MEN
Les métamorphoses du livre et de la lecture à l’heure du numérique
Retrouvez toute l'information sur Éduscol

Accueil > Actes 2010-2015 > Actes 2013 > Ateliers > Série B

Série B

« Des images pour écrire, des écrits pour imaginer »

13h15 - 14h30

  • Atelier 6

    Écritures numériques augmentées en Réseau

    Référent : Frédérique Cauchi-Bianchi, IA-IPR, académie de Nice

    Les « amitiés » d’artistes, d’auteurs, comme leurs controverses, fondent et disent la vie intellectuelle, culturelle, d’une période et de l’Art. Aujourd’hui, le réseau social donne image et écrit à des amitiés virtuelles, réelles ou fictives. C’est sur l’idée d’amitié virtuelle que s’est construite la progression en Lettres et Arts Plastiques. Il a été proposé aux élèves de deux classes de 3e d’incarner virtuellement un artiste ou un écrivain. Un « réseau social » a été réalisé qui a permis aux élèves de montrer, d’exposer et de critiquer la production artistique de leur avatar. Ce réseau a permis des rencontres, des arrêts sur l’image qui se commentent, une hypotypose où l’un et l’autre, l’un face à l’autre, communiquent, rivalisent, débattent.

    Enseignants animateurs :

    • Dominique Khaldi, professeur de Lettres au collège Niki de Saint Phalle, Valbonne, académie de Nice
    • Jérôme Sadler, professeur d’Arts plastiques au Collège Niki de Saint Phalle, Valbonne, académie de Nice

    Partenaire :

    Pôle Académique de Soutien à l’Innovation et à l’Expérimentation (PASIE), CARDIE, Rectorat de l’Académie de Nice

  • Atelier 7

    Du Louvre au street-art, bâtir une saison pédagogique avec un partenaire artistique institutionnel

    Référent : Françoise Gomez, IA-IPR, académie de Paris

    Bâtir son projet pédagogique annuel comme une équipe artistique bâtit sa saison, cette démarche innovante semble découler naturellement de la proximité d’un grand partenaire comme le Louvre, quand on est collégien ou lycéen parisien, ou comme l’association Ariana, qui apporte aux élèves primo-arrivants le souffle de jeunes artistes de graph, de street-art ou de BD. Mais la numérisation de l’image et les arts numériques bousculent le confort de cette proximité : par le numérique l’image anticipe, escorte, transforme le rapport à l’expression littéraire et plastique, offrant un partage sans limite du partenariat, créant de nouvelles complicités entre les enjeux de programme et l’offre mi-éphémère, mi-permanente, des institutions.

    Du Louvre au street-art, bâtir une saison pédagogique avec un partenaire artistique institutionnel
    Vidéo de lancement de l’atelier

    Enseignants animateurs  :

    • Thérèse de Paulis, professeur de Lettres-Histoire, lycée professionnel François Truffaut, académie de Paris, formatrice Lettres, missionnée auprès du service pédagogique du Louvre. Elle explique dans la vidéo ci-dessus l’intérêt du partenariat avec le Louvre et l’exploitation pédagogique faite notamment sur un blog.
    • Sandrine Boitière-Kilani, professeur de Lettres, lycée général et technologique Bergson, académie de Paris, professeur en classe d’accueil (classe lauréate du concours Mix-Art 2013)

    Enseignants co-animateurs :

    • Christine Boudière, professeur de Lettres classiques, responsable de la convention Louvre de son établissement, Collège Poquelin, académie de Paris
    • Brigitte Buisson, professeur de Lettres-Histoire, Lycée Professionnel Corbon, académie de Paris

    Partenaires  :

    • Musée du Louvre (un représentant du service pédagogique)
    • Association Ariana (pour le projet MIX-ART) : Catherine Proust, présidente, avec les artistes DUME et FKDL
  • Atelier 8

    « Pour décrire un Salon … » : décrire la peinture à partir de Diderot

    Référents :

    • Rachel Pagès, IA-IPR, académie de Montpellier
    • Marie-Lucile Milhaud, IA-IPR honoraire
    « Pour décrire un Salon... » : décrire la peinture à partir de Diderot
    Vidéo de lancement de l’atelier

    Éléments de contexte  :
    Afin de célébrer le tricentenaire de la naissance de Denis Diderot, et compte tenu de l’exposition « Le goût de Diderot » au musée Fabre du 05/10/2013 au 12/01/2014, l’Inspection pédagogique régionale de Lettres, l’Inspection pédagogique de Lettres-Histoire et la Délégation académique à l’Éducation artistique et à l’Action culturelle de l’Académie de Montpellier, ont organisé le projet littéraire « Diderot Texte et image 2013 », qui se matérialise par un concours d’écriture associant le texte et l’image, concours réservé aux classes des lycées généraux et technologiques et des lycées professionnels de l’Académie. De nombreux établissements construisent cette année leur projet fédérateur des actions culturelles et artistiques autour du tricentenaire et du projet « Diderot Texte et image 2013 ». Tel est le cas du lycée Jean Monnet de Montpellier, où la fête de la science, la semaine des arts, la semaine des langues comporteront des manifestations et ateliers autour de l’œuvre de Diderot.
    La base de données Utpictura18 qui sera mobilisée comme instrument de travail au sein de l’atelier présenté a été conçue à l’université Paul Valéry de Montpellier, en partenariat avec le CNRS et la Région Languedoc-Roussillon, faisant de l’Académie de Montpellier une interlocutrice privilégiée pour cette initiative.

