MEN
Les métamorphoses du livre et de la lecture à l’heure du numérique
Retrouvez toute l'information sur Éduscol

Accueil > Actes 2010-2015 > Actes 2014 > Première journée

Première journée

Lundi 17 novembre 2014

Bibliothèque Nationale de France
11, quai François Mauriac – 75013 Paris

  • Première journée - Matin

    8h45 Accueil des participants

    9h15 Allocutions d’ouverture

    • Accueil par Bruno Racine, Président de la BnF
    • Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ou son représentant
    • François Weil, recteur de l’académie de Paris
    • Florence Robine, directrice générale de l’enseignement scolaire ou son représentant
    • Jean-Yves Daniel, doyen de l’Inspection générale de l’Éducation nationale
    • Catherine Becchetti-Bizot, directrice du numérique pour l’éducation
    Allocution d’ouverture

    10h15 Introduction et présentation des journées

    Introduction et présentation des journées
    • Paul Raucy, inspecteur général de l’Éducation nationale, doyen du groupe des Lettres
    • Anne Vibert, Olivier Barbarant, inspecteurs généraux de l’Éducation nationale, groupe des Lettres

    10h45 Conférence inaugurale : « La voix, l’écrit, la trace »

    Conférence inaugurale - La voix, l’écrit, la trace
    • Arlette Farge, directrice de recherches, CNRS, rattachée au centre de recherches historiques de l’EHESS

    12h00 Présentation de ressources de la BnF : « Les archives de la parole »

    Présentation de ressources de la BNF Les Archives de la parole
    • Pascal Cordereix, conservateur en chef, département audiovisuel, BnF

    13h00 Déjeuner

    En savoir plus

    Arlette Farge :

    • Un compte rendu de lecture par Claudette Toulmonde : Arlette Farge, Essai pour une histoire des voix au dix-huitième siècle, Paris, Bayard, coll. « Histoire », 2009, 312 p.
    • Une série d’émissions sur France Culture à écouter en podcast pour découvrir le travail d’Arlette Farge.

    Garder trace des voix :

    • Une émission de La Fabrique de l’histoire (France Culture) a porté en septembre 2014 sur « L’histoire des sensibilités » et notamment sur la problématique : « Quelle place pour les voix humaines dans le Paris du XVIIIe siècle ? » Cette promenade radiophonique dans le Paris du XVIIIème siècle se fait en compagnie d’Arlette Farge.
    • On pourra aussi découvrir le fonds sonore de Gallica/BnF
    • Le site de l’INA propose d’écouter des archives où les auteurs évoquent les textes d’autres auteurs : Jean Marie Drot présente l’émission consacrée aux poètes qui ont participé à la vie du quartier Montparnasse. Le poète André Salmon se souvient du café La closerie des Lilas où se retrouvaient les poètes. Joseph Kessel raconte Blaise Cendrars. Jean Cocteau évoque, lui, Raymond Radiguet. Pour Louis Aragon, Montparnasse a été une terre de passage, c’est à la Coupole qu’il a vu pour la première fois Vladimir Maïakovski, c’est aussi à Montparnasse qu’il a rencontré Elsa Triolet. Elsa Triolet a longtemps vécu à Montparnasse notamment à l’hôtel Istria et s’en souvient, comme elle se souvient du poète Vladimir Maïakovski.

    Bibliographie complète sur le site d’Eduscol

  • Première journée - Après-midi

    14h30 Thème n°1 : Parole écrite, parole orale

    • Animatrice : Lucile Trunel, conservateur en chef, chef du service de l’action pédagogique, BnF

