Participation 2014-2015

  1.   3101   - ac-rouen 1 octobre 2015 à 10 h 03 min 1

    Le prix Jean Renoir est un prix passionnant auquel j’ai eu la chance de participer. Au cours des journées à Paris , j’ai eu aussi la chance de rencontrer les réalisateurs des films. En écoutant les réponses à nos questions, nous avons pu comprendre des idées pas forcement visibles la première fois. Revoir les bandes annonces des films m’a donné des frissons et j’ai retrouvé les mêmes émotions que pendant les projections des films. Après cela, nous avons échangé nos idées sur les films. Au cours de ces échanges mouvementés dans mon groupe, des amitiés sont nées. Par chance, nos professeurs se sont bien entendus également et nous avons passé une très bonne soirée dans Paris .

    Le lendemain nous avons continué nos débats en sachant qu’il fallait un gagnant et nous avons eu du mal a faire notre choix. Beaucoup de films ont touché nos cordes sensibles et donc nous voulions que presque tous les films gagnent. Le film qui a gagné est UNE BELLE FIN et il ne pouvait porter un meilleur nom car la fin de cette expérience a vraiment été « une belle fin ». Nous avons tous trinqué à notre séjour et chacun est reparti de son coté sans pour autant ne pas garder contact. Que l’on soit à Bruxelles, Toulouse ou ailleurs, nous avons vécu la même expérience et cela nous lie.

    Constance Nicol (1ère L1 du lycée Raymond Queneau)

  2.   3097   - M. Arbadji Ali 4 juillet 2015 à 1 h 22 min 2

    Le Prix Jean Renoir des lycéens

    Le 27 et le 28 mai dernier j’ai eu l’opportunité de représenter ma classe à la Fémis, (Ecole nationale supérieure des métiers de l’image et du son) avec une de mes camarades de classe.

    Premièrement, le lieu m’a fait grande impression. Lorsqu’on est arrivé dans la rue Francœur et une fois face au petit portail, je ne pouvais imaginer le grand établissement qui se cachait derrière, qui comprend de multiples salles et équipements mis à la disposition des étudiants.
    Dans une des salles de la Fémis, il nous a été permis de rencontrer les réalisateurs, producteurs, distributeurs et autres personnages essentiels à l’élaboration d’un film. Ils ont alors répondu à nos questions. Ce moment – certes un peu long – a vraiment été instructif car nous, lycéens, avons pu poser nos questions et ainsi interagir avec des gens du métier. Les réponses données ont alors permis une meilleure compréhension des films dans leur ensemble (du choix du scénario à celui du décor, des costumes, en passant par la réalisation et le montage) mais également des métiers du cinéma et de l’audiovisuel.

    C’est dans cette salle que nous ont soigneusement et avec brio été présentés les participants à l’élaboration d’un film et le fonctionnement de la Fémis (la manière d’y accéder).
    Par la suite, nous avons également pu visionner des courts-métrages réalisés par les élèves de la Fémis. Il était intéressant de voir le travail de ces étudiants, animés par leur passion. C’était alors une chance de pouvoir observer les débuts de ces artistes en herbe. En comparaison aux 8 films et documentaires visionnés au cours de l’année, on pouvait ainsi deviner la progression qu’il peut y avoir dans le travail de cinéaste, comme un avant-après. Le réalisateur des Combattants, Thomas Cailley, est d’ailleurs un ancien élève de la Fémis.

    D’autre part, je garde également de forts souvenirs des débats entre élèves, qui ont permis l’élection du film lauréat (Une belle fin de Uberto Pasolini). Nous étions séparés en groupes d’une vingtaine d’élèves, allant de la Seconde à la Terminale et provenant de régions différentes.
    J’ai ainsi eu le plaisir de rencontrer des personnalités vraiment intéressantes.
    Dans mon groupe, on faisait en sorte que chacun puisse exposer son avis, permettant un début de débat (car le temps était limité).
    C’est au cours de ces moments, où l’on a pu partager nos points de vue (et ceux de la classe), que j’ai réalisé qu’il y avait parfois des éléments qui ont pu passer inaperçus selon les classes, les régions et les mentalités. De plus, selon ces différents critères, les films ont vraiment été accueillis de manières très différentes. À titre d’exemple, quand certains groupes ont été impressionnés par le Sel de la Terre, d’autres auront été écœurés voire révoltés qu’on puisse aller au cinéma pour regarder un tel documentaire et d’autres encore totalement insensibles et indifférents.
    Étant donné qu’on avait, au départ, des préférences assez marquées, on pouvait alors apporter des informations supplémentaires différentes sur chaque film et par conséquent en apprendre davantage sur le fond et la forme (acteurs, réalisation, cadrage).
    Il était toutefois regrettable de constater que le prolongement des débats et la forte personnalité de quelques participants auront pu mener certains à revoir hâtivement et totalement leurs positions de départ.

    Globalement ces deux jours auront vraiment été intéressants pour moi car je me suis sentie écoutée et j’ai pu découvrir beaucoup de choses dans un domaine que je connaissais trop peu.
    En effet, il est commun pour des jeunes lycéens comme nous d’aller au UGC ou Gaumont du coin et de regarder les derniers films populaires et spectaculaires, les blockbusters. Cependant, ce dispositif mis en place nous demandait de nous intéresser à des films remarquables à budgets variables et souvent modestes.
    Je me rappelle avoir souvent été réticente à aller voir certains films, pour finalement en prendre plein la vue et sortir toute chamboulée de la salle de cinéma. Et malgré quelques déceptions j’aurais pu découvrir les différents choix que peuvent faire les producteurs et metteurs en scène avant de se lancer dans l’aventure cinématographique.

    Ananda MBUMBA, déléguée « Jean Renoir » de la Terminale C,
    Internat d’excellence de Sourdun

  3.   3096   - M. Arbadji Ali 4 juillet 2015 à 1 h 21 min 3

    La participation à l’élection du film lauréat du Prix Jean Renoir des lycéens fut une très bonne expérience. En effet, les discussions organisées à la FEMIS nous ont permis de débattre à nouveau des films de la sélection Jean Renoir. À ceci près qu’il s’agissait de le faire à présent avec de parfaits étrangers venus de toute la France mais qui avaient néanmoins en commun avec nous d’être des lycéens et d’avoir vu ces mêmes films que nous tout au long de cette année. Et cela nous a permis d’être sensibles à des aspects des films auxquels nous n’avions pas forcément prêté attention. Il fut également très stimulant de devoir convaincre (ou persuader) les autres de voter pour tel ou tel fil même si cela peut aussi devenir frustrant lorsque l’avis de la majorité va à l’encontre de l’opinion de nos classes respectives (comme ce fut le cas dans mon groupe lorsque Une Belle Fin arriva en tête de liste)
    J’ai aussi beaucoup apprécié la projection de film des élèves de la FEMIS, ce fut divertissant mais surtout impressionnant de voir le travail de qualité que peuvent réaliser les élèves. Enfin le fait de pouvoir poser des questions aux réalisateurs m’a plu plus que tout même si la séance fut un peu longue…

    Gabriella Koffigan, déléguée « Jean Renoir » de la Terminale C, Internat d’excellence de Sourdun.

  4.   3095   - Mme Moreau murielle 28 juin 2015 à 9 h 36 min 4

    Compte rendu Jean Renoir

    Bon points
    -Organisation des débats par groupe qui permet plus de clarté, plus de temps de parole, et une meilleure entente
    -L’élection d’animateurs de groupe qui sont des élèves, permettant aux élèves de s’auto-gérer
    -La femis, lieu convenant parfaitement aux débats, en plus d’être un cadre très plaisant
    -La durée du séjour qui me semble adaptée (même si évidemment toujours trop courte subjectivement)
    -Le cocktail
    -La diffusion de projets de fin d’études de la femis

    Points à Revoir

    -Plus de temps pour débattre aurait peut être été préférable car même si peu de temps nous imposait aussi un rythme soutenu, il nous empêchait de nous étendre sur les sujets
    -L’organisation de la rencontre avec les équipe de films beaucoup trop structurée et prévue à l’avance ne laissant aucune liberté et aucune réelle discussion
    -L’absence de certaines personnes prévues (comme Mme Najat Vallaud-Belkacem)
    -Le manque de « temps libres » permettant aux différents élèves de faire connaissance

    Enzo de Martino

  5.   3094   - Mme Pautremat Marion 23 juin 2015 à 11 h 52 min 5

    Bonjour,
    après avoir corrigé mes dernières copies de bac, je repense à la participation du lycée au PJRL. En tant qu’enseignante j’ai trouvé cette expérience riche mais aussi très ambitieuse quant aux exigences attendues de la part des élèves et des profs : un vrai terrain d’expérimentation pédagogique donc et un régal pour qui aime le cinéma ! Nous retentons donc notre chance l’année prochaine…
    Marion Pautremat
    lycée A. Malraux
    27600 GAILLON

  6.   3093   - M. Marsella Fabien 22 juin 2015 à 12 h 41 min 6

    La participation au Prix Jean Renoir des Lycéens a été fructueuse cette année et a su fédérer des élèves au-delà de la classe participante. Outre la rédaction des critiques par les élèves, plusieurs actions ont ainsi été menées :
    – En amont des projections, recherche documentaire sur les réalisateurs, les thèmes des films… En aval, constitution de revues de presse critique.
    – Présentation par les élèves participants auprès d’autres classes de certains films du Prix Renoir en amont de leur projection en salle.
    – Présentation des réalisateurs Wim Wenders et A. Sissako en séances publiques.
    – Micro-trottoirs réalisés à la sortie des projections des films du Prix Renoir par les élèves optionnaires de cinéma.

    L’an prochain, un club cinéphilo sera proposé aux élèves de Terminale volontaires, à raison de deux heures hebdomadaires une semaine sur deux. Tous les quinze jours, les élèves auront à voir sur leur temps libre un film proposé par les professeurs (soit une quinzaine de films dans l’année) ; sur le temps du club, le film fera l’objet d’une présentation (par un élève) puis d’une question philosophique plus large qu’il s’agira de traiter à partir de séquences précises.

    Lycée LACASSAGNE, Lyon.

  7.   3092   - Lycée du Pré St Sauveur 22 juin 2015 à 7 h 56 min 7

    Prix Renoir 2015

    Après une année scolaire à visionner huit films avec les élèves, huit fois à nous rendre collectivement dans la grande salle obscure pour suivre et vivre les histoires imaginées par les réalisateurs, les journées du 27 mai et 28 mai nous ont permis de prolonger ces temps forts de l’année scolaire en rencontrant un bon nombre d’entre eux.
    La journée fut intense d’abord par ce face à face : les commentaires des réalisateurs sur leurs propres productions ont permis de mettre en lumière certains aspects plus ou moins évoqués en classe, ont permis parfois aussi de modifier certains jugements. Bien sûr, il est toujours un peu frustrant de ne pas pouvoir toujours poser les questions qui nous tiennent à cœur mais la rencontre fut fructifiante. Les professeurs n’ont pas pu assister aux délibérations des jurys élèves ; eux aussi se sont réunis par petits groupes.
    Ainsi, la rencontre avec les collègues et le témoignage des expériences réalisées dans leurs établissements ont été des plus intéressants. En effet, les pratiques pour faire travailler les élèves sur le cinéma ouvrent des perspectives possibles à venir. La créativité de certains a été enthousiasmante et a généré une dynamique pour l’an prochain si nous avons la chance d’être à nouveau retenu. Les journées du 27 et du 28 mai se sont déroulées dans une atmosphère conviviale, nos deux représentants élèves ont noué des liens – certes éphémères- mais épanouissants. Expérience démocratique pour eux, par des échanges parfois passionnés autour des films, expérience unique à faire au moins une fois.
    La présentation de la FEMIS par ses responsables, dans les lieux même chargés de toute une histoire du cinéma,(anciens studios PATHÉ ) le visionnage de travaux de fin de cursus des élèves de la Fémis de même que les interventions des sympathiques bénévoles des CEMEA ont fait découvrir des pans méconnus d’un cinéma vivant. Ces journées nous ont donc fait toucher du doigt le travail et le temps nécessaires à la réalisation des films .
    Toute notre gratitude à tous les participants et organisateurs de ces deux journées extra-ordinaires et à tous ceux qui ont contribué à la sélection des films –sélection de qualité -qui nous a été offerte tout au long de cette année.

    Martine Baudrimont
    Lycée du Pré St Sauveur
    Académie de Besançon.

  8. Lycée du Pré St Sauveur   3091   - Lycée du Pré St Sauveur 22 juin 2015 à 7 h 55 min 8

    Les 27 et 28 mai, les délégués choisis par les classes pour assister à l’élection finale du lauréat du Prix Jean Renoir se sont retrouvés à la Fémis. J’ai eu la chance de participer à cette rencontre.

    Mercredi 27 mai

    13h30 : nous arrivons à la Fémis, située dans un bâtiment chargé d’histoire car il abritait les studios Pathé. Accueillis par Marc Nicolas, directeur de cette grande école de cinéma, renommée en France et dans le monde, nous sommes dirigés vers la Salle Renoir, où nous avons le privilège de rencontrer les représentants des films programmés au Prix Jean Renoir des Lycéens cette année. Réalisateurs, producteurs ou encore distributeurs sont autant de professionnels qui ont répondu à nos questions. Cette entrevue nous a ainsi permis d’approfondir notre vision des films, de ressentir certains aspects voulus par le réalisateur que nous n’avions pas forcément perçus au visionnage.

    16h : nous sommes répartis en cinq jurys pour débattre des films en compétition. Je fais partie du jury 5, comme une vingtaine d’autres lycéens. Nous avons seulement deux heures pour retenir quatre films sur toute la sélection, sans les classer. Les débats ont été très riches, chacun a pu parler pour argumenter le point de vue de sa classe. Les arguments étaient très pertinents, et les discussions ont été fort enrichissantes. A l’issue de cette première session de débats, mon jury a retenu les films Timbuktu, Le Sel de la Terre, Lilting ou la Délicatesse, et Timbuktu. Certains ont donc été déçus de ne pas pouvoir sauver les films qui leur avaient plu…

    20h : à peine le temps de manger, nous sommes déjà de retour dans la Salle Renoir, où nous assistons à une présentation de la Fémis et des métiers auxquels elle prépare. L’école n’apprend pas moins de dix métiers de l’industrie du cinéma, du scénariste au producteur, en passant par l’ingénieur du son, le chef décorateur, ou encore, bien sûr, le réalisateur. Après ces précisions, nous visionnons quelques courts-métrages réalisés par des élèves de l’école, chacun dans un genre très différent… Bravo à eux pour ce superbe travail !

    Jeudi 28 mai

    9h : après une courte nuit passée à l’hôtel, nous reprenons place dans nos jurys respectifs. En deux heures, nous devons classer les quatre films retenus la veille, et choisir deux délégués pour nous représenter au jury final. Chacun était plus à l’aise que la veille, et osait plus exprimer ses arguments. Les discussions ont été très vives, chacun voulant absolument mener son film préféré et le film préféré de sa classe en ballotage au jury final… Nous avons finalement recours à un vote, et le classement du jury est le suivant :
    1-Une belle fin
    2-Le Sel de la Terre
    3-Lilting ou la Délicatesse
    4-Timbuktu.
    Encore une fois, certains sont déçus du résultat, mais au vu de la qualité de la programmation du Prix, chaque film méritait sa place en finale, et le choix a été difficile. Nous avons également voté pour deux délégués qui nous ont représenté au jury final.

    14h : le jury final a élu le film lauréat mais est tenu au silence. C’est donc pour la « cérémonie de clôture » officielle que nous retournons une dernière fois à la Fémis. Après des discours d’officiels, deux critiques professionnels remettent des prix aux meilleures critiques publiées cette année sur le blog, puis (enfin !) vient le moment où nous découvrons le film lauréat… Elu à l’unanimité par le jury final, Une belle fin (Uberto Pasolini) est donc couronné vainqueur de cette programmation d’une grande qualité, et sa victoire vient mettre un terme au Prix Jean Renoir des Lycéens 2015. Nous avons seulement le temps de discuter autour de quelques petits fours avec les autres lycéens rencontrés durant ces deux jours inoubliables, puis nous devons repartir, et regagner notre quotidien, qui nous paraît bien ennuyeux après cette aventure, qui restera certainement pour beaucoup une grande chance et, surtout, une formidable expérience.

    Merci à tous ceux qui ont de près ou de loin participé à l’organisation de cette rencontre et du Prix Jean Renoir des Lycéens !

  9. Lycée professionnel Jacquard (Toulouse)   3088   - Lycée professionnel Jacquard (Toulouse) 19 juin 2015 à 16 h 20 min 9

    Hayfar et moi avons été désignées pour représenter notre classe à Paris les 27 et 28 mai 2015, à l’école de cinéma La Femis.
    Là bas, nous avons rencontré les réalisateurs ou un représentant de chaque film de la sélection. Nous avons pu poser au moins une question à chacun d’eux.
    Ces deux jours furent intenses : répartition des élèves par jury, débats et choix des meilleurs films.
    Lors de cette aventure, nous avons pu parler autour de ces films, revoir nos points positifs comme négatifs, et ainsi choisir le film qui nous semblait le plus approprié avec le message qu’on voulait transmettre à travers ce prix.
    J’ai pu échanger avec d’autres jeunes, ce qui m’a amené à changer de point de vue sur certains films : à la base le film gagnant n’était pas dans mon tiercé préféré mais j’ai apprécié d’écouter les avis des autres jurés.
    J’en retiens un très bon souvenir, que ce soit pendant le visionnage des films ou lors des votes pour le film de l’année. J’ai pu voir de beaux films que je n’aurais pas découverts toute seule. Cela m’a montré une autre façon de voir le cinéma et cette année m’a donné envie d’un peu plus m’intéresser à ce domaine, ou tout simplement d’aller voir des films que je n’aurais pas vu habituellement.

    Johanna Delmas, Terminale GA

  10. Lycée professionnel Jacquard (Toulouse)   3087   - Lycée professionnel Jacquard (Toulouse) 19 juin 2015 à 16 h 11 min 10

    Pendant mon année de Terminale j’ai participé avec ma classe, mes professeurs de Gestion et de Français au prix Jean Renoir qui consistait à aller voir huit films pour en faire une critique ; ce travail d’écriture devait mettre en valeur les points forts mais également les points faibles de tous ces films.
    Après avoir visionné l’ensemble de la sélection, notre classe a choisi deux élèves pour se rendre à Paris afin de représenter la classe et dire sur quel(s) film(s) nous avions tous eu un coup de cœur. Au final, les deux élèves de la classe qui ont été désignées pour se rendre à Paris sont moi-même et Johanna Delmas.
    Lors de CE voyage, j’ai fait des rencontre très sympathiques avec d’autres élèves qui eux aussi participaient à ce prix. J’ai trouvé que ce voyage était très intéressant car nous avons pu discuter de nos avis sur chaque film avec des jeunes que l’on ne connaissait pas forcément ; l’ambiance était super et les autres élèves étaient très agréables.
    Le voyage s’est bien passé, par contre je l’ai quand même trouvé très fatigant à cause du long trajet depuis l’Ariège et du programme très intense de ces deux jours.
    En bref, mon ressenti sur l’année écoulée est vraiment positif car grâce à ce prix j’ai pu découvrir des choses qui n’appartiennent pas à mon quotidien comme le fait de rencontrer des réalisateurs ou de leur poser des questions. De plus, j’ai découvert une superbe école, la FEMIS, et un quartier de Paris que je ne connaissais pas.

    Hayfar, Terminale GA, Lavelanet

  11. M. Butet Michel   3086   - M. Butet Michel 18 juin 2015 à 23 h 02 min 11

    Carnet de bord de Chaton#1 et Chaton#2

    Mercredi 27 mai : le départ ! (récit de Chaton#1 )

    5h 45 le réveil sonne ! Non… pas maintenant il est trop tôt !!
    … Quoi que… Eh mais, c’est le jour du départ pour Paris !
    Tout de suite, c’est bien plus motivant.
    Pour chacune de nous c’est ultime vérification du sac avec une grande motivation, mais l’idée que peut-être on aurait dû se lever plus tôt… nous sommes pressées par le temps… le départ approche !
    En fait, les parents sont plus stressés et pressés que nous ! L’autoroute défile sous nos yeux , elle défile peut-être plus rapidement qu’habituellement.
    Et… les chatons se retrouvent, enfin !
    On appréhende, mais avec beaucoup d’excitation… Paris, Paris !
    Le prof arrive et nos parents le plaignent déjà , le pauvre , passer deux jours avec les chatons, c’est comme se taper la tête contre les murs pendant des heures !
    Les « au revoir » se font ainsi que les recommandations : « Charge ton téléphone » , « sois polie » , « écoute bien ton prof » , « envoie un message quand tu arrives , « tu y es pour travailler , ce ne sont pas des vacances ! » , « pauvre monsieur B*** je le plains déjà , Chaton#2 et Chaton#1 ensemble , le débit de parole va être assommant », « Oh mon dieu… » Allez, ils sont partis…
    Dernière cigarette (avec vue sur une personne que l’on aurait préféré ne pas voir… )
    Le train arrive , direction Clermont, l’aventure commence !

    A Clermont, nous changeons de train : direction Paris. Voiture n°6, sièges 27,28,29.
    Sacs perchés, chargeurs branchés, musique activée et les 3 heures et demi passent en un éclair !
    Arrivés à la gare de Paris Bercy vers midi direction le métro n°14 à 250 mètres… Mon Dieu bande d’imbéciles, pourquoi on n’a pas pris des valises comme le prof ?! Nos sacs font 6 fois nos poids!
    Passons sur le voyage .. Que c’était long et épuisant !! mais la motivation est toujours présente ..

    Enfin nous arrivons , il était temps. La faim se fait ressentir alors direction le square en face de la sortie du métro.
    Tiens , le rendez vous ne devait pas se tenir ici ? Nous apercevons des élèves et professeurs qui participent probablement aussi au prix Jean Renoir, ils sont agréables ils nous proposent de venir boire un café mais ce sera sans nous , nous n’avons pas encore mangé !
    Sandwich, chips et Ice tea pour nous et pour le prof petit repas équilibré.
    Même pas le temps de se rassasier il est déjà l’heure d’y aller , direction la FEMIS !

    Quelques minutes de marche et nous y voici , enfin ! Marcher , marcher toujours marcher , pauvre Monsieur B*** il est tombé sur les deux plus grandes râleuses …

    Ce n’est pas comme on l’imaginait , on trouve ça bien plus convivial au final . Deuxième étage , on se fait pointer et on peut ENFIN poser nos sacs , direction la salle de projection Jean Renoir…
    Quel monde ! La salle est quasi pleine, prenons place .
    Petit discours du proviseur… Euh pardon, du Directeur… et c’est parti : les réalisateurs et les distributeurs de films répondent à nos questions et avec humour pour la plupart, surtout Monsieur Cailley !
    Certains réalisateurs expliquent leur point de vue face à leur film mais selon nos vécus nous ne sommes pas forcément d’accord avec ce qu’ils peuvent dire…
    Les discours se suivent , nos tête tournent et on commence à apprécier certains films grâce aux justifications que donnent les réalisateurs et distributeurs , pour Timbuktu par exemple et on aime encore plus Lilting qu’avant grâce aux explications, merci à eux pour les idées et les émotions qu’ils ont fait passer par leurs films, ainsi que par leurs réponses .

    Suite à cette série de rencontres , première délibération : « Chaton#2 dans le Jury trois et Chaton#1 dans le jury deux » ; quoi ?! On n’est pas ensemble ? Sacrilège !
    Il va falloir trouver de bons arguments et ne pas mâcher ses mots sur ce que l’on pense des films vus… Soyons franches , ceci ne risque pas de nous poser problème !

    Dans chaque groupe, des affinités se créent face aux pensées communes , il ya des personnes qui nous « attirent » plus que d’autres , après tout on est là pour débattre, pas pour faire les bisounours !
    Jury deux c’est l’anarchie , chacun donne ses arguments « contre » une fois que l’un d’entre nous a donné son argument « pour »… mais ce n’est pas si mal , le débat est vivant et on rigole bien tout en étant très sérieux au final.
    Dans le jury trois ils sont visiblement plus ordonnés , chacun son tour ils défendent le film choisi par leurs classe.

    Procédons au choix des 4 films …
    Jury 2 : Les combattants
    Timbuktu
    Une belle fin
    Spartacus et Cassandra

    Jury 3 :
    Une belle fin
    Timbuktu
    Les combattants
    Le sel de la terre

    A peu près similaire tout de même .Beau combat prévu pour demain ..

    Le jury deux étant en avance je me retrouve seule alors je parle avec Bérénice et Alison de Strasbourg et Besançon , pas mal !
    Nous attendons toutes les trois nos amies placées dans les jury 3 et 1 …
    « Eh, je suis là hein chaton »
    Enfin !
    Avec tout ça il est l’heure de manger , alors quoi de prévu au repas de ce soir ? On cherche et une pizzeria retient notre attention , plutôt sympa , on y va ?
    C’est un endroit bien agréable pour discuter de nos trois petites vies , on en apprend sur la vie du prof et de sa famille (eh on avait raison c’est un papa gâteau , depuis le temps qu ‘on se pose cette question) et il en apprend sur nous et nos vies d’ados insatisfaites. Ah les ados quelle histoire !
    Des fraises pour le dessert et direction la FEMIS pour 20h .

    Retour dans la salle de projection et un nouveau discours : une CPE ? On ne sait pas vraiment comment la nommer puisqu’elle parle de ses « élèves » alors peut être pouvons nous la désigner ainsi , non ? Pas vraiment , enfin bon passons…
    Elle nous explique quels métiers sont présents à la FEMIS , en quoi ils consistent et surtout comment rentrer dans cetteécole supérieure publique : il faut une certaine maturité (teenagers, passez votre chemin) et surtout une motivation particulièrement forte car ce n’est que deux ans après le bac qu’on peut passer les nombreuses étapes du concours.

    Une fois ce discours fini, voici des travaux de fin d’étude de quatre anciennes étudiantes : Les trois premiers ne sont pas si mal mais le dernier les détrône et de loin , avec l’histoire de deux jeunes gens qui travaillent dans un cinéma et se « cherchent » si on peut le dire ainsi.
    Ils est vraiment bien et c’est notre préféré !

    Après tout ça direction le F1 à 25 minutes à pied de la FEMIS … Les sacs , non ! On avait oublié comme ils sont lourds!
    25 longues minutes de marche et encore ça va , tout est en descente alors demain ce sera .. Oh non n’y pensons pas , marchons !

