MEN
Les métamorphoses du livre et de la lecture à l’heure du numérique
Retrouvez toute l'information sur Éduscol

Accueil > Actes 2010-2015 > Actes 2013 > Ateliers > Série A

Série A

« Des images pour écrire, des écrits pour imaginer »

11H - 12h15

  • Atelier 1

    Rendre compte d’un travail et se constituer un « passeport culturel numérique »

    Référent : Sébastien Hébert, IA-IPR, académie de Lille

    Cet atelier met en relation deux expériences qui illustrent l’impulsion par les TICE et le numérique des pratiques de lecture et d’écriture au sein de la classe et, plus particulièrement les écrits réflexifs de synthèse.
    Qu’ils interviennent au terme de la séquence d’enseignement (expérience 2) ou bien au terme de l’année dans le cadre de la préparation à l’épreuve d’histoire des arts (expérience 1), ces écrits trouvent dans l’exploitation numérique un levier qui revivifie le rapport des élèves à l’écrit et à la culture.
    Préparer l’épreuve d’Histoire des Arts au collège ou comment amener les élèves à aller à la rencontre des œuvres. Quand la ville se donne à voir…
    Élaboration d’un dossier, à la fois visuel et sonore, en vue de l’épreuve d’Histoire des Arts autour de la thématique « Arts, rupture, continuité ».

    Enseignants animateurs :

    • Carole Guérin, professeur de Lettres au collège Mendes France, Tourcoing, académie de Lille
    • Stéphanie Armingaud, professeur de Lettres au lycée Condorcet, Lens, académie de Lille

    Partenaire  :

    Régis Cotentin, commissaire d’expositions, chargé de programmations contemporaines au Palais des Beaux-arts de Lille

  • Atelier 2

    Rendre compte d’une lecture par l’image

    Référent : Sophie David, IA-IPR, académie de Toulouse

    La bande annonce cinématographique vise à donner au spectateur un aperçu des aspects essentiels du film tout en suscitant son désir de le voir. Selon un principe proche, la bande annonce littéraire présente une double facette : rendre compte d’une lecture et valoriser le livre lu auprès d’un public de lecteurs. Mise en œuvre dans le cadre scolaire, cette approche de la lecture conjugue donc les dimensions singulière et plurielle de l’acte de lire. Autrement dit, elle joue à la fois sur le plan de la réception personnelle de l’œuvre et de sa restitution collective au sein de la classe. Lorsqu’elle devient numérique, la bande annonce permet en outre d’associer aux textes des sons et des images, ce qui enrichit non seulement les modes de restitution mais les modalités même d’une lecture qui joue sur un imaginaire élargi.
    Cet atelier présente deux réalisations de bandes annonces menées respectivement en lycée et en collège.

    Enseignants animateurs :

    • Jean-Charles Bousquet, professeur de Lettres au lycée Alexis Monteil, Rodez, académie de Toulouse,
    • Pascale Grégoire, professeur de Lettres au collège Marlioz, Aix-les-Bains, académie de Grenoble.

    Partenaire  :

    Marie-José Fourtanier, professeur à l’université de Toulouse-le-Mirail

  • Atelier 3

    Images, médias, écriture, éducation aux médias

    Référent : Corinne Leenhardt, IA-IPR, académie de Versailles

    Des écrans aux écrits : New York le 11 septembre 2001, classe de troisième
    Vidéo de lancement de l’atelier

    Les trois projets visent à faire adopter une position critique vis-à-vis des images numériques via la création d’images numériques. Les images/textes reçues en ligne sont démultipliées à partir de points de vue différents, tout à la fois dans une position d’autorité – autorité de la publication, autorité du réel représenté – et dans une position de démultiplication de représentations prenant le risque de la relativité et de la déréalisation ratant le réel. Dans l’usage semi-privé qu’il a de la toile, l’élève, sujet lecteur ou scripteur, est à la fois replié sur sa subjectivité et menacé d’objectivation. Serge Tisseron construit un paradigme pour définir cette complexité nouvelle : « l’extime » en face de « l’intime ». Les trois projets ont vocation à amener les élèves à reconsidérer leur réception et leur production d’images/textes en ligne, par un itinéraire de déconstruction d’images/textes publiées puis de construction à rebours.

