Suivez-nous
Apprentissage

Pré-apprentissage

Le DIMA (dispositif d'initiation aux métiers en alternance) est une formation en alternance, sous statut scolaire, pour une durée d'1 an maximum partagée entre l'établissement de formation et des stages en milieu professionnel, pour faire découvrir aux élèves un environnement professionnel correspondant à un projet d'entrée en apprentissage.

Les élèves doivent être volontaires et âgés d'au moins 15 ans, à la date d'entrée en formation DIMA.

La formation peut être assurée dans un centre de formation d'apprentis, dans un lycée professionnel public, ou dans un lycée professionnel privé sous contrat.

Fiches pratiques sur le DIMA et l'âge d'entrée en apprentissage

Ces documents font le point sur les modifications apportées par la loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République concernant l'accès au DIMA et l'âge d'entrée en apprentissage.

Voir les fiches sur le site CNRAA du portail éduscol

L'accès à la formation

L'élève et sa famille présentent une demande d'admission au chef d'établissement.
Le conseil de classe émet un avis sur cette demande.

Le principal du collège saisit l' IA-DSDEN de la demande d'autorisation d'entrée en formation DIMA de l'élève qui organise la procédure d'affectation en fonction du choix de l'élève et des formations DIMA ouvertes. Il agit en coordination avec les autorités compétentes pour les CFA et les lycées professionnels privés sous contrat.

Pendant la durée de la formation, l'élève est sous l'autorité pédagogique du directeur du CFA ou du proviseur du lycée professionnel où la formation DIMA est ouverte. Le directeur du CFA ou le proviseur tient informé régulièrement le collège du déroulement de la formation. L'élève reste inscrit dans son collège ou établissement d'origine. 

L'organisation de la formation DIMA

Pour tout élève admis dans le dispositif d'initiation aux métiers de l'alternance, l'évaluation du socle commun de connaissances et de compétences figurant dans le livret personnel de compétences sert de base à l'élaboration du projet pédagogique.

D'une durée maximale d'1 an, la formation peut être modulée en fonction du projet pédagogique de l'élève.

La formation comporte :

  • obligatoirement des enseignements généraux, pour la moitié au moins du temps de formation ;
  • des enseignements technologiques et pratiques, intégrant des séquences pratiques ;
  • des visites en milieu professionnel, ainsi que des stages d'initiation ou d'application en milieu professionnel.

L'ensemble de ces activités concourt à la poursuite de l'acquisition du socle commun de connaissances et de compétences du palier 3.

L'horaire hebdomadaire en établissement de formation est de 28 à 30 heures par semaine.

Exemple de répartition horaire hebdomadaire :

  • 50% (environ 15 heures) consacrés aux disciplines générales (français, histoire- géographie, mathématiques- sciences, langue vivante, éducation physique et sportive, arts plastiques) ;
  • 30% (environ 9 heures) consacrés aux enseignements technologiques (incluant des éléments de sécurité et de droit du travail) et les activités pratiques à caractère professionnel (sur les plateaux techniques);
  • 10 % (environ 3 heures) consacrés aux activités individualisées (informatique, recherches, renforcement disciplinaire, etc.) ;
  • 10% (environ 3 heures) consacrés aux activités de découverte des métiers et à l'élaboration du projet professionnel.

A l'issue de la formation, les items du socle commun de connaissances et de compétences acquis par l'élève sont inscrits dans le livret personnel de compétences de l'élève.

Le livret personnel de compétences est renseigné par :

  • si la formation se déroule en centre de formation d'apprentis, le référent-enseignant ou le référent-formateur, après consultation de l'équipe pédagogique ;
  • si la formation se déroule au lycée professionnel, le professeur principal, après consultation de l'équipe pédagogique.

La formation et les stages font l'objet de bilans d'étape réalisés par l'équipe pédagogique.

Les stages en milieu professionnel

Les stages en milieu professionnel sont des stages d'initiation ou d'application. La durée totale des stages est de 8 à 18 semaines au plus pour une année scolaire.
Au cours d'un stage d'initiation, l'élève effectue des activités pratiques variées et, sous surveillance, des travaux légers autorisés aux mineurs par le code du travail.
Au cours d'un stage d'application, l'élève peut procéder à des manœuvres ou manipulations sur des machines, produits ou appareils de production nécessaires à sa formation.