    Réception de l’hôtel : Nous y voila , nous avons mis du temps avant d’avoir les codes de nos chambres enfin …
    Tour du propriétaire pour nous , douches communes , hm .. ouais .. , peu importe le confort des lits nous sommes fatiguées…
    mais le dernier réflexe est d’appeler nos chéris pour leur raconter nos aventures de la journée.
    Une voire deux heures après, douche pour l’une, et l’autre la prendra plus tard quand sa collègue sera déjà tombée de fatigue…

    Chaton#2 dort à poings fermés quand Chaton#1 somnole à peine , tiens bah ça va être beau demain …

    Jeudi 28 mai : le prix ! (récit de Chaton#2 )

    7h15
    Ah… demain, c’est maintenant.
    On a plutôt mal dormi… Chaton#1 à cause du bruit du périph’ et moi Chaton#2 parce que finalement, ce lit n’est pas le mien… Bon, on traîne un peu en discutant de la nuit passée, on vérifie nos actualités FB, Insta, Snap. Allez, courage, on sort du lit, on met la musique, et on se partage le petit lavabo… Les chatons font leur toilette ! Sans oublier de se maquiller, bien sûr !
    Puis on s’habille et on descend pour prendre le petit dej’
    Et là, on comprend qu’on n’avait pas compris pour le petit déjeuner : il fallait venir bien avant 8h ! Maintenant, c’est blindé.
    Heureusement que la belle-maman de Chaton#1 avait pensé à nous donner des brioches !! Donc hop hop hop, on fait les sacs, on les boucle, Chaton la maniaque fait son lit (à l’hôtel!!) et on descend dans le hall se prendre un café / chocolat chaud à la machine. Trop bon avec les brioches !
    Le hall est plein d’étudiants _ hollandais ?- en train de préparer leur repas de midi. Bon, on se dépêche d’aller fumer en pensant être en retard… Mais à première vue, c’est le prof qui est en retard… On patiente, on lui envoie un texto, et paf, il arrive. A croire qu’il aime bien se faire attendre !!
    On reprend donc nos sacs avec désespoir, et on lui demande de freiner le pas cette fois, car hier on avait vraiment passé la journée à lui courir derrière… c’est sûr qu’avec une valise à roulettes, c’est moins lourd à porter, hein, monsieur ? !!
    On part donc en direction de l’arrêt de bus qu’il nous a promis, car ça, c’est notre rêve, de prendre le bus, de ne pas devoir marcher presque une demi-heure en MONTEE !!
    Après s’être trompés, on trouve le bon arrêt, mais… Coup de Stress, il y a une pancarte : EN TRAVAUX : NON !!!!!
    Soudain, on est sauvées, le bus 65 arrive ! Hallelujah ! On monte, trop contentes, mais peu à peu on déchante : il y a de plus en plus de gens, ça se bouscule… Et les gens tirent de ces têtes !! Bonjour l’ambiance parisienne… Vivement qu’on descende !!!
    Mairie du 18e, c’est le bon arrêt, mais surprise : il reste une horrible montée face à nous ! Courage dit le prof ! On aurait dû s’en douter, il a dit qu’il était un papa gâteau pour nous faire plaisir… Mais en fait il force ses enfants à faire des randonnées ! En Auvergne… Sadique !
    Les sacs font 9 tonnes à nos épaules, et on monte encore.
    Arrivée aux 3/4, c’est définitif, je me dis que j’arrête de fumer, j’ai plus de poumons.
    Enfin, on arrive à la FEMIS et on voit qu’on a un peu de temps avant de reprendre les débats… Juste assez de temps pour une petite cigarette. Oui, je sais, mes bonnes résolutions…n’ont pas duré longtemps.
    Les groupes se forment, et C’est reparti : sur les 4 films retenus, chaque groupe doit n’en garder qu’un… On débat à nouveau et je défends « Une belle fin »… Dont la délicatesse me rappelle Lilting, en fait… Les deux heures passent vite, et c’est le film de Pasolini qui est désigné ! On choisit les deux délégués et on sort enfin.
    Là, je vois que Chaton#1 était partie au bar d’en face avec des personnes de son groupe… J’en profite pour appeler mon père, puis je rejoins Chaton#1 au bar, où nous discutons un moment.

    11h30, retour dans la cour de laFEMIS, le prof arrive enfin, et nous explique le chemin pour aller au self du lycée_je_sais_plus_comment, mais bon, on a plutôt envie d’aller tout de suite visiter Montmartre, quoi !!!!!
    Le prof hésite, puis accepte : ça doit être parce qu’il va falloir monter…
    Eh oui, encore des marches, des dizaines, des centaines de marches !! On suit le prof, en faisant une pause au milieu pour prendre des photos, et on arrive enfin, on se balade sur la Butte, ça tourne à gauche, et on découvre le Sacré-Coeur. Là, des dessinateurs nous abordent, ça va, ils sont mignons, ils proposent un prix, on marchande, et puis c’est parti pour les portraits.
    Pendant ce temps, Monsieur B*** s’est contenté d’être sur son téléphone, tout en gardant un œil sur nous… Ensuite, nous avons continué et nous sommes vite tombées sur des musiciens des rues, ils étaient sympas, plus doués que bien des chanteurs commerciaux… Passons. On a longé le Sacré-Coeur et on a pu profiter de la vue sur Paris, sublime, surtout en regardant de haut ces 400 marches…
    qui descendaient vers le lycée_où_on_aurait_dû_manger ! Sublime de ne pas avoir à les monter, c’est clair !
    On a acheté de quoi manger dans une boulangerie et on a continué à flaner, on a écouté un couple de musiciens sur une petite place, et on a fini la balade au Starbuck… Parfait pour une séance de snap…avant de redescendre les marches pour assister à la remise du prix…

    14h : la ministre n’est pas là, mais c’est pas grave, juste quelques discours qu’on écoute distraitement, puis c’est enfin le grand moment :
    Et le gagnant est… UNE BELLE FIN !!
    A nouveau des discours… Les yeux ont commencé à peser, mais on s’est réveillées pour le cocktail avec petits gâteaux : Excellente occasion de sortir enfin fumer !

    Bon, la suite a été moins palpitante : retour au métro, attendre à la gare, le train qui prend du retard parce qu’il y a un autre train bloqué sur la voie… Et Monsieur B*** qui s’inquiétait qu’on ait toujours pas lu le livre qu’on était censées étudier… Musique aussi, Sandwiches, et correspondance à Clermont. Bref, on est arrivés à Issoire avec une demi-heure de retard. Fatiguées, les chatons, mais on en a bien profité…

    Alors un grand MERCI aux gens qui ont inventé ce prix, et à ceux qui s’en occupent : c’est une expérience qu’on ne va pas oublier  !

    Caroline M et Kelly L, 1ère 8, lycée Murat, Académie de Clermont-Fd.

  12.   3085   - Lycée René Cassin 18 juin 2015 à 17 h 41 min 12

    Lorsque nos professeurs nous ont appris que nous avions été sélectionnés pour participer au Prix Jean Renoir des Lycéens, je me suis posée beaucoup de questions. J’ai fait des recherches sur le prix, sur le fonctionnement et sur Jean Renoir. Puis l’heure du premier film est arrivée, et donc l’heure de la rédaction de la première critique. Je suis restée des heures devant mon ordinateur, essayant de commencer, ne sachant pas par quelle partie la prendre. J’écrivais, j’effaçais tout, je réécrivais, et ce jusqu’à être satisfaite de mon travail. La difficulté était de trouver les bons mots pour exprimer clairement ma pensée. Au fur et à mesure des films, j’étais de plus en plus à l’aise avec l’écriture, l’analyse et l’argumentation. Je me mettais au travail avec de plus en plus d’entrain et d’aise.

    Je me suis beaucoup investie dans ce projet. J’ai regardé des conférences de presse, des interviews, je me suis documentée, pour être certaine de connaître le maximum de choses sur les films, et donc pour pouvoir travailler dessus de la meilleure des façons.

    Quand mes deux camarades sont parties représenter notre classe à Paris, j’étais simplement contente pour elles, contente qu’elles puissent vivre une expérience pareille (un peu jalouse aussi?). Mais à aucun moment je n’aurais pensé remporter un prix, et encore moins le premier prix. C’est pour cela que j’ai mis du temps avant de réaliser que c’était bien ma critique qui avait été récompensée. L’engagement de la part de notre classe a aussi été mis en valeur : mes camarades sont rentrées avec trois prix au total : celui des seconde et première meilleures critiques pour Solène et moi, mais aussi un prix collectif pour le travail en groupe effectué par tous les élèves. C’est une grande fierté d’avoir été reconnue pour le travail et l’investissement mis dans ce projet tout au long de l’année.

    Ce projet n’a été pour moi qu’une expérience enrichissante ; je ne saurais en dégager des points négatifs. Il m’a permis de m’intéresser à d’autres films, de voir le cinéma différemment, de développer mon esprit critique et ma réflexion sur le monde. Je pense qu’il est très important, à notre âge, d’ouvrir son esprit, de découvrir de nouvelles choses et de se cultiver. C’est pour cela que le prix Jean Renoir des Lycéens doit être vécu le plus pleinement possible par ceux qui en ont l’opportunité.

    Pour finir, je tiens à remercier l’équipe organisatrice, les partenaires, l’Education Nationale, la Fémis, sans oublier les deux grands critiques français Thierry Méranger (Cahiers du cinéma) et N. T. Binh (Positif). Merci à eux pour leur reconnaissance (et leurs dédicaces !). Merci à mes professeurs Mmes De Marchi, Cordel et Monnier pour leur patience, leur enthousiasme et leur soutien. Une belle année vient de s’achever.

    Chloé Moresi, 2°2
    Lycée René Cassin

  13.   3083   - Mme Jacquemin Elisabeth 18 juin 2015 à 14 h 46 min 13

    Nous avons représenté notre classe à Paris les 27 et 28 mai et défendu le film que nous avons choisi. Le séjour à Paris était court et très intense. Nous avons aimé la rencontre avec les réalisateurs. Par contre, la délibération avec les autres élèves n’était pas très équitable. Certains imposaient leur choix et il n’y avait pas d’arbitrage pour laisser la parole à tous. Nous avons regretté que la délibération et le choix du film lauréat se passent dans ces conditions. Le Prix Jean Renoir était intéressant mais il manquait des comédies et des films d’animation. Nous aurions aimé que tous les genres cinématographiques soient représentés.
    Romain V., Louis V., Lycée professionnel Alfred Hutinel Cannes

  14.   3082   - Mme Pierron Isabelle 18 juin 2015 à 13 h 11 min 14

    Grâce à mes camarades de classes, j’ai pu aller à Paris pour les représenter et défendre les trois films qu’ils avaient préférés.
    J’ai trouvé ce voyage enrichissant du fait d’avoir rencontré la plupart des réalisateurs ou bien les producteurs, distributeurs et compositeurs des films que nous avions visionnés au cours de l’année. Il nous a été permis de poser des questions et de recevoir des réponses y répondant parfois plus ou moins bien. Je trouve cependant que certaines académies ont bénéficié de plus de questions que d’autres, de plus toutes les questions n’ont pas pu être posées par manque de temps.
    Les débats entre représentants des classes ont été une expérience particulière puisqu’il a fallu trouver sa place pour pouvoir émettre son avis et être entendu. Tout s’est pour autant très bien passé. Ces débats m’ont de plus permis de découvrir d’autres façons d’aborder certains films et de les juger, j’ai parfois été surprise.
    Les délibérations terminées, nous avons attendu avec impatience le résultat du débat final pour enfin découvrir qu’« Une belle fin » avait remporté le Prix. J’en suis plutôt contente car il faisait partie des trois films favoris de ma classe et aussi parce qu’il m’avait plu.
    Ces deux jours à Paris en tant que représentante de ma classe m’ont permis de rencontrer des personnes dont les rôles ont été importants dans la réalisation de chaque film ainsi que de faire la découverte d’autres élèves. Ils m’ont permis de découvrir ce qu’est la FEMIS et d’avoir une idée de ce que peuvent représenter des études de cinéma. Grâce à ces deux jours, j’ai pu parler au nom de mes camarades et permettre à un film d’obtenir un Prix.
    Ce fut très enrichissant.

    Juliette

  15.   3080   - Mme Charbonnier-Demarchi Annette 17 juin 2015 à 14 h 06 min 15

    Ghislaine Cordel
    Suivre La Règle du Jeu, même si ce n’est pas toujours Une Partie de Campagne et danser le French Cancan !!!

    Le 28 juin à 7:45, j’ai rendez-vous avec Sharon Billoudet et Maé De Saint Jean à la petite gare de Tarare. Etant toutes les trois en avance
    (pas question de rater le train !) nous prenons le TER précédent celui initialement prévu, nous avons ainsi tout le temps de changer de quai à la Part-dieu. Après une courte attente, nous trouvons nos places dans le
    TGV. Sharon se rend pour la première fois à Paris mais ne laisse rien paraitre, il faut dire que Maé, notre reporter, filme la moindre scène
    digne d’intérêt !
    Le trajet passe très vite, nos voisines sont de joyeuses retraitées s’offrant une escapade à la capitale pour voir l’exposition Jean Paul
    Gauthier, la conversation s’engage vite entre nous; elles se montrent fort intéressées par le prix Renoir et félicitent les jeunes filles pour leur implication.
    11:08, nous avons deux heures devant nous et je conduis mon microgroupe à Montmartre, Sharon découvre le Sacré-Cœur, la place du Tertre et Maé
    fait le plein d’images touristiques!
    Notre balade nous mène vers les escaliers descendant jusqu’à la rue Francoeur, il fait beau, nous sommes toutes les trois d’humeur
    estivale …. Mais nous y sommes, la grille imposante de la Fémis est devant nous, d’autres groupes de trois personnes à valises à roulettes arrivent…Nous rentrons.

    Nouvelle pause photos devant l’imposante tenture –hommage à Charlie, cette puissante évocation donne un caractère presque solennel à notre entrée. Les jeunes filles déposent leurs bagages et nous nous installons dans la salle Jean Renoir. L’après-midi passe vite. Les quatre réalisateurs, les producteurs, distributeurs et compositeurs se succèdent, les questions s’enchainent. Maé prend des notes sur son
    portable, Sharon et moi écrivons rapidement sur nos bloc-notes. Nous voulons être sûres de pouvoir tout restituer à nos collègues ! Mais comment transcrire l’humour et l’enthousiasme des jeunes réalisateurs,
    la générosité de Sylvie Pialat, ou encore l’apparent dédain de Laurent Petitgand qui a pris notre question sincère sur les conditions de voyage de Salgado de haut ?
    Il est ensuite temps pour les élèves de rejoindre leur groupe et pour les professeurs d’échanger sur leur expérience avec les personnes du Céméa. Il apparait vite que nos conditions différaient beaucoup mais que
    nous nous étions tous investis avec un égal plaisir !

    18:30, je retrouve les élèves et leur donne quartier-libre, intimidées, elles n’iront pas bien loin, moi non plus, je rejoins quelques collègues sur une terrasse face à la Fémis …

    20:00, retour à la salle Renoir, la Fémis et les formations proposées n’ont (presque) plus de secrets pour nous et le prestige de l’école est confirmé par la qualité des courts-métrages de fin d’étude que nous
    visionnons : l’humour du dernier nous « booste » tous et nous décidons de rejoindre le Formule 1 à pied.
    Prévoyante, j’avais imprimé un plan du quartier et ce petit bout de papier (plus fiable que les smartphones !) nous mène rapidement à l’hôtel !

    23:00, nous sommes dans nos chambres (enfin nous, parmi les premiers arrivés … la file sur le trottoir était longue…).

    Le 29 juin, 8:30, nous sommes sur les starting-blocks : les élèves rejoignent leurs commissions, nous échangeons à nouveau avec les représentants du Céméa. C’est décidé, nous contacterons le Céméa du
    Rhône dès la rentrée !

    Puis enfin arrive le temps de la remise des prix. La salle est comble mais coup de chance, Madame la ministre ne nous ayant pas rejoints (peut-être avait-elle des priorités plus pressantes ?) Sharon, Maé et
    moi nous retrouvons sur le troisième rang !

    Les paris vont bon train : quel sera le film récompensé ? Coup de théâtre pour nous, Une Belle Fin, que les élèves de Tarare n’avaient pas retenu est élu ! Et les arguments donnés par les deux représentants nous
    convainquent que c’est un excellent choix ! Ce XXI ème siècle commence si terriblement que des adolescents choisissent un film mettant en avant la générosité et le don de soi est apaisant et illumine la grisaille
    dans laquelle, tel John May, nous baignons trop souvent.

    Mais le meilleur reste à venir…. Maintenant sont primées les meilleures critiques… Je me rappelle soudain que mon petit appareil photo a bien sûr une option vidéo…. Ca y est, je filme… et stupeur : notre seconde
    est récompensée trois fois : incroyable !!! Quel plaisir d’entendre citer les noms de nos élèves et de notre lycée et quand enfin c’est la seconde 2 entière qui est récompensée, je rejoins Maé et Sharon devant l’assemblée, je suis euphorique !!
    J’avais sincèrement oublié le plaisir de recevoir un prix pour un travail ardu sur toute une année scolaire. La dernière fois que cela c’était produit pour moi, c’était en CE2, pour le prix d’excellence remis par le maire du village !!!
    La cérémonie se termine et j’appelle aussitôt Annette Charbonnier De Marchi qui m’a emmenée sur ce projet et avec qui cela a été un plaisir de conduire les élèves
    sur ce travail d’analyse et d’écriture. Je regrette sincèrement qu’elle ne soit pas là, ma joie aurait été complète !

    Elle contacte immédiatement Julie Monnier, la précieuse
    documentaliste-professeure du lycée avec qui nous avons œuvré et qui a animé de riches ateliers autour du cinéma . C’est elle qui annonce l’excellente nouvelle à notre proviseure… et à toute la cité scolaire !
    Pendant ce temps-là Maé et Sharon s’emploient à faire dédicacer par Thierry Méranger des Cahiers du cinéma et N.T Bihn de Positif les récompenses que nous rapportons. Nous échangeons quelques mots mais vite nous devons repartir vers la gare de Lyon…
    Dans le TGV du retour, Maé commence à travailler sur son montage vidéo, Sharon écoute d’une oreille de la musique et moi… je me charge de faire
    savoir à nos voisins de wagon curieux à l’écoute de nos commentaires que nous avons participé au prix Renoir et que l’investissement et le sérieux des élèves et de l’équipe du lycée René Cassin de Tarare a été
    reconnu ! Nous avons totalement adhéré à La Règle du Jeu, cela n’a pas toujours été Une Partie de Campagne mais là on a tous eu envie de danser le French Cancan !!!!

  16.   3079   - Lycée René Cassin 16 juin 2015 à 14 h 48 min 16

    Le prix Jean Renoir nous a permis de développer un esprit critique et de nous entraîner à écrire. Grâce à cette expérience, nous avons pu découvrir des films que nous ne serions jamais allés voir de nous même ; mais qui étaient tout de même intéressants pour la plupart. C’était enrichissant de pouvoir partager et débattre sur le film après la séance.
    Durant ces heures, nos professeurs nous ont permis de comprendre la démarche des réalisateurs, le sens des films et la visée de certaines scènes. Malgré les aspects positifs de ce projet, les critiques étaient difficiles à rédiger, en particulier au commencement de chaque critique et elles nous demandaient du temps ainsi que du travail en plus. C’est un honneur pour nous que notre classe ait été primée car c’est avant tout une aventure collective et enrichissante.

    Axelle Dubessy, Morgane Petit, Maëlle Jean-Alexis, Justine Trambouze, Mia Desrousseaux.

  17.   3077   - Lycée René Cassin 16 juin 2015 à 10 h 07 min 17

    BILLOUDET Sharon , Mon séjour à Paris

    Pour monter à Paris et sélectionner le film de l’année, nous avons effectué un tirage au sort parmi les élèves les plus engagés. Je me suis présentée, et quand mon nom est sorti, j’étais super contente car je n’étais jamais allée à Paris.
    Le mercredi 27 mai, nous sommes parties de Tarare à 7h50 et nous sommes arrivées à Paris vers 11h. Nous avons fait un peu de tourisme, nous sommes allées au Sacré Cœur admirer la vue sur Paris. Puis, à 13h30, nous avons été à La Fémis, la prestigieuse école de cinéma de Paris, dans le VIII° arrondissement. Nous avons rencontré des réalisateurs, producteurs… des 8 films visionnés durant l’année. Nous leur avons posé des questions et beaucoup appris sur les films. Thomas Cailley, le réalisateur de Les Combattants, était un ancien élève de La Fémis, et ce long-métrage était inspiré de son projet de fin d’étude. Ce débat était passionnant. Après ces rencontres, nous avons délibéré sur les films pour choisir les 4 films, pour cela nous avons partagé nos visions, nos avis, nos goûts et nos choix. Ce débat entre élèves était très intéressant, il nous a permis de nous offrir une nouvelle vision sur des films.
    Tous les élèves étaient divisés en 5 jurys, dans chaque jury, il y avait une secrétaire pour noter les idées et les choix. Pour le jury 1, c’était moi la secrétaire, j’ai donc noté les idées principales et à la fin nous devions choisir nos quatre films, nous avons voté pour :
    -Le sel de la Terre : C’est un documentaire intéressant même si certains l’ont trouvé plat. Il nous montre la vie dans d’autres pays. Les photos sont très belles. C’est un documentairebouleversant.
    -Spartacus et Cassandra : C’est un film mélangé à un documentaire, il est émouvant et montre un sujet délicat en France. C’est l’un des rares documentaires qui montrent la vie des roms.
    -Timbuktu : un film enrichissant et éclairant sur l’occupation djihadiste. Il y a aussi de beaux paysages et belles couleurs, une très belle histoire avec des personnages fort qui inverse les clichés sur les hommes et les femmes. Les femmes se rebellent et sont fortes et courageuses.
    -Une Belle Fin : encore un film sensible, il traite d’un sujet qui touche le monde entier, la solitude. Le personnage est touchant, il a ses habitudes. Il se crée un album de famille avec les photos des personnes qu’il enterre. Malgré son travail spécial, il aime ce qu’il fait.
    Ce débat a été riche, il nous a permis d’apprendre à se connaître, à exprimer nos points de vue.
    Le soir, nous avons visionné des courts-métrages (projet de fin d’années) de certains élèves de l’école.
    Le lendemain matin, nous nous sommes divisés entre jurys, et nous avons classé dans l’ordre de préférence les quatre films élus de la veille. Pour la première, nous avons hésité entre Timbuktu et Une Belle Fin. La majorité a d’abord opté pour Timbuktu , mais finalement, avec de très bons arguments, Pauline (l’une des deux représentantes du groupe) a convaincu une majorité pour élire Une Belle Fin d’Uberto Pasolini. Nous avons élu ce film car il est très joli, la solitude touche le monde entier et pas seulement l’Angleterre (lieu où se déroule le film). Il nous fait comprendre la tristesse des personnes seules. On voit que nous pouvons les aider. Ce film nous offre une vision de la solitude comme peu de personnes la perçoivent.
    Après ce débat, chaque jury a élu deux représentants de groupe pour défendre au mieux, le film choisi par leur jury. Ce jury final a délibéré et voté pour le film de l’année.
    L’après-midi, une conférence a eu lieu pour nous remercier, et dévoiler le film de l’année. Une fois les remerciements terminés, deux élèves représentant le jury final nous ont annoncé le film de l’année : Une belle fin. Après cette annonce, c’était l’heure de la remise des prix. Il y a eu quatre lycéens félicités pour une de leurs critiques et deux classes pour leur implication dans le prix. Deux élèves de notre classe ont été félicitées : en deuxième place, Solène NUGUES, pour sa critique sur le film Timbuktu, et en première place, Chloé MORESI, pour sa critique sur le film Les combattants. Donc Maé et moi sommes montées sur la scène, nous étions super contentes, et quand l’organisatrice du Prix Jean Renoir a annoncé notre classe était aussi primée pour son implication dans le Prix, nous étions vraiment ravies !
    C’est avec une joie visible que notre professeur d’anglais nous a rejoints. Les trois représentantes du lycée René Cassin de Tarare étaient sur scène !!

    Après ce franc succès, nous avons quitté La Fémis, direction gare de Lyon, pour rentrer à Tarare. Nous étions ravies de notre séjour, et ravies de notre succès. Tout le wagon du TGV a été au courant de notre séjour et de notre récompense. Ce fut avec une grande joie que le lendemain nous avons retrouvé nos camarades et fêté cet évènement.
    Ce projet et ce séjour étaient instructifs et passionnants, il a permis à tout le monde de développer son esprit critique et son imagination.

  18.   3076   - Seconde 10 LJM 16 juin 2015 à 9 h 20 min 18

    C’est avec plaisir que nous avons appris en début d’année que notre classe avait été sectionnée pour le Prix Jean Renoir des lycéens. Dès cette annonce, nous étions déterminées à nous investir tout au long de l’année pour ce projet, étant déjà des fans incontestables de cinéma de tout genre. Ce projet a été très enrichissant, premièrement il nous a permis d’acquérir une ouverture d’esprit que nous ne se soupçonnions pas, puis car il nous a donné l’occasion de visionner des films parfois improbables, à message profonds, que nous ne serions pas allées voir de notre plein gré. Du reportage photos, au documentaire, en passant par des films à sujets sensibles comme le djihadisme, tous ces films nous ont apporté quelque chose et nous ont notamment aidé à développer notre esprit critique. En complément du projet Prix Renoir, nous avons également eu la chance de participer au festival Entrevues de Belfort, qui nous a aussi permis de découvrir d’autres films dans une ambiance plus festive qu’une séance de cinéma banale.
    En conclusion, malgré les horaires des projections plutôt vécus comme inconvénients, ce projet reste une belle expérience dans l’ensemble pour notre classe, plus particulièrement pour nous puisque nous avons eu l’honneur de participer au séjour à la Fémis les 27 et 28 juin dernier. Cette école, placée dans le 18e arrondissement, nous a offert un cadre de réflexion des plus agréables. Dans un premier temps, l’entretien avec les intervenants présents à la séance fut très agréable, de part leur humour qui a su nous mettre à l’aise tout de suite. Leurs réponses étaient pertinentes et amusantes, ce qui a su détendre l’atmosphère avant les délibérations. Il est vrai que celles-ci nous angoissaient un peu car nous appréhendions le fait d’être seules au milieu de vingt autres élèves inconnus. Pourtant tout s’est parfaitement bien déroulé et nous avons pu nous exprimer librement et faire de nouvelles connaissances. Le soir, la présentation de la Fémis et le visionnage de courts métrages nous ont également beaucoup intéressés car ce sont des études communes et plutôt prestigieuses. La Fémis est une école très réputée qui donne un énorme potentiel aux futurs étudiants dans le cinéma. En effet, les quatre courts métrages de fin d’études visionnés prouvent l’excellence de cet apprentissage. Le deuxième jour était tout aussi palpitant que le premier avec son lot de délibérations et de discours très convaincants. Nous ne retenons que du positif de cette expérience parisienne, courte mais intense. Effectivement, elle nous a permis de faire de nouvelles rencontres dans un cadre féerique avec des personnes plus passionnées les unes que les autres.