    Verba volant, scripta manent : si cette opposition structure, dans l’école et au-delà, les représentations communes, la hiérarchie qu’elle implique semble perdre de sa netteté à l’heure où le caractère multimodal des instruments, des productions et des usages numériques permet de réunir l’oral et l’écrit sur les mêmes supports et dans les mêmes oeuvres, de créer un continuum entre l’un et l’autre, d’archiver la parole et de faire parler les textes. En leur adjoignant des voix, en facilitant l’enregistrement des lectures et des interprétations personnelles, les outils numériques semblent ouvrir de nouvelles voies d’accès aux textes, leur permettre aux élèves de renouer avec une certaine
    tradition de la littérature orale, rendant peut-être ainsi à la parole orale un rôle majeur dans la découverte et l’appropriation de la parole écrite des oeuvres, en ranimant les voix qui y dorment, en réchauffant les paroles gelées pour les faire entendre et les confier à d’autres voix.

    Ouverture de la table ronde : extraits commentés par Bruno de La Salle de sa lecture de L’Iliade ou de L’Odyssée

    Thème 1 : Parole écrite, parole orale - lecture de L’Iliade ou de L’Odyssée
    • Christophe Ronveaux, maître d’enseignement et de recherche à l’université de Genève : « Que peuvent apporter les outils numériques à la lecture à haute voix des textes littéraires ? »
    Thème 1 : Parole écrite, parole orale - « Que peuvent apporter les outils numériques dans la lecture à haute voix des textes littéraires ? »
    • Olivier Barbarant, inspecteur général de l’Éducation nationale : « Lire une oeuvre, n’est-ce pas tenter de retrouver une parole et une voix dans l’écrit ? Qu’est-ce qui, dans l’écriture, porte cette parole ? »
      Thème 1 : Parole écrite, parole orale - « Lire une oeuvre, n’est-ce pas tenter de retrouver une parole et une voix dans l’écrit ? Qu’est-ce qui, dans l’écriture, porte cette parole ? »

    Présentation pédagogique : diffusion d’un bref enregistrement audio de l’académie de Versailles concernant « paroles gelées » (Corinne Leenhardt, Manon Dollé, collège E. du Châtelet de Deuil la Barre)

    • Jean Bellorini, dramaturge et metteur en scène : « Comment le théâtre peut-il dégeler les paroles ? De la lecture silencieuse à la parole mise en voix et mise en espace. »
      Thème 1 : Parole écrite, parole orale - « Comment le théâtre peut-il dégeler les paroles ? De la lecture silencieuse à la parole mise en voix et mise en espace. »

    Clôture de la table ronde : présentation d’extraits du spectacle de Jean Bellorini, Les Paroles gelées

    16h00 Présentation d’actions pédagogiques

    • Autour des « paroles gelées », présentation d’une action en collège (académie de Versailles - Corinne Leenhardt, Manon Dollé)
    • Echanges de lectures enregistrées du Temps retrouvé (académie de Paris - Françoise Gomez)
    • Réactions d’élèves à la lecture du livre numérique Barbe bleue (académie de Toulouse - Sophie David)
    • Utilisation d’archives de l’INA pour l’étude des Mains libres : entretien avec Man Ray, et explicitation de l’usage qui peut en être fait en classe (académie de Montpellier - Rachel Pagès)
    • « La rocambolesque geôle des mots invraisemblables » : enregistrement du Concours « Dis-moi dix mots » par des élèves étrangers (Espagne)
    Présentation d’actions pédagogiques

    17h00 Présentation commentée par l’auteur et l’interprète d’extraits de Valère Novarina, mis en scène et joués par André Marcon

    18h00 Fin des travaux

    En savoir plus

    En cours de construction
    Bibliothèque nationale de France :

    • Découvrir le service pédagogique de la BnF
    • La BnF organise un concours de récitation pour les élèves de la 6ème à la Terminale. Prochaine édition prévue en mai 2015.
    • « Parlons oralité. Grandir en se nourrissant de paroles. » Colloque abordant le retour de l’oral dans les institutions scolaire et culturelles, organisé par le service pédagogique de la BnF le 1er décembre 2014. Consulter le programme

    Bruno de La Salle :

    • Découvrir le site officiel du conteur
    • Découvrir le Conservatoire contemporain de Littérature Orale (CLIO), qui se donne pour but de promouvoir la perpétuation du patrimoine narratif oral et son adaptation au monde d’aujourd’hui.
    • LA SALLE, Bruno de, JOLIVET, Michel, TOUATI , Henri, CRANSAC, Francis. Pourquoi faut-il raconter des histoires ? Volume 2, Paroles de conteurs. Paris : Autrement, 2006.

