Le numérique et l’apprentissage autonome d’une poésie

8 personnes conseillent ce contenu

Introduction :

Dans le but de mémoriser, de mettre en voix et de réciter des textes de poésie, des élèves de cycle 3 vont être amenés à utiliser des outils numériques afin de s’enregistrer.

Le but de cette expérimentation est d’estimer l’intérêt de ce type de pratique dans l’acquisition de compétences en langage oral, en autonomie et dans l’accès à la culture littéraire.

Compétences :

Attendus de fin de cycle en LANGAGE ORAL

- Techniques de mise en voix des textes littéraires (poésie, théâtre en particulier). (p.103)
- Techniques de mémorisation des textes présentés ou interprétés. (p.103)
- Mobilisation des ressources de la voix et du corps pour être entendu et compris (clarté de l’articulation, débit, rythme, volume de la voix, ton, accentuation, souffle ; communication non-verbale : regard, posture du corps, gestuelle, mimiques). (p.103)

Exemples de situations, d’activités et de ressources pour l’élève en langage oral


- Utilisation d’enregistrements numériques, les logiciels dédiés pour travailler sur le son, entendre et réentendre un propos, une lecture, une émission. (p.103)
- Apprentissage de techniques pour raconter, entrainement à raconter des histoires (en groupe ou au moyen d’enregistrements numériques). Travail de préparation de textes à lire ou à dire de mémoire. Entrainements à la mise en voix de textes littéraires au moyen d’enregistrements numériques.
- Utilisation d’écrits supports pour les présentations orales (notes, affiches, schémas, présentation numérique). (p.104)
- Enregistrements audio ou vidéo pour analyser et améliorer les prestations (p.104)

Matériel :

tablettes ou ordinateurs

logiciel audacity ou application “magnétophone” sur ipad ou “ Lexis Audio Editor“ sur android

accès internet au site des poésies exemples :
(http://www.pri91.ac-versailles.fr/DisMoiDixPoesies/)

  • 1 PRÉSENTATION DU PROJET et EXPLICITATION DES ATTENDUS

Nous annonçons aux élèves que , dans le cadre de la validation des attendus en langage oral et de l’accès à une culture littéraire, un travail sur plusieurs séances réparties sur plusieurs semaines va être mené en classe. Il s’agira de travailler la préparation de textes poétiques, à lire, et à dire de mémoire au moyen de d’outils numériques mais également de s’entraîner à la mise en voix de ces textes.

Pour illustrer ces attendus, un blog composé de poésies (lues et interprétées par des adultes) est présenté aux élèves. L’adresse de ce blog leur est confiée pour consultation et choix d’une poésie (parmi celles proposées sur le site ou non).

  • 2 PREMIERS ENREGISTREMENTS, PRISE EN MAIN DU MATÉRIEL

Une fois que chaque élève est en possession d’un texte, les outils informatiques de l’école sont mis à disposition afin de s’entraîner à s’enregistrer et s’écouter. (Les enregistrements d’entraînement ne sont pas conservés)

La première séance vise à faire acquérir aux élèves des savoir-faire techniques. Si possible en petit groupe (avec un enregistreur chacun).

C’est la première utilisation des outils numériques c’est à dire pouvoir (selon le matériel utilisé) :

lancer le logiciel Audacity (ordinateur) ou ouvrir l’application Magnétophone (Ipad) ou Lexis (android) ou encore allumer ZOOM (l’enregistreur numérique)
écouter l’enregistrement effectué
le supprimer

  • 3 ÉVALUATION FORMATIVE ET GUIDE D’APPRENTISSAGE

La séance s’organise par petits groupes et en deux étapes.

Elle vise d’une part à repérer les élèves ayant besoin d’un accompagnement pour l’utilisation du matériel informatique, et d’autre part à donner les explications et les consignes suffisantes afin de permettre aux élèves experts de travailler en autonomie.

Tout d’abord, un guide d’apprentissage sous forme de tableau au format A4 est présenté et distribué aux élèves afin de leur fournir une aide méthodologique. Ce tableau indique les différentes étapes à suivre pour l’apprentissage et l’évaluation. Il incite et permet l’avancée individuelle et le travail autonome de chacun (travailler en binômes ou en petits groupes est aussi envisageable).

Ensuite lors de la séance suivante on observe le degré de réinvestissement dans l’utilisation de l’outil numérique choisi.

