Coeurs purs

Données du film

Coeurs pursRéalisé par : Roberto De Paolis

Avec : Selene Caramazza, Simone Liberati et Barbora Bobulova

Long-métrage : France / Italie

Genre : Drame, Romance

Durée : 1H55

Année de production : 2017

Distributeur : UFO Distribution

 

Synopsis

Agnese et Stefano vivent à Rome dans deux mondes que tout oppose. Elle, 18 ans, est couvée par une mère croyante qui lui demande de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Lui, 25 ans, a grandi entre trafics et vols occasionnels, et veut s’affranchir de son milieu en acceptant un travail de vigile. Quand ils se rencontrent, se dessine l’espoir d’une nouvelle vie…

Récompenses

Sites

Presse

Vidéos

Dossiers à télécharger

Planches de photogrammes

  • L'adolescence  coeurs adolescence
  • Les barrières coeurs barrières
  • le téléphonecoeurs téléphone
  • Dieucoeurs dieu
  • La mère d'Agnese coeurs mère
  • La pureté coeurs pureté
  • Le travail coeurs travail
  • Lélé coeurs lélé
  • Les gitans coeurs gitans
  • Les lieux coeurs lieux
  • Les parents de Stefano coeurs parents
  • Un film d'amour coeurs amour

Critiques d'élèves (catégorie critique libre : images)

  • Lycée Haroun Tazieff, Bordeaux (académie de Bordeaux), critique réalisée par Amjad Azzaaoui

coeurs purs tazieff1

  • Lycée Haroun Tazieff, Bordeaux (académie de Bordeaux), critique réalisée par Yoann Castelanau

coeurs purs tazieff2

  • Lycée Haroun Tazieff, Bordeaux (académie de Bordeaux), critique réalisée par Noé Soules

coeurs purs tazieff3

  • Lycée Haroun Tazieff, Bordeaux (académie de Bordeaux), critique réalisée par Lucas Rojao

coeurs purs tazieff4

  • Lycée Haroun Tazieff, Bordeaux (académie de Bordeaux), critique réalisée par Timmy Dupont

coeurs purs tazieff5

  • Lycée Ernest Ferroul,Lézignan Corbières (académie de Montpellier), une critique réalisée par Manon Bivent

coeurs purs ferroul

  • Institution Rey, Bois-Guillaume (académie de Rouen)

coeurs purs rey1

  • Institution Rey, Bois-Guillaume (académie de Rouen)

coeurs purs rey2

  • Institution Rey, Bois-Guillaume (académie de Rouen)

coeurs purs rey3

  • Institution Rey, Bois-Guillaume (académie de Rouen)

coeurs purs rey4

  • Lycée Audubon, Couëron (académie de Nantes)

coeurs purs audubon

  • Lycée Saint Pierre, Abbeville (académie d'Amiens), une critique réalisée par Caroline Dron et Angèle Roussel

coeurs purs saint pierre

  • Lycée Audubon, Coueron (académie de Nantes)

coeurs purs audubon1

  • Lycée George Sand, Le Mée sur Seine (académie de Créteil)

coeurs purs sand

  • Lycée Langevin, la Seyne sur Mer (académie de Nice), réalisée par Gabrielle Chan et Camille Bouillet

coeurs purs langevin

  • Lycée Pierre Larousse, Toucy (académie de Dijon), une critique réalisée par Hugo Viovi

coeurs purs larousse1

  • Lycée Pierre Larousse, Toucy (académie de Dijon), une critique réalisée par Karène Blaudez

coeurs purs larousse2

  • Lycée Gambetta, Tourcoing (académie de Dijon), une critique réalisée par Julien Prez

coeurs purs gambetta

  • Lycée le Mans Sud, Le Mans (académie de Nantes), une critique réalisée par Lola Audoux, Laurène Touve et Gaby Cholière

coeurs purs le mans1

  • Lycée le Mans Sud, Le Mans (académie de Nantes), une critique réalisée par Océane Heinz et Lauriane Leboucher

coeurs purs le mans2

  • Lycée Jean Cocteau, Miramas (académie d'Aix-Marseille), une critique réalisée par Lucas et Valentin

coeurs purs cocteau1

  • Lycée Jean Cocteau, Miramas (académie d'Aix-Marseille), une critique réalisée par Laurie et Océane

coeurs purs cocteau2

  • Lycée Jean Cocteau, Miramas (académie d'Aix-Marseille), une critique réalisée par Alia et Yanis

coeurs purs cocteau3

  • Lycée Jean Cocteau, Miramas (académie d'Aix-Marseille), une critique réalisée par Léa et Pauline

coeurs purs cocteau4

Critiques d'élèves (catégorie critique libre : images HORS COMPETITION)

  • Lycée Pablo Picasso, Val de Fontenay (académie de Créteil), une critique réalisée par Saida et Johanna

coeurs purs picasso1

  • Lycée Pablo Picasso, Val de Fontenay (académie de Créteil)

coeurs purs picasso2

  • Lycée Paul Eluard, Saint Junien (académie deLimoges)

coeurs purs eluard

  • Lycée Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

Coeurs purs montel1

  • Lycée Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

coeurs purs montel2

  • Lycée Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

coeurs purs montel3

  • Lycée Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

coeurs purs montel4

  • Lycée Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

coeurs purs montel5

  • Lycée Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

coeurs purs montel6

  • Lycée Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

coeurs purs montel7

  • Lycée Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

coeurs purs montel8

  • Lycée Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

coeurs purs montel9

  • Lycée Montel, Colomiers (académie de Toulouse)

coeurs purs montel10

  • Lycée Larousse, Toucy (académie de Dijon)

coeurs purs larousse3

Critiques d'élèves (catégorie critique libre : vidéos)

  • Lycée Ernest Ferroul, Lézignan Corbières, académie de Montpellier, une critique réalisée par Doriane Thomas

coeurs purs ferroul2

  • Lycée de Valbonne, Valbonne (académie de Nice)

the square valbonne

  • Lycée Imbert, Sarre-Union (académie de Strasbourg)

coeurs purs imbert

Critiques d'élèves (catégorie critique libre : vidéos HORS COMPETITION)

  • Lycée Langevin, La Seyne sur Mer (académie de Nice)

coeurs purs langevin2

  • Lycée Langevin, La Seyne sur Mer (académie de Nice)

coeurs purs langevin3

Critiques d'élèves (catégorie critique libre : audio)

  • Lycée Valbonne, Valbonne (académie de Nice), une critique réalisée par Lindsay, Céleste, Aurore et Stéphanie

coeurs purs valbonne

  • Lycée Chaptal, Quimper (académie de Rennes), critique N°1

coeurs purs chaptal

  • Lycée Chaptal, Quimper (académie de Rennes), critique N°2

coeurs purs chaptal

  • Lycée PRO de Prony, Asnières sur Seine (académie de Versailles)

coeurs purs prony

Critiques d'élèves (catégorie critique libre : textes)

Commentaires

2018/02/02 17:20 #4281-489e-9f0a-6b89887face9
Lycée Saint Sigisbert, Nancy, académie de Nancy-Metz
« Le seul amour qui vaut la peine d’être vécu est celui où l’on se donne à l’autre », malgré la peur, vont-ils réussir à se donner l’un à l’autre ?
Une rencontre entre un jeune homme de banlieue déterminé à s’affranchir et une jeune catholique surprotégée par sa mère qui la veut chaste jusqu’au mariage ; le destin de Stefano, 24 ans, et Agnese, 18 ans, va alors s’entremêler en dépit des difficultés. Des émotions pures et contradictoires sont mises en avant, brisant les frontières entre deux mondes opposés dans une Italie moderne mais toujours humaniste et romantique.
"Cœurs purs" est le premier long métrage de Roberto de Paolis et le cinquième film que nous sommes allés voir dans le cadre du prix Jean Renoir des lycéens. Un certain horizon d’attente se met en place dans la tête des spectateurs lors de la lecture du titre, en effet qu’est ce qu’un cœur pur ? L’utilisation du pluriel nous montre que plusieurs personnages possèdent cette pureté. Ainsi dans ce drame , Stefano et Agnese vont évoluer à travers la passion et l’amour qu’ils éprouvent l’un pour l’autre, mêlant de ce fait des environnements sociaux et des mondes particulièrement différents ; la morale, la foi, le travail et la peur de l’inconnu deviennent alors des obstacles pour ces deux jeunes personnages.
L’amour est un thème important, ainsi ce couple improbable dont les personnages sont issus de deux mondes opposés permet un choc de cultures. Lui, une brute maladroite mais qui essaye d’apprendre la délicatesse au mépris de cette violence qui se dégage de ce personnage. Tandis que la douce Agnese, elle, semble à la fois effrayée et tendre. C’est une soif de liberté, de s’affranchir qui les réunit.
Les lieux sont essentiels, le parking a notamment une grande portée symbolique pour Stefano. En effet, le camp de Roms est délimité par une barrière sur le parking, les représentant ainsi comme des animaux en cage, ils représentent tout ce que Stefano ne veut pas devenir : en marge de la société, sans réel domicile ; ce qui justifie d’ailleurs les scène d’altercations et de violence. Stefano répare même la barrière, geste compréhensible, lorsque celle-ci est abîmée et laisse passer les Roms. Ces barrières peuvent pourtant être dépassées en se permettant de se donner à autrui même si celles-ci sont imposées et entretenues par une communauté plus ou moins sectaire.
Les sentiments qui se dégagent des lieux et des scènes me semblent primordiales pour les spectateurs. Le soleil et la chaleur sont importantes, la citation « j’avais envi de fuir le soleil, l’effort, les pleurs des femmes, envie enfin de retrouver l’ombre et son repos » de Camus, issue de "L’Étranger", pourrait notamment être mise en relation avec le début du film. La tension monte au fur et à mesure que la chaleur semble augmenter. L’exacerbation des sentiments est en lien avec l’environnement, une certaine sensualité se fait ressentir. L’atmosphère lourde rend mal-à-l’aise et embarrasse.
Même si la religion est présentée positivement notamment à travers le curé qui est compréhensif et non pas moralisateur, il écoute et conseille, le personnage de la mère d’Agnese témoigne d’un certain extrémisme dans la religion. La mère "castre" sa fille, l’enferme dans une cage de verre ce qui ne fera qu’exalter la soif de liberté de la jeune fille. Les scènes les plus violentes sont celles de disputes entre la mère et la fille. Agnese, sous la pression de cette famille monoparentale, ne peut décider ni de son corps ni de sa sexualité. La paranoïa de la mère ne fait qu’humilier la fille.
La scène liminaire et la scène finale sont particulièrement importantes, les deux personnages se courent après, se perdent pour mieux se retrouver, comme une boucle qui se referme sur elle-même.
À travers ce long-métrage, nous comprenons que chacun a une part d’ombre et de lumière, de bien et de mal, ce n’est pas une vision manichéenne qui est présentée. Il fait écho à l’Italie actuelle, et différents thèmes sont soulevés, la question du racisme, des Roms, des gitans, des migrants. Le réalisateur s’est inspiré de faits réels, il montre une lutte pour survivre en reflétant certaines conditions sociales. Cependant aucun jugement n’est émis sur les personnages malgré leurs mauvaises actions ou leurs défauts.
Les deux acteurs principaux sont particulièrement talentueux. Cette romance moderne permet aux acteurs principaux : Selene Caramazza et Simone Liberati, de montrer leur talent, les émotions imprimées sur leur visage semblent authentiques notamment en raison de leur grande liberté d’improvisation. Le film possède une dimension humaniste, une totale authenticité et un réalisme percutant notamment grâce à la part d’improvisation des acteurs, des caméras, de l’inspiration issus de faits réels de même que l’usage d’une lumière naturelle. Le cadre est au service des émotions transmises aux spectateurs avec sincérité, celui-ci est instable et suit chaque mouvement, chaque souffle, chaque respiration et chaque battement de cœur. Le cinéma est effectivement reflet de notre époque, même si cette dernière est violente.
Ce long-métrage n’essaye pas de faire rêver, il montre l’autre côté du miroir. Une Italie, présentée de façon contemporaine mais sans condamnation, va alors être le théâtre d’un authentique coup de foudre entre des étoiles contraires aux destins croisés.

Emeline Cordier
1ère L
Lycée saint Sigisbert
Nancy
2018/02/04 12:47 #e82b-42a9-a923-a78e3835b293
Lycée Saint Sigisbert, Nancy, académie de Nancy-Metz
Cuori Puri, titre original du film réalisé en 2017 par l’italien Roberto de Paolis, est un film ayant été présenté lors de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2017. Premier long-métrage du réalisateur, ce film s’inscrit dans le néoréalisme, mouvement oscillant entre tradition et renouvellement.
Agnese a 18 ans, Stefano en a 25. Tous deux vivent dans la banlieue de Rome dans deux mondes qui les opposent. Elle, fille choyée d’une mère croyante qui lui demande de faire voeu de chasteté jusqu’au mariage. Lui, plus âgé et délinquant qui vient de trouver un poste en tant que vigile de parking. Leur rencontre ? Une chance de purifier leurs coeurs qui ont été délaissés par la société italienne et contrôlés par la religion.
Avant d’entrer dans l’analyse du film, je me dois de dire que j’avais lu un synopsis avant d’aller voir le long-métrage : synopsis un peu niais à mon goût qui m’avait tout de suite fait imaginer une rencontre toute mielleuse entre un garçon et fille qui allaient s’enfuir de chez eux afin de vivre leur amour en secret.
Mais le film ne se concentre pas seulement sur la rencontre explosive des deux amants, puisque c’est grâce à cette cette trouvaille que le réalisateur va pouvoir filmer les quartiers déshérités de la banlieue romaine ou bien de présenter des adultes qui oscillent entre la bienveillance et la méfiance. On le voit avec le prêtre Don Luca, qui compare Jésus à un GPS dont le rôle est de nous guider afin de retrouver le bon chemin. Ou bien, Marta, la mère d’Agnese, qui étouffe sa fille au nom de la religion mais qui se lance dans le bénévolat humanitaire avec sincérité.
On retrouve dans le long-métrage deux avis concrets sur deux situations réelles : Agnese avec la religion et Stefano avec le camp des Roms. Peu importe si le spectateur est croyant ou non ou s’il possède des avis divergents concernant les migrants, car la présence de ces deux principales thématiques est mise en avant dans le film afin de partager les pensées des protagonistes.
En effet, Agnese se sent rassurée et trouve un refuge dans la présence de la religion. Quant à Stefano, son hostilité envers le camp des Roms ne fait qu’accroître la dangerosité de ces derniers.
De nombreuses thématiques, en accord avec le temps, permettent à Coeur Purs d’être qualifié de film social. Il y a la difficulté de trouver un emploi, la situation des réfugiés. Mais d’autres thèmes un peu plus « tabous » sont également présents : celui de la sexualité, du viol, de la religion, des rapports familiaux...
Concernant le tournage, le fait de filmer les quartiers défavorisés ou d’autres paysages, car c’est LA réalité, m’a paru intéressant. Pas de faux-semblants, juste la simple réalité des banlieues qu’on aimerait oublier. Le réalisateur a même déclaré avoir utilisé des techniques d’improvisation pour le bien du long-métrage : « nous avons choisi de ne pas utiliser d’éclairage artificiel et de ne pas limiter le cadrage afin de ne pas contraindre les acteurs à évoluer dans des espaces trop confinés ».
Justement par rapport aux rôles interprétés par les acteurs, je les ai trouvés très talentueux et vrais. Le personnage de Stefano m’a, durant tout le film « tenu en haleine » car il est quelqu’un de spontané, d’agressif peut-être, mais aussi doux et maladroit en ce qui concerne les relations amoureuses. La spontanéité du personnage rajoute également du suspense au film car on se sait jamais comment il va (ré)agir face aux Roms, par exemple, ou encore face à l’expulsion de ses parents. Quant à Agnese, elle se retrouve coincée entre l’avis et l’attitude très stricte et fanatique de sa mère et l’envie de vivre sa vie et de profiter de l’amour à 18 ans. Elle veut décider par elle-même, son corps lui appartient.
L’amour est une science inexacte et incertaine, et je comprends que certains aient jugé la relation d’Agnese et Stefano comme étant peu porche de la réalité voir déjà-vu. Mais je pense au contraire que c’est un amour pur entre deux personnes sans expérience en la matière et qui se cherchent par la même occasion.
Certaines scènes du film peuvent parfois choquer le spectateur, et je pense que c’est l’un des principaux buts du réalisateur : faire réagir. Il y a une scène en particulier qui m’a marquée : lorsque la mère d’Agnese l’emmène chez le gynécologue. Nul besoin de préciser qu’elle voulait faire appel à un avis médical et donc un examen intime afin de vérifier qu’Agnese était toujours vierge. Ce moment cèle donc un non-retour en arrière pour Marta et Agnese. Pour ma part, j’ai vécu ce moment comme un trahison. Je pense que le point fort de ce film est que le spectateur peut facilement se mettre à la place des protagonistes et donc s’identifier à eux. J’ai donc vécu ce moment comme un affront à l’intimité. On se met tout de suite à la place d’Agnese et on imagine notre réaction si nous nous trouvions dans la même situation.
Nous vivons dans une société où de nombreux préjugés s’installent dans nos vies et dirigent la façon dont nous pensons ou agissons. Nous vivons également dans une société faite de non-dits, trop de non-dits.
Pour reprendre le titre du film, Agnese et Stefano ont tous deux, et malgré tous les événements qu’ils ont dû traverser, des " coeurs purs ". La fin du long-métrage est celée par la course effrénée des deux protagonistes, course aussi présente au début du film : les deux amants se sont retrouvés.

Julia Malingrey
1ère L
Lycée saint Sigisbert
Nancy
2018/02/05 12:09 #8bd7-4dcb-a5a8-38e53f96df8a
Lycée Saint Sigisbert, Nancy, académie de Nancy-Metz
Cœurs Purs, c’est un film d’amour, mais qui pourtant ne se limite pas qu’à cela et étonnement, il ne profite pas à cette image souvent stéréotypée attribuée aux histoires d’amours. Ses personnages nous proposent un récit tout à fait palpitant qu’on ne manquera pas de se rappeler.


Agnese, fraîchement devenue adulte entre en conflit avec elle-même.
Son identité s’est construite autour de prêches et prières. Sa mère l’a élevée selon les principes moraux chrétiens et pour cette petite famille, ils servent de pilier, la communauté à laquelle elle appartient forme autour d’elle un cercle, comme un abri face au monde extérieur.
Stefano est un peu plus âgé qu’Agnese, et quant à lui, rien ne le protège de ce monde, chaque jour il doit faire face à cette réalité cinglante, son travail est un poids, mais est aussi sa seule issue. Il parvient à peine à s’en sortir. Tout ce qui l’entoure ne fait qu’écho à la précarité de sa situation.
Et comme pour le rappeler, il va souvent chercher à se protéger de pluie ou soleil, et chercher, sans trouver d’abri sûr.
Ces deux personnages, qui proviennent de deux mondes différents s’attirent, leur lien devient fusionnel mais à l’image de leur parcours, leur relation commence douloureusement.
C’est ainsi que Roberto de Paolis dépeint une jeunesse qui n’a rien de dorée, mais qui veut assurer sa subsistance, s’en sortir.

Agnese a maintenant dix-huit ans, avec l’âge adulte s’accompagne des choix, le sien repose sur sa virginité et sa bonne conservation, on lui propose de ne pouvoir profiter des joies du couple que dans le cadre sacré du mariage. Elle peine à prendre cette decision, et subit de nombreuse pressions.
Car durant ce temps ses sentiments à l’égard de Stefano se renforcent, mais ne l’accaparent en rien.
Agnese ne cesse de penser à sa mère, à la rigueur religieuse, à sa pureté. On qualifierait à tord son comportement d’égoïste, alors que le seul dilemme réside dans sa volonté à ne pas vouloir décevoir ses proches, au détriment de ses sentiments. La vie d’Agnese qui se résumait à peu de choses change, le confort que son entourage lui a jusqu’alors apporté ne lui va plus.
Cette sensation transperce l’écran, l’accent est mis sur les conflits qui surviennent entre divers personnages, le trouble, l’inconfort que ressent Agnese est contagieux et atteint le spectateur.
Pourtant, la plupart des scènes sont d’une extrême banalité, et c’est dans cette banalité que le film s’illustre : il est profondément humain.

Du manque d’expérience des personnages à leurs maladresses,
on nous livre une histoire qui m’a semblé être authentique.
Les acteurs incarnent si bien leur personnages, le réalisateur n’y ajoute pas d’artifices visuels.
Et tout comme dans la vie quotidienne, la violence est verbale, psychologique... malgré cela, une douceur s’échappe des personnages, et si leurs actes ne semblent pas l’être, leur cœurs sont purs.

Cyrielle Aubertin
2018/02/05 12:11 #01d9-4f95-8325-efd45bd5f1bd
Lycée Saint Sigisbert, Nancy, académie de Nancy-Metz
Cœurs purs, ou Cuori Puri, est un drame d’1h55 sorti en 2017 et réalisé par Roberto De Paolis.
Le film débute avec les personnages d’Agnese et Stefano, tous deux vivant dans des milieux très différents. L’une, 18 ans et fille d’une mère croyante qui souhaite voir son enfant faire vœu de chasteté jusqu’au mariage ; l’autre, âgé de 25 ans, qui a grandi entre trafics et vols occasionnels, mais souhaite s’en affranchir en acceptant un poste de vigile. Ainsi, leur rencontre fait naître un nouvel espoir à travers l’amour.
Tout d’abord, Cœurs purs fait référence aux deux jeunes adultes et protagonistes du film lors de leur découverte de la vie, mais aussi à leur « pureté » due à leur inexpérience. De même, ces termes sont également liés à leur relation amoureuse, la symbolique de leur amour étant très importante dans cette œuvre. Aussi, le jeu des acteurs, Selene Caramazza et Simone Liberati, met en valeur les personnages de De Paolis, qui aborde d’ailleurs différents thèmes qui permettent une découverte de Rome et de l’Italie sous un nouveau jour. On fait alors face à l’immigration, aux gitans, à la violence des quartiers pauvres, et à la colère des « vrais » Italiens (vols, deals) confrontés à la crise de l’emploi, mais aussi à la forte emprise de la religion en Italie, semblant presque sectaire. Le réalisateur lui-même italien, aborde ainsi un sujet qui le touche directement, ce qui ressort également dans le film.
En s’intéressant plus directement aux familles respectives des personnages principaux, on découvre pour Stefano, un père au chômage et en conflit avec son fils, avec qui il a certainement été très dur par le passé, et une mère, apparemment plus sympathique, mais ne se tournant vers son enfant que pour des raisons d’argent. Quant à Agnese, elle n’a pour elle que sa mère dont elle est très proche, trop, sûrement. Celle-ci obsédée par le respect de la religion, comme on le voit avec la bague de chasteté qu’elle pousse sa fille à porter.
Aussi, l’une des scènes les plus choquantes de ce film se trouve être pour moi celle du gynécologue où l’on voit la paranoïa de la mère d’Agnese. Cette dernière force sa fille à aller chez le gynécologue pour avoir la certitude qu’elle est encore vierge, elle ne croit pas sa propre enfant et l’on constate alors à quel point cette idée est une obsession pour elle. La dernière scène est aussi un moment clé du film, elle permet, sans un mot, de montrer l’indéfectible amour qui unit les protagonistes. Cependant, j’ai personnellement trouvé leur relation froide et peu crédible, tout comme certains autres détails qui m’ont parfois laissée perplexe.
Enfin, ce film sur l’Italie est plutôt bien abordé sur tous les plans, bien qu’il ne m’ait pas particulièrement plu, surtout pour la relation amoureuse des personnages principaux qui ne m’a pas vraiment touchée.

Marie-Sarah Jolivet
1ère L
Lycée Saint Sigisbert
Nancy
2018/02/05 12:28 #3ea0-4efa-bf85-31aadd21bfe4
Lycée Saint Sigisbert, Nancy, académie de Nancy-Metz
Tout les oppose: Selene Caramazza est Agnese, 18 ans, jeune fille vivant dans la religion catholique et couvée par une mère très croyante. Simone Liberati est Stefano, 25 ans, qui vit entre les trafics et les vols. Pour fuir son milieu , il accepte un travail de vigile dans un parking. Le seul point commun: la banlieue de Rome.
Leur rencontre va bouleverser leur vie.
Un film «pur», tel que l’indique le titre. Agnese est candide, innocente. Cela est dû à l’omniprésence protectrice de sa mère et de la religion. Nous comprenons que toutes ses décisions sont influencées par l’opinion de sa mère. Marta (la mère) garde presque sa fille prisonnière. Agnese est sous l’emprise de la religion et du vœu de chasteté que lui impose sa mère. Nous découvrons que Stefano aide à financer l’appartement de ses parents qui semblent passifs et ne s'intéresser à lui qu’en cas de besoin.
La figure paternelle est absente chez Agnese et quasiment absente chez Stefano. Effectivement, nous remarquons que le jeune homme est en conflit avec son père qui n’est que peu présent et antipathique.
Lors de la première scène, on voit Agnese poursuivie par Stefano. Elle a volé un téléphone provenant du magasin dans lequel l’homme travaille. Il la rattrape, la dispute puis, finalement, la laisse partir avec l’objet dérobé. Nous saurons par la suite que c’est parce que sa mère lui avait confisqué le sien pour cause de messages «obscènes».
J’ai été un peu troublée à. la sortie du film car j’avais auparavant lu le synopsis et je ne m’attendais pas à voir une «inversion des rôles» : Agnese, la jeune croyante osant pêcher et Stefano, le délinquant rétablissant la justice.
À l’obtention de son nouvel emploi en tant que vigile, Stefano surveille un parking en parti occupé par un camp de Roms. Le jeune homme réprimande ceux-ci. Nous constatons une réaction raciste venant de Stefano qui peut être la conséquence de sa peur de devenir comme eux et que ses parents deviennent comme eux : sans emploi, sans revenu mais avant tout sans toit.
Lors des actes de volontariat d’Agnese et sa mère, les Roms sont reconnaissants et beaucoup plus agréables qu’avec le jeune gardien.
Marta est selon moi un personnage détestable, parfaitement joué par Barbora Bobulova. Cette mère fanatique étouffe sa fille par sa présence constante et ses ordres. Elle surveille Agnese et ne lui fait plus confiance. Par conséquent cela nous mène à la scène qui m’a le plus choquée; Marta emmenant sa fille chez la gynécologue pour vérifier sa virginité. Je pense que cet acte brise définitivement la relation entre Agnese et sa mère. La mère devrait accepter l’intimité et les secrets de sa fille, ce qu’il n’y avait pas auparavant entre elles. De plus , mère et fille dorment ensemble c'est tout dire...
Le désir de liberté d’Agnese se ressent davantage après cet événement et je suppose que c’est suite à cela qu’elle fera des choix qui déplairont à sa mère.
Une autre chose m’a perturbée dans le film: la relation d’Agnese et son groupe d’amis qui vont très fréquemment à l’église, qui parle constamment de religion et de chasteté. Cela ressemble à une secte. En revanche, le curé montre une image beaucoup plus positive et tolérante, contrairement à Marta.
En sortant de la séance, ce long-métrage ne m’avait guère plu mais avec du recul j’y ai réfléchi et finalement ce premier avis a disparu. Ce film est représentatif de la réalité. Ce drame est un miroir de notre société actuelle. Chaque milieu social est représenté avec justesse: l’Église, les Roms et les personnes démunies. En outre , les acteurs ne jouent pas leur rôle, ils le vivent. C’est sûrement dû à la liberté de modifier leur texte et à improviser. Même liberté pour le cadrage et les plans du film.
Je sais que de nombreuses personnes trouvent que l’amour entre Agnese et Stefano n’est pas vraissemblable parce qu’ils se sont rencontrés depuis peu de temps mais sortent tout de même ensemble, en revanche, moi je ne suis pas de cet avis. Ce n’est pas parce qu’ils se connaissent peu qu’ils ne peuvent pas éprouver un amour véritable. A contrario , nous ne pouvons pas prévoir ni quantifier réellement l’amour. Selon moi et selon le film , il n’y a pas de durée précise, pas de règles pour pouvoir demeurer avec l’être aimé.
Après la projection j’avais envie de déclarer mon amour et de vivre une véritable passion comme celle des deux jeunes protagonistes.
Ils n’étaient pas faits pour s’aimer et pourtant leur amour met à bas les cages dans lesquelles Agnese et Stefano étaient tous deux enfermés. L'amour les libère , et leur permet de vivre pleinement, et leur cœur devient de plus en plus purs.
Ce film nous apprend qu’il faut profiter de la vie et comme le dit Oscar Wilde «Le seul moyen de se délivrer de la tentation, c’est d’y céder»; citation qui s’accorde parfaitement avec Cœur Purs.

Léonor Bourger
1ère L
Lycée saint Sigisbert
Nancy
2018/02/11 19:14 #e1c3-445f-9611-a260b06f7c25
Lycée Saint Sigisbert, Nancy, académie de Nancy-Metz
Imaginez l’Italie. Un soleil qui chauffe et éblouit, qui dérange. Nous sommes dans la banlieue de Rome, de l’autre côté de cette ville pourtant mondialement connue. Ici, la violence, la saleté et la pauvreté sont de mise, le racisme se développe alors que des camps de réfugiés naissent un peu partout dans le pays. C’est au cœur de ce portrait contemporain de l’Italie que la passion d’Agnese et Stefano voit le jour, dans le film intitulé Cœurs Purs (Cuori Puri) réalisé par Roberto de Paolis et sorti début 2018.
A l’image du soleil omniprésent et de sa moiteur étouffante, Agnese est couvée par une mère qui la contrôle au travers de la religion, la contraignant même à faire vœu de chasteté. Elle suit un programme collectif d’éducation religieuse la préparant au mariage dans un cadre doux et chaleureux, tandis que Stefano tente de s’éloigner des banlieues pauvres de Rome et de son passé difficile en devenant gardien d’un parking, qu’il partage avec un camp de réfugiés. Agnese a dix-huit ans et tente d’échapper à l’autorité matriarcale, alors que Stefano a vingt-cinq ans et doit soutenir ses parents financièrement. Evoluant dans une pauvreté différente mais bien réelle, ils veillent tous deux sur un territoire vierge : Stefano protège le parking d’éventuelles intrusions et Agnese préserve sa virginité. C’est à travers cette sauvegarde que le spectateur découvre la véritable thématique de ce drame, la peur de l’étranger et les barrières établies qui empêchent l’ouverture à autrui.
Cette fiction, à la limite du documentaire, semble être constituée d’un canevas en apparence rebattu. Cependant, même si nous découvrons avec beaucoup d’intérêt l’amour qui lie ces deux jeunes adultes, maladroits dans leur relation et qui, pourtant, parviennent à communiquer grâce au langage corporel, une autre thématique est dissimulée. A cause du milieu dans lequel chacun a grandi, ils n’ont pas appris à se parler, et c’est justement ce que le réalisateur souhaite nous faire découvrir. Il dresse un portrait contemporain de l’Italie de façon tout à fait objective, sans condamnation, et nous démontre, de ce fait, cette peur de l’étranger, du différent, qui gouverne les cœurs. Ainsi, nous observons les protagonistes de ce film s’affranchir des barrières qui leur sont imposées, franchir le gouffre social qui les sépare pour vivre une passion exacerbée par la chaleur du soleil et des sentiments.
Ce film, qui paraissait de prime abord assez classique, nous entraîne rapidement dans cette Italie cachée du monde, et retient notre attention. Il est intéressant d’observer ces deux jeunes adultes évoluer dans ce monde, se débattre pour s’en sortir, d’autant plus que Selene Caramazza et Simone Liberati qui incarnent respectivement Agnese et Stefano sont très talentueux. En effet, ils improvisent selon la trame qui leur a été donnée, et insufflent ainsi une justesse des sentiments, des mots, des gestes, époustouflante qui donne un aspect documentaire à l’œuvre. Et, même si les personnages d’Agnese et Stefano ne sont pas très émouvants (ce qui est peut-être dû au malaise ressenti par le spectateur à cause de la proximité entretenue par la caméra) ils sont facilement attachants et transmettent aisément une vision contemporaine de la banlieue romaine.
Cœurs Purs est une histoire d’amour. Et s’il y a une question que chacun se pose, c’est de savoir jusqu’où ira l’intrusion dans l’intimité du couple. En effet, le cadre n’est ni stable ni fixe mais en suspension. C’est un film tourné « caméra à l’épaule », ce qui implique une certaine proximité avec les acteurs. De Paolis souhaite recueillir chaque souffle, chaque murmure d’Agnese et Stefano, nous transmettant la chaleur, la fièvre de leur relation, ce qui
provoque un certain malaise. Cet amour réaliste, aux antipodes des Walt Disney, est très juste dans sa sensibilité et sa force, point non négligeable quant à la qualité de ce film. En quelque sorte, le malaise ressenti par certains d’entre nous n’est dû qu’à la vérité de leur attachement que chacun retrouve en soi, une authenticité qui donne l’impression d’avoir soi-même joué dans ce long-métrage. Et ainsi, l’on ne voit pas le temps passer...
Concrètement, Cœurs Purs est un monstre du cinéma. Un monstre, parce qu’il est extraordinaire tout en étant ordinaire. Expliquons-nous : il reprend une thématique tout à fait courante, qui est celle de l’amour impossible, pour témoigner d’un problème de société bien plus grave et très réel dont on ne parle pas souvent. Roberto de Paolis nous montre l’envers de la carte postale, l’autre côté de Rome, où les touristes ne s’aventurent jamais. Il révèle la part d’ombre cachée dans cette ville comme celle enfouie chez ses habitants, pour atteindre une justesse impressionnante dans son portrait contemporain de l’Italie. Il ne condamne pas, ne juge pas sur les apparences, et nous laisse y réfléchir. Et pour cela, merci. Ce film est un élément clé qui nous permet de réfléchir et de résoudre les problèmes présents dans notre société et ce, à l’échelle mondiale. Et pour preuve, cette œuvre trouve écho chez nous alors qu’elle provient d’une ville lointaine, et est tournée dans une langue étrangère. Il faut aller voir Cœurs Purs pour tout ce qu’il apporte, pour permettre au cœur de notre société de battre longtemps encore.