    Alison et Alycia. 2e Lycée Jean Michel à Lons le Saunier – Jura

  19.   3075   - Seconde 10 LJM 16 juin 2015 à 9 h 20 min 19

    C’est avec plaisir que nous avons appris en début d’année que notre classe avait été sectionnée pour le Prix Jean Renoir des lycéens. Dès cette annonce, nous étions déterminées à nous investir tout au long de l’année pour ce projet, étant déjà des fans incontestables de cinéma de tout genre. Ce projet a été très enrichissant, premièrement il nous a permis d’acquérir une ouverture d’esprit que nous ne se soupçonnions pas, puis car il nous a donné l’occasion de visionner des films parfois improbables, à message profonds, que nous ne serions pas allées voir de notre plein gré. Du reportage photos, au documentaire, en passant par des films à sujets sensibles comme le djihadisme, tous ces films nous ont apporté quelque chose et nous ont notamment aidé à développer notre esprit critique. En complément du projet Prix Renoir, nous avons également eu la chance de participer au festival Entrevues de Belfort, qui nous a aussi permis de découvrir d’autres films dans une ambiance plus festive qu’une séance de cinéma banale.
    En conclusion, malgré les horaires des projections plutôt vécus comme inconvénients, ce projet reste une belle expérience dans l’ensemble pour notre classe, plus particulièrement pour nous puisque nous avons eu l’honneur de participer au séjour à la Fémis les 27 et 28 juin dernier. Cette école, placée dans le 18e arrondissement, nous a offert un cadre de réflexion des plus agréables. Dans un premier temps, l’entretien avec les intervenants présents à la séance fut très agréable, de part leur humour qui a su nous mettre à l’aise tout de suite. Leurs réponses étaient pertinentes et amusantes, ce qui a su détendre l’atmosphère avant les délibérations. Il est vrai que celles-ci nous angoissaient un peu car nous appréhendions le fait d’être seules au milieu de vingt autres élèves inconnus. Pourtant tout s’est parfaitement bien déroulé et nous avons pu nous exprimer librement et faire de nouvelles connaissances. Le soir, la présentation de la Fémis et le visionnage de courts métrages nous ont également beaucoup intéressés car ce sont des études communes et plutôt prestigieuses. La Fémis est une école très réputée qui donne un énorme potentiel aux futurs étudiants dans le cinéma. En effet, les quatre courts métrages de fin d’études visionnés prouvent l’excellence de cet apprentissage. Le deuxième jour était tout aussi palpitant que le premier avec son lot de délibérations et de discours très convaincants. Nous ne retenons que du positif de cette expérience parisienne, courte mais intense. Effectivement, elle nous a permis de faire de nouvelles rencontres dans un cadre féerique avec des personnes plus passionnées les unes que les autres.

    Alison et Alycia. 2e Lycée Jean Michel à Lons le Saunier – Jura

  20.   3072   - Mme Gornet Cécile 12 juin 2015 à 15 h 32 min 20

    Une année autour du prix Jean Renoir.

    LE lycée Henri IV avait déjà participé au Prix qui s’appelait alors PNLC lors de sa création, il y a quatre ans. C’est donc avec plaisir et enthousiasme que nous avons postulé pour cette nouvelle édition.
    Le choix de programmer les séances le mercredi aprés -midi comportait bien sûr un inconvénient majeur : toutes les séances étaient hors temps scolaire et ma collègue Mme Gornet et moi même avons donc fourni un investissement important pour ce projet.
    Mais par ailleurs, les élèves qui venaient étaient très motivés et le sont restés pour toute la durée de la programmation à une ou deux exception prés.
    Ces séances ont toujours été des moments très agréables de plaisir partagés, de discussion passionnées, même si la sélection de cette année m’a paru de moins bon niveau que la précédente à laquelle nous avions assisté. L’ambiance des œuvres était aussi assez noire dans l’ensemble, y compris dans le film choisi au final : Une belle fin. L’humour était bien peu présent, ou du moins un peu de légéreté et d’optimisme. Même les combattants est tout de même un film assez dur sur la condition de la jeunesse et sa vision de l’avenir.
    MAIS cela n’a pas eu l’air de déranger nos élèves, par ailleurs habitués à des ambiances moroses.
    Etre spectateurs des films qu’ils n’auraient jamais eu l’occasion de d’aller voir a été pour eux une richesse incontestable. Et j’ai pu mesurer l’évolution dans leurs regards de cinéphiles de plus en plus avertis. Je ne suis pas sûre qu’ils auraient élu Une belle fin, si ils n’avaient pas vu les autres films de la sélection qui leur ont permis d’ évoluer et d’apprécier un cinéma différent.
    LE prix a également eu des répercussions sur la ville puisque le cinéma partenaire a programmé les séances sur une voire deux ou trois semaines ( beaucoup plus pour TIMBUKTU). Les cinéphiles biterrois, souvent frustrés par une programmation trop commerciale, ont donc pu voir ces films en salle.
    Enfin, les délibérations qui ont permis les rencontres entre élèves, la qualité des débats et les discussions entre professeurs ont fait de ces deux jours de clôture un très bon moment. J’ai particulièrement apprécié les rencontres avec les cinéastes mais aussi le lieu choisi, magnifique, cette FEMIS riche à la fois d’histoire du cinéma et de promesses pour le futur cinéma français.
    Une très belle expérience pédagogique et humaine donc , mais peut on séparer les deux ?

    Laurence Fulleda Lycée Henri IV Beziers.

  21.   3071   - Mme Mary Stéphanie 12 juin 2015 à 13 h 59 min 21

    Naïma Boulbaïr – Seconde 6 – LSK de Thann – Alsace.

    J’ai bien aimé faire partie du PJRL car grâce à ces nombreux films que j’ai pu voir, j’ai appris à développer un esprit beaucoup plus critique à l’égard des techniques de réalisation et de mise en scène.
    Après chaque projection, nous avons débattu en classe tous ensemble sur nos impressions. Cela m’a permis d’acquérir un nouveau vocabulaire.
    J’ai attendu chaque film avec joie car je savais qu’il allait m’apprendre quelque chose de nouveau. Je suis beaucoup plus ouverte à certains genres cinématographiques qui ne m’auraient pas intéressé avant ma participation en tant que jury du PJRL.
    Je vous remercie pour cette aventure : elle a été très enrichissante pour moi.

  22.   3069   - Mme Mary Stéphanie 12 juin 2015 à 13 h 30 min 22

    Camille DIFFORT – Seconde 6 du LSK de Thann – Alsace.

    Tout d’abord, je voulais vous dire un grand merci pour tous ces films que vous m’avez fait découvrir et partager.
    Cette année m’a apporté beaucoup dans l’écriture et dans ma culture cinématographique.
    Grâce à vous, j’ai grandi car le fait de rédiger et de publier des articles sur les films m’a aidé à mieux écrire et m’a donné confiance en moi.
    Le programmation a été bien pensée, les films ont été bien choisis. Le rythme des projections a permis de respirer entre les films, sans créer l’impression d’une accumulation. Je vous admire pour le travail que vous avez accompli.
    Merci encore pour cette superbe année riche en émotions.

  23.   3066   - Mme Iturralde Isabel 12 juin 2015 à 10 h 00 min 23

    J’ai apprécié l’inscription de ma classe au prix Jean Renoir car on a pu faire une activité en dehors des cours et apprendre à rédiger une critique. Les films étaient intéressants pour les jeunes, la sélection était bien choisit hormis quelques films. Les débats en classe m’ont apprit beaucoup de choses, on parlait des lieux , des situations… Je ne suis pas encore allé sur le blog du prix Jean Renoir mais l’apparence parait correcte.

    FERREIRA Victor 2°4
    Lycée Pierre Gilles de Gennes 58200

  24.   3065   - Mme Iturralde Isabel 12 juin 2015 à 10 h 00 min 24

    J’ai effectivement apprécié le fait de faire participer notre classe au prix Jean Renoir, c’était original. Les films, quant à eux, n’étaient peut être pas adaptés à un jeune publique car je n’ai aimé aucun des films. Cette participation ne m’a rien apporté mise à part les exercices de critiques qui pouvaient nous aider en Français. Voir la divergence des opinions et l’argumentation des uns et des autres étaient intéressant. Je n’ai par contre pas consulté le blog du prix Jean Renoir.

    VASSORT Thibault 2°4
    Lycée Pierre Gilles de Gennes, Cosne Sur Loire.

  25.   3064   - Mme Iturralde Isabel 12 juin 2015 à 10 h 00 min 25

    L’inscription au prix Jean Renoir et une ouverture sur la culture cinématographique. Elle permet de côtoyer l’univers d’auteurs différents de part leur nationalité, leur style et leurs idées. La sélection des films m’a quelque fois étonnée car celle-ci n’a pas toujours été judicieuse pour un public d’adolescents. Cette participation a permis de voir des films très différents que je n’aurai pas été voir si j’avais été seule et également une certaine ouverture d’esprit. Les débats faits en classes ont été intéressants mais je pense qu’il ne faudrait pas forcément le faire juste après la séance pour favoriser un certain réel. Mais les élèves ont eu de bonnes réflexions. Je ne suis pas encore allée sur le blog du prix Jean Renoir mais je compte le faire le dernier jour ;

    NOWAK Murielle AVS Lycée Pierre Gilles de Gennes 58200

  26.   3063   - Mme Iturralde Isabel 12 juin 2015 à 9 h 59 min 26

    L’inscription de ma classe au prix Jean Renoir a pu nous faire découvrir de nouveaux films avec des camarades nouveaux. Certains films, comme « Le sel de la Terre », n’étaient pas forcément adaptés pour les lycéens de notre âge. Nous avons pu voir de nouveaux films qui ne sont pas spécialement mon genre et nous avons pu apprendre que chaque film à sa beauté aux yeux de chacun. J’ai apprécié les débats faits en classe car ils nous ont permis de donner notre avis et d’essayer de le défendre pour convaincre les autres. Je ne suis pas allée sur le blog du prix Jean Renoir mais cependant ce blog apparaissait clair et ludique créant un partage entre plusieurs lycéens de France.

    LAMBRESCHI Aurélie 2°4
    Lycée Pierre Gilles de Gennes 58200

  27.   3062   - Mme Iturralde Isabel 12 juin 2015 à 9 h 59 min 27

    Les deux jours à Paris, une superbe expérience !

    J’ai beaucoup apprécié l’inscription de notre classe au prix Jean Renoir car cela nous a fait découvrir des films que nous n’aurions sûrement pas vus hors du prix. L’inscription nous a permis à Chloé et à moi-même de participer à la cérémonie du prix Jean Renoir à la Femis, l’école de cinéma de Paris, pour participer à l’élection du film de l’année des lycéens. Nous avons partagé cette expérience plus que gratifiante ensemble, ce fut inoubliable et à refaire si c’était possible. Les deux jours ont été encadrés par plusieurs personnes de la Femis, notamment Marc Nicolas le directeur, la chargé de communication Marine Multier, la chargé des dispositifs cinéma au ministère de l’éducation national Barbara Daviet, Roseline Miniotti Ulmer coordinatrice du prix Jean Renoir des lycéens, Maire-Laure Lepetit inspectrice générale de l’éducation national.
    Nous avons pu rencontrer certains réalisateurs, tels que Thomas Cailley réalisateur de Les combattants, Hong Khaou, réalisateur du film Lilting, Marianne Tardieu réalisatrice de Qui Vive, mais aussi certaines personnes faisant parties de l’équipe technique des films, tels que l’ingénieur du son du film Le Sel de La Terre.
    Nous avons eu l’honneur de rencontrer toutes ces personnes, sans ces deux jours nous n’aurions jamais pu le faire.
    Nous avons appris à communiquer avec de nouvelles personnes durant les débats, tous repartis en cinq jury comprenant dix-huit à vingt élèves d’académies différentes. Dans chaque jury, deux élèves ont été élus par le groupe, pour les représenter eux et pour représenter le film lauréat par le jury de délibération, c’est à ce moment là que le film Une belle fin à remporté le prix Jean Renoir, mais aussi le film Les Héritiers réalisé par Marie-Catsille Mention-schaar et Ahmed Dramé scénariste a rempoté de mention spéciale.
    Deux élèves ont eux la chance que l’une de leur critique ait été lue par Marie-Laure Lepetit comme Victor Lepère qui lui a été élu cinquième meilleur critique.
    Cela nous à permis d’apprendre les différents métiers concernant le monde du cinéma que nous ignorions.
    La sélection des films était variée car, certains films étaient plus prenant que d’autres mais tous aussi intéressant de par leur diversité, en passant d’un film d’héros, a un film militaire, a un film documentaire sur la réalité humaine.
    La participation du Prix Jean Renoir nous a apporté le fait d’apprendre à analyser des films divers, à donner notre avis en le partageant, puis à formuler des critiques les concernant. Mais elle nous a aussi apporté à apprendre des critiques des autres en les écoutants, en analysant le point de vu des autres membres du jury. Les débats faits en classe étaient intéressants car nous avons pu apprendre la façon de voir de tous. Mais les débats faits au cour du stage à la Femis étaient plus intéressants car les personnes ne nous connaissaient pas donc ne jugeais pas par les connaissances mais par nos dialogues concernant les films. Le prix Jean Renoir a ouvert un blog, permettant de publier les critiques de tout les élèves ayant participés au prix, celui-ci est plutôt bien car nous pouvons y lire plusieurs niveaux différents de critiques toutes aussi intuitives les unes que les autres.
    Nous tenons à remercier toutes les personnes de la Femis ayant contribués à ces deux magnifiques jours, tout particulièrement Marine Multier qui nous a envoyé le DVD des courts métrages tel qu’elle l’avait promis.

    Amandine Riaud 2nd4

  28.   3061   - Mme Iturralde Isabel 12 juin 2015 à 9 h 59 min 28

    Deux jours à Paris : Une expérience exceptionnel !

    J’ai apprécié l’inscription de ma classe au prix Jean Renoir car cela nous a permis de découvrir des producteurs, des réalisateurs ainsi que des photographes que nous n’aurions pas rencontrés de notre plein gré. Ainsi que les deux jours passés aux côtés d’Amandine à Paris pour élire les films. Ces deux journées ont été enrichissantes et nous ont permis de découvrir le monde du cinéma et ses différents métiers grâce à l’équipe de la Fémis et son directeur, Marc Nicolas. Nous avons pu rencontrer les réalisateurs des films ou des membres de l’équipe de tournage, tels que Thomas Cailley, réalisateur de Les Combattants ainsi que, Hong Khaou de Lilting ou la délicatesse, la présence aussi de Marianne Tardieu, réalisatrice de Qui Vive, Ioanis Nuguet, réalisateur de Spartacus & Cassandra nous a aussi fait l’honneur de sa présence. Mais il n’y avait pas que des réalisateurs, comme dit précédemment, il y avait aussi Laurent Petitgand, le compositeur de la musique du Sel de la Terre. Ces deux jours nous ont également appris à communiquer et à débattre avec nos camarades des autres lycées participants qui venaient de toute la France. Le prix a été décerné par un des représentants des élèves, Frédéric Bonnet, à Une belle fin qui a été représenté par le distributeur français, Eric Le Bot. La récompense a été créée par un lycée professionnel.
    Cependant, la sélection des films été inégale car il y avait deux documentaires sur huit films présentés. Mis à part cela, les films étaient variés car nous pouvions passer de l’armée à un documentaire photographique puis, une dénonciation du Djihad à l’amour caché d’un homosexuel. Un autre documentaire mais celui-là sur les gens du voyages à un « super-héros » pas très héros.
    Grâce à ce prix nous a appris à débattre, à échanger et à partager notre avis avec les personnes de notre entourage, à découvrir des détails que les autres avaient remarqué mais pas nous.
    Nous tenons à remercier Barbara Daviet, chargée des dispositifs du cinéma au ministère de l’éducation nationale, ainsi que l’organisatrice, Roseline Miniotti Ulmer, coordinatrice du prix Jean Renoir des lycéens et la chargée de communication, Marine Multier, de la FEMIS qui nous a très gentiment adressé le dvd des courts-métrages présentés le 27 mai.

    Chloé Delamare 2°4

  29.   3060   - Mme Iturralde Isabel 12 juin 2015 à 9 h 58 min 29

    J’ai apprécié l’inscription de ma classe au pris Jean Renoir car cela permet de regarder des films qu’on n’aurait pas été voir tout seul. Et les critiques qu’on faisait nous permettaient d’approfondir le film. La sélection était bien, variée, il y avait de tout comme des documentaires. Cette participation m’a apportée de la culture générale. Les débats faits en classe étaient intéressant, cela permet de voir les sentiments et points de vue de tous.

    TAPIN Julie 2°4
    Lycée Pierre Gilles de Gennes, Cosne sur Loire.

  30.   3059   - Mme Iturralde Isabel 12 juin 2015 à 9 h 58 min 30

    J’ai apprécié la participation de ma classe au pris Jean Renoir, cela nous a permis de découvrir des films et d’apprendre à faire des critiques. Dans l’ensemble, les films étaient biens, ils avaient tous de sujets différents, c’était intéressant. Cette participation m’a permis d’apprendre la composition d’une critique, certains films nous font découvrir différents modes de vie comme dans Le sel de la Terre ou dans Timbuktu. J’ai apprécié les débats faits en classe, ils permettent de découvrir le point de vue des autres. Je ne suis pas allée sur le blog du prix Jean Renoir en dehors des cours mais ce blog est bien présenté et l’on peut découvrir les critiques d’autres lycées. En définitive, cette participation était intéressante et enrichissante au niveau de la culture artistique et cinématographique.

    MEUNIER Marie-Lucie 2°4
    Lycée Pierre Gilles de Gennes, Cosne sur Loire.

  31.   3058   - Mme Iturralde Isabel 12 juin 2015 à 9 h 57 min 31

    J’ai apprécié l’inscription de ma classe au prix Jean Renoir, la plus part des films était légèrement long mais le fait que les films soient de réalisateurs étant peu connus est vraiment intéressant. Cette participation m’a apporté de l’aide dans l’écriture des critiques et l’orthographe mais aussi pour mieux comprendre et mieux analyser les films. J’ai également apprécié les débats qui ont été faits en classe car chacun a un avis différent, ce qui m’a appris que tout individu a un ressenti et une perception différente sur un même film. Je suis allé sur le blog du prix Jean Renoir en dehors des heures de cours pour voir les films que nous allions regarder, ce site est un peu compliqué mais pas assez complet dans les informations concernant le prix lui-même mais la rubrique des critiques était bien organisée.

    GURHEM Killian 2°4 Lycée Pierre Gilles de Gennes, Cosne sur Loire

  32.   3057   - Mme Iturralde Isabel 12 juin 2015 à 9 h 57 min 32

    L’inscription au prix Jean Renoir m’a plu car cela m’a permis de découvrir toute sorte de films. La sélection des films était assez variée. La participation au prix m’a permis d’avoir une autre vision du film ainsi qu’une vision plus détaillée. Les débats fait en classe m’ont permis d’ouvrir mon esprit et d’avoir un regarde critique sur ces films. En dehors des heures des cours je ne suis pas allé sur le blog du prix Jean Renoir donc je n’ai pas spécialement d’opinion sur l’apparence de ce blog.

    LESUEUR Lidwine 2°4
    Lycée Pierre Gilles de Gennes 58200

  33.   3056   - Mme Kopp Pascale 12 juin 2015 à 9 h 25 min 33

    Le Prix Jean Renoir des lycéens fût intéressant dans le sens où après chaque film nous pouvions débattre à tour de rôle, donner notre avis, échanger, voire convaincre une personne n’étant pas du même avis sur un certain aspect du film.
    Les sujets des films étaient bien choisis et impactaient beaucoup l’actualité ce qui nous immergeait directement dans le but du film.

    Projet intéressant, à continuer évidemment, même si je ne pourrais plus y participer puisque je quitte le lycée.

    Simon NICOLA – TL Obernai

  34.   3055   - Mme Mary Stéphanie 11 juin 2015 à 18 h 20 min 34

    Sarah Hildenbrand du Lycée Scheurer Kestner de Thann en Alsace vous dit « merci ».

    J’ai envie de vous dire « merci » pour nous avoir donné la chance de participer au Prix Jean Renoir des Lycéens.

    Cette expérience m’a permis de découvrir de nouveaux genres cinématographiques grâce à des films de qualité. Cette expérience m’a aussi aidée dans ma compréhension du monde et m’a rendue plus attentive à ce(ux) qui m’entoure(nt). Quant à l’organisation, je pense que l’ordre des films a bien été pensé. Commencer par « Les Combattants » m’a semblé judicieux après avoir vu l’ensemble de la sélection. Ce film nous a moins poussé dans nos retranchements et j’ai ressenti une évolution jusqu’à « Une belle fin » qui a été un réel coup de cœur.

    Je pense avoir grandi grâce à ces films et je m’intéresserai de très près à la sélection de l’année prochaine.

    Cependant, ne pas pouvoir voir des images du film après la projection pour la rédaction des critiques a rendu l’écriture plus difficile, du moins pour parler de la mise en scène, du montage, de la photographie.

    Je tenais également à vous remercier au nom de mes parents qui ont eux aussi découvert qu’ils peuvent aimer d’autres films que ceux à gros budget. J’ai été très heureuse de pouvoir discuter avec eux des films qu’ils ont presque tous vus.

    Merci pour cette année formidable avec cette merveilleuse classe !

  35.   3054   - Lycée René Cassin 11 juin 2015 à 15 h 39 min 35

    Bilan Prix Jean Renoir

    Le Prix Jean Renoir est un projet dans lequel j’ai souhaité m’investir dès le début. J’ai essayé d’écrire le plus de critiques possibles car cela me tenait à cœur, je suis donc d’autant plus contente d’avoir été primée.

    Quand le prix a débuté, on n’avait jamais rédigé de critiques ? Pour les premiers films, on était un peu désorientés. On demandait un plan à suivre, une structure, une technique de rédaction, alors que notre professeur voulait juste que l’on se lance. Les premières lignes sont pour moi les plus délicates à écrire ; il faut intéresser le lecteur dès l’entame. Ensuite, plus j’avançais, plus les idées me venaient. Je me rappelais de certaines paroles, de certaines scènes que j’avais aimées et que je souhaitais partager.

    Pour moi, gagner le second prix de la critique était inattendu : beaucoup de critiques ont été postées et en plus, des personnes plus âgées participaient, certaines déjà spécialisées en filières littéraires. J’ai donc été vraiment surprise ! Ma critique récompensée est celle de Timbuktu, un film que j’ai trouvé très fort, très touchant et qui m’a profondément marquée ! De plus, il aborde un sujet grave et qu’il était selon moi important de traiter.

    J’ai pris du plaisir à rédiger chacune des critiques, car cela permet de garder une trace des films que l’on a vus. J’ai envie de continuer à aller voir des films étrangers et des films d’auteurs, mais surtout d’écrire des critiques.

    Grâce au prix, je suis plus ouverte sur le monde et sur l’actualité ; et écrire des critiques filmiques m’a permis d’affiner mon sens de l’analyse et mon esprit critique. À présent, je me sens plus à l’aise quand je dois rédiger, m’expliquer, me justifier, que ce soit en français ou dans n’importe quel autre cours.

    Solène Nugues

  36.   3052   - Amiens_2 11 juin 2015 à 11 h 20 min 36

    Deux journées formidables
    L’accueil des établissements participant au Prix Jean Renoir cette année s’est fait au sein de la fameuse école, la FEMIS, cadre propice à la célébration du cinéma.
    Les participants du Prix Jean Renoir se sont rassemblés dans la salle de projection Jean Renoir où ils ont pu poser les questions retenues soit aux réalisateurs ou aux directeurs chargés de la distribution du film. Cet échange a été un moment agréable et surtout enrichissant car les réalisateurs ont su nous faire partager leurs passions et offrir un nouveau regard sur leur œuvre. D’ailleurs, il m’a paru bien trop court. Toutefois, j’ai trouvé l’intervention de certains invités un peu trop froide voire incisive, notamment lors de l’échange portant sur le film Le sel de la terre. Mon ressenti a été confirmé par les élèves qui n’ont pas compris en quoi la question posée était inappropriée.
    Ensuite, est venu le temps où les élèves se regroupent pour faire connaissance et présenter leurs films préférés. Cette année, les professeurs ont eu aussi un espace où ils ont pu échanger sur leur pratique voire leurs difficultés pour mener à bien leur projet.
    La journée s’est achevée avec la présentation de FEMIS par la responsable de communication Martine Multier. Elle a présenté les conditions d’inscription, le déroulement des épreuves sans oublier les différents métiers préparés par l’école. Elle a su aiguiser ma curiosité qui je l’espère pourra être satisfaite le dernier samedi de janvier lors des portes ouvertes de l’établissement, car mon seul regret est de ne pas avoir pu visiter l’école. Pour clore cette longue journée, nous avons assisté à la projection de 4 travaux de fin d’études réalisés par des élèves.
    La seconde journée a commencé par l’ultime rencontre pour les élèves avant de déterminer le film de la sélection qui sera primé. Pendant ce temps, le directeur du CEMEA et l’une de ses collègues ont présenté aux professeurs le rôle de cet organisme. Il s’avère être un partenaire pouvant nous aider à organiser des projets qui s’inscriront dans la suite du prix Jean Renoir comme par exemple la possibilité de participer avec nos élèves au Festival d’Evreux, ou d’organiser des rencontres entre les élèves et des critiques….
    L’après-midi, nous découvrons les partenaires du prix Jean Renoir. Le trophée remis au vainqueur a été réalisé par des élèves du lycée professionnel Georges Cabanis de Brive la Gaillarde. Enfin, nous apprenons le nom du film primé Une belle fin de d’Uberto Pasolini par les élèves. Le distributeur du film reçoit le trophée. Les élèves qui ont rédigé les meilleures critiques sont aussi récompensés et chaudement applaudis.
    Il est déjà tant de se dire en revoir devant un délicieux buffet.
    Cette année, le prix a été un moment d’échange et de partage que ce soit entre les élèves, les élèves et les professeurs mais aussi entre les professeurs et des intervenants.
    Magnifique expérience qu’il me plaira de renouveler.
    France Gaillard, accompagnatrice des deux élèves déléguées.
    Lycée Saint Pierre d’Abbeville

  37.   3051   - Amiens_2 11 juin 2015 à 11 h 19 min 37

    Une expérience inoubliable
    Ces deux journées sont pour moi une expérience inoubliable. Ils m’ont permis tout d’abord de rencontrer des réalisateurs pour la première fois.
    J’ai aussi apprécié de pouvoir élire le film de l’année, de participer à un débat et surtout de contribuer à la récompense du travail de professionnels.
    Ces deux jours au cœur de la capitale ont été intenses entre la découverte de l’école de la FEMIS, la rencontre des réalisateurs et le visionnage des courts-métrages et les débats avec les élèves des autres établissements ; débats intéressants accompagnés d’une bonne ambiance et de rire.
    Camille Chehab.
    Lycée Saint Pierre d’Abbeville

    Deux jours à Paris.
    Nous avons été accueillis à la FEMIS à Paris par le directeur de l’école. J’ai apprécié cette attention.
    Ensuite l’échange avec les réalisateurs m’a beaucoup plu même si nous n’avons pas tous pu les rencontrer car certains n’ont pu se déplacer. Je les ai trouvé simples, ouverts et à notre écoute, un véritable moment de partage. Même si certains intervenants ne répondaient pas toujours à la question posée, leurs propos m’ont éclairée sur certains aspects du leur film. LE SEUL BEMOL EST LE MANQUE DE TEMPS….
    Pour les délibérations, j’ai apprécié le fait de confronter nos points de vue. Dommage qu’à certains moments une mauvaise répartition du temps de parole ne permettait pas à tous de s’exprimer. Mais le lendemain ce problème s’est arrangé.
    En soirée, la présentation de l’école était aussi très intéressante et nous avons apprécié la projection des 4 courts-métrages réalisés par les étudiants. C’est un bon moyen de nous montrer ce que peuvent produire les élèves après leurs années d’études.
    L’échange avec les autres élèves en dehors des débats était aussi sympathique et agréable.
    Le fait de découvrir tout cela ne me laisse pas indifférente et m’a permis d’avoir un nouveau regard sur les films.
    En bref, j’ai beaucoup apprécié ces deux jours passés qui m’ont beaucoup apporté et qui resteront encore longtemps dans ma mémoire.