    Jean Bellorini :

    • On pourra écouter quelques interviews du metteur en scène sur France Culture, notamment celles qui concernent sa mise en scène de Paroles Gelées à partir de Rabelais. Changement de Décor du 15/04/2012 ; la même émission, Changement de Décor, consacrée le 27/04/2014 à une interview de Jean Bellorini suite à sa nomination à la tête du Théâtre Gérard Philipe CDN ; l’émission La Grande Table, qui fait se rencontrer Jean Bellorini et Benjamin Lazar autour de leurs spectacles respectifs consacrés à Rabelais.

    André Marcon
    Entretien avec André Marcon et Daniel Zynk sur le site théâtre.contemporain.net. Des ressources pédagogiques autour de quatre spectacles de Valère Novarina sur le même site dans l’onglet « éduc ».

    Sur la lecture à voix haute :

    • BÉGUIN, Michelle (dir.). L’oral a la parole : pratiques de l’oral au collège. Buc : Canopé-CRDP de l’académie de Versailles, 2013. 132 p.
    • MILNER, Jean-Claude, REGNAULT François. Dire le vers : court traité à l’intention des acteurs et des amateurs d’alexandrins. Paris : Le Seuil, 2008.
    • VINCENT Jean-Luc. Comment lire un texte à haute voix ? Paris : Gallimard - Education, 2006. (Bibliothèque Gallimard. En perspective, n° 189). + 1 CD audio d’exemples enregistrés avec Sophie-Aude Picon.
    • CHARTIER Anne-Marie. « L’école entre crise des croyances et crise des pratiques. L’exemple de la lecture à voix haute », in La Crise de la culture scolaire. Origines, interprétations, perspectives. Paris : PUF, 2005.
    • « La mise en voix des textes ». Argos, n° 38. 2005. Sommaire ainsi que quelques articles disponibles à l’adresse suivante en ligne : http://www.crdp.ac-creteil.fr/revueArgos/catalogue/rev038.htm
    • DULIBINE, Chantal, GROSJEAN, Bernard. Coups de théâtre en classe entière : au collège et au lycée. Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) : Canopé-CRDP de l’académie de Créteil, 2004. (Argos Démarches).
    • GREEN, Eugène. La Parole baroque. Paris : Desclée de Brouwer, 2001. 326 p. + 1 CD audio.
    • JEAN, Georges. La Lecture à haute voix. Histoire. Paris : Les Editions de l’Atelier, 1999. Extrait de la quatrième page de couverture : « Dans cet essai, Georges Jean analyse la manière dont la lecture à haute voix a historiquement dominé pendant de nombreux siècles, la lecture silencieuse étant réservée aux clercs. L’auteur détermine ensuite les conditions dans lesquelles enfants, adolescents et aussi adultes peuvent tirer profit de ce type de lecture. La lecture à haute voix amène à clarifier à nouveau le lien entre écriture, lecture silencieuse et oralité. »
    • ROS-DUPONT Michelle (dir.). La Lecture à haute voix du CP au CM2. Paris : Bordas, 1999.
    • LEGOUVÉ, Ernest Wilfrid. "Lecture à haute voix" [en ligne]. In Dictionnaire de Pédagogie et d’Instruction Primaire de Ferdinand Buisson. Paris : Librairie Hachette, 1880, disponible à l’adresse : http://www.samuelhuet.com/paid/43-melanges/465-ewleg.html

    Bibliographie complète sur le site d’Eduscol

Haut de page Haut
SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0