Juliette Brenot
1ère L
Lycée saint Sigisbert
Nancy
2018/02/14 11:26 #c7fd-4676-9660-472691e47309
Lycée PRO Tazieff, Saint Paul lès Dax, académie de Bordeaux
Ma critique (de Cœurs Purs)
L’Italie où a été tourné ce film, qui a été réalisé par Roberto de PAOLI met en scène deux personnages principaux : Agnese qui vient d’un milieu plutôt favorisé, est très croyante mais aussi très oppressée par sa mère qui la force à rester vierge jusqu’au mariage ; et Stéphano issu, lui, d’un milieu défavorisé tombe dans la délinquance après avoir perdu son travail à cause d’Agnese.
Méziane Gougis
Cœurs Purs est un film basé sur la vie de deux personnages : une fille, Agnese, et un garçon, Stéphano. Ce que je pense de cette histoire d’amour, est que le début est vraiment bien : à travers leur vie, leur volonté, leur famille, il y a toujours quelque chose d’intéressant comme les problèmes avec les parents, les délinquants, la réputation des roms , la religion etc…Ce qui m’a un peu choqué par contre est l’extrême longueur de la scène érotique entre les deux personnages principaux qui n’était que peu discrète, particulièrement après l’acte où plusieurs séquences ont été trop renforcées pour un jeune public (même après dix ans bien passé !). Plusieurs scènes auraient pu être enlevées ou adoucies et cela aurait donné un résultat similaire voire identique !
Le final « finit » bien avec l’effet de retour du début (la course) plutôt appréciable.
Alexis Schmitt

2018/02/20 20:07 #ced8-4fa7-ab3a-53dcefba3ba2
Lycée Valbonne, Valbonne, académie de Nice


« Beati i puri di cuori perchè vedranno Dio »
Tiré des béatitudes, ce message religieux expose l'un des thèmes centraux du film « cuori puri » (« cœurs purs ») du cinéaste italien Roberto De Paolis. Un film qui raconte l'histoire de deux jeunes adultes que tout oppose autant dans les croyances que dans leurs modes de vies et personnalités. Le spectateur suit l'idylle naissante d'Agnese, 18ans et Stefano, 25ans à travers le réalisme social de la Rome moderne dans un film tourné « caméra sur l'épaule » créant une proximité avec le spectateur qui, comme un voyeur, semble s'introduire dans l'histoire , leur intimité. Dès la scène initiale les deux protagonistes sont présentés et toute l'intrigue s'ensuit de cette scène dans un rythme mettant en parallèle des vies en oppositions, comme deux histoires différentes dans un même film :
La vie d'une jeune catholique pratiquante qui s'apprête à faire vœu de chasteté sous la pression de sa mère qui souhaite la préserver, faire d'elle un « cœur pur ». De l'autre côté, il y a Stefano, un « bad-boy » impulsif aux conditions de vie et de famille inconfortables, son travail ne suffisant pas à subvenir aux besoins de ses parents à la rue. A force de rencontres et de rapprochements, ses deux êtres vont unir leurs histoires.
Résonnances dans les traces des amants de Vérone, un amour impossible, en 2018, à Rome : se libérer des contraintes familiales et sociétales quitte à corrompre cette « pureté ».

Mélycia Virello 1°L
2018/03/02 14:50 #fe03-47fd-b01b-1d6e8c60492e
Lycée de la Matheysine, La Mure, académie de Grenoble


Ils sont deux cœurs purs et sauvages que la société tente de corrompre et de dompter.
Elle, vit sous la coupe d’une mère trop protectrice et étouffante.
Lui, essaye d’échapper à un père incompétent et violent.
Elle, est issue d’un milieu aisé et religieux.
Lui, jeune de la rue, slalome entre job légal et illégal.
Agnese (Selene Caramazza) et Stefano (Simone Liberati) vont tous deux essayer de s’affranchir des barrières imposées pour vivre leur histoire.
Alors qu’on aurait très bien pu tomber dans le cliché, avec la jeune fille riche amoureuse du jeune homme de la cité, Coeurs Purs étonne autant qu’il donne espoir.

La passion de Roberto De Paolis pour la photographie transparaît dans ses longs et beaux plans séquences empreints d’émotions. Ils prennent le temps de s’arrêter sur les personnages, de capter l’échange timide entre les deux tourtereaux, l’envie, la tension… Cela met en valeur les sentiments qui les animent et leurs combats intérieurs.
Ce film est une réflexion sur les influences et pressions sociales exercées sur les jeunes. Pour Agnese, sa mère Marta (Barbora Bobulova) est l’autorité, celle qui sait ce qui est bien ou mal. Celle qui inculque à sa fille les valeurs qu’elle doit avoir d’après elle. Mais au-delà de l’amour d’une mère pour son enfant, leur relation devient bien vite pesante voir oppressante. Agnese n’a pas le droit à la moindre miette d’intimité, ne serait-ce qu’une chambre pour elle toute seule, et ne peut arriver en retard sans provoquer l’hystérie de Marta. Elle est aussi forcée de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Elle est déchirée entre l’envie de se libérer, de vivre sa jeunesse comme elle l’entend et les interdits et obligations que sa mère lui impose.
Même si le film donne à réfléchir sur la religion, ce n’est pas elle qu’il critique mais l’interprétation que certains en font et qui conduit parfois à des extrêmes (ici Marta). En effet Don Luca, le prêtre, tente de guider les jeunes comme Agnese dans la foi et de leur apprendre les bases de la religion catholique. Mais il leur dit aussi que, comme tout être humain, ils peuvent se tromper et qu’ils ont par conséquent droit au pardon. Pour la mère d’Agnese, sa fille chérie doit être parfaite, un point c’est tout.
Les parents de Stefano s’opposent complètement à Marta qui contrôle tout. Eux sont passifs et dépassés par les événements, les rôles parents-enfant sont inversés comme lorsqu’ils demandent de l’argent à Stefano pour s’en sortir.
Ce dernier ne veut surtout pas finir comme eux ou comme les gitans qu’ils surveillent. Il est tiraillé entre son environnement d’origine, la rue et avec elle le vol, les trafics,… et ses aspirations, s’émanciper de son milieu.
Ils sont tous deux perdus et tourmentés entre ce qu’on leur a imposé d’être et ce qu’ils veulent être.
Cœurs Purs est également une critique de la société et ses inégalités (sociales notamment). Ici, on pourrait se dire que, comme Stefano est plus proche socialement des gitans (il survient tout juste à ses besoins), il pourrait les comprendre et s’en rapprocher. Mais ce n’est pas du tout le cas, il les provoque, les méprise, les tient responsable de leur condition puisqu’ils ne travaillent pas ; il les déteste tout simplement. Contrairement à Agnese qui fait du volontariat dans ce même camp pour les aider à s’en sortir, qui leur donne des vêtements et va même, avec ses camarades du catéchisme leur offrir un toit en les faisant dormir dans l’église.
Pour Stéfano, ils représentent tout ce qu’il ne veut surtout pas devenir. Il a peur de ce reflet qui pourrait être le sien. La barrière, dans le parking, qui le sépare d’eux est un symbole très fort et fait évidemment penser à une frontière et aux camps de réfugiés.
Riches des thèmes qu’il abordent, le film est une ode à la tolérance et à l’amour.

Coeur Purs est un film percutant, tout en finesse et émotions.

Fleur Troubat, 1° G1, Lycée de la Matheysine.
2018/03/02 14:53 #6c92-47f3-bd91-61f06f80f811
Lycée de la Matheysine, La Mure, académie de Grenoble
En gros plan, le visage d'une jeune fille qui court, puis toujours en gros plan, celui d'un garçon qui semble la poursuivre.
C'est ainsi que nous sont présentés les deux protagonistes de Cœurs Purs (Cuori Puri), Agnese et Stefano, deux jeunes vivants dans la banlieue de Rome, séparés par leurs univers trop différents.
Agnese a dix-huit ans et a été élevée par sa mère dans un cadre de vie où la religion est omniprésente, Stefano a vingt-cinq ans et essaye de s'intégrer en société et de quitter son milieu difficile en travaillant comme gardien dans un parking. C'est ici que leur histoire d'amour commence.
On pourrait s'attendre à ce que le scénario tombe facilement dans la romance amoureuse et que la trame soit prévisible, mais Roberto de Paolis nous présente un long-métrage où les héros, si on peut les qualifier ainsi, se battent contre leur nature et les références de leur environnement social afin que leur relation soit possible.
J'écris « si on peut les qualifier ainsi » car si ce sont les héros de leur vie ils restent humains et c'est aussi grâce à cela que ce film nous entraîne, nous absorbe. Agnese est avant tout une jeune femme et Stefano un homme, ils luttent pour ce qu'ils croient juste.
L'intrigue est bien menée et surprenante, le spectateur doute jusqu'au bout de l'issue de leur combat et ne peut détourner le regard de l'écran, captivé par les lumières entièrement naturelles et les images magnifiques où l'ont pourrait faire pause à tout instant pour prendre une photo. On ressent clairement le travail du réalisateur, également photographe, sur la beauté des plans et leurs spontanéité.
En effet la particularité de l’esthétique de ce film découle aussi du fait que les acteurs avaient une totale liberté de mouvement lors du tournage, le cameraman ne savait donc pas où les acteurs allaient se diriger jusqu'au dernier moment.
L'autre singularité marquante et qui fait la beauté de ce long métrage est qu'il est composé en majeure partie de gros plans, ce qui accentue la proximité des personnages (en particulier d'Agnese) et du spectateur, qui les suit partout et est ainsi totalement absorbé par l'univers proposé par les acteurs.
Selene Caramazza et Simone Liberati nous offrent une interprétation sincère, peignant le juste portrait de jeunes gens vivant à contre-courant et cherchant leur place. Ils sont parvenus, je trouve à rendre ce film spécial.

Alice Roudet, 1°G1, Lycée de la Matheysine.
2018/03/04 15:32 #3bdc-4dc0-8c5c-0056afd14125
Lycée PRO Montel, Colomiers, académie de Toulouse
Dans ce film réalisé par Roberto De Paolis, le premier thème est l'amour débordant d'une mère envers sa fille : au commencement on retrouve Agnese qui a volé un téléphone dans un magasin car sa mère qui la surveille de près, lui avait confisqué le sien parce qu'elle recevait des messages absurdes. Le vigile, Stephano, la poursuit et l'arrête sur une route pour récupérer ce qu'elle a volé mais Agnese le convainc qu’elle ne veut pas avoir de problèmes avec la police et le vigile va la laisser repartir.
Agnese est pratiquante, elle va tous les jours à l'église avec sa meilleure amie. Le prêtre leur dit qu'il faut rester pure jusqu'au mariage et Agnese ne veut pas prêter serment car à ce moment-là elle n’a pas encore de copain alors que sa copine va même commander une bague pour faire le serment de rester pure.
La mère a Agnese veut absolument que sa fille prête serment au point de lui confisquer son téléphone pour que sa fille ne reçoive pas de messages absurdes et provocants. Dans le film, on suit aussi Stephano, le vigile qui a laissé partir Agnese. Il a été renvoyé de son poste car il n'a pas fait son travail et dorénavant il travaille sur un parking en tant que surveillant. Sur ce parking se trouvent des réfugiés et des gitans qui vont compliquer son travail en le provoquant et l'insultant.
Un jour, Agnese et sa mère vont rendre visite à ces réfugiés sur ce parking pour faire du bénévolat et les aider. C'est à cet instant que va commencer une histoire d'amour entre Agnese et Stephano. Ils vont d’abord échanger leurs numéro puis le lendemain il vont faire un tour à la plage et passent une belle journée ensemble.
Un soir Agnese rejoint Stephano qui l’aime énormément et pendant la nuit elle va perdre sa virginité. Quand elle en prend conscience, elle est choquée et perturbée de n’avoir pas respecté son engagement et la parole donnée à sa mère. Elle va partir en pleine nuit alors que Stephano dort encore. Agnese sort dehors, perdue, marche toute seul dans le noir jusqu'à ce que la police la retrouve et l'amène au poste de police.
Agnese va dire qu'elle a été violée par un gitan pour ne pas que sa mère sache la vérité mais les circonstances vont être irrévocables. Stephano va découvrir la nouvelle, il est furieux et veut absolument retrouver celui qui a fait ça. Des passants arrêtent un gitan et l'accusent d'avoir violé Agnese, que tout le monde connait. Stephano va alors le poursuivre, il l'attrape et le regarde en face et puis le laisse partir, réalisant qu’il l’accuse sans preuves Agnese et Stephano vont se retrouver et afficher leur amour.
C'est un très bon film avec plein d'émotion et d'amour. Ce n’est pas le genre de films que je regarde mais ça m’a beaucoup plu.

Cheissane, Lycée Professionnel Eugène Montel
2018/03/04 15:33 #0a0e-4f0e-956d-bd57d6f1094d
Lycée PRO Montel, Colomiers, académie de Toulouse
Dans le film « Cœurs purs » de Roberto De Paolis, nous suivons l'histoire d'un jeune homme, Stephano issu d'un quartier difficile, vigile dans un centre commercial. Il se fait renvoyer parce qu'il a laisse partir une fille ayant volé un téléphone. Son patron lui laisse une deuxième chance en l'employant comme vigile sur un parking. Stephano paie son loyer difficilement, ses parents se retrouvent à la rue pour ne pas avoir payé leur loyer pendant deux ans. Il essaye de les aider mais n'y arrive pas. Il fait la rencontre de Agnese une fille dont il va tomber amoureux. Agnese est issue d'une famille chrétienne et sa mère qui l'a élevée seule, la maintient encore dans l'enfance, ne veut pas la voir grandir pour la protéger des garçons.
C'est un film triste, romantique qui parle de drogue, d'argent, de délinquance. Ce n'est pas mon genre de film.

Malik, Lycée Professionnel Eugène Montel
2018/03/04 15:34 #2f64-47eb-9fea-b55b307a1c1c
Lycée PRO Montel, Colomiers, académie de Toulouse
AMOUR : Ce film nous montre que l'amour est plus fort que les différences.
Par exemple : Stefano est un ancien délinquant qui essaie tant bien que mal de sortir de ce milieu et Agnesse, une fille surprotégée par sa mère qui vit à travers elle, elles sont très proches et religieuses et malgré cela Stephano et Agnese tombent fous amoureux l'un de l'autre.
DELINQUANCE : Stefano essaie de se sortir de son milieu en travaillant comme vigile dans un supermarché puis dans un parking mais, devant aider ses parents de manière financière, il est très vite contraint de retourner dans le milieu de la délinquance pour pouvoir les soutenir. Et puis il y a Agnese, jeune fille de 18 ans, surprotégée par sa mère qui lui confisque son téléphone car elle a reçu un texto d'un ami. Ce qui va la contraindre de tomber dans la délinquance en volant un téléphone au magasin dans lequel Stefano est vigile. C'est d'ailleurs à ce moment-là qu'ils se rencontrent pour la première fois.
PAUVRETE : Stefano étant issu d'une famille pauvre, va chercher un nouveau travail, vigile cette fois dans un parking où il y a un camp de gitans qui font n'importe quoi et envers lesquels il exprime une forme de racisme car ils incarnent ce qui lui fait peur, la pauvreté.
RELIGIONS/PROMESSE : Agnese doit promettre de conserver sa virginité jusqu'au mariage ce qu'elle ne tiendra pas car elle couchera avec Stefano

Pierre, Lycée Professionnel Eugène Montel
2018/03/04 15:34 #e42e-4b77-b2d9-dbfb00ac04c9
Lycée PRO Montel, Colomiers, académie de Toulouse
Agnese et Stefano vivent à Rome. Elle, 18 ans, est couvée par une mère croyante qui lui demande de faire vœu de chasteté jusqu'au mariage. Lui, 25 ans, a grandi entre trafics et vols occasionnels, et veut s'affranchir de son milieu en acceptant un travail de vigile. Agnese vole un téléphone au supermarché, Stefano la ratrappe et au final la laisse repartir . Ils se revoient et se parlent par textos. Ils commencent à avoir des sentiments l'un pour l'autre et ils se mettent ensemble. Ils s'aiment tellement fort, qu'ils finissent par coucher ensemble et le lendemain matin elle remarque qu'elle a saigné. Elle n'est donc plus vierge et elle a le sentiment d'avoir trahi sa foi.

Brayan, Lycée Professionnel Eugène Montel
2018/03/04 15:35 #be90-4d9f-a559-6600e5aab5a3
Lycée PRO Montel, Colomiers, académie de Toulouse
Cœurs purs est un film passionnant mais il possède certaines scènes « déplacées ».
J'ai trouvé ce film pas trop à mon goût. Ceci est mon avis personnel car ce genre de film à la base ne m'intéresse pas trop car mon choix est plutôt les films d'action.
Ce film possède quand même des scènes admirables et il est intéressant pour certaines personnes qui aiment ce genre de film : il peut apporter plusieurs choses dans la vie courante, connaître ce qui se passe chez certains croyants ou se mettre à la place des autres personnes afin de se poser des questions sur ce qui se passe dans le monde entier...

Thierno, Lycée Professionnel Eugène Montel
2018/03/04 15:35 #aa7a-4985-b860-cd9b1fc70941
Lycée PRO Montel, Colomiers, académie de Toulouse
Le film nous permet de suivre deux jeunes, Stefano et Agnese qui ont une attirance de plus en plus forte.
Stefano a des amis délinquants, il a eu une jeunesse très compliquée, ses parents sont pauvres, la mère ne travaille pas, le père non plus et ils n'ont pas les moyens de payer leur loyer. Malgré les difficultés, Stefano arrive à trouver un travail et essaie d'aider ses parents dans la misère. Mais il finit par ouvrir les yeux : ses parents se retrouvent dehors comme ces gitans qu'il déteste.
Agnese est chrétienne et doit tenir sa promesse de rester vierge jusqu'au mariage. Elle est pratiquante, mais cette promesse ne tiendra pas.. ! Elle subit une relation mère/fille très fusionnelle : la mère protège beaucoup sa fille pour la préserver et lui éviter de commettre les même erreurs qu'elle-même a pu faire par le passé.
La relation père/fils est très compliquée pour Stefano, son père le frappait lui et sa mère, le père ne se manifeste pas dans les situations difficiles pour aider sa famille. Stefano avait même prié dans sa jeunesse pour que son pète meure.
J'ai apprécié ce film car il montre des faits réels et c'est très intéressant.

Fayez, Lycée Professionnel Eugène Montel.
2018/03/04 15:36 #35ff-438d-9f4b-4d2d9feb0452
Lycée PRO Montel, Colomiers, académie de Toulouse
Délinquance :
Stefano a grandi dans des quartiers difficiles avec une mauvaise situation de vie et il est donc entré dans le milieu de la «drogue», dans le deal.
Mais avec le temps il a gagné en maturité et décide de se trouver un travail en règle.
Pauvreté :
Avec l'argent qu il gagne en travaillant honnêtement, il arrive à se payer un petit appartement. Mais ce n'est pas le cas de ses parents. Sa mère lui annonce qu'ils vont être mis à la porte pour cause de non-paiement de loyer. Ils sont délogés et tombent encore plus bas, expulsés en bas de leur immeuble, ils vivent dans une caravane et Stefano leur donne de l'argent pour les aider.
Responsabilité :
Stefano est vigile de supermarché, on le voit courir après Agnese qui a volé un téléphone mais touché par cette jeune fille, il décide de la laisser partir avec son téléphone. Suite à cela, renvoyé de son travail, il devient gardien de parking et doit surveiller les «gitans» afin qu'ils restent dans leur zone.
Mais ça se passe mal et Stefano est renvoyé à nouveau. Il retourne dans le milieu de la délinquance pour pouvoir aider ses parents mais garde son sens des responsabilités puisqu'il refuse de vendre de la drogue à un jeune garçon.
Relation :
Agnese, 18 ans a une relation de petite fille avec sa mère, elles dorment ensemble et s'embrassent sur la bouche comme une mère peut le faire avec son jeune enfant. Stefano vit tout autre chose : son père le frappait, frappait aussi sa mère et ne travaillait pas.
Agnese et Stefano, sortis ensemble ont une relation d'amour et Agnese perd sa virginité. Elle se réveille le lendemain en pleurant et pense qu'elle a trahi sa promesse de rester pure envers sa religion et sa mère. Elle accuse alors un gitan de l'avoir violée pour que sa mère ne sache rien et qu'elle puisse lui pardonner mais Stefano la retrouve et elle comprend qu'elle va assumer sa part de responsabilité et avouer leur amour.
Je pense que Cœurs Purs est un film intéressant qui nous montre les avantages d'être honnête mais aussi le poids des religions et les situations de vie difficiles de certaines personnes.
C'est un film à voir au moins une fois pour découvrir.

Salem, Lycée Professionnel Eugène Montel
2018/03/04 15:36 #6dc7-4c67-9a11-130badd9747b
Lycée PRO Montel, Colomiers, académie de Toulouse
Agnese une adolescente de 18 ans et Stefano un jeune homme de 25 ans tentent de vivre une histoire d'amour paisible mais malheureusement tous deux sont empêchés par des aléas : Agnese avec sa mère qui souhaite la protéger des garçons suite à sa mésaventure avec un adolescent un peu entreprenant, et Stefano avec son travail de misère de gardien de parking que des gens du voyage empêchent d'exercer.
Les deux jeunes gens vont alors commencer à se voir en cachette et commencent à s'attacher l'un à l'autre. Malheureusement les choses continuent de s'aggraver, les parents de Stefano sont forcés de quitter leur domicile et sont mis à la rue, le travail devient de plus en plus dur pour Stefano.
Ce film ne m'a pas vraiment intéressé car ce genre d'histoire est racontée au quotidien sous plusieurs formes. Un travail non souhaité, une relation amoureuse compliquée, des sentiments assez brefs malgré certains actes de la part de Stefano. Dans ce genre d'histoire, les réfugiés sont toujours dénoncés à cause de leur mode de vie différent de celui des gens autour d'eux qui ne sont pas touchés par la misère.

Yoan, Lycée Professionnel Eugène Montel
2018/03/04 15:37 #cba9-4a6d-8992-20849d08ae5d
Lycée PRO Montel, Colomiers, académie de Toulouse
Ce film de Roberto De Paolis raconte l'histoire d'Agnese, une jeune fille de 18 ans qui vit encore sous la protection de sa mère. Elle va essayer de se rebeller face à l'autorité de sa mère et de sa religion catholique qui l'empêche de faire certaines choses. On suit également Stefano, un jeune adulte de 25 ans qui vit dans un appartement près de la cité grâce à l'argent qu'il gagne avec son travail de surveillant de parking. Ses parents vivent dans la pauvreté et pour Stefano, tout est de la faute de son père qui n'a jamais travaillé, qui battait sa femme et son fils. Stefano lui en veut beaucoup et lorqu'il était petit, il priait pour que son père meure.
« Cœurs purs » nous parle beaucoup de la pauvreté, de ce qui est bien ou mal, de l'amour qu'il peut y avoir entre ces 2 personnages, de ce qui va chambouler leur vie.

Clément, Lycée Professionnel Eugène Montel
2018/03/04 15:37 #9d1d-4b35-8d53-24a77754ad3a
Lycée PRO Montel, Colomiers, académie de Toulouse
Ce film nous montre l'amour entre une jeune fille qui s'appelle Agnese et un jeune homme qui s'appelle Stefano. Cœurs Purs nous parle de la violence, de la pauvreté, de l'argent, de la drogue, et de la misère car Stefano a des problèmes d'argent parce que ses propres parents ont été expulsés de leur maison.
Le père de Stefano a une relation compliquée avec son fils, il ne joue pas son rôle de père correctement, il est sans emploi. Stefano est au contraire très responsable, il travaille comme surveillant d'un parking pour aider ses parents en leur donnant de l'argent. Agnese elle, à 18ans a une relation « sacrée » avec sa mère parce qu'elle la considère toujours comme une petite fille. Toutes les deux pratiquent avec ferveur leur religion chrétienne. Agnese doit faire une promesse de rester vierge jusqu'au mariage. Puis elle rencontre Stefano, ils sortent ensemble a la plage et rapidement ils tombent amoureux l'un de l'autre et quelques temps plus tard, un soir, ils couchent ensemble. Le lendemain Agnese réalise avec désarroi, en voyant du sang sur les draps, qu'elle a perdu sa virginité. Elle sort de chez Stefano et erre dans la rue, perdue, choquée. Récupérée par des policiers, elle dit s'être faite violée par un gitan.
J'ai bien aimé ce film car il y avait de la rancœur, de l'amour, des émotions et de la violence.

Chahine, Lycée Professionnel Eugène Montel
2018/03/05 17:36 #f4a0-4ee8-a321-0975b4139406
Lycée Cassin, Strasbourg, académie de Strasbourg
Critique sur le film « Cœurs purs »
Realisateur :Roberto De Paolis
Genre : drame, romance
Nationalité : italien
Acteurs principaux : Sélène Caramazza,Simone Liberati,Barbora Bobulova,Stefano Fresi

Le film Cœurs purs est un film italien qui parle de deux personnes qui se rencontrent d’une façon assez étrange, par un vol.
Les deux héros se recroisent par la suite et commencent à se fréquenter. Mais cela engendre de nombreux problèmes car la fille est une personne très pratiquante. Elle veut rester pure et ne veut pas avoir de relations sexuelles avec ce garçon par peur de décevoir sa mère et de se salir. Mais elle tombe amoureuse de lui et décide de le faire malgré tout. Pour justifier cet acte, elle invente une histoire d’agression car elle ne veut pas dire à sa mère qu’elle a eu une relation avec un garçon avant le mariage.
A la fin, elle et le garçon se retrouvent et le film se finit de cette façon.

On a moyennement aimé le film car on l’a trouvé un peu plat. Il y a certes de l’action mais cela n’a crée aucune émotion en nous.

NDIAYE ALINATA, SARIOGLU UMMUHAN, BEKTESHI VALBONA 
seconde, Lycée René Cassin, Strasbourg
2018/03/05 17:38 #d807-4276-918a-7caee3e6300e
Lycée Cassin, Strasbourg, académie de Strasbourg
Agnese et Stefano vivent à Rome dans deux mondes que tout oppose. Elle, 18 ans, est couvée par une mère croyante qui lui demande de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Lui, 25 ans, a grandi entre trafics et vols occasionnels, et veut s’affranchir de son milieu en acceptant un travail de vigile. Quand ils se rencontrent, se dessine l’espoir d’une nouvelle vie…

Ce film est très émouvant, il parle d'une histoire d'amour à la fois triste et joyeuse, ça nous provoque des émotions différentes dont la joie et la tristesse.

Nous avons trouvé ce film intéressant. Il nous montre également la société italienne d'aujourd’hui, comment elle est vécue par certains jeunes. Ce film tourne autour d'un dilemme, le dilemme de l’amour ou de la religion et cela crée une situation compliquée pour les protagonistes.
Les scènes étaient touchantes, particulièrement la fin où ils se prennent dans les bras l’un de l’autre. Nous avons adoré ce film !

Tyliana et Jade, Agnese et Stefano vivent à Rome dans deux mondes que tout oppose. Elle, 18 ans, est couvée par une mère croyante qui lui demande de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Lui, 25 ans, a grandi entre trafics et vols occasionnels, et veut s’affranchir de son milieu en acceptant un travail de vigile. Quand ils se rencontrent, se dessine l’espoir d’une nouvelle vie…
Ce film est très émouvant, il parle d'une histoire d'amour à la fois triste et joyeuse, ça nous provoque des émotions différentes dont la joie et la tristesse.
Nous avons trouvé ce film intéressant. Il nous montre également la société italienne d'aujourd’hui, comment elle est vécue par certains jeunes. Ce film tourne autour d'un dilemme, le dilemme de l’amour ou de la religion et cela crée une situation compliquée pour les protagonistes.
Les scènes étaient touchantes, particulièrement la fin où ils se prennent dans les bras l’un de l’autre. Nous avons adoré ce film !

Tyliana et Jade
Agnese et Stefano vivent à Rome dans deux mondes que tout oppose. Elle, 18 ans, est couvée par une mère croyante qui lui demande de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Lui, 25 ans, a grandi entre trafics et vols occasionnels, et veut s’affranchir de son milieu en acceptant un travail de vigile. Quand ils se rencontrent, se dessine l’espoir d’une nouvelle vie…
Ce film est très émouvant, il parle d'une histoire d'amour à la fois triste et joyeuse, ça nous provoque des émotions différentes dont la joie et la tristesse.
Nous avons trouvé ce film intéressant. Il nous montre également la société italienne d'aujourd’hui, comment elle est vécue par certains jeunes. Ce film tourne autour d'un dilemme, le dilemme de l’amour ou de la religion et cela crée une situation compliquée pour les protagonistes.
Les scènes étaient touchantes, particulièrement la fin où ils se prennent dans les bras l’un de l’autre. Nous avons adoré ce film !

Tyliana et Jade
élèves de seconde, Lycée René Cassin ,Strasbourg
2018/03/05 17:39 #d2d3-4760-99bf-315dc5cedf39
Lycée Cassin, Strasbourg, académie de Strasbourg
Critique « Coeurs Purs », un film de Roberto De Paolis
Genre : dramatique.



Mon avis:

Je n'aime pas les films dramatiques et, par conséquent, ce film ne m’a pas plu. Je n’ai, notamment, pas du tout aimé la fin.

Dérangeant, également, le fait que la mère de la protagoniste l’oblige à faire cette promesse de ne pas avoir de rapports jusqu'au mariage alors que c'est à sa fille de décider. La relation mère-fille étais très bien au début jusqu'à ce que la fille rencontre ce garçon à nouveau. La mère est trop stricte à cause de sa religion alors qu'elle ne devrait pas car elle est en train de perdre sa fille qui ne voudra plus jamais se confier à elle.



La relation entre la fille et le garçon s'est aussi formée très bizarrement. Leur relation commence quand ils se rencontrent à nouveau sur le parking où travaille le garçon. Ils discutent et puis ensuite il l'embrasse alors qu’il la connaît à peine.



Je conseille ce film à ceux qui aiment les films dramatiques mais moi, personnellement, je n'ai pas aimé ce film.





Dinu Alexandra, seconde, lycée René Cassin, Strasbourg

2018/03/05 17:46 #c7cd-4620-9ac5-1506f40091b6
Lycée Cassin, Strasbourg, académie de Strasbourg
Critique de film : Cœur Pur

Le film  « Cœur Pur » est un film dramatique Italien. Nous suivons la vie d’une jeune adolescente Italienne de 18 ans (ses amours, ses relations parentales, son rapport à la religion et sa prise d’indépendance progressive), ayant un étroit rapport à la religion.
A la base, je peux facilement être touché par les drames, mais celui-ci ne m’a pas spécialement transporté, il parle de thèmes assez récurents : l’adolescence, l’amour, la religion, la foi etc…
Néanmoins le réalisateur a su les traiter et avoir un propos perceptible, mais l’histoires d’amour… je la trouve similaire a beaucoup d’autres films et celle-ci n’a pas su m’apporter un vent de fraîcheur.

Cependant ce film très réaliste montre, je pense, plutôt bien la réalité d’un/une adolescent(e) dans les banlieues italiennes, donc il y a tout de même un point de vue, aussi bien culturel que générationnel à tirer de ce film, la réalité des camps de gitans, de la religion chrétienne très présente ainsi que les rapport souvent compliqués entre parents et enfant. Je le trouve donc tout de même enrichissant sur un certain plan.
Je sens que l’auteur ( qui est italien ) partage très bien SA vision des différentes thématiques du film, qui ne sont pas forcément très originales, mais qui sont très honnêtes, ce qui donne pour moi, toute la force du film, et son émotion.
Je trouve que la vision de l’auteur, notamment sur l’adolescence et la religion, n’est pas entièrement négative. Dans les deux cas il est question de quelque chose de restrictif mais aussi d’engageant. On y retrouve une lueur d’espoir, une lumière accessible au bout du tunnel, accessible uniquement grâce à la patience et aux expériences de la vie aussi bien sociales, que professionnelles ou sexuelles… un adulte n’est-il finalement pas qu’un adolescent avec un passé plus ou moins glorieux qui lui servira d’héritage ? L’auteur nous livre ici que, peu importe son héritage et ses démons, on peut les surpasser et avancer vers ce que l’on souhaite réellement.

Je n’ai su apprécier le film que par son fond, bien que sur le plan de la forme, ce film soit surement fidèle à la vision de l’auteur… je ne sais pas, il y a quelques choses qu’y m’y dérange, sûrement le thème de la religion qui y est omniprésent, et qui a plus tendance à m’ennuyer qu’à me faire réfléchir.

Le film ne m’a pas beaucoup tenu en haleine donc, je pense qu’il ne plaira pas à beaucoup, cependant je pense qu’il y a quelque chose de très sincère et d'authentique, ainsi qu’une part de découverte de la vision de l’auteur de l’ Italie, le tout donnant un voyage je pense, toujours constructif, à vous de voir si vous le vivrez bien ou mal !
Je pense tout de même sincèrement qu’il y a, pour tout le monde, quelque chose à en tirer.

Julien Simonin, SGC, Lycée René Cassin, Strasbourg
2018/03/05 17:49 #f53d-4362-8ccc-eead5a3ace0f
Lycée Cassin, Strasbourg, académie de Strasbourg
Cuori Puri

Cœurs purs est un film italien, réalisé par Roberto De Paolis. Ce film, est un film dramatique et réaliste.
L’histoire, raconte la vie d’Agnese (une jeune fille chrétienne de 17 ans) et Stefano (un jeune homme de 25 ans qui a eu un passé difficile).
Les 2 protagonistes, vont tomber amoureux l’un de l’autre et ils vont faire l’amour malgré le fait qu’Agnese voulait préserver sa virginité jusqu'au mariage.
Dans ce film on retrouve beaucoup de plans rapprochées sur les personnages et la caméra se focalise beaucoup sur les acteurs.
La scène principale du film (quand Agnese perd sa virginité et qu’elle se promène dans le parc) m’a beaucoup dérangée parce que je n’aime pas le sang.
J’ai bien aimé ce film (malgré le fait qu’il y avait des scènes un peu trop intimes) parce qu’il parlait des jeunes
.
Emanuela, Seconde, Lycée René Cassin, Strasbourg

2018/03/05 18:27 #9af7-47f6-95df-f3c4276013ed
Lycée PRO Le Corbusler, Tourcoing, académie de Lille

Ce film avait une belle histoire. Il y avait des passages romantiques durant le film.
On y voyait des scènes violentes et choquantes. Bagarres, agressions, passages obscènes.
Elle a rencontré Stefano en volant un téléphone dans le magasin dans lequel il était garde.
Une histoire d’amour qui commence entre les deux personnages principaux.
Retourne toujours sur le parking ou travail Stefano. Elle retourne toujours lui parler.
Se rendre à l’église pour faire sa promesse de chasteté ou ne pas rester vierge jusqu’au mariage : Quel dilemme !

Partage ses vieux vêtements avec les gitans. Elle fait du volontariat avec sa mère.
Un grand amour naissant entre Agnèse et Stefano.
Ranger l’église pour accueillir les gitans. Pour qu’ils puissent avoir un refuge
Se fait passer pour une personne violée pour garder sa réputation et défendre Stefano.