    Marie Anastasie
    Lycée Saint Pierre d’Abbeville

  38.   3050   - Mme Mary Stéphanie 11 juin 2015 à 10 h 28 min 38

    Bérénice Del Tatto, « Jeune Critique » à Cannes et Jury à Paris – Lycée Scheurer Kestner de Thann – Alsace.

    Merci pour la diversité et l’originalité de la programmation ! Ces films m’ont beaucoup aidée à forger mon esprit critique. Nos écritures nous ont aussi permis d’analyser les films différemment. La réalisation des films me paraît beaucoup plus technique qu’auparavant. Je remarque plus facilement les intentions des réalisateurs et m’oriente vers de nouveaux genres cinématographiques auxquels je ne prêtais pas attention auparavant. J’ai eu la chance grâce au PJRL de partir à Cannes et d’aller à la FEMIS à Paris. Lorsque j’ai été élue, ces deux destinations me paraissaient lointaines. Puis tout s’est accéléré et les voyages se sont enchaînés. Le Festival de Cannes était pour moi un rêve ! Je ressors donc pleinement satisfaite de cette année. Je pense aussi que l’ambiance de notre classe était favorable à la participation au PJRL. Nous nous sommes tous investis et nous sommes arrivés à donner librement notre point de vue sur les oeuvres. J’aimerais beaucoup refaire partie de cette aventure dans laquelle il y a tant de choses à apprendre !

  39.   3049   - Mme Mary Stéphanie 11 juin 2015 à 10 h 18 min 39

    Nicolas ETTERLEN, Seconde 6, Lycée Scheurer Kestner, Thann, Alsace.

    Le parcours du PJRL a été une véritable découverte aussi bien au niveau des genres cinématographiques qu’au niveau des thèmes principaux (l’homosexualité, la mort, la vieillesse..). De plus, la sélection m’a permis de découvrir des longs métrages de très bonne qualité que je ne serais sans doute pas allé voir par moi-même au cinéma. Participer au PJRL m’a intéressé : j’ai pu étudier les techniques de réalisation. D’autre part, après la projection des films, nous avons pu débattre de nos impressions. Nous avons aussi appris à rédiger une critique de cinéma : tout à fait passionnant ! Cette aventure m’a rapproché de mes camarades et de mes professeurs. Le fait que la classe soit soudée autour d’un projet commun a fait que cette année a été mémorable et réussie. Bref, un périple splendide et magique ! Je recommande à tous de pouvoir un jour participer à ce prix ! Merci à tous ceux qui oeuvrent pour ce PJRL.

  40.   3048   - Mme Lepape Claire 11 juin 2015 à 8 h 55 min 40

    Nous participions cette année pour la première fois au Prix Jean Renoir. Dès le début de l’année scolaire, nos élèves de seconde se sont montrés enthousiastes à l’idée du projet. Ils se sont investis dans sa réalisation tout au long de l’année. Nous les avons vus changer progressivement : et dans leurs réflexions sur les films et dans l’analyse qu’ils en faisaient. Leur esprit critique s’est ainsi aiguisé au fur et à mesure des projections. Les prises de paroles éparses et timorées en début d’année sont devenues au fur et à mesure du temps de véritables argumentations donnant lieu à des débats collectifs, assez vifs parfois. La participation au Prix a créé une cohésion au sein de la classe qui est aujourd’hui visible dans les autres cours. Le séjour à la FEMIS a parfait le travail cinématographique de l’année scolaire. La rencontre avec les réalisateurs/et/ou distributeurs/ producteurs a donné aux deux délégués (et de fait à la classe) un éclairage important sur des questions que la projection des films avaient suscitées. La rencontre avec les autres lycéens et les discussions autour du choix du film lauréat ont été également des moments de partage très appréciés par les deux représentants de la classe. En résumé, ce fut une très belle expérience individuelle et collective.

  41.   3047   - Mme Kopp Pascale 10 juin 2015 à 9 h 06 min 41

    Participer au prix Jean Renoir fut une expérience particulièrement intéressante et constructive.
    Je n’avais pas l’habitude des films que nous avons vus : le prix m’a permis de découvrir des films aux thèmes, aux styles et aux histoires très variés. De plus j’ai beaucoup apprécié la diversité des films en compétition, qui m’a permis d’élargir ma connaissance des différents styles du cinéma.
    Les discussions qui faisaient suite au visionnage furent particulièrement enrichissantes : chacun partageait son avis et ses impressions et apportait sa contribution à l’opinion de la classe, et cela permettait à chacun d’élargir son propre avis et sa propre analyse du film.
    J’ai été très satisfaite de la participation de la classe au prix Jean Renoir.

    Marie Levieux, TL, Lycée Freppel d’Obernai

  42.   3044   - Mme Kopp Pascale 10 juin 2015 à 8 h 31 min 42

    Le Prix Jean Renoir m’a permis de visionner des films que je ne serai pas allée voir par moi-même : adepte de film historiques, de biopic, de comédies et de romances, il ne me serait pas venu à l’esprit d’aller au cinéma pour regarder ce type de film. J’ai ainsi élargis mon panel cinématographique. Mais, ce qui m’a le plus séduit dans ce concours, ce fut les échanges à la fin de chaque séance entre les camarades. J’ai en effet grandement apprécié de recueillir les opinions des autres, j’ai pu découvrir certaines facettes de leur personnalité dont je soupçonnais l’existence. Ce fut alors enrichissant et amusant sur le point de vu social. De plus, je pense que cela nous a permis de resserrer nos liens : un film peut bouleverser et titiller notre sensibilité (comme Lilting), un film peut révolter et faire réfléchir (comme Timbuktu), un film peut n’avoir aucun effet sur le spectateur si ce n’est l’ennui (comme Vincent n’a pas d’écailles); ce fut ainsi une expérience intéressante de nous retrouver les uns les autres dans nos jugements, et encore plus intéressant de nous écarter (les débats étaient animés, parfois les commentaires fusaient).
    En somme, le Prix Jean Renoir était aussi distrayant qu’enrichissant, autant pour la culture cinématographique que pour la (re)connaissance des camarades.

    – PERRIN Chloé TL Freppel

  43.   3043   - Mme Kopp Pascale 10 juin 2015 à 8 h 29 min 43

    Le Prix Jean Renoir m’a permis de visionner des films que je ne serai pas allée voir par moi-même : adepte de film historiques, de biopic, de comédies et de romances, il ne me serait pas venu à l’esprit d’aller au cinéma pour regarder ce type de film. J’ai ainsi élargis mon panel cinématographique. Mais, ce qui m’a le plus séduit dans ce concours, ce fut les échanges à la fin de chaque séance entre les camarades. J’ai en effet grandement apprécié de recueillir les opinions des autres, j’ai pu découvrir certaines facettes de leur personnalité dont je soupçonnais l’existence. Ce fut alors enrichissant et amusant sur le point de vu social. De plus, je pense que cela nous a permis de resserrer nos liens : un film peut bouleverser et titiller notre sensibilité (comme Lilting), un film peut révolter et faire réfléchir (comme Timbuktu), un film peut n’avoir aucun effet sur le spectateur si ce n’est l’ennui (comme Vincent n’a pas d’écailles); ce fut ainsi une expérience intéressante de nous retrouver les uns les autres dans nos jugements, et encore plus intéressant de nous écarter (les débats étaient animés, parfois les commentaires fusaient).
    En somme, le Prix Jean Renoir était aussi distrayant qu’enrichissant, autant pour la culture cinématographique que pour la (re)connaissance des camarades.

  44.   3042   - Mme Mary Stéphanie 9 juin 2015 à 21 h 46 min 44

    Nous avons passé une année mémorable grâce au Prix Jean Renoir des Lycéens qui a fédéré non seulement toute une classe mais une partie de notre communauté de scolaire autour des films sélectionnés : j’ai partagé avec mes élèves de Seconde 6, rebaptisée au lycée « Seconde Jean Renoir », le plaisir d’aller au cinéma tous ensemble, une fois par mois, et la joie d’y retrouver notre proviseur, son adjointe, des professeurs de la classe, des parents (bénéficiaires d’un tarif spécial concocté pour l’occasion par la Directrice de notre salle partenaire, le Relais Culturel Pierre Schielé), tous mus par l’impatience de découvrir progressivement la sélection, de rencontrer enfin les œuvres et de pouvoir échanger entre adultes et enfants, entre générations à leur sujet.
    Je voudrais féliciter les auteurs de la programmation que j’ai trouvée remarquable : vous avez su apprivoiser les élèves, pour, au fil des mois, les bousculer davantage en les conduisant sur d’autres territoires. Chaque film a constitué une rencontre mouvementée avec les genres du cinéma (film de formation, film apocalyptique, film de super-héros, docu-fiction, documentaire, film à thèse, film sentimental…), avec les autres, avec le monde. Vous leur avez montré qu’un écran de cinéma, que le cadre d’un cinéaste, son champ est une fenêtre sur ce vaste hors-champ qu’est le monde. La prof de lettres qui s’évertue à le faire par la littérature jalouse un peu votre efficacité !
    Je voudrais citer deux élèves pour témoigner des grandes vertus de la sélection et de ce prix qui laisse le temps de réfléchir et de grandir. Luc au moment de me remettre son écrit sur Lilting me dit : « Madame, j’ai détesté ce film mais lorsque je me suis assis à ma table pour écrire, je n’ai trouvé aucun argument contre lui ». Marie affirme ne plus avoir besoin de s’identifier pour apprécier un film. Nombreux sont les élèves qui parlent d’un « avant » : « avant, je n’aimais pas les plans longs, avant, ce film, trop lent, m’aurait ennuyé là, cela ne m’a pas dérangé ». Que les élèves aient choisi le film « Une belle fin », film que ma classe avait élu, est révélateur du chemin parcouru. Ils ont découvert d’autres rythmes de narration, bref ils ont appris à respirer autrement au cinéma. A respirer, en fait. Reste l’analyse de la mise en scène, encore difficile à mettre en œuvre dans les écrits d’autant qu’après la projection, nous n’avons plus d’images du film à visionner pour l’étudier à la différence des films vus dans le cadre de Lycéens au Cinéma, par exemple.
    Les deux journées à Paris ont été intenses et passionnantes. Débuter le séjour par l’exposition « Lumière ! Le cinéma inventé » au Grand Palais, « bricoler » avec toutes ces inventions de génie qui ont précédé celle du cinématographe pour s’émerveiller de sa naissance, s’asseoir dans le Salon indien du Grand Café de Paris reconstitué pour l’occasion et assister à la « première » projection publique et payante de cinéma avant de rejoindre la mythique école de cinéma qu’est la FEMIS sur les hauteurs de Paris où la lumière est incomparable, s’asseoir dans la salle « Jean Renoir », écouter les réponses passionnantes de auteurs, producteurs, distributeurs, musiciens sur les œuvres, admirer leur foi et leur persévérance, assister aux délibérations d’un des cinq jurys et ressentir, après la dépression de janvier, le bonheur immense de voir cette belle jeunesse vibrer et penser. Non vraiment, cette année, ces deux jours nous ont élevés et m’ont insufflé une belle énergie et l’envie d’inventer des projets, des rencontres autour des films, des cinéastes, de me former davantage dans un domaine où nous circulons en amateur. Je veux vous témoigner toute ma gratitude.

  45.   3041   - Mme Kopp Pascale 9 juin 2015 à 16 h 48 min 45

    Participer au prix Jean Renoir est une expérience enrichissante, et une chance. J’ai particulièrement apprécié les films « Timbuktu » et Lilting » pour leur dimension philosophique notamment, mais aussi pour l’impact affectif qu’ils peuvent avoir sur le spectateur. Les débats et critiques qui ont suivi chaque séance ont été très intéressantes. Même si certains films m’ont déplu, je ne regrette pas d’avoir pu les voir pour la diversité qu’ils apportent au panel de films proposé.

    A. Lemarchand TL lycée Obernai

  46.   3040   - Mme Kopp Pascale 9 juin 2015 à 16 h 40 min 46

    Le Prix Jean Renoir fut pour ma part une expérience enrichissante, tout d’abord, d’un point de vue cinématographique. En effet, le visionnage de ces huit films a su développer davantage mon sens critique dans le domaine du septième Art, dans la mesure où nous été proposés un assez large panel d’oeuvres, dont les images et plans, ont su effleurer ma sensible fibre artistique.
    Par ailleurs, les différents sujets abordés dans ces films ainsi que les messages qui en découlent ont été un réel souffle d’espoir et d’humanité dont j’ai apprécié être le spectateur.

    David FOLZ, Terminale L, Lycée Freppel.

  47.   3039   - Mme Kopp Pascale 9 juin 2015 à 16 h 07 min 47

    Le prix Jean-Renoir m’a permis de découvrir des films inconnus ou très peu, avec une réelle portée, « Une belle fin » est l’un de mes films préférés, de par son histoire tragique et la mise en scène d’un métier auquel on pense très peu. Je pense que le prix Jean-Renoir est un bon moyen, si les films sont pertinents, de découvrir et développer sa culture et d’avoir une vision tout autre que celle que nous avons déjà sur l’humanité et le monde.

    COUVEREUR Elise TL Lycée Freppel Obernai

  48.   3038   - Mme Kopp Pascale 9 juin 2015 à 15 h 54 min 48

    Le prix Jean Renoir est un projet intéressant car il permet de découvrir des nombreux films ayant des sujets très variés comme la violence, la misère ou encore le langage. J’ai trouvé cela très bien pour notre culture personnelle. De plus, la plupart des films nous font réfléchir ou apporte une réflexion particulière sur la vie.
    D’une autre part, les films proposés par ce prix ne sont pas forcément des films que nous aurions vu par nous même. Ainsi, nous pouvons découvrir des films originaux comme Spartacus et Cassandra, mélangeant fiction et réalité.
    En conclusion, je trouve que ce projet était vraiment bénéfique.

    Hélène KLEIN TL

  49.   3037   - Lycée Pro Edouard Branly 9 juin 2015 à 14 h 46 min 49

    Le Prix Jean Renoir m’a permis de visionner des films nouveaux et parfois en avant-première au cinéma Les 400 Coups de Châtellerault. J’ai été fier de voir Une Belle Fin en séance tout public avec ma sœur, c’est un film sensible qui m’a beaucoup touché et je suis content qu’il ait gagné le prix!
    Je voudrais remercier Madame Briant, mon professeur d’anglais et Monsieur Trouvé notre documentaliste qui ont inscrit notre classe de Terminale PI /PG à ce projet.
    Nous avons réalisé une brochure avec une sélection de nos critiques, ce qui fait partie de notre dominante professionnelle, et nous permettra de conserver un souvenir de ce projet. Ce prix m’a également permis de rédiger des critiques en français ou d’en lire en anglais ce qui était bénéfique en vue du baccalauréat.
    Cela a été une très bonne expérience, aussi bien sur le plan pédagogique que sur le plan humain!

    Par Diego Fournier

  50.   3036   - Lycée Pro Edouard Branly 9 juin 2015 à 14 h 45 min 50

    Le Prix Jean Renoir a été bénéfique pour moi: Le fait de travailler sur des critiques m’a permis d’améliorer mon français, de voir comment nuancer un point de vue, de mettre en forme mes idées, ce qui n’était pas toujours simple! J’ai eu beaucoup de mal à me détacher du simple résumé- synopsis du film pour aborder la partie critique ou message du film!
    J’ai aussi pu voir des films de façon différente, et découvrir des réalisateurs dont je n’avais jamais entendu parler, de jeunes réalisateurs dont c’était le premier film, en tant que jeune spectatrice, c’était bien de les encourager dans leur carrière!
    Pour une classe qui participe à ce concours, c’est une véritable chance, sauf si on est en Terminale, car la cadence de visionnement des films m’ a un peu stressée à la fin, surtout avec les périodes de stages en entreprise.
    Par Mélissa Mangin

  51.   3035   - Lycée Pro Edouard Branly 9 juin 2015 à 14 h 45 min 51

    Ce projet m’a permis de découvrir de nombreux films que je ne serais pas allé voir de moi-même, la plupart ont été de très bonnes surprises, même si cela ne correspond pas au genre de films que je vais voir habituellement, ma culture personnelle s’est enrichie, la rédaction de critiques est une bonne chose pour la langue française!
    Par Gaylord Enain

  52.   3034   - Lycée Pro Edouard Branly 9 juin 2015 à 14 h 45 min 52

    Exceptionnel!
    Le Prix Jean Renoir a été très bénéfique et très important pour moi. Cela m’a permis d’élargir ma culture cinématographique, de voir des films inattendus, que je n’aurais peut-être pas eu le «courage» de visionner autrement .
    Je n’avais jamais eu l’opportunité de rédiger des critiques auparavant, je confirme qu’il s’agit d’un exercice difficile et exigeant, voir passer au crible son travail par le reste de la classe demande pas mal d’humilité!
    Le bilan est très positif et comme j’ai eu la chance de me voir sélectionner pour ces deux jours à Paris, je n’hésite pas à dire que ce projet était exceptionnel. La Fémis est un lieu mythique, rencontrer les réalisateurs dont on a vu les films constitue un plus, leurs commentaires éclairés sur leurs œuvres nous permettent une relecture enrichissante, la partie questions-réponses était fructueuse , même si j’étais un peu frustré de ne pas avoir posé toutes les questions que j’avais préparées !
    Les délibérations avec des camarades de différents lycées de France ont aussi été des moments d’échanges assez riches. Je ne peux que conseiller à tout élève de lycée professionnel de participer à ce type de projet !
    Par Frédéric Bonnet

  53.   3033   - Lycée Pro Edouard Branly 9 juin 2015 à 14 h 44 min 53

    J’ai beaucoup apprécié le Prix Jean Renoir, C’était très intéressant de pouvoir découvrir des films , des réalisateurs , des acteurs que nous ne connaissions pas . Le fait d’assister gratuitement à des séances est aussi très appréciable, cela a permis à certains camarades de la classe qui se désintéressent du cinéma de reprendre goût aux projections, quelques uns d’entre nous ont même prolongé l’expérience en assistant au ciné-club. Cela a enrichi notre culture, nous a fait apprendre beaucoup de choses, même si certains films nous ont moins plu que d’autres.
    La séance tout public en soirée pour le film Une Belle Fin a été une vraie réussite et je suis content que ce soit ce film qui ait remporté le prix Jean Renoir!
    Par Maxime Loignon

  54.   3032   - Lycée Pro Edouard Branly 9 juin 2015 à 14 h 44 min 54

    Grâce à ce prix très instructif qui nous a permis de découvrir une vaste gamme de films différents: documentaires en noir et blanc, premiers long-métrages, films en VO , nous avons mené une véritable expérience de cinéphiles .
    Certains films étaient bons d’autres moins, nous avons appris à les regarder sous un autre angle, nous sommes devenus attentives aux détails, à la mise en scène, nous avons rédigé des fiches techniques comportant les noms des réalisateurs, du scénariste, nous avons aussi apporté un soin particulier à la bande son .
    Il faut bien admettre que nous avons lutté contre nos préjugés: non un documentaire n’est pas un film ennuyeux! Le dernier visionné, Spartacus et Cassandra , nous a semblé plus proche d’un film que d’un simple documentaire basique et barbant.
    Par Mélanie et Amélie

  55.   3031   - Lycée Pro Edouard Branly 9 juin 2015 à 14 h 43 min 55

    Le prix m’a permis de travailler l’écriture des critiques de films, ce qui n’était pas un exercice facile ! Cela m’a également permis de visionner des films que je ne serais pas allé voir de moi-même, j’ai ainsi pu découvrir des réalisateurs inconnus dont c’était le premier long métrage.
    Toutefois, je préconiserai de ne pas mener ce projet en classe de Terminale !

    Par Thomas Garreau

  56.   3030   - Classe 2de Loudun 9 juin 2015 à 13 h 08 min 56

    Le Prix Jean Renoir des Lycéens, nous a permis de pouvoir visionner huit films aux genres que nous n’avions pas forcément l’habitude de regarder mais que finalement nous avons apprécié.
    Cette expérience a développé en chacun de nous un sens critique et argumentatif en enrichissant notre vocabulaire et notre analyse cinématographique.
    Après avoir vu tous les films sélectionnés pour ce prix, deux élèves de notre classe, dont ma sœur et moi, avons été choisies pour la représenter et défendre nos choix, à Paris, dans l’école nationale supérieure des métiers de l’image et du son : La Fémis !!!

    De retour au lycée, voici ce que nous avons écrit sur le site de l’établissement : http://etab.ac-poitiers.fr/lycee-guy-chauvet/

    D’octobre 2014 à mai 2015, 53 classes dont la 2de 4 / option Arts visuels du lycée Guy Chauvet, ont assisté à la projection de huit films français et européens récents. Sur le blog http://eduscol.education.fr/prix-je…, vous pourrez lire les critiques que nous avons écrites après chaque film.
    Les lycéens de Guy Chauvet n’ont pas gagné le prix de la critique, néanmoins, ce travail de recherche en soi, de réflexion et d’argumentation, compliqué a été enrichissant.
    Les 27 et 28 mai 2015, à la Fémis (Ecole nationale supérieure de l’image et du son – Paris), nous avons fait partie du jury de lycéens chargé de décerner le prix .
    Uberto Pasolini avec Une belle fin , a gagné le Prix Jean Renoir des lycéens 2015
    Cette oeuvre, originale, sensible, dont les thèmes sont la solitude et la mort, nous a émues. L’acteur Eddie Marsan dans le rôle de John May joue un registre nouveau.

    Le trophée du Prix Jean Renoir, fabriqué par des élèves du lycée professionnel G. Cabanis de Brive la Gaillarde, lui a été offert !
    Les Héritiers, film hors compétition a reçu la Mention Spéciale en présence de l’acteur Ahmed Dramé.
    Réalisatrice Marie Castille Schaar avec Arianne Ascaride.
    Nous avons rencontré les réalisateurs, les membres des équipes des films sélectionnés et écouté leurs témoignages. Notre surprise a été grande d’être face à l’acteur Thomas Salvador, vu à l’écran. Marianne Tardieu, tonique, « collait » à son film engagé, elle le vendait gommant les clichés sur la banlieue pour affirmer que son flm fait la promotion de la deuxième chance et la découverte du métier de vigile.
    Comment avons-nous réagi dans le jury de délibération ?
    On a peur…deux minutes de silence…on devrait se présenter ?
    Ceci fait, la secrétaire et le responsable du jury (5 au total) désignés, nous avons sur chaque film dit ce que l’on pensait, nous avons rapporté les propos des élèves de notre classe. Sûres de nos goûts, nous nous sommes heurtées à des avis contraires aux nôtres. A l’aide d’arguments, nous avons défendu nos choix. A l’écoute des autres notre compréhension a grandi.
    C’était très bien. Nous espérons que l’an prochain Guy Chauvet sera sélectionné et travaillera pour gagner le prix de la critique !
    Anne et Camille H.

    Le prix Jean Renoir nous a fait découvrir des films que nous avions pas l’habitude de voir. Nous avons l’habitude de voir des films de SF (science fiction), d’action et fantastiques. Ici la majorité des films traitent de sujets réels, ils nous confrontent à la vérité ou à une certaine vérité. On a découvert de nouveaux réalisateurs qui ont obtenu plusieurs prix à la cérémonie des Césars. Cela nous a enrichi culturellement. Les films nous ont donné différentes visons du monde, certains nous ont même ouvert les yeux sur certaines situations que l’on connaissait qu’à travers des préjugés, sous la plume des médias.
    Le fait d’avoir écrit des critiques nous a appris à mieux défendre notre opinion. Cela nous a également incité à faire des recherches plus approfondies sur les films et à déchiffrer le message, le point de vue des réalisateurs.
    Camille M.
    Imane B.

    Ce prix a été pour nous une manière de découvrir de nombreux films que nous ne serions sûrement pas allées voir de nous-mêmes. Nous avons découvert différents styles de films, tournés d’une autre manière. Cela nous a permis d’élargir notre culture cinématographique, et de nous intéresser à des styles de film variés. Certains films nous ont fait réfléchir sur les différentes visions des cultures, des préjugés que l’on peut entendre dans l’actualité, tandis que d’autre était juste un divertissement. Ce concours a été pour nous une opportunité de faire des découvertes, nous ne regrettons pas d’avoir passer tant de temps à travailler sur des critiques ce qui change des activités habituelles. Zoé – Mathilde – Sonia

  57.   3025   - Mme Vieira Caroline 9 juin 2015 à 10 h 56 min 57

    Cette expérience très enrichissante m’a fait découvrir des films que je ne serais jamais allé voir auparavant et m’a donné goût au cinéma. Cela a eu un impact différent sur la manière dont je regarde un film à présent.
    J’ai compris que dans un film, il n’y a pas qu’une histoire particulière mais aussi des valeurs qui touchent le réalisateur et qui peuvent aussi toucher le spectateur qui regarde le long-métrage.
    Cela m’a fait connaître de nombreuses techniques cinématographiques, comme les cadrages, les musiques de fond… J’ai développé ma culture générale, et je me suis amélioré en rédaction.

