L A N C E U R S

Propulsion par réaction / Architecture d'un lanceur Chimie de la propulsion / Moteurs / Lancement / Bases de lancement  / Sécurité et environnement / Historique

sommaire du site

Le lanceur Soyouz

La fusée Soyouz est la doyenne de tous les lanceurs en service depuis cinquante ans.

C’est pour des raisons de fiabilité que cette fusée est la plus utilisée au monde, avec à ce jour plus de 1700 vols à son actif. C’est elle qui a emmené le premier satellite Spoutnik en 1957, Youri Gagarine en 1961, puis des centaines de satellites et de sondes ainsi que la totalité des cosmonautes russes ou étrangers en partance pour les stations orbitales (Mir et ISS).

Le lanceur Soyouz a évolué pour mieux satisfaire les besoins du marché, offrant
trois versions permettant une capacité d'emport de 4 100 kg à 5 500 kg en orbite circulaire de 450 km.

Soyouz est commercialisé par Starsem, une entreprise euro-russe
composée de quatre organisations leaders au niveau mondial dans le secteur spatial : Arianespace, le Centre Spatial Samara (TsSKB Progress), l'Agence Spatiale russe (FKA) et EADS.

soyouz01.gif (18154 octets)

Le lanceur actuel est composé de quatre étages : les propulseurs (1er étage), le corps principal (2ème étage), le 3ème étage et l’étage supérieur réallumable (4ème étage). Il en existe trois versions :
- Soyouz-Ikar
- Soyouz-Frégate
- Soyouz / ST

Pour en savoir plus sur :


   - l'architecture générale du lanceur Soyouz
   - les différentes versions du lanceur Soyouz 


Ci-contre :
décollage d'un lanceur Soyouz (Copyright ESA).

soyouz.jpg (45592 octets)

Ci-dessus : Arrivée du lanceur Soyouz-Frégate sur le pas de tir (Copyright ESA).

Le lanceur Soyouz décolle actuellement du pas de tir de Baïkonour, au Kazakhstan, mais à partir de fin 2008, il partira du centre spatial de Guyane (CSG) à Kourou.

La position géographique idéale du CSG fournit à Soyouz la possibilité d’accéder au marché commercial des satellites de télécommunication et d’augmenter considérablement ses performances en orbite de transfert géostationnaire GTO (passant ainsi de 1,7 tonnes à Baïkonour à 2,8 tonnes au CSG).