Lorie Maréchal
Axel Rolland
2018/03/05 18:28 #462d-407a-bf7b-73467bc25e63
Lycée PRO Le Corbusler, Tourcoing, académie de Lille
Cœurs purs est un film aux personnages attachants,
Original sur la manière dont il trait l’histoire d’amour entre les deux personnages,
Etonnant car découpé en une multitude de séquences romantiques,
Une des faiblesses seraient la longueur de certaines qui gagneraient à être plus rapides,
Rocambolesque peut qualifier certains moments du film,
Secret obligatoire pour vivre heureux ? c’est une question que l’on se pose,
Pas raté pour le choix des cadrages, c’est même souvent intéressant,
Un des problèmes pour les plus sensibles parmi nous, fut la cruauté de certains passages,
Rude est cette histoire, dont les personnages sont malmenés d’un bout à l’autre,
Symbolique, ce film dénonce tous les travers de notre société moderne, et c’est pour ça qu’on le conseille à tous !
Nicolas Dessery et Léonor Watel
2018/03/08 20:52 #223f-4f96-b8a1-3bf2b077609c
Lycée La Morandière, Granville, académie de Caen
Critique du film « Coeurs purs »

« Coeurs purs » est un film italien de 1h55 sorti en 2017, à la fois dramatique et romantique. Le réalisateur est Roberto De Paolis, celui-ci est né à Rome en 1980. Il a réalisé d’autres films comme « Bassa marea », « Il serpente », « Niente è come sembra ». Il a reçu le prix du meilleur réalisateur débutant.
Les principaux acteurs sont Selene Caramazza (Agnese), Simone Liberati (Stefano), Barbora Bobulova (marta), Stefano Fressi (don Lucas)
Toute l’histoire se passe à Rome d’aujourd’hui.

Agnese est une jeune femme tout juste majeure vivant seule avec sa mère dans un milieu de classe moyenne. Marta la mère, a élevé sa fille dans la ferveur religieuse catholique et ordonne à celle-ci de rester pure jusqu’au mariage.

Stefano, lui a 25 ans et vit dans les quartiers pauvres de Rome avec ces trafics, ces vols, sa violence. Pour aider ses parents et sortir de ce milieu, il travaille comme vigile puis gardien de parking à proximité d’un camp de gitans.
La mère d’Agnese emmène sa fille faire du volontariat pour aider les gitans comme sa religion le lui a appris, (aide ton prochain)
C’est là que Stefano et Agnese se rencontrent.

Ce film est un drame car les sujets de la pauvreté, du problème d’intégration des immigrés et de la violence de la société sont abordés, mais c’est aussi une belle romance entre deux êtres différents dans tous les domaines.

Je pense que Roberto de Paolis a voulu montrer avec ce film « coeurs purs » la difficulté aujourd’hui de la vie à Rome pour une partie des Italiens pauvres, mais aussi les problèmes des immigrés qui sont isolés, rejetés, « engrillagés » comme des animaux, mais également le rôle de la religion dans la société romaine. Et pourtant, beaucoup d’Italiens pauvres se sentent lésés par rapport aux immigrés qu’on semble aider énormément.

Marta la mère d’Agnese est et restera tout au long du film une femme stricte, rigide, fermée dans ses croyances et pourtant si généreuse avec les étrangers. Elle a des mœurs bien différentes de la majorité des citoyens d’aujourd’hui, elle représente l’ancienne génération décalée du monde moderne.
Le personnage d’Agnese lui évolue tout au long du film. Elle est d’abord naïve, innocente, puis se libère des griffes de sa mère, désobéit même à celle-ci. Elle en est honteuse car elle a péché ; cependant elle représente la nouvelle génération qui s’ouvre aux autres.

Stéfano veut quitter «le mal», il veut s’en sortir en travaillant, il a un respect profond et de l’ amour sincère pour Agnese.

Le titre « Coeurs purs » est donc très bien choisi car Roberto de Paolis met en scène trois personnages avec un coeur pur.
Les deux personnages sont tout de suite attirés l’un l’autre alors que tout les oppose: leur milieu social, leur âge, leur croyance, leur origine et leur façon de vivre.

On peut faire un rapprochement facile avec l’histoire de Romeo et Juliette de Shakespeare
qui représente la pureté de l’amour. Mais à la différence de Roméo et Juliette, dans ce film c’est l’amour qui triomphe car Agnese et Stefano se retrouvent.

J’ai envie de citer Blaise Pascal, philosophe du 17e siècle: «l’amour a ses raisons que la raison ignore.» L’amour ne se commande pas, il vous tombe dessus sans préjugés.
j’ai particulièrement aimé le plan de la course folle des deux jeunes au début et à la fin du film, car ils se rattrapent, ce qui montre l’espoir dans l’avenir pour que les différences -qu’elles soient sociales ou religieuses entre les êtres- ne soient pas un obstacle à l’amour et au rapprochement des personnes.

Dans ce film,je trouve la musique triste et nostalgique sur le thème souvent religieux. Les acteurs jouent tellement bien leur rôle qu’on a l’impression de vivre une histoire réelle,on a de la sympathie, de la tristesse mais aussi de la joie pour les deux amoureux. Roberto de Paolis s’attarde souvent sur l’expression des visages des deux personnages principaux, ce qui les rend encore plus réels,même si certains plans sont parfois trop longs, un peu comme dans le film «The square».

Ce film est vraiment très complet car il évoque tous les problèmes de la société, un peu comme le film « The square » mais en plus réaliste et en lien avec la vie actuelle.
Même si je garde une préférence pour le film «Au revoir là haut», «Coeurs purs» mériterait également le prix Renoir.


Dylan Heslouin

2de 5 du lycée de la Morandière

Granville




2018/03/08 20:55 #5e45-4220-ae22-359073eacc3a
Lycée La Morandière, Granville, académie de Caen
« Cœurs purs »

Un amour improbable ...

Jeudi 22 février 2018, je suis allée voir avec ma classe un film Italien nommé « Cœurs purs  » de fiction et en Italien « Cuori Puri » de Roberto de Paolis. Celui-ci est né en 1980 à Rome. Il a étudié à la London International Film School. puis il a travaillé comme photographe. Ensuite il a réalisé deux courts-métrages « Bassa Maroa » sorti en 2010 et « Alice » sorti en 2011. Et enfin, en 2017, il crée son premier long-métrage qui est un film de fiction que nous sommes allés voir. Le film raconte l'histoire de Stefano et Agnese. Elle, a 17 ans, vit seule avec sa mère très croyante. Et lui, à 25 ans, pour oublier un passé difficile, tente de maîtriser son comportement violent. Aujourd'hui, Stefano est gardien d'un parking, situé à côté d'un campement. Ces deux jeunes totalement différents vont tomber amoureux l'un de l'autre. Le récit est introduit avec ces deux personnages principaux . Stefano, vigile d'un supermarché, tente de rattraper Agnese qui a volé un téléphone portable...
Le thème courant et majeur de ce film est l'amour d'un jeune couple. Au travers des scènes les plus importantes, le réalisateur représente des scènes de vie quelque soient leurs différences sociales. Agnese incarne le milieu aisé mais aide les gitans et Stéfano est issu d'un milieu pauvre. C'est pourquoi, le jeune homme s'interroge sur la sincérité de cet amour et ira jusqu'à agresser son amie pour obtenir des réponses. Cette scène m'a particulièrement marquée car Stefano pense qu'Agnese ne l'aime que par pitié. Tous ces modes de vie différents montrés par le réalisateur, dénoncent la difficulté de vivre ensemble ainsi que la misère dont les parents de Stefano sont victimes lorsqu'ils se font expulser de leur logement. Malgré tout, on constate des élans de solidarité, lorsque les plus riches (mère d'Agnese) aident les plus démunis (gitans) au travers d'une association qui leur donne des jouets pour leurs enfants. Ce qui paraît parfois injuste aux yeux de Stefano qui avec ses parents ne reçoit l'aide de personne.
La religion est également au devant de la scène dans ce film, avec la mère d' Agnese, très croyante, qui va très souvent à l'église, dans laquelle elle accueille pour la première fois des migrants. Aidée du curé et d' un ami, ils se démènent pour leur offrir le meilleur hébergement possible.
Ce film dénonce également les conflits familiaux existant entre Stefano et son père, qui ne peut pas le voir sans l'insulter. L'injustice entre les patrons et les employés apparaît aussi à l'écran lorsque les premiers sont prêts à licencier ces derniers sans même écouter leurs versions lorsqu'il y a conflit. Et enfin, il dénonce la consommation de produits illicites dès l'âge de douze ans, chez les adolescents ou le prétendu viol d'Agnese qu'elle invente pour se couvrir par rapport à la virginité qu'elle avait affirmé vouloir préserver conformément à sa croyance et pour satisfaire sa mère très religieuse.
Le film se termine avec les deux personnages principaux encore une fois, ce qui est signifiant. Agnese et Stefano se font un câlin à la fin. J'ai remarqué qu'au début du film on retrouvait ces deux mêmes cadrages qui les représentaient courant. Cette fin est ouverte car l'histoire nous laisse imaginer une suite... La musique cadre parfaitement avec l'histoire. Pour conclure, ce film est intéressant, mais il présente parfois des scènes qui traînent en longueur et qui n'apportent pas plus d'informations utiles à sa compréhension.

Sofia DOUAY

2de 5 du lycée Julliot De La Morandière

Granville

2018/03/11 23:17 #4aa9-4c7f-80fb-c8d2e951008c
Lycée Valbonne, Valbonne, académie de Nice
Slam Coeurs Purs
Lindsay Robinot-Jones


Lui était la brute, elle avait l’cœur pur
Entre eux chaque contact est comme une brûlure
La pureté emprisonne le cœur d’Agnese
La brutalité enferme c’lui de Stefano
Contrechamp sur les gitans, il est si violent cut
Tels les amants de Vérone, elle est sur son bal
Con. Comprenez qu’il la regarde avec envie
Et que son âme de jeune fille n’ose que dire oui
Les yeux dans les yeux
Ils se rapprochent peu à peu
Panoramique sur l’océan
Travelling incessant
Désirs divins
Agnese et Stefano
Qui est le loup ? Qui est l’agneau ?
Un baiser plongée sur les lèvres
Vœux de chasteté brisés
Sensualité

Amen
2018/03/13 15:32 #5e7d-4365-94c4-e249f3c14d4a
Lycée Pierre de la Ramée, Saint Quentin, académie de Amiens
Un esprit malsain dans un cœur sain

C’est joli l’amour...les oiseaux chantes...les feuilles volent...les commerces s’ouvrent...Non voyons c’est beaucoup trop beau pour être vrai ! C’est dans un large panel de thématiques, comme la place de l’étranger dans la société, que le réalisateur a terriblement étouffé le spectateur..les scènes sont lourdes...fatigantes...elles donnent envie de dormir...enfin je parle du spectateur qui souffre de l’ennui parce que Stefano et Agnese, les deux personnages principaux, prennent bien leur temps pour faire leurs embrassades...(et pas que…) C’est d’ailleurs une scène, parmi tant d’autres, qui est d’un plat terrible pour le spectateur ! Évidemment c’est « fais exprès » pour insister sur le caractère « réaliste » que nous connaissons. Oui..il faut l’admettre l’ambiance sonore..les sons de la mer...les voitures cassées...les gitans qui veulent vous tuer...ah c’est sûr ! Ça fait rêver tout ça ! Stefano la brute mentale et Agnese la pseudo-sainte ni touche qui recevrait des messages obscènes font bien la pair tout compte fait…Sans parler de son irascible mère qui intervient sur toute sa vie…allant même jusque la frapper...(et pas sans retenu...parbleu !) Toutefois le film illustre bien l’égocentrisme, la nervosité et la tendance oratoire quelque peu...brutale d’une catégorie sociale très répandue, cela nous pousses aussi à réfléchir sur ce que nous serions prêt à faire pour quelqu’un, (jusqu’à rompre un vœux de chasteté exhaussé par sa mère mais non prononcé…) Et cette constante impression que d’enfermement par des grillages..des immeubles...des épiceries (braquées en tout bien tout honneur par le prince charmant de damoiselle Agnese...le même prince qui trafique de la poudre pour voir le monde en rose…) Il faudrait faire l’impasse sur cette enregistrement de la vie courante qui ne donne envie que si l’on oublie que nous pouvons être ridicule par moment...

Antoine M.
Lycée Pierre de La Ramée (02100)
2018/03/13 15:37 #854c-4cd9-a865-d8ea4f1b97ad
Lycée Pierre de la Ramée, Saint Quentin, académie de Amiens
Du pur réalisme

Réaliste. C’est le mot qui définit le mieux le film du réalisateur italien, Roberto De Paolis. Ce réalisme qui toutefois crée quelques longueurs, nous plonge dans une réalité troublante où nous nous reconnaissons par moment. Les longueurs sont atténuées par les remarquables interprétations des acteurs nous faisant ainsi découvrir la complexité de chaque personnage. Cependant certains personnages ne sont pas explorés suffisamment comme la mère d’Agnese, interprétée par Barbora Bobulova, sur laquelle nous ne savons que peu de chose. Elle nous oblige alors à nous poser une multitude de questions sur ses choix et ceux qu’elle impose à sa fille. Stefano, interprété par Simone Liberati, est quant à lui un personnage surprenant : nous nous attendons à une représentation clichée du mauvais garçon, et au contraire loin de tous les stéréotypes, nous découvrons quelqu’un de bon dès le début du film et qui ne fait que s’embellir au fur et à mesure que le film avance. Pour rajouter une touche humoristique au film, nous rencontrons le Père Luca et ses comparaisons modernes de Jésus. Néanmoins malgré la belle présence des acteurs, le manque de musique se fait sentir et ajoute à la sensation de longueur. Le réalisme du film est aussi représenté par la caméra qui nous donne l’impression de bouger en même temps que les personnages. S’ajoute également un grand nombre de gros plans. Ces effets de caméra nous donnent vite envie de ne plus regarder. Mais en continuant, nous découvrons un film magnifique avec une belle histoire d’amour, de beaux personnages et un réalisme surprenant.

Marie N.
Lycée Pierre de La Ramée (02100)
2018/03/15 10:55 #5192-4364-98dc-d4cb3da932ab
Lycée Les Chartrons, Bordeaux, académie de Bordeaux
Agnès et Stefano vivent à Rome dans deux mondes que tout oppose. Elle, 18 ans, est couvée par une mère croyante qui lui demande de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Lui, 25 ans, a grandi entre trafics et vols occasionnels, et veut s’affranchir de son milieu en acceptant un travail de vigile. Quand ils se rencontrent, se dessine l’espoir d’une nouvelle vie…
Critique :
C’est un film sur la rencontre de deux mondes différents pour les deux personnages principaux. La fille, elle est protégée par sa mère qui est très croyante et qui lui demande de faire une promesse de virginité jusqu’à son mariage, mais elle a rencontré Stefano, un jeune homme qui l’a connu suite à un vol de téléphone. Elle tombe amoureuse de lui. C’est pour cela qu’elle lui a donné sa virginité alors qu’elle devait faire une promesse de chasteté mais elle l’a fait par amour. Elle reste un cœur pur.
Le garçon, lui, il a une vie différente : il vit tout seul et ses parents sont modestes et il n’est pas trop croyant.
J’ai bien aimé cette rencontre et l’histoire qui dit qu’on peut être un cœur pur même si on n’est pas trop dans la morale. Mais c’est la mère qui veut qu’Agnès reste vierge, c’est pas trop elle.
Pourtant j’ai été un peu choquée de la vitesse avec laquelle Agnès se décide. Elle connait à peine Stefano quand même. Il n’empêche que c’est un film touchant et très vrai.
AL-AMINE Nayma

2018/03/15 10:59 #1859-4832-a6b0-31174bc880e4
Lycée Les Chartrons, Bordeaux, académie de Bordeaux
Résumé de l’histoire :
Agnès jeune fille très pure vit à Rome. A peine 18 ans elle fait un vœu de chasteté jusqu’au mariage. A cause de sa mère qui est très croyante et pratiquante. Elle s’impose énormément dans la vie de sa fille, Agnès. Elle rencontrera Stefano, un jeune homme de 25 ans. Qui au premier abord est tout l’opposé d’elle. Trafics de drogue, vols …Il veut prendre ses responsabilités en trouvant un travail : gardien de parking. Voilà que leur histoire intense commerce…

Critique du film :
Ce film m’a beaucoup marqué. Etant une adolescente j’ai pu me mettre beaucoup plus facilement dans la peau d’Agnès et donc me plonger rapidement dans cette histoire. A cet âge, nous sommes toujours tentés de franchir les interdictions. Mais voir Agnès y laisser sa virginité était pour moi très surprenant. Mais, après réflexion ce n’était pas réellement elle qui avait envie de faire son vœu de chasteté jusqu’au mariage, c’était sa mère. Sans doute parce qu’elle avait peur du regard des autres, (Car la mentalité de sa mère était très fermée et celle des personne qu’elle fréquentait à l’église aussi, aucune fille ne devait faire savoir qu’elle n’était plus vierge avant le mariage et si c’était le cas, elles étaient d’abord considérées comme violées). Pour finir le fait que la mère de la jeune fille ne lui ait pas laissé un peu de liberté ni de petit jardin secret, ça a poussé Agnès à désobéir à sa mère. Et de commettre « l’irréparable » .La moral de cette histoire et de pouvoir être assez proche de sa fille adolescente parce que je pense, que c’est vraiment la période où on en a le plus besoin (C’est là où l’on se construit pour notre vie d’adulte). Mais d’accepter que sa fille grandisse tout en surveillant ses pas et ses choix. De ne pas s’imposer mais plus de la guider.
Sarah Aidoud
2018/03/15 11:04 #c829-4d04-aeb8-2f65f8836e0e
Lycée Les Chartrons, Bordeaux, académie de Bordeaux
Résumé de l’histoire
C’est l’histoire d’Agnès une jeune fille de 18 ans qui est élevée par sa mère dans la religion, elle doit préserver sa virginité jusqu’au mariage. Stefano travaille en tant que gardien de parking ou en face il y a des gitans. Ils se rencontrent et finissent par s’aimer.

Critique du film
Ce film m’a beaucoup plus, j’aime beaucoup les films romantiques. Il y a des scènes très touchantes comme quand elle donne sa virginité à Stefano. C’est un geste d’amour sincère. Il y a du racisme car, comme on peut le voir, Stefano ne veut pas être ami avec les gitans et les gitans se vengent. Agnès est plutôt généreuse et Stefano est plutôt irresponsable. Leurs première rencontre m’a fait un peut rire : Agnès venait de voler un téléphone là où Stefano travaille comme agent de sécurité. Il la laisse partir et se fait virer. C’est pour ça qu’il est devenu gardien de parking. Leur deuxième rencontre se fait lorsque Agnès fait du bénévolat en donnant des choses aux gitans qui habitent en face du parking là où Stefano travaille. C’est là qu’ ils se sont échangés leurs numéros. Mais, même si tout les sépare, ils restent ensemble comme dans les hauts et les bas. C’est ce qu’il m'a touché c’est le vrai AMOUR.
Et quand c’est le vrai amour, c’est que c’est pur.
Aydemir Pelin
2018/03/15 11:06 #c198-431b-830d-edbc202c82a9
Lycée Les Chartrons, Bordeaux, académie de Bordeaux
Résumé de l’histoire :
Agnès et Stefano sont très différents. Elle a 17 ans, vit seule avec une mère rigide et très religieuse, fréquente l’église et a fait un vœu de chasteté jusqu’au mariage. Il a 25 ans, c’est un garçon violent au passé très dur qui travaille comme concierge sur un parking à côté d’un camp de gitan. A leurs rencontres des sentiments naissent entre eux sur le fait de voler et l’entraide. Le désir monte de plus en plus entre les deux jusqu’au point où Agnès…

Critique du film :
Je trouve que le film parle d’une très belle histoire entre deux personnes opposées au niveau social et caractère. Je trouve que certaines scènes sont étonnantes et peut être choquantes pour des jeunes personnes. Ce film montre que t’as beau être attaché à la religion, au bout d’un moment, une personne cède. Malgré tout j’ai bien aimé le film. Cela nous permet d’ouvrir les yeux sur certaines choses auxquelles on ne fait pas attention dans la vie courante. Je conseille très fortement ce film pour les personnes adolescentes.
Seyi Owolabi
2018/03/15 11:14 #d4dc-4a25-95a2-b3c4c4dcb4c5
Lycée Les Chartrons, Bordeaux, académie de Bordeaux
Résumé:
C’est une fille de 18 ans qui s’appelle Agnès élevée dans la ferveur religieuse. Elle cherche à préserver sa virginité jusqu’au mariage. En essayant de voler un téléphone, elle rencontre un homme de 25 ans, Stefano qui fait le vigile. Après avoir été viré, il devient gardien de parking près d’un camp de Gitan. Ils gardent contact et finissent par s’aimer et Agnès trahit sa promesse.
Critique :
J’ai aimé ce film.
J’ai bien aimé la manière dont la mère élève sa fille, comment, toutes les deux, elles étaient posées et pratiquantes, elles aidaient les pauvres en particuliers le camp de Gitan.
Ça m’a fait beaucoup de peine le moment où les parents de Stefano ont été jetés à la rue du jour au lendemain pour un problème d’argent. C’était touchant au moment où Agnès, sa mère et les gens de l’église organisent un toit pour les sans-abris. Ce que je n’ai pas aimé dans ce film c’est comment ce comporte Stefano et la moitié de la ville avec les Gitans. Pour moi, c’est du racisme surtout au moment Agnès ne savait pas comment gérer sa bêtise, elle accuse les Gitans ce qui a bien marché. Du coup, c’est un cœur pur de l’amour mais pas tant que ça sinon. Elle s’est laissé emporter par l’amour fort qu’elle ressent envers Stefano. Je conseille se film car il m’a appris à ne pas juger les gens sans savoir la raison
Zeinaba Binti
2018/03/15 11:15 #9c00-4f25-acbb-7dbd52fdee7b
Lycée Les Chartrons, Bordeaux, académie de Bordeaux
Résumé de l’histoire :
Une jeune fille de 17 ans appelée Agnesse, vivant avec sa mère célibataire, ayant grandi avec une éducation religieuse, voulant préserver sa virginité jusqu’au mariage. Elle fera la rencontre de Stefano, un jeune homme de 25 ans, travaillant en tant que sécurité dans un centre commercial. En tentant de voler un smartphone, il l’as laissera partir, mais finira par se faire virer pour l’avoir laissé s’échapper. Plus tard, il trouvera un travail en tant que sécurité dans un parking, près d’un camp de gitans, là, il recroisera Agnesse qui venu faire du volontariat avec sa mère, de là ils auront une discussion. Il se recroiseront, et Stefano finira par embrasser la jeune fille, qui le repoussera. Le jeune homme lui demandera donc son numéro. De là, une histoire d’amour vas naître entre ceux deux personnes…

Critique du film :
J’ai vraiment beaucoup aimé ce film, c’est d’ailleurs l’un des meilleures films que j’ai pu voir, autant dans l’histoire que dans la réalisation.
L’histoire assez profonde qui relie jeunesse et religion. Entre ce qu’il faut faire, et ce qu’il ne faut pas faire. Agnesse a appris à découvrir plein de choses, dont l’amour, des choses qu’elle ne connaissait pas avant, ne sachant pas comment s’y prendre, nous pouvons voir qu’elle pose des questions à son ami Béa. Les situations d’Agnesse sont proches des nôtres, des adolescents ne sachant pas réellement quelles décisions prendre. J’ai beaucoup aimé ce film. Et les acteurs incarnaient bien leurs rôles. Tout ce qu’elle vit dans ce film peut nous rappeler des moments qu’on a tous vécu.
Cindy Michel
2018/03/15 11:17 #5a36-4c01-be6c-ee89aba4fd8b
Lycée Les Chartrons, Bordeaux, académie de Bordeaux
Résumé de l’histoire
Agnès est une jeune femme de 18 ans, élevée par sa mère dans un cadre religieux, elle cherche à préserver sa virginité jusqu’à son mariage. Stefano, jeune homme de 25 ans, gardien d’un camp de Gitans, va rendre cette jeune femme amoureuse de lui, ils s’aiment et leur histoire est troublée par diverse étapes troublantes …

Critique du film
J’ai trouvé ce film long, et ennuyeux. Il me parait plat, je n’y ai vue aucun sentiment et rien ressenti devant ce film. L’histoire d’amour entre les deux jeunes gens est molle, il ne se passe rien, ils tombent amoureux sans aucune conviction, on dirait qu’ils ne s’aiment pas vraiment. J’ai trouvé les prise de vue mauvaises, voir amateur, le vent dans le micro m’a dérangé lors des dialogue. J’ai, en revanche, relevé une chose intéressante, le bruit strident qui annonce une tension, j’ai trouvé ce bruit oppressant et stressant, donnant un peu de rythme au film.
Raphaël bato
2018/03/15 11:23 #e538-4a6e-96f6-3629fabed2ff
Lycée Les Chartrons, Bordeaux, académie de Bordeaux
Résumé du film :
Cœurs purs raconte l’histoire d’un amour interdit mais profond entre Agnès et Stefano, tout au long de cette histoire nous allons pouvoir découvrir ce que l’amour pousse à faire malgré les interdits de la religion et celle d’une maman prête à tout pour préserver la virginité de sa fille jusqu’à son mariage mais l’amour que ces deux jeunes se portent en décidera autrement…

Critique du film :
Ce film est l’un de mes films préférés entre tout ce que nous avons pu voir, car je pense que c’est un film qui est plus visé pour un public de ma tranche d’âge car c’est à ce moment de notre vie que nous nous découvrons dans tous les sens du terme. Le rôle de Agnès est très surprenant mais aussi magnifique car au début du film nous ne pouvons douter qu’elle ne franchira cette grande étape car elle nous donne l’impression d’être une jeune adolescente à l’écoute de sa mère. je pense que c’est une bonne chose qu’elle ait fait sa première fois avec Stefano car c’était vraiment un amour sincère d’où le titre du film, son intention n’étais pas dans un but d’aller contre sa religion ou d’aller contre l’autorité de sa mère, l’amour que ces deux êtres se portent était tellement fort et puissant qu’il a réussi à dépasser les interdits malgré les nombreuses hésitations d’Agnès tout au long du film. J’ai également apprécié le rôle de Stefano car il était très courageux. Il devait faire face aux problèmes financiers de ses parents qui se sont même faits expulser ainsi que son travail pas très agréable ce qui l’oblige par la suite à rentrer dans la vente de drogue. Mais malgré les grands airs de Stefano au cœur dur, nous pouvons voir qu’il tombera sincèrement amoureux de cette jeune fille au point de vouloir se battre lorsqu’il apprendra qu’elle aurait apparemment était victime d’un viol. Ce n’était bien évidemment pas le cas mais était un mensonge inventé par Agnès car elle n’avait su trouver le courage d’assumer ses actes, c’est-à-dire de ne plus être vierge devant sa mère ainsi que devant sa communauté religieuse qui l’accompagne. J’ai également trouvé un côté un peu discriminatoire auprès des gitans lors de l’accusation du viol. Tout le monde se précipite pour en frapper un sans la moindre preuve sous prétexte qu’ils font preuves de dérangement aux seins de cette ville. Le film était simple par son décor mais également ordinaire par l’histoire qu’il raconte car de nos jours il n’est plus rare de trouver des jeunes filles croyantes plus vierges car elles sont poussées par un amour fort et puissant en général le premier amour car elle ne pense ne plus jamais aimer après celui-ci mais je pense aussi que les interdits poussent à encourager ce que nous ne devons pas faire car les risques attirent un peu tout le monde.
Ekomy Ango Moera
2018/03/15 11:28 #837c-4d66-9588-a892cb7e915a
Lycée Moulin, Montmorillon, académie de Poitiers
« Cœurs Purs » met en scène une histoire d’amour dans un contexte un peu particulier. En Italie, nous rencontrons deux jeunes personnes que tout sépare et principalement le milieu social dans lequel elles vivent. Lui, un homme qui tente tant bien que mal de s’en sortir, en cherchant de l’argent pour aider ses parents. Elle, une femme coincée entre son envie de vivre et la religion chrétienne très fortement présente dans sa vie, incarnée par sa mère qui la force à faire vœu de chasteté. Leur rencontre va les déstabiliser. « Cœurs purs » est aussi une analyse de leur environnement, qui passe par les roms et les prêtres, la rue et l’Eglise.
Le réalisateur (Roberto De Paolis) a pris le parti de tout montrer, ce qui amène à quelques séquences très gênantes. La scène de sexe l’est notamment. Pas vulgaire mais très crue. Plusieurs autres passages se révèlent dérangeants et finalement n’apportent pas grand-chose au film si ce n’est que l’on s’en souviendra longtemps, et encore…
Selene Caramazza (rôle : Agnese) et Simone Liberati (rôle : Stefano) nous livrent tout de même une belle performance qui permet au film de ne pas tomber dans le niais et de renouveler un thème quand même déjà vu. Même si l’Italie n’est pas montrée sous son meilleur jour, l’ambiance qu’on y a perçue, donne envie d’aller y faire un tour.
On peut reprocher au film un manque de rythme, « Cœurs purs » n’est pas trépidant. De plus le thème principal qu’est la romance est au final peu montré à l’écran. La présentation des personnages est bien faite mais trop longue, on les voit en parallèle mais pas assez souvent réunis. La frustration est au rendez-vous.
A ma sortie de la salle de cinéma, j’étais perplexe et mitigée et malgré la prise de recul que j’ai maintenant, je le suis encore. Le visionnage de ce film n’a pas été désagréable, j’y ai même presque pris du plaisir mais dès lors qu’il était fini, je suis passée à autre chose. Pas génial mais pas catastrophique non plus. Difficile pour moi de me faire un avis…

Anna Cottarel – 2nde1 – Lycée Jean Moulin
2018/03/16 21:51 #e8b4-4d91-a00b-bb10c9ed715d
Lycée Fresnel, Caen, académie de Caen
Cuori Puri è un film italiano realizzato da Roberto De Paolis nel 2017. E un film di romanza, un dramma.
E la storia di Agnese, una ragazza religiosa che aiuta migranti. L’Italia è colpita dalla povertà e gli abantanti più poveri sono esclusi delle loro case. Agnese non deve perdere la sua virginità prmia del matrimonio ma incontra Stefano. Era una speciae di guardia e Agnese ruba un telefono. La gentilezza del ragazzo è più forte della sua ragione e lascia la ragazza partire con il telefono, ma in cambio della sua generosità, Stefano perde il suo lavoro. Qualche tempo dopo, i due giovani si incontrano di nuovo è si innamorano. La vita divienta difficile per i due ragazzi, tra Agnese che non deve perdere la sua virginità e Stefano che prova ad aiutare i suoi genitori che hanno perduto la loro casa.
Il film è ripreso in un modo classico, il video mostra il personaggio principale dell’ azione, quando parla o quand fa un’azione.
Il film ha ricevuto quattro premi.
Il film si apre su un piano dei due personaggi mentre stanno correndo l’uno dopo l’altro. Questa scena mostra dall’inizio una relazione che sarà complicata tra i due personaggi ma soprattutto che sono fatti per stare insieme.

André Lemée, Mathis Lucas, Sixtine Tellier Chauvet (1ère S1) ; Rodolphe Jardin (1ère L)
histoire des arts Esabac
2018/03/18 18:55 #5ddc-4cbc-8d99-51330f616407
Lycée Langevin, La Seyne sur Mer, académie de Nice
Cœurs purs

Cœurs purs est un film Italien très ancré dans la réalité. Il dénonce la religion qui est bien trop intrusive dans la vie des croyants, en l’occurrence la chrétienté. Agnese est une jeune fille vivant avec sa mère, extrêmement attachée à la religion, elle essaye de lui inculquer les valeurs et les règles de l’Eglise non sans mal. Agnese approchant de la majorité rêve de plus de liberté, de faire ses propres choix. Stefano 25 ans vit dans un monde totalement opposé qui rime avec délinquance. Il accepte un travail de vigile dans un supermarché où il va croiser la route d’Agnese. Ces deux personnages vont être essentiels dans l’intrigue du film. L’histoire décrit notre société sans censure et aborde un sujet souvent tabou. Ces deux personnages vont essayer de créer leur histoire malgré tous les encombres de leur vie bien trop différente.

Lycée Langevin

Savoye Jaïdie
2018/03/20 16:02 #377d-4fb0-b894-f151c5b21c92
Lycée Moulin, Montmorillon, académie de Poitiers
« Cœurs purs », c’est le premier long-métrage de Roberto de Paolis, qui a également été présenté lors de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes en 2017.
L’histoire d’amour presque impossible entre une jeune fille et un jeune homme de 18 et 24 ans. Agnese et Stefano vivent dans un monde que tout oppose, elle qui, couvée par une mère croyante et un père inexistant, se doit de faire vœu de chasteté et lui qui, au passé difficile, se voit accepter le poste de vigile dans un parking à côté d’un campement de Roms, réussissent dès leur rencontre à créer des liens forts et uniques.
Dans ce film, les acteurs ont eu le droit à une certaine liberté dans leurs rôles, cela permet une approche plus sincère de leurs sentiments. On peut ressentir un certain fatalisme de la part d'Agnese qui n’a pour seul but que celui de sortir des sentiers battus et créer sa propre histoire, mais pour cela, elle se doit de faire un choix. Partagée entre sa pureté et son envie de changer d’air. Doit-elle faire plaisir à son entourage ou au contraire faire ce qu'il lui plaît ?

« Cœurs purs » est un film « ni-ni », ni trépident, ni ennuyant, ni conventionnel mais qui ne sort tout de même pas des codes. L'environnement des personnages principaux a bien été mis à l'écran et cela permet de mieux comprendre la complexité de leur caractère. Ce film est authentique et humain, plutôt réel et cru.
Il y a eu quelques scènes gênantes lors du visionnage, comme celle de l'amour, en partie à cause du manque de musique et de sa longueur.
« Cœurs purs » n'est pas qu'une histoire d'amour, c'est aussi une critique de l'Italie et de la manière dont elle prend en charge les rejetés de la société et la place que la religion y occupe.
Je reste septique quant à ce film, rien d'inoubliable mais quand même intéressant.