    Enseignants animateurs :

    • Stéphane Lojkine, professeur des universités, directeur du CIELAM, université d’Aix-Marseille
    • Catherine Jorgensen, professeur de Lettres, lycée Jean Monnet, académie de Montpellier (vidéo ci-dessus)

    Partenaire :
    CIELAM, université d’Aix-Marseille, Aix-en-Provence

    Texte de référence  : Diderot, Œuvres. IV. Esthétique – Théâtre, éd. Laurent Versini, Laffont, Bouquins, 1996

    Matériel iconographique et pédagogique : Base de données et site Utpictura18.

  • Atelier 9

    De l’image à l’écriture : itinéraires numériques

    Référent : Catherine Frizza-Thibault, IA-IPR, académie de Rennes

    Au croisement de l’image, de l’écrit et de la publication, deux « voyages virtuels » reconfigurent les apprentissages en 4e LCA et en 1e L.

    • Une 4e LCA, à l’occasion du concours Lire aux Aixclats, compose un carnet de voyage numérique relatant -et illustrant- le voyage de fin d’étude d’un jeune Romain et de son esclave. Pour cette tâche complexe qui joint illustration, écriture collaborative et réécriture, on a eu recours aux logiciels Calameo et PAD.
    • En 1e L, le projet « i-poèmes » associe des élèves d’un lycée de Brest à des lycéens italiens de Livourne : produire et tweeter des photographies pour susciter le passage à une écriture poétique, collaborative et numérique, via le réseau Twitter. Le projet s’articule à la lecture d’Enfance (III) d’A. Rimbaud en 1e L, et permet à tous, d’aller à la découverte de l’autre et de soi, par les mots et les images.

    Enseignants animateurs  :

    • Delphine Barbirati, professeur de Lettres classiques au collège Jacques Prévert, Albens, académie de Grenoble
    • Jean-Michel Le Baut, professeur de Lettres et animateur du projet i-voix au lycée de l’Iroise, Brest, académie de Rennes

    Partenaire :

    Anne-Marie Christin, directrice du Centre d’étude de l’écriture et de l’image, professeur émérite à l’Université de Paris Diderot- Paris 7

  • Atelier 10

    Roman-photo/photo-roman : écrire en images

    Référent : Catherine Daumas, IA-IPR, académie de Lyon

    En choisissant d’utiliser le genre populaire du roman-photo, deux enseignants rendront compte dans cet atelier d’expériences qui interrogent chacune le rapport texte/image. Pour l’un, transcrire en une planche de roman-photo un passage du Grand Meaulnes permet de faire réfléchir les élèves aux principes qui guident toute adaptation visuelle d’une œuvre littéraire : proposer une interprétation et engager des choix esthétiques.
    Pour l’autre, l’idée générale est de partir d’une image (photographie ou tableau) pour raconter une histoire, dans le cadre de l’étude du mouvement réaliste en classe de seconde. L’image est ici source de créativité littéraire et sert de base à l’élaboration d’un photo-roman, dont la photographie ou le tableau devient le support total.

    Enseignants animateurs :

    • Thibaud Hayette, professeur de Lettres au collège Léon Comas, Villars-les-Dombes, académie de Lyon
    • Céline Benoît, professeur de Lettres au lycée Pardailhan, Auch, académie de Toulouse
  • Atelier 11

    L’image numérique vaut-elle un beau discours ?

    Référents :

    • Yaël Briswalter, IA-IPR, délégué académique pour le numérique, académie de Grenoble
    • Delphine Regnard, chargée de mission, bureau des usages numériques et des ressources pédagogiques, Dgesco

    En quoi le numérique modifie-t-il le rapport texte-image dans le manuel scolaire et ses évolutions numériques ? Au-delà de la qualité de l’image, la dimension tactile (zoom, déplacement) favorise la cognition. Mais c’est sans doute la dimension collaborative — collecte, ajout d’image — de la construction d’un « manuel » par les élèves et l’enseignant qui bouleverse complètement la place de l’image : son choix devient un acte herméneutique, certainement plus encore que l’analyse de l’image proposée (imposée ?) par un éditeur.

    Enseignant animateur :

    Yann Houry, professeur de Lettres au collège Gaston Bachelard, Bar-sur-Aube, académie de Reims

    Partenaires :

    • Gérard Langlade, professeur à l’université de Toulouse-le-Mirail
    • Éloïsa Pérez, étudiante à l’Atelier National de Recherche Typographique (École Nationale Supérieure d’Art de Nancy), présentera un travail effectué à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris (Département Design graphique et multimédia). http://www.eloisaperez.fr/

    Vidéos

    L’image numérique vaut-elle un beau discours ? - Partie 1/2
    L’image numérique vaut-elle un beau discours ? - Partie 2/2
Haut de page Haut
SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0