    Lucas, 1GA2, Lycée Picasso, Périgueux, académie de Bordeaux

  58.   3024   - Mme Vieira Caroline 9 juin 2015 à 10 h 55 min 58

    Le prix Jean-Renoir a été une expérience unique. Nous avons vu des films que je n’aurais jamais regardés de moi-même car je ne suis pas fan des films français.
    Grâce à ce projet, je me suis rendu compte que les films français peuvent être aussi biens que les films américains.
    Celui que j’ai apprécié et qui m’a le plus touché est le documentaire « le sel de la terre » car le réalisateur raconte une belle histoire à travers ses photographies.
    Pour les critiques, j’ai pu développer mes compétences au niveau de l’écriture et de l’argumentation.

    Laurine, 1GA2, Lycée Picasso, Périgueux, académie de Bordeaux

  59.   3023   - Mme Vieira Caroline 9 juin 2015 à 10 h 54 min 59

    Pour moi l’expérience du Prix Jean Renoir m’a fait acquérir de nouvelles connaissances concernant le cinéma, nous avons par exemple étudié le cadrage, la mise en scène, le son, l’image… Cela m’a aussi permis de voir certains films que je ne serais jamais sans doute allé voir comme « Une Belle Fin » ou même encore « Le sel de la terre ». Grâce à ce projet j’ai appris comment faire une critique de film, et au fur et à mesure de l’année je me suis perfectionné dans l’écrit de critiques.

    Alexandre, 1GA2, Lycée Picasso, Périgueux, académie de Bordeaux

  60.   3022   - Mme Vieira Caroline 9 juin 2015 à 10 h 54 min 60

    Cette expérience m’a apporté des connaissances sur le cinéma et ça m’a aussi appris à rédiger des critiques, chose que je n’aurais pas su faire auparavant.

    Anfya, 1GA2, Lycée Picasso, Périgueux, académie de Bordeaux

  61.   3021   - Mme Vieira Caroline 9 juin 2015 à 10 h 53 min 61

    Le prix Jean Renoir a été pour moi une expérience unique, grâce à ça j’ai pu découvrir des films que je n’aurais jamais regardés de moi-même et que j’ai finalement adorés ainsi que de nouveaux acteurs qui m’ont surprise par l’excellence de leur jeu comme John May dans Une belle fin interprété par Eddie Marsan.
    J’ai pu m’exprimer différemment grâce aux critiques, en enrichissant mon vocabulaire et mon argumentation. Les critiques des films ont donc été bénéfiques pour moi.
    Je retiens en particulier Lilting qui est l’histoire la plus touchante selon moi, c’est le genre de film que je ne regarde jamais en général mais que je pourrais regarder à nouveau seule chez moi.
    Je suis ravie d’avoir pu participer à cette « aventure » et d’avoir vu de nouvelles choses, ça fait du bien.

    Maurane, 1GA2, Lycée Picasso, Périgueux, académie de Bordeaux

  62.   3020   - Mme Vieira Caroline 9 juin 2015 à 10 h 51 min 62

    Ce prix nous a permis de nous mettre dans la peau d’un vrai critique, nous avons appris des termes spécifiques à la réalisation au montage ou à la façon de filmer… J’ai vu des films inconnus et que je n’aurais jamais vus sans ce prix, j’ai adoré en particulier le film Le sel de la terre. C’est un documentaire que je n’aurais pas regardé chez moi. Cependant, l’avoir vu ne m’a pas déçu et je le regarderai de nouveau avec plaisir. Le fait de rédiger des critiques sur chaque film m’a permis de me perfectionner pour la rédaction et l’observation dans le visionnage des films (détails, erreurs, rapports).

    Ellian, 1GA2, Lycée Picasso, Périgueux, académie de Bordeaux

  63.   3019   - Mme Kopp Pascale 9 juin 2015 à 8 h 26 min 63

    Compte-rendu des journées finales du Prix Jean Renoir des Lycéens.
    Les 27 et 28 mai se sont déroulées les rencontres de fin d’année des délégué(e)s élèves, pour débattre et finalement élire le Film gaganant.
    L’organisation était performante, et le moindre aspect matériel et chronologique de ces deux jours était pensé et prévu. Comme enseignant nous avons pu rencontrer et échanger avec d’autres professeurs qui ont accompagné pendant toute l’année leur groupe pour qu’il évolue et se confronte aux 8 films, et qu’il participe à la partie littéraire du P.J.R. La rédaction des critiques.
    Nous avons pu découvrir deux personnes actives au sein de la structure FEMIS.
    Nous avons pu aussi découvrir l’existence du Festival du film d’éducation d’Evreux. Deux personnes qui permettent à ce festival ( assez jeune il a une quinzaine d’année ) d’exister l’ont présenté. Il est d’un ton et porte un projet original et nouveau. Valoriser et faire connaître des films qui ont au centre de leur histoire, un enjeu de transmission et d’éducation. Des reportages ou des documents synthétiques intéressants portant sur le Festival ont été présentés. Nous avons vu les ramifications, les prolongements que souhaite avoir le Festival d’Evreux. Je souhaite activement le faire connaître dans les prochains mois. C’est une expérience intéressante que d’avoir pu prendre connaissance de tout le projet de ce festival. Je remercie donc les CEMEA d’avoir animé la matinée du 28 mai. Bravo pour le travail fourni pour faire exister ce beau projet, et bonne mention au P.J.R. d’avoir ainsi servi de pont, de lien, pour que ce festival soit mieux connu. Car il est tout à fait original, et doit être mieux connu, et cela est une initiative louable du P.J.R. de travailler à cette tâche.
    Enfin, l’exposé de la personne qui est chargé de la communication et de la coordination au sein de la FEMIS, exposé qui portait sur les métiers enseignés au sein de la FEMIS, était très éclairant pour nos élèves. Je dois dire que les propos tenus par les hôtes de la FEMIS étaient des propos cherchant à fuir toute démagogie, et qui présentaient une belle structure de notre système d’enseignement artistique. Et je salue M. Nicolas et ses collaborateurs pour avoir su trouver l’équilibre entre des propos transparents, des propos descriptifs précis et en même temps d’avoir su être sans démagogie envers nos jeunes lycéens. Afin de transmettre à la fois : l’enthousiasme pour une passion : le cinéma et en même temps le rappel qu’il faut être très exigent envers soi même pour se diriger vers ce domaine ( et en rappelant les contraintes aujourd’hui en terme de marché du travail). Donc belle occasion d’information pour la jeunesse, et des paroles stimulantes en même temps.
    Patrice Clavier Lycée Freppel Terminale L. Accompagnateur des déléguées Maëlle Beauget Uhl et Margot GENS ; Obernai

  64.   3017   - Mme Vidal Nathalie 8 juin 2015 à 16 h 04 min 64

    De novembre 2014 jusqu’à avril 2015, nos élèves de 2de B ont pu apprécier la qualité et la pluralité de la programmation. Bien que peu motivés pour le projet au départ, les élèves se sont peu à peu pris au jeu. Nos élèves ne sont à vrai dire pas habitués à ce type de cinéma, comme le montre leurs réactions à chaud « Encore un film sous-titré ! » « Film trop long » « Manque d’action » « Film peu passionnant »…

    Chaque élève a réagi différemment au visionnage des films successifs, les uns se sont mis à défendre tel film plutôt qu’un autre qui était apprécié par un autre groupe de la classe. Finalement, au grès des discussions et au fur et à mesure des projections, les arguments des uns et des autres ont gagné en construction et en pertinence.

    Le quatuor de tête des films préférés de la classe était le suivant : d’abord Qui Vive, puis Timbuktu, ensuite les Combattants et Spartacus et Cassandra.

    Le double objectif du Prix Renoir aide à la construction du futur cinéphile : ouvrir la culture cinématographique des élèves vers de nouveaux horizons et apprendre à formuler un avis réfléchis sur une œuvre.
    Il serait tout à fait juste que chaque élève puisse participer à ce type d’action au moins une fois dans sa scolarité, et quel que soit le domaine (littérature, arts, sport, sciences…)

    Je ne prolongerai pas l’expérience Prix Jean Renoir l’an prochain car je serai dans un autre établissement à la rentrée, mais j’incite vivement mes collègues actuels à y participer à nouveau dans 2 ou 3 ans et j’en ferai aussi la promotion dans mon futur établissement !

    Lycée Raoul Follereau, Nevers

  65.   3015   - Roseline Miniotti Ulmer 8 juin 2015 à 9 h 38 min 65

    Les journées des 27 et 28 juin 2015 sont un peu la cerise sur le gâteau ! La participation au Prix Jean Renoir fut en effet un régal pour les yeux, l’esprit, le cœur et le ventre ! Cette expérience inédite nous a permis de passer derrière l’écran, de parler avec les réalisateurs, les acteurs, les producteurs, les distributeurs et de connaître tous les intervenants dans la réalisation d’un film.
    Les rencontres avec certains d’entre eux ont pesé dans la balance de notre vote. Quant aux délibérations en groupe, elles font parfois réaliser qu’on est passé à côté de tout un aspect important du film.
    Il y avait des lycéens de Shangaï, des Etats-Unis, de Bruxelles ; on a d’ailleurs dîné avec un professeur et un élève du lycée français de Bruxelles. Après un petit tour à Montmartre pour voir Paris à nos pieds et des danseurs de hip hop, on a eu droit à des court-métrages et un petit film romanticomique ! Le retour à l’hôtel était aussi un retour à la réalité ; on se serait presque cru dans un documentaire de géo urbaine sur la ghettoisation des villes… St Ouen à 23h, le périf et les supporters du stade de France, si on y retourne, on prendra un taxi !
    Reste la magnifique école qui nous a accueillis : La Femis, excellente école de cinéma qui se trouve dans les anciens studio Pathé du début du siècle dernier.
    Un seul regret, on n’a croisé ni Jean Dujardin ni Reda Kateb ni Rachid Debouze… Malgré cela, un grand merci aux organisateurs du Prix  pour ces journées inoubliables !
    Axelle Mourey, 1 ère bac pro esthétique, lycée Europe, REIMS.

  66.   3014   - Mme Pouysegur Joëlle 6 juin 2015 à 17 h 14 min 66

    Martin Justine élève de seconde Lycée La Fayette 43100 BRIOUDE

    C’était une expérience extraordinaire de rencontres:

    Le premier jour :Tomber nez à nez avec Thomas Salvador le réalisateur de « Vincent n’a pas d’écaille », mais ne pas oser lui parler, le photographier.
    Écouter des réalisateurs qui racontent l’histoire derrière le film, le détail qu’on ne connaît pas, qu’on ne voit pas. Avec leurs anecdotes lors des tournages, les relations avec les acteurs, on comprend mieux leur démarche et on voit le film autrement de manière plus approfondie.
    Découvrir les autres élèves venus de toute la France avec leur professeur pour voir qu’ils sont comme nous !
    Par groupe de 20 élèves nous étions séparés de notre binôme, il fallait alors défendre l’avis de la classe et trouver les bons arguments malgré le stress.
    Le soir, après 20 heures nous avons eu une présentation claire pour savoir comment se fait un film de A à Z et à travers cela nous avons appris tous les métiers enseignés à la Fémis.

    Le deuxième jour : avec le recul les avis ont évolué et les élèves étaient plus à l’aise. Il y avait une bonne ambiance générale, un bon contact avec les élèves comme avec les adultes. C’était une bonne surprise de voir que même si les avis diffèrent ,en débattant tous les élèves s’entendent.

    Déçue mais heureuse d’avoir pu participer aux votes, c’est finalement une belle fin de Uberto Pasolini qui a remporté le Prix. Timbuktu et Le sel de La Terre étaient les choix de notre classe.
    Les discours de gens passionnés par leur métier et très engagés dans l’organisation de ces journées ont clôturé notre aventure cinématographique de deux jours,. Nous avons écouté et rencontré des personnes avec beaucoup d’humour, de détermination et d’envie qui aiment faire partager leur expérience.

    Avant je voyais le cinéma comme quelque chose de commercial. Là j’ai vu l’envie ,la passion et le travail derrière les images, le cœur que le réalisateur met dans son film.

    Cette expérience m’a permis de revoir mes exigences à la hausse et d’être encore plus motivée. Nous aussi nous avons envie que nos rêves se réalisent et ces gens sont la preuve qu’avec de la passion et de la détermination nous pouvons réaliser nos rêves. Nous avons donc maintenant à croire plus en nous et approfondir notre travail et nos réflexions.

  67.   3013   - ac-rouen 6 juin 2015 à 12 h 47 min 67

    Prix Jean Renoir édition 2014-2015

    J’ai beaucoup aimé participer au prix Jean Renoir, ces deux jours passés à Paris m’ont plu, l’ambiance de la Femis, les organisateurs, les intervenants (producteurs, réalisateurs, distributeurs), les réponses aux questions que nous leur avons posées nous ont renseignés un peu plus sur leurs films. Le prix Jean Renoir a été pour moi une expérience très enrichissante notamment parce que j’ai pu découvrir des films que nous n’avons pas forcément l’occasion de voir. Si c’était à refaire, je le referai sans hésiter. Aussi, j’ai aimé les débats qui ont développé notre esprit critique et notre façon de penser autour d’un sujet ou d’une histoire. Cependant j’ai été très déçu du fait que « Le Sel de la Terre » n’ait pas gagné le trophée, mais c’est comme dans toute compétition, il faut un vainqueur et ici c’est « Une Belle Fin » qui a remporté cette édition.
    Le prix Jean Renoir nous a aussi appris, avec l’aide de notre professeur de français et de notre documentaliste, à rédiger des critiques de cinéma et nous a permis d’exprimer notre ressenti et notre opinion sur tous ces films.
    En conclusion, j’espère que le prix Jean Renoir va perdurer afin de permettre à d’autres lycéens de vivre également cette belle expérience.

    Edouard Pigné, 1L1

  68.   3012   - M. Motte Olivier 5 juin 2015 à 9 h 54 min 68

    Compte rendu du prix Jean renoir

    Voilà une semaine jour pour jour que le voyage s’est terminé pourtant il m’en a laissé des souvenirs plein la tête…
    Le premier jour, c’est très matinalement que nous avons débarqué à Paris tels des touristes égarés du Nord. Le début de la matinée parisienne a été palpitant : rythmées d’enjambées « métronique » et de visites plus intéressantes les unes que les autres, toujours en rapport avec le cinéma ! En effet nous sommes allés au grand palais voir l’exposition sur les frères lumière. Eh oui, on ne fait pas semblant nous les Nordistes. Est venue l’heure du repas, la dernière avant la rencontre avec nos autres Jean renoiriens.

    Treize heure quinze…
    Nous voilà arrivés à la Fémis, imposante école de l’image et du son. Tous les minuscules français rassemblés dans cette immense salle de cinéma ont écoutés attentivement les réponses que donnaient les réalisateurs aux questions sélectionnées. Une interview plus qu’intéressante soit dit en passant. Ensuite tous les élèves de France ont été dispersés dans des groupes de 20 élèves qui ont débattu pendant une heure et demi sur le choix du meilleur film. C’était un débat construit qui a abouti à une réflexion très intéressante. Ce débat a creusé les appétits et c’est affamés qu’est allée se rassasier l’assemblée.
    De retour à la Femis à 22:00, les élèves cinéphiles de l’école nous ont présenté quatre de leur talentueux court métrages qui nous ont laissé bouche bée.
    Voilà ce mercredi tellement court achevé, arrive maintenant l’expédition à Pris à la recherche de l’hôtel, expédition nocturne qui nous a montré Paris sous un angle différent. C’est après de multiples péripéties que tout le monde s’est enfin endormi à l’hôtel.

    Le jeudi n’en a pas été moins spectaculaire tant la qualité des activités proposées ne laissait pas une minute au jeune public. Le matin, un débat final orchestré par de très aimables professeur s’est tenu jusque onze heure où nous avons élu des représentants pour défendre le film du groupe lors du jury final.
    Pendant ce temps, les autres élèves sont allés manger au lycée Jacques Decour où la splendeur du lieu était aussi délicieuse que le repas.
    Rassasiés, nous avons enfin pu découvrir le gagnant du prix Jean Renoir, en effet le film « Une Belle Fin » a conclu ce séjour sans aucune déceptions malgré de petites réticences quant au fait de ne pas avoir choisi « timbuktu ». Pour clôturer ce merveilleux séjour, un cocktail a eu lieu après la remise du prix où les élèves ont pu se connaître plus amplement.

    C’est « Une Belle Fin » qui m’a laissée rêveuse et impatiente de pouvoir à nouveau réitérer un voyage tel que celui-ci qui a été une agréable vision du monde Parisien et du cinéma.

    Clarice Dursent

  69.   3011   - M. Motte Olivier 5 juin 2015 à 9 h 53 min 69

    Compte rendu de Colin NAERT prix Jean Renoir.
    DELEGUE 2D5 AVESNES SUR HELPE

    Mercredi, 13h00

    Nous arrivons à la Fémis, qui est une des plus grandes écoles du cinéma en France et au monde. Aussitôt nous nous sommes orientés vers la salle de projection par la dame « dame du téléphone », souriante et aimable…

    Une fois que la centaine de lycéens venus de toute la France et même de Belgique et de Chine sont installés, le directeur présente rapidement l’école et le déroulement de la journée : nous allons rencontrer des personnes qui ont joué un rôle phare dans la réalisation du prix Jean Renoir (voir les fiches questions réponses). Puis nous nous réunissons dans différentes salles en petits groupes pour ce pourquoi nous sommes là, élire le meilleur film du prix !

    Mercredi, 16h00

    Nous commençons à passer en revue tous les films du prix. Chacun donne son avis et nous finissons par éliminer les films un par un pour n’en garder qu’un. Ce débat est alimenté par des remarques pertinentes . Certain se démarquent même grâce à leurs arguments (merci à Léa ou Constance). Tout cela passe très vite et nous débordons sur le temps imparti mais arrivons à nous mettre d’accord sur les quatre films finalistes : Spartacus et Cassandra, Une belle Fin, Timbuktu, et Le Sel De La Terre. Nous sommes alors libéré à 18h pour 2h de temps libre. Nous nous dépêchons alors de manger et nous allons marcher au Sacré-cœur. (très sportif!!!)

    Merdredi, 20h00

    Nous nous réunissons pour la dernière fois de la journée dans la salle de projection pour assister à la projection de court-métrage réalisés par des étudiants de l’école. Mais avant, une professeure de l’école nous présente cette dernière, comment y entrer, quels métiers forme-t-on, en quoi consiste le concours…

    Après ce brillant exposé, nous regardons les courts-métrages des étudiants (merci à eux, c’était vraiment excellent ☺). Après le visionnage, nous devons rentrer à l’hôtel et nous trouvons plus judicieux de nous y rendre à pied, le métro n’étant pas sûr à cette heure. Nous arrivons à l’usine à dormir, et nous nous installons le plus confortablement possible en pensant à la grosse journée du lendemain.

    Jeudi, 9h00

    Après un rapide petit déjeuner, nous repartons pour élire le film du prix. Encore une fois, le choix fut compliqué à cause d’arguments par flots toujours très pertinents, des avis pas toujours partagés. Après plus de 2h de débats, nous plaçons en tête de liste les films Timbuktu et Une Belle Fin. Après un déjeuner à la cantine du lycée Jacques Decour, nous nous rendons à la salle de projection pour la décision finale….

    Jeudi, 14h00

    Ça y est, nous y voilà ! Après plus de 5h de débats, le moment est venu d dévoilé le lauréat de ce prix Jean Renoir. Après quelques discours officiels et des sponsors, deux membres du jury final s’avancent pour proclamer le gagnant : « Le lauréat du prix Jean Renoir 2015 est… UNE BELLE FIN » applaudissements nourris de l’assemblée, petits discours du distributeur du film, Eric Le Bot.
    Après le film, place au jeune avec le prix de la critique sélectionnées par deux critiques Parisiens. Une dizaine de gagnants, de superbes lots…
    Le séjour ne pouvait pas se conclure sans un cocktail « d’adieu ». On s’embrasse, on prend des photos, on mange quelques macarons, et voilà ! C’est fini ! Retour dans le Nord pour poursuivre le train train quotidien…

    Remerciements :

    Merci à Motte de nous avoir choisi, Clarice et moi, pour se superbe séjour, pour nous avoir fait visité Paris, pour nous avoir permis de débattre avec d’autres jeunes…

    Merci à tous les jeunes que j’ai fréquenté pendant le séjour : Edouard, Léa, Constance, et tous les autres que j’ai oubliés, pour avoir débattu avec pertinence pendant ces deux jours. :)

    Merci au prix Jean Renoir pour m’avoir exposé à une culture cinématographique différente de l’habitude !

  70.   3010   - M. Motte Olivier 5 juin 2015 à 9 h 39 min 70

    Prix Jean Renoir

    Le prix Jean Renoir nous a apporté beaucoup d’expérience cinématographique. Nous avons pu découvrir un cinéma que nous n’aurions pas été voir de notre plein gré et qui, pourtant, reste très intéressant. Cette expérience fut enrichissante. Sur les huit films que nous avons pu découvrir chacun avait un style différent, parfois engagé parfois témoignant d’une vie ou d’une expérience et d’autres plus « fantastiques ».
    Personnellement nous aurions préféré que Timbuktu remporte ce prix même si l’idée d’une Belle fin était très intéressante par son universalité. Timbuktu jouait sur plusieurs genres, parfois remplis d’émotions et pourtant contenant des scènes plus violentes. De plus c’est un film engagé mais qui ne juge pas.

    Tout cela nous a permis de nous enrichir cinématographiquement , de changer notre façon de voir les films et de les commenter. De découvrir des films moins commerciaux.

    Candice BARROIT
    Amélie SIROP
    2D5 AVESNES SUR HELPE

  71.   3009   - M. Motte Olivier 5 juin 2015 à 9 h 10 min 71

    Carnoy Gaël
    Froment Coralie
    Dorléans Aurore

    Prix Jean Renoir

    Nous pensons que le prix Jean Renoir est une bonne expérience, à laquelle nous avons eu la chance de participer, grâce à notre professeur principal.
    Ce prix nous a permis de découvrir plusieurs genres, en allant voir huit films présélectionnés. Nous avons ainsi découvert de nouvelles cultures, de nouveaux modes de vie mais aussi différents styles cinématographiques.
    Cela nous a aussi permis d’affiner notre esprit critique en rédigeant, par groupe ou individuellement, une critique après chaque film. Nous connaissons maintenant une autre vision du cinéma, étant capable de défendre notre point de vue sur un film qui nous a plus, grâce à des arguments.
    Les débats effectués en classe ont permis à chacun de pouvoir s’exprimer, c’était très intéressant car nous avons tous des avis différents.
    Pour conclure, nous sommes très satisfaits d’avoir participé au Prix Jean Renoir.

  72.   3008   - M. Motte Olivier 5 juin 2015 à 9 h 00 min 72

    Compte rendu du Prix Jean Renoir

    Une année terminée, une nouvelle culture qui commence… tout au long de l’année, le Prix Jean Renoir nous a apporté une nouvelle vision du cinéma français, notamment des films d’action. En tant que modestes consommateurs du cinéma commercial, c’est avec un nouvel œil que nous découvrons le cinéma à présent. Les films qui nous ont été projetés étaient tous plus différents les uns que les autres et c’est avec appréhension que nous allions visionner les longs métrages tous les mois. A chaque fin de séance, nous ressortions ébahis de la splendeur du film , ou tout simplement du contraste avec le précédent. Nous avons découvert plusieurs langues à travers ces films , de nouveaux styles musicaux et des visions différentes du monde qui nous entoure. Ces films nous ont sortis de notre insouciance naturelle et faits prendre conscience de la situation critique dans certains quartiers de France, certaines villes de l’hexagone, certains pays du globe. Je pense que le prix avait pour but de développer la tolérance, aiguiser notre esprit critique. J’ai adoré ce Prix , c’était un projet vraiment très intéressant et inspirant.

    Marissa et Katya

  73.   3007   - M. Motte Olivier 5 juin 2015 à 8 h 57 min 73

    Boutillier Lisa Le05/06/15
    Pierre Inès
    Laumonier Louis
    Cochelard Dorian
    Grabowecki Charlotte

    Tout au long de cette année, nous sommes allés voir plusieurs films au cinéma, qui nous ont plu ou moins plu.
    Une majorité d’entre nous aime aller au cinéma, ce projet nous a été bénéfique de plusieurs façons. Il nous a permis d’améliorer notre argumentation, en écrivant une critique pour chaque film et d’élargir notre culture cinématographique. Nous sommes allés voir des films que nous n’allons pas voir habituellement. L’objectif d’écrire des critiques et de décerner un prix au meilleur film nous a d’autant plus motivé et nous a aidé à être plus attentif durant les projections.
    Le prix Jean Renoir est donc une expérience enrichissante et plaisante.

  74.   3005   - Mme Colson Catherine 4 juin 2015 à 22 h 20 min 74

    Le prix Renoir, du visionnage des films à la remise du prix en passant par les débats, était une expérience enrichissante. Les films choisis étaient, pour la plupart, des films que je ne serais pas aller voir de mon plein gré et la majorité de ceux-ci m’a beaucoup plu, ce qui m’incitera à me diriger vers d’autres films pour mes prochaines séances au cinéma. De plus la rédaction des critiques était un travail intéressant que nous n’aurions sûrement pas fait sans notre participation au prix Renoir. Enfin la participation au prix Renoir à Paris était une chance car nous avons pu rencontré les réalisateurs de certains films et, pour d’autres, des personnes qui y ont grandement participé. Nous avons pu découvrir une école de cinéma. Les temps de débat étaient intenses et prenants et nous avons directement participé à l’élection du film qui a remporté le prix Renoir. Et j’ai trouvé très bien de découvrir certains métiers à travers notre démarche. 
    Merci, donc, à toutes les personnes qui ont participé à l’organisation de cette belle expérience.
    Lucile Bombardier, 1° L

  75.   3004   - Lille_2 4 juin 2015 à 17 h 10 min 75

    Un énorme regret…
    J’ai mené cette année le projet Prix Renoir des Lycéens avec une classe de Terminale Littéraire, en encadrant un accompagnement personnalisé hebdomadaire et je n’ai pas pu assister aux deux jours de débats parisiens… Mais les retours de ma collègues, et surtout des deux élèves sélectionnés pour ces deux jours ont été très très très positifs : organisation, ampleur de l’événement, qualité des interventions, convivialité, tout les as ravis. Je quitte donc une aventure riche pédagogiquement et culturellement sur une note amère… comme c’est la deuxième fois que le lycée est impliqué, je vais devoir attendre un peu avant de pouvoir déposer un dossier. Mais dès que c’est possible, le lycée Vauban se relance !!!
    Michael Zobel, Lycée Vauban, Aire sur la lys, 62

  76.   3003   - Lille_2 4 juin 2015 à 17 h 02 min 76

    Une expérience inoubliable !