Aurore de Laulanié de Sainte croix – 2nd1 – Lycée Jean Moulin
2018/03/22 16:04 #631b-4209-b53c-a1b522e6b415
Lycée PRO Les Cordeliers, Clermont-Ferrand, académie de Clermont-Ferrand
Cœur purs
C’est un film de romance Italien qui parle d’une toute jeune femme de 18 ans prénommée Agnese issue d’une famille très catholique. Pour c’est 18 ans elle décide de faire vœu de chasteté. Agnese est très proche de sa mère car elle est sa seule famille. Avec elle elle va souvent dans des camps de roms pour aider les plus démunis. Au début du film nous la voyons entrain de fuir un vigile car elle a volé un téléphone car sa mère lui avait confisqué le sien lorsqu'elle a découvert qu’un homme lui parlait… Avec ce vigile ils ont un réel coup de foudre et il la laisse repartir. Mais malheureusement il se fait virer et se retrouve à surveiller un parking à côté d’un camp de roms où il revoit Agnese. C'est là que commence leur histoire d’amour ….
Cette histoire me fait penser à Romeo et Juliette car c’est un amour interdit est dans ce film aussi leur amour est interdit car Agnese doit rester vierge jusqu’au mariage et Stefano est plus âgé qu’elle. La mère Agnese n’acceptera jamais cette idée car pour elle s’est encore une enfant. J’ai apprécié ce film car l’on sent que cette histoire d’amour est sincère. On voit aussi que la mère d’Agnese veut la protéger à tout prix.
Elisa Carneiro 2de pro 1 Institution Ste Thérèse les Cordeliers
2018/03/25 21:50 #65b7-4ae8-8897-c09f9109ac60
Lycée International, Strasbourg, académie de Strasbourg
À contrecœur
« Un film fleuve aux promesses non abouties »
"Cuori Puri" est un film dont le scénario est prometteur mais dont la réalisation est très décevante, dénuée de surprises.
L’histoire :
Stefano, 25 ans et Agnese, 18 ans n’ont rien en commun, hormis d’habiter le même quartier dans la banlieue de Rome. Agnese vit seule avec sa mère, chrétienne et impliquée dans sa paroisse, Stephano, lui, aide financièrement ses parents défaillants avec un petit salaire de vigile. Ils se rencontrent dans une course poursuite alors qu’Agnese vient de voler un téléphone dans un centre commercial et que Stephano la laisse filer. Après son licenciement, Stefano a trouvé une place de gardien sur le parking d’un supermarché, voisin d’un campement de réfugiés qui lui sont hostiles et auprès de qui Agnese et sa mère font œuvre caritative. Les jeunes gens se rencontrent à nouveau et découvrent leur attirance mutuelle et les barrières de la religion. Entre amour et religion, il faut choisir…
Des thèmes intéressants :
À la frontière du documentaire et à travers une histoire d’amour entre deux jeunes gens de milieux différents, ce film est censé nous dépeindre un portrait de l’Italie contemporaine dont il reprend de nombreux thèmes. On retrouve notamment une religion emprisonnant les fidèles dans des carcans idéologiques avec une vision manichéenne qui les oblige à se plier aux règles par crainte. La précarité et le racisme sont également présents en toile de fond de cette fresque par la communauté de migrants en conflit avec Stefano. Mais le thème principal est la découverte de l’amour entre deux êtres et une relation passionnelle interdite par une mère rigide et étouffante qui pousse même la fille à la rébellion par un vol après la confiscation de son portable. Le concept général riche et varié du scénario devrait aboutir à un film de qualité, mais il s’avérera tout le contraire.
Une réalisation difficile à comprendre :
Dès la première scène, on se voit frustré de l’action à venir : Agnese courant pour échapper à Stefano, une première rencontre qui laisse le spectateur sur sa faim par une longue attente d’action et de sentiments qui tardera à aboutir. Une ouverture artificielle qui manque de finesse, le vol d’un portable, ce qui va créer une rencontre très improbable dont la suite tarde. Une histoire d’amour naissante doit intriguer pour éveiller la curiosité du spectateur-témoin. L’histoire est ici sabordée par les longueurs, les deux acteurs n’étant pratiquement jamais ensemble, une rencontre en pointillés, un coup de foudre par épisodes. Ceci est renforcé par le montage en parallèle, le spectateur erre entre ces deux histoires aux transitions brutales.
Techniquement, la caméra épaule renforçant le documentaire ou le reportage, voulu par le réalisateur, agace par une image répétitive non stabilisée.
Tout devient très vite pesant, le film intimiste opposant la liberté des sentiments à la rigueur d’une religion devenant un mélodrame pathétique par l’accentuation du drame alors que la passion amoureuse devrait plus tôt être mise en avant. Par exemple, la redondance du message religieux énoncé par le curé, la mère, la copine, les paroissiens : la réalisation insiste lourdement sur ce point et pas assez sur le coup de foudre.
Le film est dilué, rallongé, ce qui conforte l’aspect documentaire sur les deux personnages principaux mais qui va très vite égarer le spectateur qui s’attend à un débordement de passion entre ces deux cœurs purs. On retrouve bien un réalisme mais il est balisé, contenu, banalisé sans la moindre déstabilisation qui pourrait interpeller ou troubler. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit d’une romance, elle se doit d’être passionnelle, intrigante, émouvante ou méditative, or le réalisateur contraint tout au plus le spectateur à réfléchir sur la chasteté avant le mariage.
Dommage car nous voyons que les acteurs prometteurs ont envie de se lâcher complètement pour investir davantage leur personnage et pourraient être mieux mis en valeur et devenir attachants par un rythme plus soutenu de la réalisation.
Empêtrée dans un réalisme social terne et des maladresses ou des erreurs de réalisation, cette romance bride l’imagination et laisse le spectateur sur sa faim. Heureusement que le jeu des acteurs se libère à la fin pour limiter les dégâts.
Ce n’est pas un mauvais film, c’est un film raté.
Léo, 2nde 2, Lycée des Pontonniers
2018/03/25 21:56 #ae56-4d2d-8d37-2dcd40553637
Lycée International, Strasbourg, académie de Strasbourg
"Cœurs Purs" est un film italien réalisé par Roberto De Paolis. Sorti en 2017, il a été présenté au Festival de Cannes.

Ce film met en scène Agnese et Stefano, deux jeunes gens vivant à Rome dans deux mondes très opposés.
Elle, a 18 ans et vit protégée par une mère croyante et pratiquante. Leur relation est parfaitement mise en avant par le réalisateur qui essaie de filmer de façon réaliste une mère qui a peur pour sa fille adolescente qui ne sait encore rien de la vie. Beaucoup de spectateurs seront touchés et pourront s’identifier à ce personnage.
Lui, a 25 ans et est issu d’une famille très modeste qu’il essaie de fuir en enchaînant les petits jobs.
La rencontre lumineuse de ces deux êtres va apporter une lueur d’espoir dans leurs vies.
On comprend par cela que l’amour n’a parfois pas de limite malgré les différences sociales. Réaliste ou pas c’est le beau message qu’essaie de nous faire passer le réalisateur.

Dans ce film social, le réalisateur De Paolis décrit d’abord, avec beaucoup de vérité, les journées et les sentiments dans les banlieues et dans les milieux populaires. Dans le but parfois de choquer ; par exemple quand l’on voit Stefano qui braque une épicerie avec son ami jugeant le prix trop élevé ou alors quand on le voit vendre de la drogue à un petit garçon de 12 ans. Oui, la vie n’est pas rose, c’est ce qu’essaye de nous faire comprendre le réalisateur. Ces scènes sont frappantes et marquantes à la fois et nous font réfléchir.

Puis il évoque également les thèmes de la pureté et de la virginité dans le cas d’Agnese. On voit une mère inquiète qui ne veut pas que sa fille ait des relations sexuelles avant le mariage. Elle va même parfois trop loin en doutant parfois d’elle, notamment lorsqu’elle ne sait pas où elle a passé la nuit et décide de l’emmener faire des tests qui finalement seront négatifs. Agnese veut honorer sa parole mais en même temps elle est « hypnotisée » par son amour pour Stefano qui la pousse à ne pas respecter sa parole.

Finalement le réalisateur aborde un autre sujet, celui de l’Eglise et de la communauté chrétienne d’aujourd’hui. On voit comment les jeunes sont instruits et doivent suivre à la lettre les règles imposées par la religion sans discussion, ce qui réduit leur liberté . On nous montre également comment les parents peuvent avoir de l’influence sur leurs enfants, par exemple lorsque la mère d’Agnese l’oblige à rester vierge jusqu’au mariage.

Le film est plutôt réussi dans l’ensemble grâce à sa vision réaliste de la société et son reflet sans censure des difficultés affrontées par Stefano dans son quotidien.
On peut toutefois trouver certaines scènes presque inutiles voire inintéressantes. Elles alourdissent parfois le scénario comme celle où Stefano attrape Agnese après qu’elle a volé un téléphone. Cette scène est presque grotesque car Agnese vient d’un milieu aisé et on la voit en train de voler alors qu’elle n’a aucune raison de le faire.

Ce que l’on retient, c’est la relation mère-fille dans laquelle beaucoup d’adolescents peuvent se reconnaître, ce qui est un plus pour le film qui touche donc beaucoup de gens différents. Et aussi les difficultés et les obstacles auxquels doit faire face Stefano.
Andrea - 2nde 2

2018/03/25 22:02 #722d-4780-b3c4-2e2b79638e38
Lycée International, Strasbourg, académie de Strasbourg
A cœur perdu

"Cœurs purs", un film de Roberto De Paolis qui nous dévoile l’intime histoire d’Agnese, jeune italienne de 18 ans, surprotégée par sa mère.
Elle dépend de l’oppressante présence du christianisme dans sa vie, ce qui va alors permettre à sa mère de la pousser à faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Cependant une rencontre avec un jeune homme vient ébranler cette promesse. Cruel dilemme qui oppose religion et découverte amoureuse.

Un film intime qui se caractérise par une succession de plans rapprochés nous donnant l’impression de prendre part à la vie des personnages et de partager leurs émotions. A travers des travellings, de multiples gros plans, on parvient à distinguer une certaine humilité qui peut nous mener vers l’aspect documentaire de ce long-métrage. Drame, romance, documentaire, ce film rassemble de nombreux styles différents qui se traduisent par une découverte, parfois brutale, du sentiment amoureux face à une présence dominante de la religion parfois trop écrasante.

Un film touchant qui nous dévoile les émois intimes d’une jeune fille à la recherche de son identité.
Line - 2nde 2
2018/03/25 22:15 #a9e7-46d1-9cc0-663bfd7f807c
Lycée International, Strasbourg, académie de Strasbourg
"Cuori Puri" est un film italien réalisé par Roberto De Paolis, traitant d’une jeune fille (interprétée par Selene Caramazza) et un homme (joué par Simono Liberati) issus de deux milieux très différents, qui se rencontrent et tombent amoureux l’un de l’autre.
Le film est une fine copie de la réalité qui met premièrement en œuvre un amour réel mais non ridiculisé par tous les grands clichés des drames hollywoodiens (comme dans The Notebook). Les scènes comme celle de la première relation sexuelle de la jeune fille montrent que l’amour n’est pas forcement beau, et encore moins toujours romantique ; un ménage naturaliste nous est montré.
En liaison avec la relation désagréable à regarder, d’autres moments de la vie personnelle et intime des personnages nous sont montrés ; les moments entre l’homme et ses parents, la jeune fille qu’on voit se raser, ou bien avec l’entrecuisse ensanglantée par son hymen brisé. La vie réelle, sans coupure, des personnages nous est montrée.
Interagissent avec la vie des personnages, les conflits de société. Les gitans opprimés sont les principaux acteurs de ces conflits ; alors que Stefano les méprise, les hait presque, certains d’entre eux vandalisent le parking qu’il doit surveiller et le méprisent en retour. Agnese, elle, aide en tant que bénévole dans leur camp et est même amie avec certains d’entre eux. Cette différence met en avant le manichéisme de leur milieu social et de leur manière d’agir et de penser.
Enfin ce point montre le rapport entre ce film et le naturalisme, car les deux personnages, totalement différents l’un de l’autre, sont comme deux cobayes que l’on aurait mis en relation pour constater leurs réactions. Les nombreux plans filmés en caméra-épaule font même penser à un reportage et laissent encore plus croire à l’authenticité du projet.
Pour conclure, ce drame d’amour sur fond de critique sociale est le juste milieu entre drame et reportage, un mélange qui laisse sans voix.
Catherine - 2nde 2
2018/03/26 10:56 #19d9-44e8-83df-75fbd5dd8037
Lycée Saint Pierre, Abbeville, académie de Amiens
Cœurs purs, un film aux multiples facettes

Cœurs purs, de son nom original "Cuori Puri " est un film réalisé par l'italien Roberto De Paolis. Il met en scène deux jeunes gens, Agnese et Stefano, que tout oppose. Elle grandit, couvée par sa mère et fréquentant l'église ; lui vit dans la banlieue de Rome et peine à mener une vie convenable. Ils vont pourtant être amenés à se rencontrer, et cette rencontre va faire basculer leur vie...

La peur de l'autre
Roberto de Paolis, le réalisateur, confie que c'est au montage que le film s'est révélé être un récit sur "la peur de l'autre". Nous n'avons cependant pas ressenti cette impression car en effet Agnese se livre d'elle-même et assez facilement à un parfait inconnu, alors qu'elle vient d'un milieu très catholique et rigide. Sa mère est d'ailleurs à l'origine de cette éducation régie par des règles intransigeantes, mère qui présente un instinct maternel faussé par un manque cruel de confiance envers sa fille qui se traduit par des scènes violentes et choquantes, notamment chez le gynécologue ou par les violences physiques qu'elle exerce sur Agnese.

Un regard sur la religion
Dans le septième art, il est habituel de voir la religion vivement critiquée et remise en cause. Ici, bien qu'également pervertie par le comportement de la mère, elle est nettement mieux mise en avant et présente son côté ouvert, chaleureux, accueillant, avec le prêtre enthousiaste et motivant. De plus, ce dernier n'oblige pas à effectuer le vœu de chasteté, qui est selon lui un choix totalement personnel et qui n'engage que la personne souhaitant ou non le faire; contrairement à la mère qui en fait son affaire.

Un regard sur la virginité et la pureté
La virginité est un thème essentiel dans ce film, nous nous attendions à y trouver un message poétique surtout en vue du titre "Cœurs purs". Néanmoins nous avons trouvé cela davantage vulgaire que "pur" avec évidemment la scène de la "première fois" d'Agnese qui en plus d'être longue et choquante, est suivie de scènes inutiles lorsque Agnese s'enfuit et s'essuie dans l'herbe.

Cœurs purs apporte donc des sujets intéressants comme les migrants et la religion. On trouve néanmoins de l'autre côté de la balance, des scènes inutiles, choquantes et trop longues, et des personnages bien interprétés mais peu pertinents, le spectateur ne s'attache donc pas à eux. Avec un soupçon d'ennui, ce film ne mène en plus à aucune morale avec une fin ouverte douteuse.

Marion des Forts et Léane Danzel d'Aumont, élèves de 2nde du Lycée St Pierre d’Abbeville
2018/03/26 16:24 #47c4-4943-b6be-155d4774fd0c
Lycée Pierre de la Ramée, Saint Quentin, académie de Amiens
Cœurs purs (ou presque)


Ce film de Roberto de Paolis nous emmène en Italie, dans la petite vie tranquille d’Agnese,une jeune adulte de 18 ans dont l’existence est controlée par sa mère quelque peu intrusive et surprotectrice (mais ne dit-on pas que le chemin de l’Enfer est pavé de bonnes intentions ?). Mais, puisqu’il y a toujours un mais, Stefano –un gardien de parking un peu bad boy sur les bords– y met son grain de sel. Elevé par un père violent et une mère qui se comporte comme une enfant dépendante, il tente malgré tout de mener une vie droite, exepté quelques bavures, à cause notamment de ses amis : braquage, traffic de drogue… Cependant, Agnese représente une porte de sortie à ce monde qui n’est pas le sien. Sur le plan technique, la caméra agit de manière plutôt anarchique, quitte à donner la migraine aux spectateurs. Les scènes sont souvent longues et l’ambiance est relativement pesante, due au réalisme frappant dont on n’a pas forcément l’habitude en France, je pense notamment à la scène d’épilation dans la salle de bain, qui est légitime et a parfaitement sa place dans le film n’en déplaise à certains. Cette scène marque le moment où Agnese prend conscience de sa féminité et du fait qu’elle peut agir par elle-même, et surtout, pour elle-même. Agnese parvient finalement à prendre le contrôle de sa vie sexuelle, et malgré le quiproquo de la police (qui pense qu’elle s’est faite agressée par un gitan; en effet cette culture est très représentée, notamment avec les parents de Stefano), la fin nous laisse penser que le jeune couple va s’assumer, et qu’Agnese va enfin s’émanciper. Bref, ce film divise et divisera, mais il n’en reste pas moins un bon film (malgré quelques faux raccords et illogicités), qui remet les pieds sur terre et qui sort des sentiers battus.



Lisa V.

Lycée Pierre de La Ramée

2018/03/26 16:27 #dd69-4438-adfb-32d8075f7b4f
Lycée Pierre de la Ramée, Saint Quentin, académie de Amiens
La course aux sentiments

Le film « Cœurs purs », réalisé par Roberto De Paolis, raconte l’histoire de deux personnages : Stéfano (Simone Liberati) et Agnese (Selene Caramazza). Ce sont deux jeunes qui sont torturés par la vie, Agnese, 18 ans, chrétienne et croyante, fait vœu de chasteté jusqu’au mariage auprès de son église. Elle est malheureusement incapable de vivre sa vie à cause d’une mère étouffante (jouée par Barbora Bobulova), qui épie chacun de ses faits et gestes. Stéfano, lui, étant vigile dans un supermarché, vit sa vie comme il l’entend mais perd son travail après avoir couvert Agnese pour un vol de téléphone. Sa vie familiale est aussi médiocre que celle d’Agnese car il doit travailler pour aider sa mère (jouée par Antonella Attili) à payer le loyer car son père ne travaille pas. L’histoire de ce film est touchante car il s’agit de deux personnes au cœur pur (d’où le titre) qui ont une vie triste mais qui sont heureux ensemble. La réalisation de ce film est très intéressante car elle est réaliste : beaucoup de scènes quotidiennes où on peut se reconnaitre sont présentes comme la scène où Agnese se rase ou encore lorsqu’elle vit sa première fois avec Stéfano. Le film commence dans la rue avec la course poursuite entre Agnese, qui a volé un téléphone, et Stéfano qui veut l’arrêter. Cette scène s’inverse à la fin avec la course poursuite d’Agnese qui court après Stéfano pour le rattraper. Le film reflète le réalisme des sentiments des personnages qui sont sans aucun doute réels. Le thème de la migration est aussi abordé avec réalisme comme on peut le voir avec el camp de gitans situé à coté du parking que Stéfano doit surveiller en tant qu’agent de sécurité. Le film se termine en apothéose avec les deux héros qui se retrouvent après une course poursuite poussée par leurs sentiments.

Marine C.
Lycée Pierre de La Ramée
2018/03/26 16:32 #76b2-484e-abe1-fd86328e60e0
Lycée Pierre de la Ramée, Saint Quentin, académie de Amiens
Catholique, tu n’aimeras point !

Cœurs purs est un film de Roberto de Paolis. Ce film est clairement un échec. On suit l’histoire d’un jeune homme, Stefano, issu d’une famille très pauvre, qui tente par tous les moyens de gagner sa vie. Il est séduit par une jeune fille, Agnese, issue d’une famille catholique et d’une mère absolument insupportable, qui lui donne une éducation très stricte. Et évidemment, ce film reste dans le cliché de l’amour interdit, entre deux personnes que tout oppose. Pourtant, ce film semblait prometteur, avec des problèmes de société pertinents comme les préjugés sur les gitans, la pauvreté du pays. Mais à vouloir traiter trop de sujets, le réalisateur oublie le thème principal de son film : l’amour. Cela donne un film trop long et qui peine à démarrer.
De plus, ce film est ennuyant. Il y a trop peu de fantaisie dans le scénario et même si le réalisme est une des spécialités des réalisateurs italiens, aucun élément ne vient perturber le déroulement du film. En clair, ce film ne marque pas les esprits.

Samuel L.
Lycée Pierre de La Ramée
2018/03/27 09:50 #ac2f-49a1-979e-b6cc572c1f79
Lycée PRO Amblard, Valence, académie de Grenoble
Cœurs purs un long métrage de Roberto De Paolis

Ce film raconte une romance entre Agnese et Stefano, tous deux sont adolescents et vivent à quelques rues l'un de l'autre. Pourtant tout les opposent, Agnese vit sous l'influence d'une mère très pieuse et fait vœu de chasteté pour celle-ci, et Stefano a grandi dans la banlieue de Rome. Lors de leur rencontre leur vie va prendre un tournant et leurs idées jusque-là préconçues seront bousculées.

Ce film m’a laissée perplexe, je n'ai pas trouvé le sujet tabou mais j'y ai ressenti une sorte de malaise sur toute la durée. Malgré le fait que je n'ai pas aimé le jeu d'actrice de Selene Caramazza, elle a réussi à transmettre le sentiment d'égarement d’Agnese. Simone Liberati interprète fidèlement son rôle de banlieusard.
Je n’ai pas aimé les scènes du film où la caméra était à l'épaule, je trouvais que le cadrage bougeait trop, par conséquent il était difficile de se concentrer sur l’action. Les personnages sont filmés en gros plan sur leur visage pour montrer des expressions qu’ils n’expriment pas. Cependant, le camp de réfugiés et le parking sont filmés en plan large, cela fait ressortir la solitude de Stefano qui travaille au milieu de rien et le détachement qu’il a pour les réfugiés.
En ce qui concerne la lumière elle est la même tout au long du film, elle n'est ni triste, ni joyeuse. Néanmoins, elle procure une sensation d'étouffement ce qui reflète les émotions des personnages qui essayent tous deux de sortir de leur milieu.

Pour conclure, je pense que le sujet de ce film est intéressant, il traite beaucoup de sujets actuels auxquels il faut faire face et qu'on ne peu pas réfuter. Roberto De Paolis donne un point de vue neutre, il nous laisse réfléchir pour que l'on se fasse notre opinion, ce qui n'est pas le cas de ces personnages qui sont enfermer dans des cases. Il démontre qu’on peut avoir tort mais aussi raison. C'est un vrai film social qui montre que l’on ne pourra jamais satisfaire l'un sans blesser les autres.

Lucile Bouix, Terminale CAP Bijouterie.
2018/03/27 10:12 #ba22-4833-9d87-2d0b0e758b51
Lycée PRO Amblard, Valence, académie de Grenoble
« Cœurs Purs » est un film italien de genre drame et romance réalisé par Roberto De Paolis,
sorti en salle en 2017.

Ce film raconte l'histoire de deux personnages, qui viennent de milieux totalement différents. Agnese, une jeune fille qui va avoir 18 ans, vient d'une famille très religieuse. Elle vit seule avec sa mère et s'apprête à faire vœu de chasteté jusqu’au mariage.
Stefano, âgé de 25 ans est un ancien délinquant qui essaie de s’en sortir et d’aider ses parents malgré la crise en tant que vigile dans un parking en face d’un camp de Roms. Leurs histoires d’amour commencent lorsque Agnese et sa mère apportent des affaires aux migrants comme bénévoles.

Tout d’abord, il y a beaucoup de gros plans notamment quand les personnages sont angoissés. Dans tout le film on voit que des plans poitrines et tailles. Certaines scènes sont très longues à l’inverse de d’autres qui sont courtes et s’enchainent rapidement. Comme le passage que nous avons trouvé long et embarrassant, du soir ou Agnese décide de ne pas respecter la tradition de chasteté, et va rejoindre Stefano. Mais à vrai dire, cette scène fait partie des rares moment ou Agnese décide elle-même de ce qu’elle veut vraiment, sans l’influence de son entourage.
De plus, nous avons trouvé que la lumière change d’intensité selon le moment. Par exemple quand Agnese et Stefano sont ensembles elle est plus chaude ainsi l’atmosphère devient agréable tandis que quand ils sont séparés elle est plus froide et sombre. On voit qu’ils ne sont pas à leurs places et qu’ils ont besoin de se retrouver pour être heureux et oublier les problèmes qu’ils affrontent chaque jour.
Mais encore, les jeux d’acteurs de Selene Caramazza (Agnese) et Simone Liberati (Stefano) sont réalistes mais quelquefois on ne croit pas à leurs répliques qui sonnent faux. Ils incarnent bien leurs personnages, mais ils ne nous ont pas transmis beaucoup d’émotions, bien que l’histoire soit touchante.
Ce film nous montre une image de Rome tel qu’elle est actuellement, avec ses multiples problèmes (crise, migration), l’importante place de la religion dans la vie des Italiens et le contraste entre ses classes sociales (aisée et plus en difficultés).

Pour finir, nous avons été déçues car le titre et la bande annonce nous donnait envie d’en savoir plus sur cette histoire romantique, mais malheureusement nous n’avons pas apprécié le film. Nous avons trouvé qu’elle n’est pas assez aboutie. La fin est inattendue, elle nous laisse perplexes et incompréhensives. Nous pensons que le film manque de rythme, peut-être parce qu’il n’y a pas de musique (ou très peu).

Louise Soria et Manon Lapeyrade, Terminale CAP Bijouterie
2018/03/27 14:14 #fb04-4b60-9e0c-7afbcafdf623
Lycée PRO Audubon, Coueron, académie de Nantes
Nouvelle recette d'origine italienne de Roberto de Paolis sortit le 3 janvier 2018.

Temps de cuisson : 1h57
Ingrédients :
-un jeune homme solitaire
-une jeune femme chrétienne
-une mère possessive
-une famille en faillite
-250 g d'amour
-250g de religion
-100g de racisme
-50g de violence.
Mixer les ingrédients, puis malaxer lentement et ajouter les hormones, ensuite laisser reposer. Une fois prêt, servir chaud et assaisonner dune goutte de racisme, d'un zeste de violence. Ajoutez-y beaucoup d'amour et de religion pour une excellente dégustation de ces cœurs purs.

Mehdi, Bayram, Killian, Maxime S.
2018/03/27 14:15 #ebd0-47da-84e3-ab00ff83c0cc
Lycée PRO Audubon, Coueron, académie de Nantes
Le film était plutôt bien dans l'ensemble. L'histoire est triste quand on voit Agnese perdre du sang.
J'aurai aimé que le film se prolonge, pour nous montrer comment la mère d'Agnese va réagir quand elle va apprendre que sa fille est en couple.
Je déconseille ce film aux enfants parce que ça va trop loin parfois. Si je devais noter ce film, je lui mettrai 6 sur 10.
C’était bien réalisé, l'histoire est bien écrite, compréhensible malgré une absence de fin.
Recette :
-100 g de maturité
-500g d'amour
-150 g d'envie
-100g de concentration
-100g de mensonge
-100g d'amour pour Dieu
-100g d'amour passionnel
-50g d'amour filial

Sankouba Minte.
2018/03/27 19:48 #31d3-44ce-950b-d60e8db4c8df
Lycée Queneau, Yvetot, académie de Rouen
Dialogue imaginaire à la sortie de la projection de « Cœurs purs » (critique collective des 1L2)

- Raphaël: je trouve ce film extrêmement plat, avec des intrigues inutiles ou sans conclusion. La façon de filmer m’a dérangé tout du long. Les personnages sont insupportables.
- Baptiste: moi aussi j’ai trouvé l’histoire bateau et vide.
- Gabriel: oui, des clichés plus prévisibles les uns que les autres!
- Emmie: je ne suis pas d’accord avec vous, j’ai trouvé la trame intéressante et la présence de la religion, bien que pesante, exprimait bien la notion de pureté.
- Léonie: et la fin, qu’en pensez-vous? On a l’impression qu’il manque quelque chose, même si j’ai bien vu que la dernière scène reprenait la première.
- Colyne: j’ai bien aimé que les scènes se répondent, quand Agnese et Stefano courent au début et à la fin.
- Anne: oui, mais finalement, on se retrouve avec davantage de questions que de réponses.
- Anne-Claire: je ne pense pas avoir compris ce que Roberto de Paolis a voulu nous dire. Pourquoi Agnese crie-t-elle au viol? Cependant la dernière scène nous montre les sentiments qu’elle éprouve pour Stefano.
- Léonie: tu trouves? Pourquoi se débat-elle et a-t-elle l’air en colère?
- Claire: peu importe qui nous sommes, nous avons droit à l’amour, voilà ce que j’ai compris.
- Camille: quel film long, ennuyeux et peu rythmé!
- Ambre: il est surtout bizarre! Ce qui m’a choquée, c’est la violence de la mère d’Agnese quand elle frappe sa fille.
- Kilian: je l’ai trouvée trop proche de sa fille!
- Léonie: moi, j’ai été gênée par la façon dont nous sommes plongés dans l’intimité de l’héroïne, par exemple quand nous voyons la tache de sang sur le drap. Beaucoup de scènes mettent mal à l’aise.
- Cloé: je pense que ce film exprime bien la situation actuelle en Italie. Le réalisateur a bien fait de choisir une fille d’une classe plus élevée que le garçon pour montrer les inégalités sociales. Quant à l’histoire d’amour qu’ils entretiennent, je la trouve ambiguë. Le fait qu’Agnese ait déclaré être victime de viol est injuste et égoïste. Il aurait fallu qu’elle assume ce qu’elle avait fait.
- Josselin: et bien moi j’ai beaucoup apprécié le film: une bonne histoire avec de bons acteurs.
- Mathilda: ils ne jouaient pas trop mal, mais leurs personnages n’étaient pas attachants.
- Aubane: je suis d’accord, je n’aime pas Stefano. Il surveille un parking pour le protéger des dangers, et il est lui-même un danger, comme on le voit pendant la scène dans le magasin.
- Kévin: quand même, Cloé a raison, le film retrace très bien le climat de l’Italie d’aujourd’hui, notamment en ce qui concerne l’immigration et toutes les tensions qu’elle implique.
- Agathe: et l’histoire d’amour vécue en cachette était accrochante, vous ne trouvez pas?
- Aubane: on ne dirait pas qu’ils s’aiment.
- Rosa: c’était vraiment un film spécial!!!
2018/03/29 17:04 #f031-4989-9086-a2922d95d8c0
Lycée Faure, Morteau, académie de Besançon
Cœurs Purs
Roberto De Paolis

Le film Cœurs Purs est un très beau film émouvant qui réunit sincérité, peur et religion mais surtout de l'amour entre Agnese une jeune fille de 18 ans adorée par une mère à qui elle fait promesse de chasteté jusqu'au mariage, et le jeune Stefano de 25 ans élevé par des parents pauvres et à qui il veut venir en aide en acceptant un travail de vigile sur un parking vers où logent des gitans. Tous les deux vivent à Rome dans deux mondes complètement opposés où se dessine l’espoir d'une nouvelle vie.

Ce film prend tout son sens. Cœurs purs souligne l’espoir de l’église qui procure une sensation de sagesse d'une partie et d'un autre côté la pauvreté qui procure une sensation de tristesse envers Stefano mais tout est inversé quand Stefano laisse s’enfuir Agnese avec le téléphone qu'elle s'était empressée de voler du magasin où le jeune travaillait. Mais la jeune fille a peur du regard que le Seigneur pourrait avoir sur elle. Elle va tous les jours à l’église, prie tous les soirs avec sa mère en demandant que Dieu pardonne le péché d'avoir été proche d'un garçon de plus sa mère lui a supprimé son téléphone pour couper tout contact avec le garçon. Elle se confie à Luca le prêtre de l’église. Elle est aussi bénévole pour aider les gitans du parking là où Stefano travaille, ce qui les fait se recroiser et où ils partagent la plupart de leur temps ensemble. Mais très vite l'amour entre les deux va de plus en plus grandir et virer au cauchemar pour Agnese. Celle-ci prouvera son amour à Stefano en se donnant à lui mais regrettera quelques heures après d'avoir brisé la promesse qu'elle avait faite à sa mère.Elle partit de chez Stefano avec peur et culpabilité et en rentrant chez elle fit passer son action pour un viol. Une fin troublante,

Vieille Margaux, 2nde
Lycée Edgar Faure (25500 Morteau)
2018/04/02 10:35 #1725-42c9-9415-ff667b2893aa
Lycée Combes, Pons, académie de Poitiers
Agnese et Stefano vivent à Rome dans deux mondes que tout oppose. Elle, 18 ans, est couvée par une mère croyante qui lui demande de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Lui, 25 ans, a grandi entre trafics et vols. Il cherche à se racheter en acceptant un travail de vigile. Leur rencontre fait office de bouleversement total entre Agnese et les principes de la religion et entre Stefano et la délinquance.
Ce film a été réalisé par Roberto de Paolis en 2017. Les acteurs principaux (Agnese et Stefano) sont joués par Selene Caramazza et Simone Liberati. Il y a ensuite les seconds rôles qui ont une certaine importance quant au déroulement du film. Comme Stefano Fresi qui joue le rôle de Don Luca, Barbora Bobulova jouant le rôle de Marta, Edoardo Presce qui joue le rôle de Lele et Antonella qui joue le rôle d'Angela.


Louis, Matéo, Jules, Aline

2018/04/03 10:55 #6854-44c4-929c-3991c372c1b6
Lycée PRO Amblard, Valence, académie de Grenoble
Cuori Puri

Deux personnes que tout oppose se rencontrent par hasard. Agnese de bonne famille, et Stefano qui alterne trafic et vol. L’amour impossible. Une mère trop protectrice qui veut le meilleur pour sa fille dans le catholicisme. Et un homme dans une situation inverse qui ne dépend de personne. Rien ne les empêche de s’unir, ou presque…

C’est une histoire qui montre des choses sûrement encore tabous aujourd’hui au cinéma comme la chasteté jusqu'au mariage. On y voit une jeune fille complètement perdue, qui ne vit qu’au dépens de sa mère et du « Père ». Elle ne décide rien, cela est même parfois agaçant, j’ai l'impression qu’elle n’arrive pas à réfléchir, qu’elle est même parfois égoïste, c’est un sentiment plutôt étrange. A la fois elle se fait manipuler mais toutefois cela est fait par amour. Un amour maternel gigantesque que je trouve très beau et très bien réalisé. C’est d’ailleurs une des raisons au fait que j'ai aimé ce film. Également, comme dans « Petit paysan », je retrouve ce sentiment fort que l'on peut éprouver.
Ensuite, film italien réalisé par Roberto De Paolis en 2017, c’est lui aussi son premier long métrage, aussi présenté au festival de cannes 2017.

Pour continuer, Roberto De Paolis utilise des scènes d’improvisation, alors les comédiens peuvent modifier le texte et leurs mouvements par rapport aux émotions. Il n’y a pas de lumière artificielle.

Pour finir : un film vrai sans en faire trop. Avec un budget limité on peut arriver à faire de belles choses remplies d’émotions, nous transporter dans un monde que l’on peut ne pas connaitre, la religion catholique. Et cet univers avec les migrants, cette barrière que l’on met. Je conseille ce film que je trouve beau.
Les acteurs principaux, malgré leur manque d’expérience, arrive à nous transporter notamment dans des moments durs comme ce « faut viol » par exemple.

Elise Durand, Terminale CAP Bijouterie
2018/04/03 11:12 #e8d1-49ae-bbe2-3c4d2bcbcb6d
Lycée PRO Amblard, Valence, académie de Grenoble
Cœurs purs est un film italien sorti en 2017 réalisé par Roberto De Paolis, c’est un film dramatique, romantique.
C’est l’histoire d’une jeune fille de 18 ans, Agnese, qui vient d’une famille catholique aisée. D’un garçon de 25 ans, Stephano, avec un passé difficile et qui travaille comme gardien dans un parking. Leur rencontre va changer leurs vies et leurs projets.

