LA TERRE PLANETE OCEANE  

5 – LA CIRCULATION PROFONDE THERMOHALINE

5.2 - La circulation des eaux profondes

En profondeur, les masses d'eau se déplacent sous l'effet de variations de densité dues aux modifications de la température et de la salinité en surface; cette circulation des courants profonds est appelée circulation thermohaline


Cette circulation est mal connue car difficile à mesurer directement. Elle est surtout déduite de la distribution de "traceurs" tels que la température, la salinité, la teneur en oxygène. On suit également depuis peu l'évolution de nouveaux traceurs tels que les fréons (chlorofluorocarbones) rejetés depuis une cinquantaine d'années par les bombes aérosols et les réfrigérateurs, le tritium et le 14C injectés dans l'atmosphère lors des essais nucléaires des années 1960.
La vitesse moyenne des courants profonds est très faible (de l'ordre du mm.s-1). La durée du trajet de l'eau nord-atlantique profonde jusque dans les océans Pacifique et Indien serait de l'ordre de cinq cents ans. Un tel déplacement se mesure grâce à la datation à l'isotope carbone 14 (14C), fabriqué en permanence dans l'atmosphère par le rayonnement cosmique et présent sous forme de molécules de gaz carbonique. Ce gaz se dissout dans l'océan de surface, si bien que le 14C y est abondant et constamment renouvelé. En revanche, une fois que l'eau quitte la surface, la quantité du 14C décroît car ses atomes se désintègrent. La mesure de cette décroissance permet de dater les eaux profondes des océans en évaluant le temps qui s'est écoulé depuis qu'elles ont quitté la surface. On a ainsi montré que les eaux profondes de l'océan Pacifique ont environ mille cinq cents ans, tandis que celles de l'océan Atlantique n'ont que trente ans.
Les flux d'eau profonde sont plus difficiles à évaluer que ceux des courants de surface, mais ils sont du même ordre de grandeur. On admet actuellement que le transport d'eau nord-atlantique profonde vers le sud est de 
18 Sv. Le transport d'eau antarctique intermédiaire dans les trois océans serait de l'ordre de 30 Sv. Quant à celui de l'eau antarctique de fond, il semble beaucoup plus faible (environ 5 Sv).

Pour en savoir plus

Site du GTD : http://www.ens-lyon.fr/Planet-Terre/Infosciences/Climats/Ocean/index.htm 
Ifremer : rapport du projet WOCE : http://www.ifremer.fr/lpo/rapport_woce/rapport/woce97.html 


 
  

retour.gif (2345 octets)