Des ateliers autonomes personnalisés en CP Prendre en compte les réussites de chaque élève

4 personnes conseillent ce contenu

La mise en place de l’AP a été, pour Véronique Le Clec’h enseignante en CP dans la circonscription Saint-Brieuc Est (22) un levier pour repenser l’organisation de la classe.
Ce temps de travail a permis de répondre à plusieurs objectifs :

  • instaurer des coins jeux et de manipulation ;
  • proposer de la différenciation à tous les élèves ;
  • rendre lisible sa classe aux élèves ;
  • construire des situations opérationnelles et rapidement utilisables pour l’élève.

Son expérience en classe maternelle a contribué à mettre en place très tôt un atelier dirigé et des ateliers en autonomie. Pour cela, tout un travail sur la notion d’autonomie fut nécessaire pour permettre l’évolution des conditions de travail :

  • laisser le choix à l’enfant en fonction de ses besoins ou envies ;
  • proposer des supports autocorrectifs pour rendre possible des essais-erreurs ;
  • mettre à disposition des situations complexes pour que les élèves répondent à des compétences du programme.

Les observations tout au long de ces adaptations ont clarifié chez l’enseignante la distinction entre « mettre en autonomie » et « travailler l’autonomie ».

Ces ateliers autonomes avaient de tels apports positifs sur l’acquisition des notions, l’implication des élèves, le développement de leur confiance, qu’ils ont pris le dessus sur l’atelier dirigé.

L’enseignante disponible pour tous pouvait étayer, conseiller et adapter les situations.

Pour faciliter la gestion des compétences, l’apport du numérique et d’une application dédiée à l’évaluation a permis de réaliser un cahier de suivi, de consigner les essais et valider les réussites.
Le diagnostic des compétences a ainsi été régulièrement assuré par ce support privilégié.
L’élève engagé dans l’évaluation de ses compétences devait s’auto-évaluer puis croiser son regard avec celui du professeur.
Cette rétroaction stratégique a renforcé la posture d’apprenant et facilité l’organisation de la classe.

L’expérience centrée sur l’observation des apprenants et la réussite de tous s’est développé en lien avec la personnalisation des apprentissages qui a ainsi profité aux élèves comme au professeur.

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)

Pour rester informé, abonnez-vous à la lettre d'information Prim à bord

Ce formulaire renvoie vers le serveur de liste. Un lien de validation vous sera envoyé afin de confirmer votre inscription.

Pour vous désabonner de la liste, suivez ce lien.

« L'École change avec le numérique » : un des grands axes de la loi de Refondation de l'ÉcoleLe Ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche s’est doté d’une stratégie ambitieuse visant à faire du numérique un facteur de réduction des inégalités. Améliorer l’efficacité des apprentissages, lutter contre le décrochage, développer la créativité de tous et mieux préparer les enfants à vivre et à travailler en citoyens autonomes et responsables dans la société de demain constituent les grands axes de cette ambition. La loi d’orientation du 8 juillet 2013 instaure le service public du numérique éducatif, dont la mission est d’organiser et de stimuler une offre de contenus et de services numériques de qualité à destination de l’ensemble de la communauté éducative. La direction du numérique pour l’éducation (DNE), créée au mois de mars 2014, a pour rôle de piloter la mise en place et le déploiement de ces nouvelles dispositions, en mettant en synergie tous les acteurs et partenaires du numérique et des systèmes d’information.