Pour commencer c'est le premier film de Roberto De Paolis, il n'avait pas un gros budget pour le réaliser, c'était aussi les premiers rôles des acteurs principaux qui ont dû improviser tout au long du film. Comme les caméramans ne pouvaient pas anticiper leurs fait et gestes, ils ont utilisé les cameras à l'épaule sans limite de cadrage pour donner plus de réalité, plus de vivant au film. Pour rester dans cette atmosphère ils ont utilisé un éclairage naturel. D'où l'effet d'un documentaire à certains moments du film. Grâce à tout cela il a su réaliser un beau film sur la société, l'amour, la foi, l'Eglise, la périphérie et les étrangers.
Malgré tout, mon avis reste modéré entre ces deux acteurs totalement différents l'un de l'autre. Agnese jouée par Selene Caramazza vit dans la crainte du péché avec sa mère qui veut la contrôler grâce à la religion, elle ne peut prendre une décision seule, ce qui donne un sentiment d'oppression. Mais celle-ci se rebelle et vole un téléphone.
Stephano, interprété par Simone Liberati, lui, a toute sa liberté mais il est enchainé à la vie qu'il essaye de quitter. Il a peur de finir de l'autre coté du grillage dans le camp de Roms.
Le réalisateur a voulu montrer le monde contemporain avec l'augmentation du racisme, et à l'inverse la population qui veut aider tous ces refugiés. Avec les différentes classes sociales.
Finalement, leurs différences vont les rapprocher. Elle, va aider les réfugiés, lui, va les surveiller. De la, va naitre une belle histoire d'amour, un désir de l'autre, vouloir échapper à son identité, devenir ce qu’ils sont réellement.

Audrey Savoie, Terminale CAP Bijouterie.
2018/04/03 14:04 #0857-4f98-8dc8-e56e36c9bd07
Lycée Mezières, Longwy, académie de Nancy-Metz
Cœurs purs
Roberto de PAOLIS

Réalisé dans un quartier défavorisé de Rome (Tor Sapienza), le film Cœurs purs, s’écrivant au pluriel, en référence aux deux personnages principaux, nous propose de suivre l’aventure d’Agnese et de Stefano. Ces deux personnes sont symétriquement opposées de par leur caractère. Agnese, la jeune femme a choisi le vœu de chasteté car sa mère est très religieuse et veut le meilleur pour sa protégée. De l’autre côté, on retrouve Stefano, un marginal au passé turbulent, qui essaie de s’intégrer dans la société en surveillant un parking de supermarché sur lequel un camp de Roms s’est installé.

Malgré leur différence d’âge, 18 ans pour Agnese, et 25 ans pour Stefano, et leur caractère opposé, ils se fréquentent de plus en plus, jusqu’à l’épreuve ultime : la défloration de la jeune femme, qui constitue un péché vis-à-vis de la religion.
Le réalisateur, âgé de 38 ans, Roberto de PAOLIS, nous mélange le genre dramatique et romantique à la fois. Insistant sur les deux personnages, les premières et dernières images sont le symbole de l’amour entre Agnese et Stefano, qui reste secret. Mais le scénariste romain insiste également sur le contexte social actuel en Italie. En effet, les flux migratoires sont de plus en plus forts et le pays est devenu une terre d’accueil. Dans cette excellente réalisation, cela se voit de par les altercations de Stefano avec les Roms, mais aussi de par le soutien qu’apportent Agnese et sa mère. De plus, Roberto de PAOLIS veut nous montrer la pauvreté à laquelle est confrontée l’Italie. Malgré la forte industrialisation du Nord, la Botte connaît aussi un fort taux de chômage, notamment dans la partie Sud du pays, se nommant « il Mezzogiorno », signifiant « Le Midi ».

A la sortie de la salle de cinéma, certains camarades étaient dubitatifs sur le caractère choquant de ce film. En montrant des scènes à caractères sexuels, Roberto de PAOLIS, s’expose à des critiques, mais pour moi, il semble normal d’avoir projetés celles-ci, sans lesquelles l’intrigue n’aurait pu aboutir. La construction de la réalisation a été conçue de façon à suivre les deux personnages de manière intercalée, ce qui constitue un très bon ensemble car il s’agit de mettre en valeur les deux personnages et de ne pas les oublier. Les disputes et les réconciliations du couple sont primordiales à la compréhension du film car ils permettent de savoir où en est leur relation. Je trouve cette méthode très intéressante et cela représente d’une belle manière la vie de couple. De plus, j’ai remarqué que Selene CAMARAZZA (Agnese) et Simone LIBERATI (Stefano) prennent à cœur leur rôle et les interprètent magnifiquement.

Sur le déclin depuis une décennie, le cinéma italien se fait ici une place dans le genre dramatique du cinéma. Par ailleurs, il a été présenté lors du Festival de Cannes 2017. Je trouve donc logique que le film a été sélectionné dans le cadre du Prix Jean Renoir des Lycéens 2017-2018.

Dans l’ensemble, le film m’a vraiment satisfait car il incarne le réalisme en se fondant dans une histoire vraisemblable. Il possède également un caractère touchant en ce qui concerne l’histoire d’amour entre Agnese et Stefano. En revanche, la fin n’a pas été comprise de tous et je pense que de PAOLIS nous cache peut-être une suite de ce film; si ce n’est pas le cas, on peut dire que la fin laisse le spectateur sur sa faim…
SCOTTO DI CESARE LUCAS
1ère 609 – S.SI
LYCEE ALFRED MEZIERES LONGWY

2018/04/03 14:47 #eca4-4c26-b0a5-97e1c4724ea6
Lycée Bellevue, Albi, académie de Toulouse
Portrait chinois du film « Cœurs purs » / Production collective

Si le film était :

- un véhicule --ce serait
la moto de Stefano  symbole de sa fragilité (panne d'essence) et de sa force (bord demer))
la moto des Roms qui le menace avec le faux pistolets (comme dans un film d'action --- maisla situation est ridicule et humiliante pour Stefano)
la voiture de la mère // c'est la mère qui conduit // Agnese essaie de conduire mais n'y arrive pas
Les voitures que Stefano doit surveiller (son travail inutile)
le camping-car des parents sur le parking à l'arrêt (comme les Roms)
les caravanes des Roms (comme les parents de Stefano)

- une saison -- ce serait
l'été : dans la chaleur écrasante de Rome

- une couleur -- ce serait
la lumière jaune du soleil couchant
Le rouge du sang d'Agnese
le rouge du téléphone caché et repris

- un objet --  ce serait
le portable : volé / confisqué /péché /éteint / cassé // symbole de la contrainte maternelle, de l'amour, de l'émancipation, de la colère

les rollers : Agnese apprend à rouler seule (?)

le fauteuil tâché de Stefano sur le parking

le ballon offert par Agnese aux enfants Roms / objet de discorde permanente entre Stefano et les personnes du camps.

le faux-pistolet : humiliation double pour Stefano (il a eu peur pour rien et il perd son emploi)

la bague de virginité : achetée sur internet

la croix : prière tous les soirs avec sa mère /  avec ceux de la communauté

- Un état/territoire -- ce serait
vierge : le corps d'Agnese
il doit être inviolable : le parking de Stefano

- de la nourriture -- ce serait
la pizza : entre amis de la même communauté // ET le prétexte pour passer la nuit avec Stefano

la pasta (partagée) : symbole de la réconciliation avec son père

la boîte de thon qu'avale Stefano en vitesse, debout, à même la boîte, sur la parking

les bananes : prétexte pour Lele et Stefano de voler et humilier l'épicier indien

- une architecture / territoire -- ce serait
on est loin de l'image de la Rome éternelle : quartiers périphériques / centres commerciaux / délabrement : le parking

- un sport -- ce serait
le foot (Les personnes du camps et les amis délinquants de Stefano)

- un sentiment -- ce serait 
l'amour
la colère : de Stefano, des Roms, des parents de Stefano, de la mère d'Agnese, d'Agnese
l'humiliation : examen gynécologique // le travail absurde de Stefano // la perte de l'appartement
la honte : perte de la virginité --- corrélé à la notion de péché / sentiment tellement fort qui la mène à un mensonge /// Stefano qui dépouille l'épicier avec Lélé
la violence : du monde du travail pour Stefano /// du quartier de Stefano : expulsion – drogue – menaces /// le faux-viol

- une musique/chansons -- ce serait
les chants de la communauté catholique (à l'église, anniversaire...)
2018/04/03 14:49 #e2e0-4f41-ac18-0ff93d59ba83
Lycée Bellevue, Albi, académie de Toulouse
La critique de Thalia

Après avoir vu le film j'ai été très déçue. Je n'avais pas réussi à me plonger dans le film, à m'attacher aux personnages et à l'histoire. Il manquait, pour moi, un élément accrocheur. Pourtant après avoir reparlé du film en classe et après avoir débattu à propos du film, une nouvelle image, plus positive, m'est apparue. C'est en parlant des personnages, en apprenant à les connaître et en mettant à jour des éléments propres à chacun d'eux que j'ai appris à les apprécier. Alors, petit à petit, un sentiment d'affection et de compassion s'est créé en moi.

Dans ce film, on nous présente principalement deux personnages, Agnese et Stefano.
Agnese est une jeune fille de 18 ans, elle est catholique et s’apprête, sous l'influence d'une mère autoritaire, à faire le vœux de chasteté.
Stefano, lui, est un jeune homme d'une vingtaine d'années. Il est issu d'un milieu défavorisé, ses parents sont pauvres, son père est violent et n'a jamais aidé sa famille.
Ces deux personnages se rencontrent pour la première fois lorsque Agnese vole une téléphone dans le centre commercial dans lequel travaille Stefano. On assiste à un coup de foudre.
Les deux personnages se rencontrent à nouveau sur le parking où Agnese va donner des vêtements aux Roms installés sur ce lieu, tandis que Stefano doit surveiller le parking pour éviter que les Roms ne le dégradent.
Rapidement un lien se créé entre Stefano et Agnese et ces personnages qui semble totalement opposés tombe finalement amoureux l'un de l'autre.


AGNESE :

Agnese entretient une relation très particulière à sa mère.
La mère d'Agnese est catholique, elle est très attachée à la religion et entraîne sa fille dans ses croyances en l'obligeant à faire par exemple vœu de chasteté jusqu'au mariage.
Mère et filles sont très proches. Elles dorment ensemble, elles passent du temps et participe a des œuvres de charités ensemble.
Pourtant la mère d'Agnese semble abusive, intrusive et possessive. Elle protège sa fille et la traite comme une enfant alors qu'Agnese a 18ans. Elle ne se gêne pas pour rentrer dans la salle de bain alors qu'Agnese s'y trouve ; elle confisque le téléphone de sa fille car un garçon lui fait des avances, elle la met mal à l'aise et l'humilie en l'envoyant chez un gynécologue pour vérifier si elle est toujours vierge...
On ressent pourtant un amour profond entre les deux personnages.
En revanche on voit tout au long du film, qu'Agnese se détache petit à petit de sa mère et lui désobéit de plus en plus. Elle va jusqu'à renoncer a son vœu de chasteté en couchant avec Stefano mais va faire passer cette relation pour un viol peut être par culpabilité ou par honte.

STEFANO :

Stefano est issu d'un milieux défavorisé
Son père est violent, on comprend qu'il frappait Staphano quand il était enfant et dans la première scène avec les parents de Stefano, le père se lève pour aller frapper son fils mais repart finalement s'asseoir.
La mère de Stefano semble être une femme perdue. Elle ne cesse de demander de l'argent à son fils, mais ne paye pas le loyer du logement où elle vit avec son mari au point d'en être expulsée.
Pour se sortir de ce monde, Stefano essaye d'obtenir un travail sérieux. Il travaille d'abord dans un centre commercial mais se fait renvoyer après avoir laissé Agnese partir avec le téléphone qu'elle avait volé. Il trouve donc un deuxième emploi qui consiste à surveiller un parking en partie occupé par des Roms. Plusieurs scènes du film le montre seul, s'ennuyant ou se disputant avec les Roms, sous les soleil brûlant ou sous la pluie, sans abri. IL se fait renvoyer de ce travail aussi, après qu'un Roms a cassé le pare-brise d'une voiture stationnée sur le parking qu'il devait surveiller.
Après avoir été renvoyé deux fois, il décide, à contrecœur, de reprendre ses activités illicites dans le quartier en vendant de la drogue.

ENTRE AGNESE ET STEFANO :

La relation entre Agnese et Stefano est très rapide. Le jour même de leur rencontre, ils s'embrassent et même si en Italie le baiser ne semble pas avoir la même signification qu'en France (car à plusieurs reprise on voit la mère et la fille s'embrasser, de même avec les amis) ce geste reste un signe d'affection.
On ressent énormément d'amour entre les deux personnages pourtant les scènes où ils sont seuls sont entourés d'une atmosphère pesante car les deux personnages se parlent peu, ils ne se prouvent jamais leur amour verbalement ( il ne se disent pas « je t'aime » ) et on ressent une sorte d'intimidation et de pudeur de la part d'Agnese, sûrement due à l'oppression religieuse que lui inflige sa mère (plusieurs fois Agnese empêche Stefano de l'embrasser, elle hésite avant de se mettre en maillot de bain devant lui pour se baigner...).
Malgré ces craintes, Agnese va coucher avec Stefano, allant totalement contre sa mère et contre ses valeurs.
Cependant, la honte et la culpabilité l'emportent et, sans plus aucun repère, Agnese échafaude un mensonge et prétend s'être fait violer par un Rom.
En dépit de cette fausse accusation, qui pourrait mettre Stefano en colère, on voit à la fin du film qu'il aime Agnese d'un amour sincère et qu'il la comprend car il la prend dans ses bras, l'embrasse et tente de la rassurer avec des mots doux.


LES CHOIX MARQUANTS DU REALISATEUR :

~La caméra à l'épaule : Dans la majeure partie du film, le camera man porte lui même la camera, notamment quand les personnages courrent ou durant les scènes « d'action ». Cette façon de filmer nous permet de suivre les personnages et de nous « intégrer » au film car le vision obtenue est celle qui est la plus proche de ce que l'on pourrait voir si on était à cêté du personnage.

~Le parallélisme des plans : Dans la première scène du film, on voit Stefano courir après Agnese. Dans la dernière scène on retrouve le parallèle de ce plan, mais c'est Agnese qui court après Stefano. Dans la première scène, Stefano est en colère contre Agnese tandis que dans la dernière c'est Agnese qui est en colère contre Stefano. Alors que dans la première scène, rien ne les lient, dans la dernière ils sont plus proches que jamais et c'est là que l'on ressent tout l'amour qu'ils ont l'un pour l'autre. Ces scène se complètent car en s'opposant, elles prouvent l’évolution des personnages. Stefano qui au début du film était un homme assez solitaire et n'écoutait que lui devient, à la fin du film, un homme aimant, qui protège et écoute la colère d'Agnese. Agnese elle qui au début était soumise a l'autorité de sa mère se libère et s'exprime enfin a la fin du film.

~ La peau / la nudité : Dans ce film beaucoup de scènes sont filmées en très gros plans : la peau des personnges, leur visage (joues, cou, yeux, cheveux...) ou des scènes qui nous font basculer dans l'intimité du personnage, comme par exemple quand Agnese se rase dans la salle de bain.
Ces scènes nous permettent de nous « attacher » aux personnages car en nous faisant partager des scènes intimes.

~La scène d'amour : La scène de la relation sexuelle entre Agnese et Stefano est filmée en plan séquence. Filmer cette scène sans montage, sans coupure, mais aussi sans aucune musique ou fond sonore autre que ceux produits par les personnages, rend la scène plus frappante. De plus la scène est assez longue ce qui crée une atmosphère assez pesante. Garce à ce plan séquence, on comprend que la scène est capitale, que c'est une scène clé du film.
2018/04/03 18:07 #0349-444a-9169-d9a72f773bdb
Lycée Larousse, Toucy, académie de Dijon
Lycée Pierre Larousse de Toucy (89) – Critique de "Cœurs purs"


Coeurs purs, un film original et sensible

Coeurs purs est un drame italien de Roberto De Paolis, sorti en salle en 2017 et interprété par les acteurs Selene Caramazza, Simone Liberati et Barbora Bobulova. Le film a été présenté lors de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2017.
Il raconte l'histoire sentimentale improbable entre Agnese, une jeune femme de dix-huit ans, élevée par sa mère dans la ferveur religieuse et Stefano, vingt-cinq ans, marginal au passé turbulent qui essaie de s'intégrer socialement.

J'ai trouvé ce film intéressant et l'histoire originale. Ce film traite d'amour, de la religion, de l'immigration... D'emblée, dès le début du film, on découvre deux personnages : Stefano et Agnese. L'histoire débute en plein Rome sur la rencontre entre ces deux personnages lors d'une course poursuite après qu'Agnese a volé un téléphone portable dans le magasin où Stefano travaille. Ce dernier va tenter de récupérer le téléphone mais au final va laisser partir le voleur et se faire licencier. Puis ils vont par la suite se retrouver, apprendre à se connaître et s'aimer.
J'ai aimé le jeu des acteurs, leur expressivité et le mélange des genres.
En dépit de l'histoire et des personnages quelque peu stéréotypés voire superficiels, ce film est audacieux. Il traite des sujets d'actualité avec émotion et fait passer des messages importants.
On voit en premier lieu la religion catholique et comment celle-ci intervient dans la vie de la jeune fille. J'ai d'ailleurs trouvé intéressant que durant tout le film la jeune fille ait hésité et ne se soit pas tout de suite conformée aux choix de sa mère, ce qui donnait une dimension réaliste et touchante à l'histoire. Puis le film base la deuxième partie de son intrigue sur la question de l'immigration. J'ai apprécié que l'on voit des personnalités aux profils divers qui peuvent intervenir même dans la vie réelle : les personnes qui aident les Roms et les personnes qui les méprisent. Puis par la suite, on voit comment ces deux personnes qui avaient des opinions différentes apprennent à se connaître et à s'apprécier.
On perçoit aussi le point de vue de la mère prisonnière de sa religion et comment son comportement de « sur-protection » face à son enfant peut lui faire perdre toute relation avec sa fille et toute complicité.

Finalement il s'agit d'un film plutôt intéressant et assez contemporain. Il s'intéresse aux problèmes de la jeunesse, de l'Italie d'aujourd'hui et les montre de façon innovante et sensuelle. Beaucoup de questions sont ainsi traitées et des réponses sont fournies ; ce qui donne à l'histoire une fin, sans attente de plus de réponses précises ou d'une suite.
Cette œuvre représente une découverte pour moi parce que ce n'est peut-être pas un film que je serais allée voir de moi-même au cinéma. Il ne correspond pas exactement au genre de films que je regarde habituellement.


Critique rédigée par Chloé Gerbeaud – Classe de 1ère L.

2018/04/05 09:30 #2ca7-4bc9-ad4b-db40aac3cc65
Lycée Bellevue, Albi, académie de Toulouse
Coeurs purs
Cécilia

Entre joie, culpabilité et regrets, Coeur purs expose parfaitement les problèmes liés à la religion, et des questions sur la liberté sont mises en avant.

Des relations mises en parallèle.
La façon dont le réalisatuer Roberto De Paolis met en avant, aussi bien au niveau de l’histoire que cinématographiquement parlant, les contrastes et les parallèles entre les différentes minorités et les différentes religions, est intéressante. Agnese (Selene Caramazza) est en effet croyante, alors que Stefano, lui, (Simone Liberati) ne croit en rien, en raison de son histoire difficile mais malheureusement peu banale. En effet, les jeunes gens vont se fréquenter, alors qu’une multitude de différences les opposent. Effectivement, c’est comme si Stefano représentait le mal et Agnese le bien au premier abord. Mais au fur et à mesure de l’histoire, le réalisateur met en avant les nuances, et nous montre ainsi que rien n’est totalement blanc ou noir. Stefano, par sa tentative de rédemption (en cherchant un travail honnête, ou encore en refusant de vendre de la drogue à un mineur) montre qu’il a un bon fond, qu’il croit malgré lui, malgré ses fréquentations et malgré son passé, à une perspective d’avenir honnête et respectable. Agnese, quant à elle, manque à sa promesse de chasteté quand elle couche avec Stefano, puis commet différents pêchés comme par exemple en volant ou en mentant sur la perte de sa virginité. Mais peut-on vraiment la juger ou lui en vouloir ; ou bien quelqu’un d’autre est-il également fautif ?

Une communauté oppressante
La relation à la religion dans la vie d’Agnese est omniprésente. En effet, elle est non seulement au centre de la majorité des conversations, mais elle est également toujours à l’écran, que ce soit par le biais de sa mère, du curé, ou même tout simplement de son collier (qui ne la quitte jamais). La religion dans sa vie, ou du moins l’influence de sa communauté est intrusive, tout comme sa mère. En effet, la jeune fille a 18 ans mais vit encore aux dépens de celle-ci, car cette dernière veut absolument tout savoir et tout contrôler de la vie de sa fille qui n’est plus si petite que ça. Cela passe par le contrôle de ses fréquentations, et elle va jusqu’à lui confisquer son téléphone car elle parle à un garçon, alors qu’elle est majeure, et qu’aux yeux de tous, sauf de sa mère, elle est capable de faire ses propres choix et de devenir maîtresse de son destin. De plus, cette relation est à sens unique : on le devine clairement dans un plan où Agnese surprend sa mère alors qu’elle est très proche d’un homme. Dans mon souvenir, on voit les deux adultes de dos, et nous sommes donc à la place de la jeune fille. Sa mère dépasse les limites comme par exemple lorsqu’elle rentre dans la salle de bain alors qu’Agnese se rase le maillot, mais elle va surtout à l’extrême, en la forçant à aller chez la gynécologue, et en questionnant la spécialiste dans le dos de sa fille sur la virginité d’Agnese par simple manque de confiance en elle, alors qu’elle n’en a officiellement plus le droit. Cela est, pour moi, un facteur important de la désobéissance d’Agnese.
Stefano subit par ailleurs lui aussi une forme d’oppression par son entourage. En effet que ce soit par son patron qui n’écoute pas ses plaintes bien qu’elles soient fondées, par ses parents qui lui réclament sans arrêt de l’argent ou encore par son groupe d’amis (comme par exemple lorsqu’il est forcé de vendre de la drogue à un enfant du quartier). La différence entre les deux est qu’Agnese commence à peine à vouloir contrôler son avenir alors que Stefano, lui, a déjà commencé.
Nous suivons ainsi la « rébellion » des personnages, et leur tentative d’échapper à qui ils sont.

Le rapport à la pauvreté
Le camp de Roms semble ici être à la fois le lien et la séparation entre les deux histoires. En effet, Stefano se retrouve gardien du parking juxtaposé au camp, et Agnese vient en aide à ses occupants avec son église. Cet endroit, délimité par de simples grillages est à la fois secondaire dans l’histoire en elle-même, mais également primordial dans le fond de ce film, car c’est un fait malheureusement actuel dans la société italienne mais pas que. Le camp et la pauvreté sont certes moins présents que la religion (comme par exemple dans la scène de la plage ou dans les scènes plus intimes bien que l’appartement de Stefano ne soit pas luxueux) mais ils sont tout de même très présents, que ce soit dans les conversations des parents de Stefano ou que ce soit par la fenêtre de chez Agnese.

Ce n’est pas mon film préféré, mais je trouve qu’il met plutôt bien en relation les différents problèmes liés aux communautés et à leur influence, ainsi que les problèmes de la société.


2018/04/05 10:01 #e163-49a1-9cfc-e9083edcca13
Lycée Bellevue, Albi, académie de Toulouse
Critique «CŒURS PURS» de Leslie Da Silva


D'après son titre «cœurs purs» et sa bande d'annonce, je m'imaginais une histoire simple, légère, belle et touchante. Je m'attendais à voir un film où l'on s'attache aux personnages et où l'on ressent le lien, voire l'amour qui unit les deux protagonistes.
J'aurais aimé, à l'issu de la séance, sortir en ayant le cœur léger.
Hélas, c'est avec le cœur lourd que je suis sortie du cinéma et ce poids ne m'a pas quitté durant les deux heures qui ont suivi.

J'ai toujours pensé que les meilleurs films sont ceux qui arrivent à nous toucher.
Même si certains arrivent à provoquer en nous des émotions plus ou moins fortes et pas toujours agréables, je reste persuadée que nous pouvons en tirer des choses positives. Certains nous ouvrent l'esprit, d'autres nous en apprennent sur la vie et quelques-uns peuvent même nous permettre de nous découvrir nous mêmes.
«Cœurs purs» a eu cet effet sur moi. Est-ce positif ou négatif ? Aucune idée puisque pour le moment je reste encore très perturbée de ce que j'ai vu.

En effet certaines scènes m'ont troublée, voire dérangée.
La scène de sexe par exemple ne m'a aucunement paru comme une scène d'amour.
Même si c'est Agnese qui fait le «premier pas», j'ai parfois eu l'impression d'assister à une scène de viol.
Stefano se montre dominant durant cet acte et a l'air plus poussé par un besoin animal que par un acte d'amour. Quant à Agnese, même si aucun geste ne témoigne le moindre refus, j'ai eu l'impression qu'elle se retrouvait prise au piège comme si elle regrettait et ne pouvait plus revenir en arrière.
Tout au long de cette scène (que j'ai trouvé plutôt longue), ce que je ressentais se rapprochait fortement du dégoût.
De plus, le fait qu'il n'y ai eu aucune bande-son durant cette scène et la manière dont elle a été filmée, en plan séquence (filmée de près et caméra statique) m'a déplu.
Un autre exemple : la scène du premier baiser, lors de leur troisième rencontre.
Le simple fait que Stefano embrasse Agnese avec insistance et sans la connaître m'a paru déplacé et a renforcé mon impression de violence entre les personnages.

D'un point de vu plus général, leur histoire «d'amour» ne m'a pas du tout enthousiasmé, je ne me suis pas attachée aux personnages et je n'ai pas aimé leur personnalité.
C'est un expérience de spectateur qui a été difficile à vivre pour moi, de laquelle je ne ressors pas « indemne »...
2018/04/05 13:53 #45d1-4720-953a-c047cddd9d1c
Lycée Larousse, Toucy, académie de Dijon
Lycée Pierre Larousse de Toucy (89) – Cœurs purs / SMS

Après la projection du film de Roberto de Paolis Cœurs purs, les élèves de 1ère L ont imaginé les conversations téléphoniques et la "correspondance" entretenues par Agnese et Stefano....

10 août 2017
20h18
Salut. C’est moi, Agnese.

20h18
Ah, salut !

20h49
Dis-moi … J’aurais une question … Tu travailles vraiment en tant que vigile au parking ?

20h50
Oui, mon patron au supermarché m’a viré. Faut dire que je ne l’ai jamais vraiment apprécié …

20h51
Et … Est-ce que c’est à cause de moi ?

20h51
Je veux dire, je peux comprendre que ça soit à cause de moi … J’ai volé un téléphone, et tu m’as laissé filé …

20h52
Non … Non, ça n’a rien à voir avec toi, ne t’en fais pas pour ça.

20h53
Tu es sûr ? J’en doute …

20h53
Ne t’en fais pas, crois-moi. Et puis, tu sais, mon nouvel emploi au parking est le cadet de mes soucis …

20h55
Ah oui ? Vraiment ? C’est-à-dire ?

20h55
Tu peux me raconter, tu sais ...

20h56
Disons que je n’ai jamais vécu dans une famille très riche … Cela faisait des mois que mes parents n’avaient pas payé le loyer et ils se sont fait renvoyer du logement. De plus, mon père et moi avons une relation assez “tendue”, il rejette toute la faute sur moi.

20h57
Mais pourquoi ?

20h57
Ils m’avaient demandé de l’argent pour les aider et qu’ils puissent rester un peu plus longtemps dans leur appartement. Mais, tu vois, moi aussi je peine beaucoup financièrement et ce n’est pas ma petite paie qui va réussir à nous faire vivre moi ET mes parents. Moi je travaille pour avoir cet argent mais j’ai l’impression que pour lui, tout doit être apporté sur un plateau d’or.

20h58
En effet, ça a l’air plus que tendu entre vous. Vous n’avez jamais pensé à parler de tout ça ? Vous pourriez peut-être calmer les tensions.

20h58
Il faut dire qu’avec lui, ce sont plus ces poings qui parlent.
Mais toi, parle-moi un peu de ta famille … J’ai cru voir une croix autour de ton cou.Tu es croyante ?

20h59
Oui, très ! Ma mère est moi sommes très actives au sein de notre église.
Nous aidons les réfugiés, comme tu as pu le voir…

20h59
Oui, en effet … Ne nous attardons pas trop là dessus s’il te plaît ...

21h00
Je suis aussi des cours de catéchisme pour continuer mon éveil spirituel. Le Père de la paroisse est extrêmement gentil. Nous jouons des pièces de théâtre lors de ces cours. Il nous a proposé dernièrement que l’on fasse vœu de chasteté avant le mariage.

21h01
Ah oui, d’accord ! Tu penses être capable de promettre une chose pareille ?

21h02
Je ne sais pas vraiment si j’en suis capable et j’avouerai ne pas vraiment me poser la question. Notre Père nous dit que tant que nous gardons la foi, une promesse ne peut point être difficile à tenir.

21h02
Certes mais je voulais dire, est-ce que tu as envie de cela ?

21h03
Je sais que ma mère veut absolument que je tienne cette promesse. Elle me veut pure …

21h03
Mais tu l’es déjà, pure !

21h04
Mais ce n’est pas ce qu’elle a l’air de penser …

21h04
Ah bon ? Et pourquoi donc ?

21h05
J’ai parlé avec un garçon, il y a un moment. Et elle n’appréciait pas vraiment ces discussions … Je ne savais pas trop ce qu’elle avait … Et puis, elle m’a confisqué mon téléphone. Je voulais le récupérer mais elle ne me laissait pas l’avoir. Il fallait vraiment que je parle à ce garçon. C’est pourquoi …

21h05
Tu as volé le téléphone ?

21h07
Oui.

21h12
J’aurais dû m’en douter...


13 août 2017
10h06
Est-ce que tu voudrais qu’on aille à la plage ensemble ?

11h15
Oh oui, pourquoi pas ! En plus, il ne risque pas d’avoir de la foule, nous sommes en pleine semaine.

11h17
D’accord ! On se rejoint là-bas, alors.


19 août 2017
17h08
Agnese ? Est-ce que tu voudrais venir chez moi ? J’ai envie de te voir …

17h38
Oui, j’ai vraiment aussi besoin de te voir …


21 août 2017
10h14
Agnese ? Est-ce qu’il t’est arrivé quelque chose ? Je suis très inquiet pour toi...

10h29
Agnese ? Tu es là ?
J’ai entendu des personnes parler d’une fille du quartier qui avait le même prénom que toi …

11h37
Agnese ? Est-ce que tout va bien ?

13h56
Agnese ?

14h30
Agnese, je t'aime. Réponds-moi, je t’en supplie !

15h35
Agnese ?

17h57
???




Texte écrit par Roxanne Verse – Classe de 1ère L
2018/04/05 14:10 #9750-473b-bb0a-227db55b0cd3
Lycée Larousse, Toucy, académie de Dijon
Lycée Pierre Larousse de Toucy (89) - "Cœurs purs" / SMS

Après la projection du film de Roberto de Paolis Cœurs purs, les élèves de 1ère L ont imaginé les conversations téléphoniques et la "correspondance" entretenues par Agnese et Stefano....

17 août 2017

- Salut Agnese
- Salut Stefano.
- Tu vas bien ?
- Pas trop, je sors d’une dispute avec ma mère.
- Comment ça ? Pourquoi ?
- C’est parce que je suis arrivée en retard à l’église, après qu’on se soit vu aujourd’hui… Ma mère était tellement furieuse conte moi. On avait quelque chose de prévu. Donc une fois rentrées à la maison, elle m’a crié dessus et elle m’a même frappée :(
- Je suis désolé… C’est entièrement de ma faute, je n’aurais pas dû te retenir.
- Mais non, tu n’y es pour rien. C’est moi qui ai voulu rester avec toi et j’en ai oublié l’heure. C’est de ma faute.
- Mais non c’est moi qui t’ai retenu, je suis le seul fautif ici.
- Non, c’est de ma faute, je mérite ce qu’il m’est arrivé.
- Je ne peux pas te laisser penser ça ! La seule chose que tu mérites, c’est tout le bonheur du monde.
- Oh Stefano, tu es trop gentil. Mais je suis tellement perdue dans ma vie en ce moment. Heureusement que tu es là pour moi. Je ne suis qu’une faible barque dérivant sur ce vaste océan agité qu’on appelle la Vie et tu es ce phare dressé contre vent et marrée qui illumine ma vie.
- En plus d’être radieuse comme le soleil, tu es une merveilleuse poétesse. Tu me surprendras tous les jours.
- Arrête de me flatter comme ça, grand fou. =^-^=
- Je ne fais que te dire la vérité.
- =^-^=
-Tu sais qu’on est pareils tous les deux.
- Ah oui ? Comment ça ? :)
- J’ai volé...
- Tu voles maintenant ? :/
- Une petite épicerie dans une petite rue pas loin de chez moi… J’en suis pas fier...
- J’espère bien, j’espère que ce sera la première et dernière fois.
- C’est pas la première mais je ferai en sorte que ce soit la dernière, t’inquiète. Et tu es mal placée pour me faire des remarques...
- Oui, mais ce n’est pas une raison.
- En parlant de ça, pourquoi tu as volé ce portable ?
- C’est pas important.
- Si ça ne l’est pas, alors tu peux me le dire...
- Bah en fait, ma mère m’avait confisqué mon ancien portable.
- Tu as fais quoi pour qu’elle te le prenne ?
- Elle pense que je me fais harceler par des personnes qui me veulent du mal.
- Et c’est vrai ? Qui sont ces personnes ?
- Mais non, c’est personne. C’est juste ma mère qui a mal compris certaines choses.
- Elle ne voulait que ton bien, te protéger de personnes nuisibles.
- Oui, je le sais mais c’est quand même embêtant pour mon ancien portable… Tiens au fait comment va ta mère ? :)
- Elle va bien, toujours aussi gentille… Même trop parfois. Elle vit encore avec mon bon-à-rien de père… Voilà...
- Et c’est tout ? Plutôt rapide.
- Je sais mais c’est quelque chose sur laquelle je préfère ne pas parler...

18 août 2017

-Tu me manques, tu sais.
- Moi aussi. J'aimerais te revoir aussi vite que possible alors si tu as le temps, passe me voir.
- J’aimerais bien mais comme je te l’ai dit tout à l’heure, je me suis embrouillée avec ma mère et je doute qu’elle me laisse sortir comme ça…
- Dommage… On se verra bientôt quand même ? ;)
- Oui, ne t’en fais, elle me laissera sortir demain je pense.
-Tant mieux alors. Le plus vite sera le mieux.
- Je te retrouverai sur le parking de toute manière ? :)
- Non, c’est pas la meilleure idée. Les Gitans me saoulent, je vais me faire virer à cause d’eux.
- Mais non, ne t’en fais pas… Ils vont s’arrêter.
- Comment tu fais pour les apprécier ?… Ils ne font que tout casser et crier.
-Tu ne vois pas le bon côté en eux. ;)
- Il n’y a aucun bon côté en eux… :/
- Si tu le dis… Je suis désolée mais je dois y aller, ma mère m’appelle. Je te recontacte tout à l’heure.
- À tout à l’heure Agnese. Je t'aime...

Texte écrit par Hugo Viovi - Classe de 1ère L.
2018/04/05 17:51 #3a0c-4796-8a5c-2c90356ddf2a
Lycée Larousse, Toucy, académie de Dijon
Lycée Pierre Larousse de Toucy (89)

Après la projection du film de Roberto de Paolis, les élèves de 1ère L ont imaginé les conversations téléphoniques et la "correspondance" entretenues par Agnese et Stefano....