    Je me prénomme Cloé Filiatre, je suis actuellement en terminale littéraire au lycée
    Sebastien Vauban d’Aire sur la lys. A la rentrée de septembre, nous avons pu
    découvrir notre emploi du temps et ainsi remarquer qu’un créneau d’une heure était
    réservé à l’accompagnement personnalisé « cinéma » avec notre documentaliste, M.
    Zobel. J’étais quelque peu perplexe face à ce nouveau dispositif. La présentation de l’accompagnement personnalisé m’a appris que notre classe avait été sélectionnée pour le Prix Jean Renoir des lycéens et que nous allions au fil de l’année visionner huit films et choisir à l’issue du visionnage notre film préféré. Ce travail allait être agrémenté par l’écriture de critiques pour chaque film. Au début, je me suis sentie incapable d’entreprendre ce travail d’écriture. Il faut tout de même rappeler que mon rapport au cinéma est celui d’une adolescente tout à fait banale… Comédies romantiques, films américains à gros budget, je n’avais aucune notion ou connaissance poussée du cinéma. Quant à ma classe, elle non plus majoritairement n’était pas enthousiaste à l’idée de ce dispositif. Ils ressentaient des craintes par rapport à la masse de travail en plus de celle du baccalauréat.

    Mais les semaines, les lundis ont commencé à défiler et notre documentaliste nous a très vite plongés dans l’univers du septième art. Films mythiques en noir et blanc, classiques retraçant l’histoire de cet art, nous étions de plus en plus habitués à étudier ce qu’auparavant beaucoup d’entre nous auraient rejeté. Le premier film du prix Renoir arriva rapidement, son nom : « Les combattants ». Nous étions heureux de visionner un film gratuitement même si personne ne le connaissait. A la fin de la séance tout le monde était unanime : le film était super. Par la suite, nous avons dû rédiger les critiques, exercice nouveau mais toutefois réussi grâce au soutien et aux conseils de nos professeurs encadrant. Plus les semaines passaient plus notre savoir se diversifiait et nous apportait une réelle aide pour l’écriture de nos critiques. Nous avons appris à analyser une musique, un plan, un générique. Cela était d’une grande aide lors des visionnages des autres films du Prix Renoir des Lycéens.
    Nous avons donc eu la chance de visionner de Le sel de la Terre de Wim Wenders avec la fameuse réplique « les hommes sont le sel de la Terre ». Je tiens particulièrement à partager mon point de vue sur ce documentaire qui m’a tellement touchée. Je n’aurais jamais eu l’occasion d’aller voir ce film sans le prix Renoir alors qu’il peint à merveille les maux et atouts de notre planète Terre. Je pense personnellement que ce film peut aider notre génération à comprendre les dangers d’une vie égoïste, d’une société de consommation de plus en plus renfermée sur elle-même. De ce point de vue le prix Jean Renoir est un trésor, il nous donne l’occasion de voir des films que peu d’entre nous aurait été tenté d’aller voir au cinéma, des films bien souvent riches en morales et en interprétations utiles à notre compréhension et à la formation d’une maturité. De plus, l’écriture des critiques est un exercice tellement utile pour développer de nouvelles qualités littéraires et stylistiques, l’esprit critique est ainsi développé dans toutes ces facettes.

    Depuis le prix Jean Renoir j’ai adopté de nouvelles habitudes quand je vais au cinéma, une musique, un certain plan, un silence prennent maintenant une dimension clé dans ma compréhension du film, je me sens ainsi plus complice avec le réalisateur. Je ne peux plus regarder un film sans réfléchir, sans faire attention aux détails qui prennent maintenant tout leur sens. Il y a maintenant quelques mois, nous avons appris qu’il fallait élire deux élèves comme représentants de la classe pour aller à Paris rencontrer certains sympathisants des films et assister à la remise des prix. Je me devais saisir cette chance pour pouvoir ainsi profiter d’une aventure, de nouvelles rencontres et d’un séjour à Paris dans l’une des plus prestigieuses écoles de cinéma : la Fémis. J’ai eu la chance d’être élue en tant que déléguée, avec Victor Lepère, lauréat du prix de la meilleure critique. Mercredi et jeudi 27 mai nous nous sommes mis en route pour Paris, pour la Fémis. Je ne savais pas du tout à quoi m’attendre, mais je fus pleinement satisfaite de mon voyage. J’ai pu profiter de la présentation d’une école que je ne connaissais pas, mettre une parole, un visage sur les films visionnés tout au long de l’année. Les débats pour élire le film furent vivement animés mais Timbuktu et Une belle fin revenaient immédiatement en tête de liste.
    Je ne partageais pas les impressions enthousiastes sur Une belle fin au début mais peu à peu mes camarades m’ont convaincue. Le soir, j’ai pu profiter de l’air parisien si éloigné de mon Nord natal, avec en prime de nouvelles amitiés qui se sont créés peu à peu. J’ai partagé ma chambre avec une autre Chloé de Lyon. C’est cela aussi le Prix Renoir, des rencontres entre élèves ayant un projet commun venant de toute la France, et même de Shangai.
    Le jeudi nous avons choisi deux délégués pour le jury final. L’après-midi fatidique est arrivée : c’est finalement Une Belle fin qui fut élu meilleur film et Victor l’élève qui m’accompagnait fut récompensé pour l’une de ses critiques.
    Vraiment ce fut une belle expérience qui restera à tout jamais gravée dans mes souvenirs de jeunesse. Je remercie mon lycée, mes accompagnateurs, et le prix Jean Renoir des lycéens de donner l’opportunité à des futurs citoyens d’accroitre leur culture et de leur faire vivre de nouvelles expériences aussi fructueuses.

  77.   3002   - M. Gans Raphaël 2 juin 2015 à 22 h 22 min 77

    J’ai toujours aimé regarder des films, que ce soit au cinéma ou ailleurs. Mais on est toujours plus pris dans le film lorsque c’est au cinéma sur grand écran. Du coup voir huit films dans l’année avec la classe de littérature et société était quelque chose qui me plaisait beaucoup, que ce soit pour le prix Jean Renoir ou pas. Ce prix est bien pour que le film qui a gagné le prix se fasse connaître. Grâce à ce projet, j’ai pu voir plein de genres de films différents, même si une partie ne m’a pas vraiment plu.
    Le film, par exemple, le Sel de la Terre, est trop choquant pour ma part. Les images à l’écran nous ouvrent peut-être les yeux, mais c’était le genre d’histoire où j’aurai préféré éviter d’avoir des images à mettre sur les mots. Qui vive était un film que j’ai trouvé trop violent. Néanmoins il était intéressant concernant la vie possible des vigiles. Concernant le film Lilting ou la délicatesse, j’ai pu remarquer que l’homosexualité est un thème plus abordable actuellement. Ce film nous montre que, quelle que soit notre sexualité, nous sommes tous des êtres humains, ayant des sentiments, qui vivent et qui meurent. Timbuktu est un très beau film. J’aime beaucoup les films tournés dans des endroits orientaux, qui nous montrent la vie des gens vivant dans des endroits tels qu’en Afrique. Les décors étaient magnifiques et j’aimais bien la personnalité de la plupart des personnages. La critique des djihadistes est également une bonne idée pour montrer la pensée de ceux qui font le djihad et celle de ceux qui le voient. Spartacus et Cassandra est un documentaire, mais tourné de façon à ce qu’on croit également que c’est un film (en tout cas, c’est ce que j’ai cru au départ). Le problème c’est qu’on pourrait prendre les personnages en pitié, alors que ça n’est peut-être pas ce qu’ils souhaitaient véritablement.
    J’aime plus particulièrement les films réalistes, surtout ceux qui sont basés sur l’adolescence. J’aime bien voir les différentes manières de penser à cet âge. Respire est un film que j’ai bien, malgré le fait qu’il soit un peu dur. On y voit des manières de penser différentes, des vies différentes et c’est un film que je crois assez réaliste. Chante ton bac d’abord est également un film documentaire que j’ai bien aimé. On se rend compte qu’on est parfois beaucoup à ne plus vraiment savoir où on en est (concernant l’orientation et surtout l’avenir). J’aurais aimé en découvrir davantage. Certaines comédies auraient également été bien à voir.
    Alaïs L.
    Seconde Littérature et Société, LPO Alcide Dusolier
    Bordeaux

  78.   3001   - Mme Guihard Karine 2 juin 2015 à 22 h 14 min 78

    Une expérience enrichissante.

    La remise des prix a eu lieu il y a quelques jours, le film que la classe avait préféré, Une Belle fin, a gagné le prix Jean Renoir des lycéens.
    Ces deux jours à Paris à la Fémis ont été très intéressants et stimulant pour les élèves qui ont pu discuter des 8 films vus cette année pendant deux fois 2h, confronter leurs points de vue, argumenter. La constitution des jury et l’organisation des délibérations étaient bien pensées même si mes élèves ont trouvé que la parole était monopolisée par la « grande gueule » du groupe. J’ai pu profiter du mercredi matin pour emmener les élèves voir l’exposition « Lumière ! le cinéma inventé » au grand palais.
    De retour à Lisieux, Aziliz et Coline ont fait un long et précis compte-rendu de ces deux jours à la classe et notamment des discussions avec les réalisateurs ou producteurs, distributeurs des films vus.

    Les élèves ont rédigé un bilan sur la participation au prix et réalisé un classement argumenté des 8 films visionnés. Tous ont exprimé leur satisfaction d’avoir participé à ce prix et d’avoir vu des films qu’ils ne seraient pas allés voir d’eux-mêmes. Ils ont aimé la variété des sujets abordés, sujets qui les ont touchés et leur ont ouvert les yeux sur le monde qui les entoure : l’homosexualité (Lilting), la vie d’une famille Rom (Spartacus et Cassandra), la guerre et la famine (Le Sel de la terre), le beauté de la terre (Le Sel de la terre, encore), les djihadistes (Timbuktu). Ils ont apprécié les discussions menées en classe après les projections et ont pour la plupart aimé écrire sur les films, que ce soient des critiques, des autoportraits de personnages, des portraits chinois, des cartes postales sonores. Beaucoup considèrent à juste titre que ces travaux les ont aidé à progresser dans le domaine de l’expression écrite et de l’argumentation. Ils ont cependant eu beaucoup de mal à mener une analyse filmique de la mise en scène dans leurs critiques, se contentant souvent de remarques sur l’histoire et les personnages.
    Plusieurs ont mentionné le fait que cette participation au prix avait eu un effet positif sur l’ambiance de la classe en favorisant les échanges et le travail en groupe.
    J’ai pu voir en cours d’année leur horizon s’élargir, leur tolérance à la lenteur et au silence croître. En début d’année ils ne supportaient pas le moindre silence, le moindre plan contemplatif ou « gros plan qui ne sert à rien » et ils ont finalement adoré Une Belle fin, film lent, avec peu d’action. Ce film n’aurait sans doute pas été autant apprécié s’il avait été l’un des premiers vus par les élèves, il a bénéficié de leurs « progrès » en tant que spectateur. A l’inverse, Les Combattants a sans doute pâti du fait d’être le premier film qu’ils ont vu. A ma grande surprise, les élèves l’avaient peu apprécié mais finalement au fil des mois, plusieurs d’entre eux ont révisé leur jugement et trouvant à ce film des qualités qu’ils n’avaient pas vues dans un premier temps. L’inversion des stéréotypes féminin/masculin qu’ils avaient d’abord rejeté est finalement devenu pour certains un point fort du film.
    Plusieurs élèves ont été passionnés, à leur propre surprise, par le documentaire Le Sel de la terre, alors que, selon leurs propres mots, il ne leur serait jamais venu à l’idée d’aller voir un documentaire au cinéma.
    Je ne suis pas certaine que beaucoup d’entre eux changeront leurs habitudes de fréquentation du cinéma ou liront des critiques de film dans l’immédiat mais ce sont des graines semées en eux qui germeront et pousseront plus tard. 5 élèves de la classe ont déjà décidé de suivre l’option facultative cinéma audio-visuel en première à la rentrée.
    Pour ma part, j’ai reposé un dossier de candidature car je pense pouvoir mieux mener le projet à la lueur de l’expérience de cette année, que ce soit pour mener les discussions en classe, leur faire écrire des critiques ou faire rayonner ce prix plus largement dans le lycée.

  79.   3000   - Mme Moreau murielle 2 juin 2015 à 18 h 28 min 79

    Encore une belle année passée avec ma classe de 2nde 6! Pour la 2ème fois une de mes classes est retenue pour le Prix Jean Renoir, et c’est toujours un plaisir de s’investir dans ce projet.
    Cela fait découvrir des films que les, élèves n’auraient jamais vus autrement. Certains films ont aussi permis, cette année, de faire des liens avec l’actualité et l’ecjs, comme Timbuktu ou les Combattants et ont servi de support pédagogique. Sur chacun de ces films, il y a eu un travail d’explication, d’échanges mais malheureusement souvent trop rapide à mon goût, car les heures pour gérer ce projet sont difficiles à trouver. Les élèves ont, comme moi, donné beaucoup de leur temps libre….
    Un des points forts de notre expérience a été la rencontre avec Ioanis Nuguet, dans notre salle partenaire, Le Royal à Toulon. Les élèves se sont investis dans la préparation des questions, le tournage, le montage. Ils ont adoré parler avec le réalisateur dès la fin de la projection et ont trouvé cette expérience enrichissante.
    Puis il y a eu la venue à Paris. Quel plaisir ! Rencontrer des passionnés, des professionnels du cinéma, des jeunes motivés. Les moments d’échanges avec les réalisateurs, producteurs….ont été très enrichissants. De plus à la Fémis, lieu mythique et magique. Pouvoir pénétrer dans ce « temple » du cinéma, c’est un privilège. L’accueil de la direction, la présentation de l’école, la diffusion des films d’élèves. Tout était parfait.
    Cependant, le cinéma est souvent associé au rêve. Je trouve qu’il en manquait un peu dans la « mise en scène » des échanges et de la cérémonie. Une photo de tous les représentants des films ensemble aurait été la bienvenue et aurait pu alimenter les sites des lycées.
    Un moment d’échange moins conventionnel , avec tous les intervenants autour d’un rafraîchissement aurait permis de finir sur une touche marquante pour les élèves, de développer des liens entre les jeunes et les accompagnateurs. En effet, toute l’année nous avons mené chacun ce projet dans nos coins et le temps pour échanger de manière informelle sur nos expériences, nos pratiques manque.
    Je tiens cependant à finir en remerciant vivement tous les organisateurs , particulièrement Barbara et Roseline.
    Bravo pour votre investissement et longue vie au prix Jean Renoir !

  80.   2999   - Lycée Marcel Gambier 2 juin 2015 à 16 h 40 min 80

    Je suis une élève de seconde au Lycée Marcel Gambier de Lisieux. J ‘ai eu la chance d’aller à Paris dans le cadre du Prix Renoir pour la cérémonie de remise des prix.

    Pour commencer nous avons rencontré des réalisateurs, des producteurs, distributeurs, compositeurs. Cela était vraiment très intéressant. Cela nous a permis d’en savoir plus et de remarquer des choses que l’on n’avait pas forcément vues. Chaque question était intéressante. Le point faible serait que le nombre de questions par académie n’était pas équitable : certains en ont eu plein et d’autres pas du tout. De plus, pris par le temps, toutes les questions n’ont pas été posées.

    Pour la suite, je trouve que faire des petits groupes de personnes pour débattre sur les films était une bonne idée. Le fait que l’on soit assis par terre en rond était plus agréable, la communication entre nous était mieux car nous nous voyions tous. Cela faisait plus intime qu’assis dans une salle de classe. La façon de procéder était bien réfléchie. Premièrement sélectionner 4 films puis le lendemain les mettre dans l’ordre. Cela a permis de bien développer nos points de vus. Pour mon jury les 4 films sélectionnés ont été : Timbuktu, Une Belle Fin, Le sel de la Terre et Qui vive

    Au niveau de l’organisation cela était très bien fait. Le programme a été suivi nous n’avons pas eu de mauvaises surprises. Le temps de chaque activité a été correctement reparti sauf peut être lors de la deuxième partie des délibérations ou presque tous les groupes ont fini une heure avant.

    J’ai beaucoup apprécié ces 2 jours à Paris pour le Prix Renoir. De plus, Une Belle Fin, le film gagnant était le choix de la classe.

    Aziliz Le Strat. 2de5.

  81.   2998   - Lycée Marcel Gambier 2 juin 2015 à 16 h 39 min 81

    Je suis allée à Paris dans le cadre de la remise du prix du meilleur film du Prix Jean Renoir des lycéens.

    Le voyage était très bien. Nous avons rencontré des réalisateurs, des producteurs, des acteurs, des distributeurs. Nous avons donc appris de nouvelles choses sur les films, des choses que nous n’avions pas remarquées par nous même. Nous avons été séparés en 5 jurys pour débattre sur les films. J’avais un peu peur, du fait que je n’étais pas avec ma camarade dans les jurys mais je pense que le fait de ne pas être ensemble nous a permis de plus parler et participer. L’expérience de débattre avec des personnes qu’on se connaissait pas nous a appris beaucoup de choses.

    Dans mon jury nous avons gardé au premier débat les films : Timbucktu, Lilting ou la délicatesse, Le Sel de la Terre, Une belle fin. Ensuite nous les avons classés dans l’ordre suivant :
    1°- Une Belle Fin
    2°- Le Sel de la Terre
    3°- Lilthing ou la délicatesse
    4°- Timbucktu

    Le meilleur film du Prix Jean Renoir des lycéens était Une Belle Fin. Ma camarade et moi étions contentes car nous avons adoré ce film et ce film était le choix de notre classe.

    Pour conclure, j’ai adoré ce séjour.

    Coline Maudet, élève représentant la 2de5 du lycée Marcel Gambier

  82.   2997   - Mme Colson Catherine 2 juin 2015 à 15 h 21 min 82

    Nous ne pouvions pas nous permettre de ne pas nous perdre dès le premier jour, comme tout bon campagnard livré à lui-même dans cette grande ville qu’est Paris. Après 2h30 de train, une demi-heure de métro parisien, et notre errance de quinze bonnes minutes, nous arrivons enfin au numéro 6 de la rue Francoeur où se trouve La Fémis. Une fois passé le gigantesque portail de cet ancien studio Pathé, nous nous mêlons à la foule d’élèves et d’enseignants parvenus de la France entière et même d’ailleurs afin de participer à cette 4ème édition du Prix Jean Renoir des lycéens. Nous avons commencé par rencontrer les réalisateurs, producteurs, compositeurs et tous les représentants des huit films visionnés durant cette année 2014-2015 qui pouvaient être présents. Après leur avoir posé toutes nos questions, nous nous sommes séparés en cinq groupes, constituant cinq jurys d’élèves prêts à défendre leur film préféré. A l’issue de cette première séance de délibération, nous avons procédé à une première sélection en retenant quatre films parmi les huit. Le soir, nous nous sommes à nouveau réunis dans la salle obscure de l’école afin d’assister à une présentation de sa filière cinéma nous expliquant toutes les étapes de création d’un film, avant de passer au visionnement de quatre courts-métrages d’étudiants. Des étudiants sans aucun doute de talent, avec un coup de cœur pour Emilie Noblet, et son film s’intitulant Trucs de gosses. 22h00, fin de la journée, direction l’hôtel pour une courte nuit. Le lendemain, nous nous sommes à nouveau réunis par jury pour le choix de trois films classés et de deux délégués par groupe pour nous représenter. Le film qui a remporté la première place dans mon groupe sera le film qui remporta la première place officielle du Prix Renoir 2015 : Une belle fin, film réalisé par Uberto Pasolini. Bien que ma classe et moi-même n’ayons pas gagné de prix pour les critiques de cinéma rédigées tout au long de l’année, ce fut une très bonne expérience, conviviale, qui aura permis à de nombreux élèves de voir des films qu’ils ne seraient pas forcement allés voir naturellement et de faire de très belles découvertes cinématographiques.
    Alex Gentit, 1° L du Lycée Armorin

  83.   2996   - Mme Colson Catherine 2 juin 2015 à 15 h 19 min 83

    Voilà, on y est enfin. On imaginait si loin, si abstrait ce moment où se contcrétiserait notre travail de spectateurs critiques mais nous y sommes parvenus. Evidemment comme nous venons de tous les coins de France et même de plus loin, un assez long voyage en train nous a amenées jusqu’à la Fémis et, pour qui n’a pas le réflexe GPS, l’aventure est au coin de la rue ! C’est la première fois que nous participons au Prix Jean Renoir des Lycéens et ces deux jours parisiens nous donnent envie de tout de suite recommencer. Voir des films, en parler, et in fine en écouter parler et rencontrer ceux qui les fabriquent : que demander de plus quand on s’intéresse au cinquième art ?
    Au programme : des films de qualité, des intervenants motivés et une rencontre de collègues due au hasard … mais pas seulement : nous sommes tous animés du même amour du cinéma et ce type de manifestation ne peut mettre en contact que des gens qui se ressemblent un peu .
    Pour nos élèves aussi la rencontre avec d’autres jeunes a été un moment festif. Quand j’ai demandé aux miennes le moment qu’elles avaient préféré, l’une m’a cité le premier moment de débat, l’autre le second. Notre participation au PJRL trouve donc toute sa justification dans ces réponses.
    Comme les intervenants de la cérémonie, nous avons nous aussi envie de dire tout simplement : Merci !

  84.   2995   - Lycée de l’Arc 2 juin 2015 à 9 h 33 min 84

    Le 27 ,28 Mai , Prix Jean Renoir à Paris

    Comme j’ai pu l’énoncer dans le discours qui m’a menée jusqu’à Paris, ce projet me tenais vraiment à coeur ! Et c’est alors avec tout mon coeur, et ma petite personne que j’ai débarqué à Paris avec mon binôme et mon professeur, nous sentant comme des privilés d’être ici , ainsi qu’être les premiers de notre établissement à y participer.
    Tout de suite nous avons été submérgées par la beauté de La Femis et nous nous sommes tout de suite sentiies comme chez nous ! La pression et l’excitation étaient présentes à chaque pas de ces escaliers qui nous menaient vers la salle de projection ou tout aller se passer.
    Puis ça y est ! Nous y étions ! Entourés de tous les autres lycéens qui eux aussi avaient gagné leurs places , face à tous ces réalisateurs , producteurs , compositeurs… des films que nous avons vus au cours de l’année et que nous avons appris à critiquer.Ces rencontres étaient encore pour moi un très grand privilège.
    A la fin de cette première expérience, est venu le moment où j’ai dû me séparer de ma partenaire pour rejoindre mon jury ( Le Jury 2) dans lequel une bonne ambiance s’est directement installée, chacun de nous put donner son avis. C’est avec une partie de mon jury est une autre partie du jury de mon amie, que nous avons mangé et avec qui les liens se sont formés. Très rapidement il a été difficile pour nous de nous séparer, je reconnaitrais que par ces jolies rencontres je n’ai pas beaucoup dormi.
    Un peu avant la nuit nous avons eu le droit à une présentation de la Femis ainsi que le visionnage des courts métrages de leurs étudiants, La Femis semblait être la meilleure école du cinéma de France ! Et pour moi qui veux absolument faire du cinéma mon métier ça à été une révélation, je veux tenter ma chance dans quelques années pour y rentrer !
    Le lendemain , la journée à passé très vite, je me suis retrouvée suppléante de mon jury et j’en étais très heureuse, seulement ma fonction n’a pas été d’une grande utilité, pour moi qui voulais assister au débat final, ce qui m’a légerement déçue , heureusement j’ai pu retrouver les autres et après le repas de midi nous avons tous été au Sacré Coeur ou l’on a pris une photo de groupe pour immortaliser ce voyage !
    Enfin est venue l’annonce du film gagnant , Une belle Fin, ce qui m’a satisfaite ! nous avons assisté au buffet avant de nous en aller pour notre train direction Orange , et c’est dans le train que nous avons commencé à rédiger notre contre rendu, nostalgiques de déjà quitter Paris , mais heureuses d’avoir participé à un si beau projet !

    Julianne S, élève déléguée de la 2nde5 du lycée de l’Arc à Orange

  85.   2994   - Mme Pautremat Marion 1 juin 2015 à 18 h 26 min 85

    J’ai beaucoup aimé participer à ce prix durant l’année. C’est une chance pour nous tous d’avoir pu visionner des films que nous ne serions pas allés voir de nous-mêmes. De plus, ce projet nous a permis à chacun d’acquérir une culture personnelle et d’approfondir notre culture cinématographique, de développer notre sens critique et d’avoir un avis plus approfondi sur les films que nous regardons désormais. Maintenant, je ne me contente plus seulement de regarder un film parce que sa bande annonce donne envie, ou qu’il fait parler de lui, car c’est une fois de plus un film américain. Grâce à ce prix, je m’intéresse à des classiques, des films que je ne serais pas allée voir auparavant, je cherche à comprendre leurs enjeux, savoir pourquoi je l’ai aimé ou non. Nous regardons tous des films depuis notre enfance, donc nous sommes tous plus ou moins concernés par ce sujet.

    J’ai eu l’honneur de pouvoir assister à la remise des prix à La Fémis, la célèbre école du cinéma de Paris. J’y ai passé deux jours exceptionnels.
    En premier lieu, nous avons eu l’opportunité de rencontrer des réalisateurs ou encore producteurs des films que nous sommes allés voir durant l’année et de leur poser des questions. Ce moment était très instructif, on a pu en apprendre plus sur les dessous de chacun des films, mais aussi de remettre en cause les jugements qu’on portait sur chacun des huit films, puisque le but de cet entretien était d’avoir enfin des réponses sur ce qui nous intriguait.
    Ensuite, les élèves devaient tous se retrouver par petit groupe. J’appréhendais ce moment, car nous étions tous séparés de notre bînome. Et pourtant c’était un très bon moment, car j’ai pu faire la connaissance de gens formidables, qui venaient pour les mêmes raisons et avec la même motivation que moi. Nous portions tous un grand intérêt pour ce prix et le cinéma en général, donc nous étions tous très à l’aise. Moi qui avais peur de prendre la parole, j’ai été l’une de celle qui parlait le plus dans mon groupe et j’en suis plutôt fière car j’ai réussi, je pense, à défendre le choix de la classe jusqu’au bout.
    J’ai beaucoup aimé aussi lorsque l’on nous a présenté la Femis et les métiers qu’on y apprend, on se rend compte que pour travailler dans le cinéma il faut beaucoup de courage et de patience, c’est impressionnant. On a aussi pu voir certains courts métrages des étudiants. C’était des films émouvants et drôle et je pense que, comme moi, beaucoup ont adoré, cela s’entendait aux rires dans la salle.
    Enfin, la remise du prix tant attendu ! Le film récompensé est Une belle fin. Il a été élu à l’unanimité par le jury, composé de neuf élèves. J’ai été surprise, je ne m’y attendais pas, car lors des premières délibérations, nous étions pour la plupart, pour Timbuktu. Mais je suis heureuse que ce soit le film d’U. Pasolini qui ait été récompensé, car pour ma part, je l’ai beaucoup apprécié et il m’a beaucoup ému.
    Ce séjour était magique et plein d’émotions. J’ai fait des rencontres inoubliables et j’ai passé des moments merveilleux en leur compagnie.
    C’est quelque chose hors du commun, que tout le monde devrait pouvoir vivre un jour. C’est un souvenir indescriptible et je suis tellement heureuse d’avoir eu ce privilège.
    Je remercie Mme. Pautremat et M. Doise de m’avoir donné cette chance car je pense que je ne revivrai pas cela une seconde fois. C’est une expérience enrichissante car durant deux jours j’ai pu m’évader et ne penser et parler que de cinéma. Si je le pouvais je recommencerai.