    • Un cabinet de curiosité numérique dans une classe de cinquième : à quelle condition une image est-elle « exposable » pour tous ? « L’objet a des rapports avec l’invisible (une histoire, une croyance) ; comment devient-il figure symbolique, puis allégorique ? »
    • Des écrans aux écrits : New York le 11 septembre 2001, classe de troisième : Une réécriture d’un événement tragique à partir des archives multimédias consacrées au 11/09/2001 à New York – le prisme des images multiples déréalise, revenir à leur création permet de retrouver l’ancrage.
    • Éthique et Tics dans l’usage de Facebook et autres réseaux sociaux : La reconstruction d’un mur Facebook à partir d’éléments glanés en forçant les murs – construire une conscience critique sur les identités virtuelles et les décaler des identités personnelles.

    Enseignants animateurs :

    • Marie-Sophie Ludwig, professeur de lettres au collège Henri Sellier, Suresnes, académie de Versailles
    • Pierrick Guillot, professeur de lettres au collège Frédéric Mistral, Feyzin, académie de Lyon
    • Anne-Marie Patenotte, professeur de lettres au collège Louis Lumière Marly le Roi, académie de Versailles
  • Atelier 4

    Nouvelles écritures transmédias

    Un voyage en BD documentaire interactive : Anne Frank au pays du Manga

    Référent : Martin Dufour, IA-IPR, académie de Paris

    L’enseignant de lettres est-il le mieux armé pour faire lire un web-reportage transmédia consacré à la fascination trouble des japonais pour Anne Frank ? Quelles compétences une telle lecture est-elle à même de développer chez les élèves ? Peuvent-elles être réinvesties dans d’autres exercices, en particulier ceux des évaluations certificatives ? Cet atelier, qui reprend le titre provocateur du reportage transmédia qu’Alain Lewkowicz, Vincent Bourgeau, Samuel Pott et Marc Sainsauve ont conçu pour la chaîne Arte, tentera d’apporter des pistes de réponses à ces questions.
    Partant d’une expérience de lecture en classe de 3e de cette BD documentaire interactive Anne Frank au pays du manga, qui peut être lue/entendue/vue sur le site http://annefrank.arte.tv/fr/, cet atelier cherchera à explorer d’une part les particularités stylistiques du manga et celle du reportage « enrichi » qui se développe beaucoup dans la presse et qui interroge fortement le statut du document dans la narration et dans l’argumentation.
    Elle tente d’aborder la problématique du séminaire en partant d’une œuvre qui détourne les codes de la littérature graphique habituellement « consommée » par les élèves pour les inviter à mettre à distance leurs pratiques de lecture et à les contextualiser dans le cadre de l’histoire européenne, de l’histoire de la société japonaise et de l’histoire des arts.

    Enseignants animateurs :

    • Yaël Boublil, professeur de Lettres au collège Jean-Baptiste Clément, académie de Paris
    • Marylène Guarino, documentaliste au collège Valmy, académie de Paris
  • Atelier 5

    « Du trait à la ligne écrite : réceptions et interprétations »

    Les Mains libres de Man Ray et Paul Eluard, œuvre au programme de terminale littéraire

    Référent : Lélia Le Bras, IA-IPR, académie de Nantes

    Les Mains libres de Paul Eluard et de Man Ray est une œuvre particulièrement hybride, puisque faite conjointement de dessins et de poèmes et singulière dans la mesure où l’existence du dessin a précédé le texte poétique.
    L’enjeu de l’étude réside dans la double réception de l’image et du texte, notamment dans le décalage qui existe entre une lecture en apparence évidente, quoique relative, des dessins de Man Ray et une compréhension difficilement accessible des poèmes, souvent courts et énigmatiques.
    Le parti pris des professeurs a été de mettre les élèves dès le début du cours en situation de réception directe, sans médiation ni préparation. L’utilisation d’un forum via l’environnement numérique de travail académique leur a permis de construire pas à pas une lecture personnelle des Mains libres.

    Enseignant animateur :

    • Miguel Degoulet, professeur de Lettres au lycée Marguerite Yourcenar, Le Mans, académie de Nantes
Haut de page Haut
SPIP | | Plan du site | Mentions légales | Contact | Suivre la vie du site RSS 2.0