Cœurs purs / SMS

Lundi, 8 mai 2017

Stefano : Salut Agnese.
Agnese : Bonjour Stefano.
Stefano : Tu fais quoi ?
Agnese : Je me prépare pour la messe et toi ?
Stefano : Comme toujours je suis au parking, je surveille les gitans. T’es croyante ?
Agnese : Oui, je prie depuis que j’ai dix ans. Tu ne pries pas toi ?
Stefano : Nan j’crois en rien.
Agnese : Ah…
Stefano : Sinon, on s’voit quand ?
Agnese : Après la messe je pense.
Stefano : Ok, tu finis quand ?
Agnese : Ça dure deux heures.
Stefano : J’peux attendre t’inquiète.
Agnese : A tout.


Mardi, 9 mai 2017

Stefano : C’était vraiment bien, à refaire.
Agnese : Ouais, à refaire...
Stefano : Sinon, elle a dit quoi ta mère ?
Agnese : Elle a rien dit, je lui ai dit que j’étais avec une amie.
Stefano : Si elle te voit avec un gars, elle va dire quelque chose ?
Agnese : Oui, surtout que ce qu’on fait, c’est péché.
Stefano : Ah bon, pourquoi ?
Agnese : L’homme avec qui je suis ne doit être autre que mon mari….
Stefano : On est qu’amis.
Agnese : Même…
Stefano : Je comprends pas
Agnese : Pfff laisse, c’est pas grave
Stefano : Tu veux plus me voir en fait, c’est ça ?
Agnese : Non non pas du tout mais….
Stefano : Bref.
Agnese : J’ai une question.
Stefano : Bah dis.
Agnese : Attends, ma mère m’appelle pour l’église. Je dois y aller.
Stefano : D’acc.


Jeudi, 11 mai 2017

Agnese : Stefano ?
Stefano : Mmmh ?
Agnese : Qu’est-ce que t’as ?
Stefano : Agnese… j’veux plus avec toi. Je t’aime, je sais pas quoi faire sans toi sérieusement
Agnese : J’ai dit quoi Stefano, je peux pas. Moi aussi je t’aime mais… je peux vraiment pas
Stefano : Mais ils seront pas au courant...
Agnese : T’as 24 ans, j’en ai 18.
Stefano : « Quand on aime on ne compte pas »
Agnese : T’as raison
Stefano : Viens au parking, on va parler.
Agnese : J’arrive.


Dimanche, 14 mai 2017

Agnese : C’est la première fois que j’embrasse un gars.
Stefano : T’as aimé ?
Agnese : C’est gênant, arrête !!
Stefano : Mdrrr
Agnese : Ça va mieux avec tes parents ?
Stefano : Change de sujet c’est ça
Agnese : Nan c’est toi qui évite le sujet-là
Stefano : Mdrr même pas. Sinon je m’en fous.
Agnese : Comment ça ?
Stefano : Toujours ils ont besoin de moi pour l’argent, ils prennent même pas de mes nouvelles et quand ils vont bientôt être expulsés, ils se rappellent qu’ils avaient un gosse.
Agnese : Dis pas ça !
Stefano : Comment ça ?
Agnese : Tes parents, ils t’ont mis au monde, ta mère t’as porté 9 mois dans son ventre. Peut-être que ton père ne te donne pas d’importance mais au fond il t’aime. T’es personne pour juger les gens, Dieu en est témoin. Aide-les, ils ont besoin de toi même s’ils ne te rendent pas la monnaie de ta pièce. Tout là-haut, ils vont être jugés. Toi t’iras au paradis, ils iront peut-être en enfer. Donne tout tout de suite et pour le reste, c’est Dieu qui choisit.
Stefano : Tu parles vraiment bien. Merci pour tout Agnese…
Agnese : Avec ma mère, on va voir les gitans
Stefano : Bisous.
Agnese : Je t’aime.


Mardi, 16 mai 2017

Stefano : Tu me manques déjà.
Agnese : On vient de se voir mdr
Stefano : Je sais mais tu me manques. C'est comme ça.
Agnese : Aujourd’hui au catéchisme on a parlé des femmes pures.
Stefano : C’est-à-dire ?
Agnese : Qui sont encore vierges pour leur mariage.
Stefano : Pourquoi tu me dis ça ?
Agnese : Tu me promets de ne pas me toucher ?
Stefano : J’te respecte trop pour ça.
Agnese : T’es un vrai homme Stefano.
Stefano : Et toi une vraie femme. A côté de toi, je suis rien. Mes parents ont été virés de chez eux aujourd’hui, j’ai pas pu faire comme tu m’avais dit...
Agnese : C’est pas grave, c’était trop tard.
Stefano : Je suis dégoûté quand même. J’ai pas un cœur pur comme toi
Agnese : Ne dis pas ça. Au fond, on a tous un cœur pur… Ils vivent où alors maintenant tes parents ?
Stefano : Dans leur caravane, comme des gitans.
Agnese : T’as quoi contre les Gitans ?
Stefano : Ils me soulent, ils m’écoutent jamais, ils sortent tout le temps. On dirait des animaux.
Agnese : Mais n’importe quoi, « on dirait des animaux ». Comment tu peux dire ça ? Et pourquoi ? En fait t’es raciste je suis déçu de toi là Stefano. T’as pas honte ?
Stefano : Je suis pas raciste, faut être réaliste dans la vie nan ? Ils nous créent que des problèmes, non ?
Agnese : J’arrête de te parler. Au revoir !


Vendredi, 26 mai 2017

Stefano : Pourquoi tu ne réponds plus à mes appels ?
Agnese : J’ai pas le temps en ce moment.
Stefano : Me mens pas.
Agnese : Pourquoi tu me demandes si tu connais la réponse ?
Stefano : C’est bon, j’étais énervé, ils m’ont énervé aussi...
Agnese : T’es pas obligé de parler comme ça.
Stefano : OK Mais à cause d’eux je me suis quand même fait virer. Tu veux que je réagisse comment ?
Agnese : Autrement.
Stefano : Mes parents se sont fait virer de leur caravane, toi tu me parles plus, mes potes dealent, j’suis à bout moi...
Agnese : Viens on se voit.
Stefano : D’accord…
Agnese : Quoi ?
Stefano : ça fait bizarre que ce soit toi qui fasses le premier pas.
Agnese : Mdrrr faut du changement. Enfin un peu...
Stefano : C’est sûr mdr


Dimanche, 28 mai 2017

Stefano : J’ai envie de passer une nuit avec toi Agnese.
Agnese : Je peux pas…
Stefano : Il s’est passé quoi avec ta mère ?
Agnese : Elle s’est inquiétée pour moi, rien de plus.
Stefano : Elle sait que tu fréquentes un garçon ?
Agnese : Non mais elle n'a rien à dire parce qu’elle fréquente le prêtre je crois...
Stefano : Mmouais, donc, pour ce soir ?
Agnese : Je vais essayer.

Jeudi, 15 Juin 2017

Stefano : Ne fais plus jamais ça Agnese !
Agnese : Tu m’a trahi !
Stefano : Ne doute pas de moi !
Agnese : Tu m’a promis de pas me toucher.
Stefano : Je sais mais je t’aime Agnese. Quoiqu’il arrive je suis et je serai toujours avec toi
Agnese. Je t'aime.
Agnese : Je t’aime aussi Stefano.


Texte écrit par Elsa Mutz et Laurane Loginoff – Classe de 1ère L.
2018/04/06 09:48 #3e8a-4d65-b268-9d588635252d
Lycée PRO Ferrié, Saint Michel de Maurienne, académie de Grenoble
Cœurs Purs
Ce film franco-italien réalisé par Roberto de Paolis en 2017 est sorti sur les écrans en janvier 2018. On y retrouve les comédiens Solene Caramazza, Simone Liberati, Barbara Bobulova entre autres.

Le réalisateur a suivi une formation cinématographique à Londres. Il est passionné par la photographie et a déjà exposé. Il a débuté sa carrière de réalisateur en 2009 avec des courts-métrage.

La solitude de l'être au sein du couple, ses difficultés de communication et son incapacité à surmonter ses crises sont des thèmes récurrents dans ses premières œuvres que ce soit dans le domaine de la photo ou du cinéma.

Cœurs Purs est son premier long métrage sorti en Italie en mai dernier. Ce film a été récompensé dans une quinzaine de festivals internationaux.

On y retrouve les thèmes suivants :

- La peur de l'amour

- La vie en périphérie

- La foi religieuse

- L' adolescence

- Les préjugés sur les Roms

Agnese et Stephano sont les deux héros du film. Le lien qu'ils tissent se construit autour d'un système d'opposition. A plusieurs reprises dans le film, on les retrouve dans un face à face amoureux, comme s'ils étaient sur un ring. Cette histoire d'amour si particulière fait abstraction des préjugés et des différences sociales, et c'est pour cela que cette confrontation amoureuse nous touche.

Comment vont-ils pouvoir protéger leur histoire d'amour alors que tout les oppose?

Nous découvrons tout au long de ce court-métrage l'apprentissage des sentiments et du corps. Les deux protagonistes nous donne l'impression d'être dans un combat : ils s'observent longuement, se cherchent et se désirent.

Chez Agnese, tout tourne autour de la religions et de la foi. Sa vie est contrôlée par sa mère qui a une forte emprise sur elle. Agnese nous apparaît comme quelqu'un de fragile et d'innocent. Elle participe activement à des campagnes de solidarité religieuse.

Stephano aussi nous semble fragile. Il évolue dans un milieu social difficile et rude, il a beaucoup de mérite car il cherche à s'échapper de ce monde hostile. Lui aussi est sous l'emprise de sa famille.

Malgré ces deux environnements bien distincts, les deux adolescents vont-ils finir par se retrouver et mener leur histoire d'amour comme ils le souhaitent ? C'est la question qui nous hante dans la deuxième partie du film.

En conclusion, ce long-métrage nous laisse une trace de façon inéluctable par son côté choc par moment, par l'émotion qu'il dégage, par la triste réalité qu'il dépeint et surtout par la prouesse du jeu des acteurs. En effet, ces derniers réalisent une formidable performance dans leurs rôles respectifs. Selene Caramazza à réellement passé 4 mois dans une communauté religieuse pour s’imprégner du rôle d'Agnese. Simone Liberati interprète son rôle de manière époustouflante. Un film qui ne s'oublie pas...

Laura, Matthias, Lise
2018/04/10 14:47 #b7f1-4d9f-ac7d-552d97f0c02b
Lycée Gambetta, Tourcoing, académie de Lille
"Coeurs purs", un film touchant
Un film basé sur la religion,
Ainsi qu'une stricte éducation,
Mais aussi sur la liberté de l'enfant

Une histoire d'amour et d'interdit
Entre un jeune homme
et une jeune fille

Chaque film a ses défauts
Des scènes où l'on en voit trop
Des moments pudiques,
Montrés au public.
Des scènes personnelles
Nées d'un amour passionnel

Les "gitans"
Personnages importants finalement
Agnese généreuse avec eux
Stefano avec qui ils s'entendent très peu
Une opposition
Entre cette fille et ce garçon

Un film réussi dans sa globalité
un peu trop direct en réalité.

Lina
2018/04/11 15:14 #6118-4622-9a38-66db57fca96f
Lycée PRO Baudelaire, Meaux, académie de Créteil
Critique portant sur le film Cœurs purs

Critique rédigée par l’intégralité de la classe 1BPMS2

Les deux protagonistes principaux du film sont issus de deux milieux sociaux antagonistes: Agnese et Stephano.
Agnese est une jeune fille de 17 ans entièrement soumise à sa mère et respectant les principes d'un catholicisme que l'on peut qualifier de traditionaliste. Mais cette double chape de plomb lui pèse et elle souhaite conquérir sa liberté.
Leur rencontre initiale est singulière, puisque Agnese a volé un téléphone portable et Stephano part à sa poursuite. Il parvient à la rattraper et la somme de restituer son butin. Dans le cas contraire, il sera obligé de la dénoncer à la police. A force de discussions, Agnese finit par le convaincre, le touche et il la laisse repartir avec l'objet du délit.
Stephano a 25 ans, son passé judiciaire est marqué par le sceau de la délinquance. Il appartient à un milieu populaire. Il est vigile sur un parking de supermarché. A côté de ce parking, un camp de Roms s'est constitué. Stephano a maille à partir avec eux et doit sans cesse repousser leurs incursions. Ce travail lui a été trouvé par un travailleur social. Il doit impérativement conserver son emploi, s'il ne veut pas retourner en prison.
Un jour, il voit débarquer Agnese et sa maman dans le camp de Roms pour leur apporter à la fois des vêtements et du réconfort. Stephano est consterné car la jeune fille qu'il a aidée apporte son appui à des personnes qui lui donnent du fil à retordre.
Stephano et Agnese finissent par faire plus ample connaissance et se rapprocher, dans un premier temps sur le plan amical.
Le quotidien de Stephano est pesant et oppressant. Repousser les assauts de ce groupe de Roms au quotidien n'est pas une mince affaire, même s'il convient d'éviter la stigmatisation.
Par ailleurs, ses parents ne paient plus leur loyer depuis une période conséquente. Les rapports avec son père sont difficiles sinon hostiles.
Il aimerait tout quitter, tout abandonner mais il est lié, en quelque sorte prisonnier de sa destinée.
Agnese appartient à un milieu privilégié. Toutefois, elle se sent également prisonnière d'une destinée prédéterminée. Sa mère, à la suite d'une petite turpitude passée, lui a confisqué son portable. Son téléphone est pour elle une ouverture sur le monde, une fenêtre dans un espace ou tout est possible, une passerelle vers un inconnu synonyme de liberté et non de promiscuité.
Cette rencontre improbable entre deux univers, deux solitudes, deux vies corsetées et fermées à triple tour.
Agnese a promis à sa maman de demeurer vierge jusqu'au mariage mais elle est attirée par Stephano, d'abord moralement puis charnellement.
Ils échangent un premier baiser. Mais Stephano doit lutter contre des démons intérieurs. Sa maman lui réclame de plus en plus d'argent afin d'honorer ses arriérés de loyer.
Un ancien camarade de cellule lui propose de gagner de l'argent en vendant de la drogue. Stephano refuse d'abord catégoriquement. Mais son besoin d'argent devient pressant. Il finit par céder à ce que l'on peut qualifier de miroir aux alouettes. Replonger dans l'illégalité le torture moralement, comme lorsque son patron lui intime l'ordre de vendre de la drogue à un jeune adolescent.
Quant à Agnese, elle fait tout pour échapper à la surveillance de sa mère. Elle lui promet de respecter sa parole concernant le maintien de sa virginité. Mais les deux amoureux sont attirés l’un par l’autre de manière irrépressible. Ils finissent par se donner l’un à l’autre. Agnese saigne abondamment, à la suite de son premier rapport intime. Elle est prise de panique, rentre chez elle apeurée et finit par prétendre qu’elle a été violée par un habitant du quartier mais sans pouvoir l’identifier.
Stephano, quant à lui, a dû faire face aux problèmes de ses parents qui ont été expulsés de leur logement. Il se débat pour payer une partie de leurs dettes et tente de renouer avec un père mutique.
Il comprend par ailleurs qu’Agnese n’a pas eu l’audace d’assumer ses actes et qu’elle a inventé l’histoire du viol pour laver ses péchés auprès de sa mère.
Après quelques pérégrinations, il parvient à lui parler, un avenir durable sera-t-il possible entre eux ?
2018/04/11 20:35 #cb66-42f5-81be-83b18adece15
Lycée Berthelot, Questembert, académie de Rennes
Cœurs Purs


.....................................Coeurs Purs, ce sont deux heures de film...................................

................................qui paraissent être un quart d’heure. C’est aussi le...........................

..................................soleil de plomb de l‘Italie, le couvert étouffant de.............................

...................................la religion, les brèches de la société, la tension.............................

.....................................maternelle, et surtout la passion amoureuse................................

Le premier long-métrage de Roberto De Paolis est, selon les propres mots du réalisateur, inspiré d’une histoire vraie : celle d’une jeune italienne, étouffée par son éducation religieuse et par la peur du jugement, qui finit par commettre un acte terrible, de même qu’un péché : raconter un grave mensonge. Le film s’ouvre sur le vol d’un téléphone par Agnese, une jeune lycéenne romaine de 17 ans. Si un homme du nom de Stefano, après avoir tenté de l’arrêter, la laisse s’en tirer à bon compte, elle subit les foudres de sa mère et du prêtre, lui rappelant que le vol, pour l’Eglise catholique, est un péché.On apprend alors les raisons qui ont poussé Agnese à commettre son larcin : sa mère lui a confisqué son ancien téléphone, après avoir découvert sa relation avec un jeune homme du même âge. On découvre du même coup tout l’univers dans lequel vit la jeune fille : une existence partagée entre une mère aux croyances étouffantes et des cours de théologie. Quant à Stefano, c’est une petite frappe issu d’une famille modeste, qui tente de subvenir aux besoins de sa famille en occupant un poste de surveillant de parking près d’un camp de Roms. Agnese, influencée par le prêtre local, va par la suite décider de rester chaste jusqu’au mariage. Mais cette promesse sera rendue difficile par Stefano, auquel elle n’est pas indifférente...


.....................................Coeurs Purs est d’abord une histoire d’amour..............................

........................................Elle fonctionne particulièrement bien........................................

...................................dans les premières parties du film, la relation................................

.....................................se construisant de manière très progressive................................

.......................................et les deux amants étant des personnages................................

.................................très complémentaires : Agnese, couvée par sa mère,.......................

.......................................est innocente alors que Stefano est..........................................

...................................issu d’un environnement précaire et violent....................................

............................Leur relation charnelle est magnifiée par le son naturel,.........................

...........................qui rend compte de chaque respiration des personnages,.......................

.................................de chaque geste,qu’il soit tendre ou violent......................................

..........................................La réalisation se met aussi....................................................

.......................................au service de cette relation par..................................................

.............................la proximité avec les corps,et son caractère.........................................

.................................très naturel (la scène d’introduction.................................................

...............................ou la magnifique séquence sous l’eau................................................

........................en sont de bons exemples). Au rayon des bonnes.....................................

............................idées de mise en scène, on notera également.......................................

..............................les lumières très naturelles et l’effet miroir...........................................

........................créé entre la première et la dernière scène du film......................................

.........................Mais la réalisation souligne surtout l’atmosphère.......................................

..........................étouffante de l’oeuvre : l’impression de chaleur.........................................

......................est permanente. Cette lourdeur se retrouve également..................................

...............................dans le son : certains silences..........................................................

.........................sont particulièrement pesants, comme par exemple..................................

......................à la fin de la scène d’introduction. Est-ce pour souligner...............................

............................l’étouffement créé par l’environnement...................................................

..........................religieux ? Le poids de l’environnement social ?.......................................

........................La pression du jugement divin ? Tout cela à la fois ?...................................

..................................En effet, le film insiste....................................................................

................................non seulement sur la relation............................................................

.................................entre religion et passion, mais..........................................................

...............................aussi sur les failles de la société.........................................................

......................Stefano reverse une grande partie de son salaire...........................................

.............................dans le loyer de ses parents, argent......................................................

........................obtenu grâce à son travail de gardien de parking à.......................................

............................proximité d’un camp de Roms. Le contact..............................................

.................................avec les Roms s’avère difficile,..........................................................

..............................mais il permet le rapprochement..........................................................

................................du jeune homme avec Agnese,..........................................................

............................qui vient bénévolement aider les habitants...............................................

..............................du camp avec sa mère, pieuse et.........................................................

..................................donc portée sur la charité................................................................

..................................De plus, malgré son travail,..............................................................

.............................Stefano traîne avec des dealers.............................................................

............................et des petites frappes. Cependant,..........................................................

............................Coeurs Purs est loin d’être exempt de.....................................................

....................tout défaut : si elle se construit remarquablement.............................................

.........................bien, la relation entre Agnese et Stefano....................................................

.......................tombe à l’eau après un évènement charnière,................................................

..........................et revêt alors une ambiguïté gênante.........................................................

........................A ce titre, la fin du film est bien trop ouverte,...............................................

........................et nous laisse avec beaucoup de questions,................................................

.........................mais peu de réels indices. Enfin, on peut...................................................

.......................également déplorer le fait que, malgré la.......................................................

....................présence de la religion tout au long du métrage,...............................................

..........................aucun réel discours n’est porté sur elle,....................................................

.......................ce qui nous laisse l’impression qu’elle n’est..................................................

............................qu’un prétexte pour l’histoire,..................................................................

.....................interchangeable avec d’autres prétextes.........................................................








Melvyn LE LUEL

Elie FALLON





2018/04/12 23:52 #cf21-4cce-828b-9a4d8e74b5c8
Lycée Carnot, Paris, académie de Paris
« Cœurs purs » est le cinquième film que nous avons visionné grâce au Prix Jean Renoir des lycéens. On a pu remarquer depuis le début du projet que chaque film avait une problématique différente et encore aujourd’hui « Cœurs purs » est bien différent. En effet ce film a suscité beaucoup d’émotions en moi sauf une : la déception. Beaucoup de mes camarades à la sortie ont répété en boucle des avis négatifs démontrés par une émotion : le dégoût. Je n’ai pas compris ce dégoût car cela relève encore d’une question du cinéma, « les rapports sexuels ont-ils leur place au cinéma ? ». Pour ma part je ne suis pas d’accord avec eux, car l’histoire traite de ce sujet, traite de la question du vœu de chasteté pour les jeunes Italiens chrétiens. Or, pendant le film on n’attend qu’une chose : la réponse à cette question : « va-t-elle faire vœu de chasteté et va-t-elle le respecter ? ».Cette question menée tout le long du film ne justifie pas de trouver ce film choquant. Je disais précédemment que ce film m’avait touchée et c’est vrai : j’ai trouvé que le personnage de la jeune Agnese était très intelligent. J’ai trouvé qu’elle jouait très bien son rôle car par moments elle faisait preuve de beaucoup de recul alors que dans d’autres, elle était très impulsive. Je trouve que c’est cela qui fait la richesse du cinéma, on s’attache à cette jeune fille qui finalement ne va pas réussir à accéder à son vœu même s’il faut dire la vérité, j’ai été très surprise. Je pense que l’atmosphère du film était tellement saine et protectrice que ce premier rapport sexuel qui d’ailleurs, prolongé par le film, apporte un côté plus grave encore que l’acte en lui-même et je pense que c’est pour cette raison que certains ont trouvé cela choquant. Certes j’ai été choquée mais pas pour cette raison : j’ai d’un côté été déçue car j’étais persuadée qu’elle allait faire son vœu et d’un autre côté surprise car l’intrigue du film ne laissait pas du tout présager que ceci se produirait. J’ai pourtant bien aimé le déroulement du film. J’ai trouvé que chaque personnage était à sa place et que les idées mises en scène par le producteur étaient très bien montrées. J’ai eu un attachement profond pour le prêtre du film qui est montré comme moderne pour l'Eglise catholique italienne et qui fait preuve d’une grande, compréhension mais surtout d’une grande sympathie qu’il communique aux spectateurs. Je reste sur l’idée que ce film repose encore sur de grandes incompréhensions. Comme le fait qu’Agnese ait volé un objet au début du film, puis à la fin du film où la dispute après l’accusation de viol finie en câlineries. On remarque donc que ces deux questions persistantes se trouvent aux extrémités du film et on peut donc se demander si le réalisateur ne l’a pas fait exprès pour ouvrir le film sur une situation de doute et finir le film sur une situation similaire. Ce film différent reste intéressant : il m’a surtout plu grâce au jeu des acteurs. Néanmoins il ne reste pas mon préféré pour le Prix.

Romane Valenti, élève de seconde 9 (lycée Carnot, Paris)
2018/04/13 00:32 #f4a4-4a03-ab2f-03d4c7569e9c
Lycée Carnot, Paris, académie de Paris
Cuori puri (ou Cœurs purs) est un film italien de Roberto de Paolis sorti en janvier 2018.
Il présente Agnese, une jeune femme de 18 ans entourée d’une mère stricte et très croyante et Stefano, un homme de 25 ans essayant de s’intégrer socialement et en cherchant une situation stable notamment dans son travail.
Une première grande différence les oppose : leur origine sociale. Agnese provient d’une famille qu’on suppose faire partie de la classe moyenne tandis que Stefano, anciennement vigile dans un supermarché puis désormais gardien d’un parking, vit plus modestement.
La religion est ancrée dans les pensées d’Agnese pendant tout le film, en effet, celle-ci suit le catéchisme dans sa paroisse locale et effectue du volontariat ainsi que sa mère, elle aussi très religieuse. Celle-ci l’oblige à faire vœu de chasteté jusqu’à son mariage.
Stefano tente de s’intégrer socialement en cherchant un emploi stable et en fréquentant ses amis mais est «ralenti» par sa famille qui est pauvre et dans le besoin car sur le point de se faire expulser de leur appartement.
Son «impuissance» face à la vie et au monde qui l’entoure est montrée au début et à la fin du film, les 2 fois où il laisse partir quelqu’un en train de s’enfuir (Agnese puis le gitan).
Ainsi, Agnese et Stefano tombent amoureux et le vœu effectué par Agnese est compromis lorsqu’elle a une relation sexuelle avec lui puis affirme qu’il s’agissait d’un viol à la police pour ne pas avouer la vérité à sa mère.
On remarquera plus tard que la responsabilité du supposé viol sera immédiatement rejetée sur les gitans qui peuvent être considérés comme des boucs émissaires, ce qui soulève aussi la question des migrants présents en Italie.
J’ai apprécié ce film car il démontrait bien la contrainte de la religion qui peut être imposée par ses parents (ici en Italie où la religion chrétienne est la plus pratiquée) alors qu’Agnese voulait au contraire se sentir plus libre tout en continuant à croire en sa religion. Un «choc des sociétés» existe donc entre Agnese et Stefano car tous deux issus de milieux sociaux différents et tous deux limités par leur famille : la première par sa mère sévère qui ne veut pas qu’elle fréquente n’importe qui (qui par exemple est devenue très inquiète lorsque sa fille échangeait des textos avec un garçon) et très croyante voulant qu’elle respecte le vœu de chasteté et le second par ses parents qui sont dans le besoin alors même que des tensions subsistent entre son père et lui.

Julien Beving, élève de seconde 9 (lycée Carnot, Paris)
2018/04/13 06:45 #b6f4-4c6d-ada0-e4843063358d
Lycée PRO de l'Atlantique, Royan, académie de Poitiers
Critique de Flavien Ovide, Terminale bac pro orgo

Cœurs purs, de Roberto De Paoli, 2018


Dans ce long métrage, nous allons suivre la vie d’une adolescente de 17ans, Agnese. Tout commence par une course poursuite. Agnese court, elle est poursuivie par Stefano, un garçon de 25 ans, vigile d’un magasin où Agnese vient de voler un téléphone portable, elle supplie Stefano de ne pas lui causer de problèmes.
Cette scène est intense, tout se passe dans les regards, Stefano cède au charme d’Agnese et la laisse partir. On pense alors qu’ Agnese est une délinquante, il n’en est rien ! Agnese vit seule avec sa mère, une mère très croyante et dominante. Il n’y a pas de place pour les hommes dans ce duo mère fille très fusionnel, il n’y a de la place que pour Dieu, l’église et la vie de la paroisse. Agnese a décidé sous l’influence de sa mère de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Son vœu va être mis à rude épreuve tout au long du film, et la première scène est annonciatrice d’un échec à venir. Agnese a besoin de s’ouvrir aux autres, d’où le vol de téléphone car le sien a été confisqué par sa mère qui la suspectait de débuter une relation avec un garçon.

La jeune adolescente va être partagée entre deux modes de vie, d’un côté une vie versée dans le catholicisme avec une mère très croyante et une communauté qui l’encourage dans son choix de rester pure et qui fait du bénévolat pour des migrants, et de l’autre côté une vie avec le désir d’être une fille de son temps, et de mener une vie amoureuse avec un garçon qui enchaîne désormais les petits boulots pour faire vivre ses parents qui sont sur le point d’être expulsés . Car Cœurs purs est un film dur qui dépeint une société sans pitié pour les plus faibles et la violence qui en découle.
C’est un film plein de contrastes, où les gens s’opposent en apparence en deux catégories :les cœurs impurs et les cœurs purs, mais qui peut prétendre vraiment être un coeur pur?
Roberto de Paoli nous explique dans son film que tout n’est pas si simple comme on peut le voir avec tous les personnages qui sont capables du pire comme du meilleur.
Par exemple, la mère d’ Agnese peut être si tendre et affectueuse avec sa fille et si dure avec elle quand elle sent qu’elle échappe à son contrôle ou le père de Stefano qui l’a frappé enfant mais que Stefano aide. Stefano, quant à lui, se montre dur avec les migrants leur refusant un moment de détente lorsqu’ils veulent jouer au foot ou n’ hésite pas à voler un petit épicier de quartier. Stefano qui veut à tout prix se réinsérer dans la société, avoir un travail « réglo » et rompre avec sa vie de voyou trafiquant.
Agnese, elle, décide de rompre son vœu. On assiste alors à la scène d’amour avec Stefano et ce moment est dur. Agnese semble perdue, des détails crus sur son intimité nous montrent qu’elle se sent souillée. Cette scène est choquante et met mal à l’aise .
Agnese vit ce moment comme un viol et va même jusqu’à le faire croire à ses proches car elle n’assume pas son choix.
D’ailleurs , on peut l’affirmer, le principal sujet du film est le choix. Quel chemin de vie choisir ? Quelle liberté a-t-on quand on a tracé pour vous votre voie que ce soit votre famille ou la société ? Le film revient souvent sur ce thème, d’ailleurs le prêtre qui guide Agnese dans son choix utilise l’image du GPS, il affirme que lorsqu’on se trompe de route, le GPS indique un nouveau chemin sans porter de jugement. Alors faut-il écouter son cœur et trouver sa voie ou doit-on se laisser envahir par la peur qui deviendra notre guide ? La peur de l’autre qui n’est pas du même milieu, la peur de l’étranger, qui est parqué dans un camp, la peur d’Agnese qui, bien que séduite par Stefano, ne veut pas perdre sa virginité au risque d’encourir la colère de sa mère ou encore la peur de Stefano qui, bien qu’ayant vu avec stupéfaction Agnese et sa mère venir en aide aux migrants au nom de leur charité chrétienne, ne veut pas les laisser entrer sur le parking au risque de s’attirer la colère de son chef et de perdre son emploi.

Le réalisateur ne porte pas de jugement mais se focalise sur toute la beauté de son histoire d’amour et la filme de façon âpre et brute où deux destins, deux chemins de vie se croisent. Alors qui sont-ils ces cœurs purs ? Sans doute ceux qui suivent leur route en n’hésitant pas à recalculer l’itinéraire de vie qu’on leur avait programmé.


2018/04/13 09:29 #1f9a-4682-8434-4f4477a89565
Lycée Gambetta, Tourcoing, académie de Lille


"Coeurs purs", un film touchant
Un film basé sur la religion,
Ainsi qu'une stricte éducation,
Mais aussi sur la liberté de l'enfant


Une histoire d'amour et d'interdit
Entre un jeune homme
et une jeune fille

Chaque film a ses défauts
Des scènes où l'on en voit trop
Des moments pudiques,
Montrés au public.
Des scènes personnelles
Nées d'un amour passionnel

Les "gitans"
Personnages importants finalement
Agnese généreuse avec eux
Stefano avec qui ils s'entendent très peu
Une opposition
Entre cette fille et ce garçon

Un film réussi dans sa globalité
un peu trop direct en réalité.

Lina Ghanem
2018/04/14 14:37 #b8c8-42f4-8639-77fe7e4ef3e0
Lycée Langevin, La Seyne sur Mer, académie de Nice
« Cœurs Purs » nous raconte l’histoire d’une jeune fille a la mère catholique qui la veut vierge jusqu’au mariage, qui rencontre un jeune homme venant d’un milieu difficile et qui travaille comme vigile dans un parking ou est installé un camp de Roms.

Tout l’intérêt de ce film, c’est son côté documentaire : Il nous montre les banlieues de l’Italie et nous fait découvrir des difficultés sociales. De plus, « Cœurs Purs » aborde un sujet intéressant et ne manque aucun détail.

Malgré tout, le film est trop long et son principal défaut est de ne pas assez montrer et approfondir la relation entre Stefano et Agnese : En effet, ils n’ont que quelques scènes ensemble avant de conclure, ce qui donne l’impression que leur histoire d’amour va beaucoup trop vite.

En conclusion, un film qui aurait pu être très beau car il tourne autour d’un sujet intéressant et car il met également en avant des tabous, mais qui n’est pas assez approfondi malgré 2 heures de film.

Juliette Bujko 2nde Lycée Langevin
2018/04/14 14:40 #6ec8-4ba8-8217-208c05725e3c
Lycée Langevin, La Seyne sur Mer, académie de Nice
Bon , coeurs pusr ça donne quoi sérieux ? Eheh et bah pour moi rien de bien palpitant , mise à part la liberté prise par les acteurs , ce qui rajoute beaucoup de réalisme . Mais maintenant les trucs nuls, le film est lent , il manque de rythme , pour un premier film ça passe , mais que pour un premier .Donc bon je suis déçu de ce film, je ne suis pas fan...en plus l'histoire est quasiment pas présente , en bref j'y comprends rien à ce film. Bref vous l'aurez compris que pour cette critique on n'est pas du tout en hype , conclusion nous on aimes pas.
El Emilien et Paul Moulene élèves de seconde Lycée Langevin
2018/04/15 11:20 #194d-49f2-a816-e5595b3c3464
Lycée de Gennes, Cosne sur Loire, académie de Dijon
Des Cœurs Purs, ce que voulait la mère d’Agnese


Cœurs Purs est le premier film réalisé par Roberto De Paolis. C’est un film d’amour mais aussi un drame.

Il raconte l’histoire de Stefano (Simone Liberati), gardien dans un supermarché. Sa vie va basculer le jour où une jeune femme du nom d’Agnese (Selene Caramazza) va commettre un vol dans ce supermarché. Il la poursuit, lui ordonne de lui rendre le produit et de le suivre. Mais elle le supplie de la relâcher ; ayant pitié d’elle, il accepte.

Puisqu’il n’a pas suivi les consignes, son supérieur décide de le licencier, ou plutôt de le rétrograder : le jeune homme devient le gardien du parking du supermarché. Il va recroiser la route d’Agnese et une longue histoire va débuter entre eux…

Leur relation est d’abord plutôt froide et distante, et tandis qu’ils se rapprochent, la mère d’Agnese ne cesse de faire participer sa fille à des activités religieuses et de lui répéter qu’elle doit à tout prix rester vierge avant son mariage.

Les deux personnages, Stefano et Agnese, ne pourront bientôt plus se quitter, allant jusqu’à remettre en cause l’éducation donnée par la mère d’Agnese à sa fille...

