
  • L’outil « point » (« Je dessine »→« Point ») est présenté aux élèves afin de marquer le cheminement.
  • Il est important dans cette phase de recherche de laisser les élèves prendre la mesure du niveau de zoom pour ne pas perdre de vue le quartier.
    Au-delà de la seule détermination de l’espace géographique dans lequel se situe le quartier, les procédures expertes pour y parvenir (domaine 2 du socle commun) seront mises en avant.
  • Mise en commun : émergence de savoirs savants
    Le quartier est inséré dans un ensemble plus vaste : la « grande ville la plus proche ». Une première approche de zone rurale et de zone urbaine est initiée.
    Installation d’un vocabulaire spécifique à la géographie :
  • Axes de transports : axes routiers, voies ferrées, voies fluviales ;
  • Espace urbain, espace rural.

Là encore, la production co-construite est mise en ligne sur l’ENT pour comparaison avec les espaces des écoles partenaires.

Evaluer ses connaissances et ses compétences :

Activité 5 : préparation de l’évaluation et de la fiche réussite  
Elle peut prendre la forme d’une carte d’identité du quartier, d’une carte mentale etc. Il est intéressant de mettre en relation toutes les différentes activités : photos, prises de son, textes, cartographie etc.
Le vocabulaire géographique apparaît pour mémorisation :

  • Le quartier : “En France, un quartier est une division administrative d’une ville et une échelle d’appropriation d’une partie de la ville par ses habitants. C’est donc une partie d’une ville ayant certaines caractéristiques ou une certaine unité”.
  • Le bâti : maisons, immeubles, bâtiments administratifs, commerces, espaces de loisirs, etc. ;
  • Le non bâti : espaces verts, naturels ou non ;
  • Les zones :
    -  zones d’habitat (du bâti : immeubles, tours, pavillons individuels, lotissements,
    -  zones d’activités (du bâti : usines, commerces),
    -  espaces de loisirs (du bâti : installations sportives, cinéma, salles de spectacles, cinéma, etc.),
    -  espaces verts (du non bâti : espaces naturels ou non).
  • Les axes : routier, ferré, fluvial.
  • Les espaces :urbain, rural.
    L’évaluation des compétences en lien avec le travail collaboratif et l’usage du numérique se fera tout au long de la séance.

Pistes de prolongement et d’interdisciplinarité :

  • Projet de correspondance avec des classes partenaires
    Autour du comparatif des quartiers et des espaces proches.
  • Histoire
    Autour des cartes historiques, montrer l’importance des axes de communication dans l’urbanisation d’une région (par exemple l’importance de la Seine et de la Marne dans le développement du Val-de-Marne).
  • Arts plastiques
    Autour d’une carte postale du quartier comme proposé par le concours « Cartographie ton quartier ».
  • Education musicale
    Autour des paysages sonores de la ville.
  • Education musicale
    Autour d’un bâtiment remarquable du quartier de l’école ou de la ville proche.
PDF - 662.3 ko

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

Pour rester informé, abonnez-vous à la lettre d'information Prim à bord

Ce formulaire renvoie vers le serveur de liste. Un lien de validation vous sera envoyé afin de confirmer votre inscription.

Pour vous désabonner de la liste, suivez ce lien.

« L'École change avec le numérique » : un des grands axes de la loi de Refondation de l'ÉcoleLe Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche s’est doté d’une stratégie ambitieuse visant à faire du numérique un facteur de réduction des inégalités. Améliorer l’efficacité des apprentissages, lutter contre le décrochage, développer la créativité de tous et mieux préparer les enfants à vivre et à travailler en citoyens autonomes et responsables dans la société de demain constituent les grands axes de cette ambition. La loi d’orientation du 8 juillet 2013 instaure le service public du numérique éducatif, dont la mission est d’organiser et de stimuler une offre de contenus et de services numériques de qualité à destination de l’ensemble de la communauté éducative. La direction du numérique pour l’éducation (DNE), créée au mois de mars 2014, a pour rôle de piloter la mise en place et le déploiement de ces nouvelles dispositions, en mettant en synergie tous les acteurs et partenaires du numérique et des systèmes d’information.