    Léa RINALDI
    lycée André Malraux
    en littérature et société
    27600 GAILLON

  86.   2993   - Mme Pierron Isabelle 1 juin 2015 à 15 h 42 min 86

    Le projet Jean Renoir m’a permis de découvrir des films que je ne serais pas allée voir de moi-même. J’ai pu découvrir un autre type de cinéma et me cultiver sur certains sujets comme la vie des djihadistes et celle imposée par eux avec « Timbuktu ».

    Maïwenn.

    Le prix Jean Renoir a été une expérience très intéressante. Il m’a permis de découvrir des genres de films que je ne serais pas allée voir de moi-même et de pouvoir développer mon esprit critique en me confrontant à la rédaction de critiques.

    Tiphaine

  87.   2992   - Mme Pierron Isabelle 1 juin 2015 à 15 h 31 min 87

    Ce projet m’a assez plu car, en effet, j’ai eu l’occasion de visualiser différents films que je ne serais, sans doute, pas allée voir. Notre classe a donc vu huit films, au cinéma de Loudéac : « Le Sel de la Terre », « Les Combattants », « Lilting », « Qui vive », « Timbuktu », « Spartacus et Cassandra », «Vincent n’a pas d’écailles », ainsi que « Une belle fin ». Tous ces films provoquent un sentiment différent chez le spectateur. Personnellement, j’ai particulièrement aimé « Spartacus et Cassandra » car il est touchant, il raconte en effet la vie de deux adolescents, un public comme nous peut donc s’identifier à ces derniers. On y voit également une réalité qui peut frapper certains spectateurs.
    De plus, j’ai apprécié les échanges avec le critique cinématographique, Morgan Pokée, il nous a fait découvrir son métier et donné des conseils pour la rédaction d’une critique, ce qui nous a aidés à rédiger nos propres critiques sur chacun des films. C’est une expérience enrichissante.

    Cindy

  88.   2981   - Mme Moreau murielle 1 juin 2015 à 7 h 55 min 88

    Le Prix Jean Renoir aura été une expérience très enrichissante. Il m’a apporté une grande curiosité. Il m’a appris qu’il ne faut pas s’arrêter au titre ou à la bande annonce d’un film pour découvrir de bonnes surprises. Bien qu’assez cinéphile, je ne serais sans doute pas allé voir de moi-même l’étonnant « Still life » qui a remporté le prix cette année et qui m’a procuré tant de plaisir (et si Uberto Pasolini, Eddie Marsan ou quelqu’un qui a permis à ce film de voir le jour lit ces lignes, je ne saurais jamais le remercier comme il se doit !). J’ai appris à me laisser surprendre, à aller voir un film pour le plaisir sans forcément savoir de quoi il parle, sans regarder la bande-annonce et à me forger ma propre opinion.

    Le Prix Jean Renoir m’a également permis d’approcher la critique sous un angle différent. J’ai appris que les ressentis sur un film ne sont jamais les mêmes au cours des échanges avec les élèves, et j’ai donc compris les différences aussi marquées que l’ont peut retrouver entre deux critiques sur un même film. Il est important de savoir fonder son propre avis construit pour comprendre ce que l’on aime et ce qui fait les forces ou les faiblesses de certains films. Il est donc important d’aiguiser son sens critique et ce en voyant de nombreux films. Les longues séances d’argumentation entre élèves m’ont quant à elles appris à synthétiser mes idées, à les clarifier pour tenter de convaincre le plus grand nombre sur mon opinion et défendre mes convictions.

    Enfin, le Prix Jean Renoir m’a permis une approche du monde du cinéma professionnel concrète en rencontrant les équipes des films. Souhaitant travailler dans le cinéma, la découverte de la Fémis a été pour moi un moment singulier et marquant. Et je tiens pour cela à remercier le Prix Jean Renoir et ma classe qui a choisi de m’offrir ce privilège unique dans la vie d’un lycéen.

    Comme je suis de l’avis que même les meilleures choses peuvent être améliorées je me permettrai de formuler quelques critiques pour les éditions à venir, afin que le Prix ne cesse de croître en popularité et en qualité ! Je pense tout d’abord que les échanges avec les équipes des films pourraient (et devraient) être plus spontanées. Il faudrait permettre aux élèves de réagir aux réponses données par les intervenants pendant les échanges et pour cela je pense qu’il n’est pas nécessaire de préparer toutes les questions à l’avance. Ensuite, il faudrait peut être laisser un moment d’échange plus direct entre professionnels et élèves. Cela pourrait passer par un moment convivial (comme un goûter) entre les échanges avec les équipes et les débats entre élèves où les élèves pourraient discuter de façon plus intimiste avec les professionnels. Il me semble que cela serait un moment chaleureux pour les élèves comme pour les professionnels. Enfin, je pense qu’un peu plus de convivialité serait favorable à ce prix. Pourquoi ne pas avoir fait une grande photo avec tous les élèves et tous les professionnels par exemple ? Pourquoi ne pas offrir quelques souvenirs pour que les élèves présents puissent en offrir à ceux qui n’ont pas pu monter à Paris (des stylos, des porte-clés, des T-shirts …). Tous ces petites attentions pourraient participer à rendre le Prix Jean Renoir plus chaleureux, plus spontané et sans doute plus enrichissant pour les élèves comme pour les professionnels !

    D’un point de vue plus technique, le prix pourrait bénéficier d’une plus grande visibilité. Pourquoi ne pas lui créer une page Facebook par exemple ? Il y paraîtrait les dernières actualités, les élèves pourraient publier sur cette page des critiques, des photos, des vidéos …

    Je tiens toutefois à remercier une fois de plus les organisateurs du prix Jean Renoir des Lycéens pour leur dévouement, leur patience. Ils nous ont permis des nous engager dans un projet constructif et intéressant au cours d’une année et de donner la voix à une jeunesse qui peut déborder d’inventivité, d’énergie et aussi, comme les critiques l’ont montré sur le blog, d’engagement et de pertinence !

    Merci pour cette expérience unique, ce souvenir inoubliable.

  89.   2980   - Mme Lot Marie-Christine 31 mai 2015 à 20 h 50 min 89

    C’est en nous levant à la même heure que tout autre lycéen qu’en ce mercredi 27 mai nous avons pris la direction de Paris afin de venir représenter la seconde 6 du lycée Allende au prix Jean Renoir. En début de matinée, nous avons préparé les délibérations que nous allions entreprendre dans nos jury respectifs, puis nous avons eu le plaisir d’arpenter les rues de Paris jusqu’à la Femis en passant par la butte Montmartre. A notre arrivée, nous avons pu profiter de l’esthétique unique de cet institut qui abrite sûrement les futurs cinéastes français… et c’est après avoir été émerveillés par la façade de l’école que nous sommes entrés dans une des salles de projection de l’institut afin que le directeur nous accueille par un discours sur la Femis et le prix Jean Renoir. S’en est suivie la rencontre avec les représentants des huit films proposés par le prix Jean Renoir où chaque établissement a pu poser ses questions à propos de chacun des films. Nous avons particulièrement apprécié l’humour de Thomas Cailley, l’émotion de Marianne Tardieu et les propos étonnants de Ioanis Nuguet (« ne prenez pas de LSD, allez au cinéma! »). Nous retiendrons un agréable souvenir de ce moment de dialogue entre lycéens et professionnels du cinéma. Une fois que chaque question eut trouvé sa réponse, une première séance de débat entre jurys eut lieu, ce qui nous mena à échanger nos divers points de vue et à présenter la sélection de films de nos classe. Ce fut un premier échange enrichissant, car nous avons pu partager les avis de nos classes sur les différents films. Après avoir dîné dans le XVIIIe arrondissement de Paris, nous sommes revenus à la Femis pour assister à une diffusion de travaux d’élèves de l’école. Nous avons été agréablement surpris par la qualité des courts-métrages diffusés. Le lendemain matin, la dernière séance de délibération dans les jury eut lieu. Après de longs débats, les jury proposèrent chacun un classement de trois films et élurent deux délégués par jury pour sélectionner le lauréat de cette année… Nous sommes ensuite allés déjeuner au collège ­ lycée Jacques Decour (qui est magnifique). Et c’est avec un grand plaisir que nous avons assisté à la cérémonie de remise du prix Jean Renoir, où, après des discours des partenaires du prix (un peu longs), le film Une belle fin s’est vu récompensé d’un trophée fabriqué par l’un des établissements participant au prix Jean Renoir. Puis nous avons assistés au cocktail de clôture. Finalement, c’est un peu fatigués mais heureux que nous avons empruntés les rues de Paris pour aller admirer l’opéra Garnier ainsi que le boulevard Haussmann avant de rejoindre la gare Saint ­ Lazare pour retrouver Caen, puis notre lycée le lendemain. Tel fut le point final du Prix Renoir mené tout le long de l’année, et tout le long de notre séjour à Paris, nous étions fier de notre classe qui a participé à ce projet. A présent nous tenons à remercier nos professeurs qui nous ont encadrés pendant l’année, les organisateurs du Prix Jean Renoir ainsi que la Femis pour nous avoir accueillis.
    Laure M. & Elie P. délégués de la seconde 6 du lycée Allende, Mai 2015

  90.   2978   - Mme Lot Marie-Christine 30 mai 2015 à 17 h 34 min 90

    Pourquoi j’ai participé à l’émission de radio ? J’ai participé pour dépasser ma timidité et découvrir la radio avec des professionnels. Et aussi pour faire quelque chose qu’on ne fait pas tous les jours. J’en ai retiré des choses positives comme travailler en équipe, parler normalement (même si c’est compliqué quand on a tout préparé à l’écrit) discuter avec les animateurs qui n’avaient pas le même point de vue que nous.
    Audrey L, Lycée Allende, Hérouville

  91.   2977   - Mme Lot Marie-Christine 30 mai 2015 à 17 h 33 min 91

    Pourquoi j’ai participé à l’émission de radio ? Je voulais vraiment vivre cette expérience qui se présente rarement à nous. J’en garde un très bon souvenir. C’était la première fois que je parlais à la radio et l’ambiance était détendue. J’y ai fait une critique du film Vincent n’a pas d’écailles, ce n’est pas mon film préféré – je voterai plutôt pour Timbuktu – mais ce qui est sûr, c’est qu’on a affaire à un film unique, et finalement un genre revisité « à la française » qu’on a rarement l’habitude de voir.
    J’étais impatiente de participer à ce Prix en début d’année car j’aime beaucoup le cinéma. Je n’ai pas été déçue.
    Séléna, Lycée Allende, Hérouville

  92.   2976   - Mme Lot Marie-Christine 30 mai 2015 à 14 h 20 min 92

    J’ai beaucoup aimé faire le projet du Prix Renoir car les films étaient tous différents, mais j’aurais aimé avoir plus de films avec des faits réels comme par exemple un film dans un lycée comme Les Héritiers. J’ai bien aimé le travail par groupe mais j’aurai aimé qu’on écrive une critique pour la classe entière.
    Faustine, Lycée Allende Hérouville

  93.   2975   - Mme Lot Marie-Christine 30 mai 2015 à 14 h 17 min 93

    Le Prix Renoir a été une expérience positive. le film Timbuktu m’a fait comprendre que les maliens ne sont pas si différents de nous. Globalement, les films ont changé ma manière de regarder un film. Les choix étaient intéressants et j’ai découvert des films que je n’aurai jamais vus. j’ai particulièrement apprécié ces séances: elles étaient plus cools, on parlait entre élèves et les professeurs étaient plus gentils, plus à l’écoute!
    Clément, Lycée Allende, Hérouville

  94.   2974   - Mme Lot Marie-Christine 30 mai 2015 à 14 h 11 min 94

    J’ai trouvé le Prix Renoir vraiment très bien et très intéressant. C’est une expérience à refaire! Ce projet m’a appris à ne pas juger un film sur son genre mais à regarder plus attentivement, plus en détail. J’ai aussi appris à essayer de comprendre son but et sa morale. Mon regard sur les autres a changé: je vois différemment les Roms grâce au film Spartacus et Cassandra et je comprends mieux la solitude grâce à Une belle fin.
    Albane, Lycée Allende Hérouville

  95.   2973   - Mme Kopp Pascale 29 mai 2015 à 21 h 39 min 95

    En 8 mois nos élèves ont vu une sélection de films d’une grande qualité et diversité. La classe de T. L du lycée Freppel n’était pas, au départ composée de personnes tournées absolument, et déjà attirées vers le cinéma. Cependant, en instaurant le rituel d’une séance d’échanges, et de partage des impressions, très vite après chaque projection, la classe a pris l’habitude d’un échange posé, réfléchi, et les informations échangées ont paru de plus en plus – à chaque élève – être un appui pour nourrir et même donner des mots, à leur propre sentiment. Comme le dit M. Merleau Ponty dans un passage célèbre du livre « La phénoménologie de la perception », le dialogue est toujours « un être à deux » ou un être à plusieurs. A savoir, que en respectant la parole des autres, chaque participant peut voir que la pensée exprimée par l’autre, suscite alors mes propres pensées, ou les anticipe. Je crois aussi que les élèves, en s’exprimant sur les films, ont pu apparaître devant les autres comme individu non pas anonyme, mais qui porte en fait, des préoccupations précises. Et je crois que le partage sur les films a rapproché les élèves de ma classe peu à peu. Du moins, bien sûr, ceux qui ont pris le risque de livrer de vraies réflexions, et de vraies formulations des impressions ressenties. Ceux qui ont pris des risques en s’engageant dans une interprétation du sens des films.
    Pour ce qui concerne un film comme Lilting, les enjeux sont entre autres proches des questions de communication, et de langage. Faire sentir aux élèves que les questions philosophiques sont présentes dans beaucoup de situations de scénario, c’est rapprocher les élèves de la philosophie. Et de toute façon, il est certain que la philosophie aide à la compréhension d’un film. Et de tous les films, sans exception.
    Une autre des conséquences de la participation au Prix J. R. c’est d’avoir fait connaître à 24 élèves l’existence de la famille cinéphilique. Le cinéma n’est pas qu’un loisir. Il soude une partie de l’humanité, à cause de cet attachement au cinéma, et au vrai cinéma vivant, celui qui prend des risques. Et celui qui opère le portait de l’humanité, celui qui décrit et aide à penser les hommes comme ils sont, comme ils se représentent être aussi. Ou comme ils aspirent à être.
    En ce qui concerne le contenu des films, la sélection 2014/2015 a permis aux élèves de découvrir un cinéma de la délicatesse, et qui opère par suggestion et par ellipse. Et non pas un cinéma qui privilégie un style explicite, pour jouer notamment sur l’outrance, ou la surenchère visuelle, ou la dérive vers le baroque. Plusieurs films (Lilting,une belle fin, « Qui vive » … ) font appel à l’interprétation active du spectateur. Et la tranche des spectateurs de lycée est celle du début de la compréhension du sens suggestif des images et des récits en images. C’est-à-dire la créativité du montage. Et plusieurs élèves ont su voir ( et peut être ont appris à en voir la fréquence) la richesse, la puissance de l’ellipse et du montage.
    Donc, grâce à des films qui donnaient toute leur primeur à l’image et au montage, les élèves ont débuté leur culture cinématographique. Tout en constatant que le P.J.R.L. donnait de l’importance à leur sensibilité, leur réception, et à leur avis. Patrice CLAVIER Professeur des TL. LYCEE D’OBERNAI (STRASBOURG)

  96.   2928   - Lycée La Fourragere 26 mai 2015 à 1 h 28 min 96

    J’ai beaucoup apprécié le prix « Jean Renoir » 2015, car il m’a donné l’opportunité de découvrir de nouveaux films, de les comparer, et de les critiquer. Même s’il y avait des films que je n’ai pas aimés, cela m’a permis de donner mon point de vue et d’en tirer un conclusion. Certains films m’ont appris des choses et m’ont fait réfléchir sur des jugements que je pouvais avoir.
    Marine Aubry-Bunel 2.5

  97.   2899   - M. Marsella Fabien 25 mai 2015 à 12 h 27 min 97

    Le prix Renoir est intéressant pour des élèves comme nous sous plusieurs aspects. Il permet d’acquérir une culture cinématographique plus variée en dehors des films communs et très balisés de la « grande distribution ». La rigueur que demande l’écriture de critiques permet d’aiguiser le sens de l’observation mais aussi le ressenti émotionnel. L’ambiance de ces films permet une réelle réflexion poussée par l’obligation de l’écriture. Il est dommage que le concours ne mette pas en place un système où des cinémas précis répondraient à un calendrier annuel et des horaires précis pour diffuser les films en question. Il serait ainsi plus simple pour les élèves de prévoir les séances à l’avance et éviter de ne pas y assister. Ma participation à ce concours à été compliquée dans un premier temps car construire une critique est complexe et nous avons tendance à nous demander ce que nous devons écrire. Au final, l’habitude aidant, il m’a été de plus en plus facile de discerner les axes possibles pour mes critiques mais aussi de voir les techniques, les choix de montage et les astuces scénaristiques.
    Les films m’ayant le plus touchée, dans l’ordre croissant de préférence, seraient Lilting, Timbuktu et mon favori serait Vincent n’a pas d’écailles.
    Lilting m’a interpelée par son approche sensible de l’homosexualité et de la mémoire : le film montre en effet la faillibilité de l’humain, de cette mémoire qui flanche au fil des minutes, au fil de cette courte vie. Junn est montrée dans cette maison de retraite anglaise où elle est placée. Essayant tant bien que mal de se souvenir, de manière hachée presque mécanique, de ses souvenirs si volatiles. Comme dans une pièce de théâtre, tout est rejoué encore et encore, les gestes détachés peu naturels montrant à quel point elle réfléchit au détail. Et ce même dialogue inlassable repris avec l’absent montre avec désespoir le regret qui la mord. Ce n’est après tout qu’une vieille femme qui essaie de retenir du bout des doigts l’image de son fils, sa seule famille qui s’est évanouie en un tas de cendres.
    Timbuktu est sûrement le film le plus violent de la sélection. J’ai relevé que l’on condamnait vite la violence du film en disant « mais on le sait pas besoin de mettre tant de violences, on le voit aux informations tous les jours». Oui. Et tous les jours, devant la télé, on mange nos pâtes avec nos hamburgers en écoutant que la faim tue des nouveaux nés dans le monde, qu’un couple a cruellement été lapidé, que des centaines de personnes sont tuées par une guerre qui ne se base que sur une pensée, une croyance, un songe ! Depuis d’innombrables années, cette violence s’étale sans retenue dans les médias… quand ceux-ci ne parlent pas d’une personnalité débile de téléréalité, de ragots politiques ou d’autres futilités. Une telle culture de la désinformation, vraiment affligeante, rend d’autant plus nécessaire ce film qui s’efforce de pointer du doigt et de nous faire comprendre ce qui dérange avec un regard sans complaisance.

    Vincent n’a pas d’écailles est pour moi une superbe réécriture d’un héros qui évolue dans une vie réelle, un héros faillible avec des doutes mais aussi mis à l’écart de la société à cause de sa différence. Ce film était le seul de tous ceux du prix Renoir à jouer avec les effets spéciaux. L’effet comique de situation est d’ailleurs le plus attirant et le plus parlant pour le public de tout âge. C’est le premier film qui me vient quand je cherche dans ma mémoire un film drôle du prix Renoir. On reproche à ce film son début long et silencieux. Ce choix est pour moi un choix justifié et stratégique qui vise à ce que le spectateur ressente les émotions de ce héros très humain constamment forcé de se mettre à l’écart. Le paysage est beau et plonge dans une ambiance sereine et relaxante comme un air de vacances entre les grands lacs et les forêts à perte de vue. Je suis sensible à cela car aujourd’hui nous nous enfermons dans nos villes jusqu’à craindre parfois l’isolement brutal que procure la campagne. C’est pourtant idéal pour Vincent car cela lui permet de se libérer et de vivre pleinement : ses petits moments de liberté peuvent nous rappeler à nous nos moments de décompression, nous permettant de nous identifier à ce personnage sensible et fort à la fois.

    Bérénice Bayle, Lycée Lacassagne, PS5.

  98.   2849   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 16 h 05 min 98

    J’ai trouvé que Mme Pierron avait bien fait de nous inscrire à ce prix, puisque cela m’a permis de découvrir de nombreux films de différents genres que je n’ai pas l’habitude de voir, bien qu’il y en ait que je n’ai pas trop aimé, comme Le Sel de la Terre, un documentaire, ce qui ne correspond pas au genre de film que je regarde. J’ai beaucoup plus apprécié Les Combattants, un film d’aventure, comique. Mais, cela m’a également permis de pouvoir écrire des critiques, ce qui m’a entrainée à rédiger. Pour tous les films, nous avons eu la visite de Morgan Pokée, critique cinématographique, ce qui nous a beaucoup aidés pour nos critiques. De plus, ceci m’a permis de découvrir un aspect du monde professionnel du cinéma, le métier de critique. A la fin de chaque film, il nous expliquait comment celui-ci avait été tourné, ce qui m’a également permis d’en savoir davantage sur les coulisses d’un film. Et je me suis rendu compte qu’il fallait penser à beaucoup de choses.

    Camille U.

  99.   2848   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 14 h 49 min 99

    Le prix Jean Renoir m’a permis de découvrir des films que je n’aurais certainement pas été voir. Grâce à ce prix j’ai pu apprendre à réaliser des critiques de cinéma avec l’aide de Morgan Pokée. Cela m’a permis d’avoir un nouveau regard, plus technique sur les films que j’apprécie ou non.
    Pauline.

  100.   2847   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 14 h 39 min 100

    Le Prix Jean Renoir a été pour moi l’occasion de participer à une belle expérience. Ces huit films que je suis allée voir ont été de véritables découvertes puisqu’ils ne correspondent pas aux genres de films que j’ai l’habitude de regarder. Néanmoins, ils m’ont beaucoup plus, certains m’ont touchés, d’autres m’ont fait rire… La rencontre avec Morgan Pokée, un journaliste et critique, m’a appris beaucoup de choses, notamment, à voir ces huit films sous un nouvel angle.
    Le Prix Jean Renoir m’a beaucoup plu ; si j’avais l’occasion d’y participer à nouveau, je le ferais avec grand plaisir.

    Charlène

  101.   2846   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 14 h 34 min 101

    J’ai appréciée participer au prix Jean Renoir car celui-ci m’a fait découvrir des films de différents genres que je n’aurais sans doute pas eu envie d’aller voir aux premiers abords. Il m’a aussi permis d’apprendre à rédiger des critiques de cinéma avec l’aide de Morgan Pokée tout en ayant un point de vue constructif.
    Cathy.

  102.   2832   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 13 h 24 min 102

    J’ai bien aimé participer au prix Jean Renoir car j’ai eu l’occasion de pouvoir voir des films que je ne serais jamais allée voir autrement. Lorsque je regardais les synopsis, cela ne m’intéressait pas forcément or je suis allée les voir et j’ai pu être surprise. Certains films ne m’ont pas du tout plu, car soit ce n’était pas un sujet qui m’intéressait soit l’histoire n’était pas très captivante. Le film que j’ai préféré a été les combattants car c’est le genre de film que j’aime bien voir et l’histoire était intéressante. Le film que j’ai moins aimé était le Sel de la Terre car tout d’abord ce n’était pas un film mais un documentaire, puis je ne l’ai pas trouvé captivant. Ce prix m’a également permis de m’améliorer dans les écritures d’invention, car nous n’avions qu’une petite aide pour les critiques, c’est-à-dire que nous devions les faire seuls. Nous n’en n’avions jamais faites avant, et cela nous a permis de découvrir une autre façon de voir les films, donc à travers la critique qu’elle soit négative ou positive. Pour faire une critique, je procèdais en deux temps, tout d’abord en faisant le résumé du film, en développant davantage que dans le synopsis, et ensuite en parlant de mes impressions, de mon point de vue, des émotions ressenties… Le fait qu’un professionnel (Morgan Pokée, critique cinématographique) nous donne son point de vue sur chaque film, qu’il nous en parle avant et après chaque séance, nous a sans doute aidés à faire notre critique et également à connaître les impressions d’un professionnel qui a l’habitude de faire cela au quotidien. Grâce au prix Jean Renoir, j’ai pu voir des films d’une grande diversité allant de la comédie au drame en passant par le documentaire, et des films de différentes origines. Les films parfois étaient sous-titrés ce qui n’étaient pas forcément pratique pour bien suivre le film, car tout le monde n’est pas habitué à suivre des films avec des sous-titres.
    Camille S.

  103.   2830   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 13 h 11 min 103

    Le prix Jean Renoir a été une très bonne expérience. En effet, il m’a permis de découvrir de nombreux films, tous différents les uns des autres. Sans ce concours, je pense que certains d’entre nous n’auraient pas eu l’idée d’aller les visionner.
    Cette expérience m’a appris à ne pas juger un film en visualisant uniquement sa bande annonce. J’ai également apprécié la présence du critique, Morgan Pokée, qui nous a aidé à approfondir notre travail dans ce concours qui nous tient très à coeur.

    Noémie 1ère ES

  104.   2829   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 13 h 07 min 104

    Le prix Jean-Renoir m’a permis de voir des films que je n’aurais jamais pu connaître. Certains m’ont paru intéressants à visionner et d’autres plus ennuyeux. Les longs métrages que l’on a découverts étaient en effet de genres très divers. Le film qui m’a le plus marqué est le « Sel de la Terre » car j’aime les photographies et celui-ci m’a permis de voir le travail mouvementé d’un photographe, Sebastião Salgado.
    Marie.