Si l’on décide de faire une étude un peu plus approfondie des personnages, nous pouvons constater que Stefano et sa famille sont pauvres et ne font rien pour gagner de l’argent, tandis que Stefano fait tout son possible pour conserver son emploi. Son père le frappait quand il était enfant. La famille d’Agnese, quant à elle, est plutôt aisée. Il y a donc une confrontation entre deux situations différentes. À côté du parking, il y a les Gitans, qui semblent haineux tout au long du film et qui servent souvent de boucs émissaires à toute la population. Pourtant, ils aimeraient seulement avoir une meilleure vie… Lélé (Edoardo Pesce) est le personnage « voyou » du film. C’est lui qui traîne avec d’autres personnages douteux et qui semble brutal rien que dans son apparence et sa manière de s’exprimer. C’est aussi lui qui incite Stefano à voler une épicerie et à vendre de la drogue (même aux enfants de douze ans !)

Le jeu des acteurs est excellent et peut même nous faire oublier momentanément que nous sommes en train de regarder un film.

La scène de fin du film amène une ouverture : tout le monde pense qu’Agnese a été violée. Mais sa mère a-t-elle compris ce qui s’était passé ? Stefano et Agnese vont-ils se revoir et rester ensemble ? La police va-t-elle faire quelque chose contre les Gitans ?

Le film est très bien réalisé : il y a des cadrages très intéressants, de belles musiques. L’histoire et la relation entre Stefano et Agnese tiennent en haleine le spectateur jusqu’à la fin.

Enfin, le film transmet plusieurs discours : par exemple, les barrières délimitant le territoire des gitans sont aussi présentes de manières figurées, en délimitant les différents modes de vie des personnages (les différences entre celui de Stefano et celui d’Agnese, notamment) ou encore la question de la pureté avant le mariage qui n’est au final qu’un point de vue différent en fonction des personnes.

Pour conclure, j’aimerais dire que c’est un film que j’ai beaucoup apprécié et que je vous conseille d’aller voir.

Thibaut RAGUIN
2nde3 cultures et médias
2018/04/15 16:23 #192a-4ab1-a05f-89d0549c4a51
Lycée de Gennes, Cosne sur Loire, académie de Dijon
Critique commune des 2nde 3 cultures et médias du film Coeurs Purs

Des élèves de 2nde3 cultures et médias se sont réparti les thèmes abordés dans le film Coeurs purs pour en proposer leurs interprétations, pour analyser la façon dont le réalisateur a mêlé ces thèmes, les a filmés de manière symbolique. Les élèves ont aussi exprimé leurs propres perceptions et l'un d'eux a proposé une critique générale reprenant ces différents aspects.

1/Nous allons présenter trois thèmes différents présents dans ce film : la pureté, les Gitans et l’histoire d’amour.

La pureté…
La pureté est exprimée à travers la virginité d’Agnese. La virginité est perçue comme la fin des rêves et les illusions de l’enfance. Agnesse veut au départ rester pure car elle voudrait comme sa mère le souhaite garder sa virginité jusqu’au mariage. Sa mère étant une femme respectant les traditions espère sincèrement que sa fille reste pure jusqu’au mariage mais Agnesse n’est pas vraiment du même avis cependant elle subit les choix de sa mère parce qu’elle n’ose pas dire ce qu’elle pense.

Les Gitans…
Les Gitans sont stigmatisés en Italie, ils ont une mauvaise image parce qu’ils cassent des voitures, saccagent des parkings et sont accusés de viol.
Cependant le protagoniste principal commet aussi des infractions, il braque des magasins et vend de la drogue mais n’en paye pas les conséquences.
Malgré cela, les Gitans sont souvent accusés à tort et à travers alors qu’ils ne sont pas toujours responsables des délits causés dans la ville.

L’histoire d’amour…
L’histoire d’amour de ce film est mélangée entre religion et racisme. On peut penser à une histoire d’amour impossible étant donné les différences de personnalité (milieux sociaux différents) rencontrées entre Agnesse et Stephano au cours du film. Ils sont amoureux l’un de l’autre et vont essayer de s’aimer comme ils le peuvent.
L’amour est ainsi évoqué à travers les deux personnages principaux, ils décident de ne pas lutter contre leur amour malgré les interdictions de la mère d’Agnesse qui veut garder sa fille pour elle et qui ne la laisse pas prendre sa vie en main.

(SAUZE Nathan et VANSTEENWEGE Océane)

2/ Cuori puri

Thèmes: Adolescence et Dieu

Adolescence: Agnese, est une fille très brimée par sa mère, elle n'a que très peu de liberté. La preuve, elle s'est absentée un peu trop longtemps une fois et à son retour, sa mère la cribble de coups de poings et de pieds. Elle la prive aussi de téléphone suite à des messages inquiétants avec une autre personne. C'est justement en essayant de voler un téléphone dans le magasin où travaille Stefano qu'ils se rencontreront la première fois. Nous assistons à un exemple frappant de ce manque de confiance de la mère envers l’adolescente lors de l’apprentissage de la conduite. En effet, sa mère, peu confiante, lui dit d’arrêter pour prendre sa place, cela symbolise qu’elle ne lui laisse pas son autonomie et ne veut pas la laisser se diriger elle même.

Dieu; Sa mère et une grande partie de ses amis sont très croyants plus précisment chrétiens. Ils se rendent souvent à l'église pour réciter la Bible ou pour d'autres raison. Ils décident même d'abriter des immigrés dans l'église. Elle prie avec sa mère. Sa religion lui interdit de voler mais pourtant elle le fera quand même.
(Nathan Rullier et Dorian Curez)


3/
Le téléphone :
Le début du film commence directement avec un lien au téléphone. Agnese vole un téléphone, c’est comme ça qu’elle rencontre Stefano, vigile du magasin. Il réussit à la rattraper et finalement lui laisse le téléphone. Le sujet du téléphone est abordé quand Stefano demande le téléphone d’Agnese. Celle-ci le lui donne alors qu’il ne voulait que son numéro de téléphone. Tout le long du film, les deux amoureux utilisent le téléphone pour communiquer. La mère d'Agnese utilise comme punition la privation de téléphone mais Agnese parvient à garder contact avec Stefano grâce au téléphone volé.

Les barrières :
Dans le film, l’espace habité par les Gitans est entouré de barrières. Quand Stefano échange avec les Gitans, ils sont séparés par les barrières. En dehors des barrières en métal, il y aussi les barrières sociales. Les Gitans ne sont pas du tout intégrés dans la population de Rome.

Les Gitans :
Les Gitans ont une place très importante dans le film. Ils habitent dans des caravanes au fond d’un parking surveillé par Stefano. Il y a souvent des conflits entre les Gitans et les Italiens. Les Gitans sont souvent accusés à tort, pris pour responsables. Par exemple quand Agnese dit s’être fait violer, tout le monde pense que les responsables sont les Gitans.
(Charly et Léa)

4/Cœurs Purs

Agnese est une jeune adolescente âgée de 17ans qui est très proche de sa mère. Sa mère le couve, elle la protège de tout, elle est surprotectrice avec sa fille. En effet dans ce film, on peut voir une jeune fille en pleine adolescence. Agnese nous fait part de sa période de rebellions en commettant le vol d’un téléphone mobile au supermarché. En commettant ce vol, Agnese fit sa toute première rencontre avec Stefano . Si Agnese a volé ce téléphone, c’est parce que sa mère lui a confisqué le sien car selon sa mère un garçon envoyait des messages compromettant à Agnese.
Nous pouvons voir qu’il y a une scène spécialement consacrée pour ses 18ans, et que sa mère lui avait organisé une fête d’anniversaire surprise mais uniquement avec les membres de sa famille et ses amies qu’elle côtoyait à l’église, et comme cadeau nous remarquons qu’elle a reçu un cadeau enfantin pour ses 18 ans. Lorsque Agnese commençait à fréquenter Stefano, elle fut obligée de mentir à sa mère pour pouvoir le voir en cachette.

Agnese est issue d’une famille très croyante, elle se rend tous les jours avec sa mère à l’église et sa mère lui demande de faire des vœux de chasteté. Agnese ne doit avoir aucun rapport avant le mariage. Nous pouvons remarquer que sa mère ne veut pas qu’Agnese fréquente des garçons. Lorsque Agnese a commencé à fréquenter Stefano, il y a eu un baiser échangé. Agnese fut gênée et dit à Stefano qu’elle veut rester pure jusqu’au mariage, il lui répondit qu’elle l’était déjà. Lorsque sa mère commençait à avoir des doutes sur Agnese, elle prit un rendez-vous chez le médecin, le médecin rassura sa mère en lui disant que sa fille n’avait rien et qu ‘elle ne devait pas s’inquiéter, donc sa mère fut rassurée.
(Adoul Lisa et Plaisant Marie)



5/ Cœurs purs : barrières et lieux

Dans le film «  Cœurs Purs », il y a différentes barrières mises en évidence comme les barrières entre Gitans et habitants, les barrières des personnes défavorisées : les parents de Stefano sont expulsés car ils n’ont pas les moyens de payer, les barrières que la mère d’Agnese lui impose ; elle ne peut pas sortir une après-midi sans que se mère sache où elle se trouve et avec qui elle veut alors qu’elle a 18 ans. Au-delà de ses 18 ans, Agnese comme tous les adolescents, est très rebelle, elle enfreint les règles imposées par sa mère en volant un téléphone et en lui mentant sur sa vie privée. On apprend que la mère d’Agnese est très croyante et protectrice de sa fille et lui fait suivre des cours à l’église. On assiste à un cours sur la préservation de la virginité jusqu’au mariage.

« Cœurs Purs » est un film où l’on aperçoit plusieurs lieux qui nous aident à en connaître un peu plus sur la vie des personnages. Le parking où travaille Stefano, le camp des Gitans où la mère d’Agnese est bénévole, l’église qui nous indique que Agnese et sa mère sont croyantes, l’habitation des parents de Stefano qui change à cause de leur situation économique, les chambres des personnages principaux.
(Marteau Chloé et Cornillat Emilie)

Des Cœurs Purs, ce que voulait la mère d’Agnese

Cœurs Purs est le premier film réalisé par Roberto De Paolis. C’est un film d’amour mais aussi un drame.
Il raconte l’histoire de Stefano (Simone Liberati), gardien dans un supermarché. Sa vie va basculer le jour où une jeune femme du nom d’Agnese (Selene Caramazza) va commettre un vol dans ce supermarché. Il la poursuit, lui ordonne de lui rendre le produit et de le suivre. Mais elle le supplie de la relâcher ; ayant pitié d’elle, il accepte.
Puisqu’il n’a pas suivi les consignes, son supérieur décide de le licencier, ou plutôt de le rétrograder : le jeune homme devient le gardien du parking du supermarché. Il va recroiser la route d’Agnese et une longue histoire va débuter entre eux…
Leur relation est d’abord plutôt froide et distante, et tandis qu’ils se rapprochent, la mère d’Agnese ne cesse de faire participer sa fille à des activités religieuses et de lui répéter qu’elle doit à tout prix rester vierge avant son mariage.
Les deux personnages, Stefano et Agnese, ne pourront bientôt plus se quitter, allant jusqu’à remettre en cause l’éducation donnée par la mère d’Agnese à sa fille...
Si l’on décide de faire une étude un peu plus approfondie des personnages, nous pouvons constater que Stefano et sa famille sont pauvres et ne font rien pour gagner de l’argent, tandis que Stefano fait tout son possible pour conserver son emploi. Son père le frappait quand il était enfant. La famille d’Agnese, quant à elle, est plutôt aisée. Il y a donc une confrontation entre deux situations différentes. À côté du parking, il y a les Gitans, qui semblent haineux tout au long du film et qui servent souvent de boucs émissaires à toute la population. Pourtant, ils aimeraient seulement avoir une meilleure vie… Lélé (Edoardo Pesce) est le personnage « voyou » du film. C’est lui qui traîne avec d’autres personnages douteux et qui semble brutal rien que dans son apparence et sa manière de s’exprimer. C’est aussi lui qui incite Stefano à voler une épicerie et à vendre de la drogue (même aux enfants de douze ans !)
Le jeu des acteurs est excellent et peut même nous faire oublier momentanément que nous sommes en train de regarder un film.
La scène de fin du film amène une ouverture : tout le monde pense qu’Agnese a été violée. Mais sa mère a-t-elle compris ce qui s’était passé ? Stefano et Agnese vont-ils se revoir et rester ensemble ? La police va-t-elle faire quelque chose contre les Gitans ?
Le film est très bien réalisé : il y a des cadrages très intéressants, de belles musiques. L’histoire et la relation entre Stefano et Agnese tiennent en haleine le spectateur jusqu’à la fin.
Enfin, le film transmet plusieurs discours : par exemple, les barrières délimitant le territoire des gitans sont aussi présentes de manières figurées, en délimitant les différents modes de vie des personnages (les différences entre celui de Stefano et celui d’Agnese, notamment) ou encore la question de la pureté avant le mariage qui n’est au final qu’un point de vue différent en fonction des personnes.
Pour conclure, j’aimerais dire que c’est un film que j’ai beaucoup apprécié et que je vous conseille d’aller voir.
(Thibaut RAGUIN)
2018/04/15 22:04 #8f09-42b7-83a3-aa0038531c65
Lycée de Gennes, Cosne sur Loire, académie de Dijon
Des Cœurs Purs, ce que voulait la mère d’Agnese

Cœurs Purs est le premier film réalisé par Roberto De Paolis. C’est un film d’amour mais aussi un drame.
Il raconte l’histoire de Stefano (Simone Liberati), gardien dans un supermarché. Sa vie va basculer le jour où une jeune femme du nom d’Agnese (Selene Caramazza) va commettre un vol dans ce supermarché. Il la poursuit, lui ordonne de lui rendre le produit et de le suivre. Mais elle le supplie de la relâcher ; ayant pitié d’elle, il accepte.
Puisqu’il n’a pas suivi les consignes, son supérieur décide de le licencier, ou plutôt de le rétrograder : le jeune homme devient le gardien du parking du supermarché. Il va recroiser la route d’Agnese et une longue histoire va débuter entre eux…
Leur relation est d’abord plutôt froide et distante, et tandis qu’ils se rapprochent, la mère d’Agnese ne cesse de faire participer sa fille à des activités religieuses et de lui répéter qu’elle doit à tout prix rester vierge avant son mariage.
Les deux personnages, Stefano et Agnese, ne pourront bientôt plus se quitter, allant jusqu’à remettre en cause l’éducation donnée par la mère d’Agnese à sa fille...
Si l’on décide de faire une étude un peu plus approfondie des personnages, nous pouvons constater que Stefano et sa famille sont pauvres et ne font rien pour gagner de l’argent, tandis que Stefano fait tout son possible pour conserver son emploi. Son père le frappait quand il était enfant. La famille d’Agnese, quant à elle, est plutôt aisée. Il y a donc une confrontation entre deux situations différentes. À côté du parking, il y a les Gitans, qui semblent haineux tout au long du film et qui servent souvent de boucs émissaires à toute la population. Pourtant, ils aimeraient seulement avoir une meilleure vie… Lélé (Edoardo Pesce) est le personnage « voyou » du film. C’est lui qui traîne avec d’autres personnages douteux et qui semble brutal rien que dans son apparence et sa manière de s’exprimer. C’est aussi lui qui incite Stefano à voler une épicerie et à vendre de la drogue (même aux enfants de douze ans !)
Le jeu des acteurs est excellent et peut même nous faire oublier momentanément que nous sommes en train de regarder un film.
La scène de fin du film amène une ouverture : tout le monde pense qu’Agnese a été violée. Mais sa mère a-t-elle compris ce qui s’était passé ? Stefano et Agnese vont-ils se revoir et rester ensemble ? La police va-t-elle faire quelque chose contre les Gitans ?
Le film est très bien réalisé : il y a des cadrages très intéressants, de belles musiques. L’histoire et la relation entre Stefano et Agnese tiennent en haleine le spectateur jusqu’à la fin.
Enfin, le film transmet plusieurs discours : par exemple, les barrières délimitant le territoire des gitans sont aussi présentes de manières figurées, en délimitant les différents modes de vie des personnages (les différences entre celui de Stefano et celui d’Agnese, notamment) ou encore la question de la pureté avant le mariage qui n’est au final qu’un point de vue différent en fonction des personnes.
Pour conclure, j’aimerais dire que c’est un film que j’ai beaucoup apprécié et que je vous conseille d’aller voir.
Thibaut RAGUIN
2018/04/15 22:04 #6149-4f67-9d2f-b0c37c1b4ddb
Lycée Vauban, Aire sur la Lys, académie de Lille
Coeurs purs: Un Roméo et Juliette plus moderne?

Coeurs Purs ou Cuori Puri est un film italien de Roberto de Paolis qui a figuré lors de la Quinzaine des réalisateurs au festival de Cannes 2017. Agnese et Stefano vivent à Rome dans deux mondes complètement différents. Elle, Agnès, très bien interprétée par Selena Caramazza, a tout juste 18 ans, timide et couvée par sa mère, une fervente religieuse qui aimerait que sa fille fasse voeu de chasteté jusqu’au mariage. Quant à Stephano, il a 25 ans et est interprété par le charismatique Simone Liberati. Il vient d’un milieu très pauvre et jongle entre trafics de drogues et petits délits comme des vols. Il cherche à s’envoler de ce milieu en travaillant comme vigile dans un parking d’un supermarché.

Lorsque ces deux personnages se rencontrent pour la première fois, c’est dans la première scène du film, lorsque Agnese vole un téléphone et s’enfuit tandis que Stefano lui court après. Stefano la rattrape et décide alors de la laisser partir, ce qui lui coûte une dégradation de son travail du poste de vigile du supermarché à vigile du parking, pour surveiller le camp des Roms. Dès la première scène, on comprend qu’une histoire d’amour se met en place entre ces deux personnages. Un amour qui paraît impossible à cause de leurs milieux différents, entre Stefano qui veut sortir de la misère qu’il a connue, et Agnese, surprotégée par sa mère qui veut tout faire pour qu’elle réussisse son voeu de chasteté. Obstacles qui ne les arrêteront pas, car leur amour est surpuissant, l’opposition de leurs deux milieux est parfaitement illustrée dans la scène où ils s’embrassent sur le lit de Stefano, Agnese le repousse et dit “je veux rester pure” et il lui répond “tu es pure”.

Je pensais voir, à cause de la bande annonce, un drame romantique comme une nouvelle adaptation de Roméo et Juliette parmi tant d’autres.
Ce qui était presque le cas.

Premièrement, le film ne se base pas seulement sur l’histoire d’amour de ces deux personnages, tel est son point fort. Il démontre en parallèle, la pauvreté d’une grande partie de l’Italie touchée par la crise économique. En effet cette crise se caractérise par le manque d’argent que l’on peut constater tout au long du film, ainsi que les crimes et la violence omniprésente que ce soit dans la parole, j’ai trouvé que les italiens étaient très agressifs entre eux (du moins dans ce film), verbalement mais aussi physiquement, entre le camp de Roms et Stefano qui s’insultent et se caillassent. La violence physique peut aussi se voir entre amis, comme lorsque les amis de Stefano se battent lors d’une partie de football.
Elle se caractérise surtout par le racisme envers les Roms provoqué par la misère, chose qui profite à Agnese lorsqu’elle n’assume pas le fait d’avoir rompu son voeu de chasteté, et dit avoir été violée par des Roms, ainsi se crée une réelle frénésie envers cette minorité. Fureur que l’on peut voir dans la scène finale lorsque des italiens se mettent à frapper le premier Rom venu.

Puis, les personnages ne meurent pas ensemble lors de la scène finale, à ma plus grande surprise. Ils se retrouvent. De Paolis fait un joli parallèle avec la première scène où les personnages ne se fuient plus mais se retrouvent en courant, et vient la fin ouverte qui nous laisse sans voix.

Roberto de Paolis nous livre donc une intrigue romantique surprenante et captivante, et en profite pour interroger la société à propos de l’Italie actuelle. Je pensais ne pas aimer ce film mais il m’a agréablement surpris, toutefois je ne l’ai pas adoré, puisqu’il faut noter aussi que le film n’est pas bon techniquement, en effet tout au long du film il y a beaucoup de plans serrés et filmés à l’épaule, de ce fait la caméra n’est jamais stable.

Clément Billin - TL - Lycée Vauban
2018/04/15 22:06 #678e-41bd-90c6-a08799fe4ca5
Lycée de Gennes, Cosne sur Loire, académie de Dijon
Critique commune des 2nde 3 cultures et médias du film Coeurs Purs

Des élèves de 2nde3 cultures et médias se sont réparti les thèmes abordés dans le film Coeurs purs pour en proposer leurs interprétations, pour analyser la façon dont le réalisateur a mêlé ces thèmes, les a filmés de manière symbolique. Les élèves ont aussi exprimé leurs propres perceptions et l'un d'eux a proposé une critique générale reprenant ces différents aspects.

1/Nous allons présenter trois thèmes différents présents dans ce film : la pureté, les Gitans et l’histoire d’amour.

La pureté…
La pureté est exprimée à travers la virginité d’Agnese. La virginité est perçue comme la fin des rêves et les illusions de l’enfance. Agnesse veut au départ rester pure car elle voudrait comme sa mère le souhaite garder sa virginité jusqu’au mariage. Sa mère étant une femme respectant les traditions espère sincèrement que sa fille reste pure jusqu’au mariage mais Agnesse n’est pas vraiment du même avis cependant elle subit les choix de sa mère parce qu’elle n’ose pas dire ce qu’elle pense.

Les Gitans…
Les Gitans sont stigmatisés en Italie, ils ont une mauvaise image parce qu’ils cassent des voitures, saccagent des parkings et sont accusés de viol.
Cependant le protagoniste principal commet aussi des infractions, il braque des magasins et vend de la drogue mais n’en paye pas les conséquences.
Malgré cela, les Gitans sont souvent accusés à tort et à travers alors qu’ils ne sont pas toujours responsables des délits causés dans la ville.

L’histoire d’amour…
L’histoire d’amour de ce film est mélangée entre religion et racisme. On peut penser à une histoire d’amour impossible étant donné les différences de personnalité (milieux sociaux différents) rencontrées entre Agnesse et Stephano au cours du film. Ils sont amoureux l’un de l’autre et vont essayer de s’aimer comme ils le peuvent.
L’amour est ainsi évoqué à travers les deux personnages principaux, ils décident de ne pas lutter contre leur amour malgré les interdictions de la mère d’Agnesse qui veut garder sa fille pour elle et qui ne la laisse pas prendre sa vie en main.

(SAUZE Nathan et VANSTEENWEGE Océane)

2/ Cuori puri

Thèmes: Adolescence et Dieu

Adolescence: Agnese, est une fille très brimée par sa mère, elle n'a que très peu de liberté. La preuve, elle s'est absentée un peu trop longtemps une fois et à son retour, sa mère la cribble de coups de poings et de pieds. Elle la prive aussi de téléphone suite à des messages inquiétants avec une autre personne. C'est justement en essayant de voler un téléphone dans le magasin où travaille Stefano qu'ils se rencontreront la première fois. Nous assistons à un exemple frappant de ce manque de confiance de la mère envers l’adolescente lors de l’apprentissage de la conduite. En effet, sa mère, peu confiante, lui dit d’arrêter pour prendre sa place, cela symbolise qu’elle ne lui laisse pas son autonomie et ne veut pas la laisser se diriger elle même.

Dieu; Sa mère et une grande partie de ses amis sont très croyants plus précisment chrétiens. Ils se rendent souvent à l'église pour réciter la Bible ou pour d'autres raison. Ils décident même d'abriter des immigrés dans l'église. Elle prie avec sa mère. Sa religion lui interdit de voler mais pourtant elle le fera quand même.
(Nathan Rullier et Dorian Curez)


3/
Le téléphone :
Le début du film commence directement avec un lien au téléphone. Agnese vole un téléphone, c’est comme ça qu’elle rencontre Stefano, vigile du magasin. Il réussit à la rattraper et finalement lui laisse le téléphone. Le sujet du téléphone est abordé quand Stefano demande le téléphone d’Agnese. Celle-ci le lui donne alors qu’il ne voulait que son numéro de téléphone. Tout le long du film, les deux amoureux utilisent le téléphone pour communiquer. La mère d'Agnese utilise comme punition la privation de téléphone mais Agnese parvient à garder contact avec Stefano grâce au téléphone volé.

Les barrières :
Dans le film, l’espace habité par les Gitans est entouré de barrières. Quand Stefano échange avec les Gitans, ils sont séparés par les barrières. En dehors des barrières en métal, il y aussi les barrières sociales. Les Gitans ne sont pas du tout intégrés dans la population de Rome.

Les Gitans :
Les Gitans ont une place très importante dans le film. Ils habitent dans des caravanes au fond d’un parking surveillé par Stefano. Il y a souvent des conflits entre les Gitans et les Italiens. Les Gitans sont souvent accusés à tort, pris pour responsables. Par exemple quand Agnese dit s’être fait violer, tout le monde pense que les responsables sont les Gitans.
(Charly et Léa)

4/Cœurs Purs

Agnese est une jeune adolescente âgée de 17ans qui est très proche de sa mère. Sa mère le couve, elle la protège de tout, elle est surprotectrice avec sa fille. En effet dans ce film, on peut voir une jeune fille en pleine adolescence. Agnese nous fait part de sa période de rebellions en commettant le vol d’un téléphone mobile au supermarché. En commettant ce vol, Agnese fit sa toute première rencontre avec Stefano . Si Agnese a volé ce téléphone, c’est parce que sa mère lui a confisqué le sien car selon sa mère un garçon envoyait des messages compromettant à Agnese.
Nous pouvons voir qu’il y a une scène spécialement consacrée pour ses 18ans, et que sa mère lui avait organisé une fête d’anniversaire surprise mais uniquement avec les membres de sa famille et ses amies qu’elle côtoyait à l’église, et comme cadeau nous remarquons qu’elle a reçu un cadeau enfantin pour ses 18 ans. Lorsque Agnese commençait à fréquenter Stefano, elle fut obligée de mentir à sa mère pour pouvoir le voir en cachette.

Agnese est issue d’une famille très croyante, elle se rend tous les jours avec sa mère à l’église et sa mère lui demande de faire des vœux de chasteté. Agnese ne doit avoir aucun rapport avant le mariage. Nous pouvons remarquer que sa mère ne veut pas qu’Agnese fréquente des garçons. Lorsque Agnese a commencé à fréquenter Stefano, il y a eu un baiser échangé. Agnese fut gênée et dit à Stefano qu’elle veut rester pure jusqu’au mariage, il lui répondit qu’elle l’était déjà. Lorsque sa mère commençait à avoir des doutes sur Agnese, elle prit un rendez-vous chez le médecin, le médecin rassura sa mère en lui disant que sa fille n’avait rien et qu ‘elle ne devait pas s’inquiéter, donc sa mère fut rassurée.
(Adoul Lisa et Plaisant Marie)



5/ Cœurs purs : barrières et lieux

Dans le film «  Cœurs Purs », il y a différentes barrières mises en évidence comme les barrières entre Gitans et habitants, les barrières des personnes défavorisées : les parents de Stefano sont expulsés car ils n’ont pas les moyens de payer, les barrières que la mère d’Agnese lui impose ; elle ne peut pas sortir une après-midi sans que se mère sache où elle se trouve et avec qui elle veut alors qu’elle a 18 ans. Au-delà de ses 18 ans, Agnese comme tous les adolescents, est très rebelle, elle enfreint les règles imposées par sa mère en volant un téléphone et en lui mentant sur sa vie privée. On apprend que la mère d’Agnese est très croyante et protectrice de sa fille et lui fait suivre des cours à l’église. On assiste à un cours sur la préservation de la virginité jusqu’au mariage.

« Cœurs Purs » est un film où l’on aperçoit plusieurs lieux qui nous aident à en connaître un peu plus sur la vie des personnages. Le parking où travaille Stefano, le camp des Gitans où la mère d’Agnese est bénévole, l’église qui nous indique que Agnese et sa mère sont croyantes, l’habitation des parents de Stefano qui change à cause de leur situation économique, les chambres des personnages principaux.
(Marteau Chloé et Cornillat Emilie)

Des Cœurs Purs, ce que voulait la mère d’Agnese

Cœurs Purs est le premier film réalisé par Roberto De Paolis. C’est un film d’amour mais aussi un drame.
Il raconte l’histoire de Stefano (Simone Liberati), gardien dans un supermarché. Sa vie va basculer le jour où une jeune femme du nom d’Agnese (Selene Caramazza) va commettre un vol dans ce supermarché. Il la poursuit, lui ordonne de lui rendre le produit et de le suivre. Mais elle le supplie de la relâcher ; ayant pitié d’elle, il accepte.
Puisqu’il n’a pas suivi les consignes, son supérieur décide de le licencier, ou plutôt de le rétrograder : le jeune homme devient le gardien du parking du supermarché. Il va recroiser la route d’Agnese et une longue histoire va débuter entre eux…
Leur relation est d’abord plutôt froide et distante, et tandis qu’ils se rapprochent, la mère d’Agnese ne cesse de faire participer sa fille à des activités religieuses et de lui répéter qu’elle doit à tout prix rester vierge avant son mariage.
Les deux personnages, Stefano et Agnese, ne pourront bientôt plus se quitter, allant jusqu’à remettre en cause l’éducation donnée par la mère d’Agnese à sa fille...
Si l’on décide de faire une étude un peu plus approfondie des personnages, nous pouvons constater que Stefano et sa famille sont pauvres et ne font rien pour gagner de l’argent, tandis que Stefano fait tout son possible pour conserver son emploi. Son père le frappait quand il était enfant. La famille d’Agnese, quant à elle, est plutôt aisée. Il y a donc une confrontation entre deux situations différentes. À côté du parking, il y a les Gitans, qui semblent haineux tout au long du film et qui servent souvent de boucs émissaires à toute la population. Pourtant, ils aimeraient seulement avoir une meilleure vie… Lélé (Edoardo Pesce) est le personnage « voyou » du film. C’est lui qui traîne avec d’autres personnages douteux et qui semble brutal rien que dans son apparence et sa manière de s’exprimer. C’est aussi lui qui incite Stefano à voler une épicerie et à vendre de la drogue (même aux enfants de douze ans !)
Le jeu des acteurs est excellent et peut même nous faire oublier momentanément que nous sommes en train de regarder un film.
La scène de fin du film amène une ouverture : tout le monde pense qu’Agnese a été violée. Mais sa mère a-t-elle compris ce qui s’était passé ? Stefano et Agnese vont-ils se revoir et rester ensemble ? La police va-t-elle faire quelque chose contre les Gitans ?
Le film est très bien réalisé : il y a des cadrages très intéressants, de belles musiques. L’histoire et la relation entre Stefano et Agnese tiennent en haleine le spectateur jusqu’à la fin.
Enfin, le film transmet plusieurs discours : par exemple, les barrières délimitant le territoire des gitans sont aussi présentes de manières figurées, en délimitant les différents modes de vie des personnages (les différences entre celui de Stefano et celui d’Agnese, notamment) ou encore la question de la pureté avant le mariage qui n’est au final qu’un point de vue différent en fonction des personnes.
Pour conclure, j’aimerais dire que c’est un film que j’ai beaucoup apprécié et que je vous conseille d’aller voir.
(Thibaut RAGUIN)
2018/04/15 23:56 #94c8-40c5-a35f-6543011c7357
Lycée Ferry, Cannes, académie de Nice
« Cœur purs » est un film italien réalisé par Roberto De Paolis en 2017. C’est un genre drame- romantique. Dans le rôle principal d’Agnese nous trouvons Selene Caravazza et dans celui de Stefano, Simone Liberati.

Dans ce film, nous pouvons remarquer qu’il y a beaucoup de scènes longues et d’autres parfois inutiles. Prenons l’exemple de la toute première scène, qui est aussi la même que l’une des dernières. Dans cette scène, Stefano pourchasse Agnese, nous spectateurs ne savons pas pourquoi mais la scène dure deux bonnes minutes. Pendant ces deux minutes nous ne comprenons pas. Ensuite l’histoire en elle-même a du mal à démarrer, nous devons attendre énormément de temps pour revoir les deux personnages ensemble. Cela donne un aspect très long au film.

En attendant que les deux personnages se retrouvent, le réalisateur nous montre énormément d’autres thèmes, comme celui de la religion, les camps de gitans ou encore la misère sociale de certaines personnes. Par exemple Agnese est catholique mais poussée par sa mère, elle doit faire vœux de pureté cela devient compliqué lorsqu’elle revoit Stefano. Ou encore des gitans vivant derrière des grillages et en jouant un double jeu entre les associations qui viennent les aider et d’autres personnes comme Stefano devant lequel ils font les rebelles.

Mais parmi toutes ces scènes d’attente il y en a quelques unes qui sont extrêmement touchantes. Prenons l’exemple de Stefano qui accumule les licenciements mais fait quand même tout pour subvenir aux besoins de ses parents. Ils sont sur le point d’être expulsé de leur domicile car ils ne travaillent pas pour payer le loyer. C’est donc Stefano qui le fait malgré les complications dans lesquels il est.

Nous ne conseillons pas ce film car il y a énormément de sujets survolés, on ne rentre pas assez dans les détails. Mais aussi pour son côté extrêmement long a démarré ce qui peut très vite ennuyer le spectateur.

Barrois/ Haro
2018/04/15 23:58 #bab8-48a8-af3d-0c1573e4e090
Lycée Ferry, Cannes, académie de Nice
Roberto De Paolis a réalisé en 2017 « Cuori Puri », qui en France, porte le nom de « cœurs purs ».
Selene Caramazza jouant le rôle d’Agnese, Simone Liberati exécutant Stefano et barbora Bobulova interprétant le personnage de la mère d’Agnese, sont les acteurs principaux de drame romantique néo-réaliste, Italien en couleur.
Marta et sa fille Agnese sont deux chretiennes très croyantes et pratiquante. Elles viennent en aide aux gitans ce qui nous prouve que les relations sont possibles entre les personnes aisées et celles en difficultés. La relation mère fille est surprenante, il n’y a pas de discussion, la mère est violente envers la fille et n’a aucune confiance en elle. Nous allons suivre l’histoire d’amour de Stafano et d’Agnese dans leurs péripéties. Le jeune homme se retrouve plusieurs fois en recherche d’emploi malgré sa bonne volonté. Certaines scènes où on voit Stefano en tant que gardien de parking sont trop longues répétitives.
Ce film est sombre tant dans l’humeur qu’il peut nous apporter en sortant de la séance que par la couleur de ses images. Il n’y a donc pas de beaux effets de lumière ( le ciel est sombre, la mer n’est pas t’elle qu’on peut imaginer la Méditerranée. On retrouve les mêmes gros plans au début qu’à la fin du film. Les Italiens reproduisent la vie de leur société dans les films : en ce moment, le pays est en crise, les habitants sont désespérés car ils vivent dans la pauvreté.