Enfin, une deuxième utilisation permet de lancer les élèves en autonomie afin qu’ils puissent :

- nommer l’enregistrement pour le conserver
- l’exporter vers un Nuage de stockage (Edu-nuage), un dossier partagé ou une carte mémoire
- accéder à l’espace de stockage et retrouver son enregistrement pour duplication

Il est important d’indiquer aux élèves une date avant laquelle ils devront avoir enregistré la récitation personnalisée de leur texte afin de la soumettre à l’évaluation.

Une grille de suivi permettra à l’enseignant d’indexer le niveau d’avancée de chacun.

  • 4 RÉCITATION ET ÉVALUATION

Plusieurs situations d’évaluation sont envisageables après validation de l’enregistrement par l’enseignant :

- l’élève récite son texte devant la classe
- l’élève diffuse l’enregistrement de sa récitation

Contraintes :

Nécessité pour l’enseignant de construire une grille de réécoute critique des propres enregistrements des élèves.

Retours élèves/enseignant :

- Motivation décuplée par l’idée d’une publication sur le site

- Traitement de l’erreur facilitée : “moi j’entends mes erreurs et du coup je ne les refais plus” ; Sollicitation de la mémoire auditive : “j’ai besoin d’écouter pour apprendre”

- Facilitateur du travail en autonomie : “on n’a pas besoin d’adulte pour apprendre”, “là je peux apprendre tout seul”

- Adapté aux élèves inhibés : “je n’aime pas réciter devant tout le monde”, “Comme y avait pas les autres on pouvait la dire comme on voulait”

Conclusion :

- fournir à l’élève un outil lui permettant de s’enregistrer pour se réécouter et se corriger favorise d’une part son implication dans la tâche, d’autre part son application à la réaliser.
- permettre à l’élève de répéter l’exercice d’enregistrement et de réécoute, à volonté, aide à l’imprégnation et l’apprentissage du texte
- « fixer » la lecture ou la récitation d’un texte par l’enregistrement numérique, facilement exploitable pour correction ou évaluation, améliore le sens que l’élève donne à ces exercices.
- le recours à un enregistreur (tablette, ordinateur, enregistreur numérique) permet, pour certains élèves, de lever la barrière de l’inhibition provoquée par la lecture orale ou la récitation.
- dans le cadre d’un projet d’écriture, si l’enregistrement de la production fait partie des finalités du projet, l’élève s’obligera davantage à se lire au cours de son activité d’écriture ce qui est la garantie d’un meilleur écrit.
- le caractère numérique des enregistrements réalisés facilite l’archivage, la transmission et la diffusion.

Difficultés rencontrées :

  1. organisation de classe (bruit, nombre d’élèves s’enregistrant, …)
  2. Prise en main de l’outil (assez rapide)
  3. Export des fichiers
  4. Nécessité d’un travail en autonomie

Prolongements

préparation d’exposé (s’entraîner à prendre la parole…)
productions d’écrit (relire son texte, l’enregistrer, le réécouter, avec comme objectif de se servir de l’outil comme support de relecture…)
lecture à voix haute (compétences de lecture avec différenciation possible ; temps de lecture démultiplié ;
labo de langue

Documents :

- grille méthodologique élève

- tutoriel application magnétophone (ipad) pdf

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

Pour rester informé, abonnez-vous à la lettre d'information Prim à bord

Ce formulaire renvoie vers le serveur de liste. Un lien de validation vous sera envoyé afin de confirmer votre inscription.

Pour vous désabonner de la liste, suivez ce lien.

« L'École change avec le numérique » : un des grands axes de la loi de Refondation de l'ÉcoleLe Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche s’est doté d’une stratégie ambitieuse visant à faire du numérique un facteur de réduction des inégalités. Améliorer l’efficacité des apprentissages, lutter contre le décrochage, développer la créativité de tous et mieux préparer les enfants à vivre et à travailler en citoyens autonomes et responsables dans la société de demain constituent les grands axes de cette ambition. La loi d’orientation du 8 juillet 2013 instaure le service public du numérique éducatif, dont la mission est d’organiser et de stimuler une offre de contenus et de services numériques de qualité à destination de l’ensemble de la communauté éducative. La direction du numérique pour l’éducation (DNE), créée au mois de mars 2014, a pour rôle de piloter la mise en place et le déploiement de ces nouvelles dispositions, en mettant en synergie tous les acteurs et partenaires du numérique et des systèmes d’information.