  105.   2828   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 13 h 01 min 105

    Le prix Jean Renoir a été pour ma part une expérience très enrichissante aussi bien intellectuellement qu’humainement. L’expérience m’a, en premier lieu, permis de découvrir des films issus de l’actualité que je n’aurais jamais été voir de mon plein gré. Pour anecdote, j’étais plutôt heureux de voir évoqués à la télévision les films que j’avais visionnés nominés aux césars.
    Humainement, le prix nous a permis de rencontrer des professionnels du cinéma (le critique et les intervenants du cinéma). Ces personnes nous ont aiguillés sur les qualités, les caractéristiques propres au cinéma. J’ai donc découvert un autre art que je ne vois plus comme avant.
    Orhan.

  106.   2827   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 12 h 39 min 106

    Je pense que le Prix Jean Renoir a beaucoup plu à la classe en général. Nous sommes donc allés voir 8 films tous très différents et nous avons produit une critique sur chacun d’eux. Ce prix requiert une assez bonne ouverture d’esprit car les critiques sont à rédiger de manière neutre. Nous avons été guidés par un critique, Morgan Pokée, qui nous a beaucoup aidés dans notre travail d’écriture. Personnellement, j’ai énormément apprécié cette activité cinématographique car cela nous permet à nous élèves, de prendre part à cet art et cette industrie qu’est le cinéma. En effet, deux élèves de chaque classe participantes sont invités à Paris afin d’élire le meilleur film qui reçoit le Prix Jean Renoir des lycéens. Même si un travail supplémentaire est demandé pour la rédaction des critiques, je ne regrette pas l’investissement que j’ai fourni.

    Nolwenn.

  107.   2811   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 12 h 23 min 107

    Le prix Jean Renoir a été dans l’ensemble plutôt bénéfique me concernant. Il m’a permis de m’ouvrir au monde du cinéma et non pas de me focaliser uniquement sur le cinéma américain. Le fait d’être contrainte de regarder des films de styles tous différents les uns des autres m’a donc ouvert l’esprit quant aux différentes manières de réaliser un film et de faire passer un message. J’ai beaucoup aimé certains films, en particulier, « Vincent n’a pas d’écailles », « Lilting » ou encore « Qui vive ». Ces films m’ont touchée notamment « Qui vive » car cela dénonce une situation qui pourrait me concerner. En revanche, les points négatifs de ce prix sont selon moi, l’écriture de critiques qui, à force devenait lassante, surtout lorsque je n’étais pas inspirée.
    Globalement, je conserve un très bon souvenir de cette expérience car les échanges avec le critique, Morgan Pokée, étaient très intéressants, et cela m’a permis d’avoir une vision de ces films plus approfondie, plus mûre et plus construite. Le fait de participer à ce prix nous a permis à tous, de nous investir et de prendre une place, certes minime, dans le monde du cinéma.

    RONCIN Maëlle 1ère L

  108.   2806   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 12 h 20 min 108

    J’ai trouvé le Prix Jean-Renoir particulièrement intéressant du fait qu’il présente une diversité de genres cinématographiques. Je pense que cette diversité a pu permettre à beaucoup de mes camarades de découvrir d’autres univers sortant des films classiques américains que les jeunes ont l’habitude de regarder. Beaucoup ont été surpris par la lenteur, la dureté ou bien le réalisme de certains des films que nous avons visionnés comme « Timbuktu » ou « Vincent n’a pas d’écailles ». Pour ma part, ces films ne m’ont pas prise au dépourvu parce que j’avais déjà vu de nombreux long-métrages du même style. Je trouve que cette activité scolaire est très intéressante, elle permet de découvrir la culture cinématographique sous différents angles ou même de la découvrir tout simplement. C’est une ouverture culturelle.
    Juliette.

  109.   2804   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 12 h 19 min 109

    Je ne connaissais pas l’existence du prix Jean Renoir avant notre participation. C’était une très belle découverte. J’aime beaucoup le cinéma, c’était donc été un plaisir d’assister aux 8 projections. Ce sont, par ailleurs des films que je n’aurais sans doute pas visionnés car ils ne m’attiraient pas énormément. Ces films étaient très différents les uns des autres. Cela a permis d’élargir ma culture cinématographique.
    Le critique de cinéma, Morgan Pokée, nous a beaucoup aidé à réfléchir sur les films et a organisé nos idées. Nous avons partagé avec lui nos nombreuses impressions après chaque film. Cela m’a beaucoup plu car je n’étais pas habituée à analyser les films que je regardais.
    Audrey

  110.   2788   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 12 h 08 min 110

    Notre classe de 1Es/L a eu le plaisir de participer au Prix Jean Renoir. Nous avons pu voir huit films au cours de l’année. Ces films étaient tous différents les uns des autres et chacun à éprouvé pour ces films des émotions différentes. Après chaque séance, des débats intéressants avaient lieu où chacun donnait son avis et ses impressions ce qui permettait ensuite de nous lancer dans l’écriture de la critique. Ce prix nous a sans doute permis d’aller voir des films que nous ne serions pas allés voir de nous-mêmes. Je ne regrette absolument pas cette expérience, elle a permis d’opposer des points de vue totalement différents et de nous entrainer pour l’écriture d’invention pour le bac. De plus, j’ai aussi compris que le cinéma n’était pas qu’un jeu d’acteur, que la musique, les paysages, le cadrage de la caméra étaient tout aussi importants. De plus, j’ai à présent un esprit beaucoup plus critique grâce à la variété des films visionnés. Chaque film à sa manière nous a fait voyager et rêver.

    Louise

  111.   2785   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 11 h 51 min 111

    Au cours de cette année, nous avons participé au prix Jean Renoir, qui nous a permis de visionner huit films que nous n’aurions pas forcément été voir de nous-mêmes. Grâce à ce projet, j’ai pu découvrir d’autres styles de films que je n’ai l’habitude de voir.
    Ça a été un projet très enrichissant, car nous avons pu échanger à la fin de chaque séance nos avis sur la façon dont les films ont été tournés, les mises en scènes, les émotions et les caractères des différents acteurs, etc… Ces échanges nous ont permis de construire des critiques sur chacun des films et développer nos opinions.
    Elodie.

  112.   2784   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 11 h 49 min 112

    Le prix Jean Renoir a été très enrichissant et m’a permis de découvrir et de mieux appréhender le monde du cinéma et de la critique. J’ai apprécié le travail fait à la suite et des films ainsi que les échanges avec Morgan Pokée. Ces films sont des films que je ne serais probablement pas allés visionner sans ce prix et j’en ai vraiment apprécié quelques uns.
    Cela m’a permis de mieux percevoir la conception et la réalisation des films tout en découvrant les particularités et l’originalité de chaque film.
    J’ai vraiment été surpris lors du visionnage du film «le Sel de la Terre », car je n’aurais probablement pas été le voir en dehors du cadre du prix Jean Renoir, mais je l’ai vraiment apprécié même si c’était un film un peu particulier.
    Arnaud

  113.   2783   - Mme Pierron Isabelle 21 mai 2015 à 11 h 49 min 113

    Le prix Jean Renoir a été très enrichissant et m’a permis de découvrir et de mieux appréhender le monde du cinéma et de la critique. J’ai apprécié le travail fait à la suite et des films ainsi que les échanges avec Morgan Pokée. Ces films sont des films que je ne serais probablement pas allés visionner sans ce prix et j’en ai vraiment apprécié quelques uns.
    Cela m’a permis de mieux percevoir la conception et la réalisation des films tout en découvrant les particularités et l’originalité de chaque film.
    J’ai vraiment été surpris lors du visionnage du film «le Sel de la Terre », car je n’aurais probablement pas été le voir en dehors du cadre du prix Jean Renoir, mais je l’ai vraiment apprécié même si c’était un film un peu particulier.

  114.   2623   - Mme Frot Ivane 9 mai 2015 à 7 h 01 min 114

    Bilan de fin d’année du projet du Prix Renoir.
    Notre classe a participé au Prix Renoir avec enthousiasme. Nous avons été heureux d’apprendre que nous allions voir 8 films lors notre seconde.
    Tous ces films ont eu un impact sur notre apprentissage. Ils nous ont permis de mieux comprendre certains styles, certaines façons de voir le monde et les actualités aujourd’hui.
    Nous avons eu des émotions différentes en fonction du film et de la personne.
    L’ambiance de la classe fut assez bonne grâce au Prix Renoir. Nous avons pu faire des débats intéressants et amusants.
    Pour exposer notre travail au CDI de notre lycée et au cinéma Jaques Tati nous avons fait une sorte de panneau en collant sur des papiers de couleurs différentes des mélanges de nos critiques, articles et présentations, en les accompagnant d’images. Ces mélanges ont été bien réalisés. Cela rendait beaucoup mieux de le faire que de sélectionner seulement le travail d’une personne. Nous étions plus unis.
    Bien sûr il y a des films qui nous ont déçus, cela s’est fait ressentir.
    Au tout début nous avons vu les Combattants. Puis Lilting, Le sel de la terre, Timbuktu, Qui vive, Spartacus et Cassandra, Vincent n’a pas d’écaille et enfin Une belle fin.
    Ce qui était intéressent fut le fait de confronter les différents points de vues de la classe sur les films et les avis partagés. On a donc procédé à des votes pour choisir le film. D’abord le premier vote était entre les Combattants, Lilting et Le sel de la terre. C’est les Combattants qui remporta ce vote. Puis entre Timbuktu et les Combattants, c’est Timbuktu.
    Autrement le prix Renoir a permis de découvrir d’une part des films qu’on ne serait pas allé voir par nous-même puis en second temps, on a appris quelques techniques cinématographiques et des méthodes d’analyse filmique, ce qui je pense nous permet maintenant quand nous irons voir un film, d’avoir une nouvelle vision et un regard plus précis sur les enjeux du film.

    Amélie MATTON & Thomas GUILLAUME, 214, Lycée Aristide Briand

  115.   2591   - M. Marsella Fabien 2 mai 2015 à 19 h 40 min 115

    Le prix Jean Renoir des lycées nous a permis à tous de découvrir les nouveaux films de l’année 2014/2015 en avant-première, d’approfondir notre culture cinématographique, d’éveiller notre esprit critique sur un film que l’on a apprécié ou non. Nous avons également pu découvrir le cinéma le Zola qui était pour la plupart d’entre nous inconnu. Le prix a également été utile pour mettre en compétition des films de genres différents et de voir lequel de ces genres attirait le plus les jeunes.

    Je remettrais personnellement le Prix Renoir au film « Qui vive » réalisé par Marianne Tardieu : acteurs exceptionnels, scénario bien ficelé, évocation de problèmes d’actualité et un regard très intéressant sur les banlieues.

    Alexandre TELOUK, Lycée Lacassagne, PS5, Lyon.

  116.   2576   - M. Marsella Fabien 26 avril 2015 à 0 h 56 min 116

    Le prix Jean Renoir 2015 m’a personnellement permis de véritables découvertes cinématographiques toutes estimables et intéressantes. On a, grâce au prix, une vraie proximité avec les réalisateurs. Chaque avis, chaque remarque face aux 8 films présentés est pris en compte et recensé sur le site, à partir duquel n’importe qui souhaitant se documenter peut lire nos textes. La démarche est bien réalisée et je trouve l’idée géniale.

    Julien Bacciocchi, Lycée Lacassagne, PS5, Lyon.

  117.   2575   - M. Marsella Fabien 26 avril 2015 à 0 h 55 min 117

    Le prix Jean Renoir nous a permis, à nous jeunes lycéens, de découvrir divers films très différents les uns des autres. Ce sont des films qui n’intéresseraient pas forcément un public de notre âge à l’origine, ou du moins que nous n’irions pas forcément voir de nous-mêmes, mais nous avons pu découvrir d’autres styles de films que ceux que l’on a l’habitude de voir. Nous avons pu découvrir des films de tous genres, du documentaire (Le Sel de la terre) au film fantastique (Vincent n’a pas d’écailles, Lilting). Des films qui ont été tournés aux quatre coins de la planète, et qui ont tous su se distinguer des uns des autres. Les huit films ont été, je pense, bien choisis pour participer au Prix Jean Renoir.

    Gwenaëlle Bousset, Lycée Lacassagne PS5, Lyon.

  118.   2574   - M. Marsella Fabien 26 avril 2015 à 0 h 55 min 118

    Le prix Renoir nous a proposé un panel de films originaux  que l’on n’aurait peut-être pas eu la curiosité de regarder sur notre temps libre. Différents des blockbusters assez répétitifs, les huit films nous ont tous apporté une nouvelle chose, une nouvelle vision. Il nous a également permis de visionner des films engagés très marquants comme Timbuktu et Spartacus et Cassandra ou encore des films étranges et étrangers comme Une belle fin. Le concours permet de se divertir tout en se cultivant. Produire des critiques nous a permis de porter une réflexion construite sur chacun des films.
    Le prix Renoir est un projet très enrichissant et plaisant car il nous a donné le privilège de visionner huit films gratuitement et de partager nos avis et nos réflexions vis-à-vis des films.
    Nous décernerions le prix Renoir au film d’Abderrahmane Sissako Timbuktu. Un film engagé ancré l’actualité. En effet, il traite d’un sujet sensible mais l’aborde de façon nuancée: l’islam. Le réalisateur veille bien à exposer aux spectateurs les multiples branches de cette religion. Grâce à Timbuktu, nous ne pouvons faire l’amalgame entre musulmans, islamistes et djihadistes. De nos jours, à l’heure où le monde est terrorisé par ces extrémistes islamistes, il est important de montrer aux populations que tous les musulmans ne sont pas des terroristes. Ce film est une œuvre réfléchie et de courage en réaction à l’occupation de la ville de Timbuktu par les djihadistes en 2012. Le film regorge d’intelligence, d’esprit, de beauté et d’humour parfois. Mais ce qui a été le plus intelligent de la part du réalisateur a été de ne pas diaboliser les membres de la police islamique mais de tout simplement les remettre à leur place d’homme ; ils sont alors montrés comme hypocrites et grotesques en ne respectant pas les règles de l’Islam. Ce film mérite le Prix Renoir car il présente un scénario original dépourvu de manichéisme, offre des images époustouflantes. Sensible et intelligent, le réalisateur cherche avant tout à rendre compte de la souffrance du peuple malien.

    Aissatou Diaby et Chirine Dorghame, Lycée Lacassagne, PS5, Lyon.

  119.   2520   - Lycée Marcel Gambier 10 avril 2015 à 21 h 34 min 119

    Nous sommes 34 élèves en classe de seconde au lycée Marcel Gambier de Lisieux. Quand nous avons appris que nous allions participer à ce projet nous étions tous contents et pressés d’aller voir les films. Pour le moment nous avons été voir 6 films les Combattants, Le Sel de la Terre, Lilting, Qui vive, Timbuktu, Spartacus et Cassandra. Dans la classe tous les avis sont mitigés, mais Les Combattants est en avantage. Après chaque séance nous nous réunissons tous afin de discuter du film, de nos avis, des moments d’incompréhension, de la façon dont le film a été tourné, de la mise en scène. Sur nos heures d’accompagnement personnalisé et s’il le fallait sur nos temps libres, nous réalisons les critiques des films. Nous avons réalisé des critiques de plusieurs formes : critique écrite seul ou à plusieurs. Critique en débat radio généralement à quatre, où des élèves ayant un avis différent expriment leurs points de vues et le défendent. Des portraits chinois, où nous comparons le film à des choses (couleurs, paysage, animaux,…). Des autoportraits, des lettres, des affiches et pour finir certains ont réalisé des cartes postales sonores ce qui consiste à enregistrer des bruits en rapport avec le film et en faire un montage puis donner son avis. En classe nous avons appris plusieurs choses sur le monde du cinéma, comme les différents plans (plan rapproché, plan américain, gros plan…), les techniques de tournages (séquences) et les façons de tenir une caméra pour filmer (à l’épaule, fixe, mobile,…). Nous avons étudié un film De battre mon cœur s’est arrêté que l’on a analysé tous ensemble sur nos heures de français afin de mieux comprendre comment le réalisateur a tourné son film. Ce projet nous a permis de découvrir de nouveaux genres de films (documentaires, film avec des langues étrangères sous-titrés en français) que l’on ne pensait pas apprécier et nous a permis de développer nos capacités à exprimer nos opinions.

  120.   2226   - Montpellier_2 24 février 2015 à 20 h 35 min 120

    En octobre, pour le lancement du Prix, nous avons rencontré Ismaël, un ancien élève du lycée et qui a participé au prix Jean Renoir. Il nous a parlé de son expérience en tant que simple spectateur et en tant que délégué à Paris. Puis, nous avons regardé le film Rêves d’or puisque c’est le film qui a été récompensé par les lycéens en 2013-14.
    Ce film nous a plu. Nous l’avons trouvé réaliste : nous avions l’impression de vivre l’aventure des adolescents, la caméra semblait embarquée comme un migrant. Et nous avons trouvé sa fin terrible : au lieu du rêve des migrants, le film montre que la réalité leur donne soit la mort, soit la misère dans des usines. Le personnage principal finit enfermé, au froid, alors que nous l’avons vu se déplacer dans la nature. La réalité, c’est la prison dans les pays riches.
    Ismaël nous a parlé de son expérience : il avait l’air très heureux de l’avoir faite. Voir huit films récents l’a beaucoup intéressé, surtout que ce n’était pas des films d’action comme ceux qu’il aime. A Paris, il nous a raconté combien au début c’était difficile pour lui, par timidité. Et combien il a aimé partager ses idées et combattre pour les films qu’il aimait. Il est aujourd’hui en BTS, et le souvenir du prix Jean Renoir l’aide encore.

  121.   1931   - Lille_2 22 décembre 2014 à 19 h 29 min 121

    L’économie du cinéma de A à Z….
    Le lundi 15 décembre 2014, les élèves de Terminale L du Lycée Vauban d’Aire sur la lys ont pu, dans le cadre de l’accompagnement personnalisé consacré au Prix Renoir des Lycéens, bénéficier d’une présentation des rouages économiques du cinéma français. En effet, Charles Hembert, de la société d’éditions de DVD et Blu-ray « Blaq out » et chargé de cours à l’ESEC de Paris (École supérieure d’études cinématographiques) est venu répondre aux questions préparées par les élèves. Ils se sont intéressés à tous les aspects qui concernent la production (Sur le budget d’un film, comment se répartissent les différents postes ?), la diffusion (Qu’est-ce qui détermine le nombre de copies d’un film et leur circulation ?). Sensibles à la question des supports, les élèves se sont inquiétés du piratage des films français, avant que Charles Hembert n’élargisse le propos en évoquant la part importante des types multiples de VOD qui allongent la durée de vie du film et sa rentabilité. Charles Hembert a ensuite doublé cet apport économique de considérations plus artistiques, faisant valoir son expérience d’animateur et de chroniqueur cinéma sur RSP, la Radio de Sciences Po Paris, en insistant sur la chance qu’avaient les élèves d’être confrontés à une sélection exigeante et de qualité, qui comporte quelques-uns de ses coups de cœur de l’année.
    M. Zobel

  122.   1788   - ac-rouen 26 novembre 2014 à 13 h 52 min 122

    Quelques réactions des élèves de la classe de 1ère L du lycée Raymond Queneau, Yvetot, académie de Rouen.

    … Je m’appelle Zoé et je suis en première littéraire. Cette année, ma classe et moi-même avons eu la chance d’être sélectionnées pour participer au Prix Jean Renoir. L’annonce de cet évènement m’a remplie de joie. Je suis passionnée par le cinéma, je regarde beaucoup de films depuis que je suis toute petite, des classiques du cinéma comme des films d’auteur ou des succès du box-office car j’aime me faire un avis par moi-même. Certains m’ont marquée plus que d’autres.
    J’aime le cinéma parce que cela me permet de m’évader ou de réfléchir sur moi-même ou sur le monde qui m’entoure. Autant qu’un livre. Ce qui me touche également, c’est la beauté des images. Pour moi, un bon film, c’est un film qui reste dans mes pensées longtemps après l’avoir vu.

    …Je considère le cinéma comme étant un art révélateur d’émotions. Selon le réalisateur, un film peut être captivant à tel point que l’on s’identifie aux personnages. Certains films sont intéressants par rapport à la morale que l’on retient. Je trouve le travail d’un cinéaste fantastique. Tout y est, à la fois le cadre spatio-temporel, les prises de vue, ainsi que le choix des acteurs. J’aime beaucoup me rendre au cinéma rien que pour la qualité du son et l’image grandiose.

    Le cinéma signifie l’évasion. Il nous laisse la liberté de critiquer, de réfléchir, et de décrocher de la réalité. En regardant un film, on ne pense plus à ses problèmes..C’est pourquoi, quand on nous a annoncé que notre classe allait participer au Prix Jean Renoir, j’étais motivée et très heureuse car je sais que cette expérience sera exceptionnelle.

    …Depuis ma petite enfance, je regarde des films. Certains ont marqué mon esprit.

    … Le cinéma tient une place importante dans ma vie, voire même primordiale. Le cinéma n’est pas juste une histoire, c’est tout un art mis autour de chaque acteur qui s’approprie un personnage, des prises de vue, des décors.
    Le film que j’ai le plus regardé est Grease. Je connais chaque scène, chaque réplique, chaque mouvement par cœur. C’est sûrement gravé à jamais.

    … Je m’appelle Melda. J’ai 16 ans et pour moi, le cinéma représente pratiquement tout mon temps libre. Quand je peux, je regarde un film. Je vais aussi au cinéma. Le cinéma est un moyen de faire passer des messages.

    …J’adore le cinéma, ce n’est pas la même sensation que lorsque nous regardons un film à la télévision. Au cinéma, nous découvrons forcément le film et nous plongeons dans son histoire. Par exemple, dans un film d’horreur ou si une scène nous fait peur, nous ne pouvons pas nous cacher sous notre couverture. Nous faisons attention à chaque détail du film.

    …Le cinéma occupe une place importante dans ma vie même si je n’y vais qu’une ou deux fois par an. Je me rappelle vaguement L’étalon noir, sorti peut-être dans les années 2000. Ce film m’a beaucoup marquée même si je ne l’avais pas bien compris. J’avais peut-être un ou deux ans mais je me souviens des flammes et du bateau s’enfonçant dans les abysses.

    …Qu’est-ce que le cinéma ? Pour moi, c’est une ouverture d’esprit sur le monde. Il me permet de voir la façon d’agir ou de penser des autres, qu’ils soient d’un autre pays ou qu’ils habitent à côté de chez moi. Le cinéma me permet aussi de me vider l’esprit, de relâcher la pression que j’ai sur les épaules. De rire, de pleurer sans me soucier du regard des autres. Il me permet d’échanger avec les gens autour de moi, ma sœur pour les films tristes, ma mère pour les films qui demandent de la réflexion et mon père pour le fantastique. Quelque soit l’âge, il y en a pour tout le monde au cinéma.

    …La dernière fois que je suis allée au cinéma remonte à plusieurs années. Je pense pouvoir dire que je n’y vais presque jamais. Néanmoins, je regarde de nombreux films chez moi. Pour moi, c’est très important car cela me permet de m’évader de la réalité pendant quelques heure . J’aime décompresser après une bonne journée au lycée en regardant un film, seule, même s’il m’arrive d’en voir avec ma famille. J’aime parler de ces films avec des amis les ayant vus ou sur des blogs où ont été postés des commentaires et des avis et voir ce qu’ont pensé les autres. Mais même si j’aime partager ces avis, je n’aime pas regarder les films à plusieurs car je préfère les voir en silence, en pouvant comprendre par moi-même ce qui s’y passe.

    …Le cinéma occupe une très grande place dans ma vie, pour ainsi dire la moitié de mon temps. Je suis passionnée de cinéma d’auteur, d’acteurs et de séries. J’ai aimé beaucoup de films mais il y a un film que j’ai vu étant jeune et dont je me souviens toujours car il est très beau et à la fois très triste. C’est La vie est belle.

    Zoé, Juliette, Amélie, Aurélie, Constance, Sarah, Erine, Melda, Edouard et quelques autres élèves de 1ère L1 du lycée Raymond Queneau d’Yvetot

  123.   1717   - Montpellier_2 9 novembre 2014 à 15 h 26 min 123

    Nous sommes en classe de Bac Pro ASSP qui signifie accompagnement soins et services a la personnes cette filière consiste à s’occuper des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapés. Nous pouvons également travailler dans le milieu social. Nous sommes donc en lycée professionnel.

    Notre lycée se situe dans les haut cantons de l’Hérault plus précisément a St Pons de Thomières. C’est un village isolé, contenant quand même une salle de cinéma ! Ce lycée est réputé pour la filière mécanique moto ayant un label rare en France. Mais nous sommes-là, nous aussi.

    Quand nous avons su que nous allions participer au prix Jean Renoir, nous avons été très contentes mais cependant nous étions aussi inquiètes et stressées : comment trouver le temps d’apprendre à faire des critiques, et en écrire qui soient quand même intéressantes ?

    Malgré tout cela, nous sommes motivées et déterminées pour aller à Paris débattre, argumenter pour le film qui nous aura plus, et pour honorer notre lycée et nos enseignants qui consacrent des heures pour ce projet.

    Ce projet nous offre une ouverture d’esprit vers des films que nous ne serions pas allés voir de nous-même. Ces films sont parfois en noir et blanc, ou bien sous-titrés, ce qui n’est pas dans nos habitudes cinématographiques, ce sera sans doute de bonnes expériences surprenantes.
    Nous aimons aller au cinéma que ce soit en famille ou entre amis. Les films que nous allons voir habituellement sont de type romantique, science-fiction et humoristique. Avec le lycée, nous sommes aller voir un documentaire qui nous a touché et beaucoup plu, c’est pour cela que nous aimons participer à ces séances cinéma, car nous faisons de belles découvertes.

    Nous vous remercions d’avoir sélectionné à nouveau notre lycée cette année afin de participer au prix Jean Renoir.

Partenaires

CNC    Positif
 fédération nationale des cinémas français  logo_cemea_cmjn
Cahiers du Cinéma Logo Phosphore Canopé vert 2480x1104

Site adaptatif

Site adaptatif
Ce site est consultable avec votre mobile ou votre tablette.

Utilisez la même URL que celle affichée actuellement.

À DÉCOUVRIR

Ressources d'accompagnement des programmes de l'école et du collège
Ces ressources
premier et second degrés sont conçues et réalisées par des groupes d'experts en partenariat avec l'inspection générale de l'éducation nationale.

éduthèque

Le fil d'actualités


 Plan numérique pour l'éducation

Logo avec QR-Code

Un site d'information destiné aux familles, élus et équipes pédagogiques


Portail Prim'Abord
Prim à bord, le portail numérique
pour le premier degré
espace consacré au numérique, à destination de tous les enseignants du premier degré. Il rassemble tous les sites et services numériques existants au national et en académie.


page des fils éduscol par netvibes
À la Une d'éduscol numérique sur Netvibes

Suivez éduscol !