Edel Boichut
2018/04/16 00:01 #94b3-4fd8-a020-57aa2716298f
Lycée Ferry, Cannes, académie de Nice

Dans ce film, nous pouvons remarquer qu’il y a beaucoup de scènes longues et d’autres parfois inutiles. Prenons l’exemple de la toute première scène, qui est aussi la même que l’une des dernières. Dans cette scène, Stefano pourchasse Agnese, nous spectateurs ne savons pas pourquoi mais la scène dure deux bonnes minutes. Pendant ces deux minutes nous ne comprenons pas. Ensuite l’histoire en elle-même a du mal à démarrer, nous devons attendre énormément de temps pour revoir les deux personnages ensemble. Cela donne un aspect très long au film.

En attendant que les deux personnages se retrouvent, le réalisateur nous montre énormément d’autres thèmes, comme celui de la religion, les camps de gitans ou encore la misère sociale de certaines personnes. Par exemple Agnese est catholique mais poussée par sa mère, elle doit faire vœux de pureté cela devient compliqué lorsqu’elle revoit Stefano. Ou encore des gitans vivant derrière des grillages et en jouant un double jeu entre les associations qui viennent les aider et d’autres personnes comme Stefano devant lequel ils font les rebelles.

Mais parmi toutes ces scènes d’attente il y en a quelques unes qui sont extrêmement touchantes. Prenons l’exemple de Stefano qui accumule les licenciements mais fait quand même tout pour subvenir aux besoins de ses parents. Ils sont sur le point d’être expulsé de leur domicile car ils ne travaillent pas pour payer le loyer. C’est donc Stefano qui le fait malgré les complications dans lesquels il est.

Nous ne conseillons pas ce film car il y a énormément de sujets survolés, on ne rentre pas assez dans les détails. Mais aussi pour son côté extrêmement long a démarré ce qui peut très vite ennuyer le spectateur.

Barrois/ Haro
2018/04/16 00:02 #423b-4993-8866-3508e844839c
Lycée Ferry, Cannes, académie de Nice
Marta et sa fille Agnese sont deux chretiennes très croyantes et pratiquante. Elles viennent en aide aux gitans ce qui nous prouve que les relations sont possibles entre les personnes aisées et celles en difficultés. La relation mère fille est surprenante, il n’y a pas de discussion, la mère est violente envers la fille et n’a aucune confiance en elle. Nous allons suivre l’histoire d’amour de Stafano et d’Agnese dans leurs péripéties. Le jeune homme se retrouve plusieurs fois en recherche d’emploi malgré sa bonne volonté. Certaines scènes où on voit Stefano en tant que gardien de parking sont trop longues répétitives.
Ce film est sombre tant dans l’humeur qu’il peut nous apporter en sortant de la séance que par la couleur de ses images. Il n’y a donc pas de beaux effets de lumière ( le ciel est sombre, la mer n’est pas t’elle qu’on peut imaginer la Méditerranée. On retrouve les mêmes gros plans au début qu’à la fin du film. Les Italiens reproduisent la vie de leur société dans les films : en ce moment, le pays est en crise, les habitants sont désespérés car ils vivent dans la pauvreté.

Edel Boichut
2018/04/22 14:46 #1815-4873-90f8-4ae725128e92
Lycée PRO Amblard, Valence, académie de Grenoble
Cœurs purs est un film du réalisateur, scénariste et producteur italien ROBERTO DE PAOLIS. Ce drame romantique nous transporte aux côtés d’Agnese alias ''SELENE CARAMAZZA'', une jeune fille de 18 ans issue d'un milieu aisé financièrement et catholique, puis de Stefano ''SIMONE LIBERATI'', un jeune homme de 25 ans au passé difficile qui travaille pour un supermarché, tout d’abord en tant qu’agent de sécurité puis licencié de ce poste pour avoir laissé Agnese s'enfuir après un vol. Les deux jeunes italiens se retrouvent sur le parking ou Stefano est le nouveau gardien avec comme voisin un camp de Roms où Marta "BARBORA BOBULOVA" la mère d’Agnese apporte régulièrement des vêtements accompagnée de sa fille. A partir de ce moment-là, le jeu de l'amour va commencer malgré le voeu de chasteté imposé par la mère d’Agnese.
Je trouve se filme intéressant pour son réalisme et ses sujets d'actualité comme la montée de la droite dans une Italie chrétienne profonde qui accueille plus de 85 000 migrants depuis 2017. La pauvreté qui gangrène le pays depuis des années m'a touché à travers le personnage de la mère de Stefano incarnée par "ANTONELLA ATTILI". Le choix de filmer le personnage de Stefano caméra à l'épaule et non Agnese me montre que pour un premier film ROBERTO DE PAOLIS a des idées de réalisation intéressantes. Mais voilà, même avec tous ces points positifs, je n'ai vraiment pas aimé Cœurs Purs. Le personnage d’Agnese m'insupporte par son manque de maturité et son ignorance. Le film est plat, il manque de rebondissement et le sentiment qu'il va se passer quelque chose de grave nous tient tout le long pour au final rien du tout, juste des scènes de vie dans une société occidentale capitaliste moderne.
Pour conclure, je conseille ce film à un public adolescent à la recherche d'une belle et très simple histoire avant de se coucher.

Sacha Brechotte, Terminale CAP Bijouterie
2018/04/22 14:53 #77ab-44a9-842a-3d839ba7b31c
Lycée PRO Amblard, Valence, académie de Grenoble
Cœurs Purs (titre original : Cuori Puri) est un drame romantique italien réalisé par Roberto de Paoli, sorti en 2017. Il a été présenté lors de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes 2017. Ce film nous plonge dans la vie d’une jeune femme, Agnese (Selene Caramazza), elle a dix-huit ans et vit avec sa mère. Toutes deux ont un lien fusionnel. On comprend très rapidement que nous sommes dans un monde très croyant, très catholique. Marta (la mère d’Agnese) souhaite que sa fille fasse vœu de chasteté jusqu’au mariage. Dans un autre univers, nous découvrons Stefano (Simone Liberati), il incarne le rôle d’un jeune homme de vingt-cinq ans qui a grandi entre trafics et vols et veut s’affranchir de son milieu en acceptant un travail de vigile dans un parking près d’un camp de Roms. Deux personnages aux mondes bien différents mais avec un point commun : l’envie de s’enfuir vers la liberté. Ils finissent par s’aimer malgré leurs différences et leurs problèmes.
Passons maintenant à mon avis. Je trouve ce film curieux, son histoire n’est pas originale ni fascinante mais elle m’a fait réfléchir, j’ai vu dans ce long métrage des choses qui, pour moi, méritent réflexion. Par exemple le comportement étouffant de Marta envers Agnese, elle contrôle tout (en supprimant le portable de sa fille pour éviter tout contact avec des garçons par exemple) elles dorment ensemble, se dévouent à Dieu toutes les deux, consacrent leurs journées à faire des dons et à écouter leur prêtre faire ses discours sur le chemin de la vie. Leur lien est pour moi presque malsain, il n’y a pas d’intimité pour Agnese (sa mère rentre dans la salle de bain quand sa fille y est, sans toquer, sans gêne, alors qu’Agnese se cache pour ne pas se montrer nue à sa mère).Ces deux femmes ont le même chemin à suivre, déjà tracé par leurs principes catholiques, elles vont en fonction de ce qui est écrit pour elles. Je trouve cette façon de vivre très fermée, d’ailleurs il n’y a que très peu de moments où l’on voit Agnese rire ouvertement (avec Stefano sur la plage), le désir n’est pas exprimé simplement, le plaisir non plus, la joie très peu, et l’amusement encore moins. Et ce mode de vie là me parait n’être qu’une barrière à la jeunesse et aux découvertes par lesquels tout enfant doit passer pour grandir correctement. Le réalisateur a choisi de filmer en plans d’ensemble, moyen et rapproché, les scènes de vie de ces deux femmes et la caméra ne bouge pas, elle est le plus souvent en plan fixe, ainsi les personnages nous paraissent plus calmes. Je trouve donc (influencée par la façon dont le film a été tourné) qu’Agnese et Marta ont une vie sans risques, la caméra les filme de façon ‘’ prudente ‘’. Ensuite, je trouve que la vie de Stefano est réaliste, sans exagération, du début à la fin on croit en lui, on a de l’empathie pour lui car on comprend rapidement qu’il a des difficultés dans sa vie. Il aide ses parents à survivre malgré les différends qui les empêchent de se côtoyer comme ils le souhaiteraient. Cet homme a lui aussi en quelque sortes une vie déjà tracée. On remarque chez Stefano une touche de racisme, il en veut aux Roms, on ne sait pas très bien pourquoi mais il ne les aime pas. Sa vie est filmée en mode caméra à l’épaule, à l’inverse d’Agnese et sa mère, ici c’est pour nous transporter dans un univers plus mouvementé, plus risqué (quand il court, quand il jette des pierres sur les grilles séparant le parking au camp de Roms).
Pour finir, l’histoire en elle-même, sans réflexions derrière, me parait banale. Mais si on réfléchit et s’intéresse vraiment aux vies de chaque personnage, si on les analyse, on découvre que ce film est intéressant. Le réalisateur nous influence et nous emmène à travers une histoire qui me semble réaliste.

Maud Bouchet, Terminale CAP Bijouterie.
2018/04/22 15:09 #4cf1-4821-892b-d9c910ca9b0e
Lycée PRO Amblard, Valence, académie de Grenoble
Cœurs Purs est un film du genre dramatique réalisé par Roberto De Paolis sorti le 3 Janvier 2018. Ce film raconte l’histoire de Stefano (Simone Liberati) et d’Agnese (Selene Caramazza). Tout commence lors d’une course poursuite entre Agnese qui a volé un téléphone portable dans un magasin et Stefano qui lui, est chargé de le surveiller. Stefano laisse Agnese s’en aller et la reverra par la suite. Lorsqu’Agnese retrouve Stefano sur son lieu de travail pour le remercier de l’avoir laissé filer et d’avoir mis son travail en péril, au moment de partir Stefano demande à Agnese son téléphone, elle lui tend le téléphone et il lui répond « Pas ton téléphone, ton numéro. » A partir de là, les deux personnages vont commencer à développer des sentiments l’un envers l’autre. Le problème qui s’oppose au « couple » est qu’Agnese est catholique et fait la promesse à sa mère de rester vierge jusqu’au mariage mais Stefano lui, n’est pas croyant et a une situation financière instable et doit vendre de la drogue pour pouvoir s’en sortir et aider ses parents. Ce qui devait arriver arriva, Agnese couche avec Stefano et brise la promesse qu’elle tentait de préserver. Au final, elle n’assume pas d’avoir couché avec lui et prétend s’être fait violée par un immigré Rom pour nier le fait qu’elle ait renoncé à son vœu de chasteté.

Je n’ai pas aimé ce film car le scénario est trop prévisible pour moi et le genre Romance-Dramatique ne me plait pas à la base. Malgré tout, je respecte les moyens mis en œuvre pour la réalisation du film. Les acteurs principaux jouent très bien la comédie. Selene Caramazza joue parfaitement bien le rôle de la jeune femme issue de famille catholique et dirigée dans ses choix par sa mère. Stefano quant à lui se fond correctement dans le personnage du jeune adulte tourmenté par les problèmes d’argent et les problèmes familiaux. Barbora Bobulova qui incarne le rôle de la mère d’Agnese nous donnait vraiment l’impression qu’elle parlait à sa propre fille dans ses manières de s’inquiéter, de vouloir fouiller dans la vie privée de sa fille et dans sa façon de lui crier dessus.

Pour conclure, je conseille ce film aux amoureux de romance à la manière de Roméo et Juliette malgré le fait que ce genre ne me plait pas.

Stéphane DEPAS, Terminale CAP Bijouterie
2018/04/23 15:34 #74dc-4cfb-83de-04f93a19bfa2
Lycée Moulin, Montmorillon, académie de Poitiers
Agnese et Stefano vivent tous les deux à Rome, mais pas dans le même monde. Celui de Agnese qui vient juste d’avoir 18 ans, est fait de croyance, elle est couvée par sa mère croyante qui lui demande de se marier avant de penser à l’acte sexuel. Le monde de Stefano est fait de vols occasionnels et de trafics, mais il veut s’affranchir de son milieu en acceptant un travail de vigile. Lorsque tous deux se rencontrent pour la deuxième fois, c’est le coup de foudre, qui dessine l’espoir d’une nouvelle vie.

Je n’ai pas beaucoup aimé ce film que j’ai trouvé ennuyant à certains moments et même improbable à d’autres. Par exemple, lorsque Stefano embrasse la fille lors de leur deuxième rencontre. Je n’ai rien à rajouter sur ce film mis à part le fait qu’il n’est pas mon favori.

Enzo Blanchard – 2nde1 – Lycée Jean Moulin
2018/04/23 16:12 #0d85-456f-b6cc-672c17985ded
Lycée Moulin, Montmorillon, académie de Poitiers
« Coeurs Purs », du titre original « Cuori Puri », est un film Italien de 1h55 réalisé par Roberto De Paolis , qui a été classé dans un genre dramatique et romantique et qui a été présenté lors de la Quinzaine des réalisateurs au Festival de Cannes en 2017, et dont les principaux acteurs sont Selene Caramazza (Agnese), Simone Liberati (Stefano).

Dans ce film, nous suivons la vie d'Agnese, une jeune femme Italienne de 18 ans, devenue tout juste majeure et vivant seule avec sa mère à Rome dans un milieu de classes « moyennes ». La mère (Marta), protectrice et étouffante, a élevé sa fille dans un cadre de vie où la religion est omniprésente. Comme exemple, elle ordonne à celle-ci de rester pure jusqu’au mariage, mais l'on verra que ce ne sera pas le cas jusqu'au bout du film.

Stefano, lui, est un jeune homme de 25 ans. Il vit dans les quartiers pauvres de Rome. Il est obligé de travailler pour aider ses parents à sortir de ce milieu de pauvreté, malgré son passé difficile et un père qui est pour lui inexistant et violent. Il doit travailler jour et nuit comme gardien de parking à proximité d’un camp de gitans, après avoir été licencié de son ancien boulot par sa faute et celle d'Agnese.

Agnese est partagée entre le désir de garder sa pureté, les limites que sa mère lui impose, et ses propres envies. Elle et Stefano vont tous deux essayer de s’affranchir des barrières imposées pour vivre leur histoire d'amour dite « impossible ». Alors qu’on aurait très bien pu tomber dans le cliché basique d'une histoire d'amour banale, avec la jeune fille riche amoureuse du jeune homme de la cité, « Coeurs Purs » étonne les spectateurs.

Je trouve ce film intéressant, il mélange amour, et religion. Agnesse n’est jamais tombée amoureuse, elle a appris à découvrir de nouvelles choses, des choses qu’elle ne connaissait pas auparavant. Je trouve également que la situation d’Agnesse peut faire référence à celles des adolescent(e)s. Les adolescents ne savent pas réellement quelles décisions prendre à un si jeune âge, ce film fait référence à un cap de l'adolescence que tout le monde franchira un jour, je pense. Mais « Coeurs Purs » n'est pas qu'un film d'amour, c'est en lui même une critique de l'Italie mais pas que. C'est aussi une critique de la société en général. Bien que ce film soit intéressant, je trouve que quelques scènes sont un peu longues et, pour moi, elles n'ont pas lieu d'être car je trouve que cela n'a pas d'utilité dans leurs histoires.

Généralement, les films dramatiques et romantiques m’intéressent, mais avec celui-ci, cela n'a pas été le cas. Bien que ce soit un film très beau et qui défend différents thèmes, j'ai était déçue par la fin.

Amandine Delaval – 2nde1 – Lycée Jean Moulin
2018/04/30 15:43 #0f7c-41cc-ad1d-84c252b3d768
Lycée PRO Joliot Curie, Sète, académie de Montpellier
Agnese et Stefano sont très différents l’un de l’autre. Elle, 17 ans, vit seule avec une mère dure et pieuse, fréquente l’église et est sur le point de faire vœu de chasteté jusqu’au mariage. Lui, 25 ans, jeune violent au passé difficile, est gardien d’un parking situé à côté d’un grand campement de Roms. De leur rencontre naît un sentiment authentique, fait de moments volés et d’aide réciproque.
Je n'ai pas aimé ce film, j'ai trouvé cette histoire banale parmi tant dans d'autres car c'est le genre d'histoire d'amour qui arrive tout les jours et j'ai été déçu par la fin du film. Le réalisateur aurait pu trouver mieux comme fin, c'est trop direct, ça aurait pu se terminer autrement j'ai connu mieux.
Baptiste. Terminale Bac pro MV
2018/05/04 11:36 #b84e-485e-bc1b-92a6dbfff3cc
Lycée Anguier, Eu, académie de Rouen
« Cœurs purs », de Roberto De Paolis

Deux inconnus, deux milieux sociaux que tout oppose, et pourtant...

Le 3 janvier est sorti le film « Cœurs purs » (« Cuori Puri »), un film italien de Roberto De Paolis. C'est une romance sur fond de drame où l'on suit l'aventure amoureuse de Agnese, 18 ans et Stefano, plus âgé qu'elle. Agnese est une jeune chrétienne pratiquante qui s’apprête à faire vœu de chasteté jusqu'au mariage. Stefano, lui, est un jeune issu des banlieues de Rome qui tente de s'en sortir pour aider financièrement ses parents menacés d’expulsion suite à deux ans de loyers impayés.

Dans ce film on suit Agnese, qui s'apprête à faire vœu de chasteté mais qui a des doutes par rapport à cette promesse, déterminante pour le reste de sa vie. Ce qui inquiète sa mère, qui va la punir de téléphone lorsqu’elle la surprend en conversation avec un garçon. Agnese va alors voler un téléphone, mais se faire prendre par un vigile qui va la suivre dans la rue. Ce vigile, c'est Stefano, qui va la rattraper mais la laisser repartir, ce qui lui coûtera son poste. Il devra donc trouver un nouvel emploi, et deviendra surveillant d'un parking jouxtant un camp de Gitans, cohabitation qui entraînera des tensions.

Agnese et sa mère aident les plus démunis, comme leur enseigne la religion, et c’est pour aider les Gitans qu’elles vont un jour se rendre dans ce camp. Les deux gens vont donc se revoir, discuter et confronter leurs idées sur leurs conditions de vie. Ils se reverront plus tard et échangeront un baiser, et ce sera le début d'une relation ambiguë et problématique. Agnese va se trouver confrontée à un dilemme : elle qui souhaitait faire vœu de chasteté jusqu'au mariage, est curieuse de l'inconnu que représente pour elle la question des rapports sexuels... Stefano, lui, va tout faire pour défendre le parking contre les Gitans et aider ses parents dans le besoin, ce qui le poussera à refaire les mêmes erreurs que par le passé…

Le film nous met en présence de deux personnages que tout oppose, mais qui vont vivre ensemble une aventure intense. Ils sont opposés par leurs milieux sociaux, leur âge et leurs valeurs (Agnese est altruiste, elle vit avec sa mère dans un milieu aisé et est très rattachée à la religion ; Stefano a abandonné la religion et enchaîne les boulots pour toucher de petits salaires, et néanmoins aider ses parents très pauvres. Son dernier boulot alimente sa haine envers les Gitans).

C'est donc un choix audacieux qu'a fait le réalisateur de créer une romance avec ces deux personnages si opposés.

Mais ce n'est pas pour autant que le film est réussi... En effet l’intrigue traîne en longueur. De plus le propos du film n'est pas clair, ou alors je suis passé à côté... Le schéma narratif est presque identique à tous les autres films de drame/romance, à la différence près qu’ici le drame prend une dimension sociale.

Par ailleurs, d’un point de vue technique, le film présente, pour moi, des défauts. La bande son est vide, il n'y a aucune musique et on n’entend que les dialogues, rien n'est là pour impressionner l'oreille. Les cadrages caméra n'ont rien d’innovant, et ne sont pas complexes. La colorimétrie est assez neutre, mais la luminosité est plutôt intéressante, en effet le soleil est très présent pendant tout le film.

Pour moi, ce film ne mérite pas le prix Jean Renoir, à cause de son scénario, de la réalisation et du fait que le film semble traîner.

Je note le film 2/5, ce qui est assez moyen.

Illian LOUIS, 2°8
2018/05/08 17:53 #7985-4a75-b1a6-77b7d123e0df
LycéePRO Magenta, Villeurbanne, académie de Lyon
Cœurs purs de Roberto De Paolis

Rome. Mais pas la Rome des cartes postales. Ici, pas de Colisée, de chapelle Sixtine, de forums romains, de tableaux du Caravage. Plutôt la Rome des banlieues moroses, où l’avenir se limite aux petits boulots comme pour Stefano, gardien d’un parking qui jouxte un camp de Roms. C’est aussi là qu’habite Agnese, jeune fille tout juste majeure couvée par une mère à la foi chrétienne envahissante. Agnese devra choisir entre chasteté prénuptiale et volupté, carcan familial et liberté émancipatrice. Bien sûr on pense à Roméo et Juliette, voir à Carrie de Brian de Palma et la thématique aurait pu être éculée. Pourtant, cette romance romaine des borgate qu’affectionnait tant Pasolini est magnifiée par sa portée documentaire où jamais le réalisateur Roberto de Paolis ne juge ses protagonistes : que cela soit la mère castratrice, Agnese tiraillée entre désirs charnels et éducation rigoriste, Stefano quine brusque rien mais dont le racisme ordinaire est à l’image de la xénophobie rampante d’une Europe sur la défensive, Jésus et son GPS qui recalcule la trajectoire du bon croyant selon ce curé philosophe et pas dupe. L’empire des sens ou l’emprise spirituelle ? Pourquoi Agnese devrait-elle choisir ? Paolis filme ce conflit intérieur camera à l’épaule comme les frères Dardennes pour accentuer le réalisme. Il a demandé aussi à ses acteurs une grande part d’improvisation, de cœurs à corps. Ces quartiers sont remplis de vie mais aussi de dureté sous cette lumière romaine qui embellit même la précarité comme elle des parents de Stefano jetés à la rue à cause de loyers impayés. La violence n’est donc pas que physique, elle est surtout sociale et intrafamiliale comme dans cette scène humiliante chez le gynécologue. Le réalisateur s’adoucit pour filmer en plan séquence l’éveil à la sensualité de son héroïne pour mieux décrire ses affres après ce péché charnel qui lui fera accuser gratuitement de viol un rom du camp surfant sur les préjugés du café du commerce. Cœurs purs ? Pas si sûr donc. Le film s’ouvre et se clôt sur une course folle d’Agnese, l’une après un vol qui lui fera rencontrer Stefano, l’autre après un viol inventé qui la perdra. Entre les deux, les personnages se seront attirés, repoussés, peut être émancipés.

TGA1 du lycée Magenta (Villeurbanne)
2018/05/13 20:42 #74ea-400e-8193-de3a5ee2a52a
Lycée PRO Caraminot, Egletons, académie de Limoges
Les cœurs purs ce sont ceux d'Agnese (Selene Caramazza) et Stefano (Simone Liberati ) que rien au départ ne semble devoir rapprocher dans une banlieue proche de Rome.
Stefano vit dans une famille très pauvre, doit travailler comme gardien de parking pour aider ses parents à ne pas perdre leur logement et tout simplement aussi pour s'en sortir. Agnese a 18 ans, vit avec sa mère très croyante et prépare sa communion.
Il vont malgré tout se rencontrer puisqu'elle fait du bénévolat dans un camp de gitans à proximité du parking de Stefano. Ils vont malgré tout s'aimer même si a priori ils n'ont rien de commun . Marquée par son éducation religieuse Agnese semble en effet au départ à la fois inquiète et attirée par lui. Les deux personnages ont très vite besoin d'être ensemble pour être heureux, oublier leurs problèmes, s'émanciper de leur milieu.
J'aurais donc bien aimé que le réalisateur italien Roberto De Paolis se concentre davantage sur ce couple, son histoire sentimentale mais il développe ce thème au milieu d'autres sujets plus sociaux comme celui de la pauvreté en Italie, des réfugiés.
Je trouve qu'au final le réalisateur italien ne traite pas suffisamment cette histoire d'amour et que les autres thèmes ne le sont pas vraiment non plus avec une grande précision.
En résumé selon moi le film est trop long mais les deux jeunes acteurs sont formidables.
Mina Audrey.
2018/05/13 22:13 #91e4-48da-acc7-a1fd14d7b0bc
Lycée Le Mans Sud, Le mans, académie de Nantes
« La déviance à la pureté »

« Cœurs purs » est un film du réalisateur italien Roberto De Paolis, avec au casting Selere Cramozza et Simone Liberati, en 2017 et sélectionné au festival de Cannes.

Agnese, 18 ans, est issue d'une famille monoparentale et très pieuse. Elle vit uniquement avec sa très stricte mère. Son entourage, c'est-à-dire ses amis et sa mère, ont tous un lien avec l'Eglise.
Elle est maladroite, naïve, douce mais aussi un peu menteuse et voleuse.

Stephano, la vingtaine, est un jeune homme que l'on devine avec un lourd passé et avec plusieurs problèmes. Il doit s'occuper de ses parents, qui ont une énorme dette, et garder son boulot de gardien de parking. Il est gaillard, confiant, haineux, influençable et perdu.

Le film commence avec l'ouverture sur la violente rencontre de Stéphano et Agnese. L'histoire se poursuit avec leurs différentes vies et, de nouveau, nous les retrouvons ensemble. Le film confronte deux aspects de la société italienne : la banlieue et le trafic de drogue face, à la religion et la générosité.

Le film est destiné à un public ayant du recul et de la réflexion, car certaines scènes, qui sont très réalistes, ne sont pas claires pour tout le monde.

Les scènes et les lumières sont très travaillées et mises en valeur.

Pour conclure, nous dirions que c'est un très beau film, parlant du questionnement sur la vie adulte, d'une histoire d'amour, et du regard de la société.

LUTUMBA Hope
BRIOU Maïwen
Seconde 6, Lycée Le Mans Sud
2018/05/14 16:29 #1770-4e64-aca8-5528c8ce229d
Lycée Bonaparte, Autun, académie de Dijon
« Cœurs Purs » est un film réalisé par Roberto De Paolis en 2018. D’origine italienne, ce film raconte l’histoire d’une jeune fille issue d’une famille religieuse qui a fait vœu de chasteté, et d’un jeune homme qui rencontre des difficultés liées à son travail et à sa famille.
Leur rencontre imprévue aboutit à un véritable coup de foudre alors qu’ils étaient de simples étrangers. Suite à cela, ils vivent leur histoire d’amour au quotidien, mais Agnese ne dévoile rien de sa relation avec Stefano à sa mère qui la protège de tous les dangers que peut engendrer l’amour.
Elle apporte son soutien aux Romes au début du film et ensuite elle tombe amoureuse de Stefano, elle change donc de « camp », elle passe ainsi d’ennemie à étrangère. Cela fait que les deux personnages s’interdisent de juger les différentes classes sociales auxquelles ils appartiennent.
Selon nous, certaines scènes étaient filmées de façon trop dynamique, c’est-à-dire que nous trouvions que la caméra n’était pas assez stable. Nous l’avions notamment remarqué lors des scènes où Stefano court après Agnese ou après un homme.
Ce film est très intéressant puisque malgré les différentes classes sociales avec des modes de vie totalement différents, deux personnes peuvent s’aimer. Il ne faut pas se fier aux apparences. De notre point de vue, ce film est réservé à un public de jeunes entre 15 et 25 ans.

Lacombe Déborah, Valerio Emma
TL, Lycée Bonaparte
2018/05/14 16:35 #a85a-40f4-9ea4-21d68aef11e3
Lycée Bonaparte, Autun, académie de Dijon
A la fois énigmatique et palpitante, une scène de course poursuite s’engage au début du film nous laissant dans le doute et libre cours à notre imagination pour la suite :
Dans la banlieue de Rome, Stephano vigile dans un magasin appréhende Agnese qui est coupable d’un vol de téléphone portable. Suite à cela leur destin va basculer, Agnese issue d’une famille croyante opposée à Stephano issu d’un milieu pauvre et des quartiers de Rome au passé compliqué vont durant ce film se retrouver malgré différentes péripéties et situations aussi surprenantes les unes que les autres.
Ce film nous a plu, car il est composé d’une intrigue surprenante, mêlant amour, problèmes liés à la société et insouciance de la jeunesse dont les personnages en sont le reflet. Mais également avec la réalité des personnages du fait que le réalisateur a demandé aux acteurs d’improviser et d’oublier quelquefois leur texte. La présence des éléments (vent, eau, soleil) illustrent à la fois la jeunesse et des sentiments amoureux entre les deux protagonistes. Ce film rentre dans différents genres comme film d’aventure,dramatique mais aussi sentimental ce qui en fait tout son charme.
Pour nous ce film est à la fois représentatif de la jeunesse d’aujourd’hui et de l’insouciance tout en intégrant cela dans la vie courante et dans une société illustrant la vie et les problèmes courants auxquels on peut être exposé.

KHIAL Benoit
DOS SANTOS Lucas
Lycée Bonaparte Autun
2018/05/14 16:51 #c409-492a-beea-2f0b746083f7
Lycée Bonaparte, Autun, académie de Dijon
L’œuvre s’ouvre sur un monde où la religion semble au centre de la vie des protagonistes. Ce thème récurrent étouffe les personnages et la vision qu’ils nous offrent. Nous y découvrons Agnese, tourmentée par la pression chrétienne vis-à-vis de la chasteté et donc du péché. La jeune femme est d’un caractère curieux, nous comprenons indirectement qu’elle cherche à s’émanciper. C’est en rencontrant Stefano qu’Agnese sort enfin de sa « bulle » religieuse. Les deux personnages s’opposent dans leur vision du monde et leur quotidien. Délinquance et croyance peuvent-elles cohabiter ? Une réponse est si évidente qu’il suffit de se fier aux extrémités unies tels que le devoir et la passion, le quartier pauvre et modéré… On se sent au sein de l’action, les plans mais aussi l’éclairage naturel nous placent au premier plan de l’événement. Agnese est une femme mélancolique qui s’arrange pour couvrir ses erreurs quitte à pécher. Nous avons été touchées par la dernière scène où l’on revoit Stefano courir après Agnese comme au début du film, leur lien semble former une boucle infinie…
MERINIS Juliette
SZCZUREK Tiffany
Terminale littéraire
Lycée Bonaparte, AUTUN
2018/05/14 16:54 #d805-4dec-ac23-0aa45d33d4e8
Lycée Bonaparte, Autun, académie de Dijon
Cœurs purs est un film réalisé par Roberto De Paolis, né a Rome en 1980.En 2013 il cofonde la société de production Young Films qui accompagne dès lors tous ses projets. Cette société l’a alors aidé à réaliser son premier long métrage qui est sortie en Italie en mai dernier.
Ce film met en avant deux protagonistes très différents les uns des autres. D’une part, Stefeno, vivant dans la banlieue de Rome et exerçant le métier de vigile de grandes surfaces. Dès la première scène du film Stefano va alors appréhender la jeune Agnese. Cette dernière est responsable d’un vol à l’étalage d’un téléphone portable. Agnese, est une jeune femme de 18 ans qui vit avec une mère protectrice et dans une foi religieuse importante.
Le spectateur, dès la première scène du film réussi à distinguer les deux univers différents des deux personnages.

Lors de la projection du film, une scène nous a particulièrement marquée. Toujours en rapport avec les téléphones mobiles. En effet, la scène que nous allons expliquer met en rapport les deux personnages principaux, qui se retrouvent tous deux au parking du personnel du supermarché. Stefano, gardien du supermarché a eu une rude journée, dû aux affrontements qu’il a subit moralement par les migrants. Mais ce n’est pas le seul problème, il avait tenté de joindre Agnese durant toute la journée, sans aucune réponse de sa part, il commence à s’inquiéter. Agnese, lors de la fin du service de Stefano, décide de le rejoindre, et de lui parler. Ce qui pour elle est une marque d’affection et donc se sentira heureuse et enjouée lors de sa visite. Mais, ce qu’elle ne sait pas c’est que Stefano, est particulièrement inquiet en ce moment même, et le fait que Agnese arrive devant lui sans rien dire, comme si de rien n’était l’agace. S’en suit alors une dispute. Stefano lui crie dessus mais elle, ne sait pas ce qu’il se passe et ne comprend pas la querelle.
Nous pouvons alors voir d’un côté, une jeune fille ingénue, innocente qui ne connait pas la vie amoureuse, elle découvre juste les sentiments. Et de l’autre côté, un jeune homme amoureux, qui, a déjà connu plusieurs relations. Ce sont alors deux opposés, mais les deux se complètent. En effet, si Agnese ne sait pas quelque chose sentimentalement, Stefano va complèter ces failles. Tout comme Agnese qui, va complèté Stefano, le rendre encore plus pur grâce à la religion et l’acception de l’autre. Certes, dès la première scène du film, nous pouvons remarquer que Stefano possède un grand cœur laissant Agnese partir avec le téléphone.
Pour finir, nous pouvons donc alors dire, que dès la première scène, le réalisateur va nous marquer avec l’importance du téléphone.

CHABARD Olivier
ROBINET Thomas
TL
2018/05/15 16:00 #936b-4ffd-9d6d-139ae550ff15
Lycée de l'Hautil, Jouy le Moutier, académie de Versailles
Agnese est une jeune femme de 18 ans surprotégée par sa mère, qui est omniprésente dans sa vie. Elle est chrétienne et doit faire voeu de chasteté mais elle rencontre Stefano lorsqu'elle vole un téléphone au supermarché où il travaille. Stefano est plus âgé qu'elle, il a 25 ans. Lors de leur deuxième rencontre, Stefano embrase Agnese, ce qui va chambouler toute sa vie. Elle remet en question la décision de sa mère de rester vierge jusqu'au mariage. Elle s'éprend de Stefano qui sera "sa première fois". Elle fera passer son acte pour se protéger, accusant un "gitan" du camp près de supermarché, profitant du conflit entre les habitants du quartier et les migrants.
Le film montre bien la relation complexe entre la fille et la mère, cette dernière n'arrive pas à couper le cordon, elle la traite encore comme une enfant, ce qu'Agnese accepte puisqu'il arrive qu'elles dorment ensemble. Cependant, le suspense n'est guère présent, le film semble cousu de fil blanc. Certaines sexes sont trop longues notamment la scène sexuelle qui nous a mis mal à l'aise
Kelly, Ramna, Eva, Olya Seconde 1
2018/05/15 16:05 #3254-4c58-bc28-5b1473e9b654
Lycée de l'Hautil, Jouy le Moutier, académie de Versailles
Ce film est un bon témoignage de l'Italie actuelle, d'une population pauvre qui doit faire face à l'arrivée des migrants. Le film montre bien cette société de prisonniers : les migrants et Stefano de part et d'autre du grillage, Agnese prisonnière de sa mère et de la religion. Stefano, sacrifie ainsi sa vie professionnelle pour sauver Agnese et à la fin du film, elle accuse un gitan de l'avoir violé pour le sauver. Nous avons bien aimé ce film qui montre bien que chacun est prisonnier d'une situation dont il ne peut pas sortir. Ainsi, Stefano qui hait les gitans, finit par devenir comme eux.
Cédric