Ces stages, d'initiation ou d'application, font l'objet d'une convention passée entre l'établissement de formation dont relève l'élève et l'entreprise.

La convention de stage précise les modalités d'accueil en milieu professionnel de l'élève mineur de moins de 16 ans et définit les objectifs pédagogiques du stage ; les objectifs de formation en entreprise et rappelle les rôles respectifs de l'établissement de formation et celui de l'entreprise d'accueil du jeune.
Les élèves ne peuvent accéder aux machines, appareils ou produits dont l'usage est interdit aux mineurs en application des articles D.4153-15 à D.4153-40 du code du travail.

Un tuteur assure l'accueil, le suivi et l'évaluation du stage de l'élève. Un tuteur  ne peut pas encadrer simultanément plus de deux jeunes. Il renseigne le document de liaison entre le CFA/entreprise ou lycée professionnel/entreprise sur les activités réalisées par le jeune en entreprise au regard de celles réalisées en établissement de formation indiquées par l'équipe pédagogique.

Le tuteur de l'élève dans l'entreprise d'accueil peut être soit le chef d'entreprise, soit un salarié justifiant d'au moins une année d'ancienneté dans l'entreprise. Il ne peut être ni un apprenti ni un jeune en contrat de professionnalisation.

Après le DIMA

Deux cas peuvent se présenter :

  1. Un élève qui atteint l'âge de 16 ans, ou âgé de 15 ans et ayant effectué la scolarité du dernier cycle du collège (classe de 3e), peut , avec l'accord de son représentant légal, poursuivre ses études en signant un contrat d'apprentissage de 2 ans pour préparer un CAP ou de 3 ans pour préparer un baccalauréat professionnel.
  2. L'élève demande à poursuivre sa formation, avec l'accord de son représentant légal, soit en retournant au collège ou en lycée professionnel pour préparer un CAP en 2 ans ou un baccalauréat professionnel en 3 ans, soit en demandant à entrer en lycée d'enseignement général et technologique, sur proposition du directeur du CFA ou du chef d'établissement en accord avec son équipe pédagogique.

NB : Dans l'hypothèse où le jeune souhaite quitter sa formation DIMA avant l'âge de 16 ans, l'inspecteur d'académie l'affectera dans son collège d'origine ou tout autre établissement pour achever sa scolarité obligatoire.

La formation DIMA n'a pas pour objectif d'être sanctionnée par un diplôme, cependant un élève suivant une formation DIMA a la possibilité de se présenter :

  • au diplôme national du brevet (DNB), en qualité de candidat individuel ;
  • au certificat de formation générale (CFG), en qualité de candidat scolaire.

Textes de références

Dispositif d'initiation aux métiers en alternance
Article L.337-3-1 du code de l'éducation
Décret n° 2010-1780 du 31-12-2010 codifiés aux articles D.337-172 à D.337-182 du code de l'éducation relatif au dispositif d'initiation aux métiers en alternance (JO du 1-1-2011) (Bulletin officiel n° 5 du 3 février 2011).
Circulaire n° 2011-009 du 19-1-2011 relative aux élèves de 15 ans ayant un projet d'entrée en apprentissage : dispositif d'initiation aux métiers en alternance (Bulletin officiel n° 5 du 3 février 2011).

Acquisition du socle commun de connaissances et de compétences

Convention de stage
Articles L.4153-1 à L.4153-2 du code du travail
Articles D.331-11 à D.331-14 du code de l'éducation relatifs aux stages d'initiation et aux stages d'application en milieu professionnel.
Conventions de stage : modèles de convention type de stages d'initiation et d'application prévus par la circulaire n° 2003-134 du 8 septembre 2003 (Bulletin officiel n° 34 du 18 septembre 2003).

Prévention sécurité
Travaux interdits aux mineurs (accès produits, machines, appareils) prévus aux articles D.4153-15 à D.4153-40 du code du travail.

Mis à jour le 12 septembre 